D.119 – Lorsque le fleuve d’Euphrate s’assèchera

image_pdfimage_print

 

Extrait du Chapitre 10 du livre

Exploding the Israel Deception (Explosion de la supercherie sur Israël)

Par Steve Wohlberg

« Le sixième ange versa sa coupe sur le grand fleuve de lEuphrate ; et son eau sécha, pour que le chemin des rois de lOrient fût préparé » (Apocalypse 16:12). Pour comprendre correctement cette prophétie, nous devons tout d’abord étudier certains éléments de l’histoire biblique ancienne concernant Israël et Babylone. En 605 avant J.C., « Nébucadnetsar, roi de Babylone, vint contre Jérusalem et lassiégea » (Daniel 1:1). Jérusalem fut conquise et Israël fut amené captif pendant 70 ans (Daniel 9:2). Après ces 70 ans, il se produisit un étonnant jeu de circonstances. L’Euphrate s’assécha, Babylone fut conquise par l’est et Israël fut délivré. Comme nous allons bientôt le voir, cette histoire pose le décor d’une compréhension véritable d’Apocalypse 16:12.

L’ancienne ville de Babylone était sise sur le fleuve de l’Euphrate (Jérémie 51:63-63). Un mur entourait la cité. Le fleuve Euphrate traversait Babylone en entrant et en sortant par deux grilles garnies de pointes dont les barres d’acier s’enfonçaient jusqu’au fond de la rivière. Lorsque les doubles portes étaient fermées et que toutes les autres entrées étaient closes, Babylone s’avérait inexpugnable. L’ancienne Babylone en était fort « orgueilleuse », « une coupe d’or, qui enivrait … les nations … de son vin » (Jérémie 50:32 ; 51:7). Pourtant, elle devait tomber soudainement et être détruite (Jérémie 51:8). Ensuite, Dieu devait appeler Israël en lui disant : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple » (Jérémie 51:45). Comme nous allons le voir, ces paroles exactes sont répétées dans le livre de l’Apocalypse à l’Israël spirituel à propos de l’importance qu’il y a à sortir de la Babylone moderne (Apocalypse 17:4-5 ; 18:2-8).

En l’an 538 avant J.C., lors de la nuit de la chute de Babylone, son roi et ses sujets étaient ivres de vin (Daniel 5). Les gardes le furent aussi et ils oublièrent de fermer entièrement les portes doubles. Plus de 100 ans auparavant, Dieu avait prédit, concernant Babylone et l’Euphrate : « Sois desséché, et je tarirai tes fleuves » (Ésaïe 44:27). Le Seigneur avait aussi parlé de « Cyrus » qui conquit Babylone, en disant : « Cyrus, que jai pris par la main droite, pour terrasser devant lui les nations et délier les ceintures des rois, pour ouvrir les portes devant lui, tellement quelles ne soient plus fermées » (Ésaïe 45:1). Dieu appelle Cyrus « mon pasteur » et « son oint » (Ésaïe 44:28 ; 45:1). Ainsi donc, Cyrus était une préfigure de Jésus-Christ. Et il venait « du Levant » (Ésaïe 46:11) !

Dans le British Museum de Londres repose le célèbre Cylindre de Cyrus. Il décrit comment Cyrus, général du roi Darius, conquit Babylone. Cyrus et son armée creusèrent des tranchées en amont, le long du fleuve Euphrate. En détournant l’eau, la rivière baissa graduellement de niveau dans son lit traversant la ville de Babylone. Personne ne le remarqua. À la nuit tombée, au plus fort des festivités bien arrosées de Belshatsar, le niveau devint assez bas pour permettre à Cyrus et à ses hommes de se glisser sous les grilles des portes doubles demeurées ouvertes. Rapidement, ils se répandirent dans la cité condamnée, tuèrent le roi (Daniel 5:30) et conquirent Babylone. Par la suite, Cyrus émit un décret laissant aller Israël (Esdras, chapitre 1).

Le livre de l’Apocalypse utilise les événements, la géographie et la terminologie de l’Ancien Testament, et les appliquent ensuite de manière universelle à Jésus-Christ, à l’Israël de Dieu et à la Babylone moderne de la fin des temps. L’échec à bien discerner ce principe a mené à une mauvaise compréhension générale d’Apocalypse, une concentration fausse sur le Proche-Orient et à la supercherie !

Dans Apocalypse, chapitre 17, un saint ange dit à l’apôtre Jean : « Viens, je te montrerai le châtiment de la grande prostituée, qui est assise sur les grosses eaux … Et il me transporta en esprit dans un désert ; et je vis une femme assise sur une bête de couleur écarlate, pleine de noms de blasphème … La femme … tenait à la main une coupe d’or … Et sur son front était écrit un nom : Mystère : Babylone la grande, la mère des fornicateurs et des abominations de la terre » (Apocalypse 17:1, 3, 4, 5). Jean vit cette femme « en esprit ». Puissions-nous de même être « en Esprit » afin de comprendre cette prophétie !

Notez bien ceci. Jean voit une Mystère-Babylone « assise sur les grosses eaux ». Elle tient aussi « une coupe d’or », exactement comme nous l’avons lu dans Jérémie ! Or, cette « Mystère Babylone » n’est pas la même que l’ancienne ville de Babylone du Proche-Orient. Et les « grosses eaux » sur lesquelles elle est assise ne se réfèrent certainement pas de manière littérale au fleuve Euphrate qui coule aujourd’hui dans l’Irak moderne. Non ! L’interprète angélique de l’Apocalypse a dit : « Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, sont des peuples, et une multitude, et des nations, et des langues » (Apocalypse 17:15).

Le génie de l’Apocalypse, c’est d’avoir utilisé l’histoire de l’Ancien Testament et de l’appliquer ensuite spirituellement à une Mystère-Babylone qui s’assoit maintenant sur « les grosses eaux » d’un fleuve Euphrate spirituel ! D’après l’ange, cette rivière de « grosses eaux » représente, en réalité, « des peuples, et une multitude, et des nations, et des langues » autour du monde qui supportent la Mystère-Babylone et ses séductions globales (Apocalypse 17:15 ; 18:23). Faisant écho aux paroles anciennes du prophète Jérémie, en les appliquant toutefois de façon spirituelle et globale, l’Apocalypse dit : « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, la grande ville, parce quelle a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité » (Apocalypse 14:8).

L’erreur de ceux qui adoptent la méthode d’interprétation des prophéties « Proche-Orient littéral » de l’Apocalypse découle de :

  1. La croyance que ces prophéties doivent nécessairement se rapporter à l’Israël selon la chair ;

  2. un manque d’étude des racines historiques de l’Ancien Testament derrière les prophéties de l’Apocalypse ;

  3. un manque d’application de cette histoire à l’Israël selon l’Esprit et aux ennemis globaux du Seigneur, de manière spirituelle et universelle.

Les interprètes modernes appliquent habituellement les expressions « Babylone », « Euphrate » et « rois de l’Orient » à une ville littérale, à un fleuve littéral et à des armées littérales du Proche-Orient. Or, l’Apocalypse parle de ce « qui est appelée spirituellement Sodome et Égypte » concernant une « Mystère Babylone », au sujet de « grosses eaux » qui représentent « des peuples, et une multitude, et des nations et des langues » (Apocalypse 11:8 ; 17:1, 5, 15).

Nous pourrions comparer cette question au fait de porter deux paires de lunettes différentes. Si nous portons les « lunettes d’un Proche-Orient littéral » et que nous lisons l’Apocalypse, nous « verrons » ces prophéties s’appliquer à un Israël selon la chair. Mais si nous portons les « lunettes du symbolisme du Proche-Orient », et lisons alors l’Apocalypse, nous « verrons » ainsi ces prophéties s’appliquer à l’Israël selon l’Esprit. Paul a écrit aux chrétiens : « Pour vous, vous n’êtes point dans la chair, mais dans l’esprit » (Romains 8:9). Si nous portons les mauvaises lunettes et que nous interprétons les prophéties selon la chair, nous allons nous retrouver plus aveugles qu’une chauve-souris ou une taupe. Mais si nous mettons la bonne paire de lunettes et que nous interprétons les prophéties selon l’Esprit, nous pourrons alors dire : « C’est que j’étais aveugle, et que maintenant je vois » (Jean 9:25).

Une femme, dans les prophéties, représente une église. L’Église de Jésus-Christ est appelée « Son épouse » qui « s’est parée » pour les noces de l’Agneau (Apocalypse 19:7-8). Cette femme nommée « Mystère-Babylone » représente une forme faussée du christianisme, qui s’est révoltée contre Dieu et qui conduit maintenant « des peuples, et une multitude, et des nations et des langues » hors de la vérité de Jésus-Christ ! Comme l’Israël ancien dans ses jours les plus sombres, cette Babylone moderne « s’est prostituée » (Ézéchiel 16:1-2, 15, 35). Elle enivre même aujourd’hui « toutes les nations » de « son vin » qui représente ses fausses doctrines. La Mystère-Babylone renie aujourd’hui « le mystère de Christ » que nous avons étudié au chapitre 7. Elle rebâtit un mur entre les Juifs et les Gentils — mur que Jésus-Christ avait aboli à la croix (Éphésiens 2:14-17).

Dans l’Ancien Testament, quand Cyrus a asséché un fleuve Euphrate littéral, Dieu a dit aux Juifs littéraux de sortir de la Babylone littérale. Dieu plaida ainsi : « Sortez du milieu delle, mon peuple, et que chacun sauve sa vie devant lardeur de la colère de lÉternel ! » (Jérémie 51:45). Ce même appel se fait maintenant entendre dans l’Apocalypse à ceux qui vivent au sein de la Babylone spirituelle. Dieu dit : « Sortez du milieu delle, mon peuple ; de peur que, participant à ses péchés, vous nayez aussi part à ses plaies » (Apocalypse 14:8).

À l’intérieur de la Babylone spirituelle d’aujourd’hui, il y a un grand nombre de chrétiens véritables qui servent le Seigneur au mieux de leurs possibilités. Cela s’applique à beaucoup de ceux qui enseignent, même actuellement, une fausse prophétie. Cependant, Dieu les appelle toujours « Mon peuple ». Dieu les considère avec miséricorde comme faisant partie de Son Israël spirituel. Mais ils sont dans la confusion ! Le mot « Babylone » signifie confusion. À cause de la confusion des religions mondiales d’aujourd’hui, spécialement en ce qui regarde la prophétie biblique, des millions d’enfants du Seigneur croient à de fausses théories à propos de la fin des temps. Pourtant, selon Apocalypse 18:4, Jésus-Christ nous appelle en ce moment à « sortir du milieu » de la confusion spirituelle et à pénétrer dans la vérité de Sa Parole ! Nous devons tous quitter Babylone avant qu’il ne soit trop tard ! Le fleuve va bientôt se tarir !

« Le sixième ange versa sa coupe sur le grand fleuve de lEuphrate ; et son eau sécha » (Apocalypse 16:12). « Babylone la Grande » est maintenant assise sur « le grand fleuve de l’Euphrate ». Le fleuve représente « des peuples, et une multitude, et des nations et des langues » autour du monde qui, refusant de sortir, continuent de soutenir les fausses doctrines de Mystère-Babylone. Bientôt, le « sixième ange » va verser « sa coupe sur le grand fleuve de l’Euphrate ». Cette coupe est l’une des sept « coupes de la colère de Dieu » (Apocalypse 16:1). Donc, c’est la colère de Dieu, et non pas la Turquie moderne, qui va assécher l’Euphrate ! Qu’est-ce que cela veut dire ? Tenez-vous bien. Cela signifie que la colère de Dieu sera bientôt déversée sur les gens qui persistent à supporter les supercheries de Babylone !

Lorsque les « peuples, et une multitude, et des nations et des langues » qui ont soutenu la Babylone moderne jusqu’à la fin subiront finalement la colère de Dieu, ils réaliseront alors qu’ils ont été trompés. Puis, ils « haïront la prostituée, la désoleront et la dépouilleront et mangeront ses chairs, et la consumeront dans le feu » (Apocalypse 17:16). Leur soutien envers Babylone s’évanouira. C’est ainsi que les eaux de Babylone seront asséchées, préparant le chemin aux « rois de l’Orient » (Apocalypse 16:12).

Cyrus est venu « du Levant » pour conquérir l’ancienne Babylone (Ésaïe 44:26-28 ; 46:11). Le mot levant veut dire « est ». Le mot « Cyrus » signifie soleil. Cyrus fut une préfigure de Jésus-Christ, le « Soleil de justice » (Malachie 4:2). Dans l’Apocalypse, les anges de Dieu arrivent de l’Orient (Apocalypse 7:2). Jésus a dit : « Car, comme l’éclair sort de l’orient et se fait voir jusqu’à l’occident, il en sera aussi de même de l’avènement du Fils de l’homme » (Matthieu 24:27). Jésus S’en vient de l’Orient avec les armées du ciel, en tant que « Roi des rois, et Seigneur des seigneurs » (Apocalypse 19:14, 16). Donc, les « rois de l’Orient » ne sont pas les Chinois, mais le Roi Jésus et Ses armées qui descendront bientôt des cieux, du Levant, pour conquérir la Babylone moderne et délivrer Israël à Armageddon !

Quel Israël Jésus va-t-Il délivrer ? Ce sera sûrement un Israël selon l’Esprit qui, ayant choisi de marcher selon l’Esprit, et d’interpréter la prophétie selon l’Esprit, a aussi choisi de « sortir » de Mystère-Babylone et oublier ses idées charnelles (Galates 5:16, 25 ; Apocalypse 18:4). Faisons partie de cet Israël !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,