D.127 – Babylone la Grande – Partie 1

image_pdfimage_print

 

Partie 1 :

Origine de l’esprit de Babylone 

Par : Joseph Sakala

Localité de Babylone

Quand les gens tentent d’identifier les endroits historiques où les évènements bibliques ont eu lieu, la majorité vous citera des noms comme Bethléem, Nazareth, la Galilée, l’Egypte, la Mer Rouge et sûrement Jérusalem. Cependant, plusieurs évènements bibliques se sont produits à des centaines de kilomètres de ces endroits. Le territoire dont je parle porte le nom de Mésopotamie, ou la « terre entre les rivières ». Cet endroit est aussi connu comme le berceau de la civilisation humaine.

C’est un territoire situé à l’intérieur des frontières d’un pays que nous connaissons aujourd’hui sous le nom d’Iraq. Sa capitale, Bagdad, est une ville moderne avec une population de tout près de cinq millions d’habitants. On pourrait presque considérer cette ville comme ancienne, car elle a été établie, en l’an 762 de notre ère, par le Calife al-Mansur. Mais la ville de Bagdad est relativement jeune dans cette plaine mésopotamienne, car elle est bordée au nord et au sud par plusieurs villes qui existaient avant la naissance de Jésus, et même de Moïse.

L’histoire de ces villes nous ramène aux temps anciens de Ninive et Nimrud au nord, Ur et Eridu au sud. Mais la plus populaire, et la plus connue de toutes ces villes est Babylone. Babylone veut dire « porte de Dieu », et elle fut jadis une ville ayant beaucoup d’influence et de puissance au niveau mondial. À l’intérieur de sa muraille infranchissable, se situait la plus grande ville de son époque, avec ses palais et ses temples païens. Ses magnifiques Jardins Suspendus sont toujours reconnus comme une des sept merveilles du monde ancien.

Ces choses n’existent plus. Babylone est en ruine, même si des archéologues ont réussi à faire l’excavation d’une petite section de la ville, dont une partie fut restaurée en Parc Archéologique. La majeure partie de la cité, toutefois, demeure ensevelie sous le sable. Même le cours du fleuve Euphrate, qui coulait dans cette ville magnifique, a été changé. Mais Babylone continue d’exister d’une autre façon, car cette ville est beaucoup plus qu’une simple localité géographique. Le nom de Babylone est devenu le symbolisme de la confusion totale dans la rébellion progressive et continuelle de l’humanité contre Dieu.

À deux occasions, dans le passé, Dieu est intervenu d’une manière dramatique pour contrer la tentative des hommes de se bâtir une « Babylone ». Dieu devra le faire une troisième et dernière fois dans les années à venir. Voici pourquoi Babylone, telle qu’inscrite dans l’histoire et la prophétie, contient une leçon importante pour l’humanité entière. Pour vraiment comprendre ce que Babylone signifie pour nous aujourd’hui, nous devrons nécessairement reculer dans le temps, au tout début de la civilisation humaine. Dans un certain sens, l’histoire de Babylone débute bien avant qu’il y ait eu une ville portant ce nom.

L’origine de Babylone

Tout a commencé avec la fondation de la civilisation humaine, en quelque part « entre les rivières » où Dieu avait préparé un Jardin en Eden pour les premiers humains qu’Il avait créés. La Bible nous déclare que : « l’Eternel Dieu avait formé l’homme de la poudre de la terre, et il avait soufflé dans ses narines une respiration de vie ; et l’homme fut fait en âme vivante » (Genèse 2:7). Ce premier humain était complètement différent de tout ce qui avait été créé avant lui. Dieu avait créé toutes les autres formes de vie selon leur ESPÈCE, mais Dieu a décidé de créer l’homme « à SON image » (Genèse 1:27). Désolé pour les ÉVOLUTIONISTES, mais l’homme ne DESCEND PAS DU SINGE ! Le singe, comme tous les autres animaux, a été créé selon son espèce, et NON À L’IMAGE DE DIEU !

Puisque l’homme avait été fait à « l’image de Dieu », il y avait donc une énorme différence entre les animaux et l’homme. Les animaux, par exemple, ne sont pas doués de la capacité de décider ce qui est moralement acceptable ou ce qui est bien ou mal. L’animal ne se pose pas de questions sur son existence, ni sur sa possibilité de parvenir un jour à l’immortalité. Un humain peut méditer sur ces choses, et c’est ce qui fait toute la différence, entre lui et l’animal. L’humain fut créé avec une intelligence bien à lui, et le Créateur voulait voir, comment l’homme l’utiliserait.

La majorité des gens semblent être familiers avec l’histoire d’Adam et Ève, ainsi que le fruit de l’arbre défendu du Jardin d’Éden. Mais très peu de gens comprennent vraiment sa signification. Ce jardin était un habitat minutieusement planifié. Adam et Ève avaient comme tâche d’en prendre soin, de le cultiver, et de bien entretenir l’environnement (Genèse 2:15). Avant de continuer, bon nombre de personnes se demandent était situé ce fameux jardin. Sa localisation exacte demeure, depuis des siècles, un bon sujet de débat et de discussion. Durant le Moyen-Âge, plusieurs croyaient qu’il existait toujours, et qu’on le trouverait un jour. Certains explorateurs espagnols crurent pouvoir le trouver dans le Nouveau Monde, mais sans succès. Originalement, était situé ce jardin ? La Bible ne nous fixe pas l’endroit exact. Nous apprenons simplement que : « l’Éternel Dieu planta un jardin en Éden du côté de l’Orient, et y mit l’homme qu’il avait formé » (Genèse 2:8).

Un autre indice nous est donné au verset 10 : « Et un fleuve sortait d’Éden pour arroser le jardin : et de là il se divisait, et formait quatre bras ». Puisque deux de ces quatre fleuves sont identifiés comme étant le Hiddékel (Tigre) et l’Euphrate (v. 14), plusieurs érudits bibliques placent ce jardin au sud de la Mésopotamie (Iraq moderne). Ce territoire est aussi connu sous le nom de BABYLONIE, où des légendes sumériennes décrivent un tel jardin. Tout au long des siècles, cependant, la configuration du fond vaseux a beaucoup influencé la direction des lits du Tigre ainsi que l’Euphrate. Selon certains archéologues, vers 4 000 av. J.-C., un fleuve au sud de l’Iraq se séparait en quatre courants, avant de déverser ses eaux dans le Golfe Persique actuel.

Plusieurs historiens placent ce jardin plus près de l’Arménie, vers les embouchures du Tigre et de l’Euphrate. D’autres suggèrent le sud-ouest de la Perse. Mais le sud de la Babylonie demeure l’endroit le plus accepté de nos jours. Si tel est le cas, le Livre de la Genèse placerait le berceau de la civilisation dans cette région de la Mésopotamie. Mais est le Jardin d’Éden aujourd’hui ? DISPARU ! Adam avait reçu l’ordre « de cultiver et de garder le jardin » (Genèse 2:15). Après leur péché, Adam et Ève furent chassés de ce jardin pour ne plus y retourner. Alors le jardin est tombé en ruine, comme tout jardin qui n’est pas bien entretenu. Mais revenons à nos premiers parents.

Ils avaient le droit de manger les fruits de tous les arbres du jardin. Mais Dieu décida de fixer leur attention, d’une façon toute particulière, sur DEUX arbres au milieu du jardin. Un de ces arbres se nommait Arbre de Vie. Adam et Ève AVAIENT le droit de manger aussi son fruit, car cet arbre représentait le but ultime de la création de l’homme par Dieu. Ce but était que l’homme ait LA VIE. Pas seulement une existence mortelle temporaire, mais plutôt une vie éternelle. Quelle belle promesse !

L’autre arbre au milieu du jardin s’appelait l’arbre de la « connaissance du bien et du mal ». Mais CET arbre était pour eux le seul qui fut hors limite. Leur Créateur savait que certains aspects de la création étaient nettement hors de leur capacité de comprendre ou de contrôler, au moment de leur création. Dans certains domaines, l’homme devait se fier à Dieu, pour recevoir toute connaissance nouvelle, car LUI seul pouvait bien les guider. C’était un test bien simple pour voir si l’homme obéirait à SON Créateur. Voilà pourquoi Dieu leur dit de ne PAS manger de cet arbre, « car au jour où tu en mangeras, certainement tu mourras » (Genèse 2:17). Il me semble que l’instruction était claire et précise !

Même doués d’une intelligence, Adam et Ève ont-ils écouté ? La réponse à cette question a finalement déterminé la direction dans laquelle l’humanité entière se dirigerait. Cette nouvelle créature, faite à l’image de Dieu Lui-même, choisirait-elle de demeurer sous l’autorité de son Créateur ? Ou bien si l’homme et la femme choisiraient de décider par eux-mêmes ce qui est bien et ce qui est mal ? C’était un moment crucial dans l’histoire de l’humanité. A ce stade, Satan, sous la forme d’un serpent, entre dans le portrait. La première chose que Satan a faite, ce fut de planter une racine de doute dans l’esprit d’Ève. « Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez nullement ; mais Dieu sait qu’au jour vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant [vous aussi] le bien et le mal » (Genèse 3:4-5). Satan venait de lui dire exactement le contraire de ce Dieu leur avait dit.

Cet arbre était tellement beau, et son fruit paraissait si bon à manger… Si cet arbre représentait l’autorité et le pouvoir de décider entre le bien et le mal, pourquoi Dieu S’opposait-il à ce que nos premiers parents possèdent ces choses ? Parce que Dieu savait que, le jour où Adam et Ève LUI désobéiraient, ils ne se fieraient qu’à leur connaissance seulement pour décider ce qui est bien ou mal, sans consulter leur Créateur. La suggestion que Satan leur offrait était simplement ceci : « Aimeriez-vous posséder ce pouvoir » ? La tentation était énorme, et Ève a succombé d’abord, suivie d’Adam. Dieu venait de voir ce qu’Il voulait savoir au sujet de Ses deux nouvelles créatures. C’est qu’ayant l’intelligence de penser, et le pouvoir de choisir, ils choisiraient de désobéir à Dieu et d’obéir à Satan.

Pourtant le but de Dieu était de les créer à SON image, afin de devenir un jour des Enfants de Dieu. Mais pas avant de les instruire dans la façon de LUI ressembler, en apprenant à agir comme LUI. Donc, Adam et Ève se devaient d’obéir à Dieu. Puisqu’ils ont choisi de ne pas obéir, leur progéniture et tous leurs descendants récolteraient les conséquences de cette décision importante. Et c’est exactement ce qui est arrivé avec, comme résultat, la confusion, les disputes et les frustrations au niveau mondial. Nos premiers parents avaient librement choisi de se faire instruire par le « dieu de ce siècle » (2 Corinthiens 4:4), qui a aveuglé leur esprit afin qu’ils ne soient pas éclairés par le Dieu d’amour qui les a créés.

Vivre éternellement de cette façon était impensable ; alors Dieu les a chassés du jardin. Et l’accès à l’arbre de Vie, qui leur aurait fourni la compréhension spirituelle si nécessaire pour eux, leur a été enlevé. Puisque la décision de manger de l’arbre défendu était entièrement leur libre choix, les humains devaient maintenant apprendre par l’expérience et par leurs propres erreurs que l’obéissance à Dieu serait la seule façon pour eux de parvenir à l’immortalité. Aussitôt qu’Adam et Ève quittèrent le Jardin d’Éden, l’humanité s’est mise à faire ses premiers pas en direction de Babylone. Dès la première génération de leurs descendants, sous l’inspiration de Satan, Caïn a tué son frère Abel. Il a choisi le mal sur le bien.

Première Babylone

Il s’est passé plus de 17 siècles avant que l’humanité passe de l’état d’innocence du Jardin d’Eden à son premier essai pour bâtir Babylone. La Bible nous révèle brièvement que ce fut une période extrêmement violente de l’histoire. Tout avait débuté avec l’assassinat d’Abel par son frère Caïn. Cette tendance s’est poursuivie jusqu’au point culminant où Dieu décida d’envoyer un déluge où toute vie humaine périt, sauf Noé et sa famille, c’est-à-dire, huit personnes seulement. Quand les eaux se sont retirées, Dieu fit sortir Noé de son arche en lui donnant l’instruction de recommencer le processus de reproduction. Mais cette fois en harmonie avec la création, et surtout en harmonie entre eux. C’était une si belle opportunité de recommencer à neuf…

Quelques-uns ont obéi, mais ce désir toujours présent d’être indépendant et autosuffisant constituait une tentation très forte. Alors, les vieilles attitudes ont vite refait surface pour redonner aux humains la conviction qu’ils en savaient plus que Dieu. Après plusieurs décennies, un groupe de voyageurs se retrouvèrent en Mésopotamie. « Étant partis du côté de l’Orient, ils trouvèrent une plaine dans le pays de Shinéar, et ils y demeurèrent » (Genèse 11:2). Ils avaient besoin d’un point de ralliement, et cette plaine semblait toute trouvée pour être l’endroit idéal. Le verset 3 nous indique qu’il y existait assez de ressources naturelles et de matériaux pour se construire une ville. Mais pas n’importe quelle sorte de ville !

Genèse 11:4 : « Et ils dirent : Allons, bâtissons-nous une ville et une tour, dont le sommet soit dans les cieux, et faisons-nous un nom, de peur que nous ne soyons dispersés, sur la face de toute la terre ». Selon l’historien juif Flavius Josephus, le chef de ce groupe était Nimrod, le petit-fils de Cham, qui était un des fils de Noé. La Bible nous déclare que Nimrod s’était taillé une grande réputation de « puissant chasseur devant l’Éternel » (Genèse 10:9), une expression qui implique une supériorité en opposition à Dieu. Plusieurs peintres ont tenté de nous donner leur impression de cette tour et ce à quoi elle pouvait ressembler. Rappelons-nous que le terrain de la plaine était généralement plat et, même de nos jours, un édifice d’une centaine de pieds pourrait être vu à des kilomètres dans les alentours. Son sommet, à ce moment dans l’histoire, devait littéralement « toucher au ciel », aux yeux de ses habitants.

Même leur attitude était rebelle envers Dieu. Dans Genèse 1:28, Dieu avait donné ordre à Adam et Ève de se multiplier et de remplir la terre entière de leur descendance. Ces rebelles voulaient « se faire un nom [à eux], afin de ne pas être dispersés sur toute la face de la terre » (Genèse 11:4). Dieu voulait peupler toute la terre. Il leur a donné la permission de construire cette tour pendant deux ans (selon la tradition sumérienne), mais, éventuellement, Dieu est intervenu. Dans Genèse 11:5, on peut lire : « Et l’Éternel descendit pour voir la ville et la tour qu’avaient bâties les fils des hommes ». La petite tour en brique, au beau milieu de la plaine, n’offrait aucune menace à Dieu.

C’était la défiance ouverte que cette tour symbolisait qui déplut à Dieu. C’est l’expression d’autosuffisance et l’attitude d’indépendance qui revenait à la surface. C’est exactement ce qui avait motivé Adam et Eve à écouter Satan. Maintenant toute leur descendance était embarquée dans le même engrenage, et Dieu ne voulait pas laisser cette situation se poursuivre sans contrôle. Mes chers amis, il est impossible de vraiment apprécier le rôle de la Babylone, que ce soit dans l’histoire ou dans la prophétie, sans comprendre le rôle de Satan dans toute cette histoire. Le concept d’un esprit malin, comme la personnification de tout ce qui peut être mal, semble farfelu et irréel, de nos jours, et même au bord de la superstition pour beaucoup de gens. De plus en plus de personnes ne croient même plus en l’existence de Satan.

Pourtant, la Bible nous révèle QU’IL Y A UN DIABLE qui, tout en étant invisible, a joué un rôle significatif dans l’histoire de l’humanité. Les Saintes Écritures nous révèlent qu’il était un ange puissant du nom de Lucifer, ayant, lors de sa création, un poste éminent près du trône même de Dieu. Regardons ce que le prophète Ézéchiel nous déclare à son sujet : « Tu étais le couronnement de l’édifice, plein de sagesse, parfait en beauté ; tu te trouvais dans l’Éden, le jardin de Dieu ; tu étais couvert de pierres précieuses de toutes sortes … Je t’avais établi comme chérubin protecteur, aux ailes déployées ; tu étais sur la sainte montagne de Dieu ; tu marchais au milieu des pierres de feu » (Ézéchiel 28:12-14).

Voici ce que Dieu avait créé : un chérubin d’une beauté extraordinaire, instruit au Trône même de Dieu au ciel, pour devenir Son « Porte Lumière ». C’est d’ailleurs ce que Lucifer veut dire : Porteur de la Lumière. L’implication ici serait que Dieu avait créé ce chérubin, dans le but spécifique d’instruire dans la vérité, les humains que Dieu avait dans Son plan de créer à Son Image et à Sa Ressemblance. Lucifer ne pouvait pas accepter cela, et il s’est révolté contre son Créateur. Alors Dieu lui dit ceci : « Tu fus intègre dans tes voies, depuis le jour où tu fus créé, jusqu’à ce que l’iniquité ait été trouvée en toi … ton cœur s’est rempli de violence, et tu devins coupable ; je te précipiterai de la montagne de Dieu ; je te détruirai, ô chérubin protecteur, du milieu des pierres de feu ! » (Ézéchiel 28:15-16).

Dans sa colère et sa rébellion contre Dieu, Lucifer, devenu Satan (adversaire), s’est mis à séduire tous les anges sous sa charge, les incitant à attaquer le trône même de Dieu, afin de régner sur Dieu. « Alors il y eut un combat dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon ; et le dragon combattait avec ses anges. Et ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne se retrouva plus dans le ciel. Et le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit tout le monde, fut précipité sur la terre, et ses anges [devenus des démons] furent précipités avec lui » (Apocalypse 12:7-9). Nous pouvons aussi lire un compte-rendu de cet évènement dans le Livre d’Ésaïe, où Dieu questionne Satan au sujet de son acte stupide.

« Comment es-tu tombé du ciel, astre brillant (Lucifer), fils de l’aurore ? Comment as-tu été abattu à terre, toi qui foulais les nations ? Tu disais en ton cœur : Je monterai aux cieux, j’élèverai mon trône par-dessus les étoiles [anges] de Dieu ; je siègerai sur la montagne de l’assemblée, aux régions lointaines de l’Aquilon [nord]. Je monterai sur les hauteurs des nues, je serai semblable au Très Haut » (Ésaïe 14:12-14). Satan fut complètement enivré par son orgueil, au point de vouloir devenir dieu à la place de Dieu. Alors Dieu lui dit : « Ton cœur s’est élevé, à cause de ta beauté, et tu as corrompu ta sagesse par ton éclat ; je te jetterai par terre, je te donnerai en spectacle aux rois, pour qu’ils te regardent » (Ézéchiel 28:17). Satan était devenu un être tordu par la jalousie et son orgueil l’a poussé à séduire le tiers des anges afin qu’ils le suivent dans sa rébellion ouverte contre Dieu.

Nous aurions tendance à croire que, parce que Satan n’avait pas réussi à conquérir le trône de Dieu, son désir de se venger s’arrêterait là. Détrompez-vous ! Satan a décidé de déverser tout son venin, sur cette création humaine de Dieu faite à Son image et à Sa ressemblance. En commençant avec Adam et Ève, il a implanté l’idée dans leur esprit qu’ils pouvaient devenir comme Dieu, simplement en mangeant ce fruit défendu qui leur permettrait de décider eux-mêmes ce qui était bien ou mal, SANS Dieu.

C’est ainsi que Lucifer, l’ange qui devait leur apporter la lumière, est devenu Satan, l’adversaire, et le chef des puissances des ténèbres. Il est remarquable de constater que, dans la kabbale (mysticisme juif) et au cœur des rituels de la grande majorité des sociétés secrètes, ainsi que le Nouvel Age (qui en parle ouvertement), on dit aux gens qu’ils doivent grimper les échelons des grades qui font atteindre à plus de lumière et connaissances personnelles. Et cette lumière est personnifiée par le dieu Soleil dans bien des cas ! Satan tenait quand même à révéler ses « lumières », à sa manière aux hommes.

Sachant ceci, il devient aussi très important pour nous de comprendre la signification et la différence entre la magie noire et la magie blanche. Très peu de gens semblent comprendre la différence entre les deux, et le monde est complètement séduit. Les gens associent la magie noire à Satan, et avec raison. Mais quand ils parlent de magie blanche, ils voudraient l’associer à la puissance de Dieu qui combat contre Satan. Ceci est entièrement faux. Magie égale Satan, qu’elle soit noire ou blanche. Une sorcière, qu’elle fasse de la magie blanche ou noire, demeure toujours une sorcière. Apocalypse 12:9 nous dit que : « Satan est celui qui séduit TOUT le monde ». La Bible est très claire là-dessus, et tout le monde veut dire tout le monde.

Donc, en tant que prince des ténèbres, Satan peut facilement séduire tous ceux qui ne veulent absolument rien savoir de Dieu. Il encourage les cultes d’adoration satanique, les messes noires, la nécromancie, l’horoscope et toutes ces séances occultes qui se propagent de plus en plus de nos jours. On pourrait classer cette sorte de séduction satanique dans la même catégorie que ceux qui pratiquent la magie noire. Mais ceci ne suffit pas à Satan. Il veut aussi séduire les gens religieux qui disent croire en Dieu. Or, sa magie noire ne serait pas très efficace dans de telles circonstances. Alors, il s’est infiltré dans toutes les religions en séduisant un bon nombre de prédicateurs, pour qu’ils prêchent des erreurs en tordant la vérité d’une façon très subtile. On prêche 80 % de vérités, tout en y injectant 20 % d’erreurs. Ces enseignants le font avec tellement de charisme que très peu de gens se donnent la peine de vérifier. Alors on gobe le faux avec le vrai et Satan est vainqueur.

Paul faisait déjà face à ce problème au premier siècle, et il craignait que certains faux prédicateurs viennent corrompre les pensées des chrétiens, en les détournant de la simplicité qui est en Christ. Déjà certains prêchaient un autre Jésus et un autre Esprit que Celui qu’ils avaient reçu, et même un autre Évangile que celui qu’ils avaient embrassé. Et quelques chrétiens le supportaient fort bien (2 Corinthiens 11:3-4). Mais Paul ne se gêne pas pour dénoncer ces ministres. Au verset 13, Paul déclare : « Car de tels hommes sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs qui se déguisent en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, car Satan lui-même se déguise en ange de lumière ». Alors, si les ténèbres sont associées au NOIR, la lumière est certainement associée au BLANC. Voilà la magie blanche de Satan. La séduction  au  travers de  la religion,  par  ses ministres.

La plus belle ponce d’arsenic que vous pouvez recevoir dans votre jus d’orange spirituel, c’est quand un pasteur, se disant de Jésus-Christ, vous déclare en plein sermon : « Nous avons d’autres sources de vérité que la Bible pour vous instruire ». Ah oui ? Venant d’ ? D’un homme ? Ma Bible me dit : « Que Dieu soit reconnu véritable et tout homme menteur » (Romains 3:4). Cette instruction profonde est pourtant pleine de simplicité. Si la vérité venant d’un homme est contraire à la vérité venant de Dieu (la Bible), c’est l’homme qui est menteur. Donc, si vous êtes dans une congrégation — peu importe la dénomination — et que vous y êtes confortables, restez-y. Mais, de grâce, VÉRIFIEZ TOUTE CHOSE. Et si on essaie de vous faire passer des “VÉRITÉS” contraires à la Parole de Dieu, alors à VOUS de prendre votre décision.

C’est exactement le point que Paul veut amener. Il déclare alors aux Corinthiens que, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière, « il n’est donc pas surprenant, que ses ministres se déguisent aussi en ministres de justice ». Par cupidité, ils sont devenus ministres de Satan, se faisant passer pour ministres de Christ. Je ne voudrais pas être à leur place, lors du retour de Jésus, car « leur fin sera selon leurs œuvres », nous déclare Paul au verset 15. Satan travaille toujours dans l’obscurité, derrière la scène, silencieusement et d’une manière insidieuse. Il se présente souvent comme un bienfaiteur, un serviteur de l’humanité. Voici pourquoi Paul nous met en garde contre le fait que Satan se déguise en ange de lumière. Ne soyez donc pas surpris que ses ministres se présentent aussi comme des ministres de Jésus, tout en répandant leur magie blanche dans l’esprit de leurs victimes.

Une grande partie de l’œuvre de Satan peut, en surface, paraître bonne, mais son intention réelle est souvent exposée quand il est trop tard. Il faut absolument comprendre cela, si nous voulons saisir la profondeur de la leçon concernant Babylone. La Bible nous dit que Satan « est le dieu de ce siècle, qui aveugle l’esprit des incrédules, afin qu’ils ne soient pas éclairés par la lumière du glorieux Évangile de Christ » (2 Corinthiens 4:4). Satan est aussi « le prince de la puissance de l’air, cet esprit qui agit maintenant, dans les fils de la rébellion » (Éphésiens 2:2). Satan séduit en utilisant les ondes, comme la radio ou la télévision, mais pour implanter sa pensée dans l’esprit de ceux qui sont réceptifs à cette sorte de séduction. Il ne devrait pas être surprenant pour nous de voir Jacques, un des frères de Jésus, nous dire : « Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il s’enfuira de vous » (Jacques 4:7).

Paul aussi nous exhorte à ne pas laisser « Satan avoir le dessus sur nous, car nous n’ignorons pas ses desseins » (2 Corinthiens 2:11). Le dessein de Satan est simple. Il utilise nos faiblesses pour nous tenter en manipulant nos attitudes et nos sentiments. Il surveille nos émotions négatives, comme l’envie, la jalousie, la vanité, l’orgueil, la cupidité, la convoitise, la colère et l’amertume. Il encourage la médisance, la calomnie, et le mécontentement chez chaque individu, afin d’amener l’individu à pécher. C’est ce qu’il a fait avec Adam et Ève, et c’est ce qu’il continue de faire avec tous leurs descendants. Il n’est donc pas étonnant que Jésus Lui-même ait enseigné à Ses disciples de prier Dieu « de nous délivrer du Malin » (Matthieu 6:13). Le monde occidental, de nos jours, est aux prises avec un renouveau d’intérêt pour l’adoration du diable et toutes sortes de cérémonies axées sur l’occultisme.

Ces pratiques sont extrêmement dangereuses ! Elles le sont surtout pour ceux qui croient que l’influence de Satan est limitée et n’affecte que ceux qui se sont entièrement voués à lui afin d’acquérir certains pouvoirs diaboliques. L’influence de Satan est mondiale et peut aussi bien se manifester chez les puissants de ce monde que chez le commun des mortels. Nous allons découvrir cela au fur et à mesure que nous comprendrons l’histoire de Babylone. Vous verrez très rarement Satan apparaître sur scène, mais il est toujours là, dans les coulisses, attendant le moment propice pour intervenir dans la vie d’un homme, d’une femme, et même d’une nation qui voudrait déclarer son indépendance à l’égard de Dieu.

Confusion des langues

Revenons maintenant à cette construction de la Tour à Babel. La Bible nous indique qu’à cette période de l’histoire, tous les humains parlaient la même langue (Genèse 11:1). Puisque seuls Noé et sa famille furent sauvés du déluge, il est tout à fait logique de conclure que les toutes premières générations issues de cette famille partageaient la même langue. Ceci permettait d’avoir une meilleure communication entre les individus, mais, déjà en si peu de temps, nous voyons cette génération se diriger dans la mauvaise direction. Dieu surveillait les activités à Babel, et IL a vite découvert ce que pouvait accomplir une telle organisation et à quelle vitesse. Alors, Dieu est intervenu directement afin de ralentir leurs projets.

Le Livre de la Genèse nous dit ce qui est arrivé. Genèse 11:6-7 : « Et l’Éternel dit : Voici, c’est un seul peuple, et ils ont tous le même langage, et voilà ce qu’ils commencent à faire ; et maintenant rien ne les empêchera d’exécuter TOUT ce qu’ils ont projeté. Allons, descendons et confondonsleur langage, en sorte qu’ils n’entendent point le langage l’un de l’autre ». Comme c’est simple pour Dieu qui a tout simplement mis fin à leur possibilité de communiquer les uns avec les autres. Et la construction de la Tour à Babel cessa. Les familles qui pouvaient communiquer ensemble sont parties en petits groupes et se sont dispersées sur la surface de la terre pour former ce qu’on appelle  aujourd’hui  des tribus ou des nations.

Cette Tour à Babel fut le premier effort de l’homme à vouloir monter littéralement au ciel, au trône même de Dieu. Satan, qui avait été précipité du ciel sur la terre, venait d’implanter une croyance dans la tête des humains : pouvoir monter au ciel. Le fait que Dieu avait décidé de confondre leur langage n’a fait que ralentir cette poussée de l’homme à vouloir devenir son propre Dieu. Satan a fait croire à l’humanité que ce qu’il n’avait pas réussi à accomplir, l’homme, créé à l’image de Dieu, pourrait sûrement le réussir par lui-même. Cette idée satanique fut si bien implantée dans l’esprit de nos premiers parents, qu’elle n’a jamais cessé de prendre de l’ampleur. Elle est devenue la doctrine principale de plusieurs religions et philosophies de notre époque, une doctrine qui leur attire de plus en plus d’adeptes convertis.

Genèse 11:8-9 : « Et l’Éternel les dispersa de là, sur la face de toute la terre, et ils cessèrent de bâtir la ville. C’est pourquoi son nom fut appelé Babel (confusion) ; car l’Éternel y confondit le langage de toute la terre, et de là l’Éternel les dispersa sur toute la face de la terre ». C’était la première fois que Dieu intervenait directement dans le développement d’une « Babylone ». Mais ce ne serait pas la dernière

À suivre…

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,