D.043 – Le temps est au réveil

image_pdfimage_print

 

Par Joseph Sakala

Nous vivons présentement dans un monde rempli d’immoralité, de malhonnêteté, d’injustice, et de crimes de plus en plus crapuleux. Qu’on le veuille ou non, ce monde nous influence parce que nous ne pouvons pas nous exclure de ce qui se passe dans notre entourage. Alors, quel devrait être le comportement du chrétien face à toute cette influence ambiante ? L’apôtre Paul a vécu dans un tel monde et, pourtant, il prêchait d’aimer son prochain comme soi-même. L’amour, disait-il, est l’accomplissement de cette loi que Christ est venu établir pour encadrer Ses disciples.

Avant Son départ pour le ciel, Jésus leur dit d’enseigner cette loi d’amour à toutes les nations de la terre, afin d’encadrer de nouveaux disciples, pour les diriger, à leur tour, vers le Royaume. Il s’est passé au-delà de 1 950 années depuis le départ de Christ, mais Son instruction tient toujours.

Car plus nous approchons des temps de la fin, plus nous comprenons que cette instruction est encore plus pertinente de nos jours. Dans Romains 13:10, Paul réitère que : « La charité ne fait point de mal au Prochain : l’accomplissement donc de la Loi, c’est la charité. »

Mais regardons autour de nous. Observons ce qui se passe dans les pays du monde entier. Est-ce que l’humanité, par ses agissements, est en train de vivre ce verset ? Au contraire, elle s’en éloigne de plus en plus, en faisant exactement l’opposé. Au verset 11, Paul insiste sur l’importance du chrétien de pratiquer l’amour : « Et vous devez faire cela, vu le temps où nous sommes. ». Il avait certainement en tête l’avertissement de Jésus qui avait déclaré qu’un des signes des temps de la fin serait : « Et parce que l’iniquité sera multipliée, la charité [où l’amour] de plusieurs se refroidira » (Matthieu 24:12).

Un temps où chacun ne penserait qu’à soi. Quand le monde rejette Dieu, il devient facile d’endormir sa conscience. Voilà pourquoi, dans la 2e partie de Romains 13:11, Paul nous pousse un cri d’alarme, quand il dit : « Car c’est ici l’heure de nous réveiller enfin du sommeil… » Mais pour quelle raison ? « …puisque le salut est maintenant plus près de nous, que lorsque nous avons cru. » Mes chers amis, il devient encore plus évident que le salut est maintenant plus près de nous que jamais auparavant. Certainement plus près qu’au moment où nous avons connu Jésus et cru en Lui.

Christ nous a appelés pour travailler dans SON champ, qu’Il voit déjà prêt pour la grande moisson. Nous avons tous un ministère à accomplir dans ce champ. Luc nous parle de ceux qui ont été témoins de ce que Jésus avait accompli et qui se sont engagés à faire leur part. Dans Luc 1:2, il nous parle de ces œuvres : « Selon que nous les ont transmises ceux qui, dès le commencement, les ont vues eux-mêmes, et qui ont été les MINISTRES de la Parole. » Donc, tout converti, à qui la Parole a été révélée, doit devenir ministre de cette Parole.

Alors, le temps n’est pas au sommeil, mais au travail. Il est vrai que notre espérance demeure toujours dans la résurrection, lors de l’avènement de Jésus. Mais dans l’attente de ce moment merveilleux, nous savons aussi qu’il y a un danger qui guette chaque chrétien. Car les problèmes et les tracas du monde nous envahissent subtilement, et pourraient détourner notre attention de ce grand appel à vivre selon les instructions de Christ.

Le chrétien qui cesse de se motiver dans cette direction, risque de tomber dans une léthargie qui pourrait le pousser à s’éloigner de plus en plus des choses de Dieu. Avec le résultat néfaste que, lentement, il ou elle consacre moins de temps à l’étude biblique, à la méditation et à la prière. Éventuellement, on s’expose à perdre ce contact précieux avec Dieu. Même le Royaume à venir pourrait perdre de l’importance et devenir une valeur secondaire dans notre vie. C’est que le zèle et la flamme du début sont partis.

Comment expliquer un tel comportement ? Pourquoi certains chrétiens qui semblaient être des piliers dans leur entourage, changent soudainement leur façon d’agir, au point de semer le doute sur leur véritable conversion ? C’est comme si le Saint-Esprit ne travaillait plus, ou très peu, en eux. Si on pouvait mettre le doigt sur un problème en particulier, il serait assez facile à régler. Malheureusement la solution n’est pas si simple, car plusieurs éléments pourraient être en cause.

Nous sommes tous différents. Nous venons de familles différentes, ayant chacun notre propre personnalité. Les expériences que chacun a vécues ne sont pas pareilles, même si elles se ressemblent. Simplement parce qu’elles n’ont pas eu lieu dans les mêmes circonstances. Ce qui est important pour une personne, ne l’est pas du tout ou beaucoup moins pour une autre.

Ce qui importe cependant, c’est que chaque chrétien soit branché sur le même Esprit afin de vouloir accomplir la volonté de Dieu. Mais aucun de nous ne peut affirmer avec certitude qu’il ne pourrait pas lui arriver une période de découragement, au point de tout abandonner. Sinon, Paul n’aurait pas été inspiré de dire : « C’est pourquoi, que celui qui croit être debout, prenne garde qu’il ne tombe » (1 Corinthiens 10:12).

Qu’on établisse une chose immédiatement, une fois pour toutes. Peu importe la profondeur de sa conversion et sa connaissance des Saintes Écritures, un chrétien qui laisse tomber sa garde s’expose à la possibilité de devenir une proie de Satan et de dévier du chemin sur lequel le Saint-Esprit le conduisait. Aucun de nous, s’il ne persévère jusqu’à la fin de sa vie, ne possède la certitude de parvenir automatiquement au Royaume. Jésus Lui-même a déclaré, dans Matthieu 24:13 : « Mais celui qui aura persévéré jusqu’à la fin SERA sauvé. » Futur !

Méfiez-vous de ceux qui vous prêchent que « une fois sauvé toujours sauvé, peu importe ce que vous faites. » Le salut n’est pas une vente à rabais qu’on peut acheter sous le coup de l’émotion, en donnant son petit cœur à Jésus dans un stade de baseball. Remarquez que ça pourrait arriver, pour certains, car rien n’est impossible à Dieu. Le salut, cependant, est très sérieux pour Dieu et ne peut pas être pris à la légère. Car Dieu Se prépare depuis longtemps des prémices qui dirigeront le Royaume sous la direction de Christ lors de Son avènement.

Regardez ce cantique nouveau, chanté par les anges à Jésus, dans Apocalypse 5:9 : « Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu nous a rachetés à Dieu par ton sang, de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation, et tu nous as faits rois et sacrificateurs à notre Dieu ; et nous régnerons SUR LA TERRE. » Pas au ciel ! Notez que ce cantique est une réponse aux prières des Saints, comme on peut voir au v. 8. Soyons donc alertes et réveillés. Car Satan aime beaucoup s’attaquer à ceux qui croient qu’ils sont trop solides pour broncher ou abandonner Dieu. Ces gens sont ses proies favorites.

Donc, la dépendance totale à la puissance de Jésus est toujours nécessaire et essentielle. Il ne faudrait jamais oublier ceci. Alors, qu’est-ce qui pourrait pousser un chrétien à s’éloigner de l’Église ? Avant de poursuivre, je voudrais me faire très clair ici. Quand je parle de l’Église, je fais toujours référence au Corps du Christ, cette Église que Jésus a bâtie sur Son sacrifice à la croix.

Il y a des chrétiens qui préfèrent demeurer à la maison pour toutes sortes de raisons, tout en demeurant très près de Dieu. Ils prient régulièrement, étudient la Parole de Dieu, et demeurent constamment en contact avec d’autres chrétiens. D’autres préfèrent se réunir en petits groupes, soit pour entendre un message préparé, ou simplement sous forme d’une étude biblique. D’autres préfèrent écouter des cassettes en privé, afin de mieux méditer sur le contenu du message.

Peu importe la préférence de chacun, ce qui devrait toujours primer, c’est d’être en contact avec Dieu et de désirer faire Sa volonté. Et c’est avec ce désir que chaque chrétien doit persévérer dans la foi jusqu’à la fin de sa vie. Personne n’a le droit de juger qui que ce soit, car le salut est un contrat personnel entre le chrétien et son Dieu.

De nos jours, de plus en plus de chrétiens quittent les congrégations auxquelles ils sont demeurés fidèles pendant plusieurs années. Ils le font à cause des erreurs qui sont ouvertement enseignées par certains ministres qui refusent carrément de rectifier les égarements qu’ils propagent.

Quand les gens les approchent, même avec les preuves bibliques en main, ces ministres se permettent d’accuser ces membres d’avoir une mauvaise attitude envers l’autorité. A ces ministres, je déclare que, quand un enseignement quelconque est fondé sur une erreur, la vérité devient alors leur plus grande menace, et leur plus grand ennemi. N’ayez jamais peur de questionner ce qui ne se prouve pas dans les Saintes Écritures.

J’applaudis les gens qui ont le courage de prendre une telle décision. Une erreur prêchée avec force et conviction ne devient PAS une vérité. Voilà pourquoi je répète continuellement de vérifier toutes choses. Nous ne sommes pas des valises. Ne vous laissez pas séduire par un beau parleur.

Ne croyez surtout pas que tous ceux qui se déclarent ministres sont tous convertis à Dieu. Dans notre société actuelle, pour quelques dollars, n’importe qui peut légalement s’ouvrir une église, et se déclarer révérend, docteur, ministre ou pasteur. Mais, vous allez me dire, ce pasteur prêche avec tellement de conviction. Mes chers amis, conviction n’égale PAS CONVERSION. Et sincérité n’égale pas VÉRITÉ.

Saviez-vous que ce problème existait déjà au 1er siècle, et Paul a été obligé de mettre les chrétiens en garde contre ces faux ministres ? Dans 2 Corinthiens 10:12, Paul nous parle de ceux « qui se recommandent eux-mêmes ; mais en se mesurant eux-mêmes par eux-mêmes, et en se comparant eux-mêmes avec eux-mêmes, ils se montrent sans intelligence. »

Dans 2 Corinthiens 11:13, Paul les dénonce ouvertement : « Car de tels hommes sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, qui se DÉGUISENT en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, car Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas surprenant que SES ministres se déguisent aussi en ministres de justice ; mais leur fin sera selon leurs œuvres. » Satan a DES ministres, alors soyez sur vos gardes.

Cependant, on ne devrait jamais quitter une congrégation le cœur plein d’amertume, pour ensuite s’attaquer ouvertement à ce groupe. Je peux vous assurer qu’une personne avec une telle attitude ne pourrait pas demeurer longtemps dans aucune congrégation. L’amertume est un cancer qui fait des ravages tels qu’elle peut détruire spirituellement la personne qui en est victime. De grâce ne vous laissez jamais emporter par l’amertume.

Nous voulons tous plaire à Dieu, en vivant selon les hauts standards que Christ a établis pour les siens. Mais la réalité quotidienne nous place souvent dans la possibilité d’être offensés par quelqu’un. Jésus Lui-même nous a mis en garde contre une telle possibilité. Et Il l’avait tellement à cœur, qu’Il a jugé bon de l’inclure dans le modèle sur la façon de prier qu’Il avait donné à Ses disciples.

Dans Matthieu 6:12, Jésus déclare : « Pardonne-nous NOS péchés, COMME aussi NOUS pardonnons à ceux qui nous ont offensés. » Vous avez ici la solution parfaite pour vaincre l’amertume qui vient des situations où d’autres pourraient nous offenser. Le secret est de PARDONNER.

Au verset 14, le format de la prière est terminé, mais Jésus revient sur ce sujet du pardon. Jésus ajoute à Sa déclaration précédente, en disant : « Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez PAS aux hommes leurs offenses, votre Père ne pardonnera PAS non plus les VÔTRES. » Voyez-vous comment Jésus veut absolument éviter les ravages causés par l’amertume ?

Donc, aucune excuse ne pourrait être considérée comme valable pour nous éloigner de Dieu, simplement parce que nous avons été offensés par d’autres chrétiens. Car ce serait délaisser le Dieu parfait qui les a appelés, eux aussi, en Le dévaluant, suite à des actions commises par des humains encore IMPARFAITS. C’est comme si on accusait Dieu de ne pas pouvoir rectifier la situation. Ceux qui ont la patience de persévérer, réaliseront un jour que ça valait la peine, car notre joie sera d’autant plus grande dans le Royaume.

Dès ses débuts, l’Église avait une structure établie, et qui nous est citée par Paul : « Car Dieu n’est point pour la confusion, mais pour la paix » (1 Corinthiens 14:33.). Dans 1 Corinthiens 12:27, Paul déclare : « Or, vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun en particulier. Et Dieu a établi dans l’Église, premièrement les apôtres, secondement les prophètes, en troisième lieu les docteurs. » Ensuite, Paul poursuit avec les dons différents. Il y a donc une structure établie par Dieu afin que SON peuple soit bien encadré et enseigné.

Selon les dons que chacun a reçus, l’Église, dans son ensemble, est bien tissée, et chaque disciple est continuellement redevable à Christ, dans sa façon d’utiliser ses dons. Et nous devons appuyer ceux que Dieu utilise pour instruire SON peuple. Paul nous donne une instruction là-dessus, dans Hébreux 13:17 : « Obéissez à vos conducteurs et soyez-leur soumis, car ils veillent sur vos âmes, comme devant en rendre compte [à Dieu]. » Si chaque pasteur prenait vraiment ce verset à cœur, je me demande s’il ne prendrait pas un peu plus de temps pour vérifier ce qu’il prêche.

Il est très important d’avoir une bonne attitude envers ceux qui instruisent selon la Parole de Dieu : « …afin qu’ils le fassent avec joie et non en gémissant ; car cela vous serait préjudiciable » (fin du verset 17). Ceux qui font ce travail ont besoin d’être encouragés. Quand nous comprenons ceci, nous réalisons aussi que la vraie liberté pour nous, c’est de faire la volonté de Dieu. Ceci nous procure un encadrement parfait. Car faire la volonté de Dieu nous donne une paix qu’aucune liberté mondaine ne peut procurer.

Rappelons-nous cependant que, même avec le Saint-Esprit en nous, et à cause de notre nature humaine, nous sommes encore imparfaits. Et nous luttons, engagés dans une bataille continuelle, contre cette même nature humaine. Et, à la longue, ceci peut devenir très épuisant, même décourageant.

Certains seraient portés à se demander pourquoi continuer ? « La vie devient de plus en plus difficile, et j’en ai assez de souffrir ainsi ! » C’est à ce moment qu’on a souvent tendance à cesser de combattre, et à sombrer lentement dans le laisser-aller. C’est exactement ce que Satan désire : nous voir si vulnérables et faciles à influencer.

Ce qui serait encore plus terrifiant pour le chrétien, c’est d’oublier complètement les dégâts que le péché avait antérieurement causés dans sa vie, sans oublier la douleur psychologique qui en résultait. Aux temps que nous vivons, l’instruction de Paul de nous réveiller devient encore plus réelle.

Ce qui prime ici, c’est de ne jamais sous-estimer la puissance du Saint-Esprit, toujours disponible pour nous guider, afin de nous libérer de nos problèmes. Il ne faudrait jamais placer notre avion spirituel sur le pilotage automatique pendant qu’on s’amuse avec les passagers. Car éventuellement, on risquerait de piquer du nez et s’écraser.

Nous vivons dans le monde, mais nous ne devons pas sombrer dans les standards du monde. La vie du chrétien doit avoir beaucoup plus de profondeur que ça, car Dieu a déjà établi les règles et les standards pour Son peuple. N’oublions surtout pas que Jésus travaille présentement avec Ses prémices, dans Son Église dont Il est la Tête. « Car le temps vient, » nous dit Pierre, « où le jugement doit commencer par la maison de Dieu » (1 Pierre 4:17). Donc, l’Église est jugée maintenant. Le jugement du monde viendra plus tard. N’ayez crainte, Jésus sait exactement où Il veut nous amener.

Paul nous met cependant en garde contre une situation qui existe déjà dans le monde et qui nous indique clairement où nous en sommes rendus dans l’histoire de l’humanité. Dans 2 Timothée 4:3-4, Paul déclare ceci : « Car il viendra un temps où les hommes ne souffriront point la saine doctrine, mais où, désireux d’entendre des choses agréables, ils s’amasseront des docteurs selon leurs convoitises. »

On est rendu vraiment loin, ici. Notez que les gens se donneront des docteurs pour satisfaire leurs propres convoitises. Il n’est même plus question d’aucune doctrine. « Si tu veux recevoir mes offrandes, enseigne-moi seulement ce que je veux entendre. » Sachez qu’il y aura un très grand nombre de « ministres » disponibles un peu partout pour les accommoder.

Ce qui est malheureux, nous dit Pierre, au sujet de ces faux docteurs, c’est que « plusieurs suivront leurs doctrines de perdition, et la voie de la vérité sera blasphémée à cause d’eux. Et par CUPIDITÉ ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses » (2 Pierre 2:2-3). L’amour de l’argent pousse plusieurs ministres à avoir une conduite corrompue.

Le disciple que Christ recherche doit avoir un cœur « enseignable » qu’Il peut éduquer en profondeur dans la compréhension de SON plan. Sommes-nous toujours convaincus que Dieu est pour la vérité et contre le mensonge ? Sommes-nous prêts à défendre les critères établis par Dieu afin de nous qualifier un jour pour les enseigner au monde entier ? Voyons-nous toujours Jésus comme la Tête de SON Église ? Notre foi demeure-t-elle ancrée sur la fondation établie par Christ ?

Regardons ensemble la mission que Jésus avait Lui-même confiée à Paul, dans Actes 26:17-18 : « Je t’ai choisi, » lui dit Jésus, « d’entre le peuple et les Gentils, et je t’envoie vers eux maintenant, pour leur ouvrir les yeux, et les faire passer des ténèbres à la lumière, et de l’empire de Satan à Dieu, afin que par la foi en moi, ils reçoivent la rémission des péchés, et qu’ils aient part à l’héritage des saints. »

Cette même mission nous est confiée aujourd’hui, car nous sommes ces saints que Jésus appelle « la lumière du monde ». Notre monde a énormément besoin de lumière, car en s’éloignant de Dieu, il sombre dans les ténèbres. La mission de chaque chrétien est justement d’être un exemple vivant qu’il y a encore de l’espoir.

Notre comportement devrait dégager cette lumière, avec une pleine liberté qu’on ne peut pas ressentir, sauf si, NOUS aussi, sommes libérés spirituellement. Nous savons que l’Esprit de Christ vit en nous parce que nous Lui appartenons. « Or, le Seigneur est l’Esprit ; et où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté » (2 Corinthiens 3:17).

Fini le temps où nous pouvions pleurer sur notre sort, en rendant les autres responsables de notre condition malheureuse. Mes chers amis, vivre dans le passé est une perte de temps, car nous n’y pouvons rien faire, sauf peut-être profiter de ces mauvaises expériences pour ne pas les répéter. D’autres rêvent sur ce que l’avenir pourrait leur réserver, tout en se privant des bonnes choses qu’on peut faire dès aujourd’hui.

Rappelons-nous toujours que le passé, c’est de l’HISTOIRE. L’avenir est un MYSTÈRE. Mais notre plus beau cadeau, ce sont les 24 heures que Dieu nous donne chaque jour. Voici pourquoi on l’appelle PRÉSENT, car c’est vraiment un présent de Dieu. Si seulement le monde prenait le temps de profiter pleinement de ce beau PRÉSENT quotidien.

Voilà où le chrétien devrait utiliser ses énergies, même si le monde semble s’écrouler autour de nous. Nous pouvons avoir cette paix d’esprit, sachant que nous ne sommes pas seuls. Jésus est LÀ. Il est notre vie, notre force, notre sécurité et notre salut. Nous devons donc servir d’exemple, en utilisant les dons que nous avons reçus, afin de devenir une lumière qui brille pour Christ. Nous devons vivre selon la Parole de Dieu, que les temps soient favorables ou non.

L’apôtre Paul nous dit pourquoi. Car : « Toute l’Écriture est divinement inspirée, et utile pour ENSEIGNER, pour CONVAINCRE, pour CORRIGER, pour FORMER à la justice ; afin que l’homme [et la femme] de Dieu soit ACCOMPLI, et propre à toute bonne œuvre » (2 Timothée 3:16-17).

Sachez qu’il n’y a rien de ce qui nous arrive dans la vie qui se perde. Toutes ces expériences nous servent, un jour. D’abord pour nous instruire, et ensuite afin de pouvoir les utiliser pour en aider d’autres, s’ils ont l’esprit disposé à écouter.

Ce qui demeure primordial pour le chrétien, c’est de se fier à Dieu. Car le chrétien qui ne peut pas se fier à Dieu ne peut véritablement se fier à personne. Pour nous, le chemin est clair. Le travail de Jésus tourne autour du Salut, par la conversion et n’est fondé seulement que sur SES enseignements.

Dans Galates 5:1, Paul nous déclare : « Tenez-vous donc fermes dans la liberté, dont CHRIST vous a rendus libres, et ne vous remettez pas de NOUVEAU sous le joug de la servitude. » Nous sommes libres d’appartenir à Christ, ou de retourner sous le joug de la servitude à Satan. Il n’y a PAS de 3e choix en quelque part entre les deux. Ça n’a aucun sens d’abandonner cette liberté que Christ nous donne pour retourner volontairement dans l’ignorance et l’esclavage du péché où nous étions quand Dieu nous en a sortis pour nous donner à Jésus.

Oui, nous vivons dans un monde rempli d’immoralité, de malhonnêteté, d’injustice, et de crimes de plus en plus crapuleux. Mais le chrétien, tout en vivant dans ce monde, doit porter son regard au-delà de ces choses, vers le Royaume à venir. « Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où le laboureur suivra de près le moissonneur ; et celui qui foule les raisins, celui qui répand la semence ; et les montagnes seront découlantes de moût, et toutes les collines en ruisselleront » (Amos 9:13).

Un temps où Christ établira SON Gouvernement sur la terre entière. « Il jugera entre les nations, et sera l’arbitre de plusieurs peuples. Alors ils forgeront de leurs épées des hoyaux, et de leurs lances, des serpes ; une nation ne lèvera plus l’épée contre l’autre, et on n’apprendra plus la guerre » (Esaie 2:4). Une PAIX MONDIALE, chose impensable dans le monde actuel où nous vivons.

Voici la réalité qui nous attend, avec l’avènement de Jésus et Son Royaume. Nous avons la responsabilité de partager cette merveilleuse Bonne Nouvelle avec ceux qui ont le cœur disposé à l’entendre et la soif d’y participer. Nous avons tous hâte de voir le jour où le lion se couchera doucement près de l’agneau sans le dévorer.

J’ai hâte de voir la victime d’un meurtre, une fois ressuscitée, s’approcher de son assassin et lui donner une accolade en signe de pardon. Et de voir l’assassin repentant, les larmes aux yeux, prendre la victime dans ses bras, et lui demander pardon pour son geste stupide.

Un moment fantastique où chacun comprendra enfin la raison et le but de notre création, et notre séjour sur cette terre. C’était la mission de Jésus, de nous apporter cette Bonne Nouvelle du salut et d’une paix mondiale. Jésus est venu guérir ceux qui ont le cœur brisé. Il est venu nous annoncer notre délivrance du péché, et ouvrir nos yeux de l’aveuglement que Satan avait réussi à nous infliger par sa séduction du monde entier.

Nous devons poursuivre ce travail commencé par Jésus, jusqu’au rétablissement de tout ce que Dieu nous a annoncé par la bouche des Ses saints prophètes. Dans les chapitres 21 et 22 de l’Apocalypse, nous voyons le couronnement de l’Évangile. Prenez le temps d’en faire une étude biblique personnelle.

En termes visionnaires, nous pouvons y voir la Bonne Nouvelle de la direction vers laquelle l’humanité se dirige, dans un accomplissement universel tel que toute la souffrance endurée par les humains, depuis Adam et Ève, aura valu la peine. Ce que nous endurons maintenant n’est rien comparé à l’avenir magnifique que Dieu a planifié pour nous.

La création entière attend avec anticipation, afin de contempler la manifestation des fils et filles de Dieu, dans notre mission éternelle, pour servir avec puissance. Voici notre espérance et notre raison d’être. La promesse du Royaume devrait continuellement nous stimuler à être des témoins fidèles dans cette grande mission destinée au Corps de Christ.

Nous devrions être l’expression visible de la présence de Dieu sur cette terre. Un travail que nous devons poursuivre, comme Jésus nous l’a commandé, jusqu’à la fin des temps. Car nous savons que notre fidélité sera récompensée par notre participation à la noce de l’Agneau, dans l’immortalité et un bonheur parfait.

Il existe un vieux proverbe roumain qui dit : « Là où Dieu nous a semés, là il faut fleurir. » Ce proverbe résume parfaitement le ministère de chaque chrétien. Donc, à NOUS, maintenant, de RELEVER ce défi.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , ,