D.475 – L’immortalité conçue par l’homme

image_pdfimage_print

Par Joseph Sakala

Un article paru dans le Time Magazine portait le titre « 2045 : L’année où l’homme devient immortel ». Cet article ne fait aucunement référence à la transformation divine de l’homme à la vie spirituelle, mais plutôt à une transformation appelée « singularité ». C’est le moment où les ordinateurs deviendront hyper intelligents et, soit qu’ils règlent le cas du vieillissement, ou s’unissent à l’homme pour le transformer en cyborg. Toutefois est-ce vraiment l’immortalité ? Nous voulons tous vivre éternellement. Depuis le Jardin d’Éden, quand l’homme reçut la pénalité de mort pour le péché, l’humanité a toujours cherché un moyen pour tricher la mort et vivre éternellement.

Nous sommes tous émerveillés par les robots, les cyborgs et les androïdes dans les différents films et programmes télés. Il y avait un robot dans la série télévisée Perdu dans l’espace qui criait constamment « Danger, Will Robinson » dans les années 1960. Plus tard, l’aimable R2D2 et son compagnon robotisé C3P0, dans la série Star Wars, sont apparus dans les films. Ils étaient beaucoup plus sophistiqués. Ensuite, nous avons eu les robots Terminator, chacun encore plus sophistiqué que le précédent. Ceux-ci ont été suivis par l’androïde presqu’humain, le Lieutenant-Commandant Data de la série Star Trek. L’idée de « singularité » n’est pas si éloignée quand nous pensons à Watson, un ordinateur inventé par IBM qui a réellement vaincu ses adversaires humains dans le programme Jeopardy. Et ses adversaires humains étaient tous des champions au programme.

Vous souvenez-vous du temps où un ordinateur nommé Deep Blue a vaincu Gary Kasparov, le champion au jeu d’échec de son temps ? Ensuite, nous avons vu le nouveau robot HRP-4C qui pouvait presque marcher comme un humain. L’ordinateur fut conçu pour ressembler à une femme japonaise qui faisait des clins d’œil, souriait et parlait. Toutefois, je ne crois pas qu’elle pouvait postuler pour un emploi. Mais ce n’est qu’une question de temps où l’on finira par inventer un ordinateur qui ressemblera, agira et se comportera comme un humain. Est-ce que l’immortalité des ordinateurs s’en suivra ? Même si un androïde parfait pouvait être fabriqué, il serait toujours physique, avec beaucoup de pièces fabriquées de matières physiques et ainsi sujet à ne pas fonctionner correctement, avec des morceaux qui s’useraient éventuellement et cesseraient finalement d’opérer complètement.

Jusqu’à présent, les ordinateurs ont été des outils très utiles. Je travaille sur un ordinateur quasiment chaque jour. Une chance que mon ordinateur ne me parle pas. Mais lire des articles sur l’intelligence artificielle et des idées théoriques sur le scanning de notre connaissance pour l’injecter dans un ordinateur afin que je puisse vivre éternellement ne répond absolument pas à mon désir de vivre. Dans Genèse 1:26-27, nous voyons en toute simplicité que : « Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, et sur les oiseaux des cieux, et sur le bétail, et sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Et Dieu créa l’homme à son image ; il le créa à l’image de Dieu ; il les créa mâle et femelle. » Mais Dieu nous a fait à partir de la poussière de la terre.

Maintenant, remarquez bien ce qui est arrivé : « Et l’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, et souffla dans ses narines une respiration de vie ; et l’homme devint une âme vivante. » Ce qui était simplement poussière devint soudainement une âme vivante. Cependant, après le péché de désobéissance, Dieu dit à Adam, dans Genèse 3:19 : « Tu mangeras le pain à la sueur de ton visage, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. » Donc, à partir de ce moment précis, notre vie physique ne fut que temporaire. Néanmoins, Dieu est Esprit et Il est celui : « Qui seul possède l’immortalité, qui habite une lumière inaccessible, et que nul homme n’a vu, ni ne peut voir ; à qui soient l’honneur et la puissance éternelle ! Amen » (1 Timothée 6:16).

Si Dieu est Esprit, Il est éternel, mais ici, il est écrit que Lui seul possède l’immortalité, ce qui veut dire qu’il a fallu que Dieu devienne mortel pour ressusciter et ainsi posséder l’immortalité. Cela, Dieu l’a fait en prenant un corps humain dans la personne de Jésus-Christ que Dieu a Lui-même engendré, afin de donner aussi l’accès à l’immortalité aux humains qu’Il avait créés à Son image. Nous apprenons, dans Romains 6:23 : « Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. » Nous savons également que ce don de vie éternelle, la véritable immortalité, nous sera accordé : « En un moment, en un clin d’œil, à la dernière trompette ; car la trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible soit revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel soit revêtu de l’immortalité » (1 Corinthiens 15:52-53).

Par la bouche de Son prophète, Dieu avait déjà prédit ce grand moment d’exceptionnelle allégresse. « Qui a jamais entendu pareille chose ? Qui en a vu de semblable ? Un pays est-il enfanté en un jour, ou une nation naît-elle en une seule fois, que Sion ait enfanté ses fils aussitôt qu’elle a été en travail ? Moi, qui ouvre le sein, ne la ferai-je pas enfanter, dit l’Éternel ? Moi qui fais enfanter, l’en empêcherai-je, dit ton Dieu ? » (Ésaïe 66:8-9).

J’aime beaucoup mieux le Plan de Dieu pour l’immortalité, beaucoup mieux. Il n’y a pas de comparaison entre cette sorte d’immortalité et celle des hommes par l’entremise d’une sorte de bio-électro-mécanique. Il y a néanmoins une raison et un but à notre existence physique. Et pourquoi Dieu nous offre-t-Il gratuitement l’immortalité ? Dieu a créé l’univers afin de le partager avec Sa Famille. Et cet univers sera notre partage éternel. Mais en attendant ce merveilleux moment, regardons simplement comment Dieu nous a fabriqués pour survivre physiquement sur cette terre. Regardez votre main comme exemple. Elle n’était auparavant qu’un petit bout de code dans la séquence d’ADN. Maintenant, nous découvrons qu’elle est une merveille, pleinement opérationnelle sur le plan du design, de l’ingénierie et de la construction. Et il en est ainsi avec le reste du corps. L’humanité commence à peine à comprendre les secrets des procédés de développement prénatal.

Tout cela m’a été offert pendant la « production » d’une jolie petite fille née en 2015 à nos arrières-enfants. Le système et le processus pour créer un corps humain se situe bien au-delà de tout système automatisé des techniques connues de l’homme. C’est un processus moléculaire et biologique incroyable et qui n’a pas changé depuis 6 000 années. L’humanité a cherché pendant des décennies à en découvrir les secrets, mais n’a à peine que commencé à gratter la surface. Il n’y a aucun rival à ce processus prodigieux. Même des vidéos de quelques étapes de production furent produites et sont disponibles dans plusieurs livres et sites variés, tel  http://www.ehd.org/science. Des photos nous révèlent les changements miraculeux par lesquels le corps d’un petit bébé doit passer dans les intervalles variés de son développement. Il y a plusieurs parties et plusieurs systèmes dont chacun est une merveille.

Il y a un processus de formation du système cardiovasculaire, un système gastro-intestinal, un système d’endoctrine et un système de reproduction. Les yeux et les oreilles sont des créations extraordinaires. Les muscles, les nerfs et organes variés, et le cerveau humain prodigieux… chaque étape est ahurissante par sa complexité, son design et son détail. Et tout commence par un petit embryon rempli d’un montant extraordinaire d’informations dans une structure microscopique qui détermine ce que le bébé sera. Son sexe, la couleur de ses yeux, la couleur de ses cheveux, ses talents innés etc. Si vous êtes intéressés à voir à quoi vos débuts ressemblaient, visitez le site Internet Endowment for Human Development où vous pourrez voir une interaction prénatale du développement humain, avec de courtes vidéos et images. On ne peut qu’être étonné du développement quotidien des petites structures humaines jusqu’à la formation d’un bébé, garçon ou fille.

À deux semaines, nous voyons apparaître le cerveau et le début des yeux. À trois semaines, le cœur commence à se former. À cinq semaines, les mains et les jointures des poignets se forment. À dix semaines, les ongles des doigts et des orteils commencent à pousser et les empreintes digitales sont arrivées. À douze semaines, les papilles gustatives sont déjà là et, à treize semaines, les dents commencent à pousser. À dix-huit semaines, les glandes qui produisent la sueur apparaissent et, à vingt-six semaines, le petit commence à ressentir. Quelle merveille ! Il y a environ 3 000 ans de cela, David était également émerveillé de ce processus. Dans Psaume 139:13-16, il déclara : « Car c’est toi qui as formé mes reins, qui m’as façonné dans le sein de ma mère. Je te loue de ce que j’ai été fait d’une étrange et merveilleuse manière ; tes œuvres sont merveilleuses, et mon âme le sait très bien. Mes os ne t’étaient point cachés, lorsque j’étais formé dans le secret, œuvré comme un tissu dans les lieux bas de la terre. Tes yeux m’ont vu, lorsque j’étais comme une masse informe, et sur ton livre étaient inscrits tous les jours qui m’étaient réservés, quand aucun d’eux n’existait. »

Le livre de la Genèse nous dit que : « Dieu créa l’homme à son image ; il le créa à l’image de Dieu ; il les créa mâle et femelle » (Genèse 1:27). Le livre nous explique que : « l’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, et souffla dans ses narines une respiration de vie ; et l’homme devint une âme vivante » (Genèse 2:7). Le prophète Esaïe nous décrit Dieu de cette façon : « Ainsi dit l’Éternel, ton Rédempteur, qui t’a formé dès le sein maternel : C’est moi, l’Éternel, qui ai fait toutes choses, qui seul ai déployé les cieux et qui, par moi-même, étendis la terre ; Qui dissipe les présages des menteurs, et rends insensés les devins ; qui fais retourner les sages en arrière, et change leur science en folie ; Qui confirme la parole de mon serviteur, et accomplis le conseil de mes envoyés ; qui dis de Jérusalem : Elle sera habitée, et des villes de Juda : elles seront rebâties, et je relèverai leurs ruines ; Qui dis à l’abîme : Sois desséché, et je tarirai tes fleuves ! Qui dis de Cyrus : Il est mon pasteur, il accomplira toute ma volonté, en disant à Jérusalem : Sois rebâtie, et au temple : Tu seras fondé ! » (Esaïe 44:24-28).

Salomon nous dit : « Comme tu ne sais pas quel est le chemin du vent, ni comment se forment les os dans le sein de celle qui est enceinte ; de même tu ne connais pas l’œuvre de Dieu, qui a fait toutes choses » (Ecclésiaste 11:5). Aussi étonnant que la création physique de l’humanité puisse paraître, le but de Dieu en la créant est encore plus prodigieux. Pour en savoir plus, lisez régulièrement votre Bible afin de l’apprendre. Voulez-vous vraiment le savoir ? Les jeunes enfants possèdent une sorte de curiosité. Ils regardent leur environnement avec émerveillement, impressionnés par la beauté et la variété des plantes et de la vie animale qu’ils perçoivent. Ce qu’un enfant voit est non filtré et pas tout a fait catégorisé, faisant en sorte que ce qu’ils voient est neuf et captivant. Peut-être qu’une pensée vague traverse occasionnellement  leur esprit, comme « Qu’est-ce que tout cela veut dire ? Pourquoi tout cela existe ? » Peu importe, un autre item d’intérêt les distrait et attire leur attention ailleurs.

Étant donné que la petite personne devient préoccupée par certaines choses, comme le fait de grandir, d’apprendre des choses sur elle-même et la société en général, elle passe moins de temps et d’énergie à se demander pourquoi ? Pour quelle raison telle ou telle objet existe-t-il ? Y a-t-il quelqu’explication cosmique qui pourrait lui transmettre ce qu’elle recherchait instinctivement auparavant, mais n’avait aucune manière de le découvrir ? L’homme est beaucoup plus soucieux de la raison de sa vie que du plaisir qu’il peut en découvrir, ou d’éviter de souffrir. Les spéculations venant de plusieurs autorités ne font que créer la confusion dans sa vie. Alors, plusieurs sont attirés par les idées des philosophies orientales ou par la méditation transcendantale, par l’émotivité charismatique, le spiritualisme (comme parler aux morts), l’astrologie, les cartes du tarot, la lecture des paumes de la main, etc.

Les recherches humaines se sont avérées futiles. Se fier aux philosophes ne produit aucune satisfaction et encore moins des réponses objectives et véridiques à la question : pourquoi existons-nous ? Un des hommes les plus sages qui ait vécu, le roi Salomon, a écrit ceci. Dieu : « a fait toute chose belle en son temps ; même il a mis l’éternité dans leur cœur, sans que l’homme puisse toutefois comprendre, depuis le commencement jusques à la fin, l’œuvre que Dieu fait » (Ecclésiaste 3:11). Regardons la masse de preuves. Il est évident que des choses existent ; pourtant, elles ne sont pas venues à exister à partir de rien ! Il a fallu qu’elles soient créées, alors Qui est la cause de leur création ? L’apôtre Paul nous donne la réponse : le Créateur Se révèle à nous.

« Car la colère de Dieu se déclare du ciel contre toute l’impiété et l’injustice des hommes, qui retiennent la vérité dans l’injustice, parce que ce qu’on peut connaître de Dieu est manifesté parmi eux, car Dieu le leur a manifesté. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans Ses ouvrages. De sorte qu’ils sont inexcusables, parce qu’ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces : au contraire, ils sont devenus vains dans leurs raisonnements, et leur cœur destitué d’intelligence a été rempli de ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en des images qui représentent l’homme corruptible, et les oiseaux, et les quadrupèdes, et les reptiles, » nous déclare Paul, dans Romains 1:18-23.

J’aimerais que vous notiez que ce passage ne s’adresse pas aux hommes en général, car Dieu ne S’est pas manifesté à tous les hommes en général. Si vous lisez attentivement le chapitre deux, vous allez vous apercevoir que Paul parlait aux pharisiens qui possédaient les Écritures par lesquelles Dieu S’était manifesté à eux. La majorité des humains n’ont jamais eu accès aux Écritures. Mais les Juifs avaient les oracles de Dieu et auraient dû les enseigner. Mais ce sont eux qui ont retenu la vérité dans l’injustice et l’on cachée au monde. Aujourd’hui, par contre, tout le monde dit « chrétien » a accès à la vérité. Dans les milliers de confessions qui se disent chrétiennes, il n’y a, théoriquement parlant, aucune raison de ne pas connaître les manifestations de Dieu, car l’on possède la Bible. Pourtant, chacune de ces confessions enseigne un évangile différent de celui de la Parole de Dieu. Ne sont-elles pas inexcusables ?

Dieu nous parle également au travers de Son prophète. « Rappelez-vous les premières choses, celles des temps anciens ; car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre ; je suis Dieu, et il n’y en a point comme moi ; J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, et longtemps d’avance ce qui n’est pas fait encore ; je dis : Mon dessein tiendra, et j’exécuterai toute ma volonté » (Esaïe 46:9-10). Dieu a un Plan et un but, malgré qu’Il ait donné à certains de le comprendre tandis que d’autres ont préféré demeurer volontairement aveugles. L’humanité et toute la création existent pour un but spécifique, mais ce but fut déterminé par un Créateur. Quelques hommes de science examinent le monde matériel et viennent à la conclusion que les paroles de Paul, les Paroles inspirées de Dieu, sont en effet une réalité. Mais malheureusement, plusieurs autres les contredisent ou les ignorent.

Prenons l’exemple de Francis Crick, biologiste moléculaire, biophysicien et neuroscientifique, codécouvreur de la structure de la molécule de l’ADN, en 1953, avec James Watson, qui a déclaré ceci, dans son livre The Astonishing Hypothesis : « L’hypothèse merveilleuse, c’est que vous, vos joies et vos peines, vos souvenirs et vos ambitions, votre sens d’identité personnelle et votre libre volonté ne sont en effet rien d’autre qu’un comportement dans un vaste ensemble de cellules et leurs molécules associées ». C’était sa manière intelligente de déclarer qu’il n’avait aucune réponse à offrir quant à savoir pourquoi l’homme existe. Carl Sagan a déjà déclaré : « Le cosmos est tout ce qui existe, ou existait, ou existera. » Comme disait si bien Paul : « Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous. »

Il n’y a qu’une seule source d’information qui peut expliquer pourquoi vous et moi respirons ; et la réponse que l’humanité cherche se trouve dans les pages de votre Bible. Si vous voulez vraiment savoir, lancez-vous un défi et faites votre étude personnelle de la Parole de Dieu. « Et si quelqu’un croit savoir quelque chose, il ne sait encore rien comme il faut savoir. Mais si quelqu’un aime Dieu, Dieu est connu de lui », nous déclare Paul, dans 1 Corinthiens 8:2-3. Il y a plusieurs choses qu’aucun de nous ne peut savoir, même pas l’apôtre Paul. Mais même avec sa modestie, il y a certaines vérités clés que Paul pouvait affirmer avec certitude, et nous aussi, en nous fondant sur les mêmes bases que lui.

Une chose essentielle que chacun de nous devrait reconnaître, c’est notre besoin continuel du Seigneur. « Car je sais que le bien n’habite point en moi, c’est-à-dire, dans ma chair, parce que j’ai la volonté de faire le bien ; mais je ne parviens pas à l’accomplir. Car je ne fais pas le bien que je veux ; mais je fais le mal que je ne veux pas faire. Que si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi. Je trouve donc cette loi en moi ; c’est que quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur ; mais je vois une autre loi dans mes membres, qui combat contre la loi de mon esprit et qui me rend captif sous la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable homme que je suis ! qui me délivrera de ce fardeau de mort ? », a déclaré Paul, dans Romains 7:18-24. Mais, au verset 25, il reconnaît son Vainqueur : « Je rends grâces à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur ! Je suis donc assujetti moi-même, par l’esprit, à la loi de Dieu, mais par la chair, à la loi du péché. »

Nous devons d’abord reconnaître que nous sommes pécheurs et sans espoir avant de venir réellement vers Christ pour notre salut. Mais une fois que le pécheur reçoit Christ comme Sauveur, il devrait aussi déclarer avec Paul la certitude de son salut. « C’est pour cela aussi que je souffre ces choses ; mais je n’en ai point honte, car je sais en qui j’ai cru, et je suis persuadé que par Sa puissance il gardera mon dépôt jusqu’à ce jour-là » (2 Timothée 1:12). Une fois commencée, la vie chrétienne n’est pas nécessairement facile. Selon Paul, elle implique beaucoup de travaux et même des souffrances. « Sont-ils ministres de Christ ? (je parle en imprudent,) je le suis plus encore ; plus je le suis par les travaux, infiniment plus par les blessures, plus par les prisons ; souvent en danger de mort ; cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un ; trois fois j’ai été battu de verges ; une fois j’ai été lapidé ; trois fois j’ai fait naufrage ; j’ai passé un jour et une nuit dans la mer profonde ; j’ai été souvent en voyage ; en danger sur les fleuves, en danger de la part des voleurs, en danger parmi ceux de ma nation, en danger parmi les Gentils, en danger dans les villes, en danger dans les déserts, en danger sur la mer, en danger parmi les faux frères ; dans les peines, dans les travaux, dans de fréquentes veilles, dans la faim, dans la soif, souvent dans les jeûnes, dans le froid et dans la nudité » (2 Corinthiens 11:23-27).

Pourtant, Paul pouvait déclarer en toute confiance : « Or, nous savons aussi que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés, selon son dessein » (Romains 8:28). À cause d’une telle assurance, il pouvait aussi déclarer : « Or, je me suis grandement réjoui dans le Seigneur, de ce qu’enfin vous avez fait refleurir vos sentiments pour moi ; vous pensiez bien à moi, mais vous manquiez d’occasion. Je ne dis pas cela par rapport à mon indigence ; car j’ai appris à être content de l’état où je me trouve. Je sais être dans l’abaissement, je sais aussi être dans l’abondance ; en tout et partout, j’ai appris à être rassasié et à avoir faim ; à être dans l’abondance, et à être dans la disette. Je puis tout par Christ, qui me fortifie » (Philippiens 4:10-13). Peu importe ce que la vie lui apportait, cela ne pouvait jamais lui enlever la certitude de la vie à venir. « Nous savons, en effet, que si cette tente, notre demeure terrestre, est détruite, nous avons dans les cieux un édifice qui est de Dieu, une maison éternelle, qui n’est point faite de main d’homme » (2 Corinthiens 5:1).

La certitude de notre salut nous était prophétisée dès l’Ancien Testament. « C’est de ce salut que se sont informés et enquis les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui est en vous ; recherchant, pour quel temps et quelles conjonctures l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui rendait témoignage d’avance, leur révélait les souffrances de Christ, et la gloire dont elles seraient suivies. Et il leur fut révélé que ce n’était pas pour eux-mêmes, mais pour nous, qu’ils étaient dispensateurs de ces choses, qui vous ont été annoncées maintenant par ceux qui vous ont prêché l’Évangile, par le Saint-Esprit envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards », nous garantit le chef des apôtres, dans 1 Pierre 1:10-12. Ce verset et ceux qui suivront nous en disent beaucoup au sujet des prophéties de l’Ancien Testament et, lorsqu’elles sont bien comprises, elles peuvent répondre à beaucoup de questions posées par nos épicuriens modernes qui se moquent de l’autorité divine des Écritures.

D’abord, nous pouvons voir que plusieurs prophéties furent vouées aux souffrances de Christ et à la gloire qui doit suivre, bien avant que ces évènements aient lieu. Ensuite, que ces prophéties n’aient pas été simplement le résultat d’une connivence ou d’une complicité humaine, cela se voit par le fait qu’elles leur furent révélées, que ce n’était pas pour eux-mêmes, mais pour nous qu’ils étaient dispensateurs de ces choses qui vous ont été annoncées maintenant par ceux qui vous ont prêché l’Évangile par le Saint-Esprit envoyé du ciel, qui était en eux. De plus les prophètes comprenaient entièrement ce qu’ils écrivaient.

Par exemple, Esaïe parlait de la gloire du Messie à venir dans Esaïe 11:1-3 : « Mais il sortira un rejeton du tronc d’Isaï, et un surgeon naîtra de ses racines. Et l’Esprit de l’Éternel reposera sur lui, l’Esprit de sagesse et d’intelligence, l’Esprit de conseil et de force, l’Esprit de science et de crainte de l’Éternel. Il prendra son plaisir dans la crainte de l’Éternel ; tellement qu’il ne jugera pas d’après l’apparence, et ne décidera pas sur un ouï-dire. »

Ensuite, il nous parle de la souffrance de Christ, dans Esaïe 53:1-5 : « Qui a cru à notre message, et à qui le bras de l’Éternel a-t-il été révélé ? Il est monté devant l’Éternel comme un rejeton, comme une racine qui sort d’une terre desséchée. Il n’a ni beauté ni éclat qui nous le fasse regarder, ni apparence qui nous le fasse désirer ; méprisé, délaissé des hommes, homme de douleurs et connaissant la souffrance ; comme un homme devant qui on se couvre le visage ; si méprisé que nous n’en faisions aucun cas. Cependant il a porté nos maladies, et il s’est chargé de nos douleurs ; et nous, nous pensions qu’il était frappé de Dieu, battu et affligé. Mais il était meurtri pour nos péchés, et frappé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous apporte la paix est tombé sur lui, et par sa meurtrissure nous avons la guérison. »

Nous voyons une indication qu’Esaïe savait comment mettre ces deux textes ensemble. L’apôtre Pierre nous écrit, dans 1 Pierre 1:10-11 : « C’est de ce salut que se sont informés et enquis les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui est en vous ; recherchant pour quel temps et quelles conjonctures l’Esprit de Christ qui était en eux, et qui rendait témoignage d’avance, leur révélait les souffrances de Christ, et la gloire dont elles seraient suivies. » En effet, même les anges désiraient plonger leurs regards dans la façon que Dieu procédait pour établir notre salut (v. 12). Finalement, les prophètes savaient que ces prophéties mystérieuses ne leur étaient pas destinées, mais à nous. « Et il leur fut révélé que ce n’était pas pour eux-mêmes, mais pour nous, qu’ils étaient dispensateurs de ces choses, qui vous ont été annoncées maintenant par ceux qui vous ont prêché l’Évangile, par le Saint-Esprit envoyé du ciel » (1 Pierre 1:12).

À cause de la puissance du Saint-Esprit et l’éventuelle explication par le même Esprit, ces prophéties se sont toutes réalisées. Elles nous prouvent irréfutablement que les Écritures furent inspirées et nous donnent des raisons éclatantes d’avoir foi dans le message des Écritures, et une foi incontestable en l’accomplissement du Plan de Dieu durant tous les âges. Car : « Dieu, par qui vous avez été appelés à la communion de son Fils Jésus-Christ, notre Seigneur, est fidèle » (1 Corinthiens 1:9). Lorsque nous plaçons notre confiance en Jésus comme Créateur omnipotent et Rédempteur gracieux, Il entreprend de nous fournir fidèlement tout ce dont nous avons besoin pour vivre une vie fructueuse en chrétien victorieux.

Par exemple, lorsque nous sommes tentés de pécher ou éprouvés de toute autre manière, rappelons-nous toujours ceci : « Aucune tentation ne vous est survenue, qui n’ait été une tentation humaine. Or, Dieu est fidèle, et il ne permettra point que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il vous en donnera aussi l’issue, afin que vous puissiez la supporter » (1 Corinthiens 10:13). Par rapport au péché, Dieu entreprend de nous former fermement dans Sa vérité et de nous garder de tout mal moral et spirituel. « Le Seigneur est fidèle, qui vous affermira et vous préservera du malin. Et nous avons à votre égard cette confiance dans le Seigneur, que vous faites et que vous ferez les choses que nous vous recommandons. Que le Seigneur conduise vos cœurs à l’amour de Dieu et à l’attente patiente du Christ », nous assure Paul, dans 2 Thessaloniciens 3:3-5.

Et supposé que nous péchions malgré cela, Dieu nous garantit que : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1:9). Avec toutes nos faiblesses, Dieu a entrepris de nous perfectionner en Jésus-Christ et Il continuera fidèlement de le faire jusqu’à la fin. Regardons ce que Paul nous déclare, dans 1 Thessaloniciens 5:23-24 : « Or, que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout ce qui est en vous, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! Celui qui vous a appelés, est fidèle, et il le fera. »

Tout ce que Dieu a promis, Il le fera. Même si nous sommes infidèles envers Lui, Il demeure fidèle envers nous. « Si nous sommes infidèles, il demeure fidèle ; il ne peut se renier lui-même » (2 Timothée 2:13). Ce verset nous rassure également lorsqu’il nous déclare, dans 1 Corinthiens 1:8 : « Il vous affermira aussi jusqu’à la fin, pour que vous soyez irrépréhensibles au jour de notre Seigneur Jésus-Christ. » Alors, cherchons aussi à Lui demeurer fidèles. « Retenons sans fléchir la profession de notre espérance ; car celui qui a fait la promesse est fidèle. Et prenons garde les uns aux autres, pour nous exciter à la charité et aux bonnes œuvres » (Hébreux 10:23-24).

Et : « sanctifiez dans vos cœurs le Seigneur Dieu. Et soyez toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect auprès de tous ceux qui vous demandent raison de l’espérance qui est en vous ; ayant une bonne conscience, afin que ceux qui blâment votre bonne conduite en Christ, soient confondus dans ce qu’ils disent contre vous, comme si vous étiez des malfaiteurs. Car il vaut mieux souffrir, si telle est la volonté de Dieu, en faisant le bien qu’en faisant le mal » (1 Pierre 3:15-17). Normalement, on ne devrait pas s’attendre à avoir de l’opposition à faire le bien, donc : « qui est-ce qui vous fera du mal, si vous vous conformez au bien ? Mais quand même vous souffririez pour la justice, vous seriez heureux. Ne craignez donc point ce qu’ils veulent vous faire craindre, et ne soyez point troublés », nous dit l’apôtre Pierre, dans 1 Pierre 3:13-14.

Car de telles personnes sont aussi vouées à leur cause, pas d’une manière irrationnelle, mais de bon cœur, et la vérité pourrait les intimider où les rendre furieuses, car : « c’est que la lumière est venue dans le monde, et que les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises » (Jean 3:19). Alors, quand même vous souffririez pour la justice, vous seriez heureux. Mais sanctifiez le Seigneur et soyez toujours prêts à vous défendre avec douceur et respect auprès de tous ceux qui vous demandent raison de l’espérance qui est en vous ; ayant une bonne conscience, afin que ceux qui blâment votre bonne conduite en Christ, soient confondus dans ce qu’ils disent contre vous, comme si vous étiez des malfaiteurs.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,