D.118 – Dieu parle-t-Il par l’intermédiaire des sorcières ?

image_pdfimage_print

 

Une étude de 1 Samuel 28

Par Roch Richer

Il y a quelque temps, un frère chrétien m’a amené à étudier un passage de l’Ancien Testament où Il semblait y avoir un prophète de l’Éternel qui fut apparu à un roi d’Israël pour lui annoncer un oracle de Dieu. Ce passage se trouve dans 1 Samuel 28. On y voit que le roi Saül consulta une sorcière, ou médium, pour faire apparaître le prophète Samuel qui était mort auparavant. Mon frère chrétien était convaincu qu’il s’agissait bel et bien de Samuel auquel Dieu aurait commandé d’apparaître à Saül pour lui apprendre une leçon.

Comment concilier ce passage avec les sévères recommandations de Dieu à l’effet qu’Israël ne devait pas faire appel à la magie et à la sorcellerie pour connaître le futur ou obtenir des faveurs ? Voyez ce que dit l’Éternel :

 « Ne vous adressez point à ceux qui évoquent les esprits, ni aux devins ; ne les consultez pas pour vous souiller avec eux ; Je suis l’Éternel, votre Dieu » (Lévitique 19:31).

 « Quand tu seras entré au pays que l’Éternel ton Dieu te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là. 10Il ne se trouvera personne parmi toi qui fasse passer par le feu son fils ou sa fille ; ni de devin, ni pronostiqueur, ni enchanteur, ni magicien, 11Ni personne qui use de maléfices, ni personne qui consulte un sorcier, ni aucun diseur de bonne aventure, ni personne qui interroge les morts. 12Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel, et c’est à cause de ces abominations que l’Éternel ton Dieu chasse ces nations de devant toi » (Deutéronome 18:9-12).

 « Et si l’on vous dit : “Consultez les évocateurs d’esprits et les devins, ceux qui chuchotent et qui murmurent”, dites : Un peuple n’ira-t-il pas vers son Dieu ? Pour les vivants, s’adressera-t-il aux morts ? 20À la loi et au témoignage ! Et si le peuple ne parle pas ainsi, point d’aurore pour lui ! » (Ésaïe 8:19-20).

Dieu Se serait-Il contredit et aurait-Il voulu Se servir de quelque chose qu’Il condamnait si vertement pour « apprendre une leçon » à Saül ? Dieu parle-t-Il par l’intermédiaire des sorcières ou des êtres possédés par des démons ? Ou se peut-il que des démons puissent dire des vérités divines afin de tromper leurs auditeurs ? Prenons l’exemple d’une femme qui était possédée par un esprit maléfique, dans Actes 16:16 à 18 : « Or, comme nous allions à la prière, une servante qui avait un esprit de Python, et qui procurait un grand profil à ses maîtres en devinant, nous rencontra. 17Ayant suivi Paul et nous, elle s’écria en disant : Ces hommes sont des serviteurs du Dieu très haut, qui vous annoncent la voie du salut. 18Elle fit cela pendant plusieurs jours ; mais Paul, en étant importuné, se retourna, et dit à l’esprit : Je te commande au nom de Jésus-Christ, de sortir de cette fille. Et il en sortit au même instant. »

Cette femme, et donc le démon qui l’habitait, disait la vérité : Paul et ses compagnons étaient vraiment des serviteurs du Dieu très haut et annonçaient réellement la voie du salut ; il n’y a pas de doute là-dessus. Or, pourrait-on croire que cette litanie, étalée sur plusieurs jours, était commandée par Dieu au démon ? Assurément non ! Mais Satan voulait que le message de l’évangile soit associé, dans l’esprit des gens à une de ses servantes que tout le monde autour d’elle devait reconnaître comme une puissante médium et sorcière. De plus, Paul n’aurait jamais osé défier quelque chose qui aurait été commandé par Dieu, si tel avait été le cas.

Pourquoi en serait-il autrement du passage de 1 Samuel 28 ? Avant d’examiner soigneusement le passage en question, jetons un coup d’œil sur ce qu’il a eu comme résultat. Dans 1 Chroniques 10:13-14, nous voyons ce que le geste de Saül lui a attiré :

« Ainsi mourut Saül, à cause de la faute qu’il avait commise contre l’Éternel, au sujet de la parole de l’Éternel qu’il n’avait point observée, et aussi parce qu’il interrogea et consulta ceux qui évoquent les esprits.14Il ne consulta point l’Éternel, et l’Éternel le fit mourir, et transféra la royauté à David, fils d’Isaï. »

Ce passage est sans équivoque : Dieu ne S’est certainement pas servi d’une médium de Satan pour parler à Saül. Au contraire, Il a puni sévèrement Saül parce qu’il avait consulté la sorcière d’En-Dor. Partant de ce fait, analysons le passage. À partir du premier verset de 1 Samuel 28, nous voyons que les Philistins, nation ennemie d’Israël, se préparaient à lui faire la guerre. Au verset 3, Dieu tient à spécifier que Samuel était bel et bien mort. Dans d’autres articles, nous élaborons sur le fait que les morts ne reviennent pas parmi les vivants et que leur « âme » ne flotte pas ici ou là. Dans le même verset, il est aussi spécifié que Saül avait « ôté du pays les magiciens et les devins. »

Mais son travail était négligé parce qu’il en restait encore, ce dont il se rendait parfaitement compte étant donné qu’il parvint à dénicher une femme qui connaissait la magie. Or, auparavant, Saül avait quand même tenu à consulter l’Éternel. Mais, au verset 6, il est dit que l’Éternel ne lui répondit point, ni par des songes, ni par l’Urim[1] , ni par les prophètes. » Aurait-il été dans la logique divine de refuser de parler à Saül par un songe, l’urim ou un prophète, mais de lui accorder Sa Parole par le moyen d’une sorcière ? Si vraiment Dieu eût voulu parler à Saül, Il disposait de meilleurs moyens, tous conséquents avec Sa propre Parole !

Voyant que l’Éternel ne lui répondait pas, car il s’était déjà passablement éloigné de son Créateur, Saül décida d’aller plus bas dans sa déchéance et de consulter une femme médium (v. 7). Ses serviteurs lui en indiquèrent une.

« 8Alors Saül se déguisa, et prit d’autres habits, et s’en alla, lui et deux hommes avec lui ; et ils arrivèrent de nuit chez cette femme. Et Saül lui dit : Prédis-moi, je te pris, par la magie ; et fais-moi monter celui que je te dirai. »

Étant donné qu’il venait d’exterminer et de chasser les magiciens et les devins du pays, Saül savait pertinemment que, s’il voulait en consulter une, il lui fallait l’approcher sans dévoiler son identité, sinon on l’aurait fui comme la peste. La réaction de la femme est ainsi fort compréhensible.

« 9Mais la femme lui répondit : Voici, tu sais ce que Saül a fait… » Vous remarquerez qu’elle ne reconnaît pas Saül. « …comment il a ôté du pays les magiciens et les devins ; pourquoi donc dresses-tu un piège à ma vie, pour me faire mourir ? » Sans aucun doute y avait-il eu beaucoup de délation et de dénonciation pour faire sortir les magiciens et les devins de leurs trous où ils avaient dû se cacher pendant la chasse aux sorcières de Saül. Les séquelles restaient. Mais, au verset 10, le roi Saül la rassure : « Alors Saül lui jura par l’Éternel, et lui dit : L’Éternel est vivant ! il ne t’arrivera aucun mal pour cela. » Notez l’ironie : Saül jure par l’Éternel que Dieu ne punira pas la femme parce qu’elle s’apprête à faire ce que l’Éternel considère comme une pratique abominable ! Saül avait vraiment atteint un grand degré d’obscurcissement.

« 11Alors la femme dit : Qui veux-tu que je te fasse monter ? Et il répondit : Fais-moi monter Samuel. 12 Et quand la femme vit Samuel, elle poussa un grand cri, et elle dit à Saül : Pourquoi m’as-tu trompée ? tu es Saül ! » Remarquez bien. La femme ne fut pas effrayée du fait qu’elle voyait un esprit ayant l’apparence de Samuel — elle devait bien s’attendre à ce qu’un Samuel apparaisse, depuis le temps qu’elle exerçait ce « métier » — elle fut effrayée de reconnaître Saül ! Elle croyait à un guet-apens pour la faire mourir ou, à tout le moins, la faire chasser du pays. Son cri d’alarme est assez évident. C’est pourquoi Saül doit la calmer : « 13Et le roi lui répondit : Ne crains point ; mais que vois-tu ? Et la femme dit à Saül : Je vois un dieu qui monte de la terre. »

La femme spirite prétendait pouvoir communiquer avec les morts en les faisant monter du tombeau. À cette époque-là, ce procédé était pratique courante chez les païens parce qu’ils savaient que les morts étaient toujours dans leurs tombeaux. Aujourd’hui, les médiums font produire aux esprits des sons semblant provenir de l’air ambiant, la croyance générale moderne étant que les morts ne sont plus dans leurs tombes, mais quelque part dans l’au-delà, et qu’ils sont pleinement conscients de leur état. L’on prétend même, sans apporter de preuve, qu’ils sont au ciel, ou au purgatoire, ou même en enfer, ces lieux n’étant que pure fruit de l’imagination humaine.

La réponse de la femme étant quelque peu floue, Saül demande plus de précision : « 14Et il lui dit : Comment est-il fait ? Elle répondit : C’est un vieillard qui monte, et il est couvert d’un manteau. Et Saül comprit que c’était Samuel ; et il s’inclina le visage contre terre, et se prosterna. »

Trois éléments, ici, nous montrent qu’il ne s’agissait pas du prophète Samuel, mais d’un démon. Premièrement, le « vieillard » fait une apparition pour le moins lugubre, ce qui ne s’apparente nullement avec les apparitions que les anges de Dieu et les messagers de Dieu font. Ceux-ci n’apparaissent pas d’une manière ténébreuse. Deuxièmement, c’est Saül qui a déduit personnellement qu’il devait s’agir de Samuel et non d’un démon. Il « comprit ». Le verbe n’a pas le sens de « s’apercevoir de manière formelle ». Troisièmement, et le point le plus important, Saül s’est prosterné devant ce « Samuel » et ce dernier, comme vous le voyez dans le verset suivant, ne dit rien à Saül à ce sujet. Or JAMAIS un serviteur de Dieu va-t-il accepter qu’un homme se prosterne devant lui ! C’est un geste qui n’est réservé que pour le Seigneur. Mais les démons adorent cela !

Voyez l’exemple de l’ange qui parlait à Jean dans sa vision sur l’île de Patmos, dans Apocalypse 19:10 : « Or, je me jetai à ses pieds pour l’adorer ; mais il me dit : Garde-toi de le faire ; je suis ton compagnon de service et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu, car le témoignage de Jésus, c’est l’esprit de prophétie. » La même chose se reproduit dans Apocalypse 22:8-9

Au verset 15, « Samuel » demande à Saül pourquoi il l’a dérangé. Saül lui raconte ses problèmes avec les Philistins et avec Dieu. « 16Mais Samuel dit : Pourquoi donc me consultes-tu, puisque l’Éternel s’est retiré de toi, et qu’il est devenu ton ennemi ? 17Or, l’Éternel a fait selon ce qu’il avait dit par moi ; l’Éternel a arraché le royaume d’entre tes mains, et l’a donné à ton prochain, à David. 18Puisque tu n’as point obéi à la voix de l’Éternel, et que tu n’as point exécuté l’ardeur de sa colère contre Amalek, à cause de cela l’Éternel te traite aujourd’hui de cette manière. 19Et l’Éternel livrera même Israël avec toi entre les mains des Philistins ; et demain, toi et tes fils vous serez avec moi ; l’Éternel livrera même le camp d’Israël entre les mains des Philistins. » Ensuite de quoi, Saül en tomba malade, effrayé de ces paroles.

Certaines personnes semblent incapables de croire que des prédictions sur l’avenir puissent venir des démons. Pourtant, les divers commerces démoniaques des cartomanciens, diseurs de bonne aventure et autres pronostiqueurs ont précisément ce but. Si les démons ne pouvaient pas prédire un tant soit peu de l’avenir, ces commerces n’auraient jamais existé. Comment des esprits iniques peuvent-ils savoir ce qui va arriver ? Tout simplement parce qu’il arrive que Dieu le leur fasse connaître ! À plusieurs reprises, dans la Bible, nous apprenons que Dieu a fait connaître Ses desseins aux esprits, mêmes iniques.

Par exemple, voyez 1 Rois 22:21-23 : « Alors un esprit s’avança et se tint devant l’Éternel, et dit : Je le séduirai. Et l’Éternel lui dit : Comment ? 22Et il répondit : Je sortirai, et je serai un esprit de mensonge dans la bouche de tous ses prophètes. Et l’Éternel dit : Tu le séduiras, et même tu en viendras à bout. Sors, et fais ainsi. 23Maintenant donc, voici, l’Éternel a mis un esprit de mensonge dans la bouche de tous tes prophètes que voilà ; et l’Éternel a prononcé du mal contre toi. » Vous retrouverez le même passage dans 2 Chroniques 18:21-22. Cet exemple nous éclaire sur la façon que se produit ce genre d’événement. Saül a certainement dû se faire séduire par un esprit inique équivalent.

Vous trouverez également beaucoup d’intérêt à lire le premier chapitre du livre de Job qui donne le compte-rendu de la façon de faire de Satan pour discréditer les enfants de Dieu. N’oubliez pas que des phénomènes paranormaux semblables vont se produire à une échelle prodigieuse aux temps de la fin, comme nous pouvons le lire dans Apocalypse 9:3-5, alors que des démons seront lâchés sur la population des habitants de la terre, afin de les influencer pendant cinq mois par le moyen d’une effroyable torture mentale.

Dieu est le Souverain suprême de l’univers, mais, depuis les six mille ans de l’existence de l’humanité et ses sociétés, Il permet à Satan et ses anges déchus d’exercer une influence sur le monde. Satan est maître des royaumes de la terre : « Et le diable lui dit : Je te donnerai toute cette puissance et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux » (Luc 4:6). Pourquoi Dieu permet-Il cela ? Parce que le premier homme, Adam, a décidé de s’arroger la prérogative de produire lui-même sa connaissance du bien et du mal, obéissant ainsi à Satan plutôt qu’à Dieu. L’« esprit familier » qui se manifesta à la sorcière d’En-Dor n’était autre que Satan lui-même ou l’un de ses démons. Il était donc en mesure de savoir que Dieu allait livrer Saül aux Philistins le lendemain. Ce qu’il s’empressa de révéler à Saül afin que celui-ci croie que c’était bien Samuel qui lui parlait.

Qu’arriva-t-il à Saül pour avoir consulté un médium dans le dessein de connaître l’avenir ? Vous l’avez lu dans 1 Chroniques 10:13-14.

Dieu ne manque donc pas de moyens pour communiquer Ses directives à Ses serviteurs ou aux autres hommes pour avoir besoin de parler par la bouche des démons. Ce sont eux qui prennent l’initiative de dévoiler des choses aux hommes et Dieu défend formellement aux hommes de faire appel aux esprits pour connaître l’avenir ou pour obtenir des faveurs.

Attachons-nous donc à fuir Satan (Jacques 4:7) et à nous rapprocher sans cesse de notre Créateur et Sauveur. Ainsi, nous ne craindrons jamais l’avenir, car il s’annonce des plus extraordinaires pour les serviteurs de Dieu.

______________________________________________________________

[1] Urim et Thummim (Lumières et Perfections) : Au dire de certains, il s’agirait là du nom collectif donné aux pierres enchâssées sur le pectoral. Mais Lévitique 8:8 dit que l’urim et le thummim s’ajoutaient aux pierres précieuses du pectoral ; par conséquent, il faudrait les en distinguer ; de plus, on les consultait en certaines occasions pour connaître la volonté divine (Nombres 27:21 ; Deutéronome 33:8 ; Esdras 2:63). L’urim et le thummim préfiguraient les lumières et les perfections de Christ, notre souverain Sacrificateur [Note 1 de Exode 28:30 de la Bible de Références Scofield, version Louis-Segond, édition 1975, p. 110].

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,