D.186 – Dieu aurait-Il créé Satan ?

image_pdfimage_print

 

Par : Joseph Sakala

Dieu est amour et Il est miséricorde. Mais Dieu est aussi le Créateur de tout ce qui existe, et Satan existe. Les Saintes Écritures nous disent à plusieurs endroits que le monde entier est sous l’influence de cet être malin. Mais d’où vient Satan ? Dieu l’aurait-Il créé pour nous tenter ? Bien des gens parlent du diable, et le connaissent sous le nom de Satan. D’autres n’y croient pas du tout et se moquent même de son existence, le reléguant au rang de superstition, ou du simple produit de l’imagination humaine. Mais le diable existe-t-il vraiment ? Remarquez que la Bible l’identifie comme « le dieu de ce siècle » qui aveugle l’esprit de tous les incrédules. (2 Corinthiens 4:4).

Mais Dieu l’a-t-Il réellement créé ? Que nous dit la Bible ? Pour le savoir, il faut absolument remonter à son origine. Ouvrons notre Bible à Genèse 1:1 où nous lisons : « Au commencement Dieu créa les cieux et la terre ». Dieu était donc là avant la création de l’univers puisque le récit nous dit que c’est Lui qui a créé les cieux et la terre. Le verset suivant, par contre, nous déclare : « Or la terre était informe et vide » (v. 2). Les mots hébreux traduits par « informe et vide », sont TOHU et BOHU. Ils veulent dire : dans un état chaotique, désertique et sens dessus dessous. Dieu serait-Il l’auteur du chaos ? Lorsque Dieu créa les cieux et la terre, l’univers était-il dans un chaos et un désordre complet, entièrement désorganisé ?

Pour ceux qui rejettent la Bible, leur lecture de ce message pourrait donc se terminer ici. Pour ceux, cependant, qui croient que la Sainte Bible est un livre d’instructions, donné par le Créateur Lui-même à Sa création, il faut alors le consulter en profondeur, afin de découvrir ce que Dieu veut que nous sachions au sujet de Son Plan pour l’humanité. Dieu aurait-Il alors intentionnellement créé l’univers avec la terre dans un état chaotique et sens dessus dessous ? Dans 1 Corinthiens 14:33, nous pouvons lire : « Car Dieu n’est point pour la confusion, mais pour la paix ». Alors, croire qu’un Dieu qui n’est pas pour la confusion puisse avoir créé la terre dans un état chaotique, ce serait vraiment illogique et sans fondement.

Pourquoi aurait-Il créé la terre en désordre, pour ensuite tout remettre en ordre ? Cela n’aurait aucun sens. Il y a donc un élément dissimulé dans ce bref récit biblique qu’il nous faut découvrir. Selon un grand nombre d’érudits bibliques, le mot hébreu bara [)rb], traduit par « créa » dans Genèse 1:1, implique que la création originale était parfaite, et sous-entend un ordre parfait et magnifique, et non chaotique et confus. Dans le livre de Job, Dieu questionne ce dernier sur la Création. Il lui demande : « Où étais-tu quand Je jetai les fondations de la terre ? Dis-le, si tu as de l’intelligence. » (Job 38:4) Le texte ici implique que Job s’y connaissait très bien en grandes constructions, et qu’il avait lui-même dirigé la construction d’un très grand bâtiment en Égypte. Certains historiens croient que ce serait probablement la Grande Pyramide de Guizèh. Dieu le décrit ainsi : « Il y avait dans le pays d’Uts, un homme dont le nom était Job ; cet homme était intègre, droit, craignant Dieu et se détournant du mal » (Job 1:1).

Job possédait toutes les qualités pour plaire à Dieu. Il était toutefois un peu trop fier de ses réalisations, et Dieu en a profité pour le descendre un peu de son piédestal. Le but de Dieu était de lui inculquer un peu de modestie en comparant ses prouesses humaines à la grandiose Création divine. Dieu poursuit alors son interrogatoire : « Qui en a réglé les mesures, si tu le sais, ou qui a étendu le niveau sur elle [la terre] ? Sur quoi en a-t-on fait plonger les bases, ou qui en a posé la pierre angulaire, quand les étoiles du matin poussaient ensemble des cris de joie, et les fils de Dieu, des acclamations ? » (vs 5-7). Il est intéressant de noter comment Dieu questionne Job, car celui-ci aurait dû normalement être en mesure de répondre à Dieu suite à ses projets imposants. Les « étoiles du matin », selon l’interprétation que la Bible elle-même donne à ses propres symboles, sont des anges et des archanges, porteurs de lumière, au service de Dieu.

En tant que créations divines, les anges sont aussi appelés « fils de Dieu ». Le fait qu’ils poussaient des cris de joie et des acclamations vers Dieu dénote également une création originale parfaite et glorieuse de cette terre. Comment alors, dans des conditions si magnifiques, la terre a-t-elle pu devenir chaotique et en confusion ? Dans Genèse 1:2, le mot hébreu, traduit « était » est hayah. Ce mot apparaît également dans Genèse 19:26 où on peut lire : « Mais la femme le Lot regarda derrière elle, et elle devint [hayah] une statue de sel ». Dans Genèse 2:7 nous lisons ceci : « Et l’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, et souffla dans ses narines une respiration de vie ; et l’homme devint [hayah] une âme vivante ». La traduction dans ces deux versets est correcte.

Si nous prenons ceci en considération, nous voyons immédiatement que l’implication dans Genèse 1:2 est que la terre « devint » ou « était devenue » informe et vide, et non que Dieu l’ait initialement créée ainsi. À tous les endroits de la Bible où le mot hébreu hayah apparaît, il dénote dans la plupart des cas, une condition qui diffère d’une condition initiale. En d’autres termes, la condition de la terre DEVINT ou ÉTAIT DEVENUE chaotique, et non qu’elle fut créée ainsi au départ. Dans Jérémie 4:23, il est écrit : « Je regarde la terre, et voici elle est informe et vide [tohu bohu] ; et les cieux, et leur lumière n’est plus ». Si nous lisons le contexte dans lequel ce verset est écrit, nous voyons que cette destruction et ce chaos sont le résultat du péché.

Regardons maintenant ce que Dieu nous déclare au sujet de Sa Création : « Car ainsi dit l’Éternel, qui a formé les cieux, lui, le Dieu qui a formé la terre et qui l’a faite, lui qui l’a fondée ; qui ne la créa pas pour être déserte, mais qui la forma pour être habitée : Je suis l’Éternel, et il n’y en a point d’autre ! » (Ésaïe 45:18. Le mot hébreu traduit ici par « déserte » ou vide, est tohu. C’est exactement le même mot qui apparaît dans Genèse 1:2, une situation qui implique le désordre et la transgression de la Loi divine. Nous venons tout juste de lire qu’à l’origine Dieu n’a pas créé la terre dans un état tohu, c’est-à-dire de confusion et déserte. La terre a été créée pour être habitée, mais elle est devenue tohu et bohu un certain temps après sa création.

Qu’est-ce qui a bien pu arriver pour causer cette confusion et ce chaos ? Qui avait péché, plongeant ainsi la terre dans le désordre total ? Qui est à l’origine du péché qui engendra le tohu et bohu dont parle Genèse 1:2 ? Quel évènement épouvantable aurait pu causer une telle dévastation ? Il est impossible que ce péché ait été commis par la race humaine, car, à l’époque, cette dernière n’avait pas encore fait son apparition. L’homme ne fut pas créé avant le sixième jour de la semaine dite de la « Création ». « Et Dieu créa l’homme à Son image ; Il le créa à l’image de Dieu ; il les créa mâle et femelle … Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et voici, c’était très bon. Et il y eut un soir, et il y eut un matin ; ce fut le sixième jour » (Genèse 1:27,31). Cette semaine fut en réalité une œuvre de « re-Création » par Dieu de ce qui avait auparavant été créé beau et parfait, mais qui par la suite était devenu tohu et bohu.

Donc, cette dévastation que Dieu a décidé de réparer en sept jours ne fut pas causée par des êtres humains. Adam fut le premier homme. Paul nous le confirme en déclarant que : « Suivant qu’il est écrit : Le premier homme, Adam, a été fait une âme vivante» (1 Corinthiens 15:45). D’autre part, dans le livre de la Genèse on peut lire : « Or, Adam appela sa femme, Eve [vie], parce qu’elle fut la mère de tous les vivants » (Genèse 3:20). Donc, avant Adam et Eve, il n’existait aucune race humaine ! C’est ce que la Bible nous dit, n’en déplaise aux évolutionnistes. L’homme, que Dieu a créé à Son image et à Sa ressemblance n’existe pas depuis des millions d’années ; il fut créé il y a environ 6 000 ans, dans un but spécifique, ayant la possibilité de devenir ce que le diable ne sera plus jamais : un Fils de Dieu.

Le péché qui dévasta littéralement la terre ne pouvait donc pas être commis par l’homme. Pourtant, il devait bien y avoir, ici-bas, l’existence d’une forme de vie quelconque, car c’est le péché, qui est la transgression des Lois divines, qui plongea notre globe dans le chaos et la confusion décrite au tout début de la Bible. L’apôtre Jean nous l’affirme : « Quiconque pèche, transgresse aussi la Loi ; car le péché est une transgression de la loi » (1 Jean 3:4). Alors, de quelle forme de vie pouvait-il bien s’agir ? Nous venons de voir que ce ne pouvait pas être la vie humaine, car elle n’existait pas encore. Alors, quelle forme de vie existait sur cette terre avant Adam, et avant cette semaine dite de la « Création » ? Allons voir un verset qui nous donnera une indication.

Dans 2 Pierre 2:4 nous lisons : « Car si Dieu n’a pas épargné les anges qui avaient péché… . Ce verset fait directement allusion au péché des anges. Nous allons voir de quels anges il s’agit, mais lisons le reste du verset 4 pour découvrir leur châtiment : « …mais si, les ayant précipités dans l’abîme, liés avec des chaînes d’obscurité, il [Dieu] les a livrés pour y être gardés en vue du jugement… ». Les anges ont été créés pour servir Dieu et pour apporter la lumière à Sa création. Ceux qui ont péché ont perdu ce privilège et sont maintenant liés avec des chaînes d’obscurité, et destinés à un jugement éternel à la fin des temps. Cette obscurité fut, par la suite, transmise aux humains par la séduction. D’abord, à nos premiers parents par Satan lui-même et, subséquemment, à leur descendance.

Les conséquences des péchés commis par les humains, séduits par le diable, ont plus tard amené une catastrophe épouvantable qui aurait pu effacer la race humaine de la terre. Lisons ce qui est écrit dans 2 Pierre 2:5 : « Et s’il [Dieu] n’a point épargné l’ancien monde, et s’il a préservé Noé, lui huitième, le prédicateur de la justice, lorsqu’il a envoyé le déluge sur le monde des impies… ». L’ancien monde représente la période de l’histoire entre Adam et Noé. Dieu a donc détruit tous les humains impies par le déluge, sauf Noé et sa famille, car Noé était un prédicateur de la Justice de Dieu. Il est alors question ici des transgressions commises depuis Adam jusqu’à Noé, et la destruction apportée par le Déluge, résultat des péchés commis par ces humains. Tandis que le péché dans Genèse 1:2, qui a rendu la terre informe et vide, fut commis par des anges, bien avant la création des humains. Lorsque Dieu créa Adam, le diable existait déjà.

Même après le déluge, Satan a poursuivi son oeuvre de destruction contre les humains, et Dieu a été obligé d’intervenir une autre fois pour avertir les impies de ce que serait la conséquence du péché. Pierre nous dit : « Et si, réduisant en cendres les villes de Sodome et de Gomorrhe, il [Dieu] les a condamnées à la destruction, les donnant en exemple à ceux qui vivraient dans l’impiété… » (2 Pierre 2:6). Ces deux villes nous sont données en exemple même aujourd’hui, afin d’avertir l’humanité impie qu’à moins de se repentir, un autre cataclysme inimaginable est prédit pour les temps de la fin. Revenons cependant à notre histoire où, avant Adam, il y eut une destruction cataclysmique à la surface de la terre entière, à cause de certains anges.

Jude, le frère de Jésus, nous dit ceci : « Il [Dieu] retient par des chaînes éternelles dans les ténèbres, pour le jugement du grand jour, les anges qui n’ont pas gardé leur puissance, mais qui ont quitté leur propre demeure » (Jude 6). Il est question d’un groupe d’anges qui ont reçu un pouvoir, mais qui n’ont pas gardé leur dignité, et ont abandonné leur propre demeure. Ils avaient donc une demeure attitrée, mais ils quittèrent cette dernière. Vous noterez que ce sont ces anges iniques que Dieu avait condamnés aux ténèbres. Ils sont privés de la lumière, c’est-à-dire, de la vérité, et ce jusqu’au jour de leur jugement. Puisqu’ils ont suivi Satan, le père du mensonge (Jean 8:44), le mensonge est maintenant la seule chose que ces anges déchus peuvent inspirer aux humains incrédules, dans leur travail acharné de séduction.

La Bible nous indique que ces anges avaient une demeure, mais ils n’y sont pas restés. Ils voulaient s’accaparer de quelque chose qui ne leur était pas destinée par leur Créateur. Dans Hébreux 2:5, nous lisons : « Car il [Dieu] n’a point soumis aux anges le monde à venir dont nous parlons ». Autrement dit, le monde à venir, dans lequel le Royaume de Dieu sera en autorité, ne sera pas gouverné par des anges. Cette gouverne est destinée aux Élus de la première Résurrection « qui régneront avec Christ pendant mille ans » (Apocalypse 20:6). Le monde actuel, cependant, est soumis aux anges déchus. Ces démons, conduits par le diable, règnent présentement sur cette terre, et ils égarent ses habitants. Mais comment sont-ils venus à régner sur ce globe ? Comment ont-ils acquis cette puissance, et comment l’ont-ils conservée ? De qui le diable détient-il ce pouvoir de contrôle et de souveraineté sur ce monde ?

Plusieurs passages de la Bible nous indiquent que Satan est le chef des anges déchus. Jésus dit de Satan : « Maintenant se fait le jugement de ce monde, maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors » (Jean 12:31). A ceux qui doivent passer par le feu de la géhenne, Jésus déclare : « Retirez-vous de moi, maudits, et allez au feu éternel, préparé au diable et à ses anges » (Matthieu 25:41). Dans 2 Corinthiens 4:4, Satan est appelé « le dieu de ce siècle » qui aveugle l’esprit des incrédules, afin qu’ils ne soient pas éclairés par la lumière du glorieux Évangile de Christ. Il est aussi appelé « le prince de la puissance de l’air » (Éphésiens 2:2). C’est par les ondes qu’il a continuellement manipulé les rois et les princes de la terre, pour créer, au fil des siècles, le monde mauvais dans lequel nous vivons actuellement. Mais qui était-il, avant de devenir ainsi ?

Allons voir un récit dans Ésaïe 14, pour nous mettre dans le contexte des évènements. Dieu déclare à Ésaïe, au v. 4 : « Tu commenceras ce chant sur le roi de Babylone, et tu diras : Comment a fini le tyran, comment a fini l’oppression ». Il est question ici d’un roi, en l’occurrence, celui de Babylone. Ce conquérant et guerrier avait semé la destruction sur la terre en saisissant les biens d’autrui par la force de ses armées. Sa façon d’agir était aux antipodes de la voie divine. Il avait vraiment la philosophie du diable et s’avérait un instrument parfait entre ses mains. Le roi de Babylone, dont il est question ici, symbolise aussi le dirigeant antichrist militaire à venir, le dictateur auquel fait allusion Apocalypse 13:1-10. Il s’agit d’un système politique et militaire qui tentera d’établir le Nouvel Ordre Mondial, ayant reçu toute sa puissance et son autorité de Satan (v. 4).

Revenons maintenant dans Ésaïe 14 où, au verset 12, la préfiguration de ce roi humain de Babylone cède la place à l’archétype, c’est-à-dire, à Satan lui-même. Soudainement, Dieu Se met à le questionner ainsi : « Comment es-tu tombé du ciel astre brillant (Lucifer), fils de l’aurore ? Comment as-tu été abattu à terre, toi qui foulais les nations ? » Notez comment Dieu l’appelle « astre brillant », car c’est ce que Lucifer veut dire. Donc, avant de s’appeler Satan, le prince des ténèbres, il portait le nom de Lucifer, astre brillant, porteur de la lumière. Nous verrons plus loin comment Satan sera un jour détrôné et lié pendant mille ans au retour de Jésus. Mais quand Dieu S’adresse à lui, Dieu le ramène à un temps où il s’appelait Lucifer. Qui était cet archange dès sa création ?

Dans Ézéchiel 28, nous voyons une situation semblable à celle d’Ésaïe 14, mais cette fois Dieu S’adresse au prince de Tyr (Ézéchiel 28:2), un homme aussi méchant que le roi de Babylone. Tout comme avec le roi de Babylone, Ézéchiel nous déclare, dans Ézéchiel 28:11 « La parole de l’Éternel me fut adressée en ces termes : Fils de l’homme, prononce une complainte sur le ROI de Tyr ». Dieu S’adresse au diable ici, le roi qui dirigeait le prince de Tyr. Continuons au verset 11 : « Dis-lui : Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Tu étais [auparavant] le couronnement de l’édifice, plein de sagesse, parfait en beauté ; tu te trouvais dans l’Éden, le jardin de Dieu ; tu étais couvert de pierres précieuses de toutes sortes, la sardoine, la topaze, la calcédoine, le chrysolithe, l’onyx, le jaspe, le saphir, l’escarboucle, l’émeraude et l’or. Les tambours et les flûtes étaient à ton service, préparés pour le jour où tu fus créé » (vs 11-13).

Dieu lui rappelle comment il avait été originalement créé pour accomplir une œuvre magnifique. Il représentait la perfection chez les anges, plein de sagesse, d’une beauté extraordinaire, et recouvert de toutes sortes de pierres précieuses. Même les instruments de musique furent créés pour être à son service. Au verset 14, Dieu lui dit : « Je t’avais établi comme chérubin protecteur, aux ailes déployées ; tu étais sur la sainte montagne de Dieu ; tu marchais au milieu des pierres de feu ». Lucifer faisait partie du gouvernement de Dieu en tant qu’archange protecteur aux ailes déployées derrière le trône de Dieu. Son Créateur le préparait pour être Son porteur de lumière, « Lucifer ». Il avait été créé intègre et fidèle, mais quelque chose s’est produit en lui à un moment donné.

Aux vs 15 à 17, Dieu lui dit : « Tu fus intègre dans tes voies depuis le jour où tu fus créé, jusqu’à ce que l’iniquité ait été trouvée en toi. Au milieu de ton riche commerce, ton cœur s’est rempli de violence, et tu devins coupable ; je te précipiterai de la montagne de Dieu ; je te détruirai, ô chérubin protecteur, du milieu des pierres de feu ! Ton cœur s’est élevé à cause de ta beauté, et tu as corrompu ta sagesse par ton éclat ; je te jetterai par terre ; je te donnerai en spectacle aux rois, pour qu’ils te regardent ». Notez la dernière partie de ce verset, où Dieu lui dit : « Je te donnerai en spectacle aux rois, pour qu’ils te regardent ». Ceci est une prophétie annonçant que l’extrême humiliation de Satan sera d’être donné en spectacle aux Élus, devenus rois dans le Royaume de Dieu.

Il y a une croyance de plus en plus répandue de nos jours parmi certains cercles chrétiens présumant que Dieu aurait créé Lucifer déjà avec le mal en lui. Cette croyance se trouve aussi dans la pensée du Nouvel Âge où le bien et le mal sont deux éléments indissociables l’un de l’autre (le yin et le yang — rien n’est à cent pourcent bon ou mauvais. C’est qu’il y a toujours une petite parcelle de bien dans le mal et toujours une petite parcelle de mal dans le bien), soi-disant pour apporter l’équilibre dans l’univers. Ce faisant, cette croyance est un blasphème envers Dieu, car elle sous-entend que c’est donc Dieu qui aurait créé le mal et en serait l’auteur, et non Lucifer. Pourtant la Parole de Dieu nous dit : « Que personne ne dise, lorsqu’il est tenté : C’est Dieu qui me tente ; car Dieu ne peut être tenté par le mal, et lui-même ne tente personne » (Jacques 1:13).

Il ne se trouve aucun mal en Dieu. Il s’agit donc, en définitive, d’une autre tentative de Satan pour discréditer Dieu en essayant continuellement de fausser notre vision du Créateur de toutes choses. Il serait incroyable sinon impensable, que Dieu ait pu créer le mal et ensuite nous exhorter par la bouche même de Christ, en nous disant : « Soyez parfaits, comme votre Père qui est dans les cieux est parfait » (Matthieu 5:48). Non, Dieu a créé Lucifer parfait et plein de sagesse. Il était intègre depuis sa création, jusqu’au moment où il s’est enflé d’orgueil à cause de sa beauté. Soudainement, ce que Dieu lui avait confié n’était pas suffisant, il en voulait davantage. Il voulait s’emparer de toute la montagne de Dieu.

C’est ce que nous découvrons dans Ésaïe 14:13-14, où Dieu lui dit : « Tu disais en ton cœur : Je monterai aux cieux, j’élèverai mon trône par-dessus les étoiles [anges] de Dieu ; je siègerai sur la montagne [gouvernement] de l’assemblée, aux régions lointaines de l’Aquilon. Je monterai sur les hauteurs des nues, je serai semblable au Très-Haut ». Son orgueil l’avait poussé à vouloir s’emparer du trône même de Dieu au ciel. Cette iniquité trouvée en lui l’a motivé à séduire le tiers des anges sous sa charge afin de l’accompagner dans sa conquête. « Alors il y eut un combat dans le ciel. Michel et ses anges combattaient contre le dragon ; et le dragon combattait avec ses anges. Et ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne se retrouva plus dans le ciel. Et le dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit tout le monde, fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui » (Apocalypse 12:7-9).

Lucifer, cet ancien archange intègre, avait été placé sur un trône au-dessus d’un certain nombre d’anges pour l’assister dans le travail que Dieu lui avait confié. Mais quand l’orgueil l’avait poussé à vouloir s’asseoir sur le trône de Dieu, il s’est mis à manipuler ses anges, qui éventuellement finirent par pécher en acceptant sa philosophie de séduction. Donc, il régnait déjà sur les anges habitant la terre. Néanmoins, comme nous avons vu, cela ne lui suffisait pas. Il voulait s’accaparer de la domination sur les anges qui étaient avec Dieu. Pour réussir, selon lui, il devait envahir la demeure céleste du Créateur de l’univers, renverser Son trône, et usurper Sa place. Depuis sa défaite cinglante, Lucifer, devenu Satan (adversaire) s’est mis à implanter cette idée de détrôner Dieu dans l’esprit de tous ceux qui sont prédisposés à le suivre aveuglement.

J’aimerais profiter de cette occasion pour mentionner que le monde en général ne semble pas faire la distinction entre Lucifer et Satan. Et, par conséquent, les gens alternent les deux noms, croyant qu’ils sont pareils ou synonymes. Ceci ne devrait pas se faire, car depuis que l’iniquité fut trouvée en lui, Satan a perdu le nom de Lucifer. Satan n’est plus, et ne sera jamais plus, le porteur de lumière de Dieu. Satan est le prince des ténèbres ! En lisant le livre d’Ézéchiel, nous découvrons aussi le résultat frappant de l’œuvre de séduction du diable dans la manipulation des dictateurs. Au chapitre 28, il est question du prince humain de Tyr, un monarque ayant des richesses énormes et entouré de splendeurs. Dieu S’adresse à Son prophète Ézéchiel et lui dit : « Fils de l’homme, dis au prince de Tyr : Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Parce que ton cœur s’est élevé et que tu as dit : Je suis Dieu ; je suis assis sur un trône de dieux au sein des mers, quoique tu ne sois qu’un homme et non pas Dieu… » (Ézéchiel 28:2).

Dans les Saintes Écritures, les grandes prophéties des temps de la fin ont souvent deux accomplissements; un mineur comme préambule, afin de nous préparer pour le majeur dans les temps de la fin. Le prince de Tyr, ici, est alors une préfigure d’un autre prince à venir : « L’adversaire et celui qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu, ou qu’on adore, jusqu’à s’asseoir comme dieu dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même dieu » (2 Thessaloniciens 2:4). Dans Ézéchiel 27:7, nous lisons : « Le fin lin d’Égypte, orné de broderie, te servit de voile et de pavillon ; tu te couvrais de pourpre et d’écarlate des îles d’Élisha ». Comparons ceci à Apocalypse 18:16 : « Malheur ! Malheur ! La grande cité, vêtue de fin lin, de pourpre et d’écarlate, parée d’or, de pierreries et de perles ! Qu’en une seule heure tant de richesses aient été détruites ! »

Tous ces passages se rapportent à un seul et même système voulant dominer le monde entier. Ézéchiel 26 fait allusion à l’antique ville de Tyr en tant que type ou préfigure d’un système pour les temps de la fin, déjà en préparation, et probablement beaucoup plus prêt qu’on le croit à faire son apparition inattendue sur la scène internationale. Le monde en général, de nos jours, ne semble pas se soucier outre mesure que les puissances occultes préparent des catastrophes épouvantables dans leurs réunions secrètes. Mais aux chrétiens, en parlant des temps de la fin, Jésus dit : « Prenez donc garde à vous-mêmes, de peur que vos cœurs ne soient appesantis par la débauche, par l’ivrognerie et par les inquiétudes de cette vie ; et que ce jour-là ne vous surprenne subitement. Car il surprendra comme un filet tous ceux qui habitent sur la face de la terre » (Luc 21:34-35). Jésus, néanmoins, en nous annonçant ces choses d’avance, S’attend à ce que ceux qui lui appartiennent, soient sur leurs gardes.

La seconde réalisation, majeure cette fois, de ce que nous avons vu dans Ezéchiel 28, va sûrement surprendre le monde entier comme un filet qui tombe sur une proie, car la seule préoccupation des gens de notre époque est de s’occuper de soi et peu importe les autres. Quand l’antichrist des temps de la fin paraîtra, il sera trop tard pour eux. Et comme toujours, le type humain recevra son pouvoir temporaire de l’antitype satanique. La Bête militaire sera manipulée par Satan lui-même, juste avant le retour de Christ dans la gloire, et l’instauration d’un monde de Paix. Et Satan sera mis complètement hors d’état de nuire à qui que ce soit. Mais revenons à Lucifer de qui Dieu a dit : « Tu étais le couronnement de l’édifice, plein de sagesse, parfait en beauté » (Ézéchiel 28:12). Jamais Dieu n’a déclaré une chose pareille en parlant d’un humain, mais Il le déclare au sujet de cet être spirituel à son origine. Au verset 14, Dieu dit : « Je t’avais établi comme chérubin protecteur, aux ailes déployées ; tu étais sur la sainte montagne de Dieu ». Lucifer se trouvait au trône même de l’univers entier. Il était donc parfaitement familier avec le fonctionnement du Gouvernement divin.

Dieu avait dit à Moïse de demander aux enfants d’Israël de prendre une offrande : « Et ils me feront un sanctuaire, et j’habiterai au milieu d’eux » (Exode 25:8). Dans les versets 17 à 20, Dieu lui dit de faire un propitiatoire avec deux chérubins en or, aux ailes déployées, leurs visages dirigés vers le propitiatoire. Ce propitiatoire était une représentation du trône céleste, d’où le Créateur gouverne sur l’univers. Et, couvrant ce trône dans le sanctuaire, se trouvaient deux chérubins super archanges. Il s’agirait possiblement, selon plusieurs érudits bibliques, de Lucifer et de Michel, placés derrière le trône, et très bien familiarisés avec le gouvernement divin. Une autre possibilité néanmoins s’offre à nous. Puisque cette instruction de Dieu fut donnée à Moïse bien après la rébellion de Lucifer, pourquoi Dieu lui aurait-Il alors accordé cet honneur ? Qu’est-ce qui pourrait nous permettre de croire avec certitude que ces deux archanges sculptés étaient Lucifer et Michel ? Pourquoi pas Michel et Gabriel ?

Gabriel veut dire « Dieu est puissant », de gabar (être puissant) et El (Dieu). C’est un archange de haut rang, qui fut envoyé au prophète Daniel pour lui expliquer une vision dans Daniel 8:16-27. Gabriel parla à nouveau à Daniel pour l’instruire et lui révéler la prophétie des 70 semaines (Daniel 9:21-27). Beaucoup plus tard, Gabriel fut envoyé d’abord à Jérusalem, afin d’annoncer à Zacharie la naissance de Jean-Baptiste (Luc 1:11-22), puis à Nazareth pour annoncer à une vierge nommée Marie, qu’il lui fut accordé l’insigne honneur de porter en elle et donner naissance à Jésus (Luc 1:26-31). Gabriel a lui-même déclaré qu’il assiste devant Dieu, c’est-à-dire, en Sa présence (Luc 1:19). Sans pouvoir le prouver concrètement, il serait fort possible qu’après la chute de Lucifer, l’archange Gabriel ait été placé derrière le trône, pour assister Dieu.

Cette deuxième éventualité aurait beaucoup de sens, puisque depuis sa rébellion contre son Créateur, la Bible nous dépeint le diable comme étant présentement sur la terre, parce que sa place ne fut plus trouvée au ciel. Mais souvenons-nous que Lucifer était jadis au trône même de Dieu. Il était sur la sainte montagne de Dieu, et il marchait au milieu des pierres de feu (Ézéchiel 28:14). Ayant cependant totalement tordu cette connaissance qu’il avait reçue, le diable l’utilise infatigablement pour tenter constamment de contrer le plan de Dieu. Car son œuvre démoniaque consiste à détruire l’humanité, si seulement ça lui est possible.

Nous avons aussi appris que Lucifer s’est enflé d’orgueil à cause de sa beauté, et par la suite est devenu violent, car le péché avait corrompu sa sagesse. La vanité l’a donc poussé à commettre l’iniquité, jusqu’à vouloir prendre la place de son Créateur. Depuis ce temps, il inspire cette iniquité aux humains dans le but de détruire l’humanité entière. Dans le cas du prince de Tyr, nous voyons que ce type qui prétend être Dieu, est assis dans ses sanctuaires. « Tu as profané tes sanctuaires par la multitude de tes iniquités ; par l’injustice de ton trafic ; je ferai surgir de ton sein un feu qui te consumera, et je te réduirai en cendre par toute la terre, en la présence de tous ceux qui te regardent. Tous ceux qui te connaissent parmi les peuples seront frappés de stupeur à ton sujet ; tu seras un sujet d’épouvante, et tu ne seras plus jamais » (Ézéchiel 28:18-19).

Ceci est arrivé au prince de Tyr, mais c’était l’accomplissement mineur d’un évènement majeur dans les derniers jours, où il y aura un « adversaire et celui qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu, ou qu’on adore, jusqu’à s’asseoir comme dieu dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même dieu … l’impie que le Seigneur détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de Son avènement » (2 Thessaloniciens 2:4, 8). Ce personnage humain, contrôlé par Satan, sera directement impliqué dans les évènements terrifiants qui ébranleront le monde entier. Heureusement, tout se terminera au retour de Christ, alors qu’Il viendra établir Son Gouvernement divin sur toutes les nations.

Faisons alors une récapitulation de ce que nous avons couvert jusqu’ici. Lors de sa création originale, la terre était parfaite. Nous avons vu dans Job que les anges, témoins de cette magnifique création, poussaient des cris de joie. Puis, elle devint la demeure d’un certain nombre d’anges dirigés par un archange nommé Lucifer. Il avait son trône ici-bas et, ayant été formé au trône céleste de Dieu, il possédait la connaissance sur la façon que le Gouvernement divin était administré. Son travail était d’administrer le Gouvernement Divin sur les anges qui habitaient cette terre. Et pendant un temps, le bonheur, la joie et la paix régnaient sur notre globe. Donc, nous voyons que Dieu n’a PAS CRÉÉ SATAN. Il a créé un archange de rang supérieur, plein de sagesse, parfait en beauté, et magnifiquement doué pour diriger le Gouvernement de Dieu sur la terre. Tous les anges ont été créés libres, avec un esprit capable de penser, de raisonner et de choisir.

Tout allait bien jusqu’au moment où Lucifer a appris que Dieu avait planifié de créer des humains à Son image et à Sa ressemblance, et qui, un jour, deviendraient Ses héritiers. Lucifer était complètement hors de lui-même quand il apprit cela et que lui et ses anges étaient « tous des esprits destinés à servir, et envoyés [sur terre] pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut » (Hébreux 1:14). Les anges ont été créés pour servir les héritiers immortels du monde à venir. « Car il [Dieu] n’a point soumis aux anges le monde à venir dont nous parlons » nous dit Paul dans Hébreux 2:5.

Au lieu d’être un héritier, Lucifer et ses anges devaient servir ceux qui seraient créés inférieurs à lui, mais qui deviendraient éventuellement les vrais héritiers. Lucifer s’est laissé emporter par la vanité, et sans doute par une folle jalousie, et il commença à se justifier et à se glorifier au point d’envier le pouvoir et la puissance de Dieu. Il s’est mis à agir à sa guise et à résister à l’autorité exercée par Dieu sur lui. À force de manipulation psychologique, il a réussi à rallier à sa cause les anges sur lesquels il gouvernait. Avec ces anges, il se fit une armée puissante pour envahir le troisième ciel, dans le but unique de détrôner Dieu et de s’emparer du trône de l’univers.

Dans sa folie et sa convoitise, Lucifer, rempli de violence, a donc corrompu sa sagesse et croyait vraiment pouvoir devenir Dieu. N’ayant pas réussi, et ayant été précipité sur la terre avec ses anges devenus des démons, ce magnifique archange est devenu l’adversaire de Dieu et de Sa création. Son nom fut alors changé de Lucifer à Satan (adversaire). Tout au long de l’histoire humaine, Satan a réussi à séduire tous ceux qui convoitaient le pouvoir, à croire qu’ils étaient des dieux. Il l’a fait avec le prince de Tyr et il le fera sûrement avec la Bête politique à venir, « l’adversaire et celui qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu, ou qu’on adore, jusqu’à s’asseoir comme dieu dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même dieu » (2 Thessaloniciens 2:4).

Nous sommes alors rendus au point de nous demander comment la terre a pu devenir si chaotique, informe et vide ? Suite à cette rébellion, où le tiers des anges se joignit à Satan dans sa tentative de détrôner Dieu, on ne peut qu’imaginer les ravages épouvantables qu’ils ont commis, quand ils furent tous précipités sur la terre, après leur cuisante défaite. Comment alors, des êtres spirituels en se combattant, pouvaient-ils altérer de la matière physique ? Dieu est Esprit ! (Jean 4:24). Pourtant il a créé la matière physique. Étant le Créateur, Dieu a aussi le pouvoir de la détruire. Les anges aussi sont des esprits. Par contre, ils n’ont pas le pouvoir de créer, car cette puissance n’appartient qu’à Dieu. Mais les anges peuvent causer des dommages à ce qui fut créé. Il apparaîtrait donc logique que ces êtres spirituels (les démons, Satan en tête) aient voulu saccager la création de Dieu après leur défaite, en réaction de ce que la terre était destinée à recevoir la création de l’homme comme héritier de Dieu.

Quand Lucifer eut connaissance que l’homme serait créé et que lui et les autres anges seraient alors destinés à être les serviteurs de ces héritiers, il a dû sentir son orgueil piqué au vif en apprenant qu’il devrait œuvrer à servir des êtres inférieurs à lui et, de plus, charnels, donc au physique corruptible ! Quelle déchéance pour sa personne ! Il aurait au début refusé en son for intérieur d’adhérer au Plan de Dieu et en aurait conclu que le seul moyen d’échapper à pareil déshonneur était de renverser le trône même de Dieu. Sa jalousie envers l’homme et son destin expliquerait le comportement de l’archange Lucifer et donnerait une explication logique à la folle tentative de renversement du trône divin. L’orgueil seul ne pouvait entièrement expliquer cette folie, mais, couplé à la jalousie, on imagine davantage l’urgence qu’à dû ressentir Lucifer à s’emparer des commandes de l’Univers. Cela explique aussi son acharnement continuel à vouloir détruire l’homme par tous les moyens que Dieu lui permet temporairement d’exercer.

Donc, notre globe fut plongé dans le chaos total, suite au péché de désobéissance commis par les anges déchus. Jusqu’à ce jour, ce que les géologues et les astronomes observent, ce n’est pas un univers qui « évolue », mais plutôt les décombres d’une bataille gigantesque épouvantable, menée par des créatures spirituelles. Une destruction et une décomposition progressive, suite à un conflit qui a eu lieu AVANT la création de l’homme. La « théorie » de l’évolution demeure et ne sera toujours qu’une « théorie », sans preuve physique ni fondement prouvable. Avez-vous déjà songé que si la théorie de l’évolution était prouvée, elle cesserait tout simplement d’être une THÉORIE, et deviendrait la preuve de l’évolution ?

Non, la terre avait été créée parfaite pour être habitée, mais à cause de la rébellion de Lucifer et de ses anges, elle devint une ruine. « Or la terre était informe et vide, et les ténèbres étaient à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait sur les eaux » (Genèse 1:2). Certains érudits bibliques avancent-ils une théorie selon laquelle la terre fut possiblement couverte d’eau par un déluge, juste après le saccage par les démons ? Et, par conséquent, celui du temps de Noé serait-il alors un deuxième déluge ? Je n’ai aucune opinion personnelle à offrir là-dessus, autre que de re-citer Genèse 1:2 qui dit simplement : « Or la terre était informe et vide, et les ténèbres étaient à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait sur les eaux ».

Le temps était cependant venu pour Dieu de refaçonner la terre en six jours, de la renouveler, afin d’y placer l’homme. « Envoie-tu Ton Esprit ? Ils sont créés, et tu renouvelles la face de la terre » (Psaume 104:30). En créant Adam, Dieu lui donna aussi l’occasion extraordinaire de remplacer Satan, et de s’asseoir sur son trône afin de restaurer le Gouvernement divin ici-bas. Dieu lui a donné deux choix, cependant. Pour se qualifier, il devait choisir de s’alimenter ou non spirituellement à l’arbre de vie qui symbolisait de se faire instruire directement par Dieu.

Notez qu’après avoir créé Adam le sixième jour, Dieu Se reposa le septième jour de toute Son œuvre qu’Il avait faite (Genèse 2:2), ayant réservé tout Son temps à S’occuper personnellement des humains qu’Il avait créé à Son Image. Mais Adam rejeta cette occasion singulière, en se pliant au mensonge de Satan, qui lui disait qu’en mangeant de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, lui et sa femme seraient comme des  dieux (Genèse 3:5). La convoitise, inspirée par le diable, les a fait pécher à leur tour. Satan a donc conservé son trône et, jusqu’à ce jour, il règne continuellement en souverain, étant le « dieu de ce siècle, qui aveugle l’esprit des incrédules, afin qu’ils ne soient pas éclairés par la lumière du glorieux Évangile de Christ, qui [LUI] est l’image de Dieu » (2 Corinthiens 4:4).

Mais tout n’est pas perdu ! Car Christ, le « dernier Adam » (1 Corinthiens 15:45), viendra bientôt pour détrôner Satan de son poste, et installer Son trône pour diriger le Royaume de Dieu sur cette terre. Aux Élus de la première Résurrection, Jésus nous déclare : « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur Mon trône, comme Moi j’ai vaincu et suis [maintenant] assis avec Mon Père sur Son trône [au ciel] » (Apocalypse 3:21). Ce sont les paroles mêmes de Christ à l’apôtre Jean, qui avait reçu cette Révélation de notre Seigneur. Présentement, Jésus est au ciel, et Il y demeurera « jusqu’au temps du rétablissement de toutes choses [sur cette terre], dont Dieu a parlé par la bouche de tous Ses saints prophètes, depuis longtemps » (Actes 3:21).

Alors, quand le temps sera prêt, Jésus reviendra pour rétablir toutes choses comme au début de la création des humains, lorsque « Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et voici, c’était très bon » (Genèse 1:31). Si Dieu qualifie quelque chose de « très bon », c’est que ça doit être vraiment parfait !  Gardons toutefois en mémoire qu’avant de créer les humains, Dieu avait placé le grand chérubin Lucifer sur notre terre pour gérer le Gouvernement divin ici-bas, mais Lucifer refusa de respecter les ordres du Créateur. N’étant pas satisfait de la responsabilité que Dieu lui avait communiquée, il s’est mis à convoiter et à en vouloir plus. Quand sa convoitise a corrompu sa sagesse, il décida de remplacer Dieu, et dans sa tentative, il s’est ainsi disqualifié. Adam a eu sa chance et il aurait pu remplacer Satan. Ayant préféré désobéir à Dieu en se laissant séduire par le diable, il s’est aussi disqualifié. En choisissant d’obéir à Satan, Adam devint, de ce fait, l’esclave du diable. Depuis lors, toute sa descendance a emprunté la même voie.

Quatre mille ans plus tard, vint Jésus-Christ. Mais, avant de commencer Son ministère de trois ans et demi, Jésus livra à Satan un combat spirituel sans merci. Christ résista à la tentation en refusant de céder là où tous les autres avaient échoué. Jésus ne convoitait rien ! Il est venu donner et non prendre. Satan a même essayé de Le séduire en tordant les Saintes Écritures. Allons voir ce récit de plus près. Matthieu 4:1-2 : « Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert pour être tenté par le diable. Et après qu’il eut jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim ». Notez que Satan ne le tente pas au moment où Jésus entre dans le désert. Il attend patiemment pendant quarante jours et quarante nuits, sachant fort bien qu’il serait physiquement affaibli et aurait sûrement faim.

Alors, Satan agit immédiatement sur cette faiblesse et cette faim. Verset 3 : « Et s’étant approché de lui, le tentateur lui dit : Si tu es le Fils de Dieu, dis que ces pierres deviennent des pains ». Satan savait très bien que Jésus était le Fils de Dieu, mais il utilisa sa ruse habituelle en mettant en doute cette réalité. Il lui dit plutôt : SI tu es le Fils de Dieu. Un humain, blessé dans son propre orgueil, lui aurait certainement dit : « Je vais te montrer qui je suis ! » Ce faisant, toutefois, il aurait aussi péché en cédant à l’orgueil. « Mais Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (v. 4). Bien sûr, nous devons manger pour vivre, mais cette vie physique cessera un jour. Tandis que de s’alimenter de la Parole de Dieu nous amène à vivre éternellement dans l’immortalité. Ceci est d’une importance capitale pour le converti, car l’immortalité est dans la résurrection.

Mais Satan n’abandonne pas si facilement. Vs 5-6 : « Alors le diable le mena dans la ville sainte, et le mit sur le haut du temple ; et il lui dit : Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit qu’il [Dieu] ordonnera à Ses anges d’avoir soin de toi ; et ils te porteront dans leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre quelque pierre ». Toujours ce fameux SI pour implanter le doute dans l’esprit. Il est évident que si Jésus était monté sur le haut du temple et avait accidentellement trébuché, les anges seraient immédiatement venus pour le secourir. N’oublions jamais que Dieu avait consenti à Se dépouiller de Sa toute puissance (Philippiens 2:6-7) en acceptant de vivre temporairement dans un simple corps humain. Alors, dans les situations d’urgences, les anges devaient toujours être prêts à Le secourir. Mais Satan Lui demande carrément de provoquer Dieu en se jetant délibérément en bas du temple.

Regardons la simplicité dans sa réponse, alors que « Jésus lui dit : Il est aussi écrit : Tu ne tenteras point le Seigneur ton Dieu ». Certains chrétiens donnent parfois l’impression que, parce qu’ils se sont convertis à Christ, rien de mal ne peut plus leur arriver. Rappelons-nous toujours que Dieu pourvoit pour Ses enfants en toutes choses. Mais nous avons aussi un minimum d’effort à fournir, que ce soit de travailler pour gagner notre pain, d’utiliser la sagesse divine pour éviter les situations pénibles, ou encore d’exercer des précautions pour éviter de nous blesser ou même de nous tuer. Si nous faisons ce que nous devons accomplir, alors, dans un tel cas, Dieu veillera sur nous et S’occupera du reste. Le mot clé ici, c’est qu’il ne faut jamais provoquer ou tenter Dieu. Voilà la profondeur du message de Christ pour nous.

Finalement, aux versets 8-9 : « Le diable le mena encore sur une montagne fort haute, et lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire ; et lui dit : Je te donnerai toutes ces choses, SI, te prosternant, tu m’adores ». Combien de chefs de gouvernement Satan a-t-il conquis, tout au long des siècles, avec cette ruse épouvantable de convoiter le pouvoir au point d’adorer le diable ? Mais le diable pousse son arrogance hors limites en demandant à Jésus de l’adorer ! Satan savait fort bien que tous ces royaumes qu’il étalait devant Jésus étaient à sa disposition. Ce qui semble lui avoir échappé, c’est que Dieu avait créé toutes ces choses, même si, temporairement, Satan était toujours « le dieu de ce siècle ». Demander à Christ, Emmanuel (Dieu parmi nous), de l’adorer, c’était incontestablement de la folie poussée à son comble.

Alors, Jésus, sans aucune hésitation, lui dit : « Arrière, Satan ; car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu le serviras lui seul » (v. 10). À ce stade, le combat était définitivement terminé. Donc, au verset 11, nous lisons : « Alors le diable le laissa ; et voici des anges vinrent, et le servirent ». Ils vinrent adorer Celui qui était digne d’adoration, et Le servirent, Lui seul. La leçon extraordinaire pour le chrétien ici, c’est qu’il lui est impossible de servir Dieu tout en convoitant la richesse et le pouvoir. Jésus Lui-même nous dit : « Nul ne peut servir deux maîtres ; car, ou il haïra l’un et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Matthieu 6:24). Paul nous dit : « Ne savez-vous pas que si vous vous rendez esclaves de quelqu’un pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez ? » (Romains 6:16).

Mais il y a tout un avantage à devenir esclave de Celui qui est venu verser Son précieux Sang, afin que nous puissions être sauvés. « Car l’esclave qui a été appelé par le Seigneur, est affranchi du Seigneur ; de même aussi, l’homme libre [affranchi du Seigneur] qui a été appelé, est l’esclave [maintenant] de Christ. Vous avez été achetés à un grand prix ; ne devenez point esclaves des hommes » (1 Corinthiens 7:22-23). Et surtout pas de Satan ! Jésus doit revenir bientôt et quand Il reviendra, le diable sera destitué de son poste de « dieu de ce siècle » et enchaîné dans l’abîme avec ses démons pendant mille ans. C’est le Christ qui régnera ici-bas, et les lois divines seront à nouveau universellement respectées. L’ordre et la paix s’installeront enfin.

Non, Dieu n’a pas créé Satan ! Il a créé un archange d’une beauté parfaite, rempli de sagesse et intègre dans ses voies. Il devait être l’outil de Dieu pour apporter la lumière aux humains que Dieu devait éventuellement créer pour devenir Ses héritiers. En se révoltant contre son Créateur, il s’est mis à faire exactement le contraire. Il a semé la noirceur et les ténèbres dans l’esprit des humains afin de brouiller toutes leurs activités, soit physiques, soit spirituelles. Pourtant, Dieu l’avait créé parfait ! Mais, libre de choisir, il décida de se transformer en adversaire, en convoitant le trône même de Dieu. Lucifer est donc devenu Satan le diable, après s’être rebellé contre le Gouvernement divin. Et pour cette convoitise, et tous les dégâts qu’il a causés sur cette terre depuis Adam et Eve, lui et ses démons « seront tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles » (Apocalypse 20:10).

Que Dieu inspire tous ceux qui seront touchés par ce message à se tourner vers Jésus, qui est l’Image même de Dieu. Car « il n’y a de salut en aucun autre ; car sous le ciel il n’y a pas un autre nom qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12). Et c’est ce que je souhaite à vous tous !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,