D.029 – La puissance de la grâce

image_pdfimage_print

 

2 Corinthiens 9:8

Par Joseph Sakala

Vous savez, depuis cinquante ans, je crois qu’il n’y a rien qui puisse surpasser en grandeur la création de l’ordinateur électronique. Sa capacité à traiter des données à une vitesse extraordinaire a complètement bouleversé la planète ainsi que la vie des humains. On le compare au cerveau humain, mais il est beaucoup plus rapide. Cependant, même s’il fonctionne comme le cerveau humain, il n’est pas aussi complexe. Les savants eux-mêmes admettent que, s’ils pouvaient transmettre toute la capacité d’un cerveau humain dans un ordinateur, cette machine occuperait l’espace de plusieurs étages d’un édifice.

Pourtant, tout ce potentiel se trouve enfermé dans nos petites têtes. Ceci devrait nous démontrer clairement, et sans l’ombre d’un doute, la magnifique puissance de Dieu. Vous noterez, cependant, que notre cerveau ne se préoccupe pas d’accumuler des données comme un ordinateur. Notre cerveau utilise plutôt ce dont nous avons besoin à un moment donné et au moment propice. En d’autres mots, nous nous concentrons plus sur l’arbre que sur la forêt.

Saviez-vous que ceci est aussi vrai dans notre comportement en tant que chrétien ? Nous avons cette tendance à ne nous concentrer seulement que sur certains aspects du christianisme, et nous perdons parfois de vue le grand Plan de Dieu dans notre vie individuelle. Le Dieu qui nous a créés nous connaît parfaitement. C’est pourquoi Il a condensé pour nous Son Plan magistral en petites capsules dans un beau Livre : la Sainte Bible contient ces capsules qui englobent toutes Ses vérités pour nous.

Par exemple, une de ces capsules nous dit que : « Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui, ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » Tout le monde connaît ce beau verset dans Jean 3:16. Nous avons ici le grand Plan de Salut, condensé par Dieu, dans un tout petit verset. C’est tellement vrai que Jean nous le confirme au verset 17 en nous déclarant que « Dieu, en effet, n’a pas envoyé Son Fils dans le monde pour qu’Il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui. » Dieu veut sauver tout le monde !

Nous allons maintenant étudier un autre petit verset qui contient une vérité extraordinaire. Dieu a placé cette vérité à un endroit où Paul nous parle de choses élémentaires et physiques, comme l’argent, les offrandes, les assistances destinées à d’autres chrétiens. Mais au travers de toutes ces choses physiques, nous découvrons le merveilleux verset 8 :

« Et Dieu peut vous combler de toutes ses grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre » (2 Corinthiens 9:8).

Ici, la foi du chrétien, dans la grâce de Dieu, est résumée dans ce seul verset. Vous noterez que Paul commence son exposé là où chaque chrétien devrait être fixé dans son orientation chrétienne : sur la toute puissance de Dieu ! « Et Dieu peut… » nous dit Paul. Il n’y a rien de plus évident, de nos jours, que la fragilité spirituelle qui existe dans toutes les dénominations chrétiennes. Savez-vous ça ? C’est comme si la Parole de Dieu a progressivement été diluée au point que bon nombre de chrétiens ne semblent plus croire dans la toute-puissance de Dieu. Oh, on le dit et on le prêche ! Mais, malheureusement, la conviction inébranlable dans cette puissance est de moins en moins évidente chez certains.

Croyons-nous vraiment que Dieu peut ? Occasionnellement, nous voyons des signes encourageants, quand nous apercevons le zèle chez les nouvelles personnes qui viennent se joindre à nous. Ça nous rappelle nos débuts. Et c’est beau. Ou, quand certains, qui avaient quitté pour un temps, reviennent vers les congrégations. Mais d’une façon générale, l’Église passe par une période de faiblesse. Et la raison principale paraît évidente. Elle semble avoir perdu de vue la puissance de Dieu.

Pourtant, c’est la seule et unique puissance avec laquelle l’Église peut fonctionner. Si elle perd de vue cette vérité, elle est alors réduite à la même puissance par laquelle le monde fonctionne. Comme toute organisation mondaine, elle est alors réduite à se fier à ses propres ressources humaines seulement. Elle mise alors sur le nombre de ses membres et sur sa structure hiérarchique pour lui dicter son comportement moral. Et, comme toute organisation mondaine, elle se met à miser sur ses manœuvres politiques aussi, afin de bien paraître dans son entourage. Voilà ce qui peut arriver quand on permet que la Parole de Dieu soit progressivement diluée.

En tant que disciples de Christ, nous devons continuellement être sur nos gardes pour empêcher, justement, qu’une telle situation se produise dans nos congrégations. Et cela se fait comment ? La Parole de Dieu nous donne la réponse. Examinez toutes choses, nous dit Paul. Retenez seulement ce qui est bon (1 Thessaloniciens 5:21). Éprouvez celui qui prêche, nous dit Jean, pour voir quel esprit le guide (1 Jean 4:1). Si ce qu’il dit peut se prouver dans la Bible, ça vient du Saint-Esprit. Sinon, rejetez ce que ce prédicateur déclare. C’est aussi simple que ça.

Et notre arme la plus efficace pour maintenir notre zèle, sans crainte aucune, c’est notre foi inébranlable dans la toute-puissance de Dieu. Avez-vous déjà contemplé le paysage merveilleux près d’un lac entouré de montagnes et boisé de toutes sortes de beaux arbres ? Devant toute cette beauté qui se reflète dans l’eau du lac, comment ne pas méditer sur le fait que Dieu a créé tout cela ? Et que Jésus est le reflet de Sa gloire et l’empreinte de Sa personne, et soutient toutes ces choses par Sa Parole puissante, comme on peut voir dans Hébreux 1:3.

L’univers entier, dans toute sa complexité, est soutenu par cette puissance de Dieu à l’oeuvre. Vous savez, il y a un vieux proverbe chinois qui dit : « Immobile, assis sans rien faire durant l’hiver, le printemps vient et l’herbe pousse. » Quelle puissance ! Quand nous chantons le cantique Comme tu es grand, nous confirmons la puissance de Dieu au travail dans la nature et dans notre salut.

Dans cette lettre aux Corinthiens, Paul leur parle de la puissance de Dieu, capable de leur fournir des choses matérielles dont ils avaient besoin. Paul a utilisé cette application pratique afin de leur prouver la présence de Dieu dans ces petits détails aussi. Parfois, nous avons tendance à prendre pour acquises les choses matérielles que nous possédons. Il serait bon de nous rappeler que toutes ces choses viennent de Dieu. Et surtout de Le remercier, car Il pourrait facilement nous les enlever. Remercions-Le souvent. Faites-en une habitude.

Dans Jude au verset 24, il est écrit :

« Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irréprochables et dans l’allégresse. »

Combien de chrétiens croient vraiment que Dieu peut nous préserver de toute chute ? Regardez autour de vous et vous verrez plutôt une attitude qui nous indique le contraire. Les gens vous diront que, dans certaines circonstances, le stress devient tellement fort que Dieu ne peut vraiment pas les sortir de leurs épreuves. Certains diront : « Quand j’ai peur, la pression devient tellement forte que personne ne peut m’aider. » Donc, ce que ces gens disent, c’est que Dieu n’est pas assez puissant pour les empêcher d’avoir peur. Ou que Dieu n’est pas assez puissant pour les empêcher de chuter dans d’autres sortes de circonstances. Pourtant, nous venons de voir que Dieu peut vous préserver de toute chute.

Est-ce Dieu qui est fautif ? Ou manquons-nous de foi dans Sa puissance ? Prenons les événements tout récents qui ont frappé tout près de nous, à New York ; je n’ai jamais vu autant de panique sur les visages du monde que lors des reportages qui ont immédiatement suivi ce carnage terroriste. Dieu aurait-Il pu empêcher cet attentat ? Définitivement oui. Pourquoi ne l’a-t-Il pas fait ? Seul Dieu le sait. Mais, si vous vous souvenez, il y avait quatre avions impliqués dans cette attaque contre les États-Unis. Deux sont allés frapper les deux tours du World Trade Center qui était le symbole de la puissance économique américaine. Le troisième avion est allé frapper le Pentagone, symbole de la sécurité et de la protection mondiale offertes par le pays le plus puissant du monde, à l’heure actuelle. Le quatrième avion, pour des raisons bizarres, s’est écrasé dans un champ, en Pennsylvanie. Ce n’est qu’après avoir mis toutes les pièces du casse-tête ensemble qu’on a découvert que cet avion était destiné à frapper, soit le Capitol de Washington, siège du gouvernement américain, ou la Maison Blanche, tout près ; la tête de ce même gouvernement. Cet attentat a avorté grâce au courage de quelques passagers qui se sont attaqué aux terroristes, les empêchant d’atteindre leur but. Ici, je vois une intervention divine. La tête des États-Unis ne devait pas être frappée à ce moment-là.

La nation américaine, cependant, s’est soudainement réveillée à la réalité que, malgré sa puissance, elle était peut-être invaincue, mais non invincible. Ces incidents ont aussi bouleversé plusieurs d’entre vous, j’en suis sûr. Et c’est normal. La catastrophe fut grande. Cependant, après plus d’un mois, avons-nous encore peur ? Si oui, pourquoi sommes-nous bouleversés ? Commençons-nous, peut-être, à manquer de foi dans la puissance de Dieu ? Dans la puissance américaine, sûrement, j’en conviens. Mais dans la puissance de Dieu ? Jamais !

Si je demandais à chaque lecteur de cet article : « Croyez-vous en Dieu ? » Je suis convaincu que chacun me regarderait comme si j’étais « capoté » de poser une telle question. C’est sûr que nous croyons en Dieu. Mes chers amis, je n’ai aucun doute que vous croyez que Dieu existe. Ce que je veux savoir, c’est : croyez-vous en Dieu, c’est-à-dire, ce qu’Il nous dit ? Ce n’est pas la même chose. Lisons-nous simplement Sa Parole ou croyons-nous ce qu’Elle nous déclare ? Jésus a dit ceci à une belle petite congrégation qui avait une attitude toute spéciale :

« Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre » (Apocalypse 3:10).

Notez, s’il vous plaît, que cette promesse d’être gardés est dirigée vers les serviteurs de Jésus. Alors que la tribulation est destinée à éprouver les habitants de la terre. Cette expression, « habitants de la terre », paraît six fois dans l’Apocalypse, et chaque fois pour identifier ceux qui ne sont pas les serviteurs de Dieu. Revenons toutefois à cette belle promesse de Jésus à ceux qui avaient gardé la parole de la persévérance en Dieu. Que veut dire garder la parole de la persévérance en Jésus ? Nous avons ici du matériel pour préparer plusieurs messages. Garder la parole veut simplement dire croire d’abord tout ce que cette Parole de Dieu nous enseigne. Ensuite, loger cette Parole dans notre esprit et dans notre cœur afin de vivre notre quotidien selon cette Parole, au meilleur de notre capacité.

Ensuite, nous voyons le mot « persévérance ». Ceci veut dire qu’à partir du moment où nous avons accepté de croire ce que Dieu dit, d’une façon inébranlable, peu importe ce qui se passe autour de nous, notre devoir est de persévérer dans cette vérité jusqu’à notre mort. Si nous faisons cela, nous avons l’assurance, par la grâce de Dieu, d’être sauvés par une résurrection à l’immortalité. Voilà pourquoi Jésus nous a dit, dans Matthieu 24:13 :

« Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. »

Futur ! Vous noterez que Jésus a prononcé ces paroles alors qu’Il instruisait Ses disciples sur les événements des temps de la fin. Donc, la persévérance dans la vérité, telle qu’annoncée par Jésus, devrait se manifester tout au long de notre vie. La prédication, si populaire de nos jours, qu’une fois sauvé, toujours sauvé, est une des plus grandes hérésies qui circulent présentement dans la communauté chrétienne grâce à ceux qui diluent la Parole de Dieu. Sous le couvert de l’amour, ces prédicateurs ont réussi à réduire le salut à la simple déclaration de donner son cœur à Jésus tout en continuant de vivre comme avant.

Vous savez, je ne suis pas du tout impressionné par ceux qui crient « Seigneur ! » à toutes les sauces ! Si la louange vient vraiment du cœur, gloire à Dieu ! Sinon, ça vaut ce que ça vaut… Mais comment reconnaître les vrais prédicateurs des faux ? Jésus Lui-même nous dit comment, dans Matthieu 7. Regardez ce qu’Il nous dit au verset 21 :

« Ceux qui me disent Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le Royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. »

C’est le comportement quotidien de l’individu qui dévoile ce qui se trouve à l’intérieur. C’est exactement ce que Jésus a dit à l’Église de Philadelphie, qui avait cette belle attitude de garder Sa Parole en faisant la volonté de Dieu. Et ils le faisaient dans la persévérance de ce que Jésus avait enseigné. Et que fait Jésus ? Il leur dit : « Parce que vous avez gardé la parole de la persévérance en moi, alors moi, je vous promets de vous garder durant cette tribulation à venir. »

Mes chers amis, ou bien on croit ceci, ou on ne le croit pas. C’est une décision personnelle que chacun doit décider dans son cœur. Vous ne pouvez pas la prendre pour moi, ni moi pour vous. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a une bénédiction extraordinaire attachée à cette promesse. Et cette bénédiction est double. D’abord, elle est physique. Jésus nous dit que si nous demeurons dans la vérité, telle qu’enseignée par Lui, nous aurons une protection physique assurée durant la tribulation. Mais comment va-t-Il faire cela ? Avez-vous peur d’être attaqué(e) durant la nuit ? Ou en plein jour ? Avez-vous peur que l’eau ou l’air soient infectés par des produits bactériologiques ? Beaucoup trop sèment cette panique dans le monde, de nos jours. Ce que nous allons lire, cependant, nous indique clairement qu’il va y avoir des victimes. Je ne vous compte pas de sornettes, ici. Mais que dit Dieu à Ses serviteurs ? C’est ça qui m’intéresse. Et j’espère, vous aussi.

« 7Que mille tombent à ton côté, et dix mille à ta droite [ça c’est des victimes, mes chers amis], tu ne seras pas atteint [promesse] 10Aucun malheur ne t’arrivera, aucun fléau [avec lesquels on nous fait peur aujourd’hui] n’approchera de ta tente [ou ta maison, parce que nous ne vivons plus dans des tentes] » (Psaume 91 :7, 10).

La puissance des États-Unis est incapable de garantir ceci, mais la toute-puissance de Dieu, oui ! Dieu nous dit que nos maisons seront protégées. Quand Dieu parle de maisons, Il parle de la famille du serviteur aussi. Arrêtez de craindre pour vos enfants. Dieu va s’en occuper. Comment va-t-Il y parvenir ?

« 11Car il ordonnera à ses anges de te garder [c’est le même mot “garder” que Jésus a utilisé pour Philadelphie] dans toutes tes voies [i.e., où que nous soyons] » (Psaume 91 :11).

Dieu continue de rassurer chacun de Ses serviteurs en lui disant :

« 14Puisqu’il m’aime, je le délivrerai ; je le protégerai, puisqu’il connaît mon nom » (Psaume 91 :14).

Connaissez-vous le nom du Seigneur ? Croyons-nous ces paroles de Dieu ? Croyons-nous aux anges ? Ou sommes-nous rendus tellement évolués que nous sommes au-dessus de tout cela ? Si oui, alors promenons-nous continuellement avec un masque à gaz, au cas d’une attaque à l’anthrax. Vous savez, c’est bien beau, ces masques, mais avez-vous déjà essayé de manger un spaghetti avec ça dans le visage ? Pourtant, au verset 15, Dieu dit :

« 15Il m’invoquera, et je lui répondrai [nous allons l’invoquer et il va nous répondre !] ; je serai avec lui dans la détresse [il va y avoir une détresse ! Mais Dieu va être avec nous], je le délivrerai et je le glorifierai. 16Je le rassasierai de longs jours [nous allons vivre vieux !], et je lui ferai voir mon salut. » (Psaume 91 :15-16).

Ah, oui, quelle déclaration rassurante ! Ces beaux versets ont réussi à non seulement nous calmer, mon épouse et moi, mais aussi à consoler tous ceux qui m’ont téléphoné suite à ces événements du 11 septembre 2001. Et il y en a eu. Saviez-vous que, si nous demeurons fermes à garder et à vivre selon la Parole de Dieu, cette protection physique nous est assurée même si notre foi est affaiblie ? La promesse de Dieu est associée au fait de garder la parole de la persévérance en Jésus.

Alors, quel est l’avantage d’avoir en plus une foi profonde dans ces Paroles de Dieu ? Plus haut, je vous ai dit que la bénédiction de croire dans la Parole de Dieu était double. Nous venons de voir la protection physique. Il y a aussi une deuxième bénédiction, et celle-là est spirituelle. Elle nous vient directement de Jésus. Celui-ci savait que Son ministère ici-bas achevait et qu’Il retournerait bientôt au Père. Il tenait, cependant, à laisser quelque chose à Ses disciples afin de pouvoir passer au travers de toutes les épreuves durant leur ministère. Regardons ensemble ce que Jésus leur a laissé, au verset 27 de Jean 14 :

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. »

Avons-nous assez de foi en Jésus pour croire ceci ? Si oui, peu importe ce qui arrivera, notre cœur ne sera pas troublé et nous ne serons pas perturbés. Vous dormirez en paix et sans aucune inquiétude. Sinon, même si Sa protection physique vous est assurée, vous ne serez pas en paix. Et vous serez inquiets pour tout et pour rien, comme tous les gens du monde. Mais Jésus nous donne cette paix et nous l’a donnée gratuitement. Qu’attendons-nous pour Lui faire confiance et vivre cette paix avec tellement de conviction qu’elle paraîtra dans notre comportement quotidien ?

Regardons ce que Jésus nous déclare dans Jean 16:33 :

« Je vous ai dit ces choses afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde [nous dit Jésus. Qui n’a pas de tribulations ? Je n’en connais pas. Nous en avons régulièrement. Et alors ?] ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. »

Et nous pouvons faire exactement la même chose : vaincre le monde. C’est bien beau, tout cela, me direz-vous, mais comment faire pour ressentir cette paix que Jésus nous a donnée ? Laissez-moi vous dire une chose. Si vous l’avez, vous savez exactement de quoi je parle. Ceux qui ont un problème de ce côté-là, demandez à Jésus de ranimer cette paix qu’Il vous a donnée. Il est capable de le faire ! Demandez-Lui, cela vient de Lui ! Demandez-Lui de vous donner la force de persévérer dans Sa Parole seulement, et aucune autre. Arrêtons de croire à toutes les peurs, les menaces et les balivernes venant de ceux qui n’ont pas cette paix et qui pourraient nous bouleverser et nous troubler.

Quand Dieu dit qu’Il peut nous protéger, croyons-nous qu’Il peut ? A-t-Il assez de pouvoir pour le faire vraiment ? Calmons-nous et croyons ce que Jésus nous dit. Croyons dans la puissance de Sa grâce qui nous assure Sa protection. C’est Jésus qui est le Révélateur des événements à venir. Pas Nostradamus !

Il y a un beau petit livre qui se vend, ces temps-ci, par milliers et par dizaines de milliers d’exemplaires. Tout le monde se tourne vers cet homme de « sagesse ». Vous savez, il a prédit tellement de belles choses. J’aimerais vous montrer une de ses prophéties. Lisez lentement, car il faut que ce soit clair…

« Un, qui des dieux d’Hannibal infernaux, fera renaître et frayeur des humains, ont plus d’horreur de plus dire journaux qu’advint viendra par Babel aux Romains. Pleurez le ciel, a-t-il fait faire. La mer ça presse, Hannibal fait ses luges, Denis mouille, classe tarde, ne taire, n’a su secret et à quoi tu t’amuses… »

Vous avez tous compris ? Très, très, très clair ! C’est tellement clair que le monsieur qui interprète ces paroles, parce que monsieur [Nostradamus] a besoin d’être interprété, le monsieur donc, qui s’appelle Jean-Charles Fombrune, nous dit que ceci est une preuve évidente de la chute des deux tours à New York et la frappe contre le Pentagone, le 11 septembre 2001 ! Vous avez tous vu cela ? Fantastique !

Laissez-moi vous parler un petit peu de ce monsieur Nostradamus, qui était médecin et astrologue et qui vécut au XVIe siècle. Michel de Notre-Dame était aussi un fervent disciple de la parapsychologie. Durant ses méditations transcendantales, il pouvait se brancher sur un esprit puissant qui lui révélait ses prophéties. Comme outil de concentration, il fixait son regard sur un bassin d’eau, et quand cette eau se mettait à se brouiller, c’est au fond de cette eau qu’il recevait ses visions, pas mal brouillées aussi. Pour se donner de la classe et de l’importance, il a traduit son nom en latin, et Notre-Dame est devenu Nostra Damus.

Les prophéties de ces Centuries, en 1555, sont devenues célèbres et très vénérées par ceux qui préfèrent les prophéties d’un homme à celles de Dieu. Alors le monde rend gloire à Nostradamus et on rejette les prophéties de Dieu. Car celles de Dieu sont, semble-t-il, trop négatives.

Paul avait donc raison de dire qu’il viendrait un temps où les hommes ne supporteraient plus la vérité et se tourneraient vers des fables. Mes chers amis, je pense que le monde en est rendu là. Mais quel est notre refuge ? À qui devons-nous rendre gloire ?

« Or, [rendons gloire ] à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de ce que nous demandons et pensons » (Éphésiens 3:20).

Voilà le pouvoir de Dieu : aller même au-delà de ce que nous pensons !

« Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l’Éternel. 9Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées » (Ésaïe 55:8-9).

Nous sommes si limités. Si seulement nous pouvions le réaliser. Nous sommes limités dans la connaissance, dans ce qu’est la vie et comment fonctionne l’univers. Et malgré tout cela, nous avons tendance à croire que Dieu fonctionne comme nous. Alors quand nous voyons Dieu agir d’une manière complètement différente, nous devenons tout bouleversés. Lorsque Dieu agit d’une façon que nous ne comprenons pas, nous nous mettons parfois à critiquer et à douter que Dieu est là. Peu importe. Ce qui est important, c’est que Dieu est là ! Et quand Il dit qu’Il fera quelque chose, Il le fera.

Mais avons-nous saisi la profondeur de ce verset 20 d’Éphésiens 3 ? Dieu peut faire infiniment au-delà de ce que nous demandons et pensons ! Paul nous dit que, si nous mettons notre foi entièrement en Dieu, Il va exceller au-delà de ce que nous avons imaginé, dans notre demande et dans notre pensée. Si seulement nous avions la patience d’attendre. Par contre, si nous voulons résoudre nos problèmes à notre façon, Dieu va nous laisser faire.

Savez-vous que la chose la plus dangereuse pour miner la foi d’un chrétien serait d’insister pour que Dieu lui donne toujours raison ? Car le jour où Dieu accédera à tous nos désirs, cela pourrait être le pire jour de notre vie. Tandis que si nous laissons Dieu agir, Il nous donnera au-delà de ce que nous avons imaginé. Mais ce sera dans une abondance qui nous procurera la joie et le bonheur aussi. Quand Dieu promet quelque chose, ce ne sont pas des paroles en l’air. Il a la sagesse, le pouvoir et la capacité d’agir. Allons voir une autre belle promesse de Dieu dans Philippiens 3:20 :

« Mais nous, nous sommes concitoyens des cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses. »

Jésus, lors de Son avènement, transformera, par une résurrection, ce corps de notre humiliation pour en faire un qui sera semblable au corps de Sa gloire, exactement comme le Sien. Car Jésus a ce pouvoir de faire de nous des serviteurs immortels. Comme c’est malheureux, quand nous voyons des hommes rebelles à Dieu déclarer qu’il n’y a pas de Dieu. Ils se gonflent d’orgueil, prétendant pouvoir faire tout ce qui leur plaît. De petits dictateurs avec l’air hautain, se croyant au-dessus de la loi, avec leurs armées pour les appuyer. Ils sont adulés pour un temps, mais leur pouvoir est temporaire. Tandis que le pouvoir de Jésus est éternel au point de pouvoir S’assujettir toutes choses !

Vous souvenez-vous lorsqu’Il était devant Pilate et qu’Il a refusé de répondre à une de ses questions ? Pilate Lui avait dit : « Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te crucifier ? » Jésus l’a regardé en plein dans le blanc des yeux et a répondu : « Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir s’il ne t’était donné d’en haut » (Jean 19:9-11). Ceci devrait constituer toute une assurance, pour nous, de savoir qu’au-dessus de tous ces pouvoirs impériaux humains, il existe la toute-puissance de Dieu, toujours en charge.

« Le cœur du roi est un courant d’eau dans la main de l’Éternel ; il l’incline partout où il veut » (Proverbes 21:1).

Saisissez-vous la profondeur de ce verset ? Dieu est si capable de S’assujettir toutes choses que nous n’avons pas à craindre, même le pouvoir tyrannique du dernier Antéchrist, quand il sera lâché pour terroriser la terre avec sa puissance militaire. Quand Dieu déterminera qu’Il en a assez de lui, son cœur sera comme un courant d’eau dans la main de Dieu ! C’est alors que tout ce système babylonien mondial tombera, et très vite. Dieu l’a promis. Dieu peut. Et Il gardera Sa promesse. N’ayez aucune crainte.

Revenons maintenant dans 2 Corinthiens 9:8 où Paul nous explique le canal par lequel ce pouvoir de Dieu nous est transmis.

« Et Dieu est puissant pour faire abonder toute grâce en vous… » (Version David Martin).

Mais c’est quoi, la grâce ? Vous savez, lors d’une réunion hebdomadaire de la congrégation, la dame qui instruisait les enfants dans une classe a posé cette question à un jeune garçon : « C’est quoi, la grâce ? » Le garçon avait compris : « C’est quoi, la graisse ? » Sa réponse fut spontanée : « C’est ce qui fait briller notre village ! » Saviez-vous qu’il avait raison ?

La grâce nous fait briller, mais beaucoup mieux que la graisse. La grâce est un terme spécifique qui nous dévoile tout ce que Dieu est. La grâce est cette essence qui Le rend disponible à tous ceux qu’Il a appelés et qu’Il a donnés à Jésus. C’est le caractère même de Dieu. C’est Sa vertu. C’est Son amour. Et tout ceci est disponible à chaque converti à Christ. La grâce, c’est Jésus qui vit en nous, une puissance extraordinaire. Allons dans 2 Corinthiens 4:10. Paul nous déclare :

« [nous portons] toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. »

Il faut que la vie de Jésus soit visible dans le comportement du chrétien, même dans cette chair mortelle. Est-ce que la vie de Jésus paraît toujours dans la façon dont nous agissons les uns avec les autres, entre mari et femme, entre frères et sœurs en Christ ? Jésus agirait-Il ainsi ? Pourtant, le but principal de chaque chrétien devrait être de rendre le Christ invisible, visible dans son corps. Pas en se vantant d’être chrétien, mais en le prouvant par son comportement. C’est ça, la grâce ! Voilà ce que la vie de Jésus en nous peut accomplir. « Oui, mais, » allez-vous me dire, « je suis faible, et je continue de pécher ! » C’est vrai. Approchons-nous alors, avec assurance, du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce pour être secourus dans nos besoins.

Seul Dieu peut nous donner cette force et combler nos besoins. Quiconque vous dira qu’il n’a pas besoin du trône de la grâce pour changer se séduit lui-même et pratique un faux christianisme. Ce que Jésus nous propose maintenant, c’est de Se revêtir de notre corps pour revivre Sa vie au XXIe siècle, tout comme Il l’a vécue au premier siècle. Si vous acceptez volontiers de laisser Jésus faire cela, votre vie sera complètement transformée, au point où, éventuellement, même vos amis ne vous reconnaîtront plus. Ils vous trouveront complètement changés. Et ils vous le diront. Ceci ne se fait pas du jour au lendemain. C’est un processus continuel qui se poursuit durant le reste de la vie d’un chrétien. Mais quelle belle surprise nous attend au retour de Jésus !

« Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire » (Colossiens 3:4).

C’est un don gratuit, on ne peut pas l’acheter. On ne peut même pas se le mériter par des œuvres. Voici le problème chez certains chrétiens. Ils ne reconnaissent pas la puissance de Dieu. Ils le disent, mais ils ne la reconnaissent pas. Pourtant, cette puissance ne se manifeste que par la grâce. Certains tentent de négocier avec Dieu pour cette grâce. Si on pouvait la négocier, ce ne serait plus la grâce. Ce serait le résultat d’une oeuvre, celle de la négociation.

« Or, si c’est par la grâce, ce n’est plus par les œuvres ; autrement la grâce n’est plus une grâce » (Romains 11:6).

L’une élimine l’autre. On ne peut pas avoir les deux. Le problème chez certains se situe justement ici. Ils disent à Jésus : « Si je fais ceci pour Toi, ferais-Tu cela pour moi ? » Par exemple, « Si je suis fidèle dans la prière, vas-Tu T’organiser pour que je ne sois jamais malade ? » Cette sorte de négociation annule l’effet de la grâce. Nous sommes toujours sous la grâce, mais son effet est annulé. Rappelons-nous toujours que la puissance de Dieu ne passe que par la grâce. Elle n’est pas négociable. Ceci provoque parfois certaines frustrations qui se manifestent par des commentaires comme : « Pourquoi cette chose m’arrive-t-elle ? » avec un sous-entendu qui veut dire : « Basé sur le genre de vie que je mène, je ne mérite vraiment pas ce qui m’arrive. Pourquoi voudrais-Tu, Seigneur, me faire une chose pareille ? » Ça, mes amis, c’est négocier avec Dieu. Et on ne peut pas faire ça.

Dieu nous dit que Sa toute-puissance nous est disponible. Il nous la donne gratuitement et en quantité industrielle. Quelle devrait donc être notre approche ? Simplement nous présenter humblement devant Lui et Lui dire : « Seigneur, je ne suis pas grand chose, mais me voici. Tout ce que je suis, je le mets à Ta disposition, afin que, au travers de moi, Tu sois glorifié. » La gloire doit toujours revenir à Dieu. À ce moment-là, Dieu peut travailler avec nous et nous bénir. Rendu à ce stade, Paul nous dit, dans la deuxième partie du verset 8 de 2 Corinthiens 9 :

« … afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins [pas nos convoitises, mais tous nos besoins]. »

Voici le programme de Dieu pour son peuple : nous voir comblés en toutes choses. Dieu n’est pas un Séraphin Poudrier, Il est amour ! Il nous donne exactement ce dont nous avons besoin. Mais jamais trop. Nous voyons ceci partout dans les Saintes Écritures. Prenons la manne, dans le désert, elle venait du ciel, mais juste assez pour la journée, sauf le vendredi où le peuple en recevait le double. Ensuite, il y a cette veuve chez qui Élie est allé se réfugier durant la famine. Elle avait un peu de farine dans un pot et un peu d’huile dans une cruche. Pendant toute cette période de famine, la farine n’a jamais diminué et l’huile non plus. Il y en avait assez à tous les jours pour tout le monde.

Quand Jésus a multiplié les cinq pains et les deux poissons, Il a nourri cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants, donc ils pouvaient être jusqu’à dix milles. Voilà comment Dieu donne juste assez et à chaque jour. Dieu veut nous faire comprendre que nous n’avons pas besoin de cinq mille volts d’énergie, d’une façon continuelle pour opérer. Dieu nous en donne en quantité nécessaire au fur et à mesure que nous en avons besoin. Il peut nous utiliser même dans la maladie, car il paraît que c’est dans la maladie que la santé se repose. Un jour, nous serons tous en santé.

Peu importe la pression ou la situation stressante, Dieu pourvoira afin que nous puissions passer au travers. Il n’y a pas de limite de temps établie. Vous en aurez toujours assez. Qu’on soit jeune ou vieux, que ce soit durant la nuit ou durant la journée, Dieu n’a aucun problème avec ça. Sa grâce puissante est là pour nous combler. Mais quel est le but de Dieu en faisant toutes ces choses pour nous ? Regardons encore la deuxième partie du verset 8 de 2 Corinthiens 9 :

« … afin que possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous en ayez encore en abondance pour toute bonne œuvre. »

Ah ! Son but est de nous engager dans des œuvres qui apporteront des bénédictions et du réconfort à d’autres qui en ont besoin. Car nous sommes Son œuvre, Son ouvrage en progression, ayant été créés, c’est-à-dire nés de nouveau en Jésus-Christ, pour de bonnes œuvres que Dieu nous a préparées d’avance afin que nous les pratiquions. Exactement comme Jésus qui ne faisait que du bien aux autres.

Certains semblent croire que les bénédictions que nous recevons sont destinées uniquement à notre bien être seulement. Nous devons être des imitateurs de Jésus. Ce n’est pas pour nos œuvres que Dieu nous a comblés de toute sa grâce. Nous devons être entièrement au service de Jésus, dans tout ce que nous faisons. Sa grâce devrait nous pousser à faire du bien dans notre entourage, sans tambour ni trompette, mais humblement, selon nos capacités et nos moyens, pour la gloire de Dieu et non la nôtre. Nous devons servir de sacrifices vivants pour promouvoir le merveilleux message du Royaume à venir.

Dans la mesure du possible, notre comportement devrait être le reflet de Christ qui vit en nous. Nous Lui devons cette disponibilité d’être utilisés là où Dieu veut nous utiliser. De nous-mêmes, nous ne pouvons absolument rien accomplir. Nos meilleurs efforts sont minuscules quand on les compare à la puissance qui émane d’un amour divin si grandiose. Un amour qui réclame notre vie, notre âme, notre tout. Jésus nous demande simplement de nous abandonner complètement à Son service, avec l’assurance que Lui va toujours S’occuper de nous.

Avons-nous encore peur suite à ce qui s’est passé le 11 septembre 2001 ? Sommes-nous bouleversés au point de ne plus dormir, dans la crainte de ce qui pourrait arriver dans les semaines ou les mois à venir ? Avons-nous perdu cette paix si précieuse que Jésus nous a donnée ? Ou sommes-nous prêts à croire Jésus qui nous dit que si nous persévérons dans la vérité, Il va nous protéger durant cette tribulation qui va venir s’abattre sur ceux qui refusent de mettre leur espérance en Lui ?

Sommes-nous prêts à croire Dieu qui appuie Jésus en nous disant que mille tombent à notre côté et dix mille à notre droite, nous ne serons pas atteints ! Aucun malheur ne t’arrivera et aucun fléau n’approchera de ta demeure. Tu m’invoqueras, nous dit Dieu, et je te répondrai. Je te protégerai en ordonnant à mes anges de te garder dans toutes tes activités. Si nous croyons ceci, non seulement aurons-nous l’assurance de Sa protection physique, mais nous aurons aussi cette paix intérieure si nécessaire pour nous guider au travers de ces moments difficiles qui s’en viennent. C’est ainsi, mes chers amis, que personne ne pourra nous arracher de la main de Jésus. Voilà la puissance de Sa grâce !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec :