D.041 – La loi royale de la liberté

image_pdfimage_print

 

Épître de Jacques

Par Joseph Sakala

L’apôtre Jacques, évêque de Jérusalem et frère physique de Jésus, savait-il que l’ancienne alliance était terminée ? Absolument ! Il savait que le Seigneur était venu pour établir une alliance nouvelle, complètement différente de cette alliance physique que Dieu avait traitée avec Israël dans le désert. Celle-ci avait été écrite sur des tables de pierre et conservée dans le tabernacle qu’on transportait partout durant les processions. Ce qui rendait la nouvelle alliance spéciale, c’est qu’elle devait être écrite dans le cœur de chaque croyant ou croyante et conservée dans ce tabernacle qu’est notre corps. Et là où nous nous déplaçons, l’alliance nous suit.

Jacques a justement écrit son épître sur ce sujet. Mais à cause d’une déclaration qu’il fait au chapitre 2, verset 10, il semble enseigner aux chrétiens d’observer la loi de l’ancienne alliance. Dans ce chapitre 2, au verset 10, il écrit : « Car, quiconque aura observé toute la loi, s’il vient à pécher dans un seul point, devient coupable de tous. » Ensuite, au verset 11, il nous cite deux des Dix Commandements comme exemples de cette loi entière. Il déclare : « En effet, celui qui a dit : Tu ne commettras point d’adultère, a dit aussi : Tu ne tueras point. Or, si tu ne commets point d’adultère, mais que tu tues, tu es transgresseur de la loi. »

Voici ma question : à quoi Jacques faisait-il allusion quand il déclara que les chrétiens sont tenus de garder toute la loi, sans briser une seule de ses exigences ? Cette loi entière est-elle toujours ce système de règlements religieux, incluant les Dix Commandements, qui ceinturaient l’ancienne alliance ? Si la réponse à cette question est oui, Jacques serait alors en train de nous dire qu’il est insuffisant pour les chrétiens de garder seulement neuf des Dix Commandements, nous devons aussi garder le quatrième Commandement en sanctifiant le jour du sabbat d’un coucher de soleil à un autre, selon l’instruction d’Exode 20, aux versets 8 à 10. Il nous faut garder la loi entière ! Si nous brisons un seul des Dix Commandements, nous sommes alors coupables comme si nous les avions tous brisés !

Est-ce bien ce que Jacques veut nous dire ? Avant de former nos propres conclusions, je crois qu’il serait plus important de saisir ce que Dieu veut nous donner comme instruction. Le chrétien doit donc garder son esprit ouvert à la Parole de Dieu et seulement à la Parole de Dieu, sans former ses propres conclusions ou opinions. Dans cet article, nous allons analyser cet épître de Jacques en profondeur. Plus nous prenons le temps d’étudier cette lettre de près, plus nous sommes surpris de découvrir qu’il nous enseigne quelque chose de très différent. En étudiant cette épître, nous allons voir les nombreuses choses qui préoccupaient Jacques et qu’il voulait souligner. Il faut noter, cependant, son emphase quasi totale sur la conduite morale humaine.

Dès le début, Jacques veut nous mettre au courant du danger de l’orgueil dans le comportement humain. Au chapitre 1, verset 10, il dit : « Et le riche [se glorifie] dans son humiliation, car il passera comme la fleur de l’herbe. » C’est comme s’il nous disait : « Vous pouvez vous glorifier de votre humiliation, mais jamais de votre orgueil. » Regardez avec quelle simplicité il définit le destin de cette fleur de l’herbe au verset 11 : « En effet, le soleil s’est levé avec son ardeur, et il a séché l’herbe, et sa fleur est tombée, et la beauté de son éclat a disparu ; ainsi le riche se flétrira dans ses voies. » Adieu orgueil.

Au chapitre 4 de Jacques, au verset 6, il revient sur ce sujet quand il déclare, dans la deuxième partie du verset : « …Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. » Et au verset 10 : « Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera. » C’est pourquoi, dans Jacques 1:9, il peut, en toute confiance, nous dire : « Que le frère d’humble condition se glorifie dans son élévation. » Vous n’avez pas à avoir honte de la gloire que Dieu vous accorde, quand c’est Lui qui vous élève. Mais ceci ne veut pas dire que cette personne a maintenant le droit de redevenir orgueilleuse. Jacques a aussi quelque chose à nous dire au sujet de la colère, au chapitre 1, verset 19 : « …que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, [et surtout] lent à se mettre en colère ; 20Car la colère de l’homme [et de la femme] n’accomplit point la justice de Dieu. » Au verset 21, Jacques désire aussi que les chrétiens se débarrassent de toute souillure morale afin de recevoir plutôt, avec douceur, la Parole qui a été plantée en nous pour sauver nos âmes.

Au verset 22, il nous dit de ne pas simplement nous borner à écouter la Parole de Dieu, mais de la mettre en pratique dans notre vie, sinon, c’est comme si Dieu parlait à un mur ! Aucune réaction ! Et au verset 23, il déclare qu’écouter sans mettre en pratique ce qu’on entend est semblable à une personne qui se regarde dans un miroir et qui oublie ensuite de quoi elle a l’air et ce qu’il faut changer et corriger dans sa vie. Jacques nous dit de faire davantage que de seulement croire que l’orgueil, la colère et la souillure morale vont à l’encontre de la voie de Dieu. Il nous faut confirmer cette croyance par des actions positives, en refusant de laisser à l’orgueil, à la colère et à la souillure morale de prendre racine en nous. On reconnaît le chrétien par les fruits qu’il porte et non par ce qu’il dit.

Jacques continue à définir ce à quoi une vraie vie religieuse devrait ressembler. D’abord, au verset 26, il déclare que, si un chrétien ne peut pas tenir sa langue en bride, sa religion est vaine. Est-ce qu’on réalise pourquoi Dieu déteste tellement le commérage ? Allons voir un passage au chapitre 3, où Jacques revient sur ce sujet avec beaucoup plus de détails. Au chapitre 3, verset 2, Jacques nous dit que « nous bronchons tous en plusieurs choses. » Voilà ce que nous sommes à l’état naturel. « Si quelqu’un ne bronche point en paroles [i.e., s’il laisse le Saint-Esprit guider sa langue], c’est un homme [ou une femme] parfait[e], qui peut tenir aussi tout son corps en bride. » Ce que Dieu nous dit ici, par la bouche de l’apôtre, c’est que la personne qui peut contrôler sa langue est disciplinée, capable de contrôler toutes ses émotions et ses actions. Et, aux yeux de Dieu, cette personne frôle la perfection. Mais, guidée par la nature humaine, la langue d’une personne a un fichu de problème !

Au chapitre 3, verset 5, il nous dit : « La langue de même est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. » Jacques frappe en plein dans le mille, ici. Dans la deuxième partie du verset 5, il explique que, comme un petit feu, elle peut embraser une grande forêt. Un petit commérage peut polluer toute une congrégation. Au verset 8, on voit que, laissée à sa nature humaine, aucune personne ne peut dompter sa langue parce qu’« elle est pleine d’un venin mortel. » La preuve ? Regardez le verset 9 : « Par elle nous bénissons Dieu le Père, et par elle [non contrôlée] nous maudissons les hommes, faits à l’image de [ce même] Dieu. » Au verset 10, il nous met en garde en confirmant que « de la même bouche sort la bénédiction [i.e., quand nous agissons en chrétien] et la malédiction [i.e., quand nous manquons de discipline]. Il ne faut point, mes frères, que cela soit ainsi. »

Ce qu’il nous dit, c’est que le chrétien converti ne peut pas marcher sur les deux côtés de la clôture en même temps. Notez, cependant, que ceci se passe au premier siècle. Donc le problème de contrôle de la langue date de très loin ! Jacques est tellement préoccupé par ce problème, qu’au verset 11 du chapitre 4, il revient sur cette question de la langue pour une troisième fois en insistant : « …ne médisez point les uns des autres. » Nous n’avons pas le droit d’accuser ou de juger un frère ou une sœur. Seul Dieu est au courant de tous les détails dans chaque situation. Ce que nous disons est très important pour Dieu, et un jour, nous aurons à répondre de nos paroles.

Dans cette lettre, Jacques définit le genre de religion qui plaît à Dieu. Au chapitre 1, verset 27, il nous dit : « La religion pure et sans tache devant Dieu notre Père, c’est de visiter les orphelins et les veuves dans leur tribulation, et de se conserver pur de la souillure du monde. » Donc, être religieux, si vous voulez avoir une définition, c’est faire du bien aux autres, particulièrement à ceux qui sont dans le besoin, et se mettre en garde contre les plaisirs temporaires qu’apportent les souillures de ce que ce monde peut inventer et nous offrir. Jusqu’ici, il semble que Jacques soit exclusivement intéressé à un seul principe. Il veut faire comprendre à son auditoire qu’il doit exprimer l’amour que Dieu a manifesté dans leur vie, en démontrant ce même amour envers les autres humains. Il continue à développer ce thème jusqu’à la fin de sa lettre.

Au chapitre 2, verset 1, Jacques nous explique de ne pas pratiquer le favoritisme ou le racisme. Faire acception de personne inclut les deux. Les chrétiens à qui Jacques écrivait semblaient souffrir d’élitisme dans leur attitude envers les autres. Dans leurs réunions, il est possible qu’ils s’occupaient davantage des riches, tout en négligeant les frères et les sœurs démunis. Il n’est pas du tout d’accord avec ce comportement dans l’Église. Au verset 5, il corrige avec douceur ces chrétiens quand il leur dit : « Écoutez, mes frères bien-aimés ; Dieu n’a-t-il pas choisi les pauvres de ce monde pour qu’ils soient riches en la foi et héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment ? » Dieu ne fait pas acception de personne.

Jacques veut aussi voir les chrétiens démontrer une sagesse spirituelle par leur bonne conduite. Au chapitre 3, verset 13, il nous dit : « Y a-t-il parmi vous quelque homme sage et intelligent ? Qu’il montre ses œuvres par une bonne conduite avec la douceur de la sagesse. » J’aime beaucoup cette expression. Remarquez qu’il n’a pas dit « la douceur et la sagesse », mais plutôt « la douceur de la sagesse ». Le contraire serait d’avoir « un zèle amer et un esprit de contention ». Au verset 14, il nous met en garde contre une telle attitude : « Mais si vous avez un zèle amer, et un esprit de contention [ou de dispute] dans votre cœur, [de grâce] ne vous glorifiez point et ne mentez [surtout] point contre la vérité. » Pourquoi ? Verset 15 : « Ce n’est point là la sagesse qui vient d’en haut, mais elle est terrestre, animale et diabolique, » c’est-à-dire, inspirée par Satan lui-même !

Au verset 16, nous en voyons les conséquences : « Car partout où sont la jalousie et la chicane, là il y a du trouble, et toute espèce de mal. » Que c’est donc vrai ! Au chapitre 4, verset 1, Jacques se lance dans une exhortation contre les luttes et les querelles qui semblaient exister parmi ces chrétiens à qui cette épître était adressée. Vous voyez comme cela peut mener loin. Au verset 2, il met le doigt en plein sur le problème : « Vous convoitez, et vous n’obtenez pas… » Imaginez qu’au premier siècle, dès les débuts de l’Église, certains chrétiens souhaitaient peut-être la mort de ceux dont ils convoitaient les possessions ! Voilà pourquoi il leur dit : « …vous êtes meurtriers et jaloux, et vous ne pouvez être satisfaits ; [et, comme résultat] vous luttez, et vous faites la guerre, et vous n’obtenez pas, parce que vous ne demandez pas, » c’est-à-dire, ils ne demandaient pas à Dieu de régler leurs problèmes. Au verset 3 : « Vous demandez, et vous ne recevez point, parce que vous demandez mal [avec une mauvaise attitude], et dans la vue de satisfaire à vos plaisirs. » Oui, Satan les inspirait assez bien, merci !

Ceux qui étaient remplis d’amertume essayaient de régler leurs problèmes à leur façon. Ces pauvres chrétiens, comme on peut le voir au verset 4, avaient temporairement perdu leur amour pour Dieu en s’engageant dans l’amour du monde. Mais il y a un prix à payer. Dans la deuxième partie du verset 4, Jacques leur dit : « Qui voudra donc être ami du monde, se rendra [par le fait même] ennemi de Dieu. » Je vous pose la question : est-ce que cela vaut la peine ? Au chapitre 5, versets 1 à 3, il continue à élaborer son point en exhortant les riches avec puissance. Est-ce mal d’être riche ? Mais pas du tout ! Abraham était très riche, car Dieu le bénissait. Alors, quel était le problème, ici ? C’est la façon dont ils sont devenus riches ! Au verset 4, on voit qu’ils n’avaient pas payé les salaires des ouvriers qui avaient moissonné. Pendant que ces pauvres frustrés criaient à Dieu de les secourir, que faisaient ces riches, avec cet argent ? Verset 5 : « Vous avez vécu dans les voluptés et dans les délices sur la terre, et vous vous êtes rassasiés comme en un jour de sacrifice, » au jour où vos employés crevaient de faim ! Verset 6, donc, par votre égoïsme et votre cœur endurci, « vous avez condamné, vous avez mis à mort le juste, qui ne vous a point résisté. » Peut-être quelques-uns sont-ils morts de faim.

Faisons une courte pause, ici, pour considérer l’orientation générale de cette épître de Jacques. Comme nous avons vu, il a dénoncé la colère, l’envie, l’orgueil, l’ambition égoïste, la tentation, la souillure morale, la langue débridée, le fait de maudire quelqu’un, de ne pas aider ceux dans le besoin, le favoritisme, les luttes et les querelles, se laisser polluer par le monde, et les riches qui retiennent injustement le salaire de leurs employés. Il y a quelque chose de très intéressant, dans cette liste, qui nous révèle sa ligne de pensée. Jusqu’ici, il met en évidence presque exclusivement des considérations morales, c’est-à-dire, comment les chrétiens devraient se comporter avec les autres. C’est le but principal de sa lettre. Il n’y a pas un seul mot, jusqu’ici, sur les pratiques d’adoration formelle, sur l’observance du sabbat et les fêtes annuelles, au sujet des lois sur les viandes pures et impures, sur les dîmes, la circoncision et le reste.

Dans sa référence sur l’observance de toute la loi, il n’y a jusqu’ici aucune indication, dans le contexte, qu’il soit question de ces choses (c’est-à-dire, du sabbat, des fêtes, des viandes pures et impures, la circoncision et les dîmes). Nous devons alors reconsidérer les endroits où Jacques fait mention de loi, surtout dans ce passage principal au chapitre 2, dans les versets 8 à 13, où il mentionne toute la loi.

Allons au chapitre 1, au verset 25, où Jacques nous déclare : « Mais celui qui aura plongé ses regards dans la loi parfaite, celle de la liberté [notez bien le mot liberté, ici], et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais pratiquant les œuvres, celui-là sera heureux dans ce qu’il aura fait. » Avez-vous remarqué que la loi dont il parle ici est une loi qui procure la liberté ? Jésus a dit que la vérité nous rendrait libres. Donc il est question, comme on peut voir dans la deuxième partie du verset 21, de la Parole qui a été plantée en nous, qui peut sauver nos âmes.

Qu’est-ce que cette Parole plantée en nous et qui peut nous sauver ? Allons voir Hébreux 10:16 et regardons attentivement ce que Dieu nous dit ici : « Voici l’alliance que je traiterai avec eux après ces jours-là, dit le Seigneur : je mettrai mes lois dans leurs cœurs, et je les écrirai dans leurs entendements ; il ajoute : 17Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. » C’est donc sans aucun doute à cette nouvelle alliance à laquelle Jacques fait allusion et par laquelle le Saint-Esprit nous renouvelle chaque jour. Jacques peut maintenant, en toute confiance, nous dire, au chapitre 1, verset 18, que Dieu « nous a engendrés selon sa volonté, par la parole de la vérité, afin que nous fussions [notez-le bien] comme les prémices de ses créatures. » La loi, ou la Parole de vérité, est simplement une autre façon de décrire le fonctionnement du Saint-Esprit qui nous éclaire pour développer cette nature divine du Père en nous. Parce que l’Esprit vit en nous, nous sommes spirituellement nés de nouveau avec les lois de Dieu plantées dans nos esprits.

Donc, Jacques utilise le terme loi comme un synonyme pour « Parole de Dieu » qui n’est rien d’autre que notre expérience intérieure avec la puissance du Saint-Esprit. Mais nous ne savons pas encore ce qu’il veut dire quand il fait spécifiquement référence à toute la loi. Voilà pourquoi le passage qui débute au chapitre 2, verset 8 devient très important. Il commence par nous dire, dans ce verset : « Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Écriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien… » Notez qu’il décrit le principe d’amour envers les autres et appelle ceci une loi royale, ou « digne d’un roi ». Quand il parle de cette loi royale d’amour envers notre prochain, Jacques est sur la même longueur d’ondes théologiques que Jésus et Paul. Allons voir Romains 13:8-10. Dans la deuxième partie du verset 8, Paul déclare : « …car celui qui aime les autres, a accompli la loi. 9En effet, les commandements : Tu ne commettras point adultère ; tu ne tueras point ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; tu ne convoiteras point ; et tout autre commandement, tout cela se résume dans cette parole : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 10L’amour ne fait point de mal au prochain ; l’amour est donc l’accomplissement de la loi. »

Jésus a répondu pareillement quand on Lui a demandé quel était le plus grand commandement. Dans Matthieu 22:37, Il a dit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. 38C’est là le premier et le grand commandement. 39Et voici le second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 40De ces deux commandements dépendent toute la loi [remarquez cette expression, la même que Jacques utilise] et les prophètes. » Dans la marge de la plupart des Bibles, on indique que Deutéronome 6:5 et Lévitique 19:18 sont les deux sources d’où Jésus a cité ces deux commandements. Si nous nous reportons à Lévitique 19:18, dans la deuxième partie du verset, on peut lire cette loi que Jacques appelle la loi royale : « …mais tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Ce livre de Lévitique est rempli de toutes ces lois physiques qu’Israël devait observer. Mais même dans cette ancienne alliance, Dieu avait déjà placé le seul commandement qui importe pour Lui, cette loi d’amour qu’Il viendrait plus tard enseigner à l’humanité dans la personne de Jésus.

Donc, nous voici plongés dans cette merveilleuse loi régissant les relations d’amour entre individus, discrètement placée par Dieu en plein milieu de la loi de Moïse. Cela veut dire quoi ? Ceci veut dire que les Dix Commandements ne sont pas les seules lois de base qui gouvernent la vie humaine. Ils ne font qu’expliquer physiquement, tout comme les autres lois mosaïques, comment le principe de l’amour fonctionne dans les situations spécifiques de notre vie. Voilà pourquoi Jésus, dans Matthieu 22, au verset 40, a dit, comme nous avons vu, qu’au sens général, toute la loi et ce que les prophètes enseignaient pouvait donc se résumer dans ce principe d’amour : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » C’est la loi de base qui devait régir le comportement des humains afin de vivre dans le bonheur parfait.

L’intérêt dominant de Jacques dans sa lettre se situe dans la loi royale de l’amour, c’est-à-dire, celle qui prime dans les relations entre humains. C’est son thème et son sujet principal. Jésus Lui-même avait expliqué, dans Matthieu 25:34-40, que, quand nous aimons nos frères et sœurs en Christ, nous manifestons ainsi ouvertement notre amour envers Dieu. Lisez vous-mêmes le passage :

« 34Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père, possédez en héritage le royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde ;

Allons maintenant dans 1 Jean 4:20-21. Jean nous confirme les Paroles de Jésus quand il nous dit : « Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur [assez direct, merci !] ; car celui qui n’aime point son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? 21Et nous tenons ce commandement de lui : Que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère. » Donc, le souci de Jacques est de voir les chrétiens démontrer de l’amour envers d’autres chrétiens afin de refléter les aspects de ce plus grand commandement. Mais il ne dit jamais qu’aimer son prochain nécessite une observance stricte et religieuse du sabbat, des fêtes annuelles, ou de ne manger seulement que des viandes pures !

Ayant compris ceci, nous sommes maintenant prêts à considérer ce que Jacques veut dire au chapitre 2, verset 10, quand il dit : « quiconque aura observé toute la loi, s’il vient à pécher dans un seul point, devient coupable de tous. » Il nous dit simplement que le principe d’aimer vraiment son prochain est une seule loi entière qui peut être brisée de plusieurs manières. Violer cette loi sur n’importe quel point, soit par la médisance, le meurtre, le commérage, l’adultère, le vol, la convoitise, le mensonge, ou de n’importe quelle autre façon qu’il décrit, c’est violer toute cette loi d’amour envers notre prochain ! Chaque transgression nous éloigne de la seule manière d’avoir une bonne relation avec les autres.

Avec l’observance des Dix Commandements, il y a des chrétiens qui croient qu’ils sont beaucoup mieux encadrés et plus près de Dieu. Je regrette, mais à ces gens je dis : étudiez ce livre attentivement pour découvrir que cette loi d’amour nous encadre encore plus que jamais auparavant ! Lorsqu’on comprend la profondeur de ce que Jacques nous enseigne et comment il est facile de pécher contre cette loi d’amour, nous réalisons comme il faut s’approcher du trône de Dieu encore plus qu’avant pour lui demander pardon de nos transgressions.

Il y a un dernier point dans cette épître qu’il faut résoudre. C’est le cas de la foi et les œuvres. Au chapitre 1, verset 3, Jacques commence sa lettre en disant : « Sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. » La vraie foi, dit-il, a quelque chose à voir avec le fait de croire en Dieu, sans douter et sans se laisser emporter par toutes sortes de croyances instables, comme on peut voir au verset 6. Au chapitre 2, maintenant, dans les versets 14 à 26, il passe ensuite la foi au creuset. Au verset 14, il dit : « Mes frères, que servira-t-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a point les œuvres ? Cette foi le peut-elle sauver ? » Au verset 18, dans la deuxième partie, il déclare : « Montre-moi ta foi par tes œuvres, et moi, je te montrerai ma foi par mes œuvres. » Et il conclut au verset 26 : « …la foi sans les œuvres est morte. » 

Saviez-vous que, à cause de ce passage, plusieurs religions rejettent ce livre, au complet, prétendant que Jacques prêche le salut par les oeuvres ? Mais est-il réellement en train de nous dire ceci ? Si oui, il serait alors en contradiction avec ce que Paul nous dit dans Galates 2:16 : « …l’homme est justifié non par les œuvres de la loi, mais par la foi en Jésus-Christ » car si c’était par les œuvres, l’homme pourrait se glorifier. Et dans Éphésiens 2:8, Paul le confirme : « Car vous êtes sauvés par la grâce, par le moyen de la foi ; et cela ne vient pas de vous, c’est le don [gratuit] de Dieu. » Jacques savait ces choses. Voilà pourquoi il insiste sur l’importance de prouver notre foi par les œuvres. Il n’y a aucune approche légaliste de sa part au christianisme, ici ! Il veut nous expliquer ce que sont les œuvres de la foi en utilisant trois exemples.

Dans le premier, il nous demande de considérer le cas d’un frère ou d’une sœur qui n’a rien pour se vêtir et aucune nourriture à manger. Jacques, au chapitre 2, verset 16, cite les paroles de quelqu’un qui dit à ces pauvres dans le besoin : « Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez, » et il nous dit « si vous ne leur donniez point ce qui leur est nécessaire pour le corps, à quoi cela sert-il ? » Cette personne a beau prétendre qu’elle a la foi, mais aux yeux de Dieu, cette prétention n’a aucune valeur. Cette sorte de foi est morte ! Quand quelqu’un a faim, ce n’est pas le temps de lui parler du sacrifice de Jésus. Il faut lui donner de la nourriture ! En d’autres mots : « Arrête de me dire que tu m’aimes ! Montre-le moi ! » L’amour demande de l’action. Alors cette loi royale doit nous pousser à faire de bonnes choses, et non de n’avoir seulement que de bonnes pensées.

Il nous cite un deuxième exemple pour expliquer ce qu’il veut dire par œuvres de la foi. Jacques n’est pas du tout impressionné par ceux qui prétendent croire en Dieu en affirmant qu’Il existe. Au verset 19, il nous dit que même « les démons le croient aussi, et ils en tremblent. » Croire en Dieu, pour un chrétien, se manifeste d’une façon positive dans ses œuvres. Car croire en Dieu veut dire croire aussi ce qu’Il dit ! Jacques prend l’exemple d’Abraham qui était prêt à sacrifier son fils unique pour prouver sa foi en Dieu. Mettons-nous à la place d’Abraham. La demande de Dieu, humainement parlant, n’avait aucun sens ! Il lui promet une descendance par Sarah et lui demande ensuite de prendre ce seul descendant et de l’immoler comme un agneau. Belle descendance ! Mais Abraham était convaincu que Dieu ne peut pas mentir. Alors, il a donné son accord volontairement, car il savait que Dieu pouvait ressusciter son fils Isaac.

Voilà l’œuvre de sa foi ! Dieu lui avait promis une descendance, et Abraham L’a cru. Rappelons-nous que ceci se passe des centaines d’années avant que Dieu ait décidé d’établir l’ancienne alliance mosaïque avec toutes ses exigences légales. L’œuvre de foi d’Abraham était une réponse personnelle et unique à une demande spécifique de Dieu.

Le troisième exemple est celui de Rahab, la prostituée, au verset 25. La preuve de sa foi fut d’offrir un gîte aux espions israélites et de les aider à s’enfuir devant ceux qui les pourchassaient. Elle a accompli la loi royale d’amour en faisant du bien à ces étrangers. Elle croyait dans la puissance du Dieu d’Israël et ses actions témoignent de sa foi en Lui.

Ces exemples mettent en évidence, d’une façon quasi exclusive, les œuvres d’amour envers le prochain motivées par la foi en Dieu. Les gestes d’adoration ne sont même pas traités, ici. Jacques nous enseigne que la vie chrétienne est une vie d’action. Les œuvres que nous faisons sont une manifestation de ce que la loi royale et le pouvoir de l’amour peuvent opérer en nous. Et tout ceci se fait par le Saint-Esprit. Donc, il faut plus que seulement la foi. Nos œuvres sont l’évidence même que cette foi est vivante, c’est-à-dire que nous avons le Saint-Esprit !

Jacques est complètement opposés à ceux qui prêchent une fausse foi, basée seulement sur des slogans comme : « Viens donner ton cœur à Jésus et tu seras sauvé ! » Car donner son cœur à Jésus ne se limite pas à des mots ! C’est beau de crier Seigneur ! Seigneur !, mais qu’est-ce que cela donne s’il n’y a pas de fruits et qu’on refuse de faire la volonté de Dieu ? Ces gens se donnent simplement des excuses pour s’évader de leurs obligations morales qui, elles, identifient le vrai chrétien. Ces personnes se cachent derrière cet écran religieux pour faire leur propre volonté.

Dans Matthieu 7:21, Jésus nous dit : « Ce n’est pas tout homme qui me dit : Seigneur ! Seigneur ! qui entrera dans le royaume des cieux; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » Pas la sienne, mais la volonté du Père ! Car, au verset 23, Jésus dira ouvertement à ceux-là qui ne veulent faire que leur volonté, « Je ne vous ai jamais connus; retirez-vous de moi, vous qui faites métier d’iniquité, » c’est-à-dire, « vos œuvres méchantes ».

Plus nous étudions cette épître de Jacques, dans son ensemble, plus nous comprenons ce que son contexte veut vraiment nous dire. Ce qui l’intéresse exclusivement, c’est l’amour envers le prochain. La loi codifiée (le sabbat, la dîme et les fêtes) ne font pas partie de sa lettre ! Il est bizarre de voir comme certains accusent Jacques d’être légaliste alors que c’est exactement le contraire qui est vrai ! Étudiez son livre et vous n’y verrez aucune mention de l’observance du sabbat, les fêtes, la dîme, les sacrifices, la circoncision ou les viandes pures et impures. Pourtant, pendant des siècles, on l’a accusé de légalisme parce qu’il parle d’œuvres. Mais ces œuvres sont exclusivement fondées sur l’amour et sont une extension de cet amour. C’est cette relation entre humains qu’il veut nous inculquer.

La conclusion est donc claire. La loi entière à laquelle Jacques fait référence est cette loi royale d’aimer son prochain. Même les Dix Commandements en tant que groupe ne sont pas le sujet de sa lettre ! Ce qui l’intéresse, c’est d’illustrer comment cette loi royale se manifeste en pratique dans notre vie. Finalement, il termine en nous encourageant, dans Jacques 5:16 : «  Confessez vos fautes les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris… » Ceci veut dire d’aller voir ceux contre qui nous avons péché, peu importe de quelle façon, et d’être capables de leur demander pardon avec un cœur sincère. Ça, mes chers amis, c’est la loi royale en action !

Ensuite, il sera facile de prier les uns pour les autres. Un tel comportement, dit Jacques, apporte une guérison spirituelle qui va au-delà du physique, « car la prière fervente du juste a une grande efficace, » au point de soulager même la souffrance physique qui s’attache à nous. Laissez-moi illustrer mon point par une histoire.

Un jour, les outils du charpentier on décidé d’avoir une réunion. Le frère Marteau a décidé de présider la réunion. Dès le début, quelqu’un a suggéré qu’il devait quitter l’assemblée parce qu’il faisait trop de bruit et en dérangeait plusieurs.

— Si je quitte, répondit le Marteau, sœur Vis doit quitter aussi, car, pour accomplir quelque chose, cette pauvre doit tourner en rond plusieurs fois !

La Vis répond :

— D’accord, je quitterai. Mais sœur Varlope devrait faire la même chose. Tout son travail ne se fait qu’en surface. Il n’y a aucune profondeur dans ses efforts !

À cette accusation, sœur Varlope suggéra :

— Que le frère Pied de roi se retire, car il passe son temps à mesurer les autres comme s’il était le seul à être droit !

Le Pied de roi s’offusqua et porta plainte contre le frère Papier sablé.

— Tu devrais aussi quitter cette salle, lui dit-il, car tu es si rude ! Tu passes ton temps à frotter les gens dans le mauvais sens du poil !

En plein milieu de la discussion, le Charpentier de Nazareth entra doucement dans l’atelier pour faire Sa journée de travail. Il enfila Son tablier et Se mit à fabriquer un lutrin pour proclamer Sa bonne nouvelle du Royaume à venir. Il utilisa le Marteau, la Vis, la Varlope, le Pied de roi, le Papier sablé ainsi que tous les autres outils. Quand Il termina Son ouvrage, la sœur Scie était en admiration devant Son chef-d’œuvre. Elle se leva et déclara :

— Vous voyez, chers frères et sœurs, même si nous avons parfois des divergences d’opinion, nous pouvons quand même tout réussir lorsque nous travaillons ensemble avec le Seigneur.

Oui, nous sommes libres ! Mais notre liberté exige que nous soyons Ses disciples ! Jésus a dit : « C’est à ceci que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13:35). Demandons au Saint-Esprit de chercher le moyen de nous guider individuellement dans la façon que nous allons utiliser pour aimer notre prochain. Et à nous de fournir notre effort ! Car même s’il est capable, rappelons-nous toujours que c’est l’esprit qui cherche, mais c’est le cœur qui trouve.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , ,