D.037 – La saine doctrine

image_pdfimage_print

 

Par Roch Richer

Doctrines à sensations

Vous connaissez l’expression : « Il ne faut pas croire tout ce qu’on raconte dans les journaux à sensations » ? Dans les magazines à potins, toutes sortes de nouvelles sont lancées, dont beaucoup sont fausses. Mais elles sont affublées d’un titre très accrocheur et les gens achètent ces journaux parce que ce qui leur est raconté « plaît à leurs oreilles ». La grande majorité des lecteurs ne prendront jamais la peine de vérifier si la nouvelle est vraie. Ils vont se contenter de la lire parce que cela les flatte et les émoustille. Il y aura même certaines personnes pour croire mordicus à tout ce qui est écrit. Et c’est ainsi qu’ils auront une perspective faussée des vedettes et des personnages importants. Les médias écrits, dirigés par des pouvoirs occultes, en profitent incidemment pour manipuler l’opinion publique.

Saviez-vous que le christianisme moderne souffre de la même maladie, aujourd’hui ? Beaucoup de doctrines à potins sont véhiculées au moyen de livres, de cassettes, de vidéos et même de grosses productions cinématographiques afin de berner les chrétiens sur ce que dit réellement la Bible. Et les pauvres crédules, pourtant animés de bonnes intentions, tiennent ces doctrines à sensations pour véritables, sans en vérifier la solidité dans la Parole de Dieu.

C’est ainsi que des personnes se disant chrétiennes croient à des doctrines comme le pré-tribulationisme, la trinité, le salut par les œuvres ou le salut inconditionnel, le feu d’un enfer éternel à tous ceux qui ne se convertissent pas à Christ aujourd’hui, l’adoration de la Vierge Marie, le parler en langue et bien d’autres doctrines plus loufoques les unes que les autres.

Or, si chaque chrétien prenait réellement la peine de vérifier sérieusement chacune de ces doctrines, les églises des hommes s’écrouleraient du jour au lendemain. Mais le système de vie actuel, patiemment instauré par Satan depuis des siècles, fait en sorte que les chrétiens se sont laissés distraire de l’étude de la Parole par les soucis de la vie. Il faut gagner son pain à la sueur de son front, en faisant des heures supplémentaires, car le coût de la vie grimpe sans cesse ; il faut se distraire par des amusements diversifiés et innombrables ; il faut prendre le temps de dépenser l’argent que l’on a si durement gagné et, au bout du compte, il reste combien de temps pour « éprouver toutes choses » (1 Thessaloniciens 5:21) ?

La majorité des chrétiens — je parle des chrétiens nominatifs — ne se rendent pas compte de la gravité de la situation et ne se contentent que du petit lait spirituel distribué au compte-goutte par leur pasteur, une fois la semaine, à heure fixe. Et encore, il faut espérer qu’il ne soit pas trop suri, ce lait.

Lorsqu’un enseignant de la Bible, qu’il ait obtenu le titre de manière divine ou humaine, nous expose une doctrine, soit qu’elle nous est connue depuis longtemps ou depuis peu, ou qu’elle nous soit nouvelle. Qu’est-ce qui peut nous garantir qu’elle soit vraie, c’est-à-dire, véritablement biblique ? Qu’est-ce qui en fait une saine doctrine ? Sommes-nous en mesure de déterminer si elle a de solides fondements scripturaires ?

« Mais, » me direz-vous peut-être, « qui sommes-nous, pauvres brebis, pour remettre en question l’expertise des personnes intelligentes qui ont passé souvent des dizaines d’années à scruter les Écritures ? Dieu ne donne-t-Il pas la connaissance d’abord à ceux qui sont en haut de la hiérarchie de l’Église ? À ceux qui ont la fonction de docteurs ? » Questions légitimes parce que les pasteurs, ministres et prêtres de toutes les religions dites chrétiennes se targuent d’être allés chercher l’expertise voulue pour dispenser à leurs ouailles toute la connaissance nécessaire pour qu’ils soient sauvés selon leurs critères ecclésiastiques. Ils ont si bien implanté cette idée dans la tête de leurs paroissiens qu’il est fort difficile à ces derniers de développer le sens du discernement enseigné dans la Parole. « Ne vous occupez pas de la recherche de la doctrine, laissez-nous cela entre les mains, nous vous dirons comment penser. Et surtout, ne questionnez pas notre enseignement, car nous devrions alors vous signaler comme rebelles à l’autorité divinement instituée dans notre congrégation ! » Et ainsi, leur contrôle est sauvegardé et protégé.

Prenez, par exemple, les pharisiens et les docteurs de la loi, au temps de Jésus. Ne devaient-ils pas être en mesure de connaître l’Ancien Testament sur le bout des doigts ? Pourtant, ils n’ont pas été fichus de reconnaître Jésus en tant que leur Messie, lorsqu’Il est venu sur terre pour la première fois ! Pourtant, le plus modeste étudiant de la Parole est capable de sortir les principales prophéties ayant prédit la venue de Jésus dans des détails précis !

Lorsque Dieu nous a dit, par la bouche de son apôtre, d’éprouver les esprits, ne parlait-Il qu’à Ses ministres ? « Bien-aimés [membres de l’Église !] ne croyez pas à tout esprit, mais éprouvez les esprits… » Pourquoi ? « …pour voir s’ils sont de Dieu ; car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde [c’est aux membres à éprouver ceux qui se disent prophètes]. 2Reconnaissez l’Esprit de Dieu à ceci : tout esprit qui confesse Jésus-Christ venu en chair, est de Dieu ; 3Et tout esprit qui ne confesse pas Jésus-Christ venu en chair, n’est point de Dieu » (1 Jean 4:1-3). « Eh bien, voilà ! Pas de problème ! N’importe quel ministre qui dit que Jésus-Christ est venu en chair est nécessairement animé de l’Esprit de Dieu ! » Un instant, mes amis, ce n’est pas si simple. Ne nous en tenir qu’à cette base risquerait de nous amener de petits problèmes.

Jean avait posé un fondement pour la saine doctrine de Christ alors que le christianisme en était à ses tout débuts — la lettre a été écrite probablement quelques années après la rédaction de l’Apocalypse, en l’an 96. Depuis, le christianisme a subi de profondes mutations et une grande perversion s’y est installée. Les véritables chrétiens sont maintenant peu à peu évacués du « christianisme ». Les prédictions de Jean, de Paul, de Pierre et des autres apôtres se sont avérées justes. Les loups ravisseurs ont, par leurs doctrines à sensation, envahi la bergerie et ont fait de grands dégâts.

Or, que nous démontre Luc comme directive pour éviter ce genre de problème ? « Et aussitôt les frères firent partir de nuit, pour Bérée, Paul et Silas, qui étant arrivés, entrèrent dans la synagogue des Juifs. 11Ceux-ci eurent des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique, et ils reçurent la parole avec beaucoup de promptitude, examinant tous les jours les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact » (Actes 17:10-11). D’après vous, comment ont dû réagir Paul et Silas ? Croyez-vous qu’ils se soient sentis insultés, ou blessés dans leur amour-propre de ce qu’on remettait leur parole en question, comme il arrive malheureusement souvent parmi les pasteurs et les prêtres des églises modernes ? Ont-ils fait comprendre avec condescendance à ces Judahites[1] qu’ils ne connaissaient pas encore grand-chose aux Écritures et qu’ils devaient tout simplement leur faire confiance ?

Ils ont trouvé leurs sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique ! Sans doute les auraient-ils aussi trouvés plus nobles que bon nombre de ceux des congrégations et assemblées ayant feu et lieu dans nos salles modernes et aseptisées…

Quand avons-nous demandé à Dieu, pour la dernière fois, de nous éclairer de Son Saint-Esprit sur ce qui venait de nous être enseigné dans le dernier sermon du pasteur ou du prêtre ? Lui avons-nous demandé à ce que ne soit dispensée que Sa vérité, ou bien sommes-nous rendus au point de ne plus souffrir la saine doctrine, mais d’être plutôt désireux d’entendre des choses agréables provenant de docteurs à la voix obséquieuse nous susurrant des messages selon nos convoitises (2 Timothée 4:3) ? Ce n’est pas ce que Paul dit aux ministres de faire dans les versets précédents : « Je t’en conjure donc devant Dieu et devant le Seigneur Jésus-Christ qui doit juger les vivants et les morts, lors de son apparition et de son règne [remarquez le sérieux de l’avertissement] 2Prêche la parole, insiste en temps et hors de temps, reprends, censure, exhorte en toute patience, et en instruisant » (versets 1-2). Des messages dispensés en suivant ces instructions ne sont pas toujours faciles à entendre et à écouter. Mais ils risquent bien plus d’être assis sur la vérité biblique !

« N’éteignez point l’Esprit. 20Ne méprisez point les prophéties. 21Éprouvez toutes choses ; retenez ce qui est bon, » nous recommande Paul, à nous les membres (1 Thessaloniciens 5:19-21). C’est notre responsabilité ! Ne prenez pas pour acquis tout ce que vous disent les beaux-parleurs, que ce soit en chaire, à la télévision, dans les croisades ou congrès évangéliques, les séminaires bibliques, dans les livres ou les cassettes audio ou vidéo ! Et ne prenez pas non plus leur richesse pour un critère de bénédictions divines ! La plupart du temps, cette richesse est suspecte, amassée au moyen de la fausse doctrine des dîmes et des offrandes prélevées sur le dos des chrétiens trop crédules qui aiment entendre ce qui est agréable à leurs tympans ! C’est d’ailleurs leur principal motif pour prêcher des doctrines à sensation : ça les rend riches à craquer ! Où ont-ils pris le droit de « vendre » la Parole de Dieu pour leur bénéfice personnel ? Et si seulement c’était la Parole véritable, on en retirerait un peu d’avantage, mais quand elle est pervertie et assaisonnée de mensonge en plus… !

Que doit donc faire le chrétien ? Car je sais que beaucoup se sentent démunis face à la pléthore de doctrines diverses disséminées au moyen des médias les plus disparates. Comment peut-on tester par quel esprit travaille un prêcheur donné ? Ne risque-t-on pas de se mélanger plus qu’autrement ?

Prier et étudier la Parole

Les premières conditions ont un rapport direct avec vous-mêmes en relation avec Dieu. Remarquez ce que l’apôtre Paul a écrit aux Thessaloniciens, quelques lignes auparavant : « Priez sans cesse. » (v. 17). Cela ne veut pas dire de prier à genoux des heures durant à chaque jour ; cela signifie que vous devriez avoir une attitude de prière constante, d’entretenir un contact permanent avec votre Seigneur et votre Dieu. Gardez en tête qu’Il marche constamment à vos côtés, quoi que vous fassiez. Il vous guide. Il vous habite ! Vous avez donc Son Saint-Esprit.

Ceci dit, ayez vraiment confiance en cette promesse de Jésus : « Mais quand celui-là, l’Esprit de vérité, sera venu, il vous conduira dans toute la vérité, car il ne parlera point par lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et vous annoncera les choses à venir » (Jean 16:13). Croyez-vous que cela ne s’adressait qu’aux apôtres présents à ce moment-là ? « Toute l’Écriture est divinement inspirée, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour former à la justice ; 17Afin que [le ministre de Dieu ? Non] l’homme de Dieu soit accompli, et propre à toute bonne œuvre » (2 Timothée 3:16). Tous ceux qui ont l’Esprit de Dieu en eux sont « homme » ou « femme de Dieu ».

Ne croyez pas que l’âge et l’expérience font foi de tout dans la dispensation de la Parole. Celui qui a l’Esprit, si jeune soit-il, en remontrera à celui qui, plus âgé, n’a pas l’Esprit pour le conduire, ou s’en sert mal, se laissant plutôt guider par son orgueil et son intellect humain. Prenez exemple sur Élihu, le plus jeune des amis de Job. Celui-ci souffrait de terribles maux et se lamentait en se justifiant. Ses deux amis plus âgés le reprenaient en le réprimandant sur sa conduite. Aucun d’eux ne savaient voir clairement la situation. Mais, quoique plus jeune, Élihu, irrité devant la bêtise des propos tenus, se décida à prendre la parole : « Je me disais : Les jours parleront, et le grand nombre des années fera connaître la sagesse. » (Job 32:7).

Combien d’entre nous, nous laissons impressionner par ceux qui déploient des diplômes en études bibliques, des doctorats en théologie et autres certificats de cours donnés par des « réseaux officiels » d’enseignement de la Bible ? Celui-ci nous attestera qu’il a passé 20-30 ans à étudier la Bible des soirées entières, cet autre se vantera humblement de connaître 14 000 versets par cœur, ce troisième nous tendra sa dernière vidéo cassette (seulement 39,95 $ + taxes !), résultat de plus de 18 000 heures de recherches ! Refrain connu ?

Qu’a compris Élihu ? « Mais c’est l’esprit qui est dans les hommes, c’est le souffle [l’Esprit]du Tout-Puissant qui les rend intelligents. 9Ce ne sont pas les aînés qui sont sages ; ce ne sont pas les vieillards qui comprennent ce qui est juste. 10C’est pourquoi je dis : Écoute-moi ; je dirai mon avis, moi aussi » (vs. 8-10). La réponse est très claire : c’est l’Esprit de Dieu qui donne la véritable intelligence à l’homme. Voyez-vous, le nouveau converti qui a compris le salut de Dieu est déjà plus avancé que celui que l’on qualifie de plus grand évangéliste de tous les temps, i.e., Billy Graham, qui, aux dernières nouvelles, n’avait toujours pas compris le salut ! Vous pouvez vérifier vous-mêmes ! Comment cela se fait-il ? Tout simplement que Billy Graham ne peut pas avoir le Saint-Esprit en lui. Sinon, comment pourrait-il encore être Franc-maçon au 33e degré ? De plus, il prêche les doctrines du catholicisme, ce qui est anti-biblique. Est-ce donc son « expérience » que vous craignez de froisser ou de discuter ?

Je me suis permis de prendre un exemple flagrant pour bien vous démontrer que n’est pas évangéliste qui le prétend et que, bien souvent, celui qui crie le plus fort enseigne le moins. Appliquez ce principe à toutes les personnes qui enseignent des doctrines. N’ayez plus peur de les passer au test de la Parole. Étudiez la Bible et croyez que l’Esprit qui vous habite va vous guider.

Les fruits que porte l’enseignant dans sa vie sont-ils bons ? Il ne s’agit pas là de rechercher la perfection dans toute sa conduite. Personne n’est parfait. Mais il y a des critères que Dieu a exigés des personnes qui aspirent au rang de pasteur : « Si quelqu’un aspire à être évêque, il désire une oeuvre excellente. 2Il faut donc que l’évêque soit irrépréhensible, mari d’une seule femme, sobre, prudent, rangé, hospitalier, capable d’instruire ; 3Point adonné au vin, ni violent, ni porté au gain déshonnête, mais doux, éloigné des querelles, exempt d’avarice, 4Gouvernant bien sa propre maison, tenant ses enfants dans la soumission, en toute honnêteté. 5Car, si quelqu’un ne sait pas conduire sa propre maison, comment gouvernera-t-il l’Église de Dieu ? » (1 Timothée 3:1-5).

Le pasteur qui rencontrera ces critères parce que rempli du Saint-Esprit ne craindra nullement qu’on le mette à l’épreuve. Conduit par Dieu et en paix avec Lui, il trouvera que celles de ses ouailles qui l’éprouveront — selon ces critères bibliques et avec respect — développent la même noblesse de sentiments que les Béréens et acquièrent ainsi le discernement, qualité nécessaire à tout chrétien.

Il est fort regrettable de constater qu’à notre époque, beaucoup de ceux qui se proclament pasteurs de Dieu font honte à ce poste. Non seulement ne l’ont-ils jamais été, pasteurs, n’ayant pas reçu cette fonction de Dieu Lui-même, mais ils discréditent cette fonction aux yeux des chrétiens et du monde par leurs excès, leurs péchés, leurs faiblesses flagrantes et leurs propos anti-bibliques. Les scandales qu’ils font sont portés dans les médias et c’est tout le christianisme qui en est entaché. Voyez comment l’apôtre Pierre les qualifia : « Mais ceux-ci, comme des animaux sans raison, qui ne suivent que la nature, nés pour être pris et détruits, blasphémant ce qu’ils n’entendent point, périront par leur propre corruption, recevant le salaire de leur iniquité. 13Ils aiment à être tous les jours dans les délices : ce sont des taches et des souillures ; ils prennent plaisir dans leur tromperie, lorsqu’ils mangent avec vous » (2 Pierre 2:12-13). Lisez aussi les versets suivants, surtout de 20 à 22.

Quand vient ensuite l’occasion à un vrai chrétien d’évangéliser quelqu’un, certaines gens ressortent ces potins et raillent le christianisme. Recherchez donc les pasteurs dans la vie desquels le fruit de l’Esprit est évident.

Vérifier toutes choses

Puis, il faut vérifier si les doctrines enseignées proviennent de la Bible. Face à une doctrine qui vous est présentée, n’ayez crainte de vous enquérir de l’autre côté de la médaille. Vérifiez ce que disent ceux qui prêchent le contraire. « Celui qui plaide le premier, paraît juste ; mais sa partie [l’autre côté de la médaille] vient et l’examine » (Proverbes 18:17). Si vous avez peur d’être mélangés ou de ne pas être capables de voir l’évidence biblique au travers des arguments des deux parties, serait-ce la preuve qu’il y a un gros manque d’étude biblique de votre part ? Seriez-vous comme ceux à qui Paul reprochait de n’en être qu’au petit lait après plusieurs années de christianisme ? « En effet, tandis que vous devriez être maîtres depuis longtemps, vous avez encore besoin d’apprendre les premiers éléments des oracles de Dieu ; et vous en êtes venus à avoir besoin de lait, et non de nourriture solide. 13Or, celui qui se nourrit de lait, ne comprend pas la parole de la justice ; car il est un petit enfant » (Hébreux 5:12-13).

Partez d’abord sur le principe que la Parole de Dieu a été écrite pour que les enfants de Dieu, Ses serviteurs, puissent la comprendre. La personne qui est née sans beaucoup d’intelligence et qui n’a pas reçu une grande instruction pourra, avec l’aide du Saint-Esprit, comprendre ce que Lui dit son Créateur et Rédempteur, alors que le plus grand théologien en sera incapable s’il n’a pas cet Esprit. Les saines doctrines apparaissent toujours simples à comprendre à celui qui est éclairé de l’Esprit.

« 9Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’avait point vues, que l’oreille n’avait point entendues, et qui n’étaient point montées au cœur de l’homme, que Dieu avait préparées pour ceux qui l’aiment. 10Mais Dieu nous les a révélées par son Esprit ; car l’Esprit sonde toutes choses, même les profondeurs de Dieu. 11Car qui est-ce qui connaît ce qui est en l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même aussi, personne ne connaît ce qui est en Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. 12Pour nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, pour connaître les choses qui nous ont été données de Dieu ; 13Et nous les annonçons, non avec les discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne le Saint-Esprit, expliquant les choses spirituelles aux spirituels. 14Or, l’homme animal ne comprend point les choses de l’Esprit de Dieu ; car elles lui semblent folie, et il ne les peut connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. 15Mais l’homme spirituel juge de toutes choses, et n’est lui-même jugé par personne. 16Car qui a connu la pensée du Seigneur pour l’instruire ? Mais nous, nous avons la pensée de Christ. » (1 Corinthiens 2:9-16).

Mais comment savoir si une doctrine est biblique ? Si la doctrine s’assoit sur TOUTES LES ÉCRITURES et qu’aucun verset ne la contredit, c’est une vérité divine. Si plusieurs versets la contredisent (pas SEMBLENT la contredire), c’est que la doctrine risque d’être fragilement fondée sur un certain nombre de versets à qui l’on fait dire ce qu’ils ne disent pas en réalité. Une étude approfondie est alors exigée. Si vous disposez d’une concordance, tant mieux ; sinon, prenez le temps de scruter toutes les Écritures où le sujet est mentionné. Soyez prudent avec les livres qui se vendent sur le marché. Beaucoup de faussetés sont semées dans les librairies bibliques. Demandez à Dieu qu’Il vous guide spécifiquement dans le domaine doctrinal à étudier et Il mettra sur votre route les éléments dont vous avez besoin pour faire la lumière sur la Parole de Dieu. Ce peut être beaucoup de travail, mais ce travail est fascinant !

À mesure que vous prendrez de l’assurance dans vos études bibliques, vous vous familiariserez avec le Plan grandiose de notre Dieu et comprendrez ses paramètres et sa globalité merveilleuse ; vous vous rendrez aussi vite compte du mode opératoire par lequel sont souvent bâties les fausses doctrines. De plus, vous finirez par découvrir les motifs cachés et inavouables qui ont poussé certaines personnes à lancer de fausses idées qui ont fait beaucoup de chemin. (Ex. : le culte voué à la « Vierge » découle d’une idée qui date de plus de 4 000 ans. On adorait la Vierge longtemps avant… Marie !) Par ce processus d’étude, vous comprendrez le mécanisme des civilisations tel qu’inspiré par le diable. La perspective générale de l’histoire du monde vous apparaîtra plus clairement.

Mais d’où viennent les fausses idées et les fausses doctrines ? Du père du mensonge : Satan (Jean 8:44). Ses doctrines mensongères ont quelle fonction ? Détourner tout simplement le vrai chrétien du Plan de salut de Dieu, de la tâche d’évangélisation de l’Église, de la foi en Jésus-Christ Dieu/homme, etc. Ne soyez pas étonnés de ce que les fausses doctrines foisonnent aujourd’hui, car le temps des gouvernements humains achève et, de ce fait, le règne de Satan aussi. Il sait qu’il a peu de temps. Mais vous avez tout ce qu’il faut en la Parole de Dieu pour ne pas vous laisser prendre à ses mensonges. Si vous cherchez la vérité et que Dieu est en vous, comment pourra-t-on vous la cacher ? Dieu vous l’a promise !

« Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes véritablement mes disciples. 32Et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8:31-32).

« Je suis le chemin, la vérité et la vie… » dit le Seigneur (Jean 14:6).

« Et en toute séduction d’iniquité, dans ceux qui périssent ; parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité, pour être sauvés » (2 Thessaloniciens 2:10).

« L’ancien, à la dame élue et à ses enfants, que j’aime dans la vérité, et non pas moi seul, mais encore tous ceux qui ont connu la vérité, 2À cause de la vérité qui demeure en nous, et qui sera avec nous pour l’éternité » (2 Jean 1-2).

Êtes-vous de ceux qui ont soif de la vérité divine ?

_________________________________________________________

[1] Descendants de la tribu de Juda.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec :