D.369 – Être un avec Dieu

image_pdfimage_print

bible5

Par Joseph Sakala

Dans Sa dernière prière au Père, avant d’être crucifié, Jésus, en parlant de Ses disciples, a dit : « Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un, comme nous sommes un, (Moi en eux, et toi en moi), afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé, et que tu les aimes, comme tu m’as aimé. Père, je désire que ceux que tu m’as donnés soient avec moi, où je serai, afin qu’ils contemplent la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a point connu ; mais moi, je t’ai connu, et ceux-ci ont connu que c’est toi qui m’as envoyé. Et je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi-même je sois en eux » (Jean 17:22-26).

Dans cette prière émouvante, Jésus nous ramène en arrière dans l’histoire, avant que le temps existe, pour nous faire découvrir l’amour de Dieu le Père pour Celui en qui Dieu allait venir se manifester en chair dans la personne de Jésus (Sauveur) et EMMANUEL, ce qui signifie : DIEU AVEC NOUS. Jésus confirmait donc qu’Il nous a fait connaître le Nom du Père afin que l’amour par lequel le Père L’aimait soit le même en nous et que Jésus Lui-même soit en nous. Cet amour était l’amour initial, la source première de  laquelle jaillissent toutes les autres formes du véritable amour, comme les amours conjugal, maternel, fraternel, de la patrie, de ses amis et tout autre amour réel.

Il est donc tout à fait approprié que la première mention de l’amour, dans l’Ancien Testament, nous réfère à l’amour d’un père (Abraham) pour son fils (Isaac), et où Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, et va t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste, sur une des montagnes que je te dirai » (Genèse 22:2). Ensuite, nous voyons la première référence à l’amour dans le Nouveau Testament dans Matthieu 3:17, où nous lisons : « Et voici une voix des cieux, qui dit : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai pris plaisir. » Dans les deux cas, il est question d’un fils bien-aimé. Dans les deux cas, le père et le fils sont préparés à se rendre à l’autel du sacrifice afin que la volonté de Dieu soit faite. Donc, le sacrifice d’Isaac était le symbole précurseur du sacrifice de Jésus pour le salut des pécheurs.

Dans le cas d’Isaac, Dieu a sauvé sa vie quand Il a vu la foi d’Abraham. Dans le cas de Jésus, le sacrifice fut accompli pour le salut de tous ceux qui, par la foi, accepteraient Son sacrifice comme la rançon de leurs péchés. Croyons-nous cela ? « Sachant que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, non par des choses périssables, comme l’argent et l’or, mais par un précieux sang, comme d’un Agneau sans défaut et sans tache, Christ, destiné déjà avant la création du monde, et manifesté dans les derniers temps à cause de vous » (1 Pierre 1:18-20). Avons-nous pris le temps de vérifier tout ce que nous croyons ? Ou croyons-nous ce que nos enseignants prêchent, prenant pour acquis que ces « hommes de Dieu » disent toujours la vérité ?

Pour être un avec Dieu, il faut penser comme Dieu. Pour être un avec Christ il faut penser comme Christ. Alors, Dieu et Christ sont-ils deux Personnes différentes et distinctes, ou la même Personne en deux manifestations différentes ? Le Saint-Esprit est-Il une autre personne distincte aussi, mais formant une Personne avec le Père et le Fils dans une trinité parfaite ? « Qui a mesuré l’Esprit de l’Éternel, ou qui a été son conseiller pour l’instruire ? » (Ésaïe 40:13). Ce verset nous indique clairement que l’Esprit de l’Éternel fait partie de l’Éternel, tout comme mon esprit fait partie de moi et n’est pas une autre personne distincte assise à ma droite, que je consulte au besoin.

Pour être « un » avec Dieu, il faut croire ce que Dieu dit, et non ce que les hommes ont décidé. Autant Abraham et Isaac sont demeurés fidèles à Dieu jusqu’à leur mort, autant le converti doit persévérer dans la foi jusqu’à la fin de sa vie pour être sauvé. Dans Matthieu 24:13, Jésus a dit : « Mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin sera sauvé. » Notez le futur employé par Jésus, car celui qui abandonne en chemin retourne dans le monde et ne peut faire partie des Élus. Dieu ne formera pas Son Gouvernement avec des humains séduits par Satan. Il utilisera seulement ceux qui sont prêts à sortir du monde de Satan en Lui demeurant fidèles pour partager Sa création. Car : « Dieu, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il point toutes choses avec lui ? » (Romains 8:32).

Regardons ensemble ce que le prophète Ésaïe fut inspiré d’écrire au sujet de ceux qui placent leur espoir totalement en Dieu. « Les jeunes gens se fatiguent et se lassent, les jeunes hommes deviennent chancelants. Mais ceux qui s’attendent à l’Éternel reprennent de nouvelles forces. Les ailes leur reviennent comme aux aigles. Ils courront, et ne se fatigueront point ; ils marcheront, et ne se lasseront point » (Ésaïe 40:30-31). Ces paroles sont une des plus belles promesses de la Bible, car il est facile de devenir fatigué et las dans notre corps physique, même en faisant l’œuvre du Seigneur. Mais le prophète nous donne la solution : il faut s’attendre à l’Éternel et à nul autre. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Le mot hébreux gavah ne veut pas dire « servir », mais bien « attendre » quelque chose. C’est le même mot utilisé par Jacob quand il a déclaré : « J’ai attendu ton salut, ô Éternel ! »

Il est possible que la plus belle description du véritable sens de ce mot se trouve dans Psaume 40:2, une prophétie décrivant l’œuvre extraordinaire de Christ : « J’ai patiemment attendu l’Éternel ; il s’est incliné vers moi, il a entendu mes cris. » Le Dieu éternel, Créateur de tout ce qui existe, ne Se fatigue jamais et ne Se lasse point. Sa magnifique promesse à Ses fidèles est qu’ils reprennent de nouvelles forces directement de Dieu Lui-même en attendant Son secours. Dans nos moments de détresse, nous crions au Seigneur, nous avons foi en Lui et c’est Lui qui renouvelle nos forces. Plus nous faisons cela, plus notre foi augmente et plus nous sommes sur la voie de devenir, vraiment et parfaitement, « un avec Dieu ».

Alors, je reviens à ma question de tantôt : avons-nous prouvé ce que nous croyons ? Par exemple, avons-nous prouvé qu’un chrétien puisse aller au ciel après sa mort ? Plus d’un milliard de fidèles catholiques et de chrétiens protestants et évangéliques en sont convaincus. Ainsi, je vous pose la question suivante : pouvons-nous être un avec Christ si nous ne croyons pas ce que Jésus a dit ?

Dans Jean 3:12-13, Jésus a déclaré : « Si je vous ai parlé des choses terrestres, et que vous ne croyiez point, comment croirez-vous, si je vous parle des choses célestes ? Or personne n’est monté au ciel, que celui qui est descendu du ciel, savoir, le Fils de l’homme [Jésus] qui est dans le ciel [sous Sa forme de Dieu]. » Voilà ce qu’a dit Dieu dans la chair humaine — EMMANUEL, ce qui signifie : DIEU AVEC NOUS.

Devons-nous croire ce que Jésus dit, ou ce que plus d’un milliard et demi d’humains disent ? Avons-nous le choix ? « Nullement ! Mais que Dieu soit reconnu véritable, et tout homme menteur, selon qu’il est écrit : Afin que tu sois trouvé juste dans tes paroles, et que tu gagnes ta cause lorsqu’on te juge, » nous témoigne Paul, dans Romains 3:4. Alors, pourquoi tant de « convertis » croient-ils toujours aller au ciel ? Si nous préférons toujours croire ce que les hommes enseignent, comment pouvons-nous prétendre être un avec Dieu ? Instruisez-moi, s’il vous plait !

Avez-vous prouvé que nous avons une âme immortelle ? Afin de rassurer Ses disciples dans leur future prédication, Jésus leur dit ceci au sujet de ceux qui voudraient aller jusqu’à les tuer : « Ne les craignez donc point ; car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni rien de secret qui ne doive être connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres [en secret], dites-le dans la lumière ; et ce que je vous dis à l’oreille, prêchez-le sur les toits. Et ne craignez point ceux [les hommes méchants] qui ôtent la vie du corps, et qui ne peuvent faire mourir l’âme ; mais craignez plutôt Celui [Dieu] qui peut faire périr et l’âme et le corps dans la géhenne » (Matthieu 10:27-28). Donc, même si les hommes peuvent faire mourir le corps sans toutefois pouvoir faire mourir l’âme, Dieu dit clairement que Lui peut faire périr les deux. N’est-ce pas assez clair ? Si quelqu’un refuse de croire cela, peut-il être un avec Dieu ? Pourtant, c’est ce que Jésus a demandé au Père pour nous, lors de Sa dernière prière avant de mourir.

Avez-vous prouvé que les pécheurs non repentants vont directement en enfer immédiatement après leur mort pour y brûler éternellement sans jamais se consumer, parfaitement conscients de toute la terrible souffrance qu’ils sont en train d’endurer ? Dieu a inspiré Salomon d’écrire ceci, dans Ecclésiaste 9:5-6 : « Les vivants, en effet, savent qu’ils mourront, mais les morts ne savent rien ; il n’y a plus pour eux de récompense, car leur mémoire est mise en oubli. Aussi leur amour, leur haine, leur envie a déjà péri, et ils n’ont plus à jamais aucune part dans tout ce qui se fait sous le soleil. » Et, au verset 10, Salomon ajoute : « Tout ce que ta main trouve à faire, fais-le selon ton pouvoir ; car il n’y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le Sépulcre où tu vas. » C’est ce que mort veut dire, aucune activité vivante.

Donc, Dieu nous explique clairement que les morts ne savent rien et sont incapables d’aucune œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le Sépulcre où ils vont, simplement parce qu’ils sont MORTS ! Voilà ce que Dieu nous déclare au sujet de la mort. Tout le monde va dans le sépulcre, symbole biblique d’un lieu où reposent tous les morts en attendant leur résurrection. Mais si quelqu’un veut croire que les morts sont vivants en enfer et souffrent dans un feu éternel, comment cet individu pourrait-il être un avec Dieu qui dit exactement le contraire ? De plus, comment, vous qui croyez en une âme immortelle, soit au ciel, soit en enfer, pouvez-vous expliquer les Résurrections ? Si une âme repose déjà au Ciel depuis longtemps, pourquoi Dieu a-t-Il planifié la Première Résurrection ? Qu’elle en est l’utilité et la pertinence ? Si une âme grille déjà en enfer depuis longtemps, pourquoi Dieu la ressusciterait-Il simplement pour lui annoncer qu’elle est condamnée à brûler en enfer. Elle y est déjà ! Ne voyez-vous pas l’absurdité de cet illogisme ? La doctrine de la résurrection entre en flagrante contradiction avec le concept d’une âme immortelle !

Dieu est-Il une trinité ? Dieu est-Il trois personnes distinctes, vivant depuis l’éternité, toutes les trois premières et dernières, sans commencement ni fin de jours ? Dieu était-Il obligé de Se séparer en trois pour accomplir tout ce qui existe ? Dans Ésaïe 44:6, nous lisons : « Ainsi dit l’Éternel, le roi d’Israël et son [Sauveur] Rédempteur [à Israël], l’Éternel des armées : Je suis le premier et je suis le dernier, et il n’y a point d’autre Dieu que moi. » Dans Ésaïe 44:24, nous lisons : « Ainsi dit l’Éternel, ton Rédempteur, qui t’a formé dès le sein maternel : C’est moi, l’Éternel, qui ai fait toutes choses, qui seul ai déployé les cieux et qui, par moi-même, étendis la terre. » Notez qu’il n’est pas écrit : « Nous trois avons fait toutes choses, à trois nous avons déployé les cieux et à trois nous avons étendu la terre. » Pas du tout ! Il dit : « qui seul ai déployé les cieux et qui, par moi-même, étendis la terre. » Ah, que cela est donc facile à comprendre quand ça vient directement de la Source divine et non d’une invention humaine !

Si Dieu est une trinité, Il a sûrement manqué une belle occasion de nous le dévoiler plus haut. Et parce que je préfère croire ce que Dieu me dit, je ne crois pas ce qu’au-delà d’un milliard et demi de personnes prétendent, que Dieu est trois personnes tout en étant une personne. J’aime beaucoup mieux entendre : « Je suis le premier et je suis le dernier, et il n’y a point d’autre Dieu que moi. » Je vois déjà votre question : « Voulez-vous me faire croire qu’un milliard et demi de chrétiens seraient séduits au point de croire un mensonge ? » Regardons ensemble la révélation de Jésus à Jean au sujet de l’attaque de Lucifer et de ses anges pour détrôner Dieu au ciel. Dans Apocalypse 12:7-9, nous lisons : « Alors il y eut un combat dans le ciel. Michel et ses anges combattaient contre le dragon ; et le dragon combattait avec ses anges. Et ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne se retrouva plus dans le ciel. Et le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit tout le monde, fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. »

Ce passage biblique nous indique clairement que Satan ne se donne pas seulement pour tâche de séduire les chrétiens, mais toutes les autres religions, tout le monde. Il y a un proverbe qui dit : « Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. » Alors, j’ajoute : il n’y a pas plus séduit que celui qui ne veut pas croire qu’il est séduit. C’est ainsi que Satan séduit tout le monde ! Donc, je pose la même question encore une fois : Comment quelqu’un, qui insiste sur la trinité alors que Dieu Lui-même nous déclare le contraire, pourrait-il être un avec Dieu ?

Est-ce que le vrai baptême est une simple formalité religieuse, devant des témoins, où on asperge un bébé avec quelques gouttes d’eau ? Ou est-ce que la véritable repentance est nécessaire avant que Dieu n’accorde un dépôt de Son Saint-Esprit à un converti ? Si oui, pourquoi un milliard et demi de personnes baptisent des enfants de quelques semaines à peine pour effacer les péchés qu’ils n’ont pas encore eu le temps de commettre ? Et puisque  l’enfant ne comprend absolument rien de ce qui se passe, il faut quelqu’un pour confesser ses péchés et se repentir à sa place ? Quelle confusion ! Pourtant : « Dieu n’est point pour la confusion, mais pour la paix. Comme on le voit dans toutes les Églises des saints, » nous dit Paul, dans 1 Corinthiens 14:33. Mais pour toutes les autres églises, ce serait bienséant ? Je vous laisse le soin de tirer vos propres conclusions.

Est-ce que la fornication, l’homosexualité, le lesbianisme, la bestialité et toute autre déviation sexuelle est maintenant permise à cause de l’évolution de notre société moderne ? La société a vraiment évolué, au point de rendre légales toutes ces choses, mais Dieu a-t-Il changé pour accepter tous ces comportements défendus dans Lévitique et ailleurs dans la Bible ? Est-ce qu’un chrétien qui accepte ces pratiques, qui sont toujours défendues dans les Saintes Écritures, peut prétendre être un avec Dieu ? Dieu ne change pas ! Il incombe absolument aux humains de changer s’ils espèrent un jour faire partie de la grande famille divine avec qui notre Créateur veut partager cet univers extraordinaire qu’Il a créé pour Ses futurs enfants immortels.

Un jour, tel que promis, nous serons avec Jésus, et nous Le verrons tel qu’il est dans toute Sa gloire. Regardons ensemble ce qu’attendent ceux qui décident librement et volontairement d’obéir à Dieu. Dans Apocalypse 21:1-5, Jean a écrit ceci : « Je vis ensuite un ciel nouveau et une terre nouvelle ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. Et moi Jean je vis la sainte cité, la nouvelle Jérusalem, qui descendait du ciel d’auprès de Dieu, préparée comme une nouvelle mariée qui s’est ornée pour son époux. Et j’entendis une grande voix du ciel, qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes, et il habitera avec eux ; ils seront son peuple, et Dieu sera lui-même avec eux, il sera leur Dieu. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus. Il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni travail ; car les premières choses sont passées. Et celui qui était assis sur le trône, dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Puis il me dit : Écris ; car ces paroles sont véritables et certaines. »

À ce moment précis, il ne restera que la famille immortelle de Dieu avec qui Il partagera Son amour, tout en embellissant cet univers sans fin que Dieu a créé pour partager avec nous. Je ne vous ai cité seulement que quelques versets sur la façon d’être un avec notre Créateur. Alors, prenez l’habitude de plonger vos regards régulièrement dans la Parole de Dieu et de croire, sans crainte aucune, ce que Dieu déclare, afin d’être toujours branché sur Son Esprit. Ce qui est malheureux, c’est que nous vivons présentement dans un monde rempli d’orgueil, où chaque individu se prend littéralement pour un dieu et supposément en charge de son propre destin. Pourtant, quand nous regardons les résultats atteints par cette attitude hautaine, nous remarquons aussi que la réussite n’est pas vraiment impressionnante. Cependant, lorsque nous nous tournons vers Dieu pour réussir, nous apprenons soudainement que, laissés à nous-mêmes, nous ne sommes pas grand chose.

Paul ne se gêne pas pour nous dire : « Considérez, frères, que parmi vous, qui avez été appelés, il n’y a pas beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages, et Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes, et Dieu a choisi les choses viles du monde et les plus méprisées, même celles qui ne sont point, pour anéantir celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant lui. Or, c’est par Lui que vous êtes en Jésus-Christ, qui nous a été fait de la part de Dieu, sagesse, justice, sanctification et rédemption ; afin que, comme il est écrit, celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur » (1 Corinthiens 1:26-31).

Le mot grec traduit par « été fait » est très fascinant, car il veut également dire « devenir » ou « être fait », mais, la plupart du temps, il est traduit « être ». Fondamentalement, il signifie « commencer à être ». Il est appliqué pour expliquer l’œuvre de Christ en créant l’univers. Dans Jean 1:3, nous lisons : « Toutes choses ont été faites par elle [Sa Parole], et rien de ce qui a été fait, n’a été fait sans elle. » Donc : « Par la foi, nous savons que le monde a été fait par la parole de Dieu ; de sorte que les choses qui se voient, n’ont pas été faites de choses visibles » (Hébreux 11:3). Tout fut créé à partir de rien, car c’est ce que « créer » veut dire. Cette expression est fréquemment utilisée pour décrire le travail merveilleux de Christ chez le chrétien converti et croyant.

Selon le texte, Christ devient sagesse pour ceux qui manquent de sagesse, de sorte que celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur. Christ est devenu notre justice lorsque nous étions encore pécheurs. Nous sommes donc sanctifiés par Son sacrifice sur la croix, par lequel Christ devint pareillement rédempteur pour nous lorsque nous étions perdus. « Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné le droit d’être faits enfants de Dieu, savoir, à ceux qui croient en son nom, qui ne sont point nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu » (Jean 1:12-13). Cependant, pour accomplir cela : « La Parole a été faite chair, et a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père » (Jean 1:14). Pour ceux qui prétendent que Jésus n’était qu’un prophète humain, que Dieu aurait utilisé pour faire une œuvre, ils réduisent Jésus au même niveau que Mahomet, un simple humain qu’Allah aurait utilisé comme son prophète pour fonder l’islam.

Par contre, tout ce que Christ est déjà, nous le devenons graduellement au travers de Son formidable sacrifice pour nous. Regardons dans la Bible pour découvrir quelques-unes des autres choses que nous devenons en Christ, par Sa grâce. Dans Éphésiens 2:13, Paul nous dit que : « Maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez autrefois éloignés, vous êtes rapprochés par le sang de Christ. » Dans Tite 3:7, nous apprenons : « Afin que, justifiés par sa grâce, nous fussions héritiers de la vie éternelle selon notre espérance », et Hébreux 3:14 nous confirme : « Car nous sommes devenus participants de Christ, pourvu que nous conservions ferme jusqu’à la fin notre première assurance. » Finalement, nous apprenons que nous faisons partie de : « Ceux qui ont été une fois illuminés, qui ont goûté le don céleste, qui sont devenus participants du Saint-Esprit, et qui ont goûté la bonne parole de Dieu, et les puissances du siècle à venir » (Hébreux 6:4-5).

Rappelons-nous toujours ces paroles de Paul, dans 2 Corinthiens 5:17-21 : « Si donc quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature ; les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Or, toutes ces choses viennent de Dieu, qui nous a réconciliés avec Lui par Jésus-Christ, et qui nous a confié le ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec soi, en ne leur imputant point leurs péchés ; et il a mis en nous la parole de la réconciliation. Nous faisons donc la fonction d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; et nous vous supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu ! Car Celui [Jésus] qui n’a point connu le péché, il [Dieu] l’a traité en pécheur pour nous, afin que nous, nous devenions justes de la justice de Dieu en Lui. »

Pour être un ambassadeur de Christ, il faut exhorter comme Jésus l’a fait, par la parole de la réconciliation, en se souvenant que Dieu connaît nos cœurs. Dans la consécration du temple, Salomon prie pour le peuple et demande à Dieu : « Toi, exauce-les des cieux, du lieu de ta demeure, et pardonne ; rends à chacun selon toutes ses voies, toi qui connais son cœur ; car seul tu connais le cœur des enfants des hommes ; afin qu’ils te craignent, pour marcher dans tes voies, tout le temps qu’ils vivront sur la terre, que tu as donnée à nos pères. » Huit fois, dans cette prière de consécration, Salomon demande à Dieu d’écouter de Sa demeure au ciel, quand Son peuple confesse ses péchés et prie pour Sa délivrance. Il est merveilleux de nous rendre compte que Dieu, qui habite au ciel, puisse écouter nos prières venant de cette terre, mais nous connaissons Son omniprésence au travers de Son Esprit. Encore plus merveilleux est le fait que Dieu puisse entendre les prières qui viennent de notre cœur, car nous savons que Dieu est omniscient et qu’Il connaît ainsi les prières générées par nos pensées.

Quand nous lisons au sujet de la colère de Jésus envers les vendeurs du temple, tentant de commercialiser leur religion, nous découvrons l’unicité de Jésus avec le Père pour reconnaître ce que chacun avait dans le cœur. Dans Jean 2:23-25 : « Pendant qu’il était à Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu’il faisait. Mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu’il les connaissait tous, et qu’il n’avait pas besoin qu’on lui rendît témoignage d’aucun homme, car il savait de lui-même ce qui était dans l’homme. » Oui, ils crurent en Son nom, mais refusaient de croire ce que Jésus disait. C’est merveilleux quand nous réalisons que Dieu connaît les pensées de notre cœur. Mais cela pourrait aussi nous effrayer si notre cœur n’est pas juste devant Dieu. Par contre, cela peut nous apporter aussi un grand réconfort, si notre motivation est dirigée vers Lui.

Comme disait David : « Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève ; tu découvres de loin ma pensée » (Psaume 139:2). Armé de cette magnifique  connaissance, il devient très important pour le chrétien de veiller sur ses pensées, tout comme sur sa vie sociale. « Si nous eussions oublié le nom de notre Dieu, si nous eussions étendu nos mains vers un dieu étranger, Dieu n’en aurait-il pas fait enquête, lui qui connaît les secrets du cœur ? » (Psaume 44:21-22). Alors, demandons à Dieu d’être de bons ambassadeurs  pour Lui : « Pour détruire les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et pour amener toute pensée captive à l’obéissance de Christ » (2 Corinthiens 10:5). C’est une chose formidable, quand nos pensées plaisent à Dieu.

Dans notre mission pour Christ, nous devons avoir assez de connaissance pour répondre correctement aux questions qui concernent les Écritures. Cela nécessite une étude régulière de la Parole de Dieu. Paul nous dit : « Frères, ne devenez pas des enfants quant au jugement ; mais soyez de petits enfants à l’égard de la malice ; et quant au jugement, soyez des hommes faits » (1 Corinthiens 14:20). Salomon a pareillement déclaré : « Le commencement de la sagesse, c’est d’acquérir la sagesse ; acquiers la prudence au prix de tout ton avoir » (Proverbes 4:7). Cependant, il faut s’assurer que notre compréhension est acquise par la sagesse divine, et non par une compréhension pervertie venant de « l’esprit de ce monde ». Lorsque Paul a écrit aux Éphésiens, il a mis beaucoup d’emphase sur le contraste entre une compréhension impure et une compréhension spirituellement illuminée.

Voilà pourquoi l’apôtre Jacques fut inspiré de dire ceci : « Mes frères, qu’il n’y en ait pas parmi vous beaucoup qui enseignent, car nous encourrons un jugement plus sévère » (Jacques 3:1). Si tous les « évangélistes » autoproclamés mettaient ce verset en pratique, nous aurions moins de faussetés prêchées « au nom de Dieu ». Mais Jacques nous assure que, lorsque Jésus reviendra, ces individus seront jugés plus sévèrement. Dans Éphésiens 4:17-19, Paul déclare : « Voici donc ce que je dis et que j’atteste de la part du Seigneur : Ne vous conduisez plus comme le reste des Gentils, qui suivent la vanité de leur esprit ; ayant leur intelligence obscurcie, étant éloignés de la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur ; ayant perdu tout sentiment, ils se sont abandonnés à la dissolution, pour commettre toutes sortes d’impuretés, avec une ardeur insatiable. »

Un cœur aveuglé engendre une compréhension obscurcie. Les pasteurs qui prêchent pour s’enrichir suivent la vanité de leur esprit charnel avec une ardeur insatiable, étant éloignés de la vie de Dieu à cause de l’endurcissement de leur cœur. Paul priait plutôt : « Afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation dans Sa connaissance ; qu’il éclaire les yeux de votre entendement ! Afin que vous connaissiez quelle est l’espérance à laquelle vous êtes appelés, et quelles sont les richesses de la gloire de son héritage dans les saints ; et quelle est, envers nous qui croyons, l’infinie grandeur de sa puissance, conformément à l’efficacité du pouvoir de sa force, qu’Il a déployée en Christ, quand il l’a ressuscité des morts, et qu’il l’a fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes » (Éphésiens 1:17-20). Nous avons besoin d’une compréhension éclairée par le Saint-Esprit et non obscurcie par un cœur endurci.

Ce qui est primordial, c’est d’acquérir une compréhension enrobée de maturité concernant les doctrines de Dieu. Ce serait assurément dommage de demeurer stagnant au niveau élémentaire de la connaissance, comme un petit enfant qui demeurerait toujours au lait maternel. Ce serait déshonorant pour Dieu qui nous avait appelés dans Sa Famille spirituelle dans le but spécifique d’accomplir les bonnes œuvres qu’Il a préparées d’avance afin que nous y marchions. Nous devrions plutôt déployer une foi toujours grandissante pour la gloire de Dieu.

Paul a corrigé certains croyants qui tardaient de ce côté. Dans Hébreux 5:12-14, l’apôtre dit : « En effet, tandis que vous devriez être maîtres depuis longtemps, vous avez encore besoin d’apprendre les premiers éléments des oracles de Dieu ; et vous en êtes venus à avoir besoin de lait, et non de nourriture solide. Or, celui qui se nourrit de lait, ne comprend pas la parole de la justice ; car il est un petit enfant. Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux qui, par l’habitude, ont le jugement exercé à discerner le bien et le mal. » C’est une exhortation à garder notre esprit ouvert pour une meilleure compréhension de ce que nous comprenons déjà afin de continuer à grandir dans cette connaissance divine.

Pierre nous exhorte avec ces paroles : « Mais croissez dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A Lui soit gloire, et maintenant, et pour le jour d’éternité ! Amen » (2 Pierre 3:18). Tous ces merveilleux attributs nous sont disponibles immédiatement par la foi, mais ils ne seront accomplis en nous dans la perfection totale que lorsque Jésus reviendra. Ainsi, Jean nous déclare : « Bien-aimés, nous sommes à présent enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que quand il sera manifesté, nous serons semblables à Lui, parce que nous Le verrons tel qu’il est » (1 Jean 3:2).

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,