D.163 – La Nouvelle Alliance — plus vieille que l’on croit

image_pdfimage_print

 

Par Joseph Sakala

Si on demandait à n’importe quel chrétien de nous dire sous quelle Alliance nous vivons présentement, sa réponse serait spontanée : « Sous la Nouvelle Alliance bien sûr, car l’Ancienne Alliance est terminée. » Et ceux qui connaissent un peu les Écritures me citeraient même les Paroles de Dieu dans Hébreux 8:13 où : « En parlant d’une Alliance Nouvelle, il [Dieu] déclare ancienne la première [avec les Israélites] ; or, ce qui est devenu ancien et a vieilli est près de disparaître ». Mais quelle est la relation entre cette Ancienne et cette Nouvelle Alliance ? Pour mieux comprendre, nous devons reculer de plusieurs années dans l’histoire.

Dieu, à un certain moment donné, avait décidé de Se créer une famille avec laquelle Il pourrait partager tout cet univers qu’Il avait créé. Au moment de Sa décision, Dieu avait aussi établi une Alliance par laquelle l’humanité pouvait avoir un contact éternel avec son Créateur. Mais puisque « Dieu est Esprit, il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité » (Jean 4:24). Donc, ce contact avec Dieu devait être spirituel, mais devait surtout être une alliance dans la vérité. Le mensonge n’avait aucune place dans ce contrat. Dieu est amour, donc la relation entre l’être créé et Dieu devait aussi être une relation d’amour. Ce ne serait pas un amour commandé où appliqué avec force, ce qui aurait sûrement été une contradiction en soi, mais plutôt un amour réciproque, donné gratuitement, volontairement et sans effort.

Alors, ce choix d’aimer ainsi devait être une décision prise en toute liberté par nos premiers parents. Dieu est aussi un Dieu d’ordre, qui n’aime pas nous compliquer les choses. Le choix que devait faire Adam et Ève était relativement simple, puisque Dieu leur donnait de choisir entre seulement deux arbres qu’Il avait placés devant eux. Un se nommait « Arbre de Vie », tandis que l’autre se nommait « arbre de la connaissance du bien et du mal » (Genèse 2:9). Choisir l’arbre de vie, et manger de son fruit, aurait indiqué à Dieu que nos premiers parents voulaient se faire instruire par LUI. Ce fruit représentait aussi la puissance du Saint-Esprit qui devait les guider dans toute la vérité que Dieu voulait leur révéler. Cette instruction aurait pu se faire par des visions, des songes, ou simplement par révélation spirituelle d’une manière directe.

Dès leur création : « Dieu les bénit ; et Dieu leur dit : Croissez et multipliez, et remplissez la terre » (Genèse 1:28). Ils devaient engendrer des enfants avec la responsabilité de leur enseigner tout ce qu’ils avaient appris de Dieu. À leur tour, leurs enfants aussi seraient guidés par le Saint-Esprit dans toute la vérité. Cela devait se continuer de génération en génération, jusqu’au moment où le nombre des enfants dans la Famille de Dieu serait complet. Mais revenons à Adam et Ève. Quand leur cheminement aurait été complété selon le jugement de Dieu, il se serait produit un grand miracle, décrit par l’apôtre Paul dans 1 Corinthiens 15:51-52 : « Voici je vous dis un mystère ». La partie spécifique du mystère qui nous intéresse particulièrement se trouve dans la déclaration suivante : « Nous serons tous changés, en un moment, en un clin d’œil … Car il faut que ce corps corruptible soit revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel soit revêtu de l’immortalité » (v. 53).

Il est vrai que le contexte de 1 Corinthiens 15 nous décrit un évènement tout spécial qui se produira au retour de Christ, mais c’est précisément ce qui serait arrivé à Adam et Ève à la fin de leur cheminement. N’ayant jamais péché, ils n’auraient jamais connu la mort, parce qu’ils auraient été changés en un moment, en un clin d’œil. Ils auraient hérité d’un corps incorruptible, glorieux, plein de puissance et revêtu d’immortalité. Ce sont des attributs que vous pouvez vérifier vous-mêmes dans 1 Corinthiens 15:42, 43, 44 et 54. Et chacun de leurs descendants, ayant terminé sa propre période d’entraînement, aurait à son tour reçu l’immortalité en tant que Fils ou Fille de Dieu. N’oublions jamais, cependant, que nos premiers parents devaient faire un choix, car il y avait aussi l’autre arbre devant eux, celui de la connaissance du bien et du mal.

Saviez-vous que, laissés à eux-mêmes, sans aucune influence externe, ils auraient pu choisir un arbre ou l’autre ? Donc, les chances étaient 50 % pour, comme 50 % contre, mais ceci ne suffit pas à Dieu. Alors, Dieu a permis à Satan de se mêler de la situation. Dès cet instant, l’égalité à 50/50 a complètement disparu, car la caractéristique prédominante chez Satan est de posséder et non de partager. Et il inculque aussi ce désir d’être possessif chez les humains. Tandis que l’Esprit de Dieu ne possède pas, mais guide plutôt l’individu à aimer et à partager, dans la mesure où la personne se soumet à Dieu et se laisse guider. Plus la personne est humble, plus son attitude devient réceptive à l’instruction du Saint-Esprit.

Donc, dès la création, Dieu avait déjà résolu d’avoir une communication avec les humains, et qu’eux seraient en communion avec LUI. Dieu voulait partager cet univers qu’Il avait suscité par Sa création, tout comme un bon père de famille partage ses biens avec sa femme et ses enfants. Afin que les humains comprennent pour quelle raison ils avaient été créés, Dieu avait résolu de faire cette alliance avec eux, dans laquelle Dieu, qui est amour dans toute sa perfection, demanderait à l’homme de manifester son amour envers son Créateur, de tout son cœur, de toute son âme et de toutes ses forces. Et, par amour pour Dieu, il devait aussi aimer son prochain comme il s’aime lui-même. Le contrat était relativement simple.

Mais l’homme a refusé ce contrat. Il avait décidé, sous l’influence de Satan, d’acquérir sa connaissance d’une manière physique, rapidement et par le biais de l’expérience, c’est-à-dire, de manière empirique, pour employer une expression chère à certains savants. Il voulait décider lui-même ce qui est bien et ce qui est mal. Alors, il a fait son choix. Il venait de rejeter l’enseignement de Dieu pour accepter celui de Satan. Il venait de rejeter la vérité pour accepter le mensonge. Ayant rejeté Dieu, Adam ne pouvait donc plus avoir accès à la vérité puisqu’il avait accepté de vivre selon le mensonge. Selon le Plan de Dieu, il est impossible qu’il y ait compatibilité entre les deux. La vérité est lumière tandis que le mensonge est ténèbres.

Par son geste de désobéissance, Adam ne pouvait plus, dans le péché, avoir aussi accès à l’arbre de Vie et à l’immortalité. « Et l’Éternel Dieu dit : Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Et maintenant prenons garde qu’il n’avance sa main, et ne prenne aussi de l’arbre de vie, et qu’il en mange, et ne vive à toujours » (Genèse 3:22). Si Dieu avait permis cela, Il Se serait engagé à laisser vivre les humains éternellement en rébellion contre leur créateur. Donc, spirituellement irrécupérables, tout comme Satan qui les avait séduits. Un peu comme se tirer une balle dans le pied.

Quelle sagesse divine d’avoir empêché à temps une telle catastrophe ! Souvenons-nous que le Plan de Dieu est de sauver l’humanité, pour en faire des enfants de Dieu. « Il chassa donc l’homme ; et Il plaça à l’orient du jardin d’Éden les chérubins et la lame d’épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie » (Genèse 3:24). N’ayant plus accès à l’arbre de vie, l’homme et la femme sont devenus voilés aux choses spirituelles, donc esclaves du péché. Le Plan de Dieu est alors devenu pour eux un mystère, inexplicable par leurs propres moyens. Donc, l’arbre de la connaissance du bien et du mal est devenu complètement inutile pour eux. Et il en est encore ainsi, même à notre époque. Notez bien ce que je viens de déclarer, car nous allons voir des versets pour le prouver.

Dès cet incident dans le jardin d’Éden, Dieu avait résolu de donner Son Saint-Esprit seulement à ceux qu’Il Se choisirait personnellement pour faire Son œuvre. Paul nous décrit parfaitement la conséquence tragique de cette situation en Éden, en déclarant ceci, dans Romains 8:20 « Car ce n’est pas volontairement que la création est assujettie à la vanité, mais c’est à cause de Celui qui l’y a assujettie ». Le mot vanité, ici, est le même mot utilisé par l’Ecclésiaste quand il dit : « Vanité des vanités… tout est vanité » (1:2). Son sens réel est donc : « Ce qui est en vain, dérisoire, futile, passager et frustrant ». Alors, à cause du rejet de Dieu, et l’acceptation d’avoir Satan comme instructeur, nous dit Paul, la création a été soumise à la frustration, la dérision et la vanité. Non pas de son gré ou par sa propre décision, mais plutôt à cause de l’amour de Dieu qui l’a ainsi assujettie. Mais dans quel but ? « Dans l’espérance qu’elle sera aussi délivrée [un jour] de la servitude de la corruption, pour être dans la liberté glorieuse des enfants de Dieu » (Romains 8:20).

Ainsi, avant de donner la vie éternelle à l’homme (arbre de vie), Dieu avait déjà installé dans Son Plan le moyen d’extirper le péché de l’homme par le sacrifice de Christ, et ce sans contrevenir à son libre arbitre. Donc, comme l’homme, par Adam, avait choisi volontairement de pécher, il fallait qu’il revienne maintenant vers son Créateur, pour puiser dans la puissance de Dieu, afin de pouvoir rejeter volontairement le péché, par la force du Saint-Esprit en lui pour le guider. Le Plan magistral de Dieu est de libérer chaque individu de la servitude du péché, car elle pourrait éventuellement l’amener à sa destruction dans le feu de la géhenne. Dieu veut plutôt que chaque humain ait part un jour à la même liberté dans la gloire que connaîtront les Enfants de Dieu. « Car nous savons que, jusqu’à présent, toute la création soupire, et souffre les douleurs de l’enfantement » (v. 22).

Nous n’avons qu’à lire les journaux, ou regarder les nouvelles quotidiennes à la télévision, pour constater l’ampleur des atrocités épouvantables commises régulièrement dans le monde, afin de mieux comprendre l’exactitude précise de cette déclaration de Paul. Continuons maintenant au verset 23 : « Et non seulement elle [la création], mais nous aussi qui avons les prémices de l’Esprit, nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps ». Alors, les Élus qui portent les prémices de l’Esprit en eux soupirent aussi, puisqu’ils attendent patiemment l’adoption éternelle dans la famille de Dieu, au moment précis où ils seront libérés de leurs corps physiques. Donc, une rédemption réelle de leur corps mortel à un corps immortel.

Quand Dieu a sorti la nation d’Israël de l’Égypte, Il ne lui a pas donné le Saint-Esprit. Dieu l’a donné à Moïse afin de diriger cette nation. Mais Il a fait une Alliance avec le peuple, devant les amener éventuellement vers Christ, qui, par Son sacrifice, viendrait rétablir l’Alliance spirituelle originelle. Dieu a donné au peuple les dix commandements, écrits sur des tables de pierre, ainsi que les autres lois et préceptes régissant la façon de vivre heureux et en paix. Puisqu’ils péchaient, Dieu a donné aux enfants d’Israël les sacrifices des animaux, dont le sang ne devait servir qu’à couvrir leurs péchés. Car le sang des animaux ne pouvait pas les pardonner. Dieu leur avait aussi établi la dîme que la nation devait verser aux Lévites, une tribu entière mise à part par Dieu, afin de les instruire dans les lois divines et agir en tant que sacrificateurs dans l’offrande des animaux sacrifiés à Dieu régulièrement, soit comme holocauste, soit comme offrande en expiation des péchés.

Dieu leur a aussi donné sept fêtes annuelles, dans l’observance desquelles était caché le secret du Plan magistral de Dieu pour le salut de l’humanité. Mais ces fêtes n’étaient que l’ombre d’une réalité qui ne s’accomplirait que par Christ, le Messie qu’ils attendaient tous. C’est l’ensemble de toutes ces choses que nous connaissons sous le nom d’Ancienne Alliance. Et le médiateur de cette Alliance physique entre Dieu et le peuple d’Israël était Moïse. Cependant, l’observance, même parfaite, de toutes ces lois, ces ordonnances et même les multiples sacrifices des animaux ne pouvait pas leur procurer le salut.

Le salut ne serait rendu possible que par leur Rédempteur, qui seul pouvait pardonner les péchés. Quelque sept cents années avant la naissance de Jésus, Ésaïe prépare déjà cette nation en leur annonçant : « Notre Rédempteur s’appelle l’Éternel des armées, le Saint d’Israël ! » (Ésaïe 47:4). Dieu Lui-même, par la bouche d’Ésaïe, déclare ceci à Israël : « …et tu sauras que moi l’Éternel, Je suis ton Sauveur, que le Puissant de Jacob est ton Rédempteur » (Ésaïe 60:16). Donc, Dieu le Père serait et leur Sauveur et leur Rédempteur. En parlant des derniers jours, au temps de l’Antichrist, Ésaïe déclare ceci : « On craindra le nom de l’Éternel depuis l’occident, et Sa gloire depuis le soleil levant : quand l’adversaire viendra comme un fleuve, l’Esprit de l’Éternel lèvera l’étendard contre lui » (Ésaïe 59:19).

Verset 20 : « Le Rédempteur viendra pour Sion, pour ceux de Jacob, qui se convertiront de leur péché, dit l’Éternel ». Cet étendard sera levé par nul autre que Dieu Lui-même, au temps de l’Antichrist, venant dans Sa toute puissante gloire, pour accomplir cette promesse de Sauveur et Rédempteur unique. Mais avant cette grande rédemption d’Israël, Dieu est venu, il y a environ 2 000 ans de ça, vivre en chair humaine dans la personne de Jésus, qui veut dire Sauveur, et qui, par Son sang précieux, avait le pouvoir d’effacer les péchés de l’humanité entière. Ce geste exécuté par Christ, qui veut dire Messie, ouvrait la porte au salut, non seulement à Israël, mais à toutes les nations de la terre. Ainsi s’accomplira un jour la promesse de Dieu à Abram, quand Il lui avait dit : « Ton nom sera Abraham (père d’une multitude), car je t’établis père d’une multitude de nations » (Genèse 17:5). « Je bénirai ceux qui te béniront … et toutes les familles de la terre seront bénies en toi » (Genèse 12:3).

Alors, Jésus est venu pour abolir l’Ancienne Alliance physique afin d’en établir une Nouvelle. L’utilité de cette ancienne Alliance était révolue, car elle avait fait son temps. Elle avait duré quelque 1 500 années. Cette Nouvelle Alliance spirituelle avait aussi un nouveau médiateur entre Dieu et Son peuple, Jésus et non Moïse. L’ancien médiateur entre Dieu et le peuple était Moïse, un Lévite, et Dieu avait mis à part cette tribu de Lévi au complet pour exécuter toutes les ordonnances de l’Ancienne Alliance. Alors pourquoi une Nouvelle Alliance ? Simplement parce que cette alliance avec le sacerdoce lévitique était purement physique et n’était pas parfaite.

Dans la Nouvelle Alliance, c’est Jésus qui devient le Médiateur, et les Élus de l’Église deviennent maintenant les sacrificateurs, en tant que tribu spirituelle mise à part. Les prières des Saints qui furent adressées à l’Agneau tout au long des siècles le confirment quand ils Lui rendent cet hommage : « Tu nous a faits rois et sacrificateurs à notre Dieu : et nous régnerons sur la terre » (Apocalypse 5:10). L’accomplissement fantastique de cette belle promesse deviendra réalité lors du retour triomphal de Jésus dans la gloire. Revenons cependant à l’Ancienne Alliance et au sacerdoce lévitique.

« Si donc la perfection s’était trouvée dans le sacerdoce lévitique (car c’est à celui-ci que se rapporte la loi donnée au peuple), qu’était-il encore besoin qu’il s’élevât un autre Sacrificateur [Jésus], selon l’ordre de Melchisédec, et non selon l’ordre d’Aaron [frère de Moïse] ? Car le sacerdoce étant changé, il est nécessaire qu’il y ait un changement de loi. En effet, celui [Jésus] de qui ces choses sont dites, appartient à une autre tribu, dont aucun membre n’a servi à l’autel. Car, il est évident que notre Seigneur est issu de Juda, tribu de laquelle Moïse n’a rien dit concernant le sacerdoce. Et cela devient encore plus manifeste, quand il s’élève un autre Sacrificateur selon la ressemblance de Melchisédec, qui a été institué, non selon la loi d’une ordonnance charnelle [physique], mais selon la puissance d’une vie impérissable [spirituelle et immortelle] » (Hébreux 7:11-16).

Notre Grand Sacrificateur Jésus, étant issu d’une tribu dont personne n’a servi à l’autel, place Jésus premier en toute chose, même dans le sacerdoce nouveau de l’Église qu’Il a Lui-même bâtie sur le fondement des prophètes et des apôtres. Dans Psaumes 110:4, David, sous l’inspiration divine, déclare ceci : « L’Éternel l’a juré, et Il ne s’en repentira point : Tu es Sacrificateur à toujours, selon l’ordre de Melchisédec ». Paul nous cite ces mêmes paroles au sujet de Jésus, dans Hébreux 7:17 : « Car Il [Dieu] rend ce témoignage : Tu es Sacrificateur pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédec ».

Regardons maintenant cette belle perle que Paul nous ajoute au sujet de cette Nouvelle Alliance. « Ainsi, la première ordonnance a été abolie à cause de sa faiblesse et de son inutilité ; (car la loi n’a rien amené à la perfection) ; mais une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu, a été mise à sa place. Et comme Jésus n’a pas été institué sans serment, (car les autres ont été faits sacrificateurs sans serment ; mais celui-ci [Jésus] l’a été avec serment, par Celui [Dieu] qui LUI a dit [à Jésus] : Le Seigneur a juré, et il ne se repentira point ; tu es Sacrificateur pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédec). Jésus est ainsi devenu garant d’une alliance d’autant plus excellente » (Hébreux 7:18-22).

Mais cette Nouvelle Alliance spirituelle, dont Jésus est le Médiateur entre Dieu et Son peuple, est très ancienne. Elle paraît nouvelle parce qu’elle est entrée officiellement en vigueur, il y a un peu plus de 1 950 années. Le fait qu’elle existait auparavant était très bien caché par Dieu à la connaissance humaine depuis que le péché est entré dans le monde par nos premiers parents. Par la mort de Christ, toutefois, ce voile fut enlevé afin de redonner aux disciples de Jésus l’accès à l’arbre de vie. Par le fait même, ceux qui voulaient se convertir à Christ avaient aussi accès au Saint-Esprit. C’était bel et bien la volonté de Jésus, pendant qu’Il enseignait, de révéler l’existence ANTÉRIEURE de cette alliance éternelle, et que Jésus  rétablissait officiellement comme une Nouvelle Alliance.

Reportons-nous à Matthieu 13. Jésus venait de donner tout un message au peuple sur le Royaume des Cieux en utilisant des comparaisons physiques, mais Il parlait en paraboles. Les gens semblaient comprendre le côté physique de ce qu’Il prêchait, mais demeuraient complètement aveugles à l’aspect spirituel de ce qu’Il venait de leur révéler. Aux versets 34-35, nous lisons que « Jésus dit toutes ces choses au peuple en similitudes, et il ne leur parlait point sans similitudes. De sorte que ce qui avait été dit par le prophète en ces termes, fut accompli : J’ouvrirai ma bouche en similitudes ; j’annoncerai des choses qui ont été cachées depuis la création du monde ».

Jésus venait de citer les paroles du prophète Asaph dans Psaumes 78:2 : « J’ouvrirai ma bouche pour prononcer des discours sentencieux ; je publierai les secrets des temps anciens ». Ceci est un verset messianique dans lequel Asaph annonçait, mille années avant Sa naissance, que le Messie qu’ils attendaient parlerait en paraboles, mais qu’Il annoncerait aussi des choses qui étaient demeurées cachées et secrètes depuis la création du monde. Le fait que Jésus pouvait faire ces choses aurait dû être pour eux un signe évident, une indication absolument certaine qu’Il était le Messie. En étudiant les Saintes Ecritures, nous voyons beaucoup de ces versets messianiques s’accomplir en Jésus-Christ tout au long de Son ministère terrestre.

La Nouvelle Alliance représente alors l’intention originelle, le but premier et éternel de Dieu pour l’humanité. Son but premier était donc relativement simple. C’était de nous créer à Son image et à Sa ressemblance, de nous instruire afin de former en nous Son caractère divin, pour nous donner enfin la vie éternelle. Ayant accompli ceci, il voulait ensuite partager Son univers avec nous dans un bonheur sans fin. Le Nouveau Testament est plein de révélations décrivant comment Jésus est venu rétablir, par Sa mort, ce que Dieu avait planifié dès le début. Regardons ensemble comment Il nous dévoile ce plan. Dans Éphésiens 3, Paul nous décrit une partie du Plan de Dieu : « Selon le dessein qu’Il avait formé de tout temps, et qu’Il a exécuté par Jésus-Christ, notre Seigneur » (v. 11).

Nous voyons donc qu’il est question d’un dessein éternel, que Dieu avait conçu depuis très longtemps. Mais, à cause du péché, il y avait une rançon à payer pour racheter les humains. Cependant, Dieu avait déjà résolu qu’Il viendrait en la personne de Jésus pour payer cette rançon. Regardons ce que Pierre nous déclare à ce sujet, dans 1 Pierre 1:18-20 : « Sachant que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères, non par des choses périssables, comme l’argent et l’or, mais par un précieux sang, comme d’un Agneau sans défaut et sans tache, Christ, destiné déjà avant la création du monde, et manifesté dans les derniers temps à cause de vous ».

Le salut de l’humanité devait se résumer à se reposer spirituellement dans le Seigneur tout en travaillant physiquement. Et tout ceci dans leur cheminement individuel vers le Royaume. Nos premiers parents ne l’ont pas fait. La nation d’Israël non plus. Mais Paul s’adresse à des convertis qui ont compris en leur disant : « Pour nous qui avons cru, nous entrons dans le repos, suivant ce qu’Il a dit : C’est pourquoi j’ai juré dans ma colère, qu’ils [les Israélites] n’entreront point dans mon repos ! Cependant, Ses œuvres étaient accomplies depuis la création du monde » (Hébreux 4:3). La bonne compréhension de la Nouvelle Alliance, ainsi que ce verset en particulier dans Hébreux, viennent mettre en pièces la fausse doctrine des « sept dispensations » que certaines dénominations ont reçue de C.I. Scofield dans sa « tentative » d’expliquer le salut de Dieu.

Selon M. Scofield, l’Éternel aurait inventé sept façons successives de régler la conduite des hommes durant diverses périodes de temps, et qui auraient échoué les unes après les autres avant d’arriver à la « dispensation de la grâce » ou « période de l’Église », la 6e dispensation selon lui. D’après cette fausse théologie, Israël pouvait être sauvé par la Loi (5e dispensation). Et, pour ajouter à l’illogisme, la 7e dispensation serait celle du Royaume, où Israël retournera encore sous la Loi ! Cette ligne de pensée nous rappelle drôlement les sept phases de l’empire Romain, représenté par la bête avec sept têtes et dix cornes dans Apocalypse 13. Comme on est loin du Plan de Dieu avec Ses Alliances clairement rendues dans les Écritures !

Dieu n’a pas besoin d’un deuxième ou un troisième plan pour sauver ceux qui veulent faire Sa volonté. Encore moins sept ! Le plan de Dieu s’est terminé au septième jour de la création, alors que Dieu S’est reposé de toute Son œuvre qu’Il avait créée. Son œuvre étant terminée, Dieu S’occupe maintenant de l’accomplissement des détails dans tout ce qu’Il avait résolu. Dans le Plan de Dieu nous sommes : « sauvés par la grâce, par le moyen de la FOI… qui est un don de Dieu » (Éphésiens 2:8), et non par la LOI. Si le salut était possible par l’observance de la loi, le sacrifice de Christ serait inutile.

Dans Son plan, Dieu avait déjà prédestiné chaque humain comme candidat potentiel dans Son Royaume. Mais Dieu nous a aussi créés libres de choisir, et Il ne nous forcera jamais dans notre décision. Ceci veut dire en toute simplicité que, si tous les humains le voulaient, aucun ne serait perdu. Voilà ce que Dieu a prédestiné. Ce qu’il n’a pas prédestiné, c’est l’ordre selon lequel chacun sera sauvé, car cette décision est laissée entièrement à la liberté de chacun d’agir selon sa propre volonté. Et ce choix nous vient de Dieu Lui-même. Si nous étudions le Plan de Dieu avec un esprit ouvert, nous découvrons que certains individus décideront volontairement de suivre Dieu, alors que c’est encore Satan qui est le « dieu de ce siècle ». Ayant alors reçu le Saint-Esprit, ces individus sont destinés à l’élection dans le Royaume, au retour de Christ en tant qu’Élus. Ceux qui n’auront pas fait leur choix, le feront, soit durant le Millenium après le retour de Christ, ou soit à la Deuxième Résurrection. Tous ces individus, cependant, formeront les nations qui seront dirigées par les Élus.

Finalement, ceux qui décideront volontairement et sciemment de demeurer rebelles jusqu’à la toute fin seront destinés au feu de la géhenne. Je répète néanmoins que, dans le Plan de Dieu, chaque humain est prédestiné à faire partie du Royaume de Dieu. La « catégorie » dans laquelle chacun se trouvera sera entièrement déterminée par la décision de chacun et non celle de Dieu. Sinon, si tout avait déjà été décidé d’avance, nous pourrions accuser Dieu d’être le grand responsable de notre sort final, alors que chaque individu sera le seul responsable de sa décision. Donc, en analyse finale, DIEU VEUT SAUVER TOUT LE MONDE. Voilà ce que Dieu a prédestiné.

Maintenant, allons voir ce que Paul a déclaré à un petit groupe qui avait décidé de donner sa vie à Dieu dans ce monde dirigé encore par Satan. À ces Élus en formation, Paul dit : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes, par Christ ; selon qu’il nous a élus en lui, avant la fondation du monde, afin que nous soyons saints et irrépréhensibles devant Lui par la charité » (Éphésiens 1:3-4). Dieu avait donc prévu, avant la fondation du monde, que, même si Lui veut sauver tout le monde, certains, à cause d’une bonne décision, seraient parmi les Élus ; d’autres, toujours selon leur décision, seraient parmi les nations ; et d’autres, malheureusement, à cause de leur rébellion jusqu’à la toute fin, seraient détruits dans le feu de la géhenne.

Mais quel bonheur pour ces Éphésiens convertis, d’apprendre qu’ils appartenaient à Dieu : « Ayant [été] prédestinés [suite à LEUR décision] à être Ses enfants adoptifs par le moyen de Jésus-Christ, d’après le bon plaisir de Sa volonté, à la louange de la gloire de Sa grâce, qu’il [Dieu] nous a gratuitement accordée en son Bien-aimé, en qui nous avons la rédemption par Son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de Sa grâce, qu’il a répandue sur nous abondamment » (v. 5-8). Voilà ce que Dieu aimerait faire pour chaque humain qu’Il a créé. Seul l’individu, par son entêtement continuel, pourrait se priver de cette richesse de Sa grâce, accordée gratuitement à ceux qui veulent Lui obéir. Dieu ne demande pas mieux que de nous préparer tous à régner un jour dans Son Royaume.

Jésus Lui-même a déclaré ceci à ceux qui seront à Sa droite : « Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père, possédez en héritage le Royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde » (Matthieu 25:34). Ceci veut simplement dire que le dessein de Dieu de nous sauver par Sa grâce, et qui nous serait accordée à cause du sacrifice de Christ, date de l’instant où Dieu avait résolu de créer le monde. Paul, à un certain moment donné, se voyait dans l’obligation d’encourager fortement son jeune évangéliste Timothée à ne pas se décourager dans son ministère. Cette exhortation, en passant, s’applique aussi à tout chrétien, car, à l’époque où nous vivons, il y a tellement de distractions qui nous arrivent constamment et qui pourraient nous porter au découragement.

Dans 2 Timothée 1:8-11, Paul lui dit : « N’aie donc point honte du témoignage de notre Seigneur, ni de moi son prisonnier ; mais souffre avec moi pour l’Évangile, par la puissance de Dieu, qui nous a sauvés, et nous a appelés par un saint appel, non selon nos œuvres, mais selon Son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant tous les siècles ». Donc, en ce qui nous concerne, cette Nouvelle Alliance a toujours existé. C’était la première, spirituelle, par laquelle nos premiers parents auraient eu accès à l’immortalité s’ils ne l’avaient pas transgressée. Notez que tous les versets que j’ai cités jusqu’ici se trouvent dans le Nouveau Testament, mais se rapportent pourtant aux temps les plus anciens, avant même la création des humains.

Certains ministres ont beaucoup de problèmes avec ces versets, et tentent parfois de les refouler dans leurs messages, parce que ces versets nous ramènent avant l’Ancienne Alliance, celle que la majorité des enseignants croient être la première que Dieu avait formulée. Je ne voudrais pas les juger, mais signaler une certaine disposition dans leur attitude. Pourquoi agissent-ils ainsi ? Peut-être parce que, sans le réaliser, ils transgressent deux instructions, bien décrites dans les Saintes Écritures, et qu’ils ont eux-mêmes sûrement citées assez souvent dans leurs sermons. La première se trouve dans Romains 12:3 où Paul déclare : « Or, par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun d’entre vous, de n’avoir pas de lui-même une plus haute opinion qu’il ne doit, mais d’avoir des sentiments modestes, selon la mesure de la foi que Dieu a départie à chacun ».

Le vrai ministre de Christ doit toujours être prêt à concéder que son esprit doit être constamment ouvert à toute nouvelle compréhension. Personne ne possède toute la vérité ! La vérité nous vient de Dieu, qui, par Son Esprit, nous instruit « loi sur loi, règle sur règle, un peu ici et un peu là » (Ésaïe 28:10). La version Martin de la Bible cite ce verset ainsi : « commandement après commandement ; ligne après ligne ; un peu ici, un peu là ». La vérité de Dieu ne change pas, mais notre compréhension OUI ! Saviez-vous qu’il est plus difficile de désapprendre une erreur que d’apprendre une vérité pour la toute première fois ? Ceux qui persistent à ne demeurer ancrés que dans leur connaissance acquise seulement, sans accepter ce qui ne vient pas d’eux, croient friser la perfection. Cette sorte d’attitude ne peut pas faire autrement que de leur apporter des conséquences néfastes à la longue.

La deuxième instruction biblique qu’ils transgressent se trouve dans Actes 17:11. En parlant des Béréens, nous voyons que : « Ceux-ci eurent des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique, et ils reçurent la Parole avec beaucoup de promptitude, examinant tous les jours les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact ». Voilà le genre d’attitude que Dieu aime ! Examinez toute chose et retenez ce qui est bon seulement ! Ceux qui prennent l’habitude d’agir ainsi, demeurent toujours fidèles à Christ, car rien ne peut les ébranler. Ce verset sur les Béréens est-il écrit dans la Bible pour les membres d’une congrégation seulement ? Ne serait-il pas là encore plus pour ceux qui instruisent ? Malheureusement, de trop nombreux pasteurs n’ont pas osé exercer cette instruction lorsqu’ils ont eux-mêmes reçu leurs enseignements dans leurs institutions bibliques, ainsi que leurs séminaires théologiques et doctrinaux, toutes dénominations confondues.

On dirait qu’ils éprouvent une crainte de questionner quoi que ce soit, face au risque de passer pour « rebelles » envers l’enseignement qu’on leur a disséminé. Ils refusent alors de remettre en question les doctrines prônées dans ces instituts, préférant se taire afin d’assurer leurs diplômes et obtenir un poste de pasteur. La satisfaction du ventre prime alors sur la vérité ! C’est exactement à eux que s’adresse la prophétie de Dieu donnée dans Ézéchiel 34. Toutefois, je suis sûr que, dans la majorité des cas, cette attitude n’est pas volontaire, et qu’ils sont sincères dans leur démarche. Ce qui est déplorable, c’est que rien dans ces institutions ne les encourage à adopter le comportement des Béréens. Position compréhensible, car les hauts dirigeants sont certainement plus conscients qu’eux de la fausseté de beaucoup de leurs enseignements.

Mais continuons maintenant notre étude sur la Nouvelle Alliance. L’apôtre Paul commence ainsi son Épître à Tite : « Paul, serviteur de Dieu, et apôtre de Jésus-Christ pour la foi des élus de Dieu, et pour la connaissance de la vérité, qui est selon la piété, en vue de l’espérance de la vie éternelle, que Dieu, qui ne peut mentir, a promise avant les temps éternels » (Tite 1:1-2). Notre vie éternelle repose entièrement sur l’espérance de notre foi et sur notre connaissance de la vérité. Ceci nous est déclaré par un Dieu qui ne peut pas mentir, et ce, avant les temps éternels. Ne pas croire ces versets inspirés, ce serait traiter Dieu de menteur. Mais tout élu de Dieu sait que Dieu ne ment point ! Et cette Épître s’adresse à des Élus de Dieu !

Dans son Épître, Paul explique aux Colossiens que le but de Dieu, dans la Nouvelle Alliance, était d’inclure tous les peuples dans Son plan de salut. Grâce à Jésus, Dieu avait réconcilié toutes choses avec Lui-même, par Son sang versé sur la croix. Mais Paul nous déclare que tout ceci constituait : « Le mystère qui était caché dans tous les siècles et dans tous les âges, mais qui est maintenant manifesté à [notez bien] Ses Saints » (Colossiens 1:26). Si Dieu décide de ne pas révéler quelque chose à quelqu’un, je regrette, mais, pour cette personne, cette vérité continuera à demeurer un « mystère caché ». Et c’est ce que Dieu a fait avec la majorité des humains dans tous les siècles et tous les âges.

Mais pas avec les saints : « A qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la richesse de la gloire de ce mystère parmi les Gentils ; savoir : Christ en vous, l’espérance de la gloire » (v. 27). Aussi simple que ça ! « Or, si quelqu’un n’a point l’Esprit de Christ, celui-là n’est point à Lui » (Romains 8:9). C’est que cette personne, même si elle se déclare chrétienne, elle ne Lui appartient pas pour le moment, et ne pourra faire partie de la Première Résurrection réservée aux Élus. Paul nous le confirme par ces paroles : « Et si l’Esprit de Celui [Dieu] qui a ressuscité Jésus des morts, habite en vous, Celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels, par Son Esprit qui habite en vous » (v. 11).

Ce grand mystère, caché depuis des âges, nous est pourtant révélé dans la Nouvelle Alliance. Dans 1 Corinthiens 2, on peut voir que toute cette connaissance était vraiment un mystère pour le monde dans le passé, mais que Dieu avait dévoilé cette connaissance à Paul, qui, au verset 7 déclare : « Mais nous prêchons la sagesse de Dieu, en un mystère, sagesse cachée, que Dieu avait destiné avant les siècles pour notre gloire ». Ce mystère était si bien caché : « Qu’aucun des princes de ce monde ne l’a connue ; car, s’ils l’eussent connue, ils n’auraient point crucifié le Seigneur de gloire » (v. 8). Il fallait absolument que Christ meure pour payer la rançon du péché, et tout cela pour notre gloire à venir. Quel amour de Dieu, pour Sa création qu’Il veut sauver au complet !

Il devient de plus en plus évident que les éléments de cette Nouvelle Alliance étaient en opération bien avant que Dieu donne l’Ancienne Alliance à Israël. En voici quelques exemples :

1) Le ministère de Melchisédec, qui fait maintenant partie de la Nouvelle Alliance, avec Jésus-Christ comme notre Sacrificateur pour toujours, a pourtant existé avant le ministère de Lévi, bien avant l’existence même de la nation d’Israël. Et notre Grand Prêtre Jésus, a existé « en forme de Dieu » (Philippiens 2:6), bien avant Aaron, le Grand Prêtre de l’Ancienne Alliance.

2) Les fruits venant du Saint-Esprit dans cette Nouvelle Alliance existaient bien avant que les Dix Commandements fussent donnés à Israël sous l’Ancienne Alliance sur le mont Sinaï. Après tout, le Saint-Esprit est éternel ! Abel, Enoch, Noé et Abraham ont tous été guidés par le Saint-Esprit. Tous faisaient des offrandes volontaires d’actions de grâces à Dieu. Abraham avait vaincu dix rois pour sauver son neveu Lot. Dans ces victoires, il avait accumulé des richesses énormes. Quand Melchisédec, le roi de paix et Sacrificateur du Dieu Très Haut est venu à sa rencontre pour le bénir et pour lui offrir du pain et du vin, Abraham a insisté pour Lui donner la dîme de son butin. Ces offrandes et cette dîme n’étaient pas exigées par Dieu, mais tous l’ont fait volontairement par amour pour Lui. Ils seront tous dans le Royaume à cause de leur foi, et non à cause de leurs offrandes.

En passant, Melchisédec était sûrement une première apparition de ce qui serait plus tard Jésus-Christ. Le Père se fit chair en Melchisédec tout comme Il se fit chair en Jésus-Christ. Melchisédec et Jésus sont donc deux manifestations de la même personne, Dieu le Père en chair, car Melchisédec «  a été sans père, sans mère, sans généalogie, n’ayant ni commencement de jours, ni fin de vie ; rendu semblable au Fils de Dieu. Il demeure sacrificateur pour toujours » (Hébreux 7:3). Avec cette vérité si clairement étalée, on pourrait alors déclarer, sans crainte de se tromper, que Melchisédec devait ressembler à Jésus comme deux gouttes d’eau. Vous avez ici un beau cas problème pour les prêcheurs de trinité… !

Ainsi, les quatre serviteurs de Dieu, Abel, Enoch, Noé et Abraham mentionnés plus haut, ont pourtant vécu bien avant que l’Ancienne Alliance soit faite avec Israël. Mais regardons la grande récompense qu’Abraham a récoltée par sa foi et son désir d’obéir à Dieu. À cause de son attitude, Dieu lui a annoncé d’avance ce qui arriverait lors de la venue de Jésus, le Messie. Nous pouvons voir le récit dans Galates 3:8-9, où Paul nous révèle : « Aussi l‘Écriture, prévoyant que Dieu justifierait les Gentils par la foi, a évangélisé par avance à Abraham, en lui disant : Toutes les nations seront bénies en toi. C’est pourquoi ceux qui croient, sont bénis avec Abraham, qui a cru ». Pouvez-vous imaginer la joie extraordinaire que cet homme a dû ressentir dans son cœur quand Dieu lui a annoncé cette bonne nouvelle à cause de sa fidélité ?

Cette connaissance que la Nouvelle Alliance existait bien avant l’Ancienne est très précieuse pour les enfants de Dieu. En tant que chrétiens, elle nous ramène à cette alliance première offerte à Adam et Ève, et que Dieu avait comme dessein originel pour tous les humains, dès le début de la création. Ce serait vraiment un manque de sagesse de notre part de nous attacher à l’Ancienne Alliance physique, qui n’était qu’une imitation, une copie, une ombre de cette Nouvelle Alliance, qui elle était là dès le début. Donc, puisque l’Ancienne Alliance a pris fin, elle ne peut absolument pas nous indiquer la façon d’adorer Dieu, ni comment parvenir au salut. Cette alliance était fondée sur la Loi et non sur la Foi !

L’observance de la Loi à la lettre, les sacrifices d’animaux, les différents rituels et les offrandes au Temple ne pouvaient pas procurer le salut. « Car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés » (Hébreux 10:4). L’ancienne Alliance ne peut pas sauver, mais regardons ce qui suit : « C’est pourquoi, Christ entrant dans le monde, dit [au Père] : Tu n’as point voulu de sacrifice ni d’offrande, mais Tu m’as formé un corps. Tu n’as point pris plaisir aux holocaustes, ni aux sacrifices pour le péché. Alors J’ai dit : Voici, Je viens, ô Dieu pour faire Ta volonté, comme cela est écrit de Moi dans le rouleau du livre » (vs 5-7). Jésus citait ici les versets messianiques prononcés par David, dans Psaumes 40:7-9, et qui annonçaient Sa venue en tant que SAUVEUR. Le corps de Jésus était alors destiné comme sacrifice expiatoire pour tous les péchés.

Non, les sacrifices et les holocaustes d’animaux ne pouvaient pas sauver. Il a vraiment fallu que Dieu forme un corps humain dans le sein d’une vierge nommée Marie, pour y faire vivre Sa Parole. Et c’est exactement ce que Jésus était : la Parole de Dieu vivant en chair humaine. Cet acte d’humilité, que seul Dieu pouvait accomplir, est expliqué en toute simplicité par Paul aux Philippiens. Paul leur dit : « Ayez en vous les mêmes sentiments que Jésus-Christ, lequel étant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à saisir d’être égal à Dieu » (Philippiens 2:5-6). Si nous acceptons le fait que Jésus était la Parole de Dieu vivant dans la chair, Paul déclare simplement ceci : Que la Parole de Dieu étant « encore en forme de Dieu » n’a pas regardé sa position d’être égale à Dieu comme quelque chose à laquelle on s’accroche, une proie à saisir.

Au contraire, pour payer la rançon du péché, il devait verser Son précieux sang sans tache. C’était le seul acte acceptable par Dieu pour réconcilier les pécheurs avec Lui-même, afin de leur ouvrir la porte au salut. Alors : « Il s’est dépouillé Lui-même, ayant pris la forme de serviteur ; devenant semblable aux hommes ; et, revêtu de la figure d’homme, il s’est abaissé Lui-même, en se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix » (vs 7-8). Voilà ce qui était nécessaire pour que nous puissions être placés sous la grâce et non plus sous la Loi comme Israël ancien. On ne pouvait absolument rien faire devant Dieu pour être justifiés. Paul nous dévoile le mystère de ce processus au salut dans Éphésiens 2:8. « Car vous êtes sauvés par la grâce, par le moyen de la foi ; et cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu ; ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie ».

Beaucoup de gens croient encore aujourd’hui pouvoir se sauver par les oeuvres que leurs différentes congrégations leur demandent de faire. Si cela était possible, nous n’aurions pas eu besoin du sacrifice de Christ. Chacun pourrait se glorifier selon ses œuvres. Désolé, mais Paul nous dit que le salut est un don gratuit de Dieu par Sa grâce. Pour recevoir cette grâce, il faut d’abord accepter la mort de Christ comme un paiement total pour nos péchés, et décider aussi de vivre selon la Foi en Dieu. Par une telle conversion, Dieu écrit Sa loi d’amour dans notre cœur. Le travail de Rédemption ayant été accompli par Christ, Dieu nous donne Son Saint-Esprit, afin de nous guider dans notre cheminement vers Son Royaume. Nous devenons, par le fait même, Son ouvrage spirituel.

C’est Lui qui fait le travail. Voilà pourquoi, dans Éphésiens 2:10 nous lisons ceci : « Car nous sommes Son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour les bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous y marchions ». Si nous sommes véritablement en Jésus, nous devons alors marcher selon Ses œuvres, préparées d’avance par Dieu pour nous aussi. Nous devenons, en tant que disciples, une extension de Christ, prêchant par notre exemple. D’une manière parfaite ? Pas encore, mais selon que l’Esprit nous guide. Nous devons pratiquer ces œuvres, non par crainte de châtiment, mais plutôt par amour pour Lui, tout comme Abraham et les autres serviteurs de Dieu.

Faisons alors une récapitulation des différences entre les deux Alliances. L’Ancienne était physique. La Nouvelle est spirituelle. Le sang des animaux sacrifiés couvrait les péchés. Le sacrifice de Jésus efface les péchés. L’Ancienne demandait la circoncision de la chair, un processus assez douloureux destiné aux hommes seulement. La Nouvelle demande la circoncision du cœur, un processus encore plus douloureux, parce que ça demande un changement total dans la façon de vivre. Notez que cette circoncision est destinée aux hommes et aux femmes, car pour Dieu les deux sont égaux. L’Ancienne ne s’adressait qu’à Israël seulement, tandis que la Nouvelle inclut toutes les nations de la terre.

Les dix commandements furent écrits sur des tables de pierre, symbole de la condition de leur cœur. La Loi d’amour englobe les dix commandements dans une forme amplifiée, qui, dans son ensemble, se résume à aimer Dieu de tout son être, et à aimer son prochain comme soi-même. Toute transgression de cette Loi devient également péché. Dès la conversion, cependant, cette Loi est inscrite dans le cœur, enclenchant un processus de changement complet dans l’attitude du chrétien dans son cheminement vers le Royaume. Étant toujours dans la chair, nous brisons parfois cette Loi, suite aux nombreuses tentations inspirées par l’adversaire. Mais Dieu ne nous laisse pas orphelins pour combattre seuls. Nous avons un avocat très puissant pour plaider notre cause devant Dieu. « Si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste. C’est Lui qui est la propitiation pour nos péchés » (1 Jean 2:1-2).

Donc, en tant que chrétiens : « Puisque nous avons un Grand Souverain Sacrificateur, qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, retenons ferme notre profession. Car nous n’avons pas un Souverain Sacrificateur qui ne puisse compatir à nos infirmités. Au contraire, il a été éprouvé en toutes choses, comme nous, mais sans péché. Allons donc avec confiance au trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans le temps convenable » (Hébreux 4:14-16). Le converti qui prend l’habitude d’aller toujours au trône de Dieu pour demander Son pardon dans le temps convenable, ne pourra jamais commettre le péché impardonnable, car la miséricorde de Dieu pour les Siens est sans limite.

Il y a une chose très importante dont on doit toujours se souvenir. Toutes les institutions de l’Ancienne Alliance n’étaient que l’ombre des choses que Christ viendrait accomplir pour le salut de l’humanité. La plus grande de ces institutions était les Fêtes annuelles, car chacune représentait une phase du Plan de Dieu vers le salut. La Nouvelle Alliance était la réalité par laquelle Jésus est venu accomplir toutes les étapes que ces fêtes annuelles annonçaient. Donc, la Nouvelle Alliance est venue rétablir le Plan originel de Dieu, que l’homme a temporairement brouillé par sa mauvaise décision dans le jardin d’Éden, mais que Dieu avait pourtant établi depuis le début de la création.

L’ombre ne peut pas être la réalité. Tout comme l’ombre d’un homme qui avance, projetée par une lumière derrière lui, n’est pas l’homme. C’est l’homme qui est la réalité. L’ombre nous indique simplement que l’homme s’en vient. La Nouvelle Alliance n’est pas sortie de l’Ancienne et elle n’est pas non plus une amplification de celle-ci comme certains prétendent. C’est l’Ancienne qui est sortie de cette Alliance éternelle du début, et que Dieu a temporairement mise en place afin de préparer le chemin pour Israël, en les dirigeant vers l’avènement de leur Messie. Ce qui est malheureux dans toute cette histoire, c’est que : « Jésus est venu chez les siens ; et les siens ne l’ont point reçu » (Jean 1:11). « Mais à tous ceux qui l’ont reçu, Il leur a donné le droit d’être faits enfants de Dieu, savoir à ceux qui croient en Son nom, qui ne sont point nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu » (Jean 1:12-13).

La Nouvelle Alliance n’a donc pas commencé avec la mort de Christ ; elle a plutôt été rétablie en permanence dans le versement de Son sang précieux. Jésus Lui-même, lors du dernier souper avec Ses disciples, a déclaré : « Cette coupe EST la Nouvelle Alliance en mon sang, qui est répandu pour vous » (Luc 22:20). Jésus n’a pas dit que cette coupe SERA le début de la Nouvelle Alliance. Au contraire, Jésus utilise le temps présent, indiquant que cette Alliance existe déjà, mais devait être rétablie en Son sang qui fut versé le lendemain. Encore une fois, Jésus n’a pas dit : « En mon sang qui sera versé pour vous ». Il a dit : « Qui EST répandu pour vous ». Il utilise encore le temps présent comme un fait déjà accompli.

L’apôtre Jean était très près de Jésus durant Son ministère, et Dieu lui a donné de saisir toute l’ampleur de la mission de Christ sur cette terre. Étant sorti du Père, Jésus est venu rétablir et accomplir le Plan originel de Dieu. À cause du péché, cependant, notre Sauveur l’a fait en versant Son sang pour payer cette rançon que le péché exigeait. Juste avant de mourir, Ses dernières paroles au Père furent : « Tout est accompli. Et ayant baissé la tête, il rendit l’esprit » (Jean 19:30). Jésus pouvait prononcer ces paroles avec assurance, car Il savait que Son sacrifice sur la croix accomplissait les exigences nécessaires pour ouvrir le salut à tous, et que, par le fait même, Sa mission était agréée par le Père.

Pour le chrétien, il n’y a qu’une conclusion possible. Cette très ancienne Nouvelle Alliance est réellement notre seule autorité sur la façon de vivre notre vie en Christ. Dieu n’est pas un démocrate, Il est Législateur. C’est Lui qui décide ! Dieu choisit les choses faibles du monde, pour les faire grandir en grâce, en connaissance et en sagesse. Et c’est avec cette sagesse qu’Il confondra les grands sages de ce monde de Satan. Pour sa part, le chrétien se doit de sonder les Écritures et de persévérer jusqu’à la fin. Car l’avenir appartient aux restants ! Ceux qui restent près de Dieu et qui persévèrent dans la foi. Et toutes nos instructions pour y arriver sont là, dans la Sainte Bible que chaque converti possède déjà.

Ce qui s’est malheureusement produit tout au long des siècles, c’est que Satan a infecté toutes les églises du monde. Certaines ont pris une partie de la vérité pour en faire leur doctrine principale. Ensuite on y rajouta des interprétations personnelles pour ainsi fonder une autre religion. Voilà pourquoi il existe tellement d’églises, se disant toutes chrétiennes, mais toutes en contradiction les unes avec les autres, alors que Satan s’amuse énormément dans tout ça. Et parce que les dirigeants tiennent mordicus à ce qu’ils possèdent déjà, les changements dans leur attitude sont quasi impossibles. Pourtant, la personne vraiment convertie devrait normalement avoir un esprit disposé à apprendre des choses nouvelles.

Ces pasteurs ressemblent drôlement à Israël ancien qui, à cause de son entêtement, ne comprend toujours pas, jusqu’à ce jour, que l’Ancienne Alliance est terminée. En parlant aux Corinthiens, Paul déclare : « Et nous ne faisons pas comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage, afin que les enfants d’Israël ne vissent pas la fin de ce qui devait disparaître. Mais leurs esprits ont été endurcis jusqu’à présent. Car encore aujourd’hui ce même voile demeure sur la lecture de l’Ancien Testament, sans être levé, parce qu’il n’est ôté que par Christ. Encore aujourd’hui, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leur cœur. Mais quand ils se convertiront au Seigneur, le voile sera ôté » (2 Corinthiens 3:13-16). Remarquez que le voile n’est pas sur les yeux, mais bien sur le cœur.

Bon nombre de groupes « chrétiens » prétendent vivre sous la Nouvelle Alliance pour ce qui est de leur Foi, mais ils puisent la plupart de leurs enseignements dans l’Ancienne Alliance fondée sur la Loi. On ne peut ni vivre ni enseigner les deux Alliances en même temps ! Soit que l’on suive l’Ancienne qui attend toujours son Messie ; soit que l’on suive la Nouvelle en suivant le Messie et en faisant disparaître l’autre. Il faut se convertir au Seigneur, et le voile sera ôté. « Or, le Seigneur est l’Esprit, et où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté » (2 Corinthiens 3:17). Avec une telle liberté, nous pouvons contempler la gloire du Seigneur, car nous sommes graduellement transformés à Son image, de gloire en gloire, par l’Esprit du Seigneur. Donc, quand le Saint-Esprit dirige, le vrai chrétien doit être disposé à se laisser guider. Que ceux qui ont des oreilles pour entendre…

La Parole de Dieu doit être prise au sérieux. Dieu nous aime et Il veut notre bien. Voilà pourquoi Paul nous exhorte : « Prenez garde de ne pas mépriser celui qui vous parle ; car si ceux [Israël] qui méprisaient celui [Moïse] qui les avertissait sur la terre, de la part de Dieu, n’échappèrent point, nous échapperons encore moins, nous qui nous détournons de celui qui parle des cieux » (Hébreux 12:25). Donc, les mots-clés pour le chrétien sont obéissance, persévérance et foi. Mais encore plus, ne jamais nous détourner de notre appel si précieux pour Jésus. Voilà le chemin sur lequel Dieu a placé chacun de nous.

La vérité est là pour être utilisée. Fouillez les Écritures et soyez comme les Béréens en gardant une bonne attitude dans vos recherches. Le monde vit présentement sur une marmite en ébullition, qui n’attend que le moment propice pour éclater. Regardez les bouleversements, un peu partout sur la planète, à l’heure actuelle. Je ne prétends pas être un prophète, mais je vous pose quand même cette question. En toute sincérité, combien de temps, encore, avant que tout ce qui se prépare présentement en secret dans les coulisses du pouvoir, n’éclate en conflit mondial ? Le monde cherche des solutions, mais les puissances occultes qui préparent un « Nouvel Ordre Mondial », dirigé par des hommes, devront un jour avouer que l’homme de lui-même est perdu, et sans solution.

Mais Dieu a toutes les solutions, et bientôt Christ reviendra pour établir le Royaume de Dieu ici-bas avec un « Nouvel Ordre Universel » qui sera sans fin, et ne passera jamais dans les mains d’un autre. Donc, restons près de Dieu, et surtout ne vous découragez pas. Un jour, bientôt, nous serons héritiers de ce Royaume, car la ligne d’arrivée est là, tout près. Et Jésus, toujours fidèle, nous attendra les bras grands ouverts, pour accueillir les vainqueurs. Soyez au rendez-vous !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec :