D.052 – Pourquoi vouloir devenir un chrétien ?

image_pdfimage_print

 

Par Joseph Sakala

Le monde soi-disant chrétien est présentement aux prises avec une crise de spiritualité. Cette crise est de plus en plus évidente aux Etats-Unis et au Canada où presque 80 % des citoyens s’identifient pourtant comme étant chrétiens. Cependant, le problème ne se limite pas à l’Amérique du Nord, il s’étend à toutes les nations et à toutes les cultures. En Europe, bon nombre de personnes doutent de l’existence même de Dieu. Les athées la nient complètement. De plus, ceux qui prétendent croire que Dieu existe semblent avoir énormément de difficulté à croire ce que DIEU dit.

Quand surviennent les moments difficiles, la majorité des gens ont plus confiance en eux-mêmes qu’en Dieu pour résoudre leurs problèmes. Et lorsque ça va vraiment mal, ils vont jusqu’à accuser Dieu de les avoir abandonnés. Comme si Dieu prenait plaisir à abandonner qui que ce soit. Prenons, comme exemple, la question de l’éducation des enfants. A ce que je sache, personne n’est parfait en ce domaine, car il n’existe aucun cours nous garantissant de devenir des parents parfaits. Dans les Proverbes, cependant, nous voyons plusieurs références disant comment s’y prendre pour encadrer les enfants afin de mieux les élever.

Voici ce que Dieu nous dit par la bouche de Salomon, dans Proverbes 20:11 : « L’enfant fait déjà connaître par ses ACTIONS, si sa conduite sera pure et droite ». C’est que, dès sa plus tendre enfance, les actions de l’enfant devraient servir de guide aux parents à savoir comment s’y prendre afin de mieux l’encadrer en lui fixant des paramètres tout au long de sa croissance. On peut avoir DIX enfants et il n’y en aura pas deux pareils. Chacun aura SON caractère et sa personnalité. Et, parce qu’ils sont tous différents, on ne peut pas les élever de la même façon. Dans Proverbes 22:15, il est écrit : « La folie [aussi] est attachée au cœur de l’enfant ; mais la verge du châtiment l’éloignera de lui. »

Si, dans son comportement, l’enfant démontre qu’il est doux, la correction peut simplement se résumer à lui expliquer les choses à corriger dans ses agissements. Avec ceux qui sont plus agités, les moyens utilisés seront différents, mais ne devraient pas être violents. L’enfant a besoin d’être aimé, instruit et encadré. « Instruis le jeune enfant selon la voie qu’il doit suivre ; lors même qu’il sera devenu vieux, il ne s’en éloignera point » (Proverbes 22:6).

Malheureusement, le Dr Benjamin Spock, pédiatre très reconnu, n’était pas d’accord avec cette instruction biblique. Il a écrit deux livres dont l’impact fut mondial. Un avait pour titre Baby and Child Care (Soin du bébé et de l’enfant), l’autre All You Need Is Love (L’amour est tout ce dont vous avez besoin). Tout ce qui était nécessaire aux parents, c’était de démontrer beaucoup d’amour. Ne jamais corriger un enfant, disait-il, car ceci pourrait le brimer dans son développement et serait la cause de tous ses malheurs pour le reste de sa vie. L’encadrement, selon le docteur Spock, nuit à l’épanouissement naturel de l’enfant. « Raisonnez-le, » disait-il, « aimez-le et laissez-le faire tout seul ».

Ses deux bouquins se sont vendus à quelques 50 millions d’exemplaires à travers le monde et sont devenus de véritables bibles pour des millions de parents sur la meilleure façon d’élever leurs enfants. Le temps nous a révélé le résultat d’un tel enseignement. Il a été accusé d’être l’outil principal qui a causé les malheurs de millions d’enfants dans le monde, durant les années où la génération « hippy » a dominé la scène avec sa rébellion ouverte contre le système en place. Trente années plus tard, le Dr Spock a eu la gentillesse d’admettre qu’il s’était trompé.

Si cet homme avait été proche de Dieu, il aurait pu s’instruire par DEUX petits versets qui auraient pu éviter ce désastre. « La verge et la répréhension donnent la sagesse ; mais l’enfant livré à lui-même fait honte à sa mère [et à son père] » (Proverbes 29:15). Et, au verset 17 : « Corrige ton enfant, et il te donnera du repos, et il fera la joie de ton âme ». Le Dr Spock a prêché justement le contraire. Mais cet homme a-t-il mis sa théorie et son enseignement en pratique, dans sa propre famille ? Absolument pas !

Ses deux fils, John et Mike, ont déclaré ceci dans le quotidien La Presse du 16 août 1997, au sujet de leur fameux père. « Il était lui-même incapable d’élever ses propres enfants. Contrairement à ce qu’il prônait dans ses ouvrages, il ne nous a jamais embrassés, était très dur avec nous, mais il insistait toujours pour que nous donnions l’impression d’être parfaitement heureux. C’était très important pour lui de paraître, aux yeux du monde, comme le père le plus compréhensif qui soit, ce qui rendait la vie intenable à la maison. » Le Dr Spock fut marié deux fois et, outre ses deux fils, tenta d’élever une belle-fille qui a aujourd’hui 30 ans (en 1997) et qui, selon John, 52 ans, et Mike, 63 ans (en 1997), n’a jamais pu le supporter.

Cet homme a pourtant conseillé des dizaines de millions de parents sur la façon d’élever LEURS enfants. Utilisant une façade censément chrétienne et basée sur le mot amour, il s’est servi de son doctorat en pédiatrie pour réussir sa séduction et devenir millionnaire. Je ne sais pas si cet homme était croyant. Mais il y a croire en Dieu, c’est-à-dire, que Dieu existe, et croire en Dieu, c’est-à-dire, croire ce que Dieu DIT. Pas du tout la même chose ! A force de se faire attraper par des personnages sans scrupules, de plus en plus de gens se méfient de tout et de rien. Certains doutent même que Dieu existe.

Selon un récent sondage, même pas la moitié des gens ne croient que la FOI pourrait les faire passer au travers d’une épreuve difficile. Pourtant 80 % de ces individus se déclarent religieux. Alors il ne faut pas être surpris de les voir abandonner leurs églises, ou même de déclarer : « Ça donne quoi être chrétien ? » Mais ces gens ressentent le besoin d’exprimer leur foi. C’est que ces personnes vivent des étapes difficiles et cherchent une oasis de paix pour leur âme meurtrie. Leur vie est malheureuse, pleine de désappointements, et elles luttent pour survivre. Étant aux prises avec l’adversité, ces gens se tournent vers la psychiatrie pour exprimer le besoin de régler leurs problèmes, soit au niveau du mariage, du travail, de l’argent, ou de la santé mentale.

Tous cherchent des réponses, afin de retrouver l’espérance et un sens à la vie. Il n’est donc pas surprenant de voir plusieurs dénominations religieuses mettre l’emphase sur l’aide à la communauté, en formant ce qu’on appelle des groupes de support. Tout ceci est beau, même louable, sauf qu’il y a un danger potentiel ici. Aider et supporter ceux qui sont dans le besoin est très bien, mais si ce n’est pas contrôlé, on peut facilement créer une zone de confort où l’individu cesse de fournir son propre effort pour s’en sortir. Le danger, c’est qu’il commence à prendre pour acquis, et comme un dû, ce qui devait initialement être de l’aide temporaire.

Prenons comme exemple les groupes de co-dépendance. La co-dépendance est ce concept que les traumatismes vécus durant l’enfance, surtout dans les familles ayant des problèmes de fonctionnement, refont surface chez l’individu, plus tard, sous la forme d’un comportement négatif. Donc, si je suis négatif, adonné au jeu, ivrogne, batteur de femme, adultère, fraudeur ou paresseux, ce n’est PAS de MA faute. Blâmons la famille. Les critiques de CE concept soulignent avec raison qu’aucune famille ne peut rencontrer les standards impossibles établis par ces groupes de co-dépendance. C’est l’évidence même, car chaque famille a ses problèmes. Tout ce que ces groupes font, c’est de permettre à l’individu d’éviter la responsabilité personnelle de ses agissements parfois bizarres.

Si l’individu demeure dans l’attitude où il se définit comme étant continuellement la pauvre victime endommagée et blessée, il n’en guérira JAMAIS. La solution commence à se manifester quand la personne accepte d’assumer ses responsabilités, en réalisant que   ses erreurs sont là comme quelque chose qu’elle doit changer et corriger, afin d’arriver à une maturité émotionnelle équilibrée. Car si cette tendance n’est pas contrôlée, elle pourrait dégénérer en crise majeure dans les années à venir.

Cette attitude détruit progressivement aussi le côté spirituel d’une personne. Et les chrétiens n’en sont pas exempts. Les gens qui s’imaginent que tout leur est dû ne demandent plus à Dieu de leur venir en aide. Ils LUI disent plutôt : « Qu’est-ce que tu vas faire pour moi tout de suite ? » Ils commencent à considérer Dieu comme une espèce d’animateur de certains programmes télévisés où on peut gagner une foule de choses avec un minimum d’effort. Il est évident que Dieu souhaite que nous soyons prospères et en santé, mais on ne peut pas commencer à Lui proposer des « marchés » qui sont bourrés de concessions et d’avantages spéciaux.

La nature humaine est manipulatrice. Ceci me rappelle une histoire où un homme aurait vu Dieu dans un songe. L’homme Lui demande : « Seigneur, c’est quoi pour TOI un million d’années ? » Dieu lui répond : « Pour Moi, c’est comme une seconde. » L’homme poursuit : « Seigneur, c’est quoi pour TOI un million de dollars ? » Dieu lui répond : « C’est comme un sou pour toi. » L’homme Lui demande : « Seigneur, me donnerais-tu un de Tes SOUS ? » Et Dieu de répondre : « Certainement, mais donne-moi une SECONDE pour y penser. » Notre relation avec Dieu ne devrait jamais ressembler à certaines réunions de style « Club Social », juste pour accommoder ceux qui s’ennuient. Remarquez que Dieu pourrait utiliser cette occasion précise pour nous appeler, alors que nous avons vraiment besoin de nous tourner vers LUI.

Jésus a fondé Son Église pour une raison spécifique. Elle doit servir à instruire et à nourrir spirituellement tous ceux que Dieu veut bien préparer comme prémices pour devenir un jour les Élus dans le Gouvernement que Jésus viendra établir sur cette terre. Et il faut vraiment être converti pour y demeurer. Car la FOI ne peut pas être dépouillée de sa dimension spirituelle. Dieu ne peut pas être réduit à une espèce de milliardaire qui n’a rien d’autre à faire que de combler notre liste de demandes et de désirs. Si nous croyons que Dieu est obligé de nous garantir une santé parfaite, accompagnée de richesses, pour Se mériter notre fidélité et notre amour, nous risquons d’être drôlement désappointés.

Supposons un instant que notre fidélité à Jésus ne nous a rien apporté de plus que notre voisin qui ne veut rien savoir de Dieu. Allons un peu plus loin. Non seulement nous n’avons pas reçu les bénédictions matérielles que nous croyions recevoir, mais, en plus, nous avons perdu notre emploi et nous sommes en difficulté financière. Et, pendant tout ce temps, Dieu n’a donné aucun signe de vie pour nous sortir de cette période de désespoir, alors que nous souffrons en silence. En d’autres mots, notre expérience dans la vie chrétienne est à son plus bas niveau.

Est-ce que ceci veut dire que la vie chrétienne n’a pas fonctionné pour nous ? Pas du tout ! C’est précisément dans de telles circonstances que la VRAIE conversion se manifeste. Ce qui normalement découragerait le commun des mortels, ne fait que recharger la batterie spirituelle du vrai chrétien(ne). Aucun de nous, au baptême, n’a reçu de Dieu une promesse absolue que l’on aurait toujours une bonne santé, que tous nos enfants se convertiraient, que l’on déborderait de prospérité, et que l’on ne serait continuellement entouré que de personnes gentilles et aimables.

Dieu promet, cependant, de donner à chacun de Ses enfants ce dont il a besoin. Il peut décider de nous combler de certains bienfaits que nous désirons aussi. Pas nécessairement au moment où NOUS voulons les avoir, mais plutôt quand LUI décide de nous les accorder. Et quand nous sommes ainsi bénis, nous devons Lui rendre gloire en Le remerciant pour ces bénédictions. La reconnaissance devrait être une vertu automatique chez le chrétien(ne), parce que Dieu est fidèle à Lui-même et ne nous abandonnera jamais. Dans Psaumes 37:25, le roi David a été inspiré d’écrire ceci : « J’ai été jeune, et je suis devenu vieux ; mais je n’ai point vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain ».

Jésus aussi nous a fait cette promesse extraordinaire : « Je leur donne la vie éternelle, elles ne périront jamais, et NUL ne les RAVIRA de ma main » (Jean 10:28). Notre fidélité à Christ nous assure une protection qu’aucune compagnie d’assurance ne peut égaler. Notre assurance n’est pas seulement spirituelle, mais elle est physique aussi, dans nos problèmes à caractère émotionnel. Allons voir la belle promesse que Dieu nous a faite dans Psaumes 37:24 : « S’il tombe, il ne sera pas entièrement abattu, car l’Éternel lui soutient la main ». Dieu Lui-même vient nous tendre SA main dans ces moments difficiles.

Rappelons-nous, toutefois, que la vie chrétienne ne se résume pas à vivre dans la prospérité. Jésus nous a dit de rechercher d’abord le Royaume de Dieu, et que tout le reste nous serait donné par surcroît. La condition physique de notre vie ne confirme pas la profondeur de notre foi. On ne peut pas associer prospérité avec beaucoup de foi, ni pauvreté avec peu de foi. La prospérité est matérielle, tandis que la foi est spirituelle, donc on ne peut pas faire un lien entre les deux. Les gens très riches ont tendance à être beaucoup plus près de leurs affaires que de Dieu, car leur préoccupation première est trop souvent de doubler leur fortune.

La pauvreté, par contre, n’est pas garante d’une grande foi. La pauvreté extrême pourrait même écraser une personne au point de nuire à sa croissance spirituelle. Le chrétien doit  toujours rechercher l’équilibre dans tout ce qu’il espère de Dieu. Dans Proverbes 30:8, nous lisons ceci : « Éloigne de moi la vanité et la parole de mensonge. Ne me donne ni pauvreté ni richesses ; nourris-moi du pain de mon ordinaire ». En d’autres mots, que Dieu nous bénisse de façon à ce que nous ayons au moins un peu de confort dans notre vie, mais pas trop. Pour quelle raison ? La réponse se trouve au verset 9 : « De peur que dans l’abondance je ne te renie, et que je dise : Qui est l’Éternel ? De peur aussi que dans la pauvreté je ne dérobe, et que je ne prenne en vain le nom de mon Dieu. »

Voilà le danger. Rares sont les personnes qui cherchent Dieu quand tout fonctionne à la perfection. Mais l’autre extrême n’est pas mieux. Alors, il faut Lui demander de ne pas nous laisser dans la pauvreté, de peur que nous soyons tentés de dérober pour ensuite accuser Dieu de nous avoir abandonnés en nous plaçant dans cette situation. Certains chrétiens semblent recevoir très peu de ce que nous appelons les bonnes choses de la vie. Ils comptent continuellement leurs sous parce qu’ils n’arrivent pas à boucler leur budget. D’autres sont souvent ridiculisés au travail à cause de leurs convictions.

Dans certains milieux, si vous n’êtes pas catholique, vous faites partie d’une secte comme si eux étaient les seuls à croire en Dieu. Parfois la seule consolation du chrétien réside dans sa méditation personnelle qui lui procure la paix intérieure par sa foi en Jésus. Le Nouveau Testament est un véritable témoignage et un compte-rendu détaillé de chrétiens faisant constamment face aux problèmes à cause de leur foi. Nous voyons d’abord les difficultés vécues par Jésus, durant Son ministère, à proclamer l’avènement de Son Royaume. Ensuite, nous voyons les expériences et les souffrances des Apôtres qui, à l’exception de Jean, ont probablement tous été martyrisés.

La vie de Paul en fut une de souffrance, de persécutions, et de problèmes multiples qu’il devait continuellement régler dans les congrégations qu’il avait fondées durant ses nombreux voyages. Nous pouvons facilement les identifier en étudiant ses Épîtres. Ces problèmes persistent même aujourd’hui, car Satan fait bien son travail. Il utilise toujours la même tactique en créant la division pour semer le trouble entre frères et sœurs. Pour réussir sa séduction, Satan utilise la même tactique de cent façons différentes, car il connaît nos faiblesses et il les exploite au maximum. Alors, nous vivons aujourd’hui les mêmes problèmes que nos frères et sœurs chrétiens ont vécus au premier siècle.

Jésus nous a bien déclaré, dans Jean 16:33, que « nous aurions des afflictions dans le monde ». Parler de Jésus n’est pas toujours sécurisant, car, non seulement les gens ne sont pas intéressés à se convertir, mais plusieurs ne croient même plus au péché. Il y a des ministres, avec des doctorats en théologie, qui ont écrit des bouquins expliquant que, sous la Grâce, on ne peut plus pécher. La grâce, selon eux, enlève la nécessité de se repentir des nouveaux péchés qu’on pourrait commettre car tout s’efface automatiquement.

Alors, selon ces messieurs, plus on pèche, plus la grâce augmente. Vous remarquerez qu’ils ont toujours la même approche. Pendant qu’ils priaient, un jour, une voix venant sans doute du ciel leur dit : « Mais pourquoi me demandes-tu pardon pour tes péchés ? Je les ai déjà tous pardonnés ». Toujours cette fameuse voix, qui les inspire à partager cette Bonne Nouvelle en écrivant leur propre version de la Bible. Mes chers amis, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Cette fausse doctrine était déjà prêchée au premier siècle. Quand on ne peut plus supporter la saine doctrine, il y a toujours des docteurs pour vous enseigner des choses agréables qui font certainement plaisir à ceux qui cherchent des fables.

Dans l’Église à Rome, certains chrétiens furent amenés à croire par séduction qu’étant sous la grâce, il ne leur était plus nécessaire de se tourner vers Dieu pour confesser leurs nouveaux péchés. Paul les corrige sévèrement, dans Romains 6:1, en déclarant : « Que dirons-nous donc ? Demeurerons-nous dans le péché afin que la grâce abonde ? Nullement ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore en lui ? » Paul s’adresse ici à des chrétiens convertis, et non à des païens.

Voici ce que l’Apôtre Jean nous dit : « Si nous disons que nous n’avons point de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous n’avons point de péché, nous LE faisons menteur, et SA parole n’est point en nous ». (1 Jean 1:8-10). Ces ministres font de Dieu un menteur, avec leur fausse prédication. Jésus est venu mourir pour nos péchés, pas les Siens. Si nous disons que nous n’avons pas de péchés, Son sacrifice devient alors inutile et nous faisons de Lui un menteur, parce que Jésus Lui-même a déclaré qu’Il est venu pour effacer les péchés du monde.

Pourquoi ces faux ministres ne citent-ils pas ces versets ? Parce qu’ils ne pourraient plus vendre leurs livres, car les gens cherchent un salut facile, sans engagement envers leur Sauveur. Vous les verrez citer ceci plutôt : « Mais si nous marchons dans la lumière, comme IL est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de son Fils Jésus-Christ nous purifie de tout péché » (1 Jean 1:7). Automatiquement ? Je ne le pense pas ! Comment pourrions vivre dans le péché et prétendre marcher dans la lumière ? C’est un non sens. Le péché est associé aux ténèbres et non à la lumière.

Au verset 9, Jean nous dit : « Si nous confessons nos péchés, Dieu est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité ». La purification est le résultat du pardon, suite à notre confession à DIEU, quand nous péchons. Jésus demeure toujours notre seul avocat auprès du Père, étant continuellement notre victime expiatoire pour tout nouveau péché commis par le converti. Jean nous rassure en disant : « Si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste. C’est LUI qui est la propitiation pour nos péchés ; et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier » (1 Jean 2:1-2). Ceux qui prêchent autre chose sont des menteurs !

La Bible nous dit de vérifier toute chose. C’est justement cette sorte d’attitude visant à tout vérifier que Jésus aime chez ceux qui Lui appartiennent. Mais cette attitude déplaît à Satan et pourrait nous amener des tribulations. « Or, tous ceux qui veulent vivre selon la piété en Jésus-Christ, seront persécutés » nous dit Paul, dans 2 Timothée 3:12. Mais dans la puissance de Dieu, nous sommes gardés par la foi pour le salut qui sera manifesté lors du retour de Christ. Voilà où devrait être notre réjouissance, même si nous sommes parfois attristés par les diverses épreuves que nous subissons. C’est normal, car ceci fait partie de notre cheminement et sert à développer notre caractère, afin qu’un jour, nous devenions de meilleurs dirigeants dans Son Royaume.

Dieu appelle toutes sortes de personnes comme prémices, et chacun a son histoire toute personnelle, tous venant à Dieu avec une variété de problèmes. Certains étaient aux prises soit avec la drogue, l’alcoolisme, l’homosexualité, un mariage brisé, ou des problèmes émotionnels de toutes sortes. Il est vrai que Dieu pardonne tous nos péchés, mais les blessures physiques ne disparaissent pas lors de la conversion. Si quelqu’un vient vers Christ dans le seul but d’arrêter de souffrir, ou d’être immédiatement béni de choses matérielles, laissez-moi vous dire que cette personne risque de se décourager très vite. Alors je pose la question : « Qu’est-ce que ça donne, quel est l’avantage d’être chrétien ? »

D’abord et avant tout, comprenons ceci. La chrétienté n’est pas une question de satisfaction de nos besoins dans cette vie. C’est la promesse d’une vie future qui est au cœur du christianisme. C’est l’assurance du pardon de nos péchés par le sacrifice de Jésus nous donnant accès à une nouvelle vie en LUI, par la FOI. C’est le don gratuit d’un salut éternel avec l’immortalité, grâce au Saint-Esprit. C’est ce don, s’il est profondément compris et ancré dans notre esprit et dans notre cœur, qui nous fait vraiment réaliser la signification d’être chrétien. C’est comprendre que l’Évangile est essentiellement la Bonne Nouvelle que Jésus a fait tout un travail pour nous.

Nous avons tous péché et le salaire du péché, c’est la mort. C’était notre dette. Jésus n’a jamais péché et n’avait pas à payer cette rançon. Mais, dans Son amour pour nous, Dieu a mis SA PAROLE dans cette chair humaine qu’Il a Lui-même engendrée dans le sein d’une vierge nommée Marie, par SON ESPRIT. Et Jésus, cette Parole de Dieu dans la chair, est venu payer une dette qu’Il n’avait jamais contractée, parce que nous avions contracté une dette que nous ne pouvions jamais payer. C’est l’histoire d’un travail accompli par Christ à la place de tous les pauvres pécheurs du monde entier.

Cette histoire concerne tous ceux dont la vie et les œuvres se résumaient à une faillite spirituelle totale. Seule la mort de Christ pouvait payer cette dette, afin de nous libérer de cette faillite en nous réconciliant avec le Père. Ce travail spirituel s’appelle le Salut. C’est ce don gratuit de Dieu qui, à la conversion, donne tout son sens à la vie du chrétien nouveau-né. Ce salut nous assure de notre importance ainsi que notre pertinence aux yeux de Jésus. Si le christianisme avait pour seul but de rendre cette vie meilleure, sa valeur serait équivalente à n’importe quelle religion fondée par des hommes. « Si nous n’avons d’espérance en Christ que pour cette vie seulement, » nous dit Paul, « nous sommes de tous les hommes les plus misérables » (1 Corinthiens 15:19). Absolument, car nous allons tous mourir un jour. Notre espérance se situe dans la promesse certaine d’une vie IMMORTELLE, grâce à notre Sauveur. Elle est notre seule et unique garantie absolue. Dans Romains 6, nous avons la définition la plus simple du salut. Elle se trouve dans le verset 23, où on peut lire que le salut est « le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle EN Jésus-Christ notre Seigneur ».

Nous commettons tous des fautes durant notre vie, mais dans ce monde, il y a trois sortes de personnes. D’abord vous avez ceux qui n’apprennent absolument rien de leurs fautes. Ils font toujours les mêmes gaffes et ne manifestent aucun désir de vouloir changer. Ils vous diront : « Voilà comment je suis et comment j’ai toujours été. C’est à prendre ou à laisser ». Ensuite vous avez ceux qui, non seulement apprennent de leurs fautes, mais qui font des efforts pour s’améliorer afin de ne pas répéter les mêmes erreurs.

Finalement vous avez les sages qui apprennent, non seulement de leurs fautes, mais aussi des fautes des autres. Cela leur évite bon nombre de problèmes et beaucoup de peine. Pas nombreux ceux-là ! Ces gens ne font pas de vagues, ils savent ce qu’ils ont à faire et le font discrètement, d’une façon presque effacée. Aux yeux du monde, ils sont considérés comme « pas grand chose », mais Dieu travaille beaucoup avec ces individus pour, un jour, confondre les sages de ce monde.

Le chrétien qui veut absolument faire la volonté de Dieu doit profiter des expériences de la vie afin d’éviter, dans la mesure du possible, de ne pas répéter les mêmes erreurs. Ça fait partie de sa croissance spirituelle. C’est cette sorte de persévérance que Dieu aime, car, en restant ferme dans notre conviction, nous serons sûrement gagnants avec Christ, lors de Son retour. Ceci exige une attitude optimiste chez l’individu qui doit maintenant s’efforcer de rejeter tout ce qui est négatif et pourrait nuire à sa croissance. Ce n’est pas une tâche facile, mais on peut y arriver avec le temps.

N’oublions jamais que Dieu a commencé Son travail de salut par chacun de nous, en tant que Ses prémices, en nous fortifiant durant cette vie dans nos faiblesses, car Il nous prépare pour régner et diriger des nations, un jour. Et Dieu le fait dans ce monde où le mal domine. Voilà pourquoi « rendons grâces au Père, qui nous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière ; qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres, et nous a fait passer dans le Royaume de Son Fils bien-aimé » (Colossiens 1:12-13). Quelle belle évaluation de Jésus ! Alors, rendons grâce à Jésus « en qui nous avons la rédemption, par son sang [et] la rémission des péchés » (verset 14).

Jésus, notre Sauveur, poursuit ce travail en nous, pendant que nous continuons de combattre dans ce champ de bataille qu’est la vie. Car la vie se résume à une école dans laquelle nous sommes supposés apprendre de chacune de nos expériences nouvelles. Et quand on meurt, c’est comme si on écrivait notre examen final. Les yeux du chrétien doivent être rivés sur la promesse que Jésus nous offre : la vie éternelle par Sa propre résurrection. Allons voir Jean 11:25-26. Remarquons ce que Jésus nous déclare au verset 25 : « Je suis la résurrection et la vie. »

Jésus S’identifie comme étant le « JE SUIS ». Exactement le même terme utilisé par Dieu quand Il S’est identifié à Moïse, dans le buisson ardent d’Exode 3:14. Jésus ajoute ceci, dans ce verset 25 : « Celui qui croît en MOI vivra, quand même il serait mort. » Il est nettement question de résurrection, ici. Mais Jésus va encore plus loin, au verset 26, en disant ceci : « Et quiconque VIT et croît en moi, ne mourra JAMAIS. » Seul Dieu peut faire pareille promesse, car ne plus jamais mourir veut dire IMMORTALITÉ.

En d’autres mots, celui qui croît vraiment ce que Jésus a déclaré a accès au Saint-Esprit et à l’arbre de VIE auparavant inaccessible sans le sacrifice de Christ. Donc, l’Arbre de Vie est maintenant disponible, et celui qui veut avoir le fruit doit monter dans l’arbre pour en manger. Avez-vous déjà remarqué que, quand on monte dans un arbre, il faut rester près du tronc. Jésus doit toujours demeurer le centre de notre foi et le tronc auquel on doit rester accroché durant le reste de notre vie. Sinon, la chrétienté ne serait qu’une façade utile seulement à impressionner le monde.

Tandis que nous, qui LUI appartenons, nous pouvons en toute confiance déclarer que Christ, vivant en nous, fait toute la différence. Il est facile pour nous de dire ces choses, car nous comprenons que « c’est LUI [Jésus] qui est l’image du Dieu invisible » (Colossiens 1:15). Avant la première venue de Christ, personne n’avait vu Dieu parce que Dieu est Esprit, donc invisible (Jean 4:24). Mais SA PAROLE, vivant alors dans un corps humain, était devenue soudainement l’image visible du Dieu invisible, en tant que SON Fils Unique engendré par l’Esprit de Dieu Lui-même. Voilà pourquoi Jésus a toujours prié au Père et non au Saint-Esprit qui l’a engendré, parce que Jésus savait que le Père et le Saint-Esprit était une seule et unique personne, pas deux. Soyez-en assurés : Jésus priait  au bon père.

Mais qu’en est-il du monde ? Dans Colossiens 1:26, Paul nous dit que, pour le monde, la Parole de Dieu demeure toujours « le mystère qui était caché dans tous les siècles, et dans tous les âges, mais qui est maintenant manifesté à SES SAINTS ». Oui, heureux Ses Élus « à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la richesse de la gloire de ce mystère parmi les Gentils [non convertis] ». QUEL mystère ? Lisez-le vous-même, dans la 2ème partie du verset 27 : « savoir ; Christ en vous, l’espérance de la gloire ». Oui, l’immortalité, là où la seconde mort n’aura aucun pouvoir sur nous (Apocalypse 20:6). Pour les non convertis, cette vérité, si simple pourtant, demeure toujours un mystère.

La raison principale de notre vie est de prendre plaisir dans cette relation spirituelle avec Dieu et Jésus, afin de recevoir Sa récompense lors de Son avènement. Depuis la fondation de l’Église de Christ, les chrétiens ont enduré la persécution, des insultes, et de multiples tribulations, parce qu’ils croyaient vraiment à la promesse de Jésus. Et, comme on peut voir dans Hébreux 11:39 : « Et tous ceux-là, ayant obtenu un bon témoignage par leur foi, n’ont point remporté les biens promis ». Mais pourquoi ? Verset 40 : « Dieu ayant pourvu à quelque chose de meilleur pour nous [aussi], afin qu’ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection. » Voilà pourquoi !

La Première Résurrection sera pour tous les ÉLUS de Christ en même temps. Tous les élus recevront leur récompense à ce moment-là. Donc, pour citer les paroles de Jésus Lui-même : « celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, SERA sauvé » (Marc 13:13). Le verbe est au futur. Nous disons souvent que les timbres postes sont dispendieux, mais les timbres ont une qualité que chaque chrétien devrait adopter. Ils ont cette ténacité de rester collés à l’enveloppe jusqu’à son arrivée à destination. Allons-nous rester collés au tronc de l’Arbre de Vie jusqu’au Royaume ? J’espère que la réponse de chaque chrétien, serviteur de Christ, est un retentissant OUI !

C’est alors que chacun de nous récoltera la récompense de Christ pour notre fidélité à notre engagement envers LUI. Et nous serons récompensés pour tout le bien que nous aurons semé autour de nous. « Heureux et saint celui qui a part à la première résurrection ! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et régneront avec lui mille ans » (Apocalypse 20:6).

VOILÀ CE QUE ÇA DONNE DE DEVENIR UN CHRÉTIEN !

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec :