D.065 – Le Jour du Seigneur

image_pdfimage_print

 

La Dernière Trompette

 

1 Thessaloniciens 5:1-9

Par Tim Warner

Tiré d’un article paru en anglais à l’adresse Internet suivante :

http://www.answersinrevelation.org/009.pdf

Traduction de Roch Richer

Dans 1 Thessaloniciens 4, Paul traita de la relation entre la résurrection et l’enlèvement. Les morts en Christ vont ressusciter premièrement, puis les vivants seront enlevés avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, dans les airs. Paul continua, dans le chapitre 5, en parlant de la question à savoir quand arriverait l’enlèvement et la résurrection.

1 Thessaloniciens 5

1Pour ce qui concerne les temps et les moments, vous n’avez pas besoin, frères, qu’on vous en écrive.

2Vous savez bien, en effet, vous-mêmes, que le jour du Seigneur viendra comme un larron dans la nuit.

Notez que Paul situait l’enlèvement au « jour du Seigneur ». C’est un point extrêmement important. Ici, Paul, qui venait de faire la description des événements entourant l’enlèvement, se met à parler du moment où l’enlèvement peut survenir. Et il réfère ensuite encore les Thessaloniciens à quelque chose qu’ils savaient déjà, « vous savez bien, en effet, vous-mêmes… . Le « jour du Seigneur » devait arriver « comme un larron dans la nuit ».

Paul utilise une expression familière à ces chrétiens. On retrouve « le jour du Seigneur » à plusieurs endroits de l’Ancien Testament, toujours dans le contexte de l’avènement du Christ pour détruire les ennemis d’Israël (voir Ésaïe 13:6-13, Joël 3:9-17, Zacharie 14). C’est exactement le compte-rendu qu’Apocalypse 19 fait de la « bataille d’Armageddon ».

La nature du « jour du Seigneur » est cruciale pour comprendre ce passage. Elle est également de prime importance pour toute compréhension fondamentale de l’eschatologie en générale. Les pré-tribulationistes déclarent que « le jour du Seigneur » comprend le supposé enlèvement pré-tribulationiste et les tribulations en leur entier. Cela leur permet de réconcilier 1 Thessaloniciens 5 avec le pré-tribulationisme, puisque Paul a donné aux croyants l’instruction de surveiller le « jour du Seigneur » (1 Thessaloniciens 5:1-6). Si le « jour du Seigneur » arrive après les tribulations, comme toutes les occurrences de l’Ancien Testament semblent l’indiquer, alors les chrétiens devront encore être ici-bas à la fin des tribulations afin de surveiller ce jour.

Les pré-tribulationistes ont écrit beaucoup de choses pour essayer d’étirer le « jour du Seigneur » en remontant le temps pour y inclure toutes les tribulations et un enlèvement pré-tribulationiste. Des comparaisons de termes similaires, comme « colère », « jugement », etc., ont été amenées comme preuves. Pourtant, personne n’a pu apporter le support biblique requis démontrant qu’ils sont synonymes. Aucun des passages de l’Ancien Testament ne soutient cette conclusion. Leur théorie est le produit d’une technique d’inversion des Écritures dans le but d’obtenir le résultat désiré au lieu d’appliquer de saines règles d’interprétation. Le fait est qu’il y a des passages bibliques bien définis qui interdisent que le « jour du Seigneur » chevauche les tribulations. Les deux s’excluent mutuellement.

Premièrement, tout au long de l’Ancien Testament, un signe catastrophique est associé à l’avènement du « jour du Seigneur ». L’obscurcissement du soleil et de la lune annoncent ce jour (voir Ésaïe 13:9-10; 24:19-23 ; Joël 3:13-15). En voici un exemple :

Joël 2

31Le soleil sera changé en ténèbres, et la lune en sang, avant que le grand et terrible jour de l’Éternel vienne.

Matthieu 24

29Et aussitôt après l’affliction[1] de ces jours-là le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera point sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.

Ces versets établissent une séquence claire des événements. Ils placent les signes, i.e., l’obscurcissement du soleil et de la lune, entre la fin des tribulations et le début du « jour du Seigneur ».

Cela défend formellement tout chevauchement des tribulations sur le « jour du Seigneur ». Ce sont des événements différents. Aucune autre interprétation n’est possible sans faire violence à ces passages.

Deuxièmement, la toute première fois où le « jour du Seigneur » est mentionné dans la Bible, le texte interdit clairement qu’on l’associe aux tribulations. Ésaïe 2 décrit le « jour du Seigneur » de la façon suivante :

Ésaïe 2

10Entre dans les rochers et cache-toi dans la poussière, pour fuir la frayeur de l’Éternel et la gloire de sa majesté !

11L’homme aux regards superbes sera abaissé, et l’homme orgueilleux sera humilié ; et l’Éternel seul sera grand en ce jour-là.

12Car l’Éternel des armées aura son jour, contre tout ce qui est orgueilleux et hautain, et contre tout ce qui s’élève, pour l’abaisser; …

17Et l’arrogance des hommes sera humiliée, et la fierté des grands sera abaissée; et l’Éternel sera seul élevé en ce jour-là,

18Et toutes les idoles disparaîtront.

19Et l’on entrera dans les cavernes des rochers et dans les trous de la terre, pour fuir la frayeur de l’Éternel et la gloire de sa majesté, quand il se lèvera pour frapper la terre.

Par deux fois, ces versets indiquent que seul l’Éternel sera élevé « au jour du Seigneur ». C’est une déclaration exclusive. Personne ne peut-être élevé et adoré pendant le « jour du Seigneur ». Pourtant, pendant les tribulations, l’Antéchrist sera adoré comme dieu (voir Apocalypse 13:3-8, 14 ; 2 Thessaloniciens 2:3-4). Et son image aussi sera adorée. Les déclarations d’Ésaïe disant que seul le Seigneur sera élevé et que les idoles disparaîtront durant le « jour du Seigneur » interdisent tout chevauchement sur les tribulations et le règne de l’Antéchrist.

Le signe céleste et les déclarations d’Ésaïe 2 défendent absolument de superposer le « jour du Seigneur » aux tribulations, comme tentent de le faire les pré-tribulationistes. Du reste, Paul fit une autre déclaration qui élimine la possibilité que le « jour du Seigneur » inclue les tribulations entières et le supposé enlèvement pré-tribulationiste.

2 Thessaloniciens 2

1Pour ce qui regarde l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ, et notre réunion avec lui,

2Nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser ébranler facilement dans vos pensées, et de ne pas vous laisser troubler par quelque inspiration, ou par quelque parole, ou quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour de Christ était proche.

3Que personne de vous séduise en aucune manière ; car il faut que la révolte soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition.

La plupart des traductions écrivent « jour du Seigneur », au verset 2. Il y a une variation dans les manuscrits grecs, ici[2]. Certains manuscrits anciens [N. du T. : le Texte Reçu] écrivent « le jour de Christ » [N. du T. : version d’Ostervald, en français] et d’autres écrivent « le jour du Seigneur ». Je ne veux pas déclencher un débat à savoir lequel est exact. Ça n’a pas d’importance, ici. Si « le jour du Seigneur » est correct, le texte indique donc que « le jour du Seigneur » vient après les tribulations parce que les événements qui arrivent durant les tribulations (la révolte et l’apparition de l’Antéchrist) surviennent, dit-on, avant le « jour du Seigneur ». Si le « jour de Christ » est la bonne expression, alors ce verset seul règle tout le débat pré/post-tribulationiste, puisque le terme « jour de Christ » n’est employé qu’une seule autre fois par Paul et ce, en référence à l’enlèvement de l’Église. Dans ce cas, Paul dit que l’enlèvement ne peut survenir avant la révolte ou apostasie, ainsi que la parution de l’Antéchrist.

La signification du terme « jour du Seigneur » contient la clé de l’interprétation des instructions de Paul aux croyants, dans 1 Thessaloniciens. La signification de 1 Thessaloniciens 4:13 à 5:9 dépend entièrement du sens à donner à ce terme. Il n’y a aucun doute que l’enlèvement et l’avènement du « jour du Seigneur » sont étroitement reliés par Paul dans ce passage. Il utilise le terme « le jour du Seigneur » comme synonyme de l’enlèvement. Remarquez que Paul donne aux chrétiens instruction de surveiller l’avènement du « jour du Seigneur ». Et, comme nous venons de le démontrer, le « jour du Seigneur » a lieu après les tribulations. Donc, les chrétiens doivent traverser les tribulations afin de surveiller le « jour du Seigneur ». L’enlèvement dont parle Paul se trouve après les tribulations.

1 Thessaloniciens 5

2Vous savez bien, en effet, vous-mêmes, que le jour du Seigneur viendra comme un larron dans la nuit.

3Car lorsqu’ils diront : Paix et sûreté ! alors une ruine subite les surprendra, comme les douleurs surprennent la femme enceinte ; et ils n’échapperont point.

4Mais quant à vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour-là vous surprenne comme un voleur.

5Vous êtes tous des enfants de la lumière, et des enfants du jour ; nous n’appartenons point à la nuit, ni aux ténèbres.

6Ne dormons donc pas comme les autres, mais veillons et soyons sobres.

Puisqu’il a donné aux chrétiens instruction de surveiller le « jour du Seigneur » et que, comme nous l’avons vu, ce jour arrivera après les tribulations, Paul ne faisait que confirmer l’enseignement de Jésus dans Son Sermon donné sur le Mont des Oliviers. Rien, ici, ne suggère une révélation nouvelle d’un enlèvement pré-tribulationiste secret. En fait, le contraire est vrai. Paul a dit, au verset 2, qu’ils savaient déjà cela parfaitement. Il ne faisait que rafraîchir leur mémoire. Oui, dans le chapitre 4, Paul donne quelque révélation nouvelle. Il situe le moment de la résurrection juste avant l’enlèvement des vivants. La séquence exacte leur était auparavant inconnue. Mais, au chapitre 5, son commentaire concernant leur familiarité avec l’avènement du « jour du Seigneur » démontre qu’il les ramenait à quelque chose qui avait déjà été révélé dans les Écritures.

Comment les croyants de Thessalonique savaient-ils parfaitement que le « jour du Seigneur » devait venir « comme un larron dans la nuit » ? C’est qu’ils étaient familiers avec l’enseignement de Jésus donné lors de Son Sermon au Mont des Oliviers ! L’idée que l’avènement du Christ arrivât « comme un larron dans la nuit » provenait de Jésus Lui-même lorsqu’Il décrivit Son avènement. Après avoir décrit Son avènement dans la gloire « aussitôt après l’affliction de ces jours-là », Jésus dit à Ses disciples :

Matthieu 24

42Veillez donc, car vous ne savez pas à quelle heure votre Seigneur viendra.

43Or, considérez ceci, que si un père de famille était averti à quelle veille de la nuit le larron viendra, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison.

44C’est pourquoi vous aussi tenez-vous prêts ; car le Fils de l’homme viendra à l’heure que vous ne pensez pas.

De toute évidence, Paul se rapporte à l’enseignement de Jésus ! Le fait qu’il leur rappelle l’illustration de Jésus d’un « larron » conduit à la conclusion qu’il confirmait la chronologie que donna Jésus. Le tableau qui suit montre que Paul utilisa l’enseignement de Jésus dans Son Sermon au Mont des Oliviers comme fondement de son instruction à l’égard des croyants de Thessalonique. Il ne fit que répéter les instructions de Jésus à Ses disciples. En effet, il appliquait aux Thessaloniciens l’enseignement de Jésus en reliant leur « surveillance » de l’enlèvement avec les instructions que Jésus donna de surveiller Son avènement « aussitôt après l’affliction de ces jours-là ».

Paul se rapportant àl’enseignement de Jésus

JÉSUS

PAUL

Avènement du Seigneur arrivant des cieux

Matth. 24:30: « …et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel, avec une grande puissance et une grande gloire. »

1 Thess. : « Car le Seigneur lui-même descendra du ciel… »

Ange

Matth. 24:31 : « Il enverra ses anges… »

1 Thess. 4:16 : « …avec une voix d’archange…»

Éclat de trompette

Matth. 24:31 : « …avec un grand éclat de trompette… »

1 Thess. 4:16 : « …et au son d’une trompette de Dieu… »

Enlèvement des vivants

Matth. 24:31 : « …ils rassembleront ses élus…»

1 Thess. 4:17 : « …nous les vivants qui seront restés, nous serons enlevés avec eux… »

Larron dans la nuit

Matth. 24:43 : « …si un père de famille était averti à quelle veille de la nuit le larron viendra… »

1 Thess. 5:2 : « …le jour du Seigneur viendra comme un larron dans la nuit. »

Avertissement contre « l’assoupissement »

Marc 13:36 : « De peur qu’arrivant tout à coup il ne vous trouve endormis. »

1 Thess. 5:6 : « Ne dormons pas comme les autres… »

Avertissement contre « l’ivrognerie »

Luc 21:34 : « Prenez donc garde … que vos cœurs ne soient appesantis par la débauche, par l’ivrognerie… »

1 Thess. 5:6-8 : « …soyons sobres … ceux qui s’enivrent, sont ivres la nuit … soyons sobres. »

« Surveiller » l’avènement du Seigneur

Marc 13:35-37 : « Veillez donc … Or, ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez. »

1 Thess. 5:6 : « …mais veillons… »

Il est absolument certain que Paul référait ses lecteurs au Sermon du Mont des Oliviers qui n’enseignait qu’un avènement unique et post-tribulationiste, pour répondre à leurs questions concernant l’enlèvement. C’est la preuve évidente que Paul enseignait un enlèvement post-tribulationiste. Son utilisation du terme « jour du Seigneur » (que d’autres Écritures situent après les tribulations) afin de décrire l’enlèvement, rend, quant à moi, toute réconciliation impossible de ce passage avec le pré-tribulationisme. Encore une fois, nous avons toutes les raisons de relier l’enseignement de Paul sur l’enlèvement à l’enseignement de Jésus sur le second avènement. Rien, ici, n’exclut cette liaison. Et, comme l’illustre le tableau ci-haut, il y a de nombreuses preuves de cette connexion. Dès lors, la déduction naturelle en est que Paul ne faisait que construire sur la base des enseignements de Jésus, et il encourageait les croyants thessaloniciens à surveiller l’avènement de Jésus après les tribulations !

[1] N. du T. : Nous utilisons la version d’Ostervald qui parle de « l’affliction de ces jours-là ». Ce terme désigne spécifiquement, et est synonyme de la période des tribulations. La version anglaise de la King James dit bien : « Immediately after the tribulation… ». Affliction et tribulation sont synonymes.

[2] N. du T. : Cette variation est due au changement qu’ont effectué les rédacteurs des manuscrits d’Alexandrie. Dans le Textus Receptus (ou Texte Reçu), i.e., la série de manuscrits préservés par Dieu, on lit « jour de Christ ». Dans les manuscrits d’Alexandrie, manipulés par des scribes gnostiques, on lit « jour du Seigneur ». La majorité des versions bibliques modernes découlent de ces derniers manuscrits d’Alexandrie non inspirés et falsifiés.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , ,