D.266 – « Tu ne feras… »

image_pdfimage_print

 

Par Joseph Sakala

Dans Exode 20:4-6, Dieu dit : « Tu ne te feras point d’image taillée, ni aucune ressemblance des choses qui sont là-haut dans les cieux, ni ici-bas sur la terre, ni dans les eaux sous la terre ; tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car je suis l’Éternel ton Dieu, un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants, jusqu’à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu’à mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements. » Bon nombre d’athées se permettent de critiquer le christianisme comme étant une religion remplie de négativisme et de prohibitions. Pour répondre aux accusations, les chrétiens tentent de flatter les critiques en soutenant le respect et l’amour qu’ils portent envers leur Créateur.

Néanmoins, le fait demeure que le Nouveau Testament contient également plusieurs prohibitions en même temps qu’une confirmation de toutes les lois exprimées dans les Dix Commandements. Le premier Commandement défend carrément l’idolâtrie. Plusieurs autres commencent par l’expression « Tu ne … point », comme « Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain » (Exode 20:7), et « Tu ne tueras point. Tu ne commettras point d’adultère. Tu ne déroberas point. Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain. Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui appartienne à ton prochain » (Exode 20:13-17).

Il serait très inapproprié de la part d’un chrétien d’ignorer ces commandements. Le comportement divin chez les convertis à Christ est de nos jours encore plus sérieux que jamais auparavant. Non seulement ces prohibitions sont toutes répétées dans le Nouveau Testament, mais plusieurs autres s’adressent directement aux chrétiens, même s’ils sont sauvés par la grâce. Dans Éphésiens 5:18, Paul nous dit : « Ne vous enivrez point de vin, qui mène au dérèglement ; mais soyez remplis de l’Esprit. » Notez que Paul ne nous dit pas qu’il est défendu de boire du vin, mais de ne pas nous enivrer de vin, car cela mène au dérèglement. Il y a des églises qui ont bâti leurs doctrines fondamentales sur de tels versets pour en faire des restrictions totales. Pas d’alcool, pas de café ou de thé, pas de boissons pétillantes, etc. Les extrêmes ne font aucunement partie des doctrines divines. Ce sont les extrêmes qui causent toujours la confusion et « Dieu n’est point pour la confusion, mais pour la paix » (1 Corinthiens 14:33). Le désordre et la confusion sont les atouts de Satan pour détruire les êtres humains.

Regardons un autre commandement de « prohibition » où Paul nous dit : « Si vous vous mettez en colère, ne péchez point ; que le soleil ne se couche point sur votre colère ; et ne donnez point accès au diable » (Éphésiens 4:26-27). Si les gens mettaient cette seule instruction en action dans leur vie, combien de mariages en seraient magnifiés, grâce aux réconciliations dans les couples avant que l’on s’endorme le soir ? Ce même conseil s’applique pareillement à toutes les disputes, soit au travail, avec les voisins, les enfants, les parents et les amis. Quelle belle façon de terminer la journée dans la paix !

Examinons ensemble une autre belle « interdiction », dans Romains 12:16-17, où Paul témoigne : « Ayez les mêmes sentiments entre vous ; n’aspirez point aux grandeurs, mais accommodez-vous aux choses humbles ; ne soyez pas sages à vos propres yeux. Ne rendez à personne le mal pour le mal ; attachez-vous à ce qui est bien devant tous les hommes. » Si seulement les individus se mettaient soudainement à agir ainsi. Combien de problèmes cette seule attitude pourrait-elle régler dans le monde entier ?

Finalement, savourons cette belle instruction de Paul, dans Romains 12:18-21 : « S’il se peut faire, et autant qu’il dépend de vous, ayez la paix avec tous les hommes. Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez faire la colère divine ; car il est écrit : A moi la vengeance ; c’est moi qui rétribuerai, dit le Seigneur. Si donc ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s’il a soif, donne-lui à boire ; car en faisant cela, tu lui amasseras des charbons de feu sur la tête. Ne te laisse point surmonter par le mal ; mais surmonte le mal par le bien. » Imaginez combien de meurtres seraient évités si les gens établissaient cette instruction dans leur vie. Le simple fait de faire du bien à celui qui veut vous faire du mal finit par dérouter le coupable, car ce comportement va complètement à l’encontre de ce que lui ou elle ferait en pareille circonstance.

Il existe pourtant de nombreux aspects positifs dans la vie du chrétien, mais, pour en profiter, il doit s’abstenir volontairement de certains comportements. Rappelons-nous toujours que nous ne travaillons pas pour gagner notre salut, mais nous devons quand même éviter les œuvres de la chair qui nous empêcheraient d’atteindre notre objectif qui est de devenir Élu du Royaume. Au lieu de nous concentrer sur nos œuvres, concentrons-nous plutôt sur le fait que : « nous sommes Son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour les bonnes œuvres que Dieu a préparées d’avance [pour nous] afin que nous y marchions » (Éphésiens 2:10). Voilà les projets qui devraient primer dans notre vie et que nous devrions réaliser dans cette nouvelle vie régénérée, sur la voie qui mène au salut et à l’immortalité.

Dans sa lettre aux Galates, Paul a écrit ceci : « Mais quand il plut à Dieu, qui m’avait choisi dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce, de me révéler intérieurement son Fils, afin que je l’annonçasse parmi les Gentils ; aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang » (Galates 1:15-16). Après sa conversion, on aurait cru que Paul serait venu vers Pierre ou d’autres parmi les apôtres afin de se faire instruire. Au contraire, il est allé en Arabie où il fut instruit par Jésus Lui-même. Ce n’est que trois ans plus tard qu’il monta à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas (Pierre), et Paul demeura quinze jours chez lui. Mais il ne vit aucun autre des apôtres, si ce n’est Jacques, le frère du Seigneur (Galates 1:18-19). C’est ce même Jacques qui a écrit la belle épître qui suit le livre aux Hébreux dans votre Bible.

Il y a un grand mystère dans cette confidence de Paul. Il a écrit une grande partie du Nouveau Testament et il affirmait avoir été divinement inspiré. « Je vous le déclare donc, frères : l’Évangile que j’ai annoncé n’est pas de l’homme ; car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ » (Galates 1:11-12). Nous découvrons alors une transformation extraordinaire chez ce grand apôtre qui, peu de temps avant, persécutait les chrétiens et était amèrement antagoniste à la proclamation de l’Évangile. Mais soudainement, dans Galates 1:13-14, Paul admet : « Vous avez, en effet, entendu dire quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme ; comment je persécutais à outrance l’Église de Dieu, et la ravageais ; et comment j’étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge dans ma nation, étant le plus ardent zélateur des traditions de mes pères. »

Paul a toutefois rencontré son Maître sur le chemin menant à Damas. « Et comme il était en chemin, et qu’il approchait de Damas, tout d’un coup, une lumière venant du ciel resplendit comme un éclair autour de lui. Et étant tombé à terre, il entendit une voix qui lui dit : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? Et il répondit : Qui es-tu, Seigneur ? Et le Seigneur lui dit : Je suis Jésus que tu persécutes ; il te serait dur de regimber contre les aiguillons. Alors, tout tremblant et effrayé, il dit : Seigneur, que veux-tu que je fasse ? Et le Seigneur lui dit : Lève-toi, et entre dans la ville et là on te dira ce que tu dois faire » (Actes 9:3-6). C’est là qu’il fut baptisé. Étant maintenant converti, il se mit à prêcher à ceux qu’il persécutait auparavant et les chrétiens disaient : « Celui qui autrefois nous persécutait, annonce maintenant la foi, que jadis il ravageait » (Galates 1:23). Et ces mêmes chrétiens glorifiaient Dieu à son sujet.

Cependant, ce que Paul n’avait pas réalisé durant toutes les années qu’il combattait contre la vérité de Dieu, c’est qu’il était déjà séparé du monde et appelé de Dieu par Sa grâce, avant même sa naissance, selon le texte écrit plus haut. Ceux qui l’enseignaient dans la synagogue, ses études sous Gamaliel et même ses croisades anti-chrétiennes furent tous surveillés par Dieu afin de former Paul en la personne unique qu’il est devenu. Autant il ravageait les chrétiens avant sa conversion, autant il est devenu zélé pour Christ lorsqu’il a reçu le Saint-Esprit. Nous voyons ici clairement ce que la puissance de la conversion peut faire chez quelqu’un appelé par Dieu et qui accepte l’appel.

Paul fut prédestiné à devenir l’éminent chrétien que Dieu allait utiliser pour écrire une grande partie de Sa Parole du Nouveau Testament. Les épîtres de Paul étaient vraiment ses épîtres, dérivées de ses études, de ses recherches et de ses propres expériences en portant l’Évangile aux Gentils. Tous ces écrits sont devenus la Parole de Dieu, inspirés par le Saint-Esprit, libres de toute erreur et parfaitement communiqués de Dieu à l’homme, puisque c’est Dieu Lui-même qui l’avait ordonné apôtre. Dieu a également suivi de près toutes les expériences que Paul a vécues afin de les implanter dans son cœur pour le travail étonnant qu’il devait accomplir.

Et il en fut ainsi avec tous ceux que Dieu a choisis pour transmettre Sa Parole par écrit. Donc, Dieu est devenu Jésus-Christ, la Parole vivante de Dieu sous forme humaine et les autres êtres humains furent choisis pour participer à la Parole écrite de Dieu afin de subvenir à tous nos besoins spirituels. C’est vraiment mystérieux pour nous, mais parfaitement dans les limites de notre Grand Créateur omnipotent. À toi, donc, Seigneur, la Splendeur en toute chose ! Dans l’Ancien Testament, David a écrit plusieurs Psaumes de louanges pour témoigner de la magnificence de l’Éternel. Nous découvrons une très belle louange de David dans le livre des Chroniques.

Dans 1 Chroniques 29:10-12, nous lisons : « Puis David bénit l’Éternel, en présence de toute l’assemblée. Et David dit : O Éternel ! Dieu d’Israël notre père, béni sois-tu d’éternité en éternité !  A toi, Éternel, la grandeur, la force et la magnificence, l’éternité et la splendeur, car tout ce qui est dans les cieux et sur la terre t’appartient. A toi, Éternel, est le règne, et tu t’élèves en souverain au-dessus de tout. La richesse et la gloire viennent de toi, tu as la domination sur tout ; la force et la puissance sont en ta main, et en ta main est le pouvoir d’agrandir et de fortifier toutes choses. »

Cette déclaration de David est une des plus belles louanges à l’Éternel dans les Saintes Écritures. David et Salomon furent les plus grands rois d’Israël et deux des plus grands rois du monde de leur époque. Toutefois, David admet que le Seigneur était le Véritable Roi, non seulement sur Israël, mais du ciel, de la terre et de l’univers entier. Malgré ce témoignage véridique, très peu de gens reconnaissent Dieu, de nos jours, en tant que Roi de la Création. Sauf une minorité de croyants, la majorité des humains croit, sans pouvoir le prouver, que l’univers est le résultat d’une évolution, où l’homme est devenu roi. C’est une théorie qui sera bientôt écrasée par le grand Créateur Lui-même, lors de Son retour pour établir le Royaume de Dieu ici-bas.

La prière de David est répétée dans Apocalypse 4:10-11, alors que : « Les vingt-quatre Anciens se prosternaient devant celui qui était assis sur le trône, et ils adoraient celui qui vit aux siècles des siècles et jetaient leurs couronnes devant le trône, en disant : Seigneur, tu es digne de recevoir la gloire, l’honneur, et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent, et ont été créées. » Et dans Apocalypse 11:16-17 : « Et les vingt-quatre Anciens, qui sont assis sur leurs trônes devant Dieu, se prosternèrent sur leurs faces, et adorèrent Dieu, en disant : Nous te rendons grâces, Seigneur Dieu Tout-Puissant, QUI ES, et QUI ÉTAIS, et QUI SERAS, de ce que tu as pris en main ta grande puissance, et de ce que tu es entré dans ton règne. »

Un jour, chaque être humain se prosternera devant Lui et tous confesseront que Jésus est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. Celui qui est assis dans les cieux parlera également : « Et moi, dira-t-il, j’ai sacré mon roi, sur Sion, ma montagne sainte … Maintenant donc, ô rois, ayez de l’intelligence ; recevez instruction, juges de la terre … Rendez hommage au Fils, de peur qu’il ne s’irrite, et que vous ne périssiez dans votre voie, quand sa colère s’enflammera tout à coup. Heureux tous ceux qui se confient en lui ! » (Psaume 2:6, 10, 12). La plus belle partie de l’histoire humaine est à venir. Jésus doit revenir pour mettre de l’ordre dans toute cette confusion créée par Satan dès la création de nos premiers parents.

Il y aura un travail immense à faire par les Élus de Dieu, consistant à instruire le monde durant le Millénium, sur la façon de vivre selon la volonté de Dieu afin de moissonner les multiples bénédictions qui s’y rattachent. Viendra ensuite la Deuxième Résurrection et le jugement du Grand Trône Blanc, où Jésus ouvrira le Livre de Vie pour accueillir tous ceux qui se convertiront à la vérité qu’ils n’ont jamais reçue à cause de la séduction continuelle de Satan tout au long des siècles. Malheureusement, la Bible nous dit que, malgré cette opportunité incroyable de recevoir gratuitement l’immortalité, il y aura toujours cette minorité qui refusera l’offre de Dieu et demeurera rebelle au Créateur jusqu’à la toute fin.

Viendra alors la Troisième Résurrection pour ces rebelles, où : « la mer rendit les morts qu’elle contenait ; la mort et l’enfer rendirent aussi les morts qui y étaient, et chacun fut jugé selon ses œuvres. Et la mort et l’enfer furent jetés dans l’étang de feu ; c’est la seconde mort. Et quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie, fut jeté dans l’étang de feu » (Apocalypse 20:13-15). Voilà une description claire et précise de l’enfer, dont tout le monde parle, mais dont très peu connaissent le moment de son apparition, ni sa durée. « Car voici, le jour vient, ardent comme un four : tous les orgueilleux et tous ceux qui commettent la méchanceté, seront comme du chaume, et ce jour qui vient les embrasera, a dit l’Éternel des armées, et ne leur laissera ni racine ni rameau » (Malachie 4:1).

Les Saintes Écritures ne peuvent être plus claires et, dans Malachie 4:3, Dieu ajoute : « Et vous foulerez les méchants, car ils seront comme de la cendre sous la plante de vos pieds, au jour que je prépare, a dit l’Éternel des armées. » Son unique but sera de brûler et détruire complètement les rebelles qui deviendront alors de la cendre, comme s’ils n’avaient jamais existé. Tout ce qui restera des humains, ce sont les Élus et les nations de convertis sous le règne des Élus, tous immortels, attendant la descente de la Jérusalem céleste sur la terre qui deviendra le Quartier Général de l’univers entier. Et : « Il n’y aura plus aucun anathème ; et le trône de Dieu et de l’Agneau sera en elle, et ses serviteurs le serviront. Ils verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts » (Apocalypse 22:3-4). Chers frères et sœurs en Christ, méditez ce bonheur qui nous attend bientôt et qui sera éternel.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,