D.460 – Serez-vous prêts pour l’enlèvement ?

Par Joseph Sakala

Dans le monde religieux, de nombreuses histoires circulent sur un éventuel enlèvement secret des convertis, avant le début de la Tribulation. Selon les enseignants de cette théorie très populaire, cet enlèvement se fera d’une manière soudaine, en cachette et sans avertissement, en quelque part dans les nuages et même au ciel pour une durée de sept ans. Alors, est-il possible qu’un jour nous entendions dire qu’un pilote d’avion converti a disparu subitement, en plein vol et sans aucune trace, laissant les pauvres passagers non convertis de l’appareil s’écraser au sol dans une mort terrible ? Nos grandes routes deviendront-elles des endroits périlleux alors que les conducteurs convertis disparaîtront soudainement en laissant leurs véhicules faire des carambolages épouvantables ?

Avant de continuer, il serait juste de nous poser la question à savoir si la théorie de cette sorte d’enlèvement est biblique ou si la Bible nous révèle que le plan de Dieu pour les derniers jours est complètement différent de ce que bon nombre d’églises prêchent de plus en plus pour régaler leurs brebis. Le télévangéliste Tim LaHaye a écrit plusieurs bouquins sur cette « vérité » qui est devenue la plus grande séduction religieuse des temps modernes. Sa théorie — et je dis bien théorie — est fondée sur une fausse application de plusieurs passages bibliques rejetés par une vaste majorité de chrétiens. Ce qui est très important dans son enseignement, c’est que sa théorie demeure improuvable, parce qu’elle contredit directement ce que la Bible enseigne sur le second avènement de Christ.

Cette théorie farfelue de M. LaHaye nous présente un Dieu qui permettrait la mort de plusieurs milliers d’humains d’une manière irresponsable pour accommoder sa conception personnelle d’un enlèvement. Avez-vous déjà vu des autocollants sur des pare-chocs d’automobiles annonçant : « En cas d’enlèvement, cette auto sera sans conducteur » ? Cet enlèvement soudain et secret est décrit comme un événement où Dieu vient saisir Ses élus qui pilotent des avions, qui conduisent des autos, des autobus ou des trains, laissant les autres passagers innocents dans ces autos, avions, autobus et trains se diriger vers une mort atroce un peu partout sur la terre. Quelle sorte de Dieu ferait une chose pareille ?

Dans son plus récent bouquin, Revelation Unveiled (Révélation dévoilée), Tim LaHaye tente de « prouver » que la Bible enseigne un enlèvement. Jusque là, il a raison, car nous serons enlevés pour rencontrer Christ « dans les airs ». Alors, M. LaHaye commence par citer Apocalypse 4:1-2. Mais il admet rapidement que : « L’enlèvement de l’Église n’est pas explicitement enseigné dans Apocalypse 4. » [p.100]. Amen ! Dans Apocalypse 4:1-2, nous lisons : « Après cela je regardai, et voici une porte était ouverte dans le ciel ; et la première voix que j’avais entendue, comme celle d’une trompette, et qui parlait avec moi, dit : Monte ici, et je te ferai voir les choses qui doivent arriver après celles-ci. Et aussitôt je fus ravi en esprit ; et voici, un trône était dressé dans le ciel, et quelqu’un était assis sur ce trône. » Pouvons-nous voir dans ce passage une seule indication d’enlèvement ? Absolument pas ! Et encore moins d’un enlèvement de l’Église !

LaHaye prétend que Jean représente l’Église et que la voix dans le ciel lui dit de monter ici. Relisez ce verset et vous verrez quelque chose de complètement autre. Jean fut « ravi en esprit », c’est-à-dire, il a eu une vision dans laquelle il a vu le trône de Dieu et quelqu’un était assis sur ce trône. LaHaye tente de raisonner que l’apôtre Jean représente l’Église, alors que jamais la Bible ne suggère une telle représentation. Rien ne permet une telle insinuation ! Voici les paroles de Paul : « Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai unis à un seul Époux, pour vous présenter à Christ, comme une vierge chaste », dans 2 Corinthiens 11:2. Au contraire, la Bible symbolise l’Église par une femme, la fiancée de Christ. Ensuite, LaHaye offre un autre argument pour appuyer sa théorie en disant que l’absence d’une mention de l’Église après le chapitre 4 prouve que l’Église n’est plus sur la terre durant la tribulation. Il prétend qu’entre les chapitres 6 et 18 qui couvrent la tribulation, l’Église n’est pas mentionnée une seule fois.

Il a vraiment du culot pour faire une telle déclaration, car le chapitre 12 en entier est consacré à l’Église ! À la page 101 de son bouquin, LaHaye se tourne vers Paul pour prouver l’enlèvement de l’Église au ciel avant la tribulation pour être avec Christ. Dans 1 Thessaloniciens 4:16-17, nous pouvons lire : « Car le Seigneur lui-même descendra du ciel, à un signal donné, avec une voix d’archange et au son d’une trompette de Dieu ; et les morts qui sont en Christ ressusciteront premièrement ; ensuite, nous les vivants qui serons restés, nous serons enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur, dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » Avez-vous vu une mention dans ce passage que cet événement se produit avant la tribulation ? Absolument pas ! De quoi Paul parle-t-il ici ?

Allons voir le contexte dans lequel Paul a prononcé ces paroles. Dans 1 Thessaloniciens 4:13, Paul déclare : « Or, mes frères, je ne veux pas que vous soyez dans l’ignorance au sujet des morts, afin que vous ne vous affligiez pas, comme les autres hommes qui n’ont point d’espérance. » Paul consolait la congrégation au sujet de ceux qui étaient morts récemment. Alors, au verset 14, Paul affirme : « Car si nous croyons que Jésus est mort, et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus, pour être avec lui, ceux qui sont morts. » Donc, au verset 15, Paul confirme : « Car nous vous déclarons ceci par la parole du Seigneur, que nous les vivants qui serons restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne précéderons point ceux qui sont morts. » Au retour de Christ, nous monterons tous ensemble vers Lui. Cependant, aucune mention que ceci se passera avant la grande tribulation. Pour notre réponse, il faut aller ailleurs dans les Écritures.

Apocalypse 11:15 nous révèle que : « le septième ange sonna de la trompette, et de grandes voix se firent entendre dans le ciel, qui disaient : Les royaumes du monde sont soumis à notre Seigneur et à son Christ, et il régnera aux siècles des siècles. » La Bible nous annonce sept trompettes qui nous avertiront des sept malheurs jetés sur la terre. Le Christ ne revient qu’à la septième ou dernière trompette, à la fin de la tribulation. Pas en secret, sans bruit, avant le début de la tribulation, mais au son retentissant d’une trompette que tous entendront à la fin de la tribulation. Allons encore une fois vérifier ce que Paul nous dit là-dessus.

Dans 1 Corinthiens 15:51-53, Paul déclare clairement : « Voici, je vous dis un mystère : Nous ne mourrons pas tous, mais nous serons tous changés, en un moment, en un clin d’œil, à la dernière trompette ; car la trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible soit revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel soit revêtu de l’immortalité. » Quelle explication claire et si simple qu’un enfant de dix ans avec un esprit ouvert peut la comprendre ! Mais apparemment pas un évangéliste qui persiste à vendre ses voyages pour le ciel aux pauvres brebis qui ne prennent pas le temps de vérifier toutes choses, et surtout les déclarations de LaHaye. D’autant plus que Jésus Lui-même nous déclare avec force que : « personne n’est monté au ciel, que celui qui est descendu du ciel, savoir, le Fils de l’homme qui est dans le ciel » (Jean 3:13). M. LaHaye, faites vos études de la Bible, car vous faites de Jésus un menteur !

Notez que les morts ressuscitent après que la dernière trompette ait sonné, ce qui détruit complètement la théorie d’un enlèvement au ciel pendant sept années avant le début de la tribulation. Dans Matthieu 24:3-33, Jésus nous décrit clairement les évènements qui précéderont Son Deuxième Avènement. Je vous exhorte à lire ces versets attentivement. En premier lieu, Jésus nous explique que des faux prophètes viendront et séduiront beaucoup de gens. Dans Matthieu 24:5, Jésus déclare : « Car plusieurs viendront en mon nom, disant : Je suis le Christ, et ils séduiront beaucoup de gens. » C’est la toute première chose que Christ nous avertit de surveiller dans les derniers temps. La séduction religieuse mondiale.

Ensuite, Jésus décrit qu’il y aura des guerres, de la famine, de la peste et des tremblements de terre qui suivront. Est-ce qu’Il nous déclare que Ses saints seront épargnés de tout cela ? Non ! Jésus nous met en garde plutôt dans Matthieu 24:9-10 : « Alors ils vous livreront pour être tourmentés, et ils vous feront mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations à cause de mon nom. Alors aussi plusieurs se scandaliseront et se trahiront les uns les autres, et se haïront les uns les autres. » Plusieurs de ceux qui se déclarent chrétiens seront martyrisés avant le retour de Christ, non pas enlevés au ciel. Ensuite, Jésus nous déclare, dans Matthieu 24:21-22 : « Car alors il y aura une grande affliction ; telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et telle qu’il n’y en aura jamais. Que si ces jours-là n’avaient pas été abrégés, aucune chair n’eût échappé ; mais à cause des élus ils seront abrégés. » Ce qui n’aurait pas lieu d’être si l’Église est déjà partie depuis sept ans.

Oui, il y aura une grande tribulation pendant laquelle aucune chair ne survivrait, si ce n’était pas des vrais élus, mais à cause des élus ces jours seront abrégés. Mais regardez, maintenant, ce qui arrivera, aux versets 29 à 31 : « Et aussitôt après l’affliction de ces jours-là le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera point sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel ; alors aussi toutes les tribus de la terre se lamenteront, en se frappant la poitrine, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel, avec une grande puissance et une grande gloire. Il enverra ses anges avec un grand éclat de trompette, et ils rassembleront Ses élus des quatre vents, depuis un bout des cieux jusqu’à l’autre bout. »

Avez-vous remarqué à quel moment les élus seront rassemblés par les anges de Dieu, afin de les enlever avec tous ceux qui seront ressuscités pour la grande rencontre avec Jésus dans les airs ? Pas au ciel, mais dans les airs. Pas en secret, mais à la vue de tous, au son d’une trompette. Cela se fera pendant que Jésus descendra pour ensuite Se diriger vers le Mont des Oliviers. « Et l’Éternel sortira, et combattra contre ces nations, comme lorsqu’il combattit au jour de la bataille. Ses pieds se poseront, en ce jour-là, sur la montagne des Oliviers qui est en face de Jérusalem, à l’orient ; et la montagne des Oliviers se fendra par le milieu, à l’orient et à l’occident, et il s’y fera une très grande vallée ; et la moitié de la montagne se retirera vers l’Aquilon et l’autre moitié vers le midi » (Zacharie 14:3-4). « L’Éternel sera roi de toute la terre ; en ce jour-là, l’Éternel sera seul, et son nom seul » (Zacharie 14:9).

En assumant que l’apôtre Jean représentait l’Église et en évitant le fait que tout arriverait à la dernière trompette, LaHaye fut capable de se construire une plate-forme de laquelle il a pu lancer sa théorie de l’enlèvement, sept ans avant la grande tribulation. Or, sa théorie est non biblique et non prouvable, mais il a quand même réussi à vendre cette idée à des millions de chrétiens honnêtes qui se cherchaient un lieu de refuge. Mais quelle est l’origine de cet enlèvement sept ans avant la tribulation ? En réalité, tous les étudiants de la Bible de jadis reconnaissaient que l’enlèvement sept ans avant la tribulation était inconnu jusqu’à l’arrivée sur scène de John Nelson Darby. Darby fut le fondateur de la Plymouth Brethren Church. Il avait décrit un système d’interprétation biblique appelé « dispensationalisme ». Il a inventé la théorie que Dieu a eu des règlements divers pour différents groupes à des moments variés de l’histoire. Darby s’est mis à enseigner que Dieu avait la « loi » pour les Juifs, mais la « grâce » pour l’Église. Et que c’était deux moyens de salut !

Plus tard, les idées de Darby devinrent plus raffinées et furent rendues populaires par C. I. Scofield, auteur de la Scofield Reference Bible. De cette source, les évangéliques protestants se sont amourachés de ses enseignements, malgré qu’ils étaient non bibliques. Dans son effort pour trouver des origines antérieures à sa théorie, LaHaye cite quelques vagues références bien avant le temps de Darby. Par exemple, LaHaye cite quelques écrits d’un dénommé « Pseudo-Ephrem », mais admet quand même qu’il est difficile de savoir qui fut cet homme lorsqu’il écrivit. Voici ce que cite LaHaye venant de « Pseudo-Ephrem », dans son livre Revelation Unveiled : « Pourquoi ne rejetons-nous pas toutes les actions terrestres, pour nous préparer à rencontrer le Seigneur Christ, afin qu’il nous tire de cette confusion qui domine sur le monde ? Tous les saints et élus de Dieu seront ramassés ensemble, avant la tribulation à venir, et transportés vers le Seigneur, afin qu’ils ne voient pas la confusion qui va dominer sur la terre à cause de nos péchés. »

Veuillez noter que cette citation ancienne ne mentionne aucune référence biblique pour valider ses idées, ni d’un enlèvement secret de chrétiens. Une autre vague de citations employée par LaHaye vient de Victorinus, un évêque catholique romain aux environs de 270 apr. J.-C.. Dans un commentaire sur le livre de l’Apocalypse, Victorinus discutait de ce que le peuple de Dieu pourrait être délivré des plaies, amenées par les deux témoins et décrites dans Apocalypse 11. LaHaye déclare, dans son commentaire sur l’Apocalypse, qu’il compare ces plaies à celles de la période de Lévitique, et déclare ensuite : « Ces plaies arriveront dans les derniers temps lorsque l’Église ne sera plus parmi eux. » Évidemment, l’évêque Victorinus de Peteau, un homme brillant du troisième siècle, voyait l’Église enlevée avant les plaies de la colère de Dieu, qu’il a interprétée comme étant de sept années. Mais que nous dit la citation de cet écrivain ancien, au sujet de l’enlèvement de l’Église ? Absolument rien !

Il ne parle pas d’enlèvement, il ne fait que remarquer que le peuple de Dieu serait épargné d’une situation dangereuse. En présumant que cet écrivain ancien ait parlé d’enlèvement, LaHaye réussit à placer des mots dans la bouche de l’évêque Victorinus pour mousser sa cause. Mais est-ce qu’il y a une véritable protection pour le peuple de Dieu durant la Grande Tribulation ? Qu’est-ce que la Bible nous dit clairement ? À l’Église de Philadelphie, la seule à laquelle Jésus ne fait pas correction, Il lui déclare ceci, dans Apocalypse 3:10 : « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi-même je te garderai de l’heure de la tentation qui doit venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. » Notez bien ce que Jésus déclare à Son Église, le petit troupeau qui a gardé la Parole de Sa patience. Jésus lui dit : « Moi-même je te garderai de l’heure de la tentation» Il parle de l’heure de la tentation qui doit venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je dois vous faire remarquer une distinction ici ! Vérifiez-la vous mêmes. Dans l’Apocalypse, vous avez deux sortes de personnes, les serviteurs de Dieu et les habitants de la terre ; les convertis et les non convertis !

Donc, Jésus Lui-même S’engage à nous protéger durant cette période de tribulation alors que nous allons témoigner pour Lui. Ainsi, ce ne sera pas un enlèvement secret dans les cieux pendant sept années, mais une protection divine ici sur la terre pendant trois ans et demi. Tout comme Dieu a protégé Israël lors de sa sortie d’Égypte, Jésus S’engage à protéger son Église sur terre durant la Grande Tribulation. N’ayant plus accès à l’Église, Satan sera enragé et : « Le dragon s’irrita contre la femme, et s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, qui gardent les commandements de Dieu, et qui ont le témoignage de Jésus-Christ » (Apocalypse 12:17). Alors, ceux qui sont tièdes seront persécutés par Satan et ses laquais. Quelques ministres tentent d’appliquer ce verset 17 au peuple juif. Mais ce chapitre en entier nous dévoile clairement qu’il est question de « l’Israël de Dieu » (Galates 6 :16).

Donc, alors que Jésus prépare une protection pour les Philadelphiens, les tièdes ou Laodicéens devront passer par la tribulation afin de se réchauffer spirituellement. Dans Apocalypse 7:13-15, nous lisons : « Puis un des Anciens prit la parole, et me dit : Ceux qui sont vêtus de robes blanches, qui sont-ils, et d’où sont-ils venus. Et je lui dis : Seigneur, tu le sais. Et il me dit : Ce sont ceux qui sont venus de la grande tribulation, et qui ont lavé leurs robes, et ont blanchi leurs robes dans le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, et ils le servent jour et nuit dans son temple ; et celui qui est assis sur le trône, étendra sur eux son pavillon. » Après les avoir avertis de leur tiédeur et leur avoir donné la solution à leur problème, pour ceux qui n’ont pas voulu écouter, Jésus leur déclare : « Je reprends et je châtie tous ceux que j’aime ; aie donc du zèle, et te repens. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe ; si quelqu’un entend ma voix et m’ouvre la porte, j’entrerai chez lui, et je souperai avec lui, et lui avec moi » (Apocalypse 3:19-20). Malheureusement, ces chrétiens n’ont pas voulu écouter Jésus.

Je regrette, mais ce ministère pour les temps de la fin n’appartient pas aux Juifs, car ils attendent toujours la première venue de leur propre Messie. Ils devront également passer par la Grande Tribulation. Jésus avait donné cette instruction vitale à ceux qui ont cru en Lui — l’Israël de Dieu : « Veillez donc, et priez en tout temps, afin que vous soyez trouvés dignes d’éviter toutes ces choses qui doivent arriver, et de subsister devant le Fils de l’homme » (Luc 21:36). Très peu de « chrétiens » ont décidé d’obéir à ce commandement venu directement du Fils de Dieu. La plupart vont dans les églises où la prophétie est rarement discutée et certainement pas comprise. Ils ne savent pas ce que : « Veillez donc, et priez en tout temps » veut dire et n’ont aucun intérêt pour le faire. La plupart des « brebis » ne savent même pas comment prier. Mais : « Dieu ne vengera-t-il point Ses élus, qui crient à lui jour et nuit, quoiqu’il diffère sa vengeance ? Je vous dis qu’il les vengera bientôt. Mais quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18:7-8).

La majorité du peuple de Dieu sera influencée par Laodicée, dans les derniers temps, à être tiède. Et Jésus parle fortement contre cette attitude. Dans Apocalypse 3:15-16, Jésus déclare : « Je connais tes œuvres ; je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Oh ! si tu étais froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, ni froid, ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. » Apparemment, ceux qui se disent chrétiens, mais qui sont tièdes, seront lancés dans la Grande Tribulation. « Car tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien ; et tu ne connais pas que tu es malheureux, et misérable, et pauvre, et aveugle, et nu. Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, pour devenir riche ; et des vêtements blancs, pour être vêtu, et que la honte de ta nudité ne paraisse point, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies, » leur dit Jésus. (Apocalypse 3:17-18).

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, c’est votre culte raisonnable. Et ne vous conformez point au présent siècle, mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit, afin que vous éprouviez que la volonté de Dieu est bonne, agréable et parfaite », leur dit Paul, dans Romains 12:1-2. Mais ils n’ont pas voulu écouter. Alors, ils apprendront par le biais de la tribulation, pour laquelle Jésus leur dit : « Je reprends et je châtie tous ceux que j’aime ; aie donc du zèle, et te repens » (Apocalypse 3:19). Dieu ne les protègera pas et ils seront forcés de choisir entre la soumission totale à Dieu et le feu de la Géhenne. Tandis que les enfants obéissant à Dieu seront protégés, comme nous l’avons vu dans Apocalypse 3:10 : « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi-même je te garderai de l’heure de la tentation qui doit venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. »

Dieu nous décrit le mode de vie de Ses fidèles enfants : « C’est ici la patience des saints, ce sont ici ceux qui gardent les commandements de Dieu, et la foi de Jésus » (Apocalypse 14:12). Ce ne sont pas des chrétiens qui ont succombé aux enseignements de leurs ministres qui leur enseignaient que la loi spirituelle fut abolie, où « clouée à la croix ». La Bible est extrêmement claire là-dessus. Ne demeurez jamais avec cette attitude, mais plutôt quand vous transgressez un commandement, repentez-vous et le Seigneur qui est juste vous pardonnera, et effacera votre iniquité. Rappelez-vous toujours que nous avons un avocat auprès de Dieu. C’est Jean qui nous le confirme lorsqu’il nous déclare : « Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste. C’est lui qui est la propitiation pour nos péchés ; et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. Et par ceci nous savons que nous l’avons connu, savoir, si nous gardons ses commandements » (1 Jean 2:1-3).

Alors, si vous cherchez la protection divine dans les moments traumatisants qui s’en viennent, soyez assurés que ce ne sera pas par les mensonges des faux ministres, qui vous vendent un enlèvement au ciel pendant sept années, alors que nous savons que : « nul homme n’a vu, ni ne peut voir [le Père] ; à qui soient l’honneur et la puissance éternelle ! Amen » (1 Timothée 6:16). Mais croyez en Dieu qui nous assure que Jésus Lui-même nous protégera pendant les trois ans et demi de la Grande Tribulation que nous passerons à témoigner pour Jésus sur la terre. Et ce jusqu’à la dernière trompette. « Voici, je vous dis un mystère : Nous ne mourrons pas tous, mais nous serons tous changés, en un moment, en un clin d’œil, à la dernière trompette ; car la trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous serons changés » (1 Corinthiens 15:51-52).

« Or, mes frères, je ne veux pas que vous soyez dans l’ignorance au sujet des morts, afin que vous ne vous affligiez pas, comme les autres hommes qui n’ont point d’espérance. Car si nous croyons que Jésus est mort, et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus, pour être avec lui, ceux qui sont morts. Car nous vous déclarons ceci par la parole du Seigneur, que nous les vivants qui serons restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne précéderons point ceux qui sont morts ; car le Seigneur lui-même descendra du ciel, à un signal donné, avec une voix d’archange et au son d’une trompette de Dieu ; et les morts qui sont en Christ ressusciteront premièrement ; ensuite, nous les vivants qui serons restés, nous serons enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur, dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur » (1 Thessaloniciens 4:13-17).

Il n’y aura aucun enlèvement des saints fait en secret. « Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel ; alors aussi toutes les tribus de la terre se lamenteront, en se frappant la poitrine, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel, avec une grande puissance et une grande gloire. Il enverra ses anges avec un grand éclat de trompette, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis un bout des cieux jusqu’à l’autre bout » (Matthieu 24:30-31). Que Dieu vous aide, ainsi que votre famille, à comprendre et à être consentants à vous soumettre au Christ vivant, afin qu’Il puisse vivre Sa vie en vous dans l’obéissance, au travers de la puissance du Saint-Esprit.

Et comme Paul fut si bien inspiré de nous dire : « Je suis crucifié avec Christ, et si je vis, ce n’est plus moi, mais c’est Christ qui vit en moi ; et si je vis encore dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé, et qui s’est donné lui-même pour moi » (Galates 2:20). Au travers de Christ en vous, que vous puissiez vraiment apprendre à marcher avec Dieu et à recevoir la protection du Dieu Tout-puissant qu’Il a promise à Ses véritables saints.




D.450 – Souffrance et triomphe de Christ

Par Joseph Sakala

Dans Apocalypse 1:8, nous lisons clairement : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin, dit le Seigneur, Celui QUI EST, et QUI ÉTAIT, et QUI SERA, le Tout Puissant. » Dans ce dernier livre de la Bible, nous découvrons à plusieurs occasions l’expression « Je suis » déclarée par le Christ glorifié se reportant toutes à Sa victoire ultime. Cependant, dans les Psaumes, nous voyons sept différentes déclarations de « Je suis » par Christ, mais cette fois prophétisant Ses souffrances. On les retrouve dans quatre Psaumes messianiques, tous écrits 1 000 années avant l’apparition de Christ dans la chair humaine. Néanmoins, chaque Psaume est cité dans le Nouveau Testament comme étant accompli par Christ.

La première citation se trouve dans Psaume 22:7-8 : « Mais moi, je suis un ver, et non un homme ; l’opprobre des hommes et le méprisé du peuple. Tous ceux qui me voient se raillent de moi ; ils ouvrent la bouche, ils secouent la tête. » Jésus est comparé à un ver écarlate qui meurt afin que ses petits puissent vivre. En mourant, le ver dégage un fluide écarlate qui protège et nourrit ses petits. Le deuxième se trouve dans Psaume 40:18 : « Pour moi, je suis affligé et misérable ; le Seigneur aura soin de moi. Tu es mon aide et mon libérateur. Mon Dieu, ne tarde point ! » Ce verset nous indique Son entière soumission au Père, Son Libérateur, qu’Il implore de ne pas tarder à venir à Son secours.

Le troisième est dans Psaume 69:9 : « Je suis devenu un étranger pour mes frères, et un inconnu pour les fils de ma mère. » Nous voyons cela dans Jean 7:2-5 : « Or, la fête des Juifs, appelée des Tabernacles, approchait. Et ses frères lui dirent : Pars d’ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les œuvres que tu fais. Car personne ne fait rien en cachette, quand il cherche à être connu. Si tu fais ces choses, montre-toi toi-même au monde. Car ses frères même ne croyaient pas en lui. » La quatrième prophétie se trouve dans Psaume 69:21-23 : « L’opprobre m’a brisé le cœur, et je suis languissant ; j’ai attendu de la compassion, mais il n’y en a point ; des consolateurs, mais je n’en trouve pas. Ils mettent du fiel dans ma nourriture, et dans ma soif ils m’abreuvent de vinaigre. Que leur table devienne un piège devant eux, et un filet dans leur sécurité ! »

En contraste des souffrances solitaires de Christ, il y a les gloires qui suivront. Le premier des « Je Suis » se trouve au début de notre message, dans Apocalypse 1:8, suivi d’un autre proclamant cette grande vérité. Dans Apocalypse 1:9-11, nous lisons : « Moi Jean, votre frère et qui ai part avec vous à la tribulation et au règne, et à la patience de Jésus-Christ, j’étais dans l’île appelée Patmos, pour la parole de Dieu, et pour le témoignage de Jésus-Christ. Je fus ravi en esprit, le jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une grande voix, comme celle d’une trompette, qui disait : Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier ; ce que tu vois, écris-le dans un livre et l’envoie aux sept Églises qui sont en Asie, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie et à Laodicée. »

Notez que Jean n’est pas monté au ciel, mais il fut ravi en esprit tout en étant sur la terre et il entendit cette voix qui lui dit d’écrire aux sept Églises qui sont en Asie mineure. Nous allons étudier ces sept Églises pour réaliser comment Jésus est en train de corriger certaines anomalies ou défauts qui se sont infiltrés dans Son Église au fil des siècles et que Jésus veut absolument corriger afin de rendre Son Épouse pure pour l’éternité. Vous remarquerez que Jésus S’adresse à l’ange de chaque Église pour faire passer Son message et non à un individu dans la congrégation. La première de ces Églises avait été fondée par Paul à Éphèse durant ses nombreux voyages en Turquie.

Dans Apocalypse 2:1-2, Jésus dit : « Écris à l’ange de l’Église d’ÉPHÈSE : Voici ce que dit celui qui tient les sept étoiles dans sa droite, qui marche au milieu des sept chandeliers d’or : Je connais tes œuvres, et ton travail, et ta patience ; et je sais que tu ne peux souffrir les méchants ; et tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres, et ne le sont point, et tu les a trouvés menteurs. » Cette Église, fondée par Paul, avait grandi dans sa précision doctrinale et dans l’attention qu’elle portait aux Écritures. Les membres mettaient leur centre d’intérêt sur la pureté de leur leadership et étaient très vigilants contre toute forme d’enseignement faux. La plupart d’entre nous prendrions cette sorte d’Église comme un exemple rafraîchissant à suivre, surtout dans ces jours d’indifférence et souvent de théologie hérétique.

Mais soudainement, Jésus leur dit : « Tu as souffert, tu as eu de la patience, et tu as travaillé pour mon nom, et tu ne t’es point découragé. Mais j’ai contre toi, que tu as abandonné ta première charité » (Apocalypse 2:3-4). Paul avait fondé cette congrégation dans les années 60 et déjà, dans les années 90, elle avait perdu son premier amour, ce que Jésus voulait absolument corriger. Alors, dans Apocalypse 2:5, Christ leur dit : « Souviens-toi donc d’où tu es déchu, repens-toi, et fais tes premières œuvres ; sinon je viendrai bientôt à toi, et si tu ne te repens, j’ôterai ton chandelier de sa place. »

« Toutefois tu as ceci, c’est que tu hais les actions des Nicolaïtes, lesquelles je hais aussi, » leur déclare Jésus, dans Apocalypse 2:6. Le chef des apôtres avait mis en garde les anciens des Églises contre l’attitude dominante de ces Nicolaïtes. « Paissez le troupeau de Dieu qui est au milieu de vous, veillant sur lui, non par contrainte, mais volontairement ; non pour un gain honteux, mais par affection ; non comme ayant la domination sur les héritages du Seigneur, mais en étant les modèles du troupeau. Et lorsque le souverain Pasteur paraîtra, vous remporterez la couronne incorruptible de gloire » (1 Pierre 5:2-4).

Éphèse était une bonne congrégation, mais le Seigneur ressuscité avait noté quelque chose contre elle. Apparemment, malgré toute son attention pour la doctrine et la pureté de son leadership, cette Église avait abandonné son premier amour (Apocalypse 2:4). Elle était déchue de cet amour qu’elle avait démontré plusieurs années auparavant, lorsque Paul avait appelé les anciens afin de les encourager. « Car je vous ai annoncé tout le dessein de Dieu, sans en rien cacher. Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église de Dieu, qu’il a acquise par son propre sang » leur dit-il, dans Actes 20:27-28.

« Car je sais qu’après mon départ, il s’introduira parmi vous des loups ravissants, qui n’épargneront point le troupeau ; et qu’il s’élèvera parmi vous des hommes qui annonceront des doctrines pernicieuses, afin d’attirer les disciples après eux. Veillez donc, vous souvenant que durant trois ans je n’ai cessé, nuit et jour, d’avertir chacun de vous avec larmes. Et maintenant, frères, je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, lui qui peut vous édifier et vous donner l’héritage avec tous les saints. Je n’ai désiré ni l’argent, ni l’or, ni les vêtements de personne. Et vous savez vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi. Je vous ai montré en toutes choses, que c’est ainsi qu’en travaillant, il faut secourir les faibles, et se souvenir des paroles du Seigneur Jésus, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Quand il eut dit cela, il se mit à genoux, et pria avec eux tous. Alors tous fondirent en larmes, et se jetant au cou de Paul, ils le baisaient, affligés principalement de ce qu’il avait dit, qu’ils ne verraient plus son visage. Et ils le conduisirent jusqu’au vaisseau » (Actes 20:29-38).

S’éloigner du premier amour était tellement sérieux que le Seigneur a averti Éphèse de se repentir sinon : « j’ôterai ton chandelier de sa place » (Apocalypse 2:5). L’autorité qu’ils possédaient de représenter Christ en tant que Son Église leur serait enlevée. Une doctrine précise ne devrait jamais altérer notre amour pour le peuple ou pour la vérité. « Que celui qui a des oreilles, écoute ce que l’Esprit dit aux Églises : A celui qui vaincra, je lui donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est au milieu du paradis de Dieu » (Apocalypse 2:7). Donc, à celui qui vaincra Jésus lui donnera de manger de l’arbre de la vie, ce qui est équivalent d’avoir la vie éternelle.

Dans Apocalypse 2:8-10, nous lisons : « Écris aussi à l’ange de l’Église de SMYRNE : Voici ce que dit le Premier et le Dernier, qui a été mort, et qui a repris la vie : Je connais tes œuvres, et ta tribulation, et ta pauvreté, (quoique tu sois riche,) et les calomnies de ceux qui se disent Juifs, et ne le sont point, mais qui sont une synagogue de Satan. Ne crains rien des choses que tu auras à souffrir ; voici, le diable va jeter en prison quelques-uns de vous, afin que vous soyez éprouvés ; et vous aurez une affliction de dix jours. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. »

Le Seigneur Jésus reconnaissait bien cette petite Église aux prises avec les calomnies de ceux qui se disent Juifs, mais ne le sont pas. Cette petite Église n’est pas mentionnée ailleurs dans le Nouveau Testament. Mais cette congrégation valait la peine d’être mentionnée. Jésus la considérait très  différemment de nos mouvements religieux d’aujourd’hui avec leurs énormes auditoriums et leurs grandes chorales. La plupart du monde vante ces églises qui enlèvent les restrictions doctrinales pour attirer et plaire aux gens iniques et populaires. Smyrne était pauvre, troublée par ceux qui haïssaient le message de Dieu, et souffrait toutes sortes de tribulations pour ses œuvres. Quelques-uns des membres furent jetés en prison pour leur volonté à être identifiés à la vérité.

Des générations se sont écoulées. Depuis, quelque chose du même genre est arrivé aux églises du monde occidental. Les pays qui le font semblent éparpillés dans le monde « civilisé ». Que Dieu nous protège d’avoir de telles attitudes. Mais Celui qui se tient parmi les chandeliers de Son Église voyait Smyrne comme riche et digne de la couronne de vie. Jésus a loué cette petite Église et l’a encouragé à demeurer fidèle. Dans Apocalypse 2:10, Christ lui dit : « Ne crains rien des choses que tu auras à souffrir ; voici, le diable va jeter en prison quelques-uns de vous, afin que vous soyez éprouvés ; et vous aurez une affliction de dix jours. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. » Lorsque le Roi donnera Ses récompenses à partir de Son trône de jugement, ces fidèles, persécutés, pauvres, troublés, et ces âmes emprisonnées entreront dans l’éternité avec de grandes richesses et une liberté joyeuse.

« Mais vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant, de la Jérusalem céleste, des milliers d’anges, de l’assemblée et de l’Église des premiers-nés, inscrits dans les cieux, d’un juge qui est Dieu de tous, des esprits des justes parvenus à la perfection, et de Jésus, Médiateur de la nouvelle alliance, et du sang de l’aspersion, qui prononce de meilleures choses que celui d’Abel » (Hébreux 12:22-24). Maintenant, regardez la merveilleuse promesse que Jésus réserve à cette belle congrégation, dans Apocalypse 2:11 : « Que celui qui a des oreilles, écoute ce que l’Esprit dit aux Églises : Celui qui vaincra, ne recevra aucun dommage de la seconde mort. »

Dans Apocalypse 2:12-14, le Seigneur dit : « Écris aussi à l’ange de l’Église de PERGAME : Voici ce que dit celui qui a l’épée aiguë à deux tranchants : Je connais tes œuvres, et le lieu que tu habites, où Satan a son trône ; et tu retiens mon nom, et tu n’as point renié ma foi, même aux jours où Antipas, mon fidèle martyr, a été mis à mort au milieu de vous, où Satan habite. Mais j’ai quelque peu de chose contre toi, c’est que tu as là des gens qui tiennent la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre un scandale devant les enfants d’Israël, pour qu’ils mangeassent des choses sacrifiées aux idoles, et qu’ils tombassent dans la fornication. »

Ce corps de croyants, vivant dans un environnement méchant, mérite d’être noté. Ils ont tenu fermement à Christ, même dans une ville où Satan habitait. Un de leurs membres, Antipas, fut tué à cause de sa foi. Malgré cela, l’Église de Pergame est demeurée fidèle dans son témoignage spirituel, une petite lumière dans une mer de méchanceté. Mais peut-être à cause de la pression qui les entourait, Jésus les a avertis contre deux doctrines destructives qui fleurissaient parmi eux. La première fut celle de Balaam : « Qui, ayant quitté le droit chemin, se sont égarés, en suivant la voie de Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire de l’iniquité, mais qui fut repris de son injustice ; une ânesse muette, parlant d’une voix humaine, réprima la folie du prophète » (2 Pierre 2:15-16). La deuxième doctrine destructive fut celle des Nicolaïtes, à laquelle leur sœur à Éphèse fut également confrontée et dont Jésus fait mention dans Apocalypse 2:14-15 : « Mais j’ai quelque peu de chose contre toi, c’est que tu as là des gens qui tiennent la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre un scandale devant les enfants d’Israël, pour qu’ils mangeassent des choses sacrifiées aux idoles, et qu’ils tombassent dans la fornication. Pareillement, tu en as, toi aussi, qui tiennent la doctrine des Nicolaïtes ; ce que je hais. »

Balaam était un prophète bien connu à l’époque et qui accepta volontairement de maudire la nation d’Israël pour un gros montant d’argent. Mais, même si Dieu n’a pas permis que Son peuple d’Israël soit maudit, Balaam a continué à promouvoir son erreur et Israël a sombré dans le péché. « Malheur à eux ! car ils ont suivi la voie de Caïn ; en effet, ils se sont jetés dans l’égarement de Balaam, l’amour du gain ; ils ont péri de la rébellion de Coré », déclare Jude, dans Jude 1:11. Les Écritures parlent très peu des Nicolaïtes. Le mot veut dire « conquérant du peuple ». Cet enseignement s’est développé dans la hiérarchie d’une certaine église dans les décennies qui ont suivi et, vers la fin du deuxième siècle, il fut bien établie dans les villes majeures.

Jésus a mis en garde contre ce genre de leadership. « Et Jésus, les ayant appelés, leur dit : Vous savez que les princes des nations les dominent, et que les grands leur commandent avec autorité. Mais il n’en doit pas être ainsi parmi vous ; au contraire, quiconque voudra être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur. Et quiconque voudra être le premier entre vous, qu’il soit votre esclave, comme le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour plusieurs » (Matthieu 20:25-28). Donc, Jésus était définitivement contre ceux qui dominaient sur le peuple. Voilà pourquoi Jésus félicite les Éphésiens en déclarant, dans Apocalypse 2:6 : « Toutefois tu as ceci, c’est que tu hais les actions des Nicolaïtes, lesquelles je hais aussi. »

Ensuite, Jésus dit à Jean : « Écris aussi à l’ange de l’Église de THYATIRE : Voici ce que dit le Fils de Dieu, qui a les yeux comme une flamme de feu, et les pieds semblables à un cuivre très fin. Je connais tes œuvres, ta charité, ton ministère, ta foi, et ta patience ; et je sais que tes dernières œuvres surpassent les premières. Mais j’ai quelque peu de chose contre toi, c’est que tu souffres que la femme Jésabel, qui se dit prophétesse, enseigne et séduise mes serviteurs, pour les engager dans la fornication, et leur faire manger des choses sacrifiées aux idoles » (Apocalypse 2:18-20). La lettre de Jésus à Thyatire est la plus longue des sept inscrites dans l’Apocalypse. Malgré que cette Église eût été fidèle, avec beaucoup de charité, et grandissait évidemment en réputation et en nombre, Jésus a utilisé un langage assez dur pour corriger son comportement.

Nous ne savons pas si la femme qui était si dominante dans l’Église portait vraiment le nom de Jésabel, mais elle s’était déclarée prophétesse. Sa « sœur » de l’Ancien Testament était une méchante reine et la femme du roi Achab d’Israël au temps du prophète Élie. Ses mauvaises actions sont enregistrées dans sept chapitres de 1 Rois, ce qui est plus que n’importe quelle femme dans l’histoire d’Israël. La Jésabel de Thyatire se permettait de séduire les serviteurs de Dieu à commettre la fornication et à manger la viande sacrifiée aux idoles. Il n’est pas clair si le Seigneur parlait de fornication physique entre les membres de l’Église, mais la pratique de sacrifier aux idoles – fornication spirituelle – était une rébellion contre le second commandement. « Tu ne te feras point d’image taillée, ni aucune ressemblance des choses qui sont là-haut dans les cieux, ni ici-bas sur la terre, ni dans les eaux sous la terre ; tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car je suis l’Éternel ton Dieu, un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants, jusqu’à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent » (Exode 20:4-5).

Ceux qui commettaient l’adultère avec elle entraient, comme on dit, dans les profondeurs de Satan. L’adultère était très commun au sein des religions païennes du temps, mais même si ce n’était que l’adultère spirituel, ceux qui se disent de Christ ne peuvent pas adorer d’autres dieux. « Israël, ne te réjouis point, et ne sois pas transporté de joie comme les peuples, de ce que tu t’es prostitué en abandonnant ton Dieu ! Tu as aimé le salaire de la prostitution sur toutes les aires de froment », déclare Osée 9:1. Que Dieu nous protège contre un enseignement et un leadership pareils.

Dans Apocalypse 3:1, Jésus dit à Jean : « Écris aussi à l’ange de l’Église de SARDES : Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu, et les sept étoiles : Je connais tes œuvres ; tu as la réputation d’être vivant ; mais tu es mort. » L’Église à Sardes a reçu la plus triste des lettres de l’Apocalypse. Cette Église semblait vouloir passer pour vivante dans son entourage, mais Jésus voyait son témoignage et sa réputation, et Il avait conclu qu’elle était morte. Dans le monde d’aujourd’hui, plusieurs endroits ont de grandes salles vitrées, avec de grandes croix sur leurs façades et des inscriptions portant le nom de christianisme écrit sur toute leur propriété et, pourtant, ils sont morts, spirituellement parlant. Ce sont des églises qu’on pourrait comparer à des monuments ou des pierres tombales dans les cimetières, conçus pour honorer la mémoire d’hommes et de femmes fidèles des générations passées qui furent vivantes pendant un temps, ayant de solides réputations envers Dieu, mais dont les familles se sont éventuellement éloignées de Dieu.

Mais, même à Sardes, il y en avait un petit nombre qui est demeuré fidèle malgré que l’Église se fut en allé à la dérive, tout comme il existe des familles présentement qui sont demeurées avec un héritage chrétien. Le conseil à Sardes, ainsi qu’à ces familles fidèles, est : « Souviens-toi donc de ce que tu as reçu et entendu, garde-le, et te repens. Que si tu ne veilles pas, je viendrai vers toi comme un larron, et tu ne sauras point à quelle heure je viendrai vers toi » (Apocalypse 3:3). L’Église à Philippe a reçu le même conseil : « Vous les avez aussi apprises, reçues et entendues de moi, et vous les avez vues en moi. Faites-les, et le Dieu de paix sera avec vous », leur déclare Paul, dans Philippiens 4:9. Recevoir un héritage est bien beau, mais chacun de nous sera jugé selon son œuvre, ce qu’il aura accompli pour l’œuvre de Christ.

Nous arrivons maintenant à l’Église de Philadelphie où Jésus déclare, dans  Apocalypse 3:7-8 : « Écris aussi à l’ange de l’Église de PHILADELPHIE : Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David ; qui ouvre, et personne ne ferme ; et qui ferme, et personne n’ouvre : Je connais tes œuvres ; voici, j’ai ouvert une porte devant toi, et personne ne peut la fermer ; parce que tu as peu de force, que tu as gardé ma parole, et que tu n’as point renié mon nom. » Philadelphie est la seule Église qui n’a reçu aucune correction de la part de Jésus. Elle avait peu de force parce qu’elle tenait à prêcher sur deux fondations : La Parole de Dieu et le Nom de Jésus, le seul Sauveur. « Car personne ne peut poser d’autre fondement que celui qui a été posé, lequel est Jésus-Christ », nous confirme aussi Paul, dans       1 Corinthiens 3:11. À cause de cela, cette congrégation était peu fréquentée.

Et sur les fondations écrites : « Étant édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, dont Jésus-Christ est la pierre angulaire, en qui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint au Seigneur, en qui aussi vous êtes édifiés ensemble, pour être la maison de Dieu par l’Esprit » (Éphésiens 2:20-22). Et tout est inspiré par Dieu, car : « Toute l’Écriture est divinement inspirée, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour former à la justice ; afin que l’homme de Dieu soit accompli, et propre à toute bonne œuvre » (2 Timothée 3:16-17). Philadelphie avait fidèlement gardé ces principes éternels et, pour cela, elle a reçu cette porte ouverte que personne ne peut fermer.

L’introduction de Jésus à l’Église de Philadelphie cite celui qui a la clef de David, suggérant une référence à la maison du Roi où nous découvrons que : « Ainsi fut achevé tout l’ouvrage que le roi Salomon fit pour la maison de l’Éternel. Puis Salomon fit apporter ce que David, son père, avait consacré, l’argent, l’or et les ustensiles, et il les mit dans les trésors de la maison de l’Éternel » (1 Rois 7:51). Jésus a utilisé ce verset pour démontrer Son autorité en tant que Roi dans Son Royaume. « Je le vêtirai de ta tunique, et le ceindrai de ta ceinture ; je mettrai Ton autorité entre ses mains, et il sera le père des habitants de Jérusalem et de la maison de Juda. Je mettrai sur son épaule la clef de la maison de David ; il ouvrira, et nul ne fermera ; il fermera, et nul n’ouvrira. » Le trésor du Royaume éternel n’est pas une richesse physique : « Car personne ne peut poser d’autre fondement que celui qui a été posé, lequel est Jésus-Christ. Que si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, ou du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée ; car le jour la fera connaître, parce qu’elle sera révélée par le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun » (1 Corinthiens 3:11-13).

Mais, tout comme les dix vierges dans Matthieu 25:1-4, où Jésus nous déclare que : « le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent au-devant de l’époux. Or, cinq d’entre elles étaient sages, et cinq folles. Les folles, en prenant leurs lampes, n’avaient point pris d’huile avec elles. Mais les sages avaient pris de l’huile dans leurs vaisseaux, avec leurs lampes », la porte ouverte représente une opportunité d’utiliser les ressources du Roi pour Son profit et non pour une garantie de succès personnel. Le Roi nous offre les ressources, mais le travail et l’utilisation des ressources sont notre responsabilité. Et nous aurons à répondre pour nos actions, un jour. Si nous utilisons bien ces ressources que Dieu nous offre, même ceux de la « synagogue de Satan » viendront se prosterner à nos pieds, selon la déclaration de Jésus. « Voici, je t’en donnerai de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs, et qui ne le sont point, mais qui mentent ; voici, je les ferai venir, afin qu’ils se prosternent à tes pieds, et qu’ils connaissent que je t’ai aimée » (Apocalypse 3:9). Et toute langue confessera que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Mais, dans Apocalypse 3:14-16, Jésus déclare : « Écris aussi à l’ange de l’Église de LAODICÉE : Voici ce que dit l’Amen, le Témoin fidèle et véritable, le Principe de la création de Dieu : Je connais tes œuvres ; je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Oh ! si tu étais froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, ni froid, ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. » Le Seigneur a utilisé un langage intensif pour corriger cette Église, la dernière à laquelle Jean devait écrire. Laodicée était dangereusement proche de l’escarpement et d’être désavouée par le Chef de l’Église.

Certaines Églises de nos jours croient vraiment qu’elles sont autosuffisantes et qu’elles n’ont vraiment besoin de rien, leur système de doctrines étant fixé depuis parfois des siècles, sans avoir été vérifié scrupuleusement dans la Parole de Dieu afin de se débarrasser des influences néfastes exercées par les gens de la Synagogue de Satan, au sein même du christianisme. Mais Jésus n’est pas d’accord avec elle et dit : « Car tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien ; et tu ne connais pas que tu es malheureux, et misérable, et pauvre, et aveugle, et nu » (Apocalypse 3:17).

Les richesses mondaines, un grand nombre de propriétés, ainsi que la reconnaissance populaire avaient aveuglé ses membres, de même que ses leaders, au sujet de leur véritable condition spirituelle. Ils se disaient riches à cause de ce qu’ils avaient amassé et croyaient n’avoir besoin de rien. Mais selon la perspective de Jésus, ils étaient malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nus. La cause terrible de cette destitution spirituelle, c’est qu’ils sont devenus tièdes. C’est comme s’attendre à recevoir un verre d’eau froide pour se désaltérer dans les grandes chaleurs, ou une tasse de thé chaud pour se réchauffer dans les temps de froidure, mais recevoir tout à la température de la pièce, ni rafraîchissant, ni réchauffant. Aucun effet bienfaisant. Cette Église goûtait comme le monde qui l’entourait. « A ceux-ci, une odeur mortelle, donnant la mort ; et à ceux-là, une odeur vivifiante, donnant la vie. Et qui est suffisant pour ces choses ? », comme le disait si bien Paul, dans    2 Corinthiens 2:16. Toutes de « bonnes personnes » se mêlant bien à la communauté.

Malgré cette évaluation, cette Église appartenait toujours au Seigneur et, parce qu’Il l’aimait, Jésus lui conseille : « d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, pour devenir riche ; et des vêtements blancs, pour être vêtu, et que la honte de ta nudité ne paraisse point, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies » (Apocalypse 3:18). Ils avaient besoin d’oindre leurs yeux afin de voir les valeurs éternelles du Seigneur. Dans Apocalypse 3:19, Jésus leur dit : « Je reprends et je châtie tous ceux que j’aime ; aie donc du zèle, et te repens. » La balle est maintenant dans leur camp et Christ leur déclare : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe ; si quelqu’un entend ma voix et m’ouvre la porte, j’entrerai chez lui, et je souperai avec lui, et lui avec moi. Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et suis assis avec mon Père sur son trône » (vs 20-21). Être tiède garde le Seigneur à l’extérieur. Quelle honte qu’une telle chose puisse arriver à une église !

Revenez à Jésus qui nous confirme continuellement qu’Il est le Je Suis et écoutez ces deux beaux témoignages de Sa part. Dans Apocalypse 1:18, Jésus nous confirme : « J’ai été mort, et voici je suis vivant aux siècles des siècles, Amen ; et j’ai les clefs de l’enfer [la tombe, et le séjour des morts] et de la mort. » Dans Apocalypse 22:16, Jésus nous laisse avec ces paroles : « Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous rendre témoignage de ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin. » À nous tous maintenant de réagir, avant qu’il ne soit trop tard.




D.440 – Un son doux et subtil

Par Joseph Sakala

Élie se cachait dans une caverne pour sauver sa vie, même si Dieu avait exaucé sa prière en envoyant un feu du ciel. Jézabel n’était pas intimidée par la victoire d’Élie et elle s’était juré de le tuer. Élie est tombé dans une dépression telle qu’il voulait mourir. Si Jézabel ne fut pas impressionnée par le feu qui descendit du ciel, comment Élie pouvait-il espérer combattre contre son armée ? Même un ange ne pouvait le dissuader de ses doutes. Alors, Dieu lui parla : « Et il lui dit : Sors, et tiens-toi sur la montagne, devant l’Éternel. Et voici, l’Éternel passait. Et un vent grand et violent déchirait les montagnes, et brisait les rochers devant l’Éternel : mais l’Éternel n’était point dans ce vent. Après le vent, il y eut un tremblement de terre : l’Éternel n’était point dans ce tremblement. Et après le tremblement, un feu : l’Éternel n’était point dans ce feu. Et après le feu, un son doux et subtil. Et sitôt qu’Élie l’eut entendu, il arriva qu’il s’enveloppa le visage de son manteau, et sortit, et se tint à l’entrée de la caverne ; et voici, une voix lui fut adressée en ces termes : Que fais-tu ici, Élie ? » (1 Rois 19:11-13).

Dieu avait finalement réussi à atteindre Élie afin de l’assurer que Dieu était parfaitement en charge de toutes les circonstances. Cela nous fait penser au moment où Moïse s’est adressé aux enfants d’Israël à la mer Rouge. « Et Moïse dit au peuple : Ne craignez point ; tenez-vous là, et voyez la délivrance de l’Éternel, qu’il vous accordera aujourd’hui ; car les Égyptiens que vous avez vus aujourd’hui, vous ne les reverrez jamais plus. L’Éternel combattra pour vous, et vous, vous resterez tranquilles » (Exode 14:13-14). Au sujet de Jésus, il a été également prophétisé, dans Ésaïe 42:2 : « Il ne criera point ; il n’élèvera point sa voix, et ne la fera point entendre dans les rues. » Mais il a également reçu cette promesse, au verset 4 : « Il ne se ralentira ni ne se précipitera point, jusqu’à ce qu’il ait établi la justice sur la terre ; et les îles espéreront en Sa loi. »

Cette promesse fut accomplie en Jésus, comme nous le voyons dans Matthieu 12:17-21 : « De sorte que fut accompli ce qui avait été dit par Ésaïe le prophète en ces termes : Voici mon serviteur que j’ai élu, mon bien-aimé en qui mon âme a pris plaisir ; je mettrai mon Esprit sur lui, et il annoncera la justice aux nations ; Il ne contestera point, et ne criera point, et on n’entendra point sa voix dans les places ; Il ne rompra pas le roseau froissé, et il n’éteindra pas le lumignon qui fume encore, jusqu’à ce qu’il ait rendu la justice victorieuse ; et les nations espéreront en son nom. »

Dans notre impatience humaine, nous croyons que Dieu devrait toujours agir immédiatement et en grande puissance. A moins de voir un grand nombre de convertis et des super démonstrations de pouvoir, nous nous décourageons comme Élie. Mais Dieu nous parle d’une voix douce et subtile, à peine perceptible. « Cependant l’Éternel attend pour vous faire grâce ; il se lèvera pour avoir compassion de vous ; car l’Éternel est un Dieu juste. Heureux tous ceux qui se confient en lui ! Car tu ne pleureras plus, peuple de Sion, qui habites dans Jérusalem. Il te fera grâce, quand tu crieras ; dès qu’il t’entendra, il t’exaucera. Le Seigneur vous donnera le pain d’angoisse et l’eau d’affliction ; mais ceux qui t’enseignent ne disparaîtront plus, et tes yeux verront ceux qui t’enseignent. Et quand vous irez à droite, ou quand vous irez à gauche, vos oreilles entendront derrière vous la voix qui dira : C’est ici le chemin, marchez-y ! » (Esaïe 30:18-21).

Mais nous, Ses Élus, nous entendons Sa voix. « Qu’ainsi disent les rachetés de l’Éternel, ceux qu’il a rachetés de la main de l’oppresseur, et qu’il a rassemblés des pays d’orient et d’occident, de l’aquilon et du midi. Ils erraient par le désert, dans un chemin solitaire ; ils ne trouvaient point de ville habitable. Ils étaient affamés et altérés ; leur âme défaillait en eux. Alors ils ont crié à l’Éternel dans leur détresse ; et il les a délivrés de leurs angoisses. Il les a conduits par le droit chemin, pour arriver à une ville habitable. Qu’ils célèbrent l’Éternel pour sa bonté, pour ses merveilles envers les fils des hommes ! » (Psaume 107:2-8).

Ce Psaume de louange à la Providence divine est centré autour de quatre exemples de délivrance divine concernant des problèmes particuliers. Voici les quatre situations : des voyageurs perdus, en manque de provisions et loin de la ville. « Ils erraient par le désert, dans un chemin solitaire ; ils ne trouvaient point de ville habitable. Ils étaient affamés et altérés ; leur âme défaillait en eux. Alors ils ont crié à l’Éternel dans leur détresse ; et il les a délivrés de leurs angoisses. Il les a conduits par le droit chemin, pour arriver à une ville habitable » (Psaume 107:4-7). Ensuite, vous avez des prisonniers retenus dans leur propre rébellion. « Ceux qui habitaient les ténèbres et l’ombre de la mort, retenus dans l’affliction et dans les fers, pour avoir été rebelles aux paroles de Dieu, et avoir méprisé le conseil du Très-Haut ; Il avait humilié leur cœur par la souffrance ; ils succombaient loin de tout secours. Alors ils ont crié à l’Éternel dans leur détresse ; et il les a délivrés de leurs angoisses. Il les a tirés des ténèbres et de l’ombre de la mort ; il a rompu leurs liens » (Psaume 107:10-14).

Après cela, vous avez ceux qui ont été réduits à la souffrance physique à cause de leurs péchés. « Les insensés qui étaient affligés à cause de la voie de leurs transgressions et de leurs iniquités ; leur âme avait en horreur toute nourriture ; ils touchaient aux portes de la mort. Alors ils ont crié à l’Éternel dans leur détresse ; et il les a délivrés de leurs angoisses. Il a envoyé sa parole, et il les a guéris, et les a retirés de leurs tombeaux » (Psaume 107:17-20). Ensuite, en quatrième lieu, des marins faisant face au naufrage. « Ceux qui descendent sur la mer dans des navires, et qui trafiquent sur les grandes eaux, ceux-là ont vu les œuvres de l’Éternel, et ses merveilles dans les lieux profonds. Il parla, et fit lever un vent de tempête, qui souleva les vagues de la mer. Ils montent aux cieux ; ils descendent aux abîmes ; leur âme se fond d’angoisse. Ils tournoient et chancellent comme un homme ivre ; toute leur sagesse leur manque. Alors ils ont crié à l’Éternel dans leur détresse, et il les a retirés de leurs angoisses. Il arrête la tempête, la changeant en calme, et les ondes se taisent » (Psaume 107:23-29).

Mais vous noterez que, dans chaque cas, les individus prièrent pour la délivrance par un miracle de Dieu et ils célébrèrent l’Éternel pour Sa bonté, pour Ses merveilles envers les fils des hommes ! Qu’ils offrent donc des sacrifices d’actions de grâces et racontent Ses œuvres en chantant de joie ! Ce cycle nous rappelle le pattern qui existait durant le temps des Juges où : « En ces jours-là il n’y avait point de roi en Israël, mais chacun faisait ce qui lui semblait bon » (Juges 21:25). À cause de leur rébellion, Dieu amena souvent Israël en captivité et, chaque fois, durant leur oppression, ils crièrent à Dieu qui leur envoya un juge que Dieu fortifia pour vaincre l’ennemi et libérer le peuple.

Le même modèle peut également être trouvé dans la prière de Salomon lors de la dédicace du temple. Dieu reconnut la tendance humaine à se rebeller et à oublier les provisions du Seigneur quand tout allait bien, s’attirant ainsi le Jugement de Dieu. Mais Dieu a toujours utilisé ces moments de trouble pour ramener les hommes et les femmes vers Lui. Il est un Dieu de grâce, de miséricorde et d’amour, désireux de pardonner et de ramener ceux qui se repentent et crient vers Lui pour la délivrance. Mais Dieu ne change pas et la même vérité s’applique de nos jours. Nous avons toujours tendance à nous rebeller et notre Dieu de longanimité est toujours prêt à pardonner et à nous rétablir lors de notre repentance.

Pierre nous déclare : « En cela vous vous réjouissez, quoique vous soyez maintenant attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, puisqu’il le faut, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable, qui pourtant est éprouvé par le feu, vous tourne à louange, à honneur et à gloire, lors de l’avènement de Jésus-Christ, que vous aimez, sans l’avoir connu, en qui vous croyez, sans le voir encore, et vous vous réjouissez d’une joie ineffable et glorieuse, remportant le prix de votre foi, le salut de vos âmes » (1 Pierre 1:6-9). Ce sont ces paroles d’encouragement qui devraient nous pousser à proclamer l’Évangile.

« Cependant, frères [et sœurs], je veux que vous sachiez que ce qui m’est arrivé, a plutôt contribué aux progrès de l’Évangile ; en sorte que mes liens sont devenus célèbres par Christ dans tout le prétoire, et partout ailleurs ; et que la plupart des frères en notre Seigneur, étant encouragés par mes liens, osent annoncer la parole plus hardiment et sans crainte. Quelques-uns, il est vrai, prêchent Christ par envie et dispute ; et d’autres le font avec bienveillance. Les uns annoncent Christ dans un esprit de dispute, et non pas purement, croyant ajouter de l’affliction à mes liens ; mais les autres le font par affection, sachant que je suis établi pour la défense de l’Évangile, » nous déclare Paul, dans Philippiens 1:12-17.

Le mot « progrès », peu fréquemment utilisé, veut simplement dire « avancement » et il n’est employé qu’une seule fois dans Philippiens 1:25-26 où Paul déclare : « Et je suis pleinement persuadé que je resterai, et que je demeurerai avec vous tous, pour votre avancement et pour votre joie dans la foi, afin que vous ayez en moi, par mon retour au milieu de vous, un sujet de vous glorifier pleinement par Jésus-Christ. » Dans 1 Timothée 4:15-16, Paul déclare à son évangéliste : « Médite ces choses, sois-en toujours occupé, afin que tes progrès soient évidents en toutes choses. Prends garde à toi-même et à la doctrine : persévère dans ces choses ; car en les faisant, tu te sauveras toi-même, et ceux qui t’écoutent. »

Paul a écrit cette épître alors qu’il était injustement incarcéré dans une prison romaine et il se souvenait du moment où il avait rencontré pour la première fois plusieurs chrétiens philippiens alors qu’ils étaient incarcérés et battus dans une prison à Philippe. Paul et Silas avaient faits beaucoup de bien lors de leur séjour, mais : « la foule se souleva contre eux, et les préteurs, ayant fait déchirer leurs vêtements, ordonnèrent qu’ils fussent battus de verges. Et après leur avoir infligé plusieurs coups, ils les jetèrent en prison et ordonnèrent au geôlier de les garder sûrement. Ayant reçu cet ordre, celui-ci les jeta dans la prison intérieure, et serra leurs pieds dans des entraves » (Actes 16:22-24). Mais ce n’est pas la fin de l’histoire, comme vous allez le constater.

« Sur le minuit, Paul et Silas étant en prières, chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les entendaient. Et tout d’un coup il se fit un grand tremblement de terre, en sorte que les fondements de la prison furent ébranlés, et en même temps toutes les portes furent ouvertes, et les liens de tous furent rompus. Alors le geôlier, s’étant réveillé, et voyant les portes de la prison ouvertes, tira son épée, et allait se tuer, croyant que les prisonniers s’étaient sauvés. Mais Paul d’une voix forte s’écria : Ne te fais point de mal; car nous sommes tous ici. Alors le geôlier, ayant demandé de la lumière, entra promptement, et tout tremblant se jeta aux pieds de Paul et de Silas. Puis les menant dehors, il leur dit : Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé ? Ils lui dirent : Crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé, toi et ta famille. Et ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, et à tous ceux qui étaient dans sa maison. Et les ayant pris avec lui à cette heure même de la nuit, il lava leurs plaies ; et il fut aussitôt baptisé, lui et tous les siens. Et les conduisant dans son logement, il leur servit à manger ; et il se réjouit de ce qu’il avait cru en Dieu, avec toute sa famille » (Actes 16:25-34).

En effet, Paul fut souvent emprisonné, torturé et maltraité par les siens.  « Sont-ils ministres de Christ ? (je parle en imprudent,) je le suis plus encore ; plus je le suis par les travaux, infiniment plus par les blessures, plus par les prisons ; souvent en danger de mort ; cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un ; trois fois j’ai été battu de verges ; une fois j’ai été lapidé ; trois fois j’ai fait naufrage ; j’ai passé un jour et une nuit dans la mer profonde ; j’ai été souvent en voyage ; en danger sur les fleuves, en danger de la part des voleurs, en danger parmi ceux de ma nation, en danger parmi les Gentils, en danger dans les villes, en danger dans les déserts, en danger sur la mer, en danger parmi les faux frères ; dans les peines, dans les travaux, dans de fréquentes veilles, dans la faim, dans la soif, souvent dans les jeûnes, dans le froid et dans la nudité. Et chaque jour, sans parler des autres choses, je suis assiégé par les soucis de toutes les Églises » (2 Corinthiens 11:23-28). Et tout cela pour faire progresser l’Évangile.

Pendant qu’il était incarcéré, Paul a trouvé le moyen d’écrire quatre de ses épîtres, c’est-à-dire, celles aux Éphésiens, aux Philippiens, aux Colossiens, à Philémon et possiblement celle aux Hébreux. Mais ces épîtres se sont avérées une véritable bénédiction pour des millions d’individus, tout au long des siècles. Cependant, dans les dernières années de sa vie : « Paul demeura deux ans entiers dans son logement privé, où il recevait tous ceux qui venaient le voir, prêchant le royaume de Dieu, et enseignant les choses qui regardent le Seigneur Jésus-Christ, avec toute liberté et sans aucun empêchement » (Actes 28:30-31).

Paul ne pouvait imaginer qu’il était vrai que toutes les choses lui étant survenues soient arrivées pour l’avancement de l’Évangile de Dieu. Paul eut toutefois la vision spirituelle lui faisant réaliser que ce qui pouvait d’abord paraître aux autres des problèmes et des difficultés, Dieu les utilisait pour faire progresser l’Évangile. Alors, plutôt que de se plaindre ou abandonner lorsque la vie chrétienne devenait difficile, il faut toujours se rappeler que : « Certes, la fureur de l’homme tourne à ta louange, quand tu te revêts de tout ton courroux » (Psaume 76:11). C’est pourquoi Paul comparait son service à Christ à un enrôlement dans la milice.

A Timothée, Paul déclare : « Toi donc, endure les souffrances comme un bon soldat de Jésus-Christ. Aucun homme faisant la guerre, ne s’embarrasse des affaires de la vie, afin de plaire à celui qui l’a enrôlé. Et si quelqu’un combat dans la lice, il n’est couronné que s’il a combattu suivant les règles » (2 Timothée 2:3-5). Au fur et à mesure que Paul approchait de la fin de sa vie sur terre, il s’acharnait à encourager son disciple Timothée à se fortifier dans la grâce qui est en Jésus-Christ, ainsi qu’à passer à d’autres les précieux enseignements qu’il avait reçus. Paul a comparé la vie de Timothée dans le ministère à celle d’un soldat.

Dans 2 Timothée 4:5-8, Paul prend soin de lui dire : « Mais toi, sois vigilant en toutes choses, endure les afflictions, fais l’œuvre d’un évangéliste ; remplis complètement ton ministère. Car pour moi, je vais être immolé, et le temps de mon départ approche. J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Au reste, la couronne de justice m’est réservée, le Seigneur, le juste juge, me la donnera en ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. » Paul se cite carrément comme exemple, dans 2 Timothée 2:9-11, lorsqu’il dit : « Pour qui je souffre jusqu’à être lié comme un malfaiteur, mais la parole de Dieu n’est point liée. C’est pourquoi je supporte tout à cause des élus, afin qu’ils obtiennent aussi le salut qui est en Jésus-Christ, avec la gloire éternelle. Cette parole est certaine : En effet, si nous mourons avec lui, nous vivrons aussi avec lui. »

En tant que soldats de Christ, nous devrions éviter toute chose qui nous empêcherait d’être efficaces dans notre carrière. Un soldat doit être prêt à tirer son épée en toute liberté et à l’utiliser avec courage et conviction. Il ne peut pas le faire s’il a d’autres responsabilités qui l’empêchent d’être efficace. Cela peut se comparer à un ministre ou un pasteur qui serait forcé de prêcher des mensonges afin de garder son emploi. Alors, dans 2 Timothée 2:1-5, Paul dit à Timothée : « Toi donc, mon fils, fortifie-toi, dans la grâce qui est en Jésus-Christ. Et les choses que tu as entendues de moi, en présence de plusieurs témoins, confie-les à des hommes fidèles, qui soient capables aussi d’enseigner les autres. Toi donc, endure les souffrances comme un bon soldat de Jésus-Christ. Aucun homme faisant la guerre, ne s’embarrasse des affaires de la vie, afin de plaire à celui qui l’a enrôlé. Et si quelqu’un combat dans la lice, il n’est couronné que s’il a combattu suivant les règles. »

Le but du soldat est de plaire à son leader. Ainsi doit être notre but dans la guerre actuelle en préservant et en ne transmettant que la vérité. En tant que chrétiens, nous avons été choisis par Dieu pour faire partie de l’armée du Général qui est mort Lui-même afin d’assurer notre ultime victoire. Et Jésus mérite notre dévotion totale à Sa cause. « Néanmoins, vous avez bien fait de prendre part à mon affliction, » nous déclare Paul, dans Philippiens 4:14. Notre utilisation du mot « affliction » veut simplement dire « suivre les instructions du chef en toute clarté ou lumière ». Le mot grec traduit est sugkoinoneo, un mot composé qui signifie « avec participation ». Paul félicite les Philippiens pour leur participation au succès de son ministère.

Aujourd’hui, nous voyons un grand nombre d’organisations de charité, en commençant par des hôpitaux et des universités à des locaux de distribution de nourriture et de linge. La plupart ont débuté par des groupes chrétiens, afin de soulager l’affliction de plusieurs. C’est précisément ce que Paul voulait établir dans l’Église lorsqu’il nous déclare, dans Romains 12:12-17 : « Soyez joyeux dans l’espérance, patients dans l’affliction, persévérants dans la prière. Prenez part aux nécessités des saints ; empressez-vous à exercer l’hospitalité. Bénissez ceux qui vous persécutent ; bénissez, et ne maudissez point. Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent, et pleurez avec ceux qui pleurent. Ayez les mêmes sentiments entre vous ; n’aspirez point aux grandeurs, mais accommodez-vous aux choses humbles ; ne soyez pas sages à vos propres yeux. Ne rendez à personne le mal pour le mal ; attachez-vous à ce qui est bien devant tous les hommes. »

Deux principes importants doivent nous guider afin de pouvoir bien communiquer dans le Royaume vers lequel nous nous dirigeons. D’abord, il est clair que notre responsabilité, selon le Nouveau Testament, devient l’Église dans laquelle le Seigneur nous a placés. Ensuite, nous avons l’opportunité de suivre les instructions de Jésus, dans Matthieu 6:33-34, de : « cherche[r] premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne soyez donc point en souci pour le lendemain ; car le lendemain aura souci de ce qui le regarde. A chaque jour suffit sa peine. » Mais en toutes choses, rappelez-vous toujours que : « Je puis tout par Christ, qui me fortifie » (Philippiens 4:13).

Ce petit verset est souvent cité hors contexte. Il est utilisé pour justifier des plans et des rêves bizarres, en plus de suggérer que chaque chrétien devrait être riche et en santé continuellement. Non seulement de telles applications n’ont aucun support dans les Écritures, mais elles sont complètement hors de contexte dans ce passage. Dans les versets précédents, Paul nous cite une variété de circonstances auxquelles il a dû faire face, de la pauvreté à la richesse. Mais il a appris à être content dans chaque cas. Ensuite, Paul déclare : je puis tout par Christ, qui me fortifie. C’est donc par la puissance évidente de Dieu que nous accomplissons notre ministère. « Or, c’est par Christ que nous avons une telle confiance devant Dieu. Non que nous soyons capables par nous-mêmes de penser quelque chose, comme de nous-mêmes ; mais notre capacité vient de Dieu, Qui lui aussi nous a rendus capables d’être ministres de la nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’Esprit ; car la lettre tue, mais l’Esprit vivifie » (2 Corinthiens 3:4-6).

L’Église primitive a eu une croissance étonnante de convertis en prêchant et en témoignant de la résurrection de Christ. Ce résultat était cependant dû au fait que, dans Actes 19:20, on nous apprend : « Ainsi la parole du Seigneur se répandait, et devenait de plus en plus efficace. » Notre combat n’est pas physique, nous luttons contre les puissances spirituelles, contre les princes des ténèbres de ce siècle, contre la méchanceté dans les lieux célestes. Alors,

mes frères et sœurs, fortifiez-vous dans le Seigneur et par Sa force toute puissante. L’histoire du peuple de Dieu est celle d’une bataille continuelle qui a débuté dans le Jardin d’Éden.

Adam et Ève ont perdu parce qu’ils cherchaient à vaincre par leur propre force, alors que nous savons que notre seule victoire se trouve dans l’armure de Dieu par laquelle nous pouvons nous fortifier dans le Seigneur et par Sa force toute-puissante. « En ceci nous connaissons que nous demeurons en lui et lui en nous, c’est qu’il nous a donné de son Esprit. Et nous avons vu, et nous rendons témoignage que le Père a envoyé le Fils, le Sauveur du monde » (1 Jean 4:13-14). Il est surprenant de noter que l’expression « en ceci » paraît huit fois dans cette petite épître de 1 Jean. Et chaque fois, elle nous donne le moyen de tester notre foi en Christ, ce qui nous donne l’assurance et le réconfort du véritable croyant.

Dans 1 Jean 2:3, nous apprenons que : « par ceci nous savons que nous l’avons connu, savoir, si nous gardons ses commandements. » « Mais pour celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui, et à cela nous connaissons que nous sommes en lui » (1 Jean 2:5). Dans 1 Jean 3:16, nous lisons que : « Nous avons connu la charité, en ce qu’Il a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. » Regardez bien ce que l’apôtre nous déclare ici : « Mes petits enfants, n’aimons pas de paroles ni de la langue, mais en action et en vérité. Car c’est en cela que nous connaissons que nous sommes de la vérité, et que nous assurerons nos cœurs devant lui ; car si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur, et il connaît toutes choses » (1 Jean 3:18-20).

« Celui qui garde ses commandements, demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous connaissons qu’il demeure en nous par l’Esprit qu’il nous a donné, » nous dit l’apôtre, dans 1 Jean 3:24. « Reconnaissez l’Esprit de Dieu à ceci : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair, est de Dieu » (1 Jean 4:2). « Nous, nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu, nous écoute ; celui qui n’est point de Dieu, ne nous écoute point : à cela nous connaissons l’esprit de vérité et l’esprit d’erreur. Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres ; car la charité vient de Dieu, et quiconque aime, est né de Dieu, et connaît Dieu, » déclare l’apôtre, dans 1 Jean 4:6-7. Voilà comment le Seigneur nous assure constamment que nous sommes à Lui, que nous Lui appartenons et que nous sommes de Dieu, par une voix douce et subtile venant du Saint-Esprit qui vit en nous.

Et finalement, c’est toujours par l’exemple que le Seigneur nous prouve la pureté doctrinale de ce qu’Il nous a enseigné sur la résurrection. Afin de nous prouver ce que Dieu est capable d’accomplir, si nous sommes obéissants à Sa Parole et que nous avons l’amour envers les frères et sœurs, Jésus nous montre comment la résurrection des justes se fera et ce qui arrivera aux non repentants, par l’exemple de Lazare et de l’homme riche. « Il y avait un homme riche, qui se vêtait de pourpre et de fin lin, et qui se traitait chaque jour magnifiquement. Il y avait aussi un pauvre, nommé Lazare, qui était couché à sa porte, couvert d’ulcères ; il désirait de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche ; et les chiens même venaient lécher ses ulcères. Or, il arriva que le pauvre mourut, et il fut porté par les anges dans le sein d’Abraham ; le riche mourut aussi, et fut enseveli » (Luc 16:19-22).

Beaucoup d’érudits croient que l’épisode raconté dans Luc 16:19-31 est une histoire vraie et qu’elle est réellement arrivée. Si c’est une parabole, elle n’est pas identifiée comme telle. Mais c’est la seule histoire où le nom d’un des participants est donné. Toutefois, nous avons beaucoup à apprendre dans la dissemblance entre ces deux hommes dramatiquement différents, quant à leur mort et leur destinée. L’homme riche, bien sûr, se traitait chaque jour aux petits oignons, alors que Lazare était couché à sa porte, couvert d’ulcères. Il ne désirait que de se rassasier des miettes qui tombaient de la table du riche. Néanmoins, personne ne pouvant échapper à la mort, les deux sont éventuellement morts.

Mais plutôt que de réduire ces deux individus bien différents à une mort commune, leurs dissemblances sont très bien expliquées. L’homme riche, en proie aux tourments, leva les yeux et vit de loin Abraham et Lazare dans son sein. L’échange entre l’homme riche et Abraham, et l’éternelle instruction de Jésus est bien connu. Notez spécialement que, lorsque le pauvre mourut, il fut « porté » par les anges dans le sein d’Abraham ; le riche mourut aussi et fut « enseveli ». Les rôles sont maintenant inversés. Alors que le riche plaide pour la miséricorde, le pauvre est littéralement porté par les anges dans le sein d’Abraham. Le riche se plaint, mais Abraham lui répond : « Mon fils, souviens-toi que tu as eu tes biens pendant ta vie, et que Lazare y a eu des maux ; maintenant il est consolé, et toi tu es dans les tourments » (v. 25).

Pour Lazare et tous ceux qui meurent dans le Seigneur, ils sont portés par les anges dans le sein d’Abraham, attendant avec lui la résurrection« Car il faut que ce corps corruptible soit revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel soit revêtu de l’immortalité. Or, quand ce corps corruptible aura été revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura été revêtu de l’immortalité, alors cette parole de l’Écriture sera accomplie : La mort est engloutie en victoire » (1 Corinthiens 15:53-54). Voilà la récompense qui vous attend avec Abraham, Lazare, tous les prophètes de Dieu, les apôtres du Seigneur et les saints Élus de Dieu tout au long de l’histoire.




D.439 – La vie éternelle

Par Joseph Sakala

L’apôtre Jean a déclaré ceci : « Et voici ce témoignage, c’est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans Son Fils. Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée » (1 Jean 5:11-15). Cette déclaration puissante de la part de Jean est pleine de vision pour les convertis et, pourtant, Jean nous l’adresse comme à des enfants.

Dans 1 Jean 5:20-21, Jean déclare : « Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable ; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. C’est Lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. Petits enfants, gardez-vous des idoles. » Il nous parle ainsi afin que nous sachions que la vie éternelle est pleine de majesté merveilleuse. Mais pour y participer, nous devons nous débarrasser des idoles et adorer Dieu seulement.

Jean commence son épître en nous rappelant que : « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, car la vie a été manifestée, et nous l’avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite » (1 Jean 1:1-4).

Jean fut témoin oculaire de la résurrection de Jésus, ce qui s’avère une preuve herculéenne appuyant les déclarations et les promesses du Seigneur. Dans Actes 17:30-31, Paul déclare que : « Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils aient à se repentir, parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l’Homme qu’il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts. » Dans son épître, une bonne partie du témoignage de Jean est fondée sur les instructions précises de Jésus Lui-même, entendues et enregistrées dans l’Évangile de Jean sous l’inspiration du Saint-Esprit, comme nous lisons dans Jean 20:31, où l’apôtre nous dit :  « Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom. »

Ceux qui croiront ne périront pas. « Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, de même il faut que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3:14-16). À la femme samaritaine, Jésus a dit : « Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, n’aura plus jamais soif, mais l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira pour la vie éternelle » (Jean 4:14), « …afin que tous honorent le Fils, comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. En vérité, en vérité je vous dis, que celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle, et il ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5:23-24). Celui qui vient à Christ n’aura jamais faim. « Jésus leur répondit : Je suis le pain de vie ; celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif » (Jean 6:35).

Dans Jean 10:28-30, Jésus a dit : « Je leur donne la vie éternelle, elles ne périront jamais, et nul ne les ravira de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. Moi et le Père, nous sommes un. » Jean nous confirme ici que le Père et le Fils est un et travaille en unité parfaite. À Marthe, lors du décès de Lazare : « Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie ; celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. Et quiconque vit et croit en moi, ne mourra jamais. Crois-tu cela ? Elle lui dit : Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde » (Jean 11:25-27).

Fondé sur la Parole de Dieu, Jean nous donne des indices par lesquels nous pouvons savoir que nous « vivons » :

Le premier indice est que nous aimons et gardons Ses commandements. Dans 1 Jean 2:3-5, l’apôtre nous dit : « par ceci nous savons que nous l’avons connu, savoir, si nous gardons ses commandements. Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde point ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. Mais pour celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui, et à cela nous connaissons que nous sommes en lui. »

Ensuite, nous connaissons et aimons la vérité. Dans 1 Jean 2:20, nous avons la confirmation que : « Pour vous, vous avez reçu l’onction de la part du Saint, et vous connaissez toutes choses. » Nous nous laissons guider par le Saint-Esprit.

Nous aimons les frères et les sœurs. Dans 1 Jean 3:13-15, Jean nous déclare : « Frères, ne vous étonnez point si le monde vous hait. Quand nous aimons nos frères [et nos sœurs], nous connaissons que nous sommes passés de la mort à la vie. Celui qui n’aime pas son frère [ou sa sœur] demeure dans la mort. Quiconque hait son frère [ou sa sœur] est un meurtrier ; et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui. »

Nous savons que le Saint-Esprit vit en nous parce que, dans 1 Jean 4:12-15, nous apprenons que : « Personne n’a jamais vu Dieu : si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est accompli en nous. En ceci nous connaissons que nous demeurons en lui et lui en nous, c’est qu’il nous a donné de son Esprit. Et nous avons vu, et nous rendons témoignage que le Père a envoyé le Fils, le Sauveur du monde. Quiconque confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. »

Mais qui était Jésus ? Un simple homme ayant beaucoup de Saint-Esprit ? Ou était-Il plus que cela ? L’apôtre Jean nous donne un portrait condensé que nous avons lu tant de fois et que très peu semblent comprendre tellement le message est fort et puissant. Jean débute en disant : « Au commencement était la Parole, [et] la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait, n’a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes » (Jean 1:1-4). Une multitude de biochimistes ont tenté depuis plus d’un siècle de déterminer comment la vie a pu évoluer à partir d’un objet sans vie. Une telle recherche est impossible et absurde, car le système de reproduction le plus simple serait infiniment plus complexe que la machine la plus élaborée créé par l’homme. La vie ne peut venir que de la vie. La première apparition d’une vie humaine, ou autre, ne pouvait entrer en existence que par une création du Dieu vivant.

Le roi David fut inspiré d’écrire cet hommage pour nous à son Créateur,  dans Psaume 139:14-16 : « Je te loue de ce que j’ai été fait d’une étrange et merveilleuse manière ; tes œuvres sont merveilleuses, et mon âme le sait très bien. Mes os ne t’étaient point cachés, lorsque j’étais formé dans le secret, oeuvré comme un tissu dans les lieux bas de la terre. Tes yeux m’ont vu, lorsque j’étais comme une masse informe, et sur ton livre étaient inscrits tous les jours qui m’étaient réservés, quand aucun d’eux n’existait. » Plus tard, Paul a rendu hommage à ce même Dieu : « Car en Lui nous avons la vie, le mouvement et l’être ; comme l’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : Car de Lui nous sommes aussi la race. Étant donc de la race de Dieu » (Actes 17:28-29).

Paul s’adressait à des Athéniens pour leur faire connaître le véritable Dieu : « Car en passant, et en regardant vos divinités, j’ai trouvé même un autel sur lequel il y a cette inscription : AU DIEU INCONNU. Celui donc que vous honorez, sans le connaître, c’est celui que je vous annonce. Le Dieu qui a fait le monde et toutes les choses qui y sont, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite point dans les temples bâtis de mains d’hommes. Il n’est point servi par les mains des hommes, comme s’il avait besoin de quelque chose, lui qui donne à tous la vie, la respiration et toutes choses. Et il a fait d’un seul sang toutes les races des hommes, pour habiter sur toute la face de la terre, ayant déterminé la durée précise et les bornes de leur habitation ; pour chercher le Seigneur, pour voir si en le cherchant à tâtons, ils le trouveraient, quoiqu’il ne soit pas loin de chacun de nous » (Actes 17:23-27).

Paul ajoute maintenant ceci, dans Hébreux 1:2-4, au sujet de Dieu qui : « Nous a parlé en ces derniers temps par son Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses ; par lequel aussi il a fait le monde ; et qui, étant la splendeur de Sa gloire et l’empreinte de Sa personne, et soutenant toutes choses par Sa parole puissante, ayant opéré par lui-même la purification de nos péchés, s’est assis à la droite de la Majesté divine dans les lieux très hauts ; ayant été fait d’autant plus excellent que les anges, qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur. » Jésus était la personnification même de Dieu dans une chaire humaine. Emmanuel, Dieu parmi nous. Nos battements de cœur, la respiration de nos poumons, les atomes qui composent notre corps, tout est continuellement maintenu en vie pas la puissance de Sa parole.

Si Dieu décidait de retirer Sa puissance pour un seul moment, toute vie cesserait sur la terre et la lumière cesserait aussi, laissant une noirceur totale. Même les athées qui rejettent Dieu et blasphèment Son nom doivent leur existence à Sa puissance et à Sa grâce. Donc, quand on voit que « en Lui était la vie », cela ne voulait pas simplement dire qu’Il était vivant, mais plutôt que toute vie venait de Lui. Cela veut carrément dire avoir le pouvoir de donner la vie par une naissance, mais aussi de redonner la vie éternelle par une résurrection. Regardons ensemble les paroles de Jésus dans Jean 5:25-27 : « En vérité, en vérité je vous le dis, le temps vient, et il est déjà venu, que les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et que ceux qui l’auront entendue vivront. Car, comme le Père a la vie en lui-même, il a aussi donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. Et il lui a donné le pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. »

La vie est en Jésus. Lui seul a vaincu la mort en ressuscitant des morts. « Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, de même aussi le Fils donne la vie à ceux qu’il veut » (Jean 5:21). L’apôtre Paul nous l’explique ainsi dans 1 Corinthiens 15:45-46 : « Suivant qu’il est écrit : Le premier homme, Adam, a été fait une âme vivante ; mais le dernier Adam [Jésus] est un Esprit vivifiant ; or, ce n’est pas ce qui est spirituel, mais ce qui est animal, qui est le premier ; ce qui est spirituel vient après. » Ainsi : « Qui a le Fils, a la vie ; qui n’a point le Fils de Dieu, n’a point la vie » (1 Jean 5:12). « Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles de la terre ; car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu ;   mais quand Christ, qui est votre vie, paraîtra, alors vous serez aussi manifestés avec lui dans la gloire, » nous dit Paul, dans Colossiens 3:2-4.

Pour indiquer à Ses disciples de ne pas sommeiller en attendant Son retour, Jésus leur donna cette parabole. Dans Luc 19:12-13 : « Il dit donc : Un homme de grande naissance s’en alla dans un pays éloigné pour prendre possession d’un royaume, et s’en revenir ensuite. Et ayant appelé dix de ses serviteurs, il leur donna dix marcs d’argent, et leur dit : Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne. » Jésus leur proposa cette parabole parce qu’Il était près de Jérusalem et qu’ils croyaient que le Royaume de Dieu allait paraître bientôt. Jésus voulait les voir plutôt occupés à utiliser leurs talents et les opportunités qui se présenteraient d’être au service de leur Maître jusqu’à Son retour.

Le mot traduit « valoir » utilisé par Jésus vient du grec pragmatenomai d’où nous tirons le mot pragmatique qui veut dire « d’une façon pratique », et ce mot paraît cette seule fois dans le Nouveau Testament. Un autre mot qui lui ressemble et qui paraît également une seule fois dans la Nouvelle Alliance se trouve dans 2 Timothée 2:4, où Paul dit : « Aucun homme faisant la guerre, ne s’embarrasse des affaires de la vie, afin de plaire à celui qui l’a enrôlé. » Ici, le mot « affaires » vient du grec pragmateia. Paul met en garde ceux qui souhaiteraient devenir des bons soldats pour Christ de ne pas trop s’engager dans les affaires du monde, s’ils veulent être appréciés par leur Officier commandant.

Au début, il semblerait y avoir une contradiction, ici. Jésus dit de demeurer occupé afin de faire valoir nos talents dans le monde jusqu’à Son retour, alors que Paul dit de ne pas trop s’engager dans les choses du monde. Il n’y a aucune contradiction ici si nous prenons en considération la motivation qui est impliquée dans ces deux passages bibliques. Quelle que soit notre vocation dans la vie, nous devrions faire ce travail et toutes les autres responsabilités qui s’y rattachent avec diligence et fidélité, par amour pour Jésus. Si, toutefois, nous permettons à notre vocation de devenir le but ultime de notre carrière au lieu d’être employés au service de Jésus, nous devenons alors mêlés dans les affaires de ce monde, et cela Lui déplaît.

Christ désire que nous soyons toujours diligents dans ce qu’Il nous a appelés à accomplir jusqu’à Son retour. Il faut cependant être certain que nous le faisons pour Lui et non pour nous-mêmes. Dans Jean 1:9-13, nous lisons : « La véritable lumière qui éclaire tout homme était venue dans le monde. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle ; mais Lui le monde ne l’a pas connu. Il est venu chez les siens ; et les siens ne l’ont point reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné le droit d’être faits enfants de Dieu, savoir, à ceux qui croient en son nom, qui ne sont point nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. » La Bible nous enseigne clairement que la Foi en la Personne et dans le travail de salut de Jésus-Christ est essentiel au dit salut. Jésus Lui-même a dit, dans Jean 14:6-7 : « Je suis le chemin, la vérité et la vie ; personne ne vient au Père que par moi. Si vous m’aviez connu, vous auriez aussi connu mon Père ; et dès à présent vous le connaissez, et vous l’avez vu. »

En prononçant ces paroles à Ses disciples, Jésus Se déclarait l’image visible du Père. Pas une autre personne, mais la même que le Père et que les disciples voyaient devant eux. C’est pourquoi : « il n’y a de salut en aucun autre ; car sous le ciel il n’y a pas un autre nom, qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12). Cela veut dire qu’il n’y a pas de salut dans l’islam, dans le bouddhisme, dans le communisme et certainement pas dans l’humanisme évolutionnaire, ou toute autre foi sauf qu’en Christ ! Mais qu’en est il des millions et des milliards de gens, tout au long des siècles, qui sont nés et qui sont morts sans jamais avoir entendu le nom de Jésus-Christ ?

L’apôtre Paul nous dit, dans Romains 10:17-21 : « La foi vient donc de ce qu’on entend ; et ce qu’on entend, vient de la parole de Dieu. Mais je demande, ne l’ont-ils point entendue ? Au contraire, leur voix est allée par toute la terre, et leurs paroles jusqu’aux extrémités du monde. Je demande encore : Israël n’en a-t-il point eu connaissance ? Moïse dit le premier : Je vous provoquerai à la jalousie par ce qui n’est pas un peuple ; je vous exciterai à l’indignation par une nation privée d’intelligence. Et Ésaïe ose dire : J’ai été trouvé par ceux qui ne me cherchaient point, j’ai été connu par ceux qui ne s’informaient point de moi. Mais à l’égard d’Israël, il dit : J’ai tout le jour étendu mes mains vers un peuple rebelle et contredisant. »

C’est-à-dire qu’ils ont tous entendu, mais se sont-ils tous converti ? Regardez autour de vous et répondez ! Jésus était la lumière du monde envoyée à chaque personne. Dans Psaume 19:2-7, il est écrit : « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’étendue fait connaître l’œuvre de ses mains. Le jour parle au jour, et la nuit enseigne la nuit. Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles dont la voix ne s’entende pas. Leur voix se répand par toute la terre, et leurs paroles jusqu’aux extrémités du monde. Là, il a dressé un pavillon pour le soleil. Et lui, il est comme un époux sortant de sa chambre nuptiale ; il se réjouit, comme un héros, de parcourir la carrière. Il part de l’un des bouts des cieux, et son tour s’achève à l’autre bout ; et rien ne se dérobe à sa chaleur. » C’est à cela que Paul faisait allusion.

Paul a également insisté : « Car en lui [Jésus] la justice de Dieu est révélée de foi en foi, selon qu’il est écrit : Le juste vivra par la foi. Car la colère de Dieu se déclare du ciel contre toute l’impiété et l’injustice des hommes, qui retiennent la vérité dans l’injustice, parce que ce qu’on peut connaître de Dieu est manifesté parmi eux, car Dieu le leur a manifesté. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. De sorte qu’ils sont inexcusables, parce qu’ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces : au contraire, ils sont devenus vains dans leurs raisonnements, et leur cœur destitué d’intelligence a été rempli de ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous » (Romains 1:17-22).

Donc, selon Pierre : « En vérité, je reconnais que Dieu n’a point égard à l’apparence des personnes ; mais qu’en toute nation, celui qui le craint et qui s’adonne à la justice, lui est agréable. Telle est la parole qu’il a donnée aux enfants d’Israël, en leur annonçant la bonne nouvelle de la paix par Jésus-Christ, qui est le Seigneur de tous » (Actes 10:34-36). « Car Dieu n’a point envoyé son Fils dans le monde, pour condamner le monde, mais afin que le monde soit sauvé par Lui. Celui qui croit en Lui n’est point condamné, mais celui qui ne croit point est déjà condamné, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et la cause de cette condamnation, c’est que la lumière est venue dans le monde, et que les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises » (Jean 3:17-19).

Ancien païen, Corneille cherchait Dieu et il a reçu Pierre avec l’Évangile. Dans Actes 10:1-5, nous lisons : « Il y avait à Césarée un homme, nommé Corneille, centurion de la cohorte appelée Italique. Il était religieux et craignant Dieu, lui et toute sa famille, faisant aussi beaucoup d’aumônes au peuple, et priant Dieu continuellement. Il vit clairement dans une vision, environ la neuvième heure du jour, un ange de Dieu qui entra chez lui, et lui dit : Corneille ! Et ayant les yeux attachés sur l’ange et tout effrayé, il dit : Qu’y a-t-il, Seigneur ? Et l’ange lui dit : Tes prières et tes aumônes sont montées en mémoire devant Dieu. Envoie donc présentement des gens à Joppe, et fais venir Simon, qui est surnommé Pierre. »

Le lendemain, comme les serviteurs étaient en chemin et qu’ils approchaient de la ville, Pierre monta sur le haut de la maison, à la sixième heure, environ, pour prier. « Et ayant faim, il voulut prendre son repas ; et comme on le lui apprêtait, il tomba en extase. Il vit le ciel ouvert, et un vase qui descendait sur lui semblable à une grande nappe retenue par les quatre coins, et qui s’abaissait vers la terre ; dans lequel il y avait tous les quadrupèdes de la terre, et les bêtes sauvages, et les reptiles, et les oiseaux du ciel. Et une voix lui dit : Pierre, lève-toi, tue, et mange. Mais Pierre répondit : Non, Seigneur ; car je n’ai jamais rien mangé d’impur ou de souillé. La voix lui dit encore pour la seconde fois : Ne regarde pas comme souillé ce que Dieu a purifié. Et cela arriva par trois fois ; après quoi le vase fut retiré dans le ciel » (Actes 10 :10-16).

« Or comme Pierre hésitait en lui-même sur le sens de la vision qu’il avait eue, les hommes envoyés de la part de Corneille, s’étant informés de la maison de Simon, arrivèrent à la porte. Et ayant appelé, ils demandèrent si Simon, surnommé Pierre, était logé là. Et comme Pierre pensait à la vision, l’Esprit lui dit : Voilà trois hommes qui te demandent. Allons, lève-toi, descends, et t’en va avec eux, sans faire aucune difficulté ; car c’est moi qui les ai envoyés. Pierre étant donc descendu vers ces hommes qui lui étaient envoyés de la part de Corneille, leur dit : Me voici, je suis celui que vous cherchez ; pour quel sujet êtes-vous venus ? Ils dirent : Corneille, centurion, homme juste et craignant Dieu, et à qui toute la nation des Juifs rend témoignage, a été averti par un saint ange, de te faire venir dans sa maison, pour entendre ce que tu lui diras. Pierre les ayant donc fait entrer, les logea ;  et le lendemain il s’en alla avec eux, et quelques-uns des frères de Joppe l’accompagnèrent » (Actes 10:17-23).

« Le jour suivant, ils entrèrent à Césarée. Or, Corneille les attendait avec ses parents et ses plus intimes amis qu’il avait réunis. Et comme Pierre entrait, Corneille alla au-devant de lui, et se jetant à ses pieds, l’adora. Mais Pierre le releva, en disant : Lève-toi ; moi-même aussi je suis un homme. Et s’entretenant avec lui, il entra, et trouva plusieurs personnes assemblées. Et il leur dit : Vous savez qu’il est défendu à un Juif de se lier avec un étranger, ou d’aller chez lui ; mais Dieu m’a appris à ne dire aucun homme souillé ou impur. C’est pourquoi, ayant été appelé, je suis venu sans aucune difficulté. Je vous demande donc pour quel sujet vous m’avez fait venir. Alors Corneille dit : Il y a quatre jours, à cette heure, que j’étais en jeûne et en prières dans ma maison à la neuvième heure, et tout d’un coup un homme, couvert d’un vêtement resplendissant, se présenta devant moi, et dit : Corneille, ta prière est exaucée, et Dieu s’est souvenu de tes aumônes. Envoie donc à Joppe, et fais venir Simon, surnommé Pierre ; il est logé dans la maison de Simon, corroyeur, près de la mer ; quand il sera venu, il te parlera » (Actes 10:24-32).

« C’est pourquoi j’ai aussitôt envoyé vers toi, et tu as bien fait de venir. Nous voici donc tous maintenant présents devant Dieu, pour entendre tout ce que Dieu t’a commandé. Alors Pierre, prenant la parole, dit : En vérité, je reconnais que Dieu n’a point égard à l’apparence des personnes ; mais qu’en toute nation, celui qui le craint et qui s’adonne à la justice, lui est agréable. Telle est la parole qu’il a donnée aux enfants d’Israël, en leur annonçant la bonne nouvelle de la paix par Jésus-Christ, qui est le Seigneur de tous. Vous savez ce qui est arrivé dans toute la Judée, après avoir commencé en Galilée, après le baptême que Jean a prêché ; comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de puissance Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient opprimés par le diable ; parce que Dieu était avec lui. Et nous, nous sommes témoins de toutes les choses qu’il a faites, tant au pays des Juifs qu’à Jérusalem. Ils l’ont fait mourir, le pendant au bois ; mais Dieu l’a ressuscité le troisième jour, et lui a donné de se faire voir, non à tout le peuple, mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance ; à nous qui avons mangé et bu avec lui, après qu’il a été ressuscité des morts » (Actes 10:33-41).

Dans Actes 10:42-48, nous découvrons comment les premiers Gentils furent baptisés dans l’Église, car Pierre nous déclare : « Et il [Jésus], nous a commandé de prêcher au peuple, et d’attester que c’est lui que Dieu a établi juge des vivants et des morts. Tous les prophètes rendent de lui ce témoignage, que quiconque croit en lui, reçoit la rémission des péchés par son nom. Comme Pierre tenait encore ce discours, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient ce qu’il disait. Et tous les fidèles circoncis, qui étaient venus avec Pierre, furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les Gentils ; car ils les entendaient parler diverses langues, et glorifier Dieu. Alors Pierre reprit : Quelqu’un peut-il refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit, aussi bien que nous ? Et il commanda qu’on les baptisât au nom du Seigneur. Alors ils le prièrent de demeurer quelques jours avec eux. »

Et notez bien que Pierre commanda qu’on les baptise au nom du Seigneur, et non pas au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, car Pierre avait compris que ces trois ne formaient qu’un seul Dieu. C’est ainsi que Dieu envoya encore plus de lumière afin que : « celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Dieu » (Jean 3:21). Et c’est ainsi que les Gentils ont eu accès à la vie éternelle.




D.434 – Quelle sorte de travail?

Par Joseph Sakala

En regardant les différents prédicateurs à la télévision, nous constatons que chacun semble bâtir sur un fondement différent. Pourtant, Paul nous déclare : « Car personne ne peut poser d’autre fondement que celui qui a été posé, lequel est Jésus-Christ. Que si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, ou du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée ; car le jour la fera connaître, parce qu’elle sera révélée par le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre que quelqu’un a bâtie subsiste, il en recevra la récompense. Si l’œuvre de quelqu’un brûle, il en fera la perte ; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu. » (1 Corinthiens 3:11-15).

Ces versets clés nous donnent le principe par lequel Dieu va évaluer notre travail au jour où tous les prédicateurs seront assembles devant le Seigneur, lors de Son avènement. « En effet, aucun de nous ne vit pour soi-même, et aucun de nous ne meurt pour soi-même. Si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur ; soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur. Car c’est pour cela que Christ est mort, et qu’il est ressuscité, et qu’il a repris la vie, afin de dominer sur les morts et sur les vivants. Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Christ » (Romains 14:7-10).

« Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant en son corps. Sachant donc la crainte qu’on doit au Seigneur, nous persuadons les hommes ; et Dieu nous connaît, et j’espère que dans vos consciences vous nous connaissez aussi, car nous ne nous recommandons pas de nouveau auprès de vous, mais nous vous donnons occasion de vous glorifier à notre sujet, afin que vous puissiez répondre à ceux qui se glorifient du dehors, et non du cœur, » nous dit Paul, dans 2 Corinthiens 5:10-12. Nous savons aussi que les non croyants seront jugés plus tard.

Donc, ce jugement n’est seulement que pour les convertis, car lorsque le feu va purifier nos œuvres, si l’œuvre que quelqu’un a bâtie subsiste, il en recevra la récompense. Mais si l’œuvre de quelqu’un brûle, il en fera la perte ; pour lui, il sera sauvé, mais comme au-travers du feu (1 Corinthiens 3:14-15). Notez bien que nous sommes tous appelés, en tant que convertis, à un ministère dans l’œuvre de Dieu, chacun selon le don qu’il ou elle a reçu. Ainsi, il ne faut pas se comparer les uns aux autres, car Dieu nous juge selon un autre critère pour notre récompense. Ce n’est pas selon la quantité de travail accompli, ni le nombre de contacts que nous avons faits pour Christ, ni le nombre d’étudiants enseignés à l’école, ou le montant d’argent donné aux missions. Notre récompense ne sera pas basée sur la variété d’ouvrage accompli, car tout travail est éligible aux récompenses célestes dans le ministère de l’Évangile.

Le critère qui sera utilisé pour soupeser la valeur éternelle sera fondé sur ce qu’a été notre attitude en accomplissant le travail. Quelle a été notre motivation, notre sincérité, notre dédicace et notre vénération dans le travail pour Christ. Le mot œuvre utilisé dans la Parole nous convie au sens de qualité plutôt que de quantité. Qu’est-ce que cela donne de prêcher à une foule de 25 000 personnes dans un auditorium si le message prêché contient des erreurs volontaires dans le but de séduire. Jésus Lui-même a déclaré : « Celui qui est fidèle dans les petites choses sera aussi fidèle dans les grandes ; et celui qui est injuste dans les petites choses sera aussi injuste dans les grandes. Si donc vous n’avez pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables ? Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous ? » (Luc 16:10-12).

C’est pourquoi Jésus était très sérieux lorsqu’Il a dit : « Or, voici, je viens bientôt, et j’ai mon salaire avec moi, pour rendre à chacun selon que ses œuvres auront été » (Apocalypse 22:12). Alors, : « Serviteurs, obéissez en toutes choses à vos maîtres selon la chair, ne servant pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes ; mais avec simplicité de cœur dans la crainte de Dieu. Et quoi que vous fassiez, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur, et non pour les hommes ; sachant que vous recevrez du Seigneur la récompense de l’héritage, car vous servez Christ le Seigneur » (Colossiens 3:22-24).

Pour accomplir les œuvres selon la volonté divine, dès notre baptême, nous avons une puissance en nous, nous donnant la force pour exécuter Ses travaux : « Et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, afin que vous soyez remplis de toute la plénitude de Dieu. Or, à Celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment plus que tout ce que nous demandons et que nous pensons… » (Éphésiens 3:19-20). Cette assurance fantastique de la puissance illimitée de Dieu de répondre à nos prières est liée à l’unique puissance (dunamis en grec) qui travaille en nous. Paul a utilisé ce mot deux fois dans la même épître.

La première fois pour nous dire : « Et quelle est, envers nous qui croyons, l’infinie grandeur de sa puissance, conformément à l’efficacité du pouvoir de sa force, qu’il a déployée en Christ, quand il l’a ressuscité des morts, et qu’il l’a fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute principauté, de toute puissance, de tout pouvoir, de toute domination, et de tout nom qui se puisse nommer, non seulement dans ce siècle, mais aussi dans celui qui est à venir » (Éphésiens 1:19-21). Et également dans Éphésiens 3:7 où Paul déclare : « Duquel j’ai été fait ministre, par un don de la grâce de Dieu, qui m’a été donné par l’efficace de sa puissance. » Un tel pouvoir en nous n’est nul autre que la présence de Dieu Lui-même.

Sa toute première présence est dans la prière modèle de Jésus dans Matthieu 6:13, où Jésus a déclaré : « Et ne nous induis point en tentation, mais délivre-nous du Malin ; car à toi appartiennent le règne, la puissance, et la gloire à jamais. Amen ! » C’est cette puissance que nous recevons lorsque nous en venons à vraiment croire en Jésus au-travers de l’Évangile. « Car je n’ai point honte de l’Évangile de Christ, car c’est la puissance de Dieu, pour le salut de tous ceux qui croient, du Juif d’abord, du Grec ensuite, » nous déclare Paul, dans Romains 1:16. Et il en fut ainsi depuis l’accomplissement de la promesse de Jésus lorsqu’Il dit à Ses disciples, dans Actes 1:8 : « Mais vous recevrez la puissance du Saint-Esprit, qui viendra sur vous ; et vous me servirez de témoins, tant à Jérusalem que dans toute la Judée, et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Cette puissance remarquable de Dieu nous est communiquée par le Saint-Esprit. À cause de cela, nous pouvons être remplis de Sa joie et de Sa paix : « Que le Dieu d’espérance vous remplisse donc de toute sorte de joie et de paix, dans la foi, afin que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit, » nous dit Paul, dans Romains 15:13. Et en plus, Dieu nous fournit une sécurité : « Qui, dans la puissance de Dieu, sommes gardés par la foi, pour le salut, qui est prêt à être manifesté dans les derniers temps. En cela vous vous réjouissez, quoique vous soyez maintenant attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, puisqu’il le faut, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable, qui pourtant est éprouvé par le feu, vous tourne à louange, à honneur et à gloire, lors de l’avènement de Jésus-Christ, que vous aimez, sans l’avoir connu, en qui vous croyez, sans le voir encore, et vous vous réjouissez d’une joie ineffable et glorieuse, remportant le prix de votre foi, le salut de vos âmes » (1 Pierre 1:5-9).

Avec une telle source de puissance spirituelle illimitée travaillant au-dedans de nous, Dieu est capable d’accomplir bien au-delà de ce que nous pourrions imaginer, alors que Dieu peut œuvrer au-travers de ceux et de celles qui sont soumises à Sa volonté. Parce que Sa fondation est Christ. « Car personne ne peut poser d’autre fondement que celui qui a été posé, lequel est Jésus-Christ » (1 Corinthiens 3:11). La seule fondation solide, soit pour une institution chrétienne ou une vie chrétienne individuelle, est Jésus-Christ. Aucune autre fondation ne pourra subsister au jour du jugement. « Car le jour la fera connaître, parce qu’elle sera révélée par le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun » (1 Corinthiens 3:13).

Il est donc vital de bâtir sur la fondation que Christ Lui-même a établie. En premier, nous devons reconnaître avec l’apôtre Paul que : « Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité, c’est pourquoi, ô Dieu ! ton Dieu t’a oint d’une huile de joie au-dessus de tes semblables. Et encore : C’est toi, Seigneur, qui as fondé la terre dès le commencement, et les cieux sont l’ouvrage de tes mains. Ils périront, mais tu demeures ; ils vieilliront tous comme un vêtement, et tu les rouleras comme un manteau ; ils seront changés, mais toi, tu es le même, et tes années ne finiront point » (Hébreux 1:9-12). Jésus est le Créateur de tout ce qui existe et Il est ainsi Seigneur sur tout.

En deuxième lieu, nous devons reconnaître avec Pierre que : « si vous invoquez comme votre Père celui qui, sans faire acception de personnes, juge selon l’œuvre de chacun, conduisez-vous avec crainte durant le temps de votre habitation passagère ici-bas ; sachant que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, non par des choses périssables, comme l’argent et l’or, mais par un précieux sang, comme d’un Agneau sans défaut et sans tache, Christ, destiné déjà avant la création du monde, et manifesté dans les derniers temps à cause de vous, qui, par lui, croyez en Dieu, qui l’a ressuscité des morts, et l’a glorifié, afin que votre foi et votre espérance fussent en Dieu » (1 Pierre 1:17-21). Son travail prédestiné de la rédemption des humains fut donc fondamental, même avant la fondation du monde.

Finalement, il y a la Parole de Dieu qui existe comme fondation de toute chose avant même la création et la rédemption des humains. Donc, Jésus a déclaré : « Pourquoi donc m’appelez-vous Seigneur, Seigneur, tandis que vous ne faites pas ce que je dis ? Je vous montrerai à qui ressemble tout homme qui vient à moi et qui écoute mes paroles, et qui les met en pratique. ll est semblable à un homme qui bâtit une maison, et qui ayant foui et creusé profondément, en a posé le fondement sur le roc ; et l’inondation est venue, le torrent a donné avec violence contre cette maison, mais il n’a pu l’ébranler, parce qu’elle était fondée sur le roc » (Luc 6:46-48).

Le Seigneur Jésus-Christ est la véritable fondation, car Il a Lui-même posé toute fondation sûre. Jésus a tout créé. Son sang précieux a été versé comme rançon pour tous les humains et Sa Parole écrite par Son Esprit Saint nous révèle tout ce qui est nécessaire pour bâtir une belle vie chrétienne dans Son ministère. Aucune autre fondation ne subsistera et : « Quand les fondements sont renversés, le juste, que fera-t-il ? L’Éternel est dans le temple de sa sainteté ; l’Éternel a son trône dans les cieux. Ses yeux contemplent, ses paupières sondent les fils des hommes. L’Éternel sonde le juste ; mais son âme hait le méchant et celui qui aime la violence. Il fera pleuvoir sur les méchants des filets, du feu et du soufre, et le vent embrasé sera leur partage. Car l’Éternel juste aime la justice ; les hommes droits contempleront sa face, » nous dit Psaume 11:3-7.

Maintenant, voici le travail de Christ, fondé sur une période de quarante jours : « Auxquels aussi, après avoir souffert, il se montra encore vivant, et leur en donna plusieurs preuves, leur apparaissant pendant quarante jours, et leur parlant de ce qui regarde le royaume de Dieu. Et les ayant assemblés, il leur commanda de ne point s’éloigner de Jérusalem, mais d’y attendre la promesse du Père, laquelle, dit-il, vous avez entendue de moi » (Actes 1:3-4). Il est très intéressant de noter comment les Écritures se réfèrent à des périodes de quarante jours pour amener un point. Il y a neuf différentes périodes de quarante jours citées dans les Écritures et il est également cité que quarante jours sont 1/9 d’une année lunaire/solaire de 360 jours. Ainsi, le total de neuf périodes de quarante jours est égal à une année idéale, bibliquement parlant.

Voici les neuf périodes de quarante jours citées dans votre Bible comme des périodes de travail par Dieu. L’intense pluie du Déluge dans Genèse 7:12-17, où nous pouvons lire : « Et la pluie tomba sur la terre quarante jours et quarante nuits. En ce même jour-là, Noé, Sem, Cham et Japhet, fils de Noé, et la femme de Noé, et les trois femmes de ses fils avec eux, entrèrent dans l’arche, Eux, et tous les animaux selon leur espèce, et tout le bétail selon son espèce, et tous les reptiles qui rampent sur la terre selon leur espèce, et tous les oiseaux selon leur espèce, tout petit oiseau, tout ce qui a des ailes ; ils entrèrent donc vers Noé dans l’arche ; deux par deux, de toute chair qui a souffle de vie. Et ceux qui vinrent, vinrent mâle et femelle de toute chair, comme Dieu le lui avait commandé ; et l’Éternel ferma l’arche sur lui. Et le déluge fut quarante jours sur la terre ; et les eaux crûrent, et soulevèrent l’arche, et elle s’éleva de dessus la terre. »

La deuxième séquence de quarante jours arriva lorsque Dieu donna la Loi à suivre pour la première fois. Dans Exode 24:18, nous lisons : « Et Moïse entra au milieu de la nuée et monta sur la montagne ; et Moïse fut sur la montagne quarante jours et quarante nuits. » Et dans Deutéronome 9:9-11 : « Quand je montai sur la montagne, pour prendre les tables de pierre, les tables de l’alliance que l’Éternel a traitée avec vous, je demeurai sur la montagne quarante jours et quarante nuits, sans manger de pain, ni boire d’eau ; et l’Éternel me donna les deux tables de pierre, écrites du doigt de Dieu, et sur lesquelles étaient toutes les paroles que l’Éternel avait prononcées, lorsqu’il parlait avec vous sur la montagne, du milieu du feu, au jour de l’assemblée. Et il arriva qu’au bout de quarante jours et quarante nuits, l’Éternel me donna les deux tables de pierre, les tables de l’alliance. »

La troisième séquence, c’est lorsque Dieu fut obligé de leur répéter la même loi. Dans Exode 34:28-29 : « Moïse fut là avec l’Éternel quarante jours et quarante nuits ; il ne mangea point de pain et ne but point d’eau ; et l’Éternel écrivit sur les tables les paroles de l’alliance, les dix paroles. Or, lorsque Moïse descendit de la montagne de Sinaï, les deux tables du Témoignage étant dans la main de Moïse, qui descendait de la montagne, Moïse ne savait point que la peau de son visage était devenue rayonnante, pendant qu’il parlait avec Dieu. » « Car je craignais la colère et la fureur dont l’Éternel était enflammé contre vous pour vous détruire ; et l’Éternel m’exauça encore cette fois. Je me prosternai donc devant l’Éternel les quarante jours et les quarante nuits, durant lesquels je me prosternai, parce que l’Éternel avait dit qu’il vous détruirait ; et je priai l’Éternel, et je dis : Seigneur Éternel, ne détruis pas ton peuple et ton héritage, que tu as racheté par ta grandeur, que tu as retiré d’Égypte à main forte, » déclara Moïse, dans Deutéronome 9:19, 25-26.

La quatrième séquence fut lorsque les espions que Moïse avait envoyés sont revenus. Dans Nombres 13:24-26 : « ils vinrent jusqu’au torrent d’Eshcol, et y coupèrent un sarment avec une grappe de raisins, et ils la portèrent à deux avec une perche, ainsi que des grenades et des figues. On appela ce lieu Torrent d’Eshcol (Torrent de la grappe), à cause de la grappe que les enfants d’Israël y coupèrent. Or ils revinrent d’explorer le pays au bout de quarante jours. » Mais parce qu’ils ont donné un mauvais rapport sur le pays, dans Nombres 14:34-35, Dieu leur dit : « D’après le nombre des jours pendant lesquels vous avez exploré le pays, savoir quarante jours, vous porterez la peine de vos iniquités pendant quarante ans, une année pour chaque jour, et vous connaîtrez l’effet de mon éloignement. Moi, l’Éternel, je l’ai dit : Je ferai ceci à toute cette méchante assemblée, qui s’est réunie contre moi ; ils seront consumés dans ce désert, et ils y mourront. » Mais Josué, fils de Nun, et Caleb, fils de Jephunné, survécurent, d’entre ces hommes qui étaient allés pour explorer le pays (v. 38), parce qu’ils étaient les seuls à amener un rapport positif du pays à Moise.

La cinquième fut l’opposition de Goliath contre Israël. « Et David allait et revenait d’auprès de Saül pour paître les brebis de son père, à Bethléhem. Et le Philistin s’approchait matin et soir, et il se présenta ainsi pendant quarante jours » (1 Samuel 17:15-16). « Et comme David parlait avec eux, voici, l’homme qui se présentait entre les deux armées, le Philistin, de Gath, nommé Goliath, monta hors des rangs des Philistins et prononça les mêmes discours ; et David les entendit. Et tous ceux d’Israël, à la vue de cet homme, s’enfuyaient de devant lui, et tremblaient de peur » (vs 23-24). « Alors David parla aux gens qui étaient avec lui, et leur dit : Que fera-t-on à l’homme qui aura tué ce Philistin, et qui aura ôté l’opprobre de dessus Israël ? Car qui est ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter les armées du Dieu vivant ? » (v. 26). David dit encore : « L’Éternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera de la main de ce Philistin. Alors Saül dit à David : Va, et que l’Éternel soit avec toi ! » (v. 37).

« Alors, David prit en sa main son bâton, et choisit dans le torrent cinq cailloux bien polis, et les mit dans la panetière de berger qu’il avait sur lui, et dans sa poche; et, sa fronde à la main, il s’approcha du Philistin » (v.40). « Et le Philistin dit à David : Suis-je un chien que tu viennes contre moi avec des bâtons ? Et le Philistin maudit David par ses dieux » (v. 43). « Et David répondit au Philistin : Tu viens contre moi avec l’épée, la lance et le javelot ; mais moi, je viens contre toi au nom de l’Éternel des armées, du Dieu des armées d’Israël, que tu as insultées » (v. 45). « Et comme le Philistin, s’étant levé, venait et s’avançait à la rencontre de David, David se hâta, et courut vers la ligne de bataille à la rencontre du Philistin. Alors David mit la main à sa panetière, en prit une pierre, la lança avec sa fronde, et frappa le Philistin au front ; et la pierre s’enfonça dans son front ; et il tomba le visage contre terre » (vs. 48-49).

La sixième séquence de quarante jours eut lieu lors du voyage d’Élie à Horeb. Dans 1 Rois 19:7-8, on peut lire : « Et l’ange de l’Éternel revint une seconde fois, et le toucha, en disant : Lève-toi, mange ; car le chemin est trop long pour toi. Il se leva donc, et mangea et but. Et, avec la force que lui donna ce repas, il marcha quarante jours et quarante nuits, jusqu’à Horeb, la montagne de Dieu. »

La septième séquence fut celle de Jonas qui, après avoir passé trois jours et trois nuits dans le ventre du gros poisson, est allé à Ninive. « Et Jonas commença de pénétrer dans la ville le chemin d’une journée ; il criait et disait : Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! Et les gens de Ninive crurent à Dieu ; ils publièrent un jeûne et se revêtirent de sacs, depuis les plus grands d’entre eux jusqu’aux plus petits » (Jonas 3:4-5).

La huitième fut la tentation de Christ dans le dessert. Dans Matthieu 4:1-4, nous lisons : « Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert pour être tenté par le diable. Et après qu’il eut jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim. Et s’étant approché de lui, le tentateur lui dit : Si tu es le Fils de Dieu, dis que ces pierres deviennent des pains. Mais Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Dans Marc 1:12-13, nous lisons : « Et aussitôt l’Esprit poussa Jésus au désert. Et il fut là au désert quarante jours, étant tenté par Satan ; et il était avec les bêtes sauvages, et les anges le servaient. » Finalement, dans Luc 4:2, nous lisons : « Où il [Jésus] fut tenté par le diable pendant quarante jours, et il ne mangea rien durant ces jours-là ; mais après qu’ils furent passés, il eut faim. »

Nous arrivons maintenant à la neuvième séquence de quarante jours, dans Actes 1:3-8, où nous pouvons lire : « Auxquels aussi, après avoir souffert, il [Jésus] se montra encore vivant, et leur en donna plusieurs preuves, leur apparaissant pendant quarante jours, et leur parlant de ce qui regarde le royaume de Dieu. Et les ayant assemblés, il leur commanda de ne point s’éloigner de Jérusalem, mais d’y attendre la promesse du Père, laquelle, dit-il, vous avez entendue de moi. C’est que Jean a baptisé d’eau, mais que vous, vous serez baptisés du Saint-Esprit dans peu de jours. Eux donc étant assemblés, l’interrogeaient en disant : Seigneur, sera-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? Mais il leur dit : Ce n’est pas à vous de savoir les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez la puissance du Saint-Esprit, qui viendra sur vous ; et vous me servirez de témoins, tant à Jérusalem que dans toute la Judée, et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Chacune de ces périodes fut un temps de test intense pour une ou plusieurs  personnes de Dieu, sauf la dernière. Car cette dernière englobait la Judée, la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre. Après Sa résurrection, Ses disciples devaient triompher en prêchant l’Évangile au-travers d’un temps que Ses Élus n’avaient jamais connu. Jésus pouvait Se montrer vivant éternellement à Ses disciples en leur promettant la même victoire. Et même une vie entière est contrebalancée par une éternité de bénédictions. « Car j’estime qu’il n’y a point de proportion entre les souffrances du temps présent et la gloire à venir, qui sera manifestée en nous. En effet, la création attend, avec un ardent désir, que les enfants de Dieu soient manifestés, car ce n’est pas volontairement que la création est assujettie à la vanité, mais c’est à cause de Celui qui l’y a assujettie, dans l’espérance qu’elle sera aussi délivrée de la servitude de la corruption, pour être dans la liberté glorieuse des enfants de Dieu » (Romains 8:18-21).

Cependant, ce Christ dont nous attendons la venue ne fut pas toujours désiré par Ses concitoyens : « Mais les gens de son pays le haïssaient ; et ils envoyèrent une ambassade après lui, pour dire : Nous ne voulons pas que celui-ci règne sur nous » (Luc 19:14). Dans cette parabole utilisée par Christ nous voyons les véritables sentiments que ces citoyens avaient pour leur Sauveur. Même aujourd’hui, ils refusent Son intervention dans les affaires des hommes au point de Lui dire carrément : « Nous ne voulons pas que Jésus règne sur nous ! » Mais Jésus est Roi et, quand Il reviendra, Ses ennemis seront mis a mort. (v. 27). Le premier titre qui Lui fut assigné fut Roi des Juifs. « Jésus étant né à Bethléhem, de Judée, au temps du roi Hérode, des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem, et dirent : Où est le roi des Juifs qui est né ? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l’adorer » (Matthieu 2:1-2).

Mais, longtemps avant, Jésus était Roi de la Création. Psaume 47:8 nous déclare : « Car Dieu est roi de toute la terre ; chantez le cantique ! » Et, dans Psaumes 95:3-6, nous lisons : « Car l’Éternel est un Dieu grand, il est un grand roi au-dessus de tous les dieux. C’est en sa main que sont les abîmes de la terre ; à lui sont les sommets des montagnes. A lui appartient la mer, car il l’a faite, et ses mains ont formé la terre. Venez, prosternons-nous, inclinons-nous ; fléchissons les genoux devant l’Éternel qui nous a faits. » Jésus est également Roi de notre rédemption, apportant le salut au monde qu’Il a créé. Dans Psaume 74:12, nous apprenons : « Mais Dieu est mon Roi de tout temps, lui qui opère des délivrances au milieu de la terre. » C’est le Père : « Qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres, et nous a fait passer dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés » (Colossiens 1:13-14).

Dans 1 Timothée 1:16-17, Paul nous dit : « Mais c’est pour cela que j’ai obtenu miséricorde, afin que Jésus-Christ fît voir, en moi le premier, une parfaite clémence, pour servir d’exemple à ceux qui croiront en lui, pour la vie éternelle. Au roi des siècles, immortel, invisible, à Dieu, seul sage, soient honneur et gloire aux siècles des siècles ! Amen. » Jésus est le Roi des Saints. Voilà pourquoi, dans Apocalypse 15:3, nous pouvons lire : « Et ils chantaient le cantique de Moïse, serviteur de Dieu, et le cantique de l’Agneau, en disant : Tes œuvres sont grandes et admirables, ô Seigneur Dieu Tout Puissant ! Tes voies sont justes et véritables, ô Roi des saints ! »

Paul nous exhorte simplement : « De garder le commandement, sans tache et sans reproche, jusqu’à l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ; que doit manifester en son temps le bienheureux et seul Souverain, le Roi des rois, et le Seigneur des seigneurs, Qui seul possède l’immortalité, qui habite une lumière inaccessible, et que nul homme n’a vu, ni ne peut voir ; à qui soient l’honneur et la puissance éternelle ! Amen » (1 Timothée 6:14-16). Une preuve évidente que personne ne peut aller au ciel. Dans Apocalypse 5:11-12, l’apôtre Jean nous déclare : « Puis je regardai, et j’entendis la voix de plusieurs anges autour du trône et des animaux et des Anciens ; et leur nombre était de plusieurs millions. Ils disaient à haute voix : l’Agneau qui a été immolé, est digne de recevoir puissance, et richesse, et sagesse, et force, et honneur, et gloire, et louange. » Voilà la joie que nous attendons, lors de Son avènement.




D.433 – Désastres étonnants et anormaux

Par Joseph Sakala

L‘industrie du divertissement garnit de plus en plus l’esprit des gens avec une abondance d’idées erronées au sujet de la fin du monde. Seriez-vous prêts à reconnaître le moment quand Jésus-Christ reviendra ? Les tremblements de terre, les tsunamis et les monstres extraterrestres vous donnent-ils des cauchemars la nuit ? Si oui, alors bienvenue au cinéma… mais qu’en est-il de votre avenir ? Les films les plus convoités, depuis les trois dernières décennies, sont des « films à catastrophe », remplis d’effets spéciaux. Plus les gens ont des frissons, plus ils aiment ça !

Les effets spéciaux numériques permettent de créer des scènes d’horreur et de catastrophe abondamment plus réalistes que jamais auparavant. Dans les séquences passionnantes, les villes sont détruites ou les humains rencontrent les êtres technologiquement supérieurs, rabattus sur notre terre en conquête. Et tout semble si réel. En fait, les scènes et les personnages semblent si évidents sur écran, qu’on pourrait facilement imaginer de tels événements se passer dans toute sa réalité. Alors, comment réagiriez-vous si une autorité fiable que vous respectez vous disait qu’il y aura une invasion imminente d’extraterrestres venant gouverner la terre ? Souhaiteriez-vous aider à lutter contre eux ? Après tout, les personnages des films vont toujours résister aux envahisseurs de l’espace… et vous voulez sûrement être du côté des héros.

L’idée de faire face à des envahisseurs est prise très au sérieux par certains scientifiques éminents. Considérez ceci : le physicien britannique Stephen Hawking dit que les extraterrestres sont sûrement là, mais il pourrait être trop dangereux pour les humains d’interagir avec eux. Stephen Hawking affirme, dans son nouveau documentaire, que la vie intelligente extraterrestre existe certainement, mais il nous avertit que la communication avec eux pourrait être trop risquée. « Nous n’avons qu’à nous regarder pour constater que la vie intelligente extraterrestre pourrait se développer en quelque chose que nous ne voudrions pas expérimenter, » a déclaré Hawking.

Il imagine qu’ils pourraient exister à bord de vaisseaux massifs… après avoir épuisé toutes les ressources de leur planète d’origine. Ces extraterrestres affirmés deviendraient peut-être nomades, cherchant à conquérir et à coloniser les planètes qu’ils peuvent atteindre [Hawking : Les étrangers peuvent présenter des risques pour la Terre MSNBC, 25 avril 2010]. Mais comment pouvait-il imaginer pareille chose, sinon en l’empruntant d’un livre écrit par un autre humain ? Voilà le genre d’histoires et de films qu’on nous présente pour nous préparer à accueillir le Millenium.

Chose très captivante, les agendas comme ceux du film Jour de l’Indépendance, film à succès qui a été dévoilé en 1996, bien avant l’affirmation du professeur Hawking en 2010, pourraient les accueillir. Dans ce film, les  envahisseurs de l’espace, possédant une technologie supérieure, avaient décidé de détruire la vie humaine dans le but d’exploiter les ressources de la terre.

Un livre de science ?

La Bible est-elle juste une compilation d’anciennes œuvres littéraires ? Faut-il lui faire confiance comme étant un livre de science ? Souhaiteriez-vous que la Bible contienne des informations sur une future invasion de l’espace ? La Bible est-elle un livre de littérature, de science ou de fiction ? Non, la Bible est un livre de vérité, écrit par Dieu afin de nous instruire sur l’avenir et sur le Millénium qui y est très bien identifié.

Ces questions posées par les humains présentent un faux choix. Une meilleure question serait : la Bible est-elle un livre d’histoire ? Certainement, mais l’histoire qu’elle contient est toujours systématiquement vérifiée par l’archéologie moderne. Parmi beaucoup de choses, elle est aussi un manuel d’instruction pour vivre une vie réussie. En outre, comme l’histoire, la Bible est unique, en ce qu’elle contient à la fois le passé et l’avenir historique. « Prophétie » est un autre nom que l’on donne à cette histoire à venir. Le Dieu de la Bible nous déclare : « Rappelez-vous les premières choses, celles des temps anciens ; car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre ; Je suis Dieu, et il n’y en a point comme moi ; J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, et longtemps d’avance ce qui n’est pas fait encore ; je dis : Mon dessein tiendra, et j’exécuterai toute ma volonté » (Esaïe 46:9-10).

Ce que Dieu déclare au sujet des évènements futurs devient aussi certain que l’histoire qui a déjà eu lieu. Dans un sens, Dieu est un « Annonceur d’avance d’évènements à venir ». Par exemple, en 70 apr. J.-C., les soldats romains ont détruit le temple de Jérusalem tout en annulant une révolte des Juifs, et les Juifs furent ensuite dispersés pour devenir ce qu’on appelle aujourd’hui la Diaspora. Pourtant, bien avant, Dieu avait prédit par Son prophète Zacharie que le peuple juif reviendrait d’une dispersion de nombreux siècles plus tard, dans le cadre d’une série d’événements prophétisés qui se produiraient juste avant le retour du Messie.

« Voici, je ferai de Jérusalem une coupe d’étourdissement pour tous les peuples d’alentour ; et ce sera aussi contre Juda, dans le siège de Jérusalem. En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples ; tous ceux qui en porteront le poids, seront meurtris, et toutes les nations de la terre s’assembleront contre elle. En ce jour-là, dit l’Éternel, je frapperai d’étourdissement tous les chevaux, et leurs cavaliers, de vertige ; j’aurai les yeux ouverts sur la maison de Juda, et je frapperai d’aveuglement tous les chevaux des peuples. Et les chefs de Juda diront dans leur cœur  Les habitants de Jérusalem sont notre force, par l’Éternel des armées, leur Dieu. En ce jour-là, je ferai des chefs de Juda comme un brasier parmi du bois, comme une torche enflammée parmi des gerbes ; ils dévoreront à droite et à gauche tous les peuples d’alentour, et Jérusalem demeurera assise à sa place, à Jérusalem » (Zacharie 12:2-6).

« Il [Éternel] enverra ses anges avec un grand éclat de trompette, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis un bout des cieux jusqu’à l’autre bout. Or, comprenez la similitude prise du figuier : Quand ses rameaux sont tendres, et qu’il pousse des feuilles, vous connaissez que l’été est proche. Vous aussi de même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche et à la porte. Je vous dis en vérité que cette génération ne passera point que toutes ces choses ne soient arrivées, » nous dit Matthieu 24:31-34. Remarquez que cette dernière génération sera protégée aux quatre vents, depuis un bout des cieux jusqu’à l’autre bout. Et que feront ces Élus ? Ils seront en train de prêcher l’Évangile de Christ jusqu’à la toute fin.

Ce ne sera pas la même chose pour les habitants de la terre quand Jésus reviendra. « Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel ; alors aussi toutes les tribus de la terre se lamenteront, en se frappant la poitrine, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel, avec une grande puissance et une grande gloire » (Matthieu 24:30). Notez bien que cette remarquable prophétie, donnée par Jésus Lui-même, stipule que « toutes les tribus de la terre se lamenteront » à la vue de l’entrée du Christ. Est-ce que les gens voient ces événements dramatiques comme accomplissant divinement la prophétie, ou plutôt des événements naturels qu’ils ont déjà vus représentés de façon très réaliste, comme dans les films ? Vont-ils voir le Christ comme un Sauveur ou un envahisseur ? La Bible nous indique ce dernier cas.

L’apôtre Paul a averti les chrétiens de son époque qu’une époque de grande séduction viendrait sur la terre. « Que personne ne vous séduise en aucune manière ; car il faut que la révolte soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire et celui qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu, ou qu’on adore, jusqu’à s’asseoir comme dieu dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même dieu » (2 Thessaloniciens 2:3-4).

Mais Paul a également rappelé aux frères de Thessalonique les prophéties qu’il avait partagées avec eux. « Ne vous souvient-il pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore avec vous ? Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne soit manifesté que dans son temps. Car le mystère d’iniquité opère déjà ; attendant seulement que celui qui le retient maintenant, soit enlevé. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. L’apparition de cet impie aura lieu avec la force de Satan, avec toute puissance, avec des prodiges et de faux miracles, et avec toutes les séductions de l’iniquité parmi ceux qui se perdent, parce qu’ils n’ont point reçu l’amour de la vérité, pour être sauvés. C’est pourquoi Dieu leur enverra un esprit efficace d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge ; afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir dans l’injustice, soient condamnés. » (2 Thessaloniciens 2:5-12).

Mais Dieu nous a aussi donné un test pour reconnaître les faux prophètes et il date de très loin. Dans Deutéronome 13:4-8, Dieu déclare : « Vous suivrez l’Éternel votre Dieu, vous le craindrez, vous garderez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez et vous vous attacherez à lui. Mais on fera mourir ce prophète ou ce songeur ; car il a parlé de se révolter contre l’Éternel votre Dieu, qui vous a retirés du pays d’Égypte et qui vous a rachetés de la maison de servitude, pour te pousser hors de la voie où l’Éternel ton Dieu t’a prescrit de marcher. Ainsi tu extermineras le méchant du milieu de toi. Quand ton frère, fils de ta mère, ou ton fils, ou ta fille, ou ta femme bien-aimée, ou ton ami, qui t’est comme ton âme, t’excitera en secret, en disant : Allons et servons d’autres dieux, que tu n’as pas connus, ni toi, ni tes pères, d’entre les dieux des peuples qui sont autour de vous, près de toi ou loin de toi, d’un bout de la terre jusqu’à l’autre, n’aie point de complaisance pour lui, et ne l’écoute point ; que ton œil aussi ne l’épargne point ; ne sois point touché de compassion et ne le cache point. »

Dieu ne change pas. Ce qu’il a déclaré jadis, Dieu le déclare tout haut aujourd’hui ! Le test pour dévoiler le faux prophète, ce n’était pas dans sa capacité ou non de faire des miracles. Deutéronome 13:1-4 nous dit : « S’il s’élève au milieu de toi un prophète ou un songeur, qui te donne un signe ou un miracle, et que ce signe ou ce miracle, dont il t’aura parlé, arrive, et qu’il te dise : Allons après d’autres dieux que tu n’as point connus, et servons-les ; tu n’écouteras point les paroles de ce prophète, ni de ce songeur ; car l’Éternel, votre Dieu, vous éprouve, pour savoir si vous aimez l’Éternel votre Dieu, de tout votre cœur et de toute votre âme. Vous suivrez l’Éternel votre Dieu, vous le craindrez, vous garderez Ses commandements, vous obéirez à Sa voix, vous le servirez et vous vous attacherez à Lui. »

Satan aussi peut faire un miracle ! Ce n’est pas que ce prophète ait fait un miracle ou donné un signe qui arrive qui le qualifie de faux, c’est qu’il vous dise d’aller après d’autres dieux que vous ne connaissez point. Comme adorer Mahomet, Hari Krishna ou Bouddha, comme s’ils pouvaient tous sauver ! Le seul qui puisse sauver, c’est Jésus : « Et il n’y a de salut en aucun autre ; car sous le ciel il n’y a pas un autre nom, qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés », nous dit Actes 4:12. Un autre faux prophète est celui qui veut rendre Jésus menteur. Mais comment peut-il faire cela ? Jésus a dit : « Or personne n’est monté au ciel, que celui qui est descendu du ciel, savoir, le Fils de l’homme qui est dans le ciel » (Jean 3:13). Tout ministre, pasteur, enseignant ou prêtre qui prêche qu’on peut aller au ciel est un faux prophète.

Deutéronome 18:20-22 nous confirme : « Mais le prophète qui aura l’orgueil de dire en Mon nom quelque chose que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui parlera au nom d’autres dieux, ce prophète-là mourra. Que si tu dis en ton cœur : Comment connaîtrons-nous la parole que l’Éternel n’a point dite ? Quand le prophète parlera au nom de l’Éternel, et que ce qu’il aura dit ne sera point, et n’arrivera point, ce sera une parole que l’Éternel n’a point dite ; le prophète l’a dite par orgueil ; ne le crains point. » Un test plus immédiat serait l’harmonie absolue entre le message révélé par le faux prophète, ou le pasteur et la Parole de Dieu. Ce test prend la forme du standard saint établi par Dieu Lui-même.

Si nous voulons plaire à Dieu, nous devons marcher comme Christ, poursuivre Sa parole et craindre Dieu en toutes choses. Il faut garder Ses commandements. Lui obéir dans tout ce qu’Il nous prescrit et Le servir selon Sa volonté. Il faut viser la perfection dans notre vie. Et si nous péchons, regardez ce que Jean nous dit : « Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste. C’est lui qui est la propitiation pour nos péchés ; et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier » (1 Jean 2:1-2). Faire moins, c’est rater le test établi par Jésus et Lui être désagréable.

Mais revenons aux désastres prophétisés pour la fin. La Bible prédit un temps où toutes les armées de la terre seront en train de se détruire et, si Jésus n’intervenait pas, personne ne resterait vivant. Mais à cause des Élus, Jésus va intervenir. « Et je vis sortir de la gueule du dragon, et de la gueule de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits immondes, semblables à des grenouilles. Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, qui vont vers les rois de la terre et du monde entier, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant. Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu, et qu’on ne voie pas sa honte. Et on les rassembla dans le lieu qui s’appelle en hébreu Armageddon (montagne de la déroute) » (Apocalypse 16:13-16).

Ces armées croiront à une invasion d’extraterrestres et lui feront même la guerre. « Je vis ensuite le ciel ouvert, et voici un cheval blanc, et celui qui était monté dessus, s’appelait le FIDELE et le VÉRITABLE, qui juge et qui combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu; il avait sur sa tête plusieurs diadèmes. Il avait un nom écrit que personne ne connaît que lui-même. Il était vêtu d’un manteau teint de sang, et son nom s’appelle, LA PAROLE DE DIEU. Les armées qui sont dans le ciel, vêtues de fin lin blanc et pur, le suivaient sur des chevaux blancs. Il sortait de sa bouche une épée tranchante pour frapper les nations, car il les gouvernera avec un sceptre de fer, et il foulera la cuve du vin de la colère et de l’indignation du Dieu Tout-Puissant. Et sur son manteau, et sur sa cuisse, il portait ce nom écrit : ROI DES ROIS, et SEIGNEUR DES SEIGNEURS. Je vis un ange qui se tenait dans le soleil, et qui cria d’une voix forte à tous les oiseaux qui volaient par le ciel : Venez, et assemblez-vous pour le festin du grand Dieu » (Apocalypse 19:11-17).

« Et l’Éternel sortira, et combattra contre ces nations, comme lorsqu’il combattit au jour de la bataille. Ses pieds se poseront, en ce jour-là, sur la montagne des Oliviers qui est en face de Jérusalem, à l’orient ; et la montagne des Oliviers se fendra par le milieu, à l’orient et à l’occident, et il s’y fera une très grande vallée ; et la moitié de la montagne se retirera vers l’Aquilon et l’autre moitié vers le midi » (Zacharie 14:3-4). Dans les films, les héros battent toujours les extraterrestres envahisseurs, mais ce combat n’est pas un scénario de film. Ils vont se battre contre Jésus-Christ qui a reçu tout pouvoir dans le ciel et sur la terre, nous déclare Matthieu 28:18. Et le point culminant de l’histoire, c’est que les armées des nations seront anéanties, nous dit Zacharie 14:12 ! Et voici quelle sera la plaie dont l’Éternel frappera tous les peuples qui auront combattu contre Jérusalem : Il fera tomber leur chair en pourriture pendant qu’ils seront encore debout sur leurs pieds ; leurs yeux se fondront dans leur orbite et leur langue se fondra dans leur bouche. Un cancer d’une fulgurance inouïe !

Dieu nous dit qu’Il fera trembler la terre pour attirer l’attention du monde, mais le monde, dans son obscurité spirituelle, ne reconnaîtra pas ce qui se passe réellement. Seuls ceux qui sont prêts a voir ces évènements dramatiques avec des yeux de foi, verront. Si nous acceptons d’être informés par la foi, nous croirons ce que les prophètes de Dieu ont déclaré et nous en verrons clairement le déroulement en comprenant pourquoi ces choses se passent. En fin de compte, ce sera un choix entre la chair et l’Ésprit. Comme a si bien déclaré Jésus : « Je vous dis qu’il les vengera bientôt. Mais quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18:8). Trouvera-Il d’autres personnes que Ses Élus à surveiller Son avènement ? « Veillez donc, car vous ne savez pas à quelle heure votre Seigneur viendra. Or, considérez ceci, que si un père de famille était averti à quelle veille de la nuit le larron viendra, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison. C’est pourquoi vous aussi tenez-vous prêts ; car le Fils de l’homme viendra à l’heure que vous ne pensez pas. Quel est donc le serviteur fidèle et prudent que son maître a établi sur ses domestiques, pour leur donner la nourriture au temps marqué ? Heureux ce serviteur que son maître trouvera faisant ainsi, quand il arrivera. Je vous dis en vérité, qu’il l’établira sur tous ses biens » (Matthieu 24:42-47).

Ceux qui tentent toujours de prédire le retour de Christ pourraient douter des prophéties bibliques à un moment donné. Mais ce serait une erreur tragique. Car peu importe le moment exact, Christ va revenir, parce qu’Il l’a promis et Dieu ne peut pas mentir. Jésus a clairement répété que personne ne peut déterminer la date et le moment précis de Son avènement. « Pour ce qui est de ce jour et de l’heure, personne ne les connaît, ni les anges qui sont dans le ciel, ni le Fils ; mais seulement le Père » (Marc 13:32). Même Jésus n’a osé le prédire à cause de Ses limitations humaines. Cependant, encore et encore, Il nous a prévenus de surveiller Son retour. Jésus ne nous a pas dit de surveiller l’apparition de l’Antichrist, ni la grande apostasie, ni la formation d’un gouvernement mondial, mais seulement Lui.

Jésus nous déclare, dans Marc 13:33 : « Prenez garde, veillez et priez ; car vous ne savez quand ce temps viendra ». Et, dans Marc 13:35-37 : « Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison viendra, ou le soir, ou à minuit, ou au chant du coq ou le matin ; de peur qu’arrivant tout à coup il ne vous trouve endormis. Or, ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez. » Dans Matthieu 25:13, nous lisons aussi : « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure où le Fils de l’homme viendra. » Paul nous a également dit, dans Hébreux 9:28 : « De même aussi Christ, ayant été offert une fois pour ôter les péchés de plusieurs, apparaîtra une seconde fois sans péché à ceux qui l’attendent pour le salut. » L’apôtre Jean nous exhorte dans 1 Jean 2:28-29 : « Maintenant donc, petits enfants, demeurez en lui, afin que, quand il paraîtra, nous ayons de la confiance et que nous ne soyons pas confus devant lui à son avènement. Si vous savez qu’il est juste, sachez que quiconque pratique la justice, est né de lui. »

Paul savait qu’il était enfant de Dieu et, dans 1 Timothée 1:12-16, il témoigne ainsi : « Et je rends grâces à celui qui m’a fortifié, à Jésus-Christ notre Seigneur, de ce qu’il m’a jugé fidèle, en m’établissant dans le ministère, moi qui étais auparavant un blasphémateur, un persécuteur, un homme violent ; mais j’ai obtenu miséricorde, parce que j’agissais par ignorance, étant dans l’incrédulité. Et la grâce de notre Seigneur a surabondé en moi, avec la foi et la charité qui est en Jésus-Christ. Cette parole est certaine et digne de toute confiance ; c’est que Jésus-Christ est venu au monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier. Mais c’est pour cela que j’ai obtenu miséricorde, afin que Jésus-Christ fît voir, en moi le premier, une parfaite clémence, pour servir d’exemple à ceux qui croiront en lui, pour la vie éternelle. »

Le témoignage d’une vie changée est probablement la meilleure évidence que Dieu est vivant et actif aujourd’hui. Le fait qu’au salut, un humain ait reçu la vie ainsi qu’une nouvelle nature est l’explication rationnelle et évidente pour quelqu’un qui vit dans la victoire et la puissance après une vie dans la défaite. Prenons Paul comme exemple. Il nous est présenté pour la première fois lors de la lapidation d’Étienne, dans Actes 7:57-60 : « Alors eux, poussant de grands cris, se bouchèrent les oreilles, et se jetèrent tous ensemble sur lui ; et le traînant hors de la ville, ils le lapidèrent. Et les témoins mirent leurs manteaux aux pieds d’un jeune homme nommé Saul. Et pendant qu’ils lapidaient Étienne, il priait et disait : Seigneur Jésus, reçois mon esprit. Puis s’étant mis à genoux, il cria d’une voix forte : Seigneur, ne leur impute point ce péché. Et ayant dit cela, il s’endormit. Or, Saul avait consenti à sa mort. »

Cet événement n’avait pas touché le cœur de Paul et, dans Actes 8:3, nous lisons : « Et Saul ravageait l’Église, entrant dans les maisons ; et traînant de force les hommes et les femmes, il les jetait en prison. » Ce n’était pas une simple opposition à leur croyance, mais dans Actes 9:1 : « Cependant Saul, respirant encore la menace et le meurtre contre les disciples du Seigneur, s’adressa au souverain sacrificateur, et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que s’il trouvait quelques personnes de cette doctrine, hommes ou femmes, il les amenât liés à Jérusalem. » Et comme il était en chemin et qu’il approchait de Damas, tout d’un coup, une lumière venant du ciel resplendit comme un éclair autour de lui. Et étant tombé à terre, il entendit une voix qui lui dit : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? » (Actes 9:3-4). Notez de quelle façon Dieu lui adresse la parole. Il ne lui demande pas pourquoi Paul persécute l’Église, non, Jésus lui demande : « Pourquoi me persécutes-tu ? » Paul s’attaquait à la Tête même de l’Église !

Étant tombé par terre, Saul répondit : « Qui es-tu, Seigneur ? Et le Seigneur lui dit : Je suis Jésus que tu persécutes ; il te serait dur de regimber contre les aiguillons. Alors, tout tremblant et effrayé, il dit : Seigneur, que veux-tu que je fasse ? Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, et entre dans la ville et là on te dira ce que tu dois faire. Or, les hommes qui faisaient le voyage avec lui s’arrêtèrent tout interdits, entendant bien la voix, mais ne voyant personne. Et Saul se leva de terre, et ayant ouvert les yeux, il ne voyait personne, de sorte qu’ils le conduisirent par la main, et le menèrent à Damas » (Actes 9:5-8). C’est alors que Saul, renommé Paul, a compris que : « Moi qui étais auparavant un blasphémateur, un persécuteur, un homme violent, mais j’ai obtenu miséricorde, parce que j’agissais par ignorance, étant dans l’incrédulité. Et la grâce de notre Seigneur a surabondé en moi, avec la foi et la charité qui est en Jésus-Christ » (1 Timothée 1:13-14).

Paul n’avait pas reçu la punition qu’il méritait, mais il a plutôt obtenu miséricorde, parce qu’il agissais par ignorance. Dieu a fait le même travail en chacun de nous qui Lui appartenons. Paul s’est qualifié de pécheur étant le premier, mais chacun de nous a commis des actes haineux ou aurait bien pu les faire. Mais par Sa grâce et Sa miséricorde, non seulement avons-nous été sauvés de notre compulsion à pécher, mais nous avons été réhabilités et avons reçu la puissance et la mission de prêcher pour accomplir ce qui demeurera éternel pour Dieu. Alors, remercions notre Seigneur Jésus Christ avec Paul.

 




D.432 – Beaucoup de livres

Par Joseph Sakala

Dans Ecclésiaste 12:12-13, nous lisons : « L’Ecclésiaste s’est appliqué à trouver des paroles agréables. Ce qui a été écrit l’a été avec droiture ; ce sont des paroles de vérité. Les paroles des sages sont comme des aiguillons, et réunies en recueil, elles sont comme des clous plantés. Celles-ci ont été données par un seul pasteur. » Il semble tout d’abord bizarre que nous puissions lire une complainte de presque 3 000 ans disant que trop de livres étaient déjà publiés. Le plus merveilleux, en effet, c’est la collection de soixante six livres connue sous le nom de « Bible ». Ce livre fut établi depuis l’éternité : « O Éternel, ta parole subsiste à toujours dans les cieux. Le fondement de ta parole est la vérité, et toutes les lois de ta justice sont éternelles » (Psaume 119:89,160).

La première mention du livre se trouve dans Genèse 5:1-5 où nous pouvons lire : « Voici le livre de la postérité d’Adam. Au jour où Dieu créa l’homme, il le fit à la ressemblance de Dieu. Il les créa mâle et femelle, et il les bénit, et leur donna le nom d’Homme, au jour qu’ils furent créés. Or, Adam vécut cent trente ans, et engendra un fils à sa ressemblance, selon son image, et il lui donna le nom de Seth. Et les jours d’Adam, après qu’il eut engendré Seth, furent de huit cents ans ; et il engendra des fils et des filles. Tout le temps qu’Adam vécut, fut donc de neuf cent trente ans ; puis il mourut. » Pareillement, la première mention du « livre » dans le Nouveau Testament, se trouve dans Matthieu 1:1 où nous pouvons lire : « Livre généalogique de JÉSUS-CHRIST, fils de David, fils d’Abraham. » Ces livres sont maintenant incorporés à la Bible et, d’une façon extraordinaire, font le lien entre l’Ancien et le Nouveau Testaments, le premier nous annonçant le premier Adam, tandis que le deuxième le dernier Adam.

Les mentions finales du « Livre » sont également très importantes, encore une fois, ne traitant pas de livres qui sont temporels, mais de livres qui sont éternels. Dans l’Ancien Testament, nous avons les belles promesses de Malachie 3:16-18 où nous lisons : « Alors ceux qui craignent l’Éternel se sont parlés l’un à l’autre, et l’Éternel fut attentif et il écouta ; et un mémoire fut écrit devant lui, pour ceux qui craignent l’Éternel et qui pensent à son nom. Ils seront à moi, a dit l’Éternel des armées, au jour que je prépare ; ils seront ma propriété ; et je les épargnerai, comme un homme épargne son fils qui le sert. Et vous verrez de nouveau la différence qu’il y a entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui ne le sert pas. »

La mention finale de la Bible est l’avertissement de ne faire aucun changement dans la Bible. « Je proteste à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre que si quelqu’un y ajoute, Dieu fera tomber sur lui les plaies écrites dans ce livre ; et si quelqu’un retranche des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part du livre de vie, et de la sainte cité, et des choses qui sont écrites dans ce livre, » déclare Jésus, dans Apocalypse 22:18-19. Alors que tous L’honorent, Le gardent, Le croient et Le suivent. Il y a cependant plusieurs autres livres qui viennent s’ajouter pour notre instruction. Par exemple, il y a celui de la Règle d’Or.

Dans Matthieu 7:12, nous découvrons cette belle Règle d’Or qui dit : « Toutes les choses donc que vous voulez que les hommes vous fassent faites-les-leur aussi de même ; car c’est là la loi et les prophètes. » Ce commandement de Christ est la fameuse Règle d’Or que Jésus avait établie  comme conduite chez les humains. Elle résume et cristallise toutes les instructions données dans l’Ancien Testament dans l’interrelation entre les humains. En effet, des guides similaires peuvent être trouvés dans plusieurs anciens écrits extra bibliques. Il faut noter cependant que cette maxime n’est pas un pré-requis au salut. Car aucun humain ne peut obéir parfaitement à cette règle, pas plus que personne n’a pu garder les Dix Commandements parfaitement, sauf Christ.

Cette Règle fut incluse par Christ comme faisant partie de ce qui est devenu Son Sermon sur la montagne, que la Bible autorise comme une série d’instructions donnée exclusivement à des croyants : des personnes qui étaient déjà sauvées par leur foi en Jésus-Christ. Au début de Son Sermon, il est dit clairement : « Or Jésus, voyant la multitude, monta sur une montagne ; et lorsqu’il fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui. Et ouvrant sa bouche, Il [Jésus] les enseignait » (Matthieu 5:1-2). Ainsi, la Règle d’Or n’est dirigée seulement que vers les croyants chrétiens. C’est un standard par lequel nous devrions établir nos vies personnelles, pas pour être sauvés, mais plutôt parce que nous sommes sauvés. Et ensuite, déclare Jésus : « Soyez donc parfaits, comme votre Père qui est dans les cieux est parfait » (Matthieu 5:48).

Personne d’autre que le Christ Lui-même dans la chair humaine n’a pu garder cette règle parfaitement. « Si nous disons que nous n’avons point de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. [Quoique] si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous n’avons point de péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous » (1 Jean 1:8-10). Néanmoins, notre standard ne peut être rien de moins. « Non que j’aie déjà atteint le but, ou que je sois déjà parvenu à la perfection, mais je cours avec ardeur pour saisir le prix ; c’est pour cela aussi que j’ai été saisi par Jésus-Christ, » déclare Paul, dans Philippiens 3:12. Il en est ainsi pour nous qui voulons suivre Christ.

Jésus a ensuite écrit un livre sur la grandeur de Son pouvoir. Dans Esaïe 40:25-26, Dieu pose la question : « A qui donc me feriez-vous ressembler ? Et à qui serai-je égalé, dit le Saint ? Levez les yeux en haut, et regardez : qui a créé ces choses ? C’est lui qui fait sortir en ordre leur armée, et qui les appelle toutes par leur nom ; telle est la grandeur de son pouvoir et de sa force puissante, que pas une ne manque à lui obéir. » Jésus veut nous assurer qu’Il est l’ami du pécheur, sans pour autant aimer le péché. Contrairement aux amis charnels que nous pouvons avoir, Jésus nous aime complètement et nous déclare : « Certainement je ne te laisserai point, et je ne t’abandonnerai point. De sorte que nous disons avec assurance : Le Seigneur est mon aide, et je ne craindrai point ; que me fera l’homme ? » (Hébreux 13:5-6).

Paul écrivait ici, non seulement pour les croyants, mais également pour ceux qui, étant appelés de Dieu, n’avaient pas encore reçu le don gratuit du salut. Car Jésus les aime tous et Il est descendu sur terre pour vivre dans la chair humaine afin de mourir également pour leurs péchés. « Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Car Dieu n’a point envoyé son Fils dans le monde, pour condamner le monde, mais afin que le monde soit sauvé par lui » (Jean 3:16-17). Un autre qui a tellement aimé Dieu et cru en Lui, c’est Abraham. Et ainsi, ce que dit l’Écriture s’accomplit : Abraham crut à Dieu et cela lui fut imputé à justice, et il fut appelé ami de Dieu, nous dit l’apôtre Jacques, dans Jacques 2:23.

Jésus a instruit Ses disciples de ce qu’Il mourrait bientôt, mais ils ne voulaient pas Le croire. Pourtant, Jésus leur dit : « Nul n’a un plus grand amour que celui qui donne sa vie pour ses amis. Vous serez mes amis, si vous faites tout ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que son maître fait, mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père » (Jean 15:13-15). Plus tard, Jean a dit qu’ils étaient plus que des amis lorsqu’il a déclaré : « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Le monde ne nous connaît point, parce qu’il ne l’a point connu. Bien-aimés, nous sommes à présent enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que quand il sera manifesté, nous serons semblables à Lui, parce que nous le verrons tel qu’il est » (1 Jean 3:1-2).

Dans Psaume 56:13-14, David déclare : « O Dieu, j’accomplirai les vœux que je t’ai faits ; je te rendrai des actions de grâces. Car tu as délivré mon âme de la mort et mes pieds de chute, afin que je marche devant Dieu, dans la lumière des vivants. » Quand une personne reçoit Christ comme Sauveur, elle doit nécessairement s’engager à vivre une vie chrétienne. Il y aura sûrement plusieurs tentations sur le chemin et beaucoup de pression pour se retirer, au travers de plusieurs peines et difficultés. Mais comme un nouveau-né en Christ, nous devons apprendre à tomber et à nous relever. Le secret est sans doute de continuer dans la même grâce qui nous a sauvés au tout début. « Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils ; à plus forte raison, étant déjà réconciliés, serons-nous sauvés par Sa vie ? », c.-à-d., Sa résurrection (Romains 5:10).

Notre beau verset du début avait anticipé cette vérité du Nouveau Testament. Car, si le Seigneur a pu délivrer notre âme de la mort, Il peut sûrement garder nos pieds de la chute, afin que nous marchions devant Dieu dans la lumière des vivants. D’autres merveilleux versets des Psaumes nous donnent la même assurance. Par exemple, dans Psaume 37:23-24 : « Les pas de l’homme de bien sont affermis par l’Éternel, et il prend plaisir à sa voie. S’il tombe, il ne sera pas entièrement abattu, car l’Éternel lui soutient la main. » Il est cependant vrai que chaque personne professant la foi en Christ doit démontrer que sa foi est réelle, fondée sur le véritable Jésus, comme Créateur de toute chose, Sauveur et Seigneur, et non sur une foi sentimentale, « car, s’il venait quelqu’un qui vous prêchât un autre Jésus que celui que nous vous avons prêché, ou un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supporteriez fort bien » (2 Corinthiens 11:4). Déjà, au premier siècle, Satan tentait d’injecter un autre Jésus dans l’Évangile que Jésus Lui-même est venu prêcher.

« C’est pourquoi, frères, étudiez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection ; car en faisant cela, vous ne broncherez jamais ; et ainsi l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera pleinement accordée, » déclare le chef des apôtres, dans 2 Pierre 1:10-11. Vous serez les Élus de Christ. Ensuite, dans les dernières paroles du livre de Jude, l’apôtre nous dirige encore vers Jésus en disant : « Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute, et vous faire comparaître sans tache et dans la joie en sa glorieuse présence, à Dieu, seul sage, notre Sauveur, soient gloire et magnificence, force et puissance, et maintenant et dans tous les siècles ! Amen » (Jude 1:24-25). Quelle belle assurance nous avons !

Il y a trois belles doxologies dans trois épîtres du Nouveau Testament vantant la capacité transcendante d’accomplir et de rendre parfait notre salut. Une se trouve dans Jude 1:21-23 où l’apôtre déclare : « Conservez-vous dans l’amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ pour la vie éternelle. Et ayez pitié des uns en usant de discernement, et sauvez les autres avec crainte, les arrachant du feu, haïssant jusqu’au vêtement souillé par la chair. » Christ est entièrement capable de nous amener joyeusement dans la présence de Dieu dans la gloire. Regardez ensuite Éphésiens 3:20-21 où Paul dit : « Or, à Celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment plus que tout ce que nous demandons et que nous pensons ; à Lui soit la gloire dans l’Église, par Jésus-Christ, dans tous les âges, aux siècles des siècles ! Amen. »

Finalement, dans Romains 16:25-27, où Paul déclare : « A celui qui peut vous affermir selon mon Évangile et la prédication de Jésus-Christ, selon la révélation du mystère caché pendant plusieurs siècles, mais présentement manifesté par les écrits des prophètes, selon l’ordre du Dieu éternel, et annoncé à toutes les nations, afin qu’elles obéissent à la foi ; à Dieu seul sage soit la gloire dans tous les siècles, par Jésus-Christ ! Amen. » Il était tout à fait magistral pour les apôtres de louer un Dieu et un Sauveur si merveilleux. Mais en addition à ces trois doxologies, la Parole de Dieu contient plusieurs autres témoignages sur l’omnipotente habileté du Seigneur pour le bien de Son peuple. Dans 2 Timothée 1:12, Paul nous affirme que : « C’est pour cela aussi que je souffre ces choses ; mais je n’en ai point honte, car je sais en qui j’ai cru, et je suis persuadé que par sa puissance il gardera mon dépôt jusqu’à ce jour-là. »

« C’est pourquoi aussi il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par Lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. Or, il nous fallait un tel souverain Sacrificateur, saint, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé au-dessus des cieux ; Qui n’eût pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir tous les jours des sacrifices, premièrement pour ses propres péchés, puis pour ceux du peuple ; car il a fait cela une fois, en s’offrant Lui-même, » nous confirme l’apôtre, dans Hébreux 7:25-27. Et, dans Philippiens 3:20-21, Paul nous assure que : « Pour nous, nous sommes citoyens des cieux ; d’où nous attendons aussi le Sauveur, le Seigneur Jésus-Christ, Qui transformera le corps de notre humiliation, pour le rendre conforme au corps de sa gloire, selon le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses. »

Avec un tel Sauveur et Père céleste, nous pouvons nous joindre à Jude alors qu’il termine sa doxologie en déclarant : « A Dieu, seul sage, notre Sauveur, soient gloire et magnificence, force et puissance, et maintenant et dans tous les siècles ! Amen » (Jude 1:25). À nous de Lui déclarer notre amour, car Jésus a dit à Ses disciples : « Celui qui a mes commandements, et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui » (Jean 14:21). L’apôtre Jean était connu comme le disciple que Jésus aimait. En effet, le mot « aimer », (agape, un amour sans limite) paraît plus souvent dans les écrits de Jean que dans le reste des Écritures.

Il est intéressant qu’agape ne soit pas principalement défini comme un amour profond, mais comme l’obéissance aux commandements de Dieu. « Car ceci est l’amour de Dieu, c’est que nous gardions ses commandements ; or, ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu, est victorieux du monde, et la victoire qui a vaincu le monde, c’est notre foi » (1 Jean 5:3-4). Donc, « si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie demeure en vous, et que votre joie soit accomplie. Mon commandement, c’est que vous vous aimiez les uns les autres, comme je vous ai aimés » (Jean 15:10-12).

Afin de nous seconder dans l’observance de Ses commandements, Jésus a promis de nous envoyer le Saint-Esprit comme garant de notre accord avec Son amour. Voilà pourquoi, dans 1 Jean 3:24, Il dit : « Celui qui garde Ses commandements, demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous connaissons qu’il demeure en nous par l’Esprit qu’il nous a donné. » Ce commandement révèle un désir de nous donner au Seigneur en soumission par l’obéissance, en nous consacrant à Lui dans chaque aspect de notre vie. C’est à ce moment là que nous serons tout à Lui. Ce sont des choses qui nous sont enseignées dans d’autres livres de la Bible. Mais nous apprenons, en scrutant d’autres livres que nous avons également la protection divine dans notre vie. Il y a tellement d’évènements qui arrivent durant une seule journée que nous ne pensons pas au fait que nous avons été protégés par l’intervention directe de notre Sauveur.

Malgré que Dieu nous protège, cela ne veut pas dire qu’il ne nous arrivera rien du tout. Les Écritures sont pleines de circonstances où Dieu permet que nous ayons certaines épreuves afin que nous développions Son caractère en nous approchant encore plus de Lui. Le désir de Dieu de protéger Ses enfants s’étend jusqu’à leur enseigner à obéir à Ses lois. À ceux qui ne L’avaient pas reconnu, Jésus a dit, dans Matthieu 23:36-39 : « Je vous dis en vérité que toutes ces choses retomberont sur cette génération. Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes, et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes ; et vous ne l’avez pas voulu ! Voici, votre demeure va devenir déserte. Car je vous dis que désormais vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. »

Par contre, à ceux qui écoutent, Dieu dit : « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi-même je te garderai de l’heure de la tentation qui doit venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre » (Apocalypse 3:10). Dans le livre d’Apocalypse, vous avez deux sortes de personnes identifiées. Il y a les Serviteurs de Dieu et vous avez les habitants de la terre. Ce temps est décrit comme étant le pire événement depuis le commencement du monde. « Car alors il y aura une grande affliction ; telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et telle qu’il n’y en aura jamais. Que si ces jours-là n’avaient pas été abrégés, aucune chair n’eût échappé ; mais à cause des élus ils seront abrégés » (Matthieu 24:21-22). Cela nous décrit un portrait sombre lorsqu’on prend en considération toute la sauvagerie qui a pris place tout au long des siècles. Mais à la fin du monde, cette sauvagerie sera amplifiée, car Satan sait que son temps pour séduire l’humanité achèvera.

Ce n’est pas très rassurant quand on pense qu’il pourrait y avoir un temps pire que la 1ère et la 2ème Guerres Mondiales. Mais nous avons l’assurance que nous serons protégés, parce que nous faisons la volonté de Dieu. « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi-même je te garderai de l’heure de la tentation qui doit venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt ; tiens ferme ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. » (Apocalypse 3:10-11). Et dans Apocalypse 12:14, nous lisons : « Mais deux ailes du grand aigle furent données à la femme, pour qu’elle s’envolât au désert, en son lieu, où elle fut nourrie un temps, et des temps, et la moitié d’un temps, loin de la présence du serpent. »

Durant ces temps de ténèbres précédant immédiatement le retour de Christ, la Bible nous déclare qu’il y aura des élus qui seront protégés par Dieu Lui-même. Remarquez ce que Jésus déclare à l’Église de Philadelphie. « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi-même je te garderai de l’heure de la tentation qui doit venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt ; tiens ferme ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne » (Apocalypse 3:10-11). Dans Apocalypse 12:14, nous pouvons lire : « Mais deux ailes du grand aigle furent données à la femme, pour qu’elle s’envolât au désert, en son lieu, où elle fut nourrie un temps, et des temps, et la moitié d’un temps, loin de la présence du serpent. » Notez que ce temps représente quarante-deux mois, ce qui est la durée entière de la tribulation. Serez-vous protégés durant la tribulation à venir ?

Avons-nous assez confiance en Dieu pour croire que ce qui est écrit dans Ses Livres sera accompli ? Sommes-nous prêts, comme David, à : « Louez l’Éternel ! Je célébrerai l’Éternel de tout mon cœur, dans le conseil des justes, et dans l’assemblée » (Psaume 111:1). La première partie de ce Psaume majestueux, « Louez l’Éternel », est une traduction de l’hébreu alleluia, comme dans Apocalypse 19:1. Le psaume au complet loue les travaux de l’Éternel dans différents domaines. David promet de louer Dieu de tout son cœur, tout en déclarant Ses œuvres. Et il le fait dans deux sphères : dans le conseil des justes, c’est-à-dire dans un cercle intime d’amis de foi semblable, et ensuite dans l’assemblée réunie spécialement dans ce but. Les trois versets suivants identifient Ses œuvres comme : « Les œuvres de l’Éternel sont grandes, recherchées de tous ceux qui y prennent plaisir. Son œuvre n’est que splendeur et magnificence, et sa justice demeure à perpétuité. Il a laissé la mémoire de ses prodiges. L’Éternel est miséricordieux et compatissant » (Psaume 111:2-4).

Les œuvres de Dieu sont sûrement splendides, car, par Son Esprit : « Pour vous, vous n’êtes point dans la chair, mais dans l’esprit, s’il est vrai que l’Esprit de Dieu habite en vous. Or, si quelqu’un n’a point l’Esprit de Christ, celui-là n’est point à Lui. Mais si Christ est en vous, le corps est bien mort à cause du péché, mais l’esprit est vivant à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus des morts, habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous » (Romains 8:9-11). Comme nous pouvons le constater, le Saint-Esprit vit dans chaque véritable croyant. C’est pourquoi, vous dépouillant de toute souillure et des excès de la malice, recevez avec douceur la parole qui est plantée en vous, qui peut sauver vos âmes. Mettez en pratique la parole et ne vous bornez pas à l’écouter en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements, déclare l’apôtre, dans Jacques 1:21-22.

« Comment donc invoqueront-ils celui auquel ils n’ont point cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a pas quelqu’un qui prêche ? Et comment prêchera-t-on, si l’on n’est pas envoyé ? selon ce qui est écrit : Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix, de ceux qui annoncent de bonnes choses ! Mais tous n’ont pas obéi à l’Évangile ; car Ésaïe dit : Seigneur, qui a cru à notre prédication ? La foi vient donc de ce qu’on entend ; et ce qu’on entend, vient de la parole de Dieu, » nous déclare Paul, dans Romains 10:14-17.

Mais n’oublions jamais que le rôle du Saint-Esprit et de la Parole de Dieu dans notre salut commence seulement à partir de notre relation avec eux, alors : « Ne vous enivrez point de vin, qui mène au dérèglement ; mais soyez remplis de l’Esprit ; entretenez-vous ensemble par des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels, chantant et psalmodiant de votre cœur au Seigneur ; rendez grâces toujours pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte de Dieu » (Éphésiens 5:18-21). Que la parole de Christ habite abondamment en vous, en toute sagesse. Et quoi que vous fassiez, en paroles ou en œuvres, faites tout au nom du Seigneur Jésus, rendant grâces par lui à Dieu le Père, afin de servir efficacement comme Ambassadeurs de Christ jusqu’à Son avènement sur la terre. Que nous puissions toujours manifester l’œuvre de l’Esprit et la connaissance de la Parole avec des cœurs joyeux pour le Seigneur.

Christ S’est manifesté comme Roi lors de Son premier avènement : « Mais les gens de son pays le haïssaient ; et ils envoyèrent une ambassade après lui, pour dire : Nous ne voulons pas que celui-ci règne sur nous » (Luc 19:14). Les citoyens qui ont refusé de L’accepter comme Roi refuseront encore de L’accepter lorsqu’Il reviendra une deuxième fois et Ses ennemis qui n’ont pas voulu que Jésus régnasse sur eux seront égorgés en Sa présence (Luc 19:27). Le premier titre qui Lui fut octroyé, lors de Sa naissance, fut Roi des Juifs. « Jésus étant né à Bethlehem, de Judée, au temps du roi Hérode, des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem, et dirent : Où est le roi des Juifs qui est né ? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l’adorer » (Matthieu 2:1-2). Mais, bien avant cette date, Jésus fut Roi de la Création. « Chantez à Dieu, chantez ; chantez à notre Roi, chantez ! Car Dieu est roi de toute la terre ; chantez le cantique ! » (Psaume 47:7-8). « Car l’Éternel est un Dieu grand, il est un grand roi au-dessus de tous les dieux, » nous dit Psaume 95:3.

Jésus est également le Roi de la Rédemption, fournissant le salut pour le monde qu’Il a créé. « Mais Dieu est mon Roi de tout temps, lui qui opère des délivrances au milieu de la terre » (Psaume 74:12). Le Père : « Qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres, et nous a fait passer dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés. C’est lui qui est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toutes les créatures. Car c’est en lui qu’ont été créées toutes choses dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, soit les trônes, soit les dominations, soit les principautés, soit les puissances. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent par lui » (Colossiens 1:13-17).

Jésus n’est pas seulement Roi de tous les mondes, mais aussi Roi de tous les âges. « L’Éternel est Roi à toujours et à perpétuité ; les nations ont disparu de dessus sa terre » (Psaume 10:16). « Au roi des siècles, immortel, invisible, à Dieu, seul sage, soient honneur et gloire aux siècles des siècles ! Amen. » (1 Timothée 1:17). Dans Apocalypse 15:3-4, nous lisons : « Et ils chantaient le cantique de Moïse, serviteur de Dieu, et le cantique de l’Agneau, en disant : Tes œuvres sont grandes et admirables, ô Seigneur Dieu Tout Puissant ! Tes voies sont justes et véritables, ô Roi des saints ! Seigneur ! qui ne te craindrait, et ne glorifierait ton nom ? Car tu es le seul Saint ; aussi toutes les nations viendront et se prosterneront devant ta face, parce que tes jugements ont été manifestés. » « J’entendis aussi toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, et sous la terre, et dans la mer, et toutes les choses qui y sont, qui disaient : A celui qui est assis sur le trône, et à l’Agneau soient la louange, et l’honneur, et la gloire, et la force aux siècles des siècles » (Apocalypse 5:13).




D.431 – Au-delà du Millénium

(Suite de D.429)

Par Joseph Sakala

Avec Satan, l’ennemi par excellence, complètement anéanti et en dehors des affaires humaines, Dieu va accomplir un Plan que très peu de personnes semblent comprendre. Et pourtant, ce merveilleux Plan de Dieu répondrait à des questions qu’un très grand nombre de pères et de mères se posent depuis des siècles. Comme : « Nous avons eu une petite fille née prématurément, mais morte à peine quelques heures après sa naissance…que lui arrivera-t-il ? » Où bien, « qu’adviendra-t-il de tous les enfants qui sont morts en très bas-âge, soit de maladie, soit dans un accident, ou de n’importe quelle façon ? » Seriez-vous prêts à condamner une personne qui n’a jamais entendu parler de Jésus de toute sa vie ? Pourtant, Jésus est le seul nom : « Et il n’y a de salut en aucun autre ; car sous le ciel il n’y a pas un autre nom, qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12).

Différentes congrégations ont inventé toutes sortes de sornettes pour garder leurs brebis, comme les limbes où les enfants non baptisés iraient pour l’éternité. Et pour ce qui est des adultes, « si tu n’es pas converti à Christ, dommage, tu vas en enfer pour l’éternité ! » Pour tous ceux qui ont passé leur vie entière à croire ce mensonge monstrueux, j’ai une bonne nouvelle pour vous. L’apôtre Pierre, le chef des apôtres, a été confronté à des questions similaires. Mais il a enseigné en toute honnêteté ce qu’il a dit dans Actes 10:34 : « Pierre, prenant la parole, dit : En vérité, je reconnais que Dieu n’a point égard à l’apparence des personnes. » Mais il a également déclaré, dans 2 Pierre 3:8-9 : « Toutefois, bien-aimés, n’ignorez pas une chose, c’est que pour le Seigneur un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. Le Seigneur ne retarde point l’exécution de sa promesse, comme quelques-uns croient qu’il y ait du retard ; mais il use de patience envers nous, ne voulant point qu’aucun périsse, mais que tous viennent à la repentance. »

Au-travers de l’histoire, la plupart des hommes et des femmes ont vécu et sont morts sans jamais avoir entendu le nom de Jésus. Pourtant, en parlant du Christ, Pierre a déclaré qu’il n’y a de salut en aucun autre que Jésus ; « car sous le ciel il n’y a pas un autre nom, qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12). Comment alors pourrions-nous  réconcilier ce paradoxe apparent dans le message de Pierre ? Et que dire de 2 Corinthiens 6:1-2 où Paul nous dit : « Puisque donc que nous travaillons avec Dieu, nous vous conjurons que ce ne soit pas en vain que vous ayez reçu la grâce de Dieu. Car il dit : Je t’ai exaucé au temps favorable, et je t’ai secouru au jour du salut. Voici maintenant le temps favorable ; voici maintenant le jour du salut. » Mais si quelqu’un entend le nom de Jésus et ne répond pas, comment réagissez-vous à cela ?

Ce passage est une reprise d’Esaïe 49:8 où le prophète déclare : « Ainsi a dit l’Éternel : Je t’ai exaucé dans le temps favorable ; je t’ai secouru au jour du salut ; je te garderai, j’établirai en toi mon alliance avec le peuple, pour relever le pays et donner en partage les héritages dévastés. » Si nous prenons ce verset comme voulant dire, au jour de salut du temps d’Esaïe, alors ce jour est passé et il n’y a pas d’autre jour de salut disponible ! Je vais vous faire une déclaration que vous ne croirez pas, mais saviez-vous que Dieu n’appelle pas tous les humains au salut, même maintenant ? Regardez autour de vous et dites moi si, selon vous, la majorité des gens du monde sont convertis. Comment se fait-il qu’ils pensent pouvoir passer par n’importe quel sauveur en croyant que toute religion est bonne pour allez au ciel ?

Ce jour est certainement le jour du salut, mais pour ceux à qui Dieu a bien voulu ouvrir l’esprit. Mais pour la vaste majorité qui n’a pas eu l’esprit ouvert à la connaissance divine, ce n’est pas leur jour de salut. Avec ceci en tête, pensez à tous ceux qui, durant la totalité de l’histoire humaine, n’ont jamais entendu parler de Jésus ? Et que dire de tous ces petits enfants qui n’ont pas eu le privilège d’entendre parler de Jésus ? Ces personnes reviendront tous dans la Deuxième Résurrection pour recevoir leur première et seule chance de salut ! Regardez ce que Jésus a déclaré au sujet des Ninivites, dans Matthieu 12:41 : « Les Ninivites s’élèveront au jour du jugement contre cette nation, et la condamneront, parce qu’ils se repentirent à la prédication de Jonas ; et il y a ici plus que Jonas. »

« La reine du Midi s’élèvera au Jugement contre cette nation, et la condamnera, car elle vint des bornes de la terre pour entendre la sagesse de Salomon ; et il y a ici plus que Salomon » (Matthieu 12:42). À partir d’endroits aussi divers que l’Assyrie et Shéba, en Arabie, les gens vont ressusciter et apprendront l’hypocrisie de la population du temps de Christ, et les condamneront. « Alors il [Jésus] se mit à faire des reproches aux villes où il avait fait la plupart de Ses miracles, de ce qu’elles ne s’étaient point repenties. Malheur à toi, Corazin ! malheur à toi, Bethsaïda ! car si les miracles qui ont été faits au milieu de vous eussent été faits à Tyr et à Sidon, il y a longtemps qu’elles se seraient repenties en prenant le sac et la cendre. C’est pourquoi je vous dis que le sort de Tyr et de Sidon sera plus supportable au jour du jugement que le vôtre. Et toi, Capernaüm, qui as été élevée jusqu’au ciel, tu seras abaissée jusqu’en enfer ; car si les miracles qui ont été faits au milieu de toi eussent été faits à Sodome, elle subsisterait encore aujourd’hui. C’est pourquoi je vous dis que le sort du pays de Sodome sera plus supportable au jour du jugement que le tien » (Matthieu 11:20-24).

Avez-vous bien lu ce qui est écrit ici ? Selon les fausses doctrines des églises, les gens de Tyr, de Sidon, de Sodome, la reine du Midi et les Ninivites sont tous en train de brûler en « enfer », en ce moment ! Alors, que voulait dire Jésus en déclarant qu’au jour du jugement, leur sort sera plus supportable et qu’ils condamneront Corazin, Bethsaïda et Capernaüm ? Voulait-Il dire qu’ils seraient brûlés seulement partiellement ou juste d’un côté ? Absurde. Il déclare aussi que, si Sodome avait été témoin de Ses miracles, elle se serait repentie ! C’est donc qu’elle n’a jamais eu la chance de connaître le nom de Jésus. Le Christ ne la condamne pas au feu éternel, ici !

Ce jugement — la Deuxième Résurrection — aura lieu longtemps après le retour de Christ et la Première Résurrection à l’immortalité de Ses Élus. Dans Apocalypse 20:4-6, voici ce que Jean déclare : « Et je vis des trônes, sur lesquels s’assirent des personnes, et il leur fut donné de juger. Je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été décapités pour le témoignage de Jésus, et pour la parole de Dieu, et ceux qui n’avaient point adoré la bête, ni son image, et qui n’avaient point pris sa marque sur leurs fronts, ou à leurs mains. Et ils vécurent et régnèrent avec Christ mille ans. Mais le reste des morts ne ressuscita point, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. C’est là la première résurrection ! Heureux et saint celui qui a part à la première résurrection ! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et régneront avec lui mille ans. »

Après avoir restauré le Gouvernement de Dieu pendant mille ans, il sera temps de juger tous les autres morts qui n’ont pas eu l’opportunité de recevoir le salut, et ils ressusciteront en chair et en os. Regardons ensemble comment Ézéchiel nous décrit cet événement extraordinaire. Dans Ézéchiel 37:1-8 : « La main de l’Éternel fut sur moi, et l’Éternel me fit sortir en esprit, et me posa au milieu d’une vallée pleine d’ossements. Il me fit passer près d’eux tout autour ; et voici, ils étaient en fort grand nombre à la surface de cette vallée, et ils étaient complètement secs. Et il me dit : Fils de l’homme, ces os pourraient-ils revivre ? Je répondis : Seigneur Éternel, tu le sais. Alors il me dit : Prophétise sur ces os, et dis-leur : Os secs, écoutez la parole de l’Éternel. Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel à ces os : Voici, je vais faire entrer en vous l’esprit, et vous vivrez. Je vous donnerai des nerfs ; je ferai croître sur vous de la chair ; je vous couvrirai de peau, je mettrai l’esprit en vous, et vous vivrez, et vous saurez que je suis l’Éternel. Je prophétisai donc, comme il m’avait été commandé ; et, dès que j’eus prophétisé, il se fit un bruit, et voici, un mouvement, et les os s’approchèrent les uns des autres. Je regardai, et voici, il se forma des nerfs sur eux ; il y crût de la chair, la peau les couvrit, mais il n’y avait point d’esprit en eux. »

Dans Ézéchiel 37:9-14 : « Alors il me dit : Prophétise à l’esprit, fils de l’homme ; prophétise et dis à l’esprit : Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Esprit, viens des quatre vents, et souffle sur ces tués, afin qu’ils revivent. Je prophétisai donc, comme il m’avait été commandé, et l’esprit entra en eux, et ils revécurent, et se tinrent sur leurs pieds. C’était une fort grande armée. Et il me dit : Fils de l’homme, ces os, c’est toute la maison d’Israël. Voici, ils disent : Nos os sont devenus secs, notre espérance est perdue, c’en est fait de nous ! C’est pourquoi prophétise, et dis-leur : Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Voici, j’ouvrirai vos tombeaux, et vous ferai remonter de vos tombeaux, ô mon peuple, et je vous ferai rentrer dans le pays d’Israël. Et vous saurez que je suis l’Éternel, quand j’ouvrirai vos tombeaux, et que je vous ferai remonter de vos tombeaux, ô mon peuple. Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez ; je vous placerai dans votre pays, et vous saurez que moi, l’Éternel, j’ai parlé et agi, dit l’Éternel. »

Vous remarquerez, au passage, qu’il n’est question nulle part d’une âme immortelle qui réintègre un corps, mais de l’esprit qui vient de Dieu qui le met dans un corps sorti des tombeaux.

Mais la prophétie se poursuit et, dans Ézéchiel 37:15-22 : « La parole de l’Éternel me fut adressée en ces termes : Et toi, fils de l’homme, prends un morceau de bois et y écris : ̋ Pour Juda et pour les enfants d’Israël, ses compagnons. ̏ Prends un autre morceau de bois, et y écris : ̋ Pour Joseph, bois d’Éphraïm et de toute la maison d’Israël qui lui est associée. ̏ Rapproche-les l’un de l’autre pour en faire une seule pièce, afin qu’ils soient unis dans ta main. Et quand les enfants de ton peuple t’interrogeront, en disant : ̏ Ne nous expliqueras-tu pas ce que tu veux dire par cette action ? ̋ Dis-leur : Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Voici, je prendrai le bois de Joseph qui est dans la main d’Éphraïm et les tribus d’Israël, ses compagnes ; je les joindrai au bois de Juda, pour en faire un seul bois, qui ne soit qu’un dans ma main. Les bois sur lesquels tu auras écrit seront dans ta main, sous leurs yeux. Dis-leur : Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Voici, je vais prendre les enfants d’Israël du milieu des nations où ils sont allés ; je les rassemblerai de toute part, et les ferai rentrer dans leur pays. Je ferai d’eux une seule nation dans le pays, sur les montagnes d’Israël, et ils auront tous un seul et même roi ; ils ne seront plus deux nations, et ne seront plus divisés en deux royaumes. »

Dans Ézéchiel 37:23-28, Dieu déclare : « Ils ne se souilleront plus par leurs idoles, ni par leurs infamies, ni par tous leurs péchés ; je les retirerai de tous les lieux où ils habitent, et où ils ont péché ; je les purifierai, ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu. David mon serviteur régnera sur eux ; ils auront tous un seul pasteur ; ils marcheront dans mes ordonnances, et garderont mes statuts pour les pratiquer. Ils habiteront dans le pays que j’ai donné à Jacob, mon serviteur, où vos pères ont habité ; ils y habiteront, eux, leurs enfants et les enfants de leurs enfants, à toujours, et David, mon serviteur, sera leur prince à jamais. Je traiterai avec eux une alliance de paix, et il y aura avec eux une alliance éternelle ; je les établirai, et les multiplierai ; je mettrai mon sanctuaire au milieu d’eux pour toujours. Ma demeure sera au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Et les nations sauront que je suis l’Éternel, qui sanctifie Israël, lorsque mon sanctuaire sera au milieu d’eux pour toujours. »

Voilà en détail la Deuxième Résurrection d’Israël, ainsi que du reste des nations par association. Écoutez maintenant prêcher les ministres et les différents pasteurs, et vous découvrirez comment ils sont complètement perdus dans leur enseignement, disant que cette résurrection n’est destinée qu’à la destruction totale d’Israël et des autres nations, alors que Dieu nous parle de Son sanctuaire qui sera au milieu d’eux pour toujours et qu’ils auront tous un seul et même pasteur : Jésus-Christ ! Cette résurrection sera un temps de jugement pour toutes ces nations et non de condamnation. Nous avons vu, dans Apocalypse 20:10 : « Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète ; et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles. »

Plusieurs chrétiens lisent ce verset comme si la bête et le faux prophète allaient être tourmentés aux siècles des siècles. La bête et le faux prophète étaient en chair et en os lorsqu’ils furent jetés dans ce feu, et nous n’avons pas à vous convaincre qu’ils ont été brûlés instantanément. Non, c’est Satan et ses anges qui seront tourmentés aux siècles des siècles dans ce feu éternel, préparé au diable et à ses anges (Matthieu 25:41). Notez maintenant qu’aussitôt après Apocalypse 20:10, nous enchaînons avec le verset 11 où nous découvrons ceci à propos de la Deuxième Résurrection.

Apocalypse 11-12 : « Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui y était assis. La terre et le ciel s’enfuirent de devant sa face, et leur place ne se retrouva plus. Je vis aussi les morts, grands et petits, qui se tenaient devant Dieu ; et les livres furent ouverts. On ouvrit aussi un autre livre, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans les livres. » Ces deux versets sont interprétés par presque toutes les dénominations religieuses comme étant une résurrection pour la destruction de tous les humains non convertis depuis Adam et Ève. Mais est-ce la vérité ? Analysons cette déclaration divine pour apprendre une vérité phénoménale que Satan a toujours voulu voiler, afin de mieux séduire les humains depuis la création de nos premiers parents.

D’abord notez la couleur du trône sur lequel Jésus est assis. Il est blanc, et représente la miséricorde divine. Habituellement, dans la Bible, la condamnation est associée à la couleur rouge, le cramoisi ou l’écarlate. La terre et le ciel s’enfuirent devant Sa face parce que le Jugement se fera sur tout ceux qui n’ont pas encore été jugés. Ceux qui seront jugés sont les grands et petits. Cela couvre tous les adultes et tous les enfants qui n’ont jamais eu le bonheur de connaître Jésus. Mais cette expression peut également couvrir tous ces hommes qui se considéraient grands à leurs propres yeux et les humbles qui furent écrasés  et qui se considéraient petits. Cependant, tous se tiennent devant Jésus qui ne les détruit pas, mais les accueille plutôt à bras ouverts en leur annonçant qu’ils vont tous avoir cent ans pour se convertir à Christ. Ce sera La Grande Récolte à laquelle la Bible fait plusieurs fois références et que les pasteurs séduits ne semblent pas avoir compris. Et les livres selon lesquels ils seront jugés, et non condamnés, seront les livres de la Bible. Et notez maintenant : « On ouvrit aussi un autre livre, celui qui est le livre de vie. »

Mais pourquoi ouvrir le livre de vie si Jésus a l’intention de détruire tout ce monde ? Pure stupidité de la part de tous ces ministres. Non, Jésus va donner cent ans, comme dans le Millénium, à ces gens pour se faire instruire par Ses Élus sur la façon de vivre selon la Bible afin de se faire enregistrer dans le livre de vie et faire partie des nations qui se convertiront à Jésus durant cette Deuxième Résurrection. Ce jugement, je le répète, n’est pas un temps de condamnation, ni une seconde chance pour ces individus. Les enfants mort-nés, les avortons, les petits enfants assassinés en bas-âge, ou morts d’une infection auront cent ans d’instruction pour comprendre la Bible.

Dieu a inspiré Esaïe de prophétiser : « Et il enlèvera, sur cette montagne, le voile qui couvre la face de tous les peuples, la couverture étendue sur toutes les nations » (Esaïe 25:7). Pourquoi faire cela s’ils sont tous condamnés ? Non, leur voile sera enfin enlevé afin de pouvoir comprendre l’enseignement spirituel pour la première fois. Imaginez, en tant qu’Élu, de reconnaître et d’enseigner à un proche parent, que vous pensiez peut-être perdu, avec les accolades et les larmes qu’ils verseront en vous voyant. Dieu leur donnera accès au salut spirituel et aussi à l’immortalité parmi les nations converties. Dans Apocalypse 21:4, nous lisons : « Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus. Il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni travail ; car les premières choses sont passées. » Et les nations qui auront été sauvées marcheront à Sa lumière et les rois (les Élus) de la terre y apporteront leur gloire et leur honneur, nous déclare Apocalypse 21:24.

Jésus avait prédit cette grande conversion soudaine lorsque : « Le dernier et le grand jour de la fête, Jésus se trouvait là, et s’écriait : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture. (Or, il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui ; car le Saint-Esprit n’avait pas encore été donné, parce que Jésus n’était pas encore glorifié.) Plusieurs de la foule, ayant entendu ces paroles, disaient : Celui-ci est véritablement le prophète » (Jean 7:37-40). Et notez bien quand Jésus a fait cette grande  prédiction : le dernier et le grand jour de la fête, (à la fin de la Fête des Tabernacles) qui représente la Deuxième Résurrection dans le Plan de Dieu. Quelques-uns ont cru et ont reçu des fleuves d’eau vive qui ont coulé de leur sein, comme dit l’Écriture, lorsqu’ils se sont convertis. Mais qu’est-ce qui est arrivé à la très grande majorité qui est née depuis ce temps ? Voilà leur première chance au salut, après le Millénium. Quelle belle marque de miséricorde de la part de notre Créateur qui a voulu patienter jusqu’à la toute fin pour sauver tout le monde !

Mais qu’arrivera-t-il à ceux qui persisteront à rejeter Dieu jusqu’à la fin et qui auront préféré garder leur nature humaine, plutôt que de se soumettre à Dieu et à Son Royaume ? Nous découvrons donc une autre résurrection, une Troisième destinée à la destruction de tous ces incorrigibles. Lisez-le vous-mêmes, dans Apocalypse 20:13-15 : « Et la mer rendit les morts qu’elle contenait ; la mort et l’enfer rendirent aussi les morts qui y étaient, et chacun fut jugé selon ses œuvres. Et la mort et l’enfer furent jetés dans l’étang de feu ; c’est la seconde mort. Et quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie, fut jeté dans l’étang de feu. » Avez-vous remarqué que le livre de vie n’est pas ouvert ici, car ces personnes ont tous reçu leur chance, mais ont refusé le salut qui leur était offert gratuitement ?

Dieu ne forcera jamais personne à faire partie de Son Royaume. Plutôt que de les laisser vivre misérablement en opposition à la seule manière de vivre le véritable bonheur, Dieu prononcera une sentence de mort éternelle sur eux : « Et quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie, fut jeté dans l’étang de feu. » Ce feu aussi connu comme : « le jour du Seigneur viendra comme un larron dans la nuit ; en ce temps-là les cieux passeront avec fracas, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre, avec les œuvres qui sont en elle, sera entièrement brûlée. » Une purification de la terre entière par le feu. Tout ce qui demeurera sur la terre sera purifié, pour enfin recevoir Dieu Lui-même, dans toute Sa gloire.

Dans Apocalypse 21:1-6, nous lisons : « Je vis ensuite un ciel nouveau et une terre nouvelle ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. Et moi Jean je vis la sainte cité, la nouvelle Jérusalem, qui descendait du ciel d’auprès de Dieu, préparée comme une nouvelle mariée qui s’est ornée pour son époux. Et j’entendis une grande voix du ciel, qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes, et il habitera avec eux ; ils seront son peuple, et Dieu sera lui-même avec eux, il sera leur Dieu. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus. Il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni travail ; car les premières choses sont passées. Et celui qui était assis sur le trône, dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Puis il me dit : Écris ; car ces paroles sont véritables et certaines. Il me dit aussi : C’en est fait ; je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. Je donnerai gratuitement de la source d’eau vive à celui qui a soif. »

Jésus poursuit Sa description dans Apocalypse 21:7-11 : « Celui qui vaincra, héritera toutes choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils. Mais, pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les fornicateurs, les empoisonneurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part est dans l’étang ardent de feu et de soufre ; ceci est la seconde mort. [Voilà pour qui sera la Troisième Résurrection.] Alors l’un des sept anges, qui avaient eu les sept coupes pleines des sept dernières plaies, vint à moi, et me parla en disant : Viens, je te montrerai la nouvelle mariée, l’épouse de l’Agneau. Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne, et il me montra la grande cité, la sainte Jérusalem qui descendait du ciel venant de Dieu, avec la gloire de Dieu. Et son éclat était semblable à celui d’une pierre très précieuse, telle qu’une pierre de jaspe cristallin. »

Et maintenant voici une description de cette Sainte Jérusalem. « Elle avait une grande et haute muraille, avec douze portes, et aux douze portes douze anges et des noms écrits, c’étaient les noms des douze tribus des enfants d’Israël. A l’Orient, trois portes ; au Septentrion, trois portes ; au Midi, trois portes ; à l’Occident, trois portes. La muraille de la ville avait douze fondements, sur lesquels étaient les noms des douze apôtres de l’Agneau. Et celui qui me parlait avait un roseau d’or pour mesurer la ville, et ses portes, et sa muraille. La ville était quadrangulaire, et sa longueur était égale à sa largeur ; il mesura la ville avec le roseau, douze mille stades de côté ; sa longueur, sa largeur et sa hauteur étaient égales. [Une pyramide parfaite]. Il mesura aussi la muraille, cent quarante-quatre coudées, mesure d’homme, qui était celle de l’ange. La muraille était bâtie de jaspe, mais la ville était d’un or pur, semblable à un verre pur » (Apocalypse 21:12-18).

Regardons maintenant la richesse au sein des fondements. Dans Apocalypse 21:19-23, nous lisons : « Et les fondements de la muraille de la ville étaient ornés de toute sorte de pierres précieuses. Le premier fondement était de jaspe ; le second, de saphir ; le troisième, de calcédoine ; le quatrième, d’émeraude ; le cinquième, de sardonix ; le sixième, de sarde ; le septième, de chrysolithe ; le huitième, de béryl ; le neuvième, de topaze ; le dixième, de chrysoprase ; le onzième, d’hyacinthe, et le douzième, d’améthyste. Les douze portes étaient douze perles ; chaque porte était d’une seule perle, et la place de la ville était d’un or pur semblable à du verre transparent. Je n’y vis point de temple ; car le Seigneur Dieu Tout Puissant et l’Agneau en sont le temple. Et la ville n’a pas besoin du soleil, ni de la lune, pour l’éclairer ; car la gloire de Dieu l’éclaire, et l’Agneau est son flambeau. »

Notez bien maintenant qui seront les seuls à avoir accès à cette magnifique ville sur la terre, le Quartier Général de l’Univers. « Et les nations qui auront été sauvées, marcheront à sa lumière, et les rois de la terre [Ses Élus] y apporteront leur gloire et leur honneur. Ses portes ne se fermeront point chaque jour, car il n’y aura point de nuit. On y apportera la gloire et l’honneur des nations. Il n’y entrera rien de souillé, ni personne qui s’adonne à l’abomination et au mensonge, mais ceux-là seuls qui sont écrits dans le livre de vie de l’Agneau » (Apocalypse 21:24). Seuls les enfants de Dieu, immortels, auront accès à cet extraordinaire bâtiment ; c’est pourquoi ses portes ne se fermeront point chaque jour, car il n’y aura point de nuit.

Voyez-vous pourquoi Paul insistait tellement sur le salut ? Et pourquoi les souffrances de ce siècle ne sont rien en comparaison de ce que nous allons hériter ? « Et si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers ; héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ ; si toutefois nous souffrons avec lui, afin que nous soyons aussi glorifiés avec lui. Car j’estime qu’il n’y a point de proportion entre les souffrances du temps présent et la gloire à venir, qui sera manifestée en nous. En effet, la création attend, avec un ardent désir, que les enfants de Dieu soient manifestés, car ce n’est pas volontairement que la création est assujettie à la vanité, mais c’est à cause de Celui qui l’y a assujettie, dans l’espérance qu’elle sera aussi délivrée de la servitude de la corruption, pour être dans la liberté glorieuse des enfants de Dieu » (Romains 8:18-21).

« Car cela est bon et agréable aux yeux de Dieu notre Sauveur, Qui veut que tous les hommes [et les femmes] soient sauvés, et qu’ils parviennent à la connaissance de la vérité ; car il y a un seul Dieu, et un seul Médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ, homme, Qui s’est donné lui-même en rançon pour tous ; c’est là le témoignage rendu en son propre temps, » nous déclare Paul, dans 1 Timothée 2:3-6. Jésus est venu pour nous annoncer Son Royaume qui englobera l’univers entier et qui, comme la terre, sera transformé pendant l’éternité par Ses enfants. Et cette magnifique ville céleste sera établie sur la terre, avec Dieu comme notre PÈRE, Qui nous guidera dans tous Ses projets sans fin. Donc, nous allons nous déplacer à la vitesse de la pensée, dans l’univers avec un pied-à-terre. D’ailleurs, je suis certain que c’est l’origine de cette belle expression.

Quand nous voyons et expérimentons les souffrances dans le monde présent, soyons continuellement reconnaissants envers notre formidable Créateur et Son merveilleux Plan de Salut pour Sa création. Quelle bonne nouvelle !




D.430 – Un temps de sécurité absolue

(Suite de D.429)

Par Joseph Sakala

Lorsque Paul écrivit à propos de la Première Résurrection, il a déclaré aux Thessaloniciens : « Or, mes frères, je ne veux pas que vous soyez dans l’ignorance au sujet des morts, afin que vous ne vous affligiez pas, comme les autres hommes qui n’ont point d’espérance. Car si nous croyons que Jésus est mort, et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus, pour être avec lui, ceux qui sont morts. Car nous vous déclarons ceci par la parole du Seigneur, que nous les vivants qui serons restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne précéderons point ceux qui sont morts ; car le Seigneur lui-même descendra du ciel, à un signal donné, avec une voix d’archange et au son d’une trompette de Dieu ; et les morts qui sont en Christ ressusciteront premièrement ; ensuite, nous les vivants qui serons restés, nous serons enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur, dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. C’est pourquoi consolez-vous les uns les autres par ces paroles » (1  Thessaloniciens 4:13-18).

Pour voir la suite de ce passage reportez vous à 1 Corinthiens 15:12-17, où Paul déclare : « Or, si l’on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu’il n’y a point de résurrection des morts ? Et s’il n’y a point de résurrection des morts, Christ aussi n’est point ressuscité. Et si Christ n’est point ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. Il se trouve même que nous sommes de faux témoins de Dieu ; car nous avons rendu ce témoignage à l’égard de Dieu, qu’il a ressuscité Christ, lequel il n’a point ressuscité, si les morts ne ressuscitent point. Car, si les morts ne ressuscitent point, Christ n’est pas non plus ressuscité. Et si Christ n’est point ressuscité, votre foi est vaine, et vous êtes encore dans vos péchés. »

Mais, dans 1 Corinthiens 15:51-58, Paul déclare : « Voici, je vous dis un mystère : Nous ne mourrons pas tous, mais nous serons tous changés, en un moment, en un clin d’œil, à la dernière trompette ; car la trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible soit revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel soit revêtu de l’immortalité. Or, quand ce corps corruptible aura été revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura été revêtu de l’immortalité, alors cette parole de l’Écriture sera accomplie : La mort est engloutie en victoire. O mort ! où est ton aiguillon ? O enfer ! où est ta victoire ? Or, l’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous a donné la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ. C’est pourquoi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, abondant toujours dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas vain dans le Seigneur. »

Cette scène dramatique représente le second avènement de Jésus. Au son retentissant de la dernière trompette de Dieu de Qui nous savons que c’est la septième, les morts en Christ ressusciteront premièrement ; ensuite, nous les vivants qui serons restés, nous serons enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur, dans les airs. Donc, Jésus descend du ciel et Ses Élus montent pour Le rencontrer. Mais où ? Écoutons Paul qui déclare que ce sera sur des nuées, dans les airs, pas au ciel, comme la majorité des églises le prêchent pour garder leurs fidèles. Et ces églises continuent de prêcher ce mensonge à gorge déployée, faisant de Jésus un menteur, Lui qui a carrément déclaré, dans Jean 3:13 : « Or personne n’est monté au ciel, que celui qui est descendu du ciel, savoir, le Fils de l’homme qui est dans le ciel. »

Mais ces sinistres ministres de Satan continuent à séduire les gens, encore plus que dans les débuts de l’Église, lorsque Paul leur disait : « Car je suis jaloux de vous d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai unis à un seul Époux, pour vous présenter à Christ, comme une vierge chaste. Mais je crains que, comme le serpent séduisit Ève par sa ruse, vos pensées ne se corrompent aussi en se détournant de la simplicité qui est en Christ. Car, s’il venait quelqu’un qui vous prêchât un autre Jésus que celui que nous vous avons prêché, ou un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supporteriez fort bien » (2 Corinthiens 11:2-4). Que diriez-vous de vous faire parler d’un Jésus qui, après avoir dit que personne n’est monté au ciel sauf Lui, changerait d’idée et ouvrirait le ciel à tout le monde juste pour garder Ses brebis.

Ou que diriez-vous de quelqu’un qui viendrait vous prêcher le salut par un autre esprit que celui que vous avez reçu. Ou encore si un ministre vous prêchait un autre évangile où le salut serait disponible par Mahomet, par  Bouddha, par Hari Krishna, ou par tout autre prédicateur « chrétien », alors que la Bible, qu’ils utilisent, dit bien, par la bouche de Pierre, le chef des apôtres : « Ce Jésus est la pierre, qui a été rejetée par vous qui bâtissez, qui a été faite la principale pierre de l’angle. Et il n’y a de salut en aucun autre ; car sous le ciel il n’y a pas un autre nom, qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:11-12). Paul nous déclare, au premier siècle, que, parmi ceux qui n’étudient même pas la Parole de Dieu, on le supporterait fort bien.

Mais Paul dévoilait ces faux ministres ouvertement, dans 2 Corinthiens 11:12-15 : « Mais je le fais, (et je le ferai encore,) pour ôter tout prétexte à ceux qui cherchent des prétextes, en sorte qu’ils soient trouvés tels que nous dans les choses dont ils se glorifient. Car de tels hommes sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs qui se déguisent en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, car Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas surprenant que ses ministres se déguisent aussi en ministres de justice ; mais leur fin sera selon leurs œuvres. » Lors de l’avènement de Jésus, leurs œuvres seront entièrement exposées et les ministres de Satan seront récompensés en conséquence. « Or, voici, je viens bientôt, et j’ai mon salaire avec moi, pour rendre à chacun selon que ses œuvres auront été » (Apocalypse 22:12).

Le prophète Zacharie nous décrit cet événement spectaculaire. « Et l’Éternel sortira, et combattra contre ces nations, comme lorsqu’il combattit au jour de la bataille. Ses pieds se poseront, en ce jour-là, sur la montagne des Oliviers qui est en face de Jérusalem, à l’orient ; et la montagne des Oliviers se fendra par le milieu, à l’orient et à l’occident, et il s’y fera une très grande vallée ; et la moitié de la montagne se retirera vers l’Aquilon et l’autre moitié vers le midi. Et vous fuirez dans la vallée de mes montagnes ; car la vallée des montagnes atteindra jusqu’à Atsal ; vous fuirez, comme vous vous enfuîtes devant le tremblement de terre, aux jours d’Ozias, roi de Juda. Alors l’Éternel, mon Dieu, viendra, et tous les saints seront avec toi. Et en ce jour-là, il n’y aura pas de lumière, mais les lumières précieuses se retireront. Ce sera un jour unique, connu de l’Éternel ; il ne sera ni jour, ni nuit, mais sur le soir il y aura de la lumière. En ce jour-là, des eaux vives sortiront de Jérusalem, une moitié vers la mer d’Orient et l’autre moitié vers la mer d’Occident ; et ce sera en été comme en hiver. L’Éternel sera roi de toute la terre ; en ce jour-là, l’Éternel sera seul, et son nom seul » (Zacharie 14:3-9).

Ce sera le début de la promesse de paix et de prospérité. Jésus va créer un monde de paix et de bénédictions au-delà de tout ce qu’on pourrait imaginer. Mais ces bénédictions n’arriveront pas dans toutes les nations en même temps. Cette nouvelle société ne sera pas bâtie en une journée, avec tant de fausses idées à corriger. Les nations devront apprendre comment vivre afin d’avoir une santé rayonnante. Christ et Ses Élus se mettront à enseigner comment vivre en paix. Deux grands commandements seront établis à la base de cet enseignement. Et ils seront enseignés par Jésus Lui-même qui leur dira : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le premier et le grand commandement. Et voici le second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes » (Matthieu 22:37-40).

Le prophète Ésaïe décrit cette sorte d’éducation ainsi : « Il arrivera, aux derniers jours, que la montagne de la maison de l’Éternel sera établie au-dessus des montagnes, et s’élèvera par-dessus les collines ; et toutes les nations y afflueront. Et plusieurs peuples viendront et diront : Venez et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob ; il nous instruira de ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers ! Car la loi sortira de Sion et la parole de l’Éternel de Jérusalem. Il jugera entre les nations, et sera l’arbitre de plusieurs peuples. Alors ils forgeront de leurs épées des hoyaux, et de leurs lances, des serpes ; une nation ne lèvera plus l’épée contre l’autre, et on n’apprendra plus la guerre » (Esaïe 2:2-4). Dès le début, les manufactures d’armements cesseront d’exister, ainsi que l’Organisation des Nations Unis.

De nos jours, la paix et le bonheur n’existent pas dans les familles. Les parents, en général, n’ont pas appris les bons principes montrant comment élever les enfants, ce qui forme des familles émotionnellement déstabilisées. Cette situation n’existera pas dans le Millénium, car, dès le début, les Élus enseigneront d’honorer père et mère afin que les jours des enfants soient prolongés sur la terre que l’Éternel leur Dieu leur donnera. La bonne éducation, qui commencera à la maison, produira des familles heureuses avec des enfants bien élevés qui respecteront ceux qui les enseigneront à l’école. Les parents apprendront à grandir ensemble dans l’amour et Dieu leur dira : « ce sera pour moi un renom plein de joie, de louange et de gloire, auprès de toutes les nations de la terre, qui apprendront tout le bien que je vais leur faire, et seront effrayées et épouvantées de toute la prospérité et de tout le bonheur que je vais leur donner » (Jérémie 33:9). Imaginez, la prospérité et le bonheur de Dieu seront donnés avec une profusion telle que les nations en seront effrayées et épouvantées !

Les parents élèveront des enfants en santé, car la maladie n’existera plus. « Ils ne se fatigueront plus en vain ; ils n’enfanteront pas des enfants pour l’épouvante ; car ils seront la race des bénis de l’Éternel, et leurs rejetons avec eux » (Esaïe 65:23). Remarquez ce que Zacharie a vu dans l’avenir que Dieu lui a révélé : « Ainsi a dit l’Éternel des armées : Il y aura encore des vieillards et des femmes âgées, assis dans les places de Jérusalem, ayant chacun son bâton à la main, à cause du grand nombre de leurs jours. Et les places de la ville seront remplies de jeunes garçons et de jeunes filles, qui se joueront dans ses places. Ainsi a dit l’Éternel des armées : Si cela semble difficile aux yeux du reste de ce peuple en ces jours là, sera-ce pourtant difficile à mes yeux ? dit l’Éternel des armées » (Zacharie 8:4-6). Sans crainte d’accidents sérieux, d’enlèvements, de gangs violents, d’abus sexuel, de vente de drogue par des pushers et une panoplie d’atrocités qui sont devenues des pestes pour notre société moderne, les enfants joueront ouvertement sans la crainte des hommes.

Le Royaume se répandra dans le monde entier, car Jésus a prédit, dans Matthieu 13:33, que : « Le royaume des cieux est semblable à du levain qu’une femme a pris et mêlé à trois mesures de farine, jusqu’à ce que la pâte soit toute levée. » Dans Esaïe 11:9, Dieu déclare : « On ne fera point de mal, et on ne détruira point, sur toute ma montagne sainte ; car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme le fond de la mer des eaux qui le couvrent. » La loi divine sera le fondement de toute éducation, de tout statut, de toute entreprise d’affaires et de toute action entre humains. L’honnêteté sera la norme, éliminant ainsi toute convoitise au sein des affaires. Avec un tel standard mondial, les nations auront une base pour coopérer sans conflit idéologique et sans préjugé pour régler leurs problèmes dans la paix.

Le prophète Michée a écrit : « Mais il arrivera, aux derniers jours, que la montagne de la maison de l’Éternel sera établie au-dessus des montagnes, et elle s’élèvera par-dessus les collines, et les peuples y afflueront. Et des nations nombreuses iront, et diront : Venez et montons à la montagne de l’Éternel, à la maison du Dieu de Jacob ; il nous instruira de ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers ! Car la loi sortira de Sion, et la parole de l’Éternel, de Jérusalem. Il jugera entre des peuples nombreux, et sera l’arbitre de nations puissantes, jusqu’aux pays lointains ; ils forgeront de leurs épées des hoyaux, et de leurs lances, des serpes ; une nation ne lèvera plus l’épée contre l’autre, et on n’apprendra plus la guerre. Mais chacun habitera sous sa vigne et sous son figuier, sans que personne les épouvante ; car la bouche de l’Éternel des armées a parlé » (Michée 4:1-4).

Un monde sans crainte semble impensable pour ceux qui vivent dans une peur constante. Cependant, aussi difficile à comprendre que cela puisse paraître, une telle société paisible sera établie par Jésus, où les humains auront leur nature changée. Même : « Le loup habitera avec l’agneau, et le léopard gîtera avec le chevreau ; le veau, le lion et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, et un enfant les conduira. La génisse paîtra avec l’ourse ; leurs petits gîteront ensemble, et le lion mangera du fourrage comme le bœuf. L’enfant qu’on allaite s’ébattra près du trou de l’aspic, et l’enfant sevré étendra la main sur le trou de la vipère. On ne fera point de mal, et on ne détruira point, sur toute ma montagne sainte ; car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme le fond de la mer des eaux qui le couvrent » (Esaïe 11:6-9). Incroyable, me direz-vous ? Pourtant, c’est la promesse de Dieu dans la Bible.

Un monde semblable n’est pas possible sous un gouvernement humain, mais avec Dieu tout est possible. Dieu fera encore un plus grand miracle que celui de changer la nature des animaux. Car Il projette de changer la nature humaine. J’aimerais présentement vous faire comprendre comment Dieu changera la nature charnelle, car celle-ci sera appelée à disparaître, tout simplement lorsque les gens recevront l’immortalité, et feront partie des nations dans le Royaume de Christ. Au moment de notre conversion, nous avons reçu le Saint-Esprit en nous, pourtant, nous avons toujours gardé notre nature charnelle, le « vieil homme », de la même manière que l’expliquait Paul quand il disait que sa nature charnelle et sa nature divine (le Saint-Esprit en lui) combattaient continuellement l’une contre l’autre.

Dieu n’avait pas à ce moment là, changé sa nature charnelle, mais Il avait donné à Paul de Son Esprit afin qu’il choisisse en toute circonstance laquelle écouter, comme avec nous d’ailleurs. La nature charnelle est mauvaise par-dessus tout et elle est inimitié contre Dieu. Cependant, elle n’est pas plus forte que la nature divine et si nous apprenons à écouter le Saint-Esprit, la nature charnelle a de moins en moins d’emprise sur nous. Si Dieu changeait immédiatement la nature charnelle d’un être humain, Il n’aurait plus besoin de lui donner Son Esprit. Donc, à la fin du Millénium, Satan sera relâché et soulèvera une révolte contre Jésus-Christ et Son Royaume. Si les êtres humains de cette future époque n’avaient plus leur nature charnelle incorrigible, comment Satan pourrait-il les influencer ? L’Esprit que Dieu met en nous ne change pas notre nature charnelle, mais il la combat puissamment. C’est pourquoi nous avons le libre arbitre, le libre choix. Mais au moment où nous serons changés en êtres immortels notre nature charnelle disparaîtra et seule la nature divine restera.

Ce qui fait la différence entre nous, aujourd’hui, et les gens du Millénium, c’est que 1) Satan ne sera pas là pour les pervertir, 2) ils vivront sous un gouvernement unique dirigé par le Dieu unique, directement, et 3) que tous pourront recevoir le Saint-Esprit. Oui, Dieu par Son Esprit changera la nature humaine qui normalement est centrée sur elle-même. Mais par Son Saint-Esprit, travaillant dans un esprit converti, Il le rendra capable de partager, de servir, de donner, de respecter et d’être concerné pour autrui. Jérémie nous illustre ceci dans une forme symbolique. Dans Jérémie 31:33-34, Dieu dit : « Mais c’est ici l’alliance que je traiterai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit l’Éternel : Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, et je l’écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Chacun d’eux n’enseignera plus son prochain, ni chacun son frère, en disant : Connaissez l’Éternel ! car ils me connaîtront tous, depuis le plus petit d’entre eux jusqu’au plus grand, dit l’Éternel ; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché. »

Les humains ne vivront plus dans l’ignorance de Dieu. Dans Ézéchiel 36:27-31, Dieu déclare : « Je mettrai en vous mon Esprit, et je ferai que vous marchiez dans mes statuts, et que vous gardiez mes ordonnances pour les pratiquer. Et vous habiterez dans le pays que j’ai donné à vos pères ; vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu. Je vous délivrerai de toutes vos souillures ; j’appellerai le froment, et le multiplierai, et je ne vous enverrai plus la famine. Je multiplierai le fruit des arbres et le produit des champs, afin que vous ne portiez plus l’opprobre de la famine parmi les nations. Vous vous souviendrez alors de votre mauvaise voie, et de vos actions qui n’étaient pas bonnes ; vous aurez horreur de vous-mêmes, à cause de vos iniquités et de vos abominations. »

Tout comme le lion qui recevra une nature paisible, ainsi Dieu fera miraculeusement un changement dans l’esprit hostile humain. Le fait de mettre Son Esprit en nous ne change pas notre nature charnelle, mais nous donne la force de combattre contre le mal. « Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs, par l’Esprit-Saint qui nous a été donné. Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ est mort en son temps, pour des impies. Car, à peine mourrait-on pour un juste ; peut-être se résoudrait-on à mourir pour un homme de bien. Mais Dieu fait éclater son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5:5-8). Donc, ce changement de nature viendra par la puissance du Saint-Esprit qui poussera littéralement les humains à vouloir coopérer ensemble afin de vivre heureux.

Pourquoi l’inflation, la récession ou la stagnation économique affectent-ils autant de nations aujourd’hui ? Toutes les nations souffrent d’au moins un de ces malaises. Lorsque Christ reviendra, Il va établir un système économique qui va fonctionner. Malheur à celui qui bâtit maison sur maison. Les grandes villes surpeuplées remplies de crimes n’existeront pas. Les habitations seront éparpillées sur toute la terre pour fournir la nourriture à sa population. La terre entière recevra la pluie en son temps et les récoltes abondantes suivront et il y en aura pour tout le monde. Pour ce qui est du terrain : « Vous le distribuerez par le sort, en héritage, à vous et aux étrangers qui habitent au milieu de vous et qui engendreront des enfants parmi vous. Ils seront pour vous comme celui qui est né au pays parmi les enfants d’Israël ; ils partageront au sort avec vous l’héritage parmi les tribus d’Israël. Et vous assignerez à l’étranger son héritage dans la tribu dans laquelle il sera domicilié, dit le Seigneur, l’Éternel » (Ézéchiel 47:22-23).

Mais, demanderez-vous, y aura-t-il assez de bonnes terres fertiles pour tous ? Oui, car Dieu l’a promis : « Le désert et le pays aride se réjouiront ! La solitude sera dans l’allégresse, et fleurira comme le lis. Elle fleurira, et elle sera dans l’allégresse ; elle poussera des cris de joie et des chants de triomphe ! La gloire du Liban, la magnificence de Carmel et de Saron lui est donnée. Ils verront la gloire de l’Éternel, la magnificence de notre Dieu. Fortifiez les mains languissantes ; affermissez les genoux tremblants ! Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage et ne craignez plus ! voici votre Dieu ! La vengeance viendra, la rétribution de Dieu. Il viendra lui-même, et vous délivrera. Alors les yeux des aveugles seront ouverts, et les oreilles des sourds seront débouchées. Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet chantera de joie. Car des eaux jailliront au désert, et des torrents dans la solitude. Le lieu aride se changera en étang, et la terre altérée en source d’eau. Le lieu où les chacals avaient leur gîte, sera un parc de roseaux et de joncs » ((Esaïe 35:1-7)).

Dans le gouvernement de Dieu, les fermiers n’auront plus besoin de fertilisants synthétiques qui contaminent le sol et son eau. Non, les fermiers seront instruits des méthodes divines d’entretien des fermes. Dans Joël 2:21-22, Dieu déclare : « Terre, ne crains point ; égaye-toi et réjouis-toi ! Car l’Éternel a fait de grandes choses. Ne craignez pas, bêtes des champs ; car les pâturages du désert reverdissent ; les arbres portent leurs fruits ; le figuier et la vigne donnent leurs richesses. » Et, aux parents et enfants, Dieu dit : « Et vous, enfants de Sion, égayez-vous et réjouissez-vous en l’Éternel votre Dieu ! Car il vous donne la pluie de la première saison dans une juste mesure, et il vous envoie une pluie abondante de la première et de la dernière saison, comme autrefois. Les aires se rempliront de froment, et les cuves regorgeront de moût et d’huile » (Joël 2:23-24).

Il n’y aura pas de pauvres fermiers durant le Millénium, car : « Il enverra la pluie sur tes semences dont tu auras ensemencé tes champs ; et le pain que donnera la terre sera savoureux et nourrissant ; ton bétail, en ce jour-là, paîtra dans de vastes pâturages. Les bœufs et les ânes, qui labourent la terre, mangeront un fourrage savoureux, qu’on aura vanné avec la pelle et le van » (Esaïe 30:23-24). Tout cela semble être trop bon pour être vrai ; pourtant, c’est bien ce que Dieu nous déclare au sujet de Son Fils Jésus, lorsqu’Il reviendra en pleine autorité pour enseigner aux nations et aux individus comment préserver la ressource physique la plus précieuse que les humains puissent posséder : le sol fertile.

Les méthodes existantes d’acheter et de vendre, et les affaires en général devront être complètement reconsidérées. Les nations n’auront pas a surveiller les régulations du marché et les lois compliquées des affaires entre elles. Au fur et à mesure qu’elles se convertiront, toutes utiliseront l’honnêteté, dans les prix et les services mutuels. Ce sera une saine compétition qui sera la norme sous la surveillance des Élus. Des produits de qualité seront vendus à des prix favorables et fabriqués à des prix établis à la grandeur du monde. Et qu’adviendra-t-il de la pollution industrielle ? Elle n’existera plus, car l’industrie qui existera n’en créera pas. Dans Esaïe 11:9, Dieu dit : « On ne fera point de mal, et on ne détruira point, sur toute ma montagne sainte ; car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme le fond de la mer des eaux qui le couvrent. »

Sous le règne de Jésus-Christ, le monde utilisera les sources d’énergie d’une façon efficace. Les hommes et les femmes ne seront pas des esclaves sur des lignes d’assemblages. La loi d’amour de Dieu fera que les pratiques de travail vont embellir plutôt que déshumaniser la vie des travailleurs. Dans toute activité productive, l’emphase sera mise sur la qualité plutôt que sur la quantité et la mauvaise qualité pour produire des profits excessifs. Des produits de qualité qui dureront longtemps seront la norme et ce qui sera réutilisable sera recyclé. Le concept de planification de l’obsolescence de la production sera aboli. La culture occidentale de consommer rapidement et jeter ensuite n’existera plus.

N’oublions jamais que toute économie viable doit d’abord être fondée sur l’agriculture. Mais si les pluies arrivent trop vite, ou trop tard, ou durant la récolte, ou pas du tout ? Et si les inondations viennent ruiner les récoltes ? Qu’arrive-t-il si les vents destructeurs viennent ruiner la récolte ? De nos jours, des catastrophes pareilles deviennent de plus en plus nombreuses. Mais sous le règne de Jésus, des catastrophes comme cela n’existeront pas, car, qui contrôle la température ? À ceux qui obéiront, Dieu promet : « Je les comblerai de bénédictions, elles et les environs de mon coteau ; en sa saison je ferai tomber la pluie : ce seront des pluies de bénédiction. Les arbres des champs produiront leur fruit, et la terre rapportera son revenu ; elles seront en sécurité dans leur pays, et elles sauront que je suis l’Éternel, quand je briserai le bois de leur joug, et que je les délivrerai des mains de leurs oppresseurs. Elles ne seront plus la proie des nations ; les bêtes de la terre ne les dévoreront plus ; elles demeureront en sécurité, sans que personne les épouvante. Je leur susciterai une plantation de renom ; elles ne périront plus de faim dans le pays, et ne porteront plus l’opprobre des nations. Et ils sauront que moi, l’Éternel leur Dieu, suis avec elles, et qu’elles, la maison d’Israël, sont mon peuple, dit le Seigneur, l’Éternel. Vous, mes brebis, les brebis de mon pâturage, vous êtes des hommes ; je suis votre Dieu, dit le Seigneur, l’Éternel » (Ézéchiel 34:26-31). Dans le Millénium, cette prophétie s’appliquera à la terre entière.

Imaginez maintenant le pauvre humain, dans une terre aride, qui voit cette belle prophétie : « Les affligés et les misérables qui cherchent des eaux et qui n’en ont point, dont la langue est desséchée par la soif, moi, l’Éternel, je les exaucerai ; moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai point. Je ferai jaillir des fleuves sur les hauteurs, et des sources au milieu des vallées ; je changerai le désert en étang, et la terre aride en sources d’eaux ; Je mettrai dans le désert le cèdre, l’acacia, le myrte et l’olivier ; je planterai dans les solitudes le cyprès, l’orme et le buis ensemble ; afin qu’ils voient et qu’ils sachent, qu’ils observent et comprennent tous, que la main de l’Éternel a fait ces choses, que le Saint d’Israël en est l’auteur » (Esaïe 41:17-20). La combinaison d’obéissance à Dieu et d’une belle température amènera une abondance extraordinaire dans tous les foyers de la terre.

Dans Joël 2:24, 26, Dieu déclare : « Les aires se rempliront de froment, et les cuves regorgeront de moût et d’huile … Vous mangerez et vous serez rassasiés, et vous louerez le nom de l’Éternel, votre Dieu, qui vous aura fait des choses merveilleuses; et mon peuple ne sera jamais confus. » Et, dans Amos 9:13, nous lisons : « Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où le laboureur suivra de près le moissonneur ; et celui qui foule les raisins, celui qui répand la semence ; et les montagnes seront découlantes de moût, et toutes les collines en ruisselleront. » Présentement, l’abondance nationale dans un endroit n’élimine pas la faim et la malnutrition des pauvres ailleurs. Mais, dans le monde sous Jésus, les choses seront différentes. Jésus ne tolérera pas qu’un pays pauvre soit obligé de vendre ce qu’il produit à un pays riche afin de remettre une dette interminable. Non, Jésus saisira le contrôle de toutes les nations et fera la distribution équitable de nourriture, et les dettes nationales seront effacées.

Pendant le règne des hommes, Jésus disait : « Jusques à quand serez-vous des juges pervers et aurez-vous égard à la personne des méchants ? Faites droit au faible et à l’orphelin ; rendez justice au misérable et au pauvre. Délivrez le faible et l’indigent ; sauvez-le de la main des méchants. Lève-toi, ô Dieu, juge la terre ! Car tu posséderas en héritage toutes les nations. » (Psaume 82:2-4, 8). Dans le Millénium, cette prière sera exhaussée. Dieu va miraculeusement intervenir afin que toute personne ait une santé parfaite. Les Élus dirigeront les nations afin de leur montrer comment agir pour demeurer en bonne santé.

Dans Ésaïe 35:5-8, voici encore une promesse : « Alors les yeux des aveugles seront ouverts, et les oreilles des sourds seront débouchées. Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet chantera de joie. Car des eaux jailliront au désert, et des torrents dans la solitude. Le lieu aride se changera en étang, et la terre altérée en source d’eau. Le lieu où les chacals avaient leur gîte, sera un parc de roseaux et de joncs. Et il y aura là une route et un chemin, qui s’appellera le chemin de la sainteté. Celui qui est souillé n’y passera point ; mais il sera pour eux seuls : ceux qui marcheront dans ce chemin, même les insensés, ne s’égareront point. »

Mais le Millénium ne sera pas la fin de toute souffrance, car il y a encore plus de révélé dans la Bible. La simple logique nous indique à demander : « Qu’arrivera-t-il après les mille ans ? » Jusqu’à présent, nous nous sommes concentrés sur la joie des nations qui seront bénies énormément en santé, en nourriture, en sécurité et en paix. Mais aussi incroyable que cela puisse paraître, le Millénium n’est seulement qu’un pas dans le Plan divin vers la fin. Il y a une tragédie qu’il faut déclarer à l’humanité qui refusera toujours d’obéir à Dieu. Reportez-vous avec moi dans Apocalypse 20:7-8 : « Et quand les mille ans seront accomplis, Satan sera délivré de sa prison. Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, et il les assemblera pour combattre ; et leur nombre est comme le sable de la mer. »

Mais pourquoi Jésus voudra-t-il relâcher Satan pour séduire encore les nations ? Essayez d’imaginer qu’après avoir vécu dix périodes de cent ans dans la paix, et dans l’abondance, à la toute fin de la dernière génération, il va y avoir sur cette terre des non croyants qui ne seront pas encore convertis à Christ. Alors, afin de démontrer Sa compréhension parfaite de la nature humaine, Jésus va relâcher Satan pour une petite période de temps afin de séduire ces nations qui seront facilement dupées et leur nombre sera comme le sable de la mer. Quelle décision stupide d’avoir écouté Satan ! Apocalypse 20:9-10 : « Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils environnèrent le camp des saints et la cité bien-aimée [Jérusalem] ; mais un feu venant de Dieu descendit du ciel et les dévora. Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète ; et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles. » C’est le même feu éternel : « préparé au diable et à ses anges » (Matthieu 25:41).

Notez le tri ici : les rebelles sont simplement dévorés par un feu venant de Dieu et mis en réserve pour la Troisième Résurrection, tandis que Satan est immédiatement jeté dans l’étang de feu, préparé au diable et à ses anges. Après avoir utilisé Satan pour ce court temps, dans le but de tester les rebelles, Satan et ses démons seront bannis pour l’éternité afin de ne plus jamais séduire les humains.

À suivre…




D.429 – Une paix mondiale

(Suite de D.428)

Par Joseph Sakala

Nous avons souvent entendu parler d’une paix mondiale et la façon biblique d’y arriver. Mais depuis le début de la création, les humains ont refusé d’écouter le Seul qui avait la solution pour y parvenir. Mais il ne faut pas être surpris, car les humains ont préféré écouter les conseils de Satan plutôt que ceux de Dieu, leur Créateur. Dans ce message, nous allons imaginer notre Créateur nous précipitant soudainement dans le Millénium et dans la vie qui nous attendra, si nous sommes prêts à écouter. Pour nous situer, reportons-nous à l’avènement de Jésus dans la gloire.

La première condition pour avoir une paix mondiale sera de détruire toutes les armées qui enlèvent la paix. Dans Apocalypse 19:11-16, nous lisons : « Je vis ensuite le ciel ouvert, et voici un cheval blanc, et celui qui était monté dessus, s’appelait le FIDELE et le VÉRITABLE, qui juge et qui combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; il avait sur sa tête plusieurs diadèmes. Il avait un nom écrit que personne ne connaît que lui-même. Il était vêtu d’un manteau teint de sang, et son nom s’appelle, LA PAROLE DE DIEU. Les armées qui sont dans le ciel, vêtues de fin lin blanc et pur, le suivaient sur des chevaux blancs. Il sortait de sa bouche une épée tranchante pour frapper les nations, car il les gouvernera avec un sceptre de fer, et il foulera la cuve du vin de la colère et de l’indignation du Dieu Tout-Puissant. Et sur son manteau, et sur sa cuisse, il portait ce nom écrit : ROI DES ROIS, et SEIGNEUR DES SEIGNEURS. »

Ensuite, l’apôtre Jean, à qui Jésus a donné cette vision, nous dit : « Je vis un ange qui se tenait dans le soleil, et qui cria d’une voix forte à tous les oiseaux qui volaient par le ciel : Venez, et assemblez-vous pour le festin du grand Dieu ; pour manger la chair des rois, la chair des capitaines, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, et la chair de tous, libres et esclaves, petits et grands. Et je vis la bête, et les rois de la terre et leurs armées, assemblées pour faire la guerre à celui qui était monté sur le cheval, et à son armée. Mais la bête fut prise, et avec elle le faux prophète, qui devant elle avait fait des prodiges, par lesquels il avait séduit ceux qui avaient pris la marque de la bête, et qui avaient adoré son image ; tous deux furent jetés vifs dans l’étang de feu brûlant, dans le soufre. Et tout le reste fut tué par l’épée qui sortait de la bouche de celui qui était monté sur le cheval ; et tous les oiseaux furent rassasiés de leur chair. » (Apocalypse 19:17-21).

Imaginez un instant cet homme, appelé la bête militaire, et le faux prophète saisis ensemble par un ange et tous deux jetés vifs dans l’étang de feu brûlant. Maintenant, qu’arrivera-t-il à toute cette énorme armée réunie pour combattre contre Jésus à Armageddon ? Voici la réponse, dans Zacharie 14:12-13 : « Et voici quelle sera la plaie dont l’Éternel frappera tous les peuples qui auront combattu contre Jérusalem : il fera tomber leur chair en pourriture pendant qu’ils seront debout sur leurs pieds, leurs yeux se fondront dans leur orbite, et leur langue se fondra dans leur bouche. Et, en ce jour-là, il y aura parmi eux un grand trouble, venant de l’Éternel ; ils saisiront la main l’un de l’autre, et lèveront la main l’un contre l’autre. » En très peu de temps, la guerre est éliminée.

Ensuite, Jésus S’occupera personnellement de celui qui a causé tout le trouble depuis le début. Dans Apocalypse 20:1-3, Jean voit : « Après cela, je vis descendre du ciel un ange, qui avait la clef de l’abîme, et une grande chaîne en sa main ; et il saisit le dragon, l’ancien serpent, qui est le diable et Satan, et le lia pour mille ans. Et il le jeta dans l’abîme, il l’y enferma, et mit un sceau sur lui, afin qu’il ne séduisît plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis ; après quoi il faut qu’il soit délié pour un peu de temps. » La chose suivante sera d’établir les Élus de Dieu dans les différents postes de commande sur la terre entière. Mais qui seront ces Élus ? Jean déclare : « Et je vis des trônes, sur lesquels s’assirent des personnes, et il leur fut donné de juger. Je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été décapités pour le témoignage de Jésus, et pour la parole de Dieu, et ceux qui n’avaient point adoré la bête, ni son image, et qui n’avaient point pris sa marque sur leurs fronts, ou à leurs mains. Et ils vécurent et régnèrent avec Christ mille ans. » (Apocalypse 20:4).

Présentement, Satan a ses élus dans tous les domaines, mais tous ces premiers seront les derniers dans le Royaume de Dieu. Les Élus de Dieu seront ceux que le Père a appelés personnellement au fil des siècles et qui ont répondu à l’appel et que le Père a confiés au Seigneur dans le but de les enseigner dans la voie à suivre afin d’obéir à Dieu. « Mais le reste des morts ne ressuscita point, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. C’est là la première résurrection ! Heureux et saint celui qui a part à la première résurrection ! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et régneront avec lui mille ans » (Apocalypse 20:5-6).

Puis, il s’agira de mettre en branle le nettoyage des dégâts de la terre et, croyez-moi, il va y en avoir. Pendant un temps, les Élus s’occuperont d’organiser les rescapés de la grande tribulation toujours en chair et en os. Ces réchappés de la grande tribulation seront au nombre de 500 000 000 selon les Écritures, mais ils apprendront à vivre selon la volonté de Dieu dans cette première génération du millénium. Dans Esaïe 65:19-24, nous pouvons lire : « Et je ferai de Jérusalem mon allégresse, et de mon peuple ma joie ; et on n’y entendra plus le bruit des pleurs, ni le bruit des cris. Il n’y aura plus là d’enfant né pour peu de jours, ni de vieillard qui n’accomplisse ses jours ; car celui qui mourra à cent ans, sera jeune, et le pécheur âgé de cent ans, sera maudit » (Esaïe 65:19-20).

J’ai l’habitude de citer ces versets dans le contexte des cent ans de la Deuxième Résurrection, tandis qu’ici, nous sommes au début des Mille ans du règne de Christ. Peut-on appliquer ce passage dans les deux cas ? Oui, et encore plus dans le contexte du Millénium, car les gens, vont non seulement vivre cent ans, mais auront des enfants et apprendront à les élever de la manière qu’ils auraient dû depuis Adam et Ève. Le Millénium et sa succession de générations seront un exemple à suivre pour la deuxième Résurrection sur la façon de vivre selon Dieu. Ces enfants vont vivre en mangeant l’arbre de Vie et en rejetant l’arbre de la connaissance du bien et du mal.

Cette première génération du Millenium sera vraiment bénie. Regardons l’avantage qu’elle aura. Ayant vécu auparavant dans le monde de Satan, ces gens-là vivront maintenant dans le Royaumede Dieu, mais sans la présence de Satan pour les séduire. Ils auront donc un autre cent ans de vie en chair et en os, mais avec une restriction. S’ils se convertissent, celui qui mourra à cent ans sera jeune. Pourquoi ? Parce qu’il sera changé en être immortel et fera partie des nations sauvées. « Et les nations qui auront été sauvées, marcheront à sa lumière, et les rois [Élus] de la terre y apporteront leur gloire et leur honneur » (Apocalypse 21:24). Mais, parmi ces gens, il y en a qui ne se convertiront pas et le pécheur de cent ans sera maudit. Vous devinez pourquoi ? Parce qu’il mourra aussi et attendra la troisième résurrection.

Ces individus : « bâtiront des maisons, et ils les habiteront ; ils planteront des vignes, et ils en mangeront le fruit. Ils ne bâtiront plus pour qu’un autre y habite, ils ne planteront plus pour qu’un autre en mange ; car les jours de mon peuple seront comme les jours des arbres, et mes élus verront vieillir l’ouvrage de leurs mains. Ils ne se fatigueront plus en vain ; ils n’enfanteront pas des enfants pour l’épouvante ; car ils seront la race des bénis de l’Éternel, et leurs rejetons avec eux. Et il arrivera qu’avant qu’ils crient, je les exaucerai ; quand ils parleront encore, je les aurai déjà entendus. Le loup et l’agneau paîtront ensemble ; le lion mangera de la paille comme le bœuf ; et le serpent aura la poussière pour sa nourriture. On ne fera plus de mal, et on ne détruira plus sur toute ma montagne sainte, a dit l’Éternel » (Esaïe 65:21-25).

Pendant six mille années, les gouvernements de Satan ont tenté de diriger ce monde. Mais aucun gouvernement socioéconomique tenté par les hommes n’a réussi à assurer une paix permanente capable de produire une abondance de toutes choses à l’humanité. Dans le Millénium, sous la direction de Jésus et de Ses Élus, ce sera enfin possible.

Et les hommes ont tout essayé. Anarchie – iniquité où le désordre politique causé par l’absence d’un gouvernement avec autorité. Capitalisme – individus ou corporations qui s’approprient le capital avec le prix de production et de distribution déterminé par la compétition dans les marchés. Communisme – propriété en communauté, avec distribution des biens et services. Démocratie – gouvernement du peuple avec le droit des individus respecté et protégé par des lois et l’autorité des représentants élus. Dictature – pouvoir absolu concentré dans les mains d’un autocrate ou d’une clique. Fascisme – simple parti politique, dictature avec contrôle de la production par le parti au pouvoir. Monarchie – règne non divisible ou souveraineté par une seule personne, souvent un chef d’état héréditaire à vie. Oligarchie – règne d’une petite élite souvent corrompue. Socialisme – sans aucune structure de classe, division économique ou propriété privée, avec production contrôlée par la communauté au pouvoir. Théocratie – gouvernement divinement guidé par Dieu avec un groupe d’Élus, en charge de l’état.

Parmi ces gouvernements, le seul qui n’ait jamais été tenté est la Théocratie, mais lorsque ce dernier sera établi, il ne sera jamais remplacé. Dans Daniel 2:1-8, Dieu donna une prophétie sur ce Royaume au premier chef d’un puissant royaume : « Or, la seconde année du règne de Nébucadnetsar, Nébucadnetsar eut des songes ; et son esprit fut troublé, et son sommeil interrompu. Et le roi ordonna d’appeler les magiciens, les astrologues, les enchanteurs et les Caldéens, pour lui expliquer ses songes. Et ils vinrent et se présentèrent devant le roi. Alors le roi leur dit : J’ai eu un songe ; et mon esprit s’est agité pour connaître ce songe. Et les Caldéens dirent au roi : (langue araméenne) O roi, vis éternellement ! Dis le songe à tes serviteurs, et nous en donnerons l’interprétation. Le roi répondit, et dit aux Caldéens : La chose m’a échappé. Si vous ne me faites connaître le songe et son interprétation, vous serez mis en pièces, et vos maisons réduites en voirie. Mais si vous me dites le songe et son interprétation, vous recevrez de moi des dons, des présents et de grands honneurs. Dites-moi donc le songe et son interprétation. Ils répondirent pour la seconde fois et dirent : Que le roi dise le songe à ses serviteurs, et nous en donnerons l’interprétation. Le roi répondit et dit : Je comprends maintenant que vous cherchez à gagner du temps, parce que vous voyez que la chose m’a échappé » (Daniel 2:1-8).

Cela irrita beaucoup le roi, qui leur dit : « Mais si vous ne me faites pas connaître le songe, la même sentence vous frappera tous ; car vous vous êtes préparés à me dire quelque parole fausse et mensongère, en attendant que le temps soit changé. Dites-moi donc le songe, et je saurai si vous pouvez m’en donner l’interprétation. Les Caldéens répondirent au roi et dirent : Il n’y a aucun homme sur la terre qui puisse faire ce que demande le roi ; aussi jamais roi, quelque grand et puissant qu’il fût, n’a demandé pareille chose à aucun magicien, astrologue ou Chaldéen. Car ce que le roi demande est difficile, et il n’y a personne qui puisse le faire connaître au roi, excepté les dieux, dont l’habitation n’est point parmi les mortels. Sur cela, le roi s’irrita et se mit dans une grande colère, et il commanda de faire périr tous les sages de Babylone. La sentence fut donc publiée ; on mettait à mort tous les sages, et l’on cherchait Daniel et ses compagnons pour les faire mourir » (Daniel 2:9-13).

« Alors Daniel parla avec prudence et sagesse à Arioc, chef des gardes du roi, qui sortait pour mettre à mort les sages de Babylone. Prenant la parole, il dit à Arioc, le grand officier du roi : Pourquoi cette sentence si sévère de la part du roi ? Alors Arioc fit connaître l’affaire à Daniel. Et Daniel entra et pria le roi de lui accorder du temps pour donner l’interprétation au roi. Puis Daniel alla dans sa maison et informa de cette affaire Hanania, Mishaël et Azaria, ses compagnons, pour implorer la miséricorde du Dieu des cieux touchant ce secret, afin qu’on ne fit point périr Daniel et ses compagnons, avec le reste des sages de Babylone. Alors le secret fut révélé à Daniel, dans une vision, pendant la nuit. Et Daniel bénit le Dieu des cieux » (Daniel 2:14-19).

Ainsi : « Daniel prit la parole et dit : Béni soit le nom de Dieu, d’éternité en éternité ; car c’est à lui qu’appartiennent la sagesse et la force ! Et c’est lui qui change les temps et les moments ; qui dépose les rois et qui les établit ; qui donne la sagesse aux sages, et la science à ceux qui ont de l’intelligence. C’est lui qui révèle les choses profondes et cachées. Il connaît ce qui est dans les ténèbres, et la lumière demeure avec lui. O Dieu de mes pères ! je te célèbre et je te loue de ce que tu m’as donné sagesse et force, et de ce que tu m’as fait connaître maintenant ce que nous t’avons demandé ; car tu nous as révélé l’affaire du roi. C’est pourquoi Daniel alla vers Arioc, à qui le roi avait ordonné de faire périr tous les sages de Babylone ; il alla et lui parla ainsi : Ne fais pas périr tous les sages de Babylone. Introduis-moi auprès du roi, et je donnerai au roi l’interprétation. Alors Arioc introduisit promptement Daniel auprès du roi, et lui parla ainsi : J’ai trouvé parmi les captifs de Juda un homme qui donnera au roi l’interprétation. Le roi prit la parole et dit à Daniel, qu’on appelait Beltshatsar : Es-tu capable de me faire connaître le songe que j’ai eu et son interprétation ? » (Daniel 2:20-26).

Dans Daniel 2:27-36 : « Daniel répondit en présence du roi et dit : Le secret que le roi demande, ni les sages, ni les astrologues, ni les magiciens, ni les devins ne sont capables de le découvrir au roi. Mais il y a un Dieu dans les cieux qui révèle les secrets, et il a fait connaître au roi Nébucadnetsar ce qui doit arriver dans la suite des jours. Voici ton songe et les visions de ta tête sur ta couche : O roi ! il t’est monté des pensées sur ta couche, touchant ce qui arrivera dans la suite. Et celui qui révèle les secrets t’a fait connaître ce qui arrivera. Et ce secret m’a été révélé, non qu’il y ait eu en moi plus de sagesse qu’en aucun des vivants, mais pour que l’interprétation en soit donnée au roi, et que tu connaisses les pensées de ton cœur. O roi ! tu regardais, et tu voyais une grande statue ; cette statue était immense et d’une splendeur extraordinaire ; elle était debout devant toi, et son aspect était terrible. La tête de la statue était d’or fin ; sa poitrine et ses bras étaient d’argent ; son ventre et ses hanches étaient d’airain ; ses jambes étaient de fer ; et ses pieds, en partie de fer et en partie d’argile. Tu regardais, jusqu’à ce qu’une pierre fut détachée sans le secours d’aucune main et frappa la statue dans ses pieds, qui étaient de fer et d’argile, et les brisa. Alors le fer, l’argile, l’airain, l’argent et l’or furent brisés ensemble, et devinrent comme la balle de l’aire en été ; et le vent les emporta, et il ne s’en trouva plus de vestige ; mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne et remplit toute la terre. C’est là le songe ; et nous en donnerons l’interprétation devant le roi. »

Le roi ne pouvait plus parler, car Daniel lui donna le rêve avec précision. Et maintenant, il recevait l’interprétation : « Toi, ô roi ! tu es le roi des rois, auquel le Dieu des cieux a donné le règne, la puissance, la force et la gloire ; Il a remis entre tes mains les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, en quelque lieu qu’ils habitent, et il t’a fait dominer sur eux tous ; c’est toi qui es la tête d’or. Et après toi il s’élèvera un autre royaume, moindre que toi ; puis un troisième royaume, qui sera d’airain et qui dominera sur toute la terre. Il y aura un quatrième royaume, fort comme du fer ; de même que le fer brise et rompt tout, ainsi, pareil au fer qui brise et met tout en pièces, il brisera et mettra tout en pièces. Et comme tu as vu les pieds et les doigts en partie d’argile et en partie de fer, ce sera un royaume divisé ; mais il y aura en lui de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l’argile ; et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie d’argile, ce royaume sera en partie fort et en partie fragile. Quant à ce que tu as vu le fer mêlé à l’argile, c’est qu’ils se mêleront par des alliances humaines ; mais ils ne seront pas unis l’un à l’autre, de même que le fer ne s’allie point avec l’argile. Et dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit ; et ce royaume ne passera point à un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement, comme tu as vu que de la montagne une pierre s’est détachée sans le secours d’aucune main, et qu’elle a brisé le fer, l’airain, l’argent et l’or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui arrivera ci-après. Le songe est véritable, et l’interprétation en est certaine » (Daniel 2:37-45).

Suite à cette prophétie : « le roi Nébucadnetsar tomba sur sa face et se prosterna devant Daniel, et il ordonna qu’on lui présentât des offrandes et des parfums. Le roi parla à Daniel et dit : Certainement votre Dieu est le Dieu des dieux et le Seigneur des rois, et il révèle les secrets, puisque tu as pu découvrir ce secret. Alors le roi éleva Daniel en dignité, et lui fit de riches présents ; et il l’établit gouverneur sur toute la province de Babylone et chef suprême de tous les sages de Babylone. Et Daniel pria le roi de préposer Shadrac, Méshac et Abed-Négo à l’administration de la province. Mais Daniel était à la porte du roi » (Daniel 2:46-49).

Très peu de gens réalisent que Dieu nous a permis d’essayer toutes les formes de gouvernements socioéconomiques humainement concevables. Mais aucun de ces gouvernements n’a réussi à nous garantir une paix mondiale durable. Pourtant, Dieu a permis pendant des siècles à l’homme de poursuivre des essais qui semblaient bons. « La justice produira la paix, et le fruit de la justice sera le repos et la sûreté pour toujours. Mon peuple habitera une demeure paisible, des habitations sûres et des asiles tranquilles » nous dit Esaïe 32:17-18. Cependant, Proverbes 16:25 nous déclare : « Il y a telle voie qui semble droite à l’homme, mais dont l’issue est la voie de la mort. » Dans chaque cas, le résultat a été tragique. Tôt ou tard, la technologie moderne mise entre de mauvaises mains amènera une catastrophe mondiale.

Mais Jésus est venu avec la bonne nouvelle que nous aurions une époque de paix et d’harmonie entre humains. Jésus a même prophétisé que cette époque arrivera lorsqu’il : « y aura une grande affliction ; telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et telle qu’il n’y en aura jamais. Que si ces jours-là n’avaient pas été abrégés, aucune chair n’eût échappé ; mais à cause des élus ils seront abrégés » (Matthieu 24:21-22). Comment ? Par une intervention surnaturelle où le Tout-puissant nous parle : « Venez, contemplez les exploits de l’Éternel, les ravages qu’il a faits sur la terre. Il fait cesser les combats jusqu’au bout de la terre ; il rompt les arcs et brise les lances ; il brûle les chars au feu. Cessez, dit-il, et reconnaissez que je suis Dieu ; je serai exalté parmi les nations, je serai exalté par toute la terre. » (Psaume 46:9-11). Et le résultat ? « La justice produira la paix et le fruit de la justice sera le repos et la sûreté pour toujours. Mon peuple habitera une demeure paisible, des habitations sûres et des asiles tranquilles » (Esaïe 32:17-18).

Et éventuellement : « On n’entendra plus parler de violence dans ton pays, de ravage ni de ruine dans tes frontières ; mais tu appelleras tes murailles Salut, et tes portes Louange » (Esaïe 60:18). « Ceux de ton peuple seront tous des justes ; ils posséderont le pays à perpétuité, rejeton que j’aurai planté, ouvrage de mes mains, pour me glorifier. Le plus petit deviendra un millier, et le moindre, une nation puissante. Moi, l’Éternel, je hâterai ceci en son temps » (vs 21-22). La Bible nous préparait depuis longtemps pour ceci : « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et l’empire est mis sur son épaule : on l’appellera l’Admirable, le Conseiller, le Dieu fort, le Père d’éternité, le Prince de la paix ; pour accroître l’empire, pour donner une prospérité sans fin au trône de David et à son royaume ; pour l’établir et l’affermir dans l’équité et dans la justice, dès maintenant et à toujours. La jalousie de l’Éternel des armées fera cela » (Esaïe 9:5-6).

Le Nouveau Testament nous donne une description de Jésus établissant le Gouvernement de Dieu sur cette terre, face à une hostilité sans bornes. « Il était vêtu d’un manteau teint de sang, et son nom s’appelle, LA PAROLE DE DIEU. Les armées qui sont dans le ciel, vêtues de fin lin blanc et pur, le suivaient sur des chevaux blancs. Il sortait de sa bouche une épée tranchante pour frapper les nations, car il les gouvernera avec un sceptre de fer, et il foulera la cuve du vin de la colère et de l’indignation du Dieu Tout-Puissant. Et sur son manteau, et sur sa cuisse, il portait ce nom écrit : ROI DES ROIS, et SEIGNEUR DES SEIGNEURS » (Apocalypse 19:13-16). Appelez cet événement bouleversant comme vous voulez, mais l’apparition de notre Messie, Jésus-Christ, viendra mettre fin à la guerre et à la souffrance humaine pour toujours.

Jésus n’a pas fixé de date précise quant à Son Second avènement, mais Il nous a donné des signes qui précéderaient Son retour. Notre civilisation a réussi à polluer la planète. Nous avons empoisonné nos ruisseaux, nos rivières, nos lacs et nos océans. Nous avons répandu des herbicides, des insecticides et des pesticides partout, enlevant au sol sa fertilité naturelle, et nous respirons l’air toxique produit par notre société industrielle. A tout cela s’ajoute notre incapacité à vivre en paix. Regardez ce qui se passe un peu partout sur toute la terre présentement, avec nos petits dictateurs qui se vantent de leurs armées et de leurs armements nucléaires. Si cela continue, la terre sera dans un chaos complet lorsque Jésus reviendra.

Mais lorsque Jésus viendra détruire toutes les armées de la terre, Ses Élus seront prêts à enseigner aux rescapés de la grande tribulation comment vivre en paix. « Et je vis des trônes, sur lesquels s’assirent des personnes, et il leur fut donné de juger. Je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été décapités pour le témoignage de Jésus, et pour la parole de Dieu, et ceux qui n’avaient point adoré la bête, ni son image, et qui n’avaient point pris sa marque sur leurs fronts, ou à leurs mains. Et ils vécurent et régnèrent avec Christ mille ans » (Apocalypse 20:4). Et qu’arrivera-t-il aux autres morts ? « Mais le reste des morts ne ressuscita point, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis » (Apocalypse 20:5).

A suivre…