D.033 – L’autorité du Serviteur

image_pdfimage_print

 

Jean 13:1-17

Par Joseph Sakala

Une des choses les plus remarquables de nos jours, c’est de constater de quelle façon les gens s’y prennent pour expliquer qui est à blâmer pour chaque malheur qui frappe notre société. Avez-vous déjà pris le temps de vraiment écouter deux leaders politiques de camps opposés, à l’Assemblée Nationale ? Écoutez-les décrire le même problème qu’il faut solutionner. On se croirait sur deux planètes différentes. Cette manie de toujours placer le blâme sur l’autre afin de mieux se justifier ! Et on le voit à tous les niveaux de la vie, que ce soit au foyer, entre mari et femme, enfant avec enfant, enfants avec les parents, au boulot avec nos copains de travail, en politique ou dans les sports.

Quand j’étais jeune, on nous disait : « Peu importe si vous gagnez ou perdez, l’important, c’est d’y avoir participé. » Aujourd’hui, on dit : « L’important, c’est de gagner ! Sinon, qui peut-on blâmer ? » Derrière ce processus visant à décharger le blâme sur un autre, se cache l’inévitable question : qui détient l’autorité ? Car il semble que celui qui détient l’autorité a toujours le bon bout du bâton, pour mieux frapper. Mais d’où vient l’autorité de quelqu’un ? Bonne question que bon nombre de gens se sont posée dans toutes les générations.

Voilà également le thème qui est abordé par l’apôtre Jean, dans le 13e chapitre de son Évangile. Pour nous l’expliquer en profondeur, Jean déplace son point focal du ministère public de Jésus et sur les multitudes qui le suivaient constamment. Il nous amène plutôt dans cette intimité privée de la chambre haute où Jésus avait réuni Ses douze disciples pour les instruire. Il leur avait déjà dit « Je suis venu afin que les brebis aient la vie et qu’elles soient dans l’abondance » (Jean 10:10). Ce seul verset sépare l’enseignement de Jésus en deux grandes étapes de croissance pour le chrétien.

Dans les douze premiers chapitres de l’Évangile de Jean, Jésus nous parle de la vie éternelle qui est disponible à tous les humains. Jésus S’offre comme étant la seule source accessible pour nous amener à l’immortalité. Dans les chapitres 13 à 17, Son but est de nous instruire à savoir comment parvenir à cette immortalité, tout en étant aussi dans l’abondance des bénédictions spirituelles et physiques.

Donc, d’un côté, vous avez le don gratuit de la vie éternelle, qui est spirituel ; de l’autre, vous avez les étapes du cheminement chrétien vers cette immortalité. Ceci implique une certaine abondance physique. Laissez-moi vous donner un exemple que vous reconnaîtrez facilement. Mettre un enfant au monde est une chose, mais les deux parents savent qu’à partir de cette naissance, l’enfant devra passer par un processus qui comportera plusieurs étapes de son développement, des étapes importantes qui vont orienter sa croissance jusqu’à l’âge adulte et au-delà. C’est de cette sorte d’abondance dont Jésus parle où le nécessaire physique est fourni aussi. C’est la même chose dans notre croissance spirituelle qui, pour Jésus, est encore plus importante.

Alors, Jésus entre dans cette chambre haute, le soir avant la fête de la Pâque des Juifs. C’est un moment crucial dans Son ministère. Ses disciples sont nerveux et tendus en voyant cette opposition grandissante de la part des autorités civiles et religieuses contre Jésus. L’ombre de la croix se dessine déjà dans leur complot pour Le tuer. Cet incident du chapitre 13, relié au dernier souper de Jésus avec Ses disciples, est délibérément ajouté ici par Jean. Vous noterez que Matthieu, Marc et Luc nous parlent exclusivement de l’institution du Repas du Seigneur où Jésus a établi la Nouvelle Alliance dans Son sang. Mais vous remarquerez que Jean n’en parle pas. Il ajoute plutôt le lavement des pieds, dont les trois autres ne font aucune mention.

Souvenons-nous que Jean a écrit son Évangile dans les années 90, longtemps après les trois autres évangélistes. Au lieu de reproduire à son tour l’institution de la Pâque, le Saint-Esprit l’inspire de nous parler du lavement des pieds qui s’ajoute à ce dernier repas de Jésus.

Pendant le souper, Jésus Se lève de table, ôte Ses vêtements et prend un linge qu’Il met autour de Sa taille. Il verse de l’eau dans un bassin et Se met à laver les pieds de Ses disciples. Ce qui prime, dans ce geste de Jésus, n’est pas tant ce qu’Il fait que pourquoi Il le fait. Voilà ce qui intéresse Jean, au point de vouloir nous décrire cet événement en détails. Pourquoi Jésus avait-Il subitement décidé de laver les pieds de Ses disciples ?

Pour mieux nous situer dans cette histoire, allons voir le déroulement de ce souper avec Jésus et Ses disciples dans Luc 22. N’oublions pas que Jésus avait, à plusieurs reprises, annoncé aux disciples qu’Il serait mis à mort. Au verset 14, Jésus Se met à table avec Ses disciples. Il leur dit, au verset 15 : « J’ai fort désiré de manger cette pâque avec vous, avant que je souffre. » Parce qu’Il savait qu’Il devait mourir. Au verset 19 : « Puis il prit le pain, et ayant rendu grâces, il le rompit et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. » Vous noterez que ceci n’est pas une suggestion, ni une option. C’était un commandement à Ses serviteurs.

Au verset 20 : « De même, après avoir soupé, il leur donna la coupe, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous. » À ce stade, on croirait que Ses disciples seraient attristés et n’auraient qu’une seule idée en tête : celle de se porter vers Jésus pour le consoler dans Ses derniers moments douloureux avant de mourir. Mais non. Au verset 24, il s’élève une contestation à savoir qui serait le plus grand ! Qui prendrait la place de Jésus ! Qui deviendrait le boss pour diriger les autres ! Même durant cette période de crise épouvantable, leur nature humaine était vite remontée en surface.

Mais que fait Jésus ? Celui-ci ne Se choque pas. Au verset 15, Il leur explique doucement que, dans le monde de Satan, « les rois des nations les maîtrisent. » C’est au plus fort la poche ! Le plus violent domine sur les autres et devient le roi. Et, après avoir presque tout arraché à ses sujets, il leur remet quelques miettes et c’est ainsi que ceux qui dominent sont appelés « bienfaiteurs ». Les gouvernements font cela continuellement. Ils nous écrasent par les impôts, de toutes sortes de taxes cachées aussi, et ensuite, ils décident de baisser un petit brin les impôts, et l’on dit : « Ça, c’est un bon gouvernement ! »

Au verset 26, Jésus leur dit que dans Son Église, ceci ne devrait pas exister. Il n’y a pas de place pour les dominateurs. Dans Son Église, le plus grand serait le serviteur et non celui qui veut se faire servir. Dans le monde, c’est celui qui est à table qui est le plus grand et non celui qui sert. Dans la deuxième partie du verset 27, Jésus leur dit : « …et cependant je suis au milieu de vous comme celui qui sert. » Jésus était le Maître, mais ce qui faisait Sa grandeur, c’est qu’Il était aussi le Serviteur de Ses serviteurs ! Dans le monde, cette approche n’a aucun sens. Tandis que dans l’Église, Jésus décide de leur prouver que cette approche est la seule qui ait du sens !

Allons dans Jean 13. Jésus ne prêchait pas en paroles seulement, Il prêchait par l’exemple. Voilà pourquoi Jésus décide spontanément de laver les pieds de Ses disciples. Et Jean nous décrit six raisons qui ont motivé ce geste de Jésus. La première raison est évidente. Au verset 1, Jésus savait que Son heure était venue et qu’il était temps de passer de ce monde au Père. Le temps se faisait court et Son ministère sur cette terre tirait à sa fin.

Vous savez, quand on doit quitter ceux qu’on aime, on a parfois cette tendance, même nous, les humains, à faire l’inventaire de ce qui se passe. Tout au long de Son ministère, Jésus savait qu’Il était l’Agneau de Dieu venu pour ôter les péchés du monde, comme on voit dans Jean 1:29. Il savait que Sa mort coïnciderait avec l’immolation des agneaux sur la place publique pour célébrer la Pâque juive, car Il avait Lui-même établi cette Pâque, en Égypte, le soir avant le départ de la nation d’Israël vers le désert. Jésus voyait déjà Son sacrifice, d’une odeur exquise aux narines de Son Père. Il Se voyait aussi comme le grain de blé qui devait être mis en terre pour mourir afin que, par Sa mort, il en résulte une moisson énorme de Juifs et de Gentils pour le Royaume de Dieu, plus tard.

La deuxième raison de Sa motivation se trouve au verset 1, dans la deuxième partie. Ayant aimé les Siens qui étaient dans le monde, Jésus mit le comble à Son amour pour eux. Il savait ce qui L’attendait dans les heures à venir, mais, suite à cette dispute à savoir qui serait le plus grand, Jésus met Son problème de côté. Il décide plutôt de passer Son message d’amour aux Siens, jusqu’à la fin. Imaginez comme Jésus les aimait, car tout ceci se passe à peine douze heures avant Sa crucifixion !

Au chapitre 15:13, Jésus leur dit : « Nul n’a un plus grand amour que celui qui donne sa vie pour ses amis. » C’est la façon la plus grandiose qui existe pour exprimer son amour pour l’être aimé, que de donner sa vie pour lui ou elle ! Cette grande relation d’amour de Jésus envers Ses disciples est exactement la même qu’Il entretient avec nous, maintenant. Rien que nous puissions faire, par faiblesse ou par ignorance, n’empêchera Jésus de nous aimer. Il devra peut-être nous discipliner, à l’occasion. Il permettra aussi que nous passions par des expériences pas toujours plaisantes. Mais soyons assurés qu’Il permet ces choses pour nous faire grandir. C’est un acte de Son amour qui concourt à notre bien.

Jude, le frère de Jésus, nous dit : « Conservez-vous dans l’amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ pour la vie éternelle » (Jude 21). Nous avons donc cette assurance que Jésus nous aime. Au moment où Il devait subir des tortures atroces, il est incroyable d’imaginer que Jésus ne pensait pas à Lui-même. Il avait à cœur de S’occuper de ceux qu’Il aimait.

Le troisième geste qui motive Sa raison est au verset 2 de Jean 13. Pendant le souper, Jésus savait que le diable avait déjà inspiré au cœur de Judas Iscariote le dessein de le livrer. Jésus était toujours conscient de ce royaume invisible des ténèbres qui nous entoure. Il venait à peine de se manifester dans cette dispute pour la chefferie entre les disciples, que nous avons vu dans Luc 22. Vous savez, les démons sont des maîtres psychologues quand il s’agit d’injecter des pensées destructives dans le cœur des humains. Jésus savait que c’était le diable qui préparait cette crise et qu’il avait choisi Judas pour le trahir.

Le texte grec est très intéressant, ici. Le texte français dit : « Le diable ayant déjà mis au cœur de Judas l’Iscariote, fils de Simon, de le trahir… » Tandis que le texte grec dit seulement que « le diable avait mis dans le cœur que Judas serait celui qui le livrerait. » Saisissez-vous la différence ? Plusieurs commentateurs bibliques croient que le cœur, ici, fait référence au cœur de Satan et non à celui de Judas. C’est que Satan avait déterminé dans son cœur que Judas serait la victime qui serait utilisée pour trahir Jésus. Judas avait certaines faiblesses, faisant de lui une proie plus facile pour Satan. À cause de ces faiblesses, Judas était devenu, à ce stade, la victime idéale pour accomplir ce que Satan avait prédéterminé dans son propre cœur. Cela expliquerait le découragement total et le suicide de Judas, suite à sa trahison, surtout quand il avait pleinement compris la folie de son acte après que Satan l’eut relâché.

L’apôtre Pierre nous dit que le diable rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera (1 Pierre 5:8). Nous avons ici une preuve évidente avec Judas à savoir comment un individu peut facilement tomber victime du diable au point de trahir même son meilleur ami. Remarquez que Jésus ne Se met pas en colère contre Judas. Satan était entré en lui et le possédait, comme on peut le voir au verset 27. Satan contrôlait Judas, ici ! Jésus lui dit simplement : « Fais au plus tôt ce que tu as à faire. » Le diable était au travail, en s’acharnant sur Jésus qui le savait parfaitement.

La quatrième raison de Son geste est au verset 3 : « Jésus [savait] que le Père lui avait remis toutes choses entre les mains… » Il était donc en charge de tout ce qui se passait. Jésus n’était pas simplement la victime d’un complot. Il y a plusieurs années de cela, un auteur juif avait écrit un bouquin intitulé The Passover Plot (Le complot de la Pâque). Cet auteur affirmait que Jésus était simplement la pauvre victime d’un complot orchestré par certains leaders juifs avec les autorités romaines pour le mettre à mort. Mais ce verset 3 nous indique clairement que ce n’était pas le cas.

Allons voir Jean 19:10. Regardez ce qui se passe ici. Pilate dit à Jésus : « Tu ne me dis rien ? Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te faire crucifier, et le pouvoir de te délivrer ? » Ah bon. Regardons maintenant la réponse de Jésus au verset 11 : « Tu n’aurais aucun pouvoir sur moi, s’il ne t’avait été donné d’en haut. » Jésus était complètement en charge de la situation. Il était parfaitement conscient de ce qu’Il avait à faire. Et Il verrait Lui-même à ce que tout se passe selon un plan bien établi, avant même la fondation du monde.

La cinquième raison de Son geste se trouve dans Jean 13:3, dans la deuxième partie. Jésus savait qu’Il « était venu de Dieu et qu’il retournait à Dieu. » Personne ne pouvait L’intimider, car Il savait exactement qui Il était. Jésus connaissait Son origine et Son identité en tant que la Parole de Dieu dans la chair. Avez-vous déjà remarqué comment agissent les gens qui savent exactement où ils s’en vont ? Ils agissent en toute sécurité et c’est très difficile de les faire dévier du but qu’ils se sont fixé. On le voit même parmi les gens sur leur lit de mort : ils sont calmes avec un sourire aux lèvres.

Donc, sans tambour ni trompette, en toute confiance, Jésus est allé de l’avant, car Il connaissait la fin de l’histoire. Remarquez qu’au travers de tout ce qui se passe, Jésus ne panique jamais. Avec une majesté silencieuse, Il passe par Son arrestation et Ses procès devant Hérode, Pilate et les grands prêtres. Il contrôle les événements parce qu’Il sait qui Il est. Comme il est important pour le chrétien de comprendre cela ! C’est une vérité sur laquelle le Nouveau Testament insiste constamment. Quand nous faisons face aux pressions du stress, que ce soit à la maison, au travail ou ailleurs, et que nous sommes sans solution, les Saintes Écritures nous disent : « Souvenez-vous de qui vous êtes. Ne soyez pas une victime de l’ennemi. Vous appartenez à Dieu. Vous faites déjà partie de Son Royaume d’amour. Vous êtes les aimés et les chéris de votre Père, car vos péchés ont été pardonnés. »

Gardons toujours ces vérités en tête et répétons-les souvent dans notre esprit. Chaque fois que vous vous sentez faibles ou dans le désespoir, incapables de contrôler la situation, souvenez-vous de ces vérités. Elles sont réelles et ne peuvent être changées. Jean nous rappelle ces choses afin que nous puissions comprendre la majesté et la dignité avec laquelle Jésus a passé au travers de tous ces événements.

La sixième raison de Son geste, soit celle qui semble Lui tenir le plus à cœur, est décrite au verset 4 : « [Jésus] se leva du souper, ôta son manteau ; et ayant pris un linge, il s’en ceignit. 5Ensuite, il mit de l’eau dans un bassin, et se mit à laver les pieds de ses disciples, et les essuya avec le linge dont il était ceint. » Donc, Jésus enlève Ses vêtements et tout ce qui Lui reste est Son sous-vêtement, exactement ce que portaient normalement les esclaves au premier siècle. Et, tout comme un esclave, Il Se met à laver leurs pieds. Ce sont les disciples qui auraient dû le faire, car, selon la coutume, c’était au serviteur de laver les pieds du maître de la maison, quand il entrait chez lui. Mais pourquoi les disciples ne l’ont-ils pas fait ? Nous avons vu la raison dans Luc 22. Les disciples étaient bien plus intéressés de savoir qui serait en charge après la mort de Jésus. Qui serait le plus grand ! Le plus honoré ! Celui sur le piédestal !

Je suis convaincu que nous avons tous été un jour impressionnés par cette magnifique peinture du Dernier Repas par Léonard de Vinci. Cependant, ce tableau nous donne l’impression que les douze disciples avaient été convoqués par Jésus sur un côté de la table pour prendre une photo de famille. Mais l’on ne mangeait pas de cette façon au premier siècle. Les gens ne s’assoyaient pas sur des chaises. Ils s’allongeaient plutôt sur les divans autour d’une grande table. Couché ainsi sur le côté, on pouvait ainsi aller chercher la nourriture avec une main tout en bavardant. Ceci nous indique comment Jean pouvait avoir la tête couchée sur le sein de Jésus, au verset 23, ayant sa tête tout près de la Sienne. Il semble clair aussi que Judas était allongé tout près de Jésus, juste à côté de Lui. Étant dans cette position, cela avait permis à Jésus de lui donner le morceau de pain qu’Il avait trempé dans la nourriture, au verset 26.

Alors Jésus Se lève et commence à laver les pieds, incluant ceux de Judas, en les essuyant avec ce linge. (Parce que n’oublions pas que Judas est toujours là.) Il arrive devant Pierre qui n’en revient tout simplement pas. Verset 6 : « Il vint donc à Simon Pierre, qui lui dit : Toi, Seigneur, tu me laverais les pieds ! »  Jésus le regarde tout droit dans les yeux et Il dit : « Tu ne sais maintenant ce que je fais ; mais tu le sauras dans la suite. » Au verset 8, Pierre lui dit : « Tu ne me laveras jamais les pieds. » Jésus lui répond : « Si je ne te lave, tu n’auras point de part avec moi. »

« Ne résiste pas, je sais ce que je fais ! » Vous savez, chaque fois que nous voyons Pierre dans une situation quelconque, il réagit exactement comme le chrétien typique. Il est émotif et il fait toujours ce que nous aurions fait si nous avions été à sa place. Donc, nous voyons, par le fait même, comment Jésus nous aurait traités si nous avions été présents avec Lui dans cette chambre haute ! Regardons Pierre qui réagit de trois façons. Premièrement, il est complètement ignorant de ce que Jésus veut accomplir et cela se reflète dans sa réaction.

« Seigneur, tu veux me laver les pieds ? » Pierre est complètement offensé, parce qu’il ne comprend absolument pas d’où vient la véritable source de l’autorité. Tout comme nous, Pierre avait été élevé à reconnaître l’autorité dans une structure hiérarchique. L’autorité appartenait toujours à celui qui était au sommet et elle se manifestait au travers de ceux à qui le chef décidait d’en déléguer une partie. Même de nos jours, l’autorité se calcule par le nombre de personnes sous vos ordres. Le monde entier fonctionne sur cette base. Pierre était offensé parce que Jésus, le Maître, avait complètement ignoré cette règle. C’est le chef qui possède l’autorité. Et Jésus était le Chef.

Mais voici Celui qui méritait d’être servi en train de servir ! Pierre en était offusqué, car, qui sait ? il espérait être en autorité, un jour, et serait lui aussi servi par d’autres. Réaction normale et très humaine. Tellement humaine qu’elle s’est propagée tout au long des siècles dans toutes les dénominations religieuses.

Toutefois, Jésus profite de cette occasion pour définir le problème de Pierre et, par le fait même, le nôtre aussi. Il lui dit simplement : « Tu ne sais maintenant ce que je fais… » Bien sûr que Pierre ne comprenait pas le geste de Jésus parce qu’il ne connaissait pas encore la source réelle de l’autorité. Notez que Jésus ne le corrige pas, Il lui fait plutôt une promesse en lui déclarant : « …mais tu le sauras dans la suite. » Certains érudits bibliques croient que dans la suite faisait allusion au jour de la Pentecôte où les disciples ont soudainement compris beaucoup de choses qu’ils n’avaient pas comprises auparavant. Mais nous allons découvrir que Jésus faisait référence à l’explication qu’Il leur donnerait à la fin du lavement des pieds.

Pierre croyait que laver les pieds sales de quelqu’un était simplement une question de politesse et de courtoisie. Et voir Jésus le faire le met complètement mal à l’aise. Mais Jésus lui promet que, dans quelques instants, il va comprendre. La deuxième réaction de Pierre est typique : « Tu ne me laveras jamais les pieds. » Il est convaincu qu’il a raison. Il est complètement inconscient de l’orgueil que sa réaction étale. Sans le réaliser, il est juste à ses propres yeux. Ô, comme Pierre nous ressemble, non ? Incapable de comprendre, il réagit spontanément. « Jamais tu ne me laveras les pieds ! Je ne le permets pas ! » Mais cette fois, Jésus réagit, non avec une promesse, mais avec un avertissement : « Si je ne te lave, tu n’auras point de part avec moi. » En d’autres mots, « si tu ne changes pas ton attitude, tu n’auras plus cette fraternité, ni cette camaraderie, ni cette communion avec moi ! » Jésus ne parle pas ici de ce que nous avons tous ressenti au début de notre conversion. Il parle plutôt de cette camaraderie et de cette fraternité qui se sont créées avec Lui et que nous avons développées dans notre progression vers Son Royaume. Jésus veut faire comprendre à Pierre qu’il y a beaucoup plus dans ce lavement de pieds que ce qu’il y paraît en surface.

« Si je ne te lave pas les pieds, tu vas perdre tout ça ! Tu es en train de te mettre à part des autres, » lui dit Jésus. « C’est très sérieux, ce que je fais ! » Et c’est tout ce que Pierre avait besoin d’entendre. Il allume soudainement. Sa troisième réaction devient évidente. Pierre veut tellement prouver son amour pour Jésus qu’il Lui dit : « Seigneur, non seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête. » Son zèle déborde. « S’il y a un danger pour moi d’être éloigné de Ta présence, » lui dit Pierre, « fais ce qu’il faut ! Si cela dérange quelque chose entre nous deux, lave-moi au complet ! »

Quelle merveilleuse réaction venant d’un cœur rempli d’amour, de simplicité pour son Seigneur ! Cela nous indique pourquoi Jésus agit toujours d’une façon spéciale avec Pierre et ceux qui lui ressemblent. Jésus regarde au cœur. Il est vrai qu’à l’occasion nous comprenons mal Ses instructions. Mais même si nous comprenons mal, notre cœur veut être droit. Donc, dans ce sens, nous ressemblons à Pierre. Parfois, tout comme Pierre, nous essayons de raisonner au lieu de simplement obéir à ce que Jésus nous dit, pour Lui prouver notre amour. Nous voulons L’aimer, mais tout en affirmant notre liberté d’agir, selon notre compréhension. Voilà le danger.

Pour nous instruire, Jésus nous explique l’importance de Son geste en le divisant en deux parties. Une explication est théologique, tandis que l’autre est pratique. C’est ce qu’Il voulait faire comprendre aux disciples et à nous aussi.

Revenons dans Jean 13:10 : « Jésus lui dit : Celui qui s’est baigné a besoin seulement qu’on lui lave les pieds ; puis il est entièrement net. » Dans ce verset 10, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, Jésus utilise deux mots pour signifier propreté. D’abord le mot baigner pour définir la propreté physique du corps. Ensuite, Jésus utilise le mot net, qui a une connotation spirituelle, voulant dire « pur ». « Or, vous êtes nets, mais non pas tous. 11Car il savait qui était celui qui le trahissait ; c’est pour cela qu’il dit : Vous n’êtes pas tous nets. » Il y a une logique simple, ici, qui nous identifie la culture de l’époque.

Vous savez, les gens prenaient un bain le matin et alors, ils étaient propres. Mais à force de se promener en sandales sur les chemins poussiéreux, leurs pieds se salissaient. Alors, quand on entrait chez quelqu’un, on ne prenait pas un autre bain, on se lavait seulement les pieds. Vous remarquerez que Jésus utilise le symbolisme, non pour leur dire qu’ils étaient propres, mais qu’ils étaient purs, à l’exception de Judas. Quand, au juste, les disciples sont-ils devenus purs ? Paul nous dit que cette purification nous vient selon la miséricorde de Dieu par le baptême, ou le bain, de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit qu’Il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur (Tite 3:5-6).

Donc, par ce baptême, ou ce bain, ce lavement de la régénération, Paul nous déclare que nous sommes maintenant nés de nouveau, renouvelés par le Saint-Esprit, pour devenir une nouvelle création en Jésus. C’est ainsi que débute la vie chrétienne dans un individu. Tous les disciples, sauf Judas, étaient déjà passés par ce processus de conversion et ils étaient donc purs. Judas, cependant, n’était pas converti. Il n’est pas passé par cette régénération du Saint-Esprit. Alors Jésus dit bien qu’il n’était pas pur, ou net. Cela expliquerait son geste de découragement total, après avoir été temporairement possédé par Satan. Quand il a vu Jésus condamné, il se repentit et rapporta les trente pièces d’argent aux principaux sacrificateurs en leur disant : « J’ai péché ; j’ai trahi le sang innocent…“Que nous importe” » répondirent ces anciens. Mais, suite à leur indifférence, il alla se pendre (Matthieu 27:3-5). Judas n’était pas converti. N’ayant pas reçu le Saint-Esprit, savez-vous qu’il ne pouvait pas commettre le péché impardonnable ? Ayant été déclaré impur par Jésus Lui-même, Judas reviendra sûrement dans la Deuxième Résurrection où je suis convaincu qu’il se convertira.

Mes chers amis, la bonté et la miséricorde de Jésus sont sans limites ! Mais son nom, à Judas, ne sera pas inscrit sur un des fondements de la Cité Sainte. Quelle tragédie personnelle pour Judas. Mais malheur à ceux qui font leur liste personnelle de ceux que Dieu devrait détruire dans le feu de la géhenne ! Sachez que cette décision appartient à Jésus, et à Lui seul ! Pas à un homme !

Pour ce qui est de cette régénération par le Saint-Esprit, elle n’arrive qu’une seule fois dans la vie d’un converti. C’est ici que certains chrétiens deviennent un peu confus. Ils croient que chaque fois qu’ils pèchent, ils doivent être sauvés de nouveau. Mes chers amis, le Saint-Esprit ne bégaye pas. Il ne parle jamais de ré-ré-régénération ! Non ! Une fois suffit ! Jésus nous dit, dans Jean 13, au verset 10, comme nous avons vu, que celui qui est baigné, ou lavé, n’a besoin que de laver ses pieds pour être entièrement pur. Cela symbolise quoi ?

Allons voir 1 Jean 1:9. Jean nous dit : « Si nous confessons nos péchés, il [Dieu] est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. » Cette confession de nos péchés à Dieu, même après notre conversion, parce que nous péchons toujours, est notre marche quotidienne avec Lui, symbolisée par ce lavement des pieds. Nous n’avons pas à être sauvés de nouveau. Non. Nous continuons notre salut. Si nous confessons nos péchés, Dieu les pardonne pour nous garder purs, purifiés de toutes nos iniquités. C’est cela, demeurer en communion avec Christ.

Prenons cette habitude, à tous les soirs, juste avant de nous coucher, de demander pardon à Dieu pour toutes les fois où nous L’avons offensé durant la journée. Si vous le faites plus souvent, tant mieux. Il sera toujours fidèle pour vous pardonner et vous donner une bonne nuit de sommeil dans la paix. Et au réveil, offrons-Lui notre journée. Ceux qui le font, vous diront qu’ils ressentent toujours Sa présence dans leur vie. C’est ainsi que nous devons vivre notre vie de chrétien.

Judas n’a jamais connu ce privilège. Il avait l’apparence extérieure d’un disciple, mais intérieurement, il ne l’était pas. Alors, il n’était pas pur. Et tout ceci, imaginez, après avoir passé trois ans et demi avec Jésus Lui-même ! Malheur au pasteur qui condamne tous ceux qui ne se sont pas convertis présentement ! Ils ne connaissent tout simplement pas la grande bonté de Dieu ! Ils veulent dominer. Ils veulent être les plus grands, comme nous avons vu dans Luc 22. C’est Dieu qui appelle chacun, individuellement, et Lui seul connaît le moment propice pour le faire !

Ceci est le symbolisme théologique du geste de Jésus. Regardons maintenant le côté pratique du lavement des pieds, dans Jean 13:12. « Après donc qu’il leur eut lavé les pieds, et qu’il eut repris son manteau, s’étant remis à table, il leur dit : Savez-vous ce que je vous ai fait ? » Remarquez comment Jésus s’y prend ici pour passer Son message : Il leur pose une question. « Comprenez-vous ce que je vous ai fait ? C’est beaucoup plus qu’un simple lavage de la poussière de vos pieds. » Verset 13 : « Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites vrai ; car je le suis. 14Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres. »

Vous savez, j’ai lu ces versets plusieurs fois et je n’ai pas réussi à trouver les mots : « Si ça vous tente, lavez-vous les pieds les uns les autres. » Je vois Jésus dire clairement et simplement : « Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres. » Pourquoi ? Verset 15 : « Car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. » Un exemple de quoi ? Un exemple pour leur démontrer la source véritable de l’autorité dans Son Église, dans l’humilité au service des autres, une autorité qui doit se manifester dans le service affectueux envers les frères et les sœurs. « Ça vous donne quoi, » leur dit Jésus, « de m’appeler Maître et Seigneur, si vous n’êtes pas prêts à suivre mon exemple ? » Au verset 16, Il leur dit : « En vérité, en vérité je vous le dis, le serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni l’envoyé plus grand que celui qui l’a envoyé. » Oh, si seulement nombre de pasteurs et de dirigeants des Églises pouvaient comprendre ceci ! Jésus n’a jamais exercé Son autorité en donnant des ordres. Il l’a exercé en servant les autres.

Jésus, Dieu dans la chair, Celui qui a créé tous les humains, a lavé leurs pieds comme un simple serviteur ! Ses disciples ont vu Son autorité au travers de Ses exemples. Ils L’ont suivi car, au lieu de commander, Il les servait. Les disciples Lui obéissaient parce qu’Il prenait continuellement soin d’eux. Jésus les réconfortait, les enseignait, les encourageait, toujours prêt à Se donner entièrement à eux. Il prenait le temps de les écouter, d’être avec eux et de les servir. Et même si les disciples ne comprenaient pas toujours Ses enseignements, ils Lui obéissaient et Le suivaient fièrement.

Nous avons vu dans Luc 22, dans les versets 24 à 27, où Jésus leur explique comment l’autorité est exercée dans le monde, qu’il « n’en sera pas ainsi parmi vous. » Jésus rejetait l’autorité hiérarchique du monde. Cette sorte d’hiérarchie ne devait pas exister dans Son Église. L’autorité devait se manifester dans le service aux autres. « Je vous ai donné un exemple à savoir comment servir, » leur a-t-Il dit, « alors, vous devez faire la même chose. » Servir !

Au verset 17, Jésus leur dit : « Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez. » Ce n’est pas assez que de prêcher quelque chose. C’est beaucoup mieux de prêcher par l’exemple. N’oublions jamais que Jésus leur a lavé les pieds suite à cette dispute où chacun voulait savoir qui serait le chef après Sa mort. Qui serait le plus honoré. Les chefs du monde dominent sur leurs sujets. C’est ainsi qu’ils démontrent leur autorité. « Mais il n’y a pas de place pour les dominateurs dans Mon Église, » leur dit Jésus. « Dans Mon Église, le plus grand sera celui qui servira les autres, et non celui qui voudra dominer sur eux. »

Ce lavement des pieds était la manifestation idéale pour démontrer leur volonté de Le servir, car le geste lui-même exige de l’humilité. Jésus a d’abord corrigé ceux qui devaient devenir Ses leaders, Ses apôtres futurs. Et le premier qu’Il a corrigé est celui qu’Il avait Lui-même choisi comme le chef des apôtres. Pas le chef de l’Église, le chef des apôtres. Le Chef de l’Église, c’est Jésus. Voilà la façon par laquelle les chrétiens devraient vivre, pas comme le monde qui cherche à dominer, mais plutôt en s’aimant les uns les autres.

Ici, dans Jean 13, Jésus a donné Ses instructions à ceux qui devaient enseigner. Leur autorité, en tant que dirigeants, devait être directement proportionnelle à leur désir de servir. Tout comme Jésus, plus ils serviraient, plus ils seraient considérés grands. Donc, ce grand événement dans la chambre haute nous indique comment Jésus S’y est pris pour former le vrai leadership qui devait régner dans l’Église qu’Il est venu fonder. Son intention n’a jamais été de voir une hiérarchie dans laquelle la louange serait rendue au chef, dans les différents paliers de cette hiérarchie. Jésus enseignait simplement que celui qui sert gagnera toujours le cœur des autres. Ce sera lui, le plus grand.

Ses disciples Lui obéissaient volontiers, pas dans la crainte, ni dans la peur, mais parce qu’Il les aimait et les servait. Mais l’Église de Jésus doit être organisée, c’est vrai. Et les Saintes Écritures nous donnent les structures de cette organisation. Dieu n’est pas un Dieu de confusion, Il est un Dieu d’ordre et de paix. Nous sommes Ses serviteurs, mais Jésus nous dit que le serviteur n’est pas plus grand que son Seigneur. « Vous m’appelez Maître, et vous avez raison, car je suis votre Maître. Si moi, le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres. »

Saisissons-nous, maintenant, ce que ce lavement des pieds représente ? Tout comme se faire plonger dans l’eau était un manifestation physique de notre engagement éternel envers Jésus, le lavement des pieds est une manifestation de notre humilité à vouloir servir Jésus et notre prochain. Voilà pourquoi Jésus nous dit : « Si vous avez compris ceci, vous serez heureux, pourvu que vous le pratiquiez. » Plus nous pratiquerons le service, dans l’humilité, plus nous serons respectés par les autres. Nous sommes toujours libres, mais si, dans notre liberté, nous acceptons volontiers d’obéir à Jésus, Il nous place dans une catégorie spéciale.

Dans Jean 15:15, regardez ce que Jésus nous dit : « Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que son maître fait, mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père. » Alors, si nous voulons demeurer l’ami de Jésus, il y a une condition, au verset 14 : « Vous serez mes amis, si vous faites tout ce que je vous commande. »

Alors, qui sera le plus grand ? C’est simple : ceux qui sont prêts à servir les autres et prêts à obéir aux commandements de Jésus.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec :