D.432 – Beaucoup de livres

image_pdfimage_print

Par Joseph Sakala

Dans Ecclésiaste 12:12-13, nous lisons : « L’Ecclésiaste s’est appliqué à trouver des paroles agréables. Ce qui a été écrit l’a été avec droiture ; ce sont des paroles de vérité. Les paroles des sages sont comme des aiguillons, et réunies en recueil, elles sont comme des clous plantés. Celles-ci ont été données par un seul pasteur. » Il semble tout d’abord bizarre que nous puissions lire une complainte de presque 3 000 ans disant que trop de livres étaient déjà publiés. Le plus merveilleux, en effet, c’est la collection de soixante six livres connue sous le nom de « Bible ». Ce livre fut établi depuis l’éternité : « O Éternel, ta parole subsiste à toujours dans les cieux. Le fondement de ta parole est la vérité, et toutes les lois de ta justice sont éternelles » (Psaume 119:89,160).

La première mention du livre se trouve dans Genèse 5:1-5 où nous pouvons lire : « Voici le livre de la postérité d’Adam. Au jour où Dieu créa l’homme, il le fit à la ressemblance de Dieu. Il les créa mâle et femelle, et il les bénit, et leur donna le nom d’Homme, au jour qu’ils furent créés. Or, Adam vécut cent trente ans, et engendra un fils à sa ressemblance, selon son image, et il lui donna le nom de Seth. Et les jours d’Adam, après qu’il eut engendré Seth, furent de huit cents ans ; et il engendra des fils et des filles. Tout le temps qu’Adam vécut, fut donc de neuf cent trente ans ; puis il mourut. » Pareillement, la première mention du « livre » dans le Nouveau Testament, se trouve dans Matthieu 1:1 où nous pouvons lire : « Livre généalogique de JÉSUS-CHRIST, fils de David, fils d’Abraham. » Ces livres sont maintenant incorporés à la Bible et, d’une façon extraordinaire, font le lien entre l’Ancien et le Nouveau Testaments, le premier nous annonçant le premier Adam, tandis que le deuxième le dernier Adam.

Les mentions finales du « Livre » sont également très importantes, encore une fois, ne traitant pas de livres qui sont temporels, mais de livres qui sont éternels. Dans l’Ancien Testament, nous avons les belles promesses de Malachie 3:16-18 où nous lisons : « Alors ceux qui craignent l’Éternel se sont parlés l’un à l’autre, et l’Éternel fut attentif et il écouta ; et un mémoire fut écrit devant lui, pour ceux qui craignent l’Éternel et qui pensent à son nom. Ils seront à moi, a dit l’Éternel des armées, au jour que je prépare ; ils seront ma propriété ; et je les épargnerai, comme un homme épargne son fils qui le sert. Et vous verrez de nouveau la différence qu’il y a entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui ne le sert pas. »

La mention finale de la Bible est l’avertissement de ne faire aucun changement dans la Bible. « Je proteste à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre que si quelqu’un y ajoute, Dieu fera tomber sur lui les plaies écrites dans ce livre ; et si quelqu’un retranche des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part du livre de vie, et de la sainte cité, et des choses qui sont écrites dans ce livre, » déclare Jésus, dans Apocalypse 22:18-19. Alors que tous L’honorent, Le gardent, Le croient et Le suivent. Il y a cependant plusieurs autres livres qui viennent s’ajouter pour notre instruction. Par exemple, il y a celui de la Règle d’Or.

Dans Matthieu 7:12, nous découvrons cette belle Règle d’Or qui dit : « Toutes les choses donc que vous voulez que les hommes vous fassent faites-les-leur aussi de même ; car c’est là la loi et les prophètes. » Ce commandement de Christ est la fameuse Règle d’Or que Jésus avait établie  comme conduite chez les humains. Elle résume et cristallise toutes les instructions données dans l’Ancien Testament dans l’interrelation entre les humains. En effet, des guides similaires peuvent être trouvés dans plusieurs anciens écrits extra bibliques. Il faut noter cependant que cette maxime n’est pas un pré-requis au salut. Car aucun humain ne peut obéir parfaitement à cette règle, pas plus que personne n’a pu garder les Dix Commandements parfaitement, sauf Christ.

Cette Règle fut incluse par Christ comme faisant partie de ce qui est devenu Son Sermon sur la montagne, que la Bible autorise comme une série d’instructions donnée exclusivement à des croyants : des personnes qui étaient déjà sauvées par leur foi en Jésus-Christ. Au début de Son Sermon, il est dit clairement : « Or Jésus, voyant la multitude, monta sur une montagne ; et lorsqu’il fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui. Et ouvrant sa bouche, Il [Jésus] les enseignait » (Matthieu 5:1-2). Ainsi, la Règle d’Or n’est dirigée seulement que vers les croyants chrétiens. C’est un standard par lequel nous devrions établir nos vies personnelles, pas pour être sauvés, mais plutôt parce que nous sommes sauvés. Et ensuite, déclare Jésus : « Soyez donc parfaits, comme votre Père qui est dans les cieux est parfait » (Matthieu 5:48).

Personne d’autre que le Christ Lui-même dans la chair humaine n’a pu garder cette règle parfaitement. « Si nous disons que nous n’avons point de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. [Quoique] si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Si nous disons que nous n’avons point de péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous » (1 Jean 1:8-10). Néanmoins, notre standard ne peut être rien de moins. « Non que j’aie déjà atteint le but, ou que je sois déjà parvenu à la perfection, mais je cours avec ardeur pour saisir le prix ; c’est pour cela aussi que j’ai été saisi par Jésus-Christ, » déclare Paul, dans Philippiens 3:12. Il en est ainsi pour nous qui voulons suivre Christ.

Jésus a ensuite écrit un livre sur la grandeur de Son pouvoir. Dans Esaïe 40:25-26, Dieu pose la question : « A qui donc me feriez-vous ressembler ? Et à qui serai-je égalé, dit le Saint ? Levez les yeux en haut, et regardez : qui a créé ces choses ? C’est lui qui fait sortir en ordre leur armée, et qui les appelle toutes par leur nom ; telle est la grandeur de son pouvoir et de sa force puissante, que pas une ne manque à lui obéir. » Jésus veut nous assurer qu’Il est l’ami du pécheur, sans pour autant aimer le péché. Contrairement aux amis charnels que nous pouvons avoir, Jésus nous aime complètement et nous déclare : « Certainement je ne te laisserai point, et je ne t’abandonnerai point. De sorte que nous disons avec assurance : Le Seigneur est mon aide, et je ne craindrai point ; que me fera l’homme ? » (Hébreux 13:5-6).

Paul écrivait ici, non seulement pour les croyants, mais également pour ceux qui, étant appelés de Dieu, n’avaient pas encore reçu le don gratuit du salut. Car Jésus les aime tous et Il est descendu sur terre pour vivre dans la chair humaine afin de mourir également pour leurs péchés. « Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Car Dieu n’a point envoyé son Fils dans le monde, pour condamner le monde, mais afin que le monde soit sauvé par lui » (Jean 3:16-17). Un autre qui a tellement aimé Dieu et cru en Lui, c’est Abraham. Et ainsi, ce que dit l’Écriture s’accomplit : Abraham crut à Dieu et cela lui fut imputé à justice, et il fut appelé ami de Dieu, nous dit l’apôtre Jacques, dans Jacques 2:23.

Jésus a instruit Ses disciples de ce qu’Il mourrait bientôt, mais ils ne voulaient pas Le croire. Pourtant, Jésus leur dit : « Nul n’a un plus grand amour que celui qui donne sa vie pour ses amis. Vous serez mes amis, si vous faites tout ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que son maître fait, mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai entendu de mon Père » (Jean 15:13-15). Plus tard, Jean a dit qu’ils étaient plus que des amis lorsqu’il a déclaré : « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Le monde ne nous connaît point, parce qu’il ne l’a point connu. Bien-aimés, nous sommes à présent enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que quand il sera manifesté, nous serons semblables à Lui, parce que nous le verrons tel qu’il est » (1 Jean 3:1-2).

Dans Psaume 56:13-14, David déclare : « O Dieu, j’accomplirai les vœux que je t’ai faits ; je te rendrai des actions de grâces. Car tu as délivré mon âme de la mort et mes pieds de chute, afin que je marche devant Dieu, dans la lumière des vivants. » Quand une personne reçoit Christ comme Sauveur, elle doit nécessairement s’engager à vivre une vie chrétienne. Il y aura sûrement plusieurs tentations sur le chemin et beaucoup de pression pour se retirer, au travers de plusieurs peines et difficultés. Mais comme un nouveau-né en Christ, nous devons apprendre à tomber et à nous relever. Le secret est sans doute de continuer dans la même grâce qui nous a sauvés au tout début. « Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils ; à plus forte raison, étant déjà réconciliés, serons-nous sauvés par Sa vie ? », c.-à-d., Sa résurrection (Romains 5:10).

Notre beau verset du début avait anticipé cette vérité du Nouveau Testament. Car, si le Seigneur a pu délivrer notre âme de la mort, Il peut sûrement garder nos pieds de la chute, afin que nous marchions devant Dieu dans la lumière des vivants. D’autres merveilleux versets des Psaumes nous donnent la même assurance. Par exemple, dans Psaume 37:23-24 : « Les pas de l’homme de bien sont affermis par l’Éternel, et il prend plaisir à sa voie. S’il tombe, il ne sera pas entièrement abattu, car l’Éternel lui soutient la main. » Il est cependant vrai que chaque personne professant la foi en Christ doit démontrer que sa foi est réelle, fondée sur le véritable Jésus, comme Créateur de toute chose, Sauveur et Seigneur, et non sur une foi sentimentale, « car, s’il venait quelqu’un qui vous prêchât un autre Jésus que celui que nous vous avons prêché, ou un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supporteriez fort bien » (2 Corinthiens 11:4). Déjà, au premier siècle, Satan tentait d’injecter un autre Jésus dans l’Évangile que Jésus Lui-même est venu prêcher.

« C’est pourquoi, frères, étudiez-vous d’autant plus à affermir votre vocation et votre élection ; car en faisant cela, vous ne broncherez jamais ; et ainsi l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera pleinement accordée, » déclare le chef des apôtres, dans 2 Pierre 1:10-11. Vous serez les Élus de Christ. Ensuite, dans les dernières paroles du livre de Jude, l’apôtre nous dirige encore vers Jésus en disant : « Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute, et vous faire comparaître sans tache et dans la joie en sa glorieuse présence, à Dieu, seul sage, notre Sauveur, soient gloire et magnificence, force et puissance, et maintenant et dans tous les siècles ! Amen » (Jude 1:24-25). Quelle belle assurance nous avons !

Il y a trois belles doxologies dans trois épîtres du Nouveau Testament vantant la capacité transcendante d’accomplir et de rendre parfait notre salut. Une se trouve dans Jude 1:21-23 où l’apôtre déclare : « Conservez-vous dans l’amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus-Christ pour la vie éternelle. Et ayez pitié des uns en usant de discernement, et sauvez les autres avec crainte, les arrachant du feu, haïssant jusqu’au vêtement souillé par la chair. » Christ est entièrement capable de nous amener joyeusement dans la présence de Dieu dans la gloire. Regardez ensuite Éphésiens 3:20-21 où Paul dit : « Or, à Celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment plus que tout ce que nous demandons et que nous pensons ; à Lui soit la gloire dans l’Église, par Jésus-Christ, dans tous les âges, aux siècles des siècles ! Amen. »

Finalement, dans Romains 16:25-27, où Paul déclare : « A celui qui peut vous affermir selon mon Évangile et la prédication de Jésus-Christ, selon la révélation du mystère caché pendant plusieurs siècles, mais présentement manifesté par les écrits des prophètes, selon l’ordre du Dieu éternel, et annoncé à toutes les nations, afin qu’elles obéissent à la foi ; à Dieu seul sage soit la gloire dans tous les siècles, par Jésus-Christ ! Amen. » Il était tout à fait magistral pour les apôtres de louer un Dieu et un Sauveur si merveilleux. Mais en addition à ces trois doxologies, la Parole de Dieu contient plusieurs autres témoignages sur l’omnipotente habileté du Seigneur pour le bien de Son peuple. Dans 2 Timothée 1:12, Paul nous affirme que : « C’est pour cela aussi que je souffre ces choses ; mais je n’en ai point honte, car je sais en qui j’ai cru, et je suis persuadé que par sa puissance il gardera mon dépôt jusqu’à ce jour-là. »

« C’est pourquoi aussi il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par Lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. Or, il nous fallait un tel souverain Sacrificateur, saint, innocent, sans souillure, séparé des pécheurs, et élevé au-dessus des cieux ; Qui n’eût pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d’offrir tous les jours des sacrifices, premièrement pour ses propres péchés, puis pour ceux du peuple ; car il a fait cela une fois, en s’offrant Lui-même, » nous confirme l’apôtre, dans Hébreux 7:25-27. Et, dans Philippiens 3:20-21, Paul nous assure que : « Pour nous, nous sommes citoyens des cieux ; d’où nous attendons aussi le Sauveur, le Seigneur Jésus-Christ, Qui transformera le corps de notre humiliation, pour le rendre conforme au corps de sa gloire, selon le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses. »

Avec un tel Sauveur et Père céleste, nous pouvons nous joindre à Jude alors qu’il termine sa doxologie en déclarant : « A Dieu, seul sage, notre Sauveur, soient gloire et magnificence, force et puissance, et maintenant et dans tous les siècles ! Amen » (Jude 1:25). À nous de Lui déclarer notre amour, car Jésus a dit à Ses disciples : « Celui qui a mes commandements, et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui » (Jean 14:21). L’apôtre Jean était connu comme le disciple que Jésus aimait. En effet, le mot « aimer », (agape, un amour sans limite) paraît plus souvent dans les écrits de Jean que dans le reste des Écritures.

Il est intéressant qu’agape ne soit pas principalement défini comme un amour profond, mais comme l’obéissance aux commandements de Dieu. « Car ceci est l’amour de Dieu, c’est que nous gardions ses commandements ; or, ses commandements ne sont pas pénibles, parce que tout ce qui est né de Dieu, est victorieux du monde, et la victoire qui a vaincu le monde, c’est notre foi » (1 Jean 5:3-4). Donc, « si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie demeure en vous, et que votre joie soit accomplie. Mon commandement, c’est que vous vous aimiez les uns les autres, comme je vous ai aimés » (Jean 15:10-12).

Afin de nous seconder dans l’observance de Ses commandements, Jésus a promis de nous envoyer le Saint-Esprit comme garant de notre accord avec Son amour. Voilà pourquoi, dans 1 Jean 3:24, Il dit : « Celui qui garde Ses commandements, demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous connaissons qu’il demeure en nous par l’Esprit qu’il nous a donné. » Ce commandement révèle un désir de nous donner au Seigneur en soumission par l’obéissance, en nous consacrant à Lui dans chaque aspect de notre vie. C’est à ce moment là que nous serons tout à Lui. Ce sont des choses qui nous sont enseignées dans d’autres livres de la Bible. Mais nous apprenons, en scrutant d’autres livres que nous avons également la protection divine dans notre vie. Il y a tellement d’évènements qui arrivent durant une seule journée que nous ne pensons pas au fait que nous avons été protégés par l’intervention directe de notre Sauveur.

Malgré que Dieu nous protège, cela ne veut pas dire qu’il ne nous arrivera rien du tout. Les Écritures sont pleines de circonstances où Dieu permet que nous ayons certaines épreuves afin que nous développions Son caractère en nous approchant encore plus de Lui. Le désir de Dieu de protéger Ses enfants s’étend jusqu’à leur enseigner à obéir à Ses lois. À ceux qui ne L’avaient pas reconnu, Jésus a dit, dans Matthieu 23:36-39 : « Je vous dis en vérité que toutes ces choses retomberont sur cette génération. Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes, et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes ; et vous ne l’avez pas voulu ! Voici, votre demeure va devenir déserte. Car je vous dis que désormais vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. »

Par contre, à ceux qui écoutent, Dieu dit : « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi-même je te garderai de l’heure de la tentation qui doit venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre » (Apocalypse 3:10). Dans le livre d’Apocalypse, vous avez deux sortes de personnes identifiées. Il y a les Serviteurs de Dieu et vous avez les habitants de la terre. Ce temps est décrit comme étant le pire événement depuis le commencement du monde. « Car alors il y aura une grande affliction ; telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et telle qu’il n’y en aura jamais. Que si ces jours-là n’avaient pas été abrégés, aucune chair n’eût échappé ; mais à cause des élus ils seront abrégés » (Matthieu 24:21-22). Cela nous décrit un portrait sombre lorsqu’on prend en considération toute la sauvagerie qui a pris place tout au long des siècles. Mais à la fin du monde, cette sauvagerie sera amplifiée, car Satan sait que son temps pour séduire l’humanité achèvera.

Ce n’est pas très rassurant quand on pense qu’il pourrait y avoir un temps pire que la 1ère et la 2ème Guerres Mondiales. Mais nous avons l’assurance que nous serons protégés, parce que nous faisons la volonté de Dieu. « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi-même je te garderai de l’heure de la tentation qui doit venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt ; tiens ferme ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. » (Apocalypse 3:10-11). Et dans Apocalypse 12:14, nous lisons : « Mais deux ailes du grand aigle furent données à la femme, pour qu’elle s’envolât au désert, en son lieu, où elle fut nourrie un temps, et des temps, et la moitié d’un temps, loin de la présence du serpent. »

Durant ces temps de ténèbres précédant immédiatement le retour de Christ, la Bible nous déclare qu’il y aura des élus qui seront protégés par Dieu Lui-même. Remarquez ce que Jésus déclare à l’Église de Philadelphie. « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi-même je te garderai de l’heure de la tentation qui doit venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt ; tiens ferme ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne » (Apocalypse 3:10-11). Dans Apocalypse 12:14, nous pouvons lire : « Mais deux ailes du grand aigle furent données à la femme, pour qu’elle s’envolât au désert, en son lieu, où elle fut nourrie un temps, et des temps, et la moitié d’un temps, loin de la présence du serpent. » Notez que ce temps représente quarante-deux mois, ce qui est la durée entière de la tribulation. Serez-vous protégés durant la tribulation à venir ?

Avons-nous assez confiance en Dieu pour croire que ce qui est écrit dans Ses Livres sera accompli ? Sommes-nous prêts, comme David, à : « Louez l’Éternel ! Je célébrerai l’Éternel de tout mon cœur, dans le conseil des justes, et dans l’assemblée » (Psaume 111:1). La première partie de ce Psaume majestueux, « Louez l’Éternel », est une traduction de l’hébreu alleluia, comme dans Apocalypse 19:1. Le psaume au complet loue les travaux de l’Éternel dans différents domaines. David promet de louer Dieu de tout son cœur, tout en déclarant Ses œuvres. Et il le fait dans deux sphères : dans le conseil des justes, c’est-à-dire dans un cercle intime d’amis de foi semblable, et ensuite dans l’assemblée réunie spécialement dans ce but. Les trois versets suivants identifient Ses œuvres comme : « Les œuvres de l’Éternel sont grandes, recherchées de tous ceux qui y prennent plaisir. Son œuvre n’est que splendeur et magnificence, et sa justice demeure à perpétuité. Il a laissé la mémoire de ses prodiges. L’Éternel est miséricordieux et compatissant » (Psaume 111:2-4).

Les œuvres de Dieu sont sûrement splendides, car, par Son Esprit : « Pour vous, vous n’êtes point dans la chair, mais dans l’esprit, s’il est vrai que l’Esprit de Dieu habite en vous. Or, si quelqu’un n’a point l’Esprit de Christ, celui-là n’est point à Lui. Mais si Christ est en vous, le corps est bien mort à cause du péché, mais l’esprit est vivant à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus des morts, habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous » (Romains 8:9-11). Comme nous pouvons le constater, le Saint-Esprit vit dans chaque véritable croyant. C’est pourquoi, vous dépouillant de toute souillure et des excès de la malice, recevez avec douceur la parole qui est plantée en vous, qui peut sauver vos âmes. Mettez en pratique la parole et ne vous bornez pas à l’écouter en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements, déclare l’apôtre, dans Jacques 1:21-22.

« Comment donc invoqueront-ils celui auquel ils n’ont point cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a pas quelqu’un qui prêche ? Et comment prêchera-t-on, si l’on n’est pas envoyé ? selon ce qui est écrit : Qu’ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix, de ceux qui annoncent de bonnes choses ! Mais tous n’ont pas obéi à l’Évangile ; car Ésaïe dit : Seigneur, qui a cru à notre prédication ? La foi vient donc de ce qu’on entend ; et ce qu’on entend, vient de la parole de Dieu, » nous déclare Paul, dans Romains 10:14-17.

Mais n’oublions jamais que le rôle du Saint-Esprit et de la Parole de Dieu dans notre salut commence seulement à partir de notre relation avec eux, alors : « Ne vous enivrez point de vin, qui mène au dérèglement ; mais soyez remplis de l’Esprit ; entretenez-vous ensemble par des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels, chantant et psalmodiant de votre cœur au Seigneur ; rendez grâces toujours pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Soumettez-vous les uns aux autres dans la crainte de Dieu » (Éphésiens 5:18-21). Que la parole de Christ habite abondamment en vous, en toute sagesse. Et quoi que vous fassiez, en paroles ou en œuvres, faites tout au nom du Seigneur Jésus, rendant grâces par lui à Dieu le Père, afin de servir efficacement comme Ambassadeurs de Christ jusqu’à Son avènement sur la terre. Que nous puissions toujours manifester l’œuvre de l’Esprit et la connaissance de la Parole avec des cœurs joyeux pour le Seigneur.

Christ S’est manifesté comme Roi lors de Son premier avènement : « Mais les gens de son pays le haïssaient ; et ils envoyèrent une ambassade après lui, pour dire : Nous ne voulons pas que celui-ci règne sur nous » (Luc 19:14). Les citoyens qui ont refusé de L’accepter comme Roi refuseront encore de L’accepter lorsqu’Il reviendra une deuxième fois et Ses ennemis qui n’ont pas voulu que Jésus régnasse sur eux seront égorgés en Sa présence (Luc 19:27). Le premier titre qui Lui fut octroyé, lors de Sa naissance, fut Roi des Juifs. « Jésus étant né à Bethlehem, de Judée, au temps du roi Hérode, des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem, et dirent : Où est le roi des Juifs qui est né ? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus l’adorer » (Matthieu 2:1-2). Mais, bien avant cette date, Jésus fut Roi de la Création. « Chantez à Dieu, chantez ; chantez à notre Roi, chantez ! Car Dieu est roi de toute la terre ; chantez le cantique ! » (Psaume 47:7-8). « Car l’Éternel est un Dieu grand, il est un grand roi au-dessus de tous les dieux, » nous dit Psaume 95:3.

Jésus est également le Roi de la Rédemption, fournissant le salut pour le monde qu’Il a créé. « Mais Dieu est mon Roi de tout temps, lui qui opère des délivrances au milieu de la terre » (Psaume 74:12). Le Père : « Qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres, et nous a fait passer dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés. C’est lui qui est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toutes les créatures. Car c’est en lui qu’ont été créées toutes choses dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, soit les trônes, soit les dominations, soit les principautés, soit les puissances. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent par lui » (Colossiens 1:13-17).

Jésus n’est pas seulement Roi de tous les mondes, mais aussi Roi de tous les âges. « L’Éternel est Roi à toujours et à perpétuité ; les nations ont disparu de dessus sa terre » (Psaume 10:16). « Au roi des siècles, immortel, invisible, à Dieu, seul sage, soient honneur et gloire aux siècles des siècles ! Amen. » (1 Timothée 1:17). Dans Apocalypse 15:3-4, nous lisons : « Et ils chantaient le cantique de Moïse, serviteur de Dieu, et le cantique de l’Agneau, en disant : Tes œuvres sont grandes et admirables, ô Seigneur Dieu Tout Puissant ! Tes voies sont justes et véritables, ô Roi des saints ! Seigneur ! qui ne te craindrait, et ne glorifierait ton nom ? Car tu es le seul Saint ; aussi toutes les nations viendront et se prosterneront devant ta face, parce que tes jugements ont été manifestés. » « J’entendis aussi toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, et sous la terre, et dans la mer, et toutes les choses qui y sont, qui disaient : A celui qui est assis sur le trône, et à l’Agneau soient la louange, et l’honneur, et la gloire, et la force aux siècles des siècles » (Apocalypse 5:13).

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,