D.028 – Ce n’est qu’un au revoir

image_pdfimage_print

 

Apocalypse 22:6-21

Par Joseph Sakala

Tout au long de ce livre d’Apocalypse, nous avons vu le plan de Dieu pour les temps de la fin dévoilé à Ses serviteurs. Nous avons aussi vu ce Dieu d’amour plaider à maintes reprises avec les habitants de la terre dans le but de les amener à la repentance, humains séduits par Satan à croire qu’ils n’avaient pas besoin de Dieu. Plus nous avançons vers les temps de la fin, plus il devient évident que, là où Dieu a Son Église, la chapelle du diable est tout près pour tenter de contrer l’œuvre de Dieu. Pourtant, jamais personne ne s’est perdu dans le droit chemin. Jésus aurait pu simplement faire périr tous ces individus, à cause de leur incrédulité, comme certains groupes se plaisent à prêcher pour mieux dominer sur leurs fidèles.

Mais Dieu n’est pas comme cela ! Il nous a créés libres, munis d’une intelligence et capables de prendre des décisions. Il revient donc à l’homme de décider de son sort, soit qu’il s’attache à son Créateur, soit qu’il Le rejette. Dieu ne rejette personne, mais si l’individu persiste à rejeter son Créateur jusqu’à la fin, sa décision s’avérera fatale pour lui, car cette personne sera éternellement coupée de la présence de Dieu. Mais nous attacher à Lui, cependant, nous ouvre l’accès à toute une abondance de bénédictions éternelles. Il est donc primordial pour les serviteurs de Jésus de demeurer dans la foi et dans l’espérance de toutes ces promesses que notre Seigneur nous a dévoilées.

La conclusion de ce livre est destinée entièrement à nous assurer que tout ce que notre Sauveur nous a déclaré est vrai. Dès le premier chapitre, au verset 5, Jésus, qui est le Révélateur de ce livre, S’identifie comme le Témoin fidèle, le Premier-né des morts et le Prince des rois de la terre. Il nous déclare trois choses, ici. D’abord qu’Il est le Témoin fidèle, c’est-à-dire que tout ce qu’Il dit est vrai. Pour Ses serviteurs, c’est extrêmement facile à croire, mais cette déclaration est aussi une pierre d’achoppement pour ceux qui refusent de croire en Jésus, pour ceux qui nient que Jésus est le seul nom qui ait été donné sous le soleil par lequel nous puissions être sauvés.

Tout ce que nous avons étudié dans cette révélation est directement relié à ce refus de croire en Jésus. Pourtant, Son but est d’amener l’humanité rebelle à la repentance et vers son Créateur. Alors, à cause de ce refus, Dieu permettra une série d’événements catastrophiques qui auraient pu être évités, car l’humanité séduite par Satan devra apprendre que, par ses propres moyens, elle n’a aucune solution possible pour régler ses problèmes. Elle est perdue ! Les guerres et la domination systématique sur les vaincus n’amèneront jamais la paix sur cette terre. Voilà pourquoi Dieu Lui-même devra intervenir et ajoutera tellement d’éléments à cette destruction que l’homme n’aura qu’une seule alternative : soit qu’il se tourne vers Dieu, ou il cessera d’exister à tout jamais.

Deuxièmement, Jésus S’identifie comme le Premier-né des morts. Sa résurrection égale salut. Dans Romains 5:10, nous pouvons lire : « …nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils ; à plus forte raison, étant déjà réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. » Sa résurrection ! Paul s’adresse directement à des gens convertis ici en les identifiant comme « étant déjà réconciliés ». La résurrection de Jésus est donc le fondement principal et unique sur lequel repose notre espérance et notre assurance d’être aussi ressuscités un jour, immortels comme Jésus, le Capitaine de notre salut.

La troisième chose que Jésus nous déclare, c’est qu’Il est le Prince des rois de la terre. Nous savons que, dans le système du monde, un prince ne règne jamais sur le roi. C’est plutôt le contraire. Donc, le symbole utilisé ici par Jésus ne s’applique pas aux rois physiques qui dominent sur leurs sujets. Il est évident qu’Il fait référence à Ses serviteurs qu’Il a rachetés pour Dieu par Son sang. Des hommes et des femmes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation. Jésus fera de Ses serviteurs un Royaume et des sacrificateurs pour Dieu et ils régneront sur la terre, lors de Son avènement (Apocalypse 5:9-10). Jésus sera le Prince de tous ces rois immortels. Et le Roi qui règne sur le Prince des rois, c’est Dieu le Père à qui le Prince remettra éventuellement toutes choses !

Apocalypse 22:5 : « Il n’y aura plus de nuit, et ils n’auront point besoin de lampe, ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les éclairera… » Le symbolisme, ici, nous indique clairement que toute notre connaissance future nous viendra directement de Dieu. C’était d’ailleurs le but de l’arbre de vie qui était au milieu du jardin d’Éden et auquel Adam et Eve avaient accès avant de faire le mauvais choix. S’ils avaient choisi cet arbre dès les débuts, ils auraient été immédiatement instruits par Dieu sur la façon de vivre pour accéder à l’immortalité. Cette instruction aurait été transmise à leur progéniture de génération en génération et Satan aurait été banni pour l’éternité. Mais nous voyons qu’en bout de ligne le Plan de Dieu s’accomplira malgré les efforts futiles de Satan pour détruire la famille divine éventuelle. Donc, quand tout sera terminé et que la Famille immortelle de Dieu sera établie en permanence, c’est Lui qui va nous éclairer « …et nous régneront aux siècles des siècles ».  Éternellement !

Cela nous amène à la conclusion de ce livre, au verset 6. La première chose que l’ange nous dit, c’est que : « Ces paroles sont certaines et véritables. » Que le monde les croie ou non ne devrait pas nous troubler. Jésus nous assure que tout ce que nous avons étudié jusqu’ici est vrai. Il nous dit que toutes ces choses sont certaines d’arriver. Continuons : « …et le Seigneur, le Dieu des saints prophètes… » Quelle belle expression poétique pour nous déclarer qu’Il est le Dieu qui a inspiré les esprits de tous ceux qui ont prophétisé en Son nom. C’est ce Dieu Tout-Puissant qui « …a envoyé son ange, » comme on peut voir, « pour déclarer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt. »

Dès le début de cette conclusion, Jésus nous répète ce qu’Il a déclaré dans le tout premier verset du livre de l’Apocalypse : que ce livre est destiné à Ses serviteurs et non au monde entier. Regardons maintenant ce qu’Il nous dit au verset 7 : « Voici, je viens bientôt, heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre ! » Jésus utilise la même expression ici qu’Il a utilisée dans Son message à l’Église de Philadelphie. « Je viens bientôt » nous indique que, quand tous ces événements commenceront à arriver, nous serons plongés dans les derniers trois ans et demi de la prophétie sur la Grande Tribulation des temps de la fin. Il restera alors à peu près cette période de temps avant le retour de Jésus. C’est un signe pour Ses serviteurs qu’Il vient bientôt !

Il nous assure, cependant, au verset 10 d’Apocalypse 3, que, parce que nous aurons gardé la parole de la persévérance en Lui, Il nous gardera aussi à l’heure de cette tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver qui ? Regardez bien : les habitants de la terre, les rebelles ! Pas les serviteurs de Dieu. Jésus nous promet Sa protection. Allons voir dans Psaume 91:4-6, où David nous déclare que le Tout-Puissant « te couvrira de Ses plumes, et tu auras retraite sous Ses ailes ; Sa vérité sera ton bouclier et ton écu. Tu ne craindras pas les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole le jour, ni la mortalité qui marche dans les ténèbres, ni la destruction qui ravage en plein midi. » Il est question de guerre et de destruction épouvantable ici.

Dieu nous dit, au verset 7 : « Qu’il en tombe mille à ton côté et dix mille à ta droite, elle n’approchera point de toi. » Il n’est pas écrit « que tu as de bonnes chances de t’en sortir » ! Dieu est clair : « cette catastrophe n’approchera point de toi. » Tu ne seras pas atteint ! C’est une affirmation catégorique ! Verset 10 : « Aucun mal ne t’atteindra, aucune plaie n’approchera de ta tente. » Et Dieu va faire ça de quelle façon ? Verset 11 : « Car il ordonnera à ses anges de te garder dans toutes tes voies. » Voilà en toute simplicité comment s’accomplira notre protection personnelle ! Regardez ce que Dieu nous dit au verset 14 : « Puisqu’il m’aime avec affection, dit le Seigneur, je le délivrerai ; je le mettrai en sûreté, car il connaît mon nom. » Qu’est ce que Dieu aurait pu ajouter pour être plus précis ?

Croyons-nous encore aux anges ? Ou bien croyons-nous simplement qu’ils ont été créés simplement pour parader devant le trône de Dieu ? Étudiez ce Psaume au complet. Il ne parle que de protection divine à l’égard de Ses enfants ! Voyons ce que Paul nous dit, dans Hébreux 1:14, au sujet des anges : « Ne sont-ils pas tous des esprits destinés à servir, et envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ? » Les anges accomplissent une fonction de serviteur de Dieu pour protéger les humains, mais surtout pour veiller sur ceux qui deviendront les héritiers du salut et de tout ce que ce salut apportera comme bénédiction.

 Ces héritiers, mes chers amis, ce sont Ses serviteurs, vous et moi. Il y a des millions de chrétiens qui ne croient plus à la puissance des anges pour nous protéger durant la tribulation. Il est infortuné de constater que Satan fait tellement bien son travail qu’il a réussi, dans ces derniers temps, à faire croire aux humains qu’il n’existe plus. Et c’est ainsi qu’il brouille leurs esprits pour mieux les séduire. Cela lui donne le champ libre pour tromper les gens en tordant les Saintes Écritures pour leur faire croire exactement ce qu’ils veulent bien entendre. Dieu nous exhorte à nous nourrir de Sa Parole pour une raison très spécifique. Nous sommes destinés, en tant qu’Élus, à devenir des enseignants ; il faut alors apprendre de la Parole de Dieu ce qu’Il nous prépare à enseigner aux autres.

Regardez les sondages : Satan passe pour un clown qui ne doit pas être pris au sérieux, tandis que Dieu est tenu responsable de tous les malheurs qui s’abattent sur le monde entier. Comme si Dieu prenait plaisir à nous envoyer des malheurs ! Pour le chrétien converti, l’étude de la Bible devrait être une nécessité primordiale et non un passe-temps. Il faut apprendre avant d’instruire. La simple logique devrait alors nous indiquer que celui qui ne persévère pas, ou qui refuse carrément d’apprendre, sera considéré indigne d’enseigner un jour. La clé du succès, cependant, c’est d’avoir assez d’humilité pour accepter que nous ne sachions pas tout. Voilà une pierre d’achoppement pour un grand nombre de pasteurs qui refusent catégoriquement d’admettre qu’ils ont encore des choses à apprendre.

Nous sommes tous ignorants sur certaines vérités bibliques. Mais être conscient de son ignorance, c’est tendre vers la connaissance réelle. On n’a qu’à observer les religions, toutes les religions. Plus elles possèdent de vérité, moins elles fonctionnent avec des traditions. Car la vérité est fondée sur la Parole de Dieu, tandis que la tradition est fondée sur la parole des hommes. Alors, nous sommes tous en face d’un choix ici : la vérité divine ou la vérité humaine. Pour le vrai converti, le choix devient extrêmement facile, car la Parole de Dieu nous dit clairement que dans une telle situation : « Que Dieu soit reconnu véritable, et tout homme menteur » (Romains 3:4). Donc, c’est l’ignorance de la vérité qui est devenue la mère des multiples traditions de toutes les religions au fil des siècles. Mais reconnaître cette ignorance est déjà un grand pas vers la recherche de la vérité divine.

Revenons à Apocalypse 22:8 : « Et moi, Jean, je suis celui qui ai vu et entendu ces choses. Et après les avoir entendues et vues, je me jetai aux pieds de l’ange qui me les montrait, pour l’adorer. » Son émotion est tellement grande que sa réaction est tout à fait compréhensible. Nous pouvons comprendre qu’il tombe à genoux aux pieds de l’ange. Jean est tellement ému qu’il est même prêt à l’adorer. Cependant, l’ange, en parfait contrôle de la situation, ne le permet pas. Verset 9 : « Mais il me dit : Garde-toi de le faire ; car je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. Adore Dieu. »

Garder les paroles de ce livre veut simplement dire agir selon ce que ces paroles nous donnent comme instruction à suivre. Voilà pourquoi, au verset 7, Jésus nous dit : « heureux celui qui garde [ou agit selon] les paroles de la prophétie de ce livre. » Parce que, non seulement Jésus lui promet Sa protection, mais il y a aussi une multitude de bénédictions attachées à l’obéissance à Sa Parole. Nous recevons déjà en partie quelques-unes de ces bénédictions, mais elles ne constituent que l’ombre de la réalité qui nous attend dans le merveilleux Royaume à venir.

Avez-vous remarqué ce que l’ange dit à Jean au verset 9 ? Ce n’est qu’une confirmation de ce que nous avons vu dans Hébreux 1:14. L’ange est simplement le compagnon de service de Jean et n’a droit à aucune adoration. Il lui dit plutôt : « Adore Dieu. » Nulle part, dans les Saintes Écritures, verrez-vous un ange de Dieu se laisser adorer. Seul Dieu a ce droit et cet ange le sait très bien. Alors, quand vous entendrez parler de l’apparition de certaines saintes ou certains saints, ou d’anges qui se laissent adorer, écoutez l’apôtre Jean qui nous dit d’éprouver les esprits pour savoir s’ils sont de Dieu (1 Jean 4:1-3). Vérifiez toutes choses ! Vous verrez toutes sortes de prodiges et de miracles dans les années à venir. Assurez-vous simplement que cela vient de Dieu. Sinon, ignorez la situation. Ne vous laissez jamais emporter par les émotions. Jésus avait également des émotions, mais elles étaient continuellement contrôlées.

Jean continue au verset 10 : « Il me dit aussi : Ne scelle point les paroles de la prophétie de ce livre ; car le temps est proche. » Nous avons ici la preuve biblique que ce livre n’était pas destiné à être mystérieux. C’est un livre destiné plutôt à révéler aux serviteurs de Dieu ce qui doit arriver aux rebelles dans les derniers temps. Aux serviteurs, la grande bénédiction, c’est d’être sous la protection divine, en autant qu’ils mettent en pratique toutes les instructions que Jésus donne aux disciples de Ses Églises pour devenir Ses Élus et dirigeants lors de Son retour dans la gloire.

Allons voir Daniel 12:4. Ici, l’ange lui dit : « Et toi, Daniel, cache ces paroles et scelle ce livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs le parcourront et la connaissance [de ce que je viens de te donner] augmentera … 9Et il dit : Va, Daniel, car ces paroles sont cachées et scellées jusqu’au temps de la fin. 10Plusieurs seront purifiés, blanchis et éprouvés… » Remarquez maintenant ce que l’ange lui dit au sujet de ces temps de la fin : « …mais les méchants agiront avec méchanceté, et aucun des méchants ne comprendra… » Une personne qui refuse de servir Dieu ne pourra jamais comprendre les prophéties correctement, car c’est le Saint-Esprit qui sonde les profondeurs de Dieu, et Lui seul détermine à qui Il veut donner cette connaissance. Il est donc évident que, même dans les temps de la fin, les méchants ne comprendront pas.

Regardons cependant, la fin du verset 10 : « …mais les intelligents comprendront. » De quelle sorte d’intelligence est-il question, ici ? Proverbe 9:10 : « Le commencement de la sagesse est la crainte de l’Éternel… » Si vous avez un respect profond pour Dieu, vous possédez déjà un commencement de sagesse. « …et la science des saints c’est la prudence [ou intelligence, dans d’autres versions]. » Une intelligence toute spéciale réservée aux saints, les serviteurs de Jésus ! Allons voir Apocalypse 1:1 et regardons à qui cette révélation est destinée : « Révélation de Jésus-Christ, qu’il a reçue de Dieu, pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt… » Ce livre n’a jamais été destiné au monde entier ! Que ce soit clair ! Il est écrit exclusivement pour les serviteurs de Jésus-Christ ; les saints à qui une intelligence toute spéciale sera accordée pour mieux  comprendre cette prophétie dans les temps de la fin. Voilà pourquoi ce livre demeure toujours mystérieux et incompris par le monde en général. Car l’intelligence dont il est question ici n’est pas l’intelligence du monde mais celle qui vient directement de Dieu à Ses serviteurs.

Revenons dans Apocalypse 22:10. Nous voyons présentement plusieurs signes qui nous indiquent que nous sommes dans les temps de la fin. Alors, dans l’Apocalypse, non seulement Jésus nous a ouvert le livre de Daniel, afin de mieux le comprendre, mais l’ange dit à Jean : « Ne scelle point les paroles de la prophétie de ce livre ; car le temps est proche. » « Laisse-le ouvert ! C’est le temps de le bien comprendre » ! Verset 11 : « Que celui qui est injuste, soit encore injuste ; que celui qui est souillé, se souille encore ; que celui qui est juste, devienne plus juste encore ; et que celui qui est saint, se sanctifie encore davantage. » Jésus nous répète la même chose que nous avons vue dans Daniel 12, les méchants vont continuer à faire le mal et ne comprendront rien, mais ceux qui seront justes deviendront plus justes, et les saints qui continueront à se sanctifier par la Parole de Dieu, auront l’intelligence de comprendre davantage.

Jésus nous rappelle encore et encore de demeurer toujours près de Lui. Il n’y a que deux voies disponibles à l’homme : la voie de Dieu, ou celle du malin. Jésus nous encourage continuellement à demeurer sur la voie du salut. Tout autre chemin mène à la perdition, et Satan s’est très bien organisé pour garder son chemin bien large, afin d’y attirer le plus de personnes possible. C’est une voie qui ne demande aucun effort, où tout est permis, et où l’humain dirige sa propre destinée. Tandis que la voie du salut est un chemin étroit qui nous garde près de Dieu et qui nous pousse à faire des œuvres de la foi par reconnaissance de ce que nous avons déjà reçu.

Au verset 12, Jésus nous enjoint encore à persévérer en nous disant : « Or, voici, je viens bientôt, et j’ai mon salaire [ou rétribution] avec moi, pour rendre à chacun selon que ses œuvres auront été. » Nous avons parfois tendance à associer les mots « rétribution » et « salaire » à une sorte de récompense bien méritée de notre part. Une récompense, mes chers amis, c’est ce que nous méritons pour avoir accompli quelque chose. Ce n’est pas son sens, ici. Nous ne méritons rien ! Tout ce que Dieu nous a donné est un don gratuit, à cause de Son amour pour nous. Cela inclut aussi l’immortalité. Le mot rétribution est très bien choisi ici par Jésus parce qu’il veut dire de rendre à quelqu’un un salaire selon son œuvre, bonne ou mauvaise.

La rétribution, c’est la justice parfaite de Dieu en action. Nous savons quelle sera la rétribution des méchants parce qu’il est écrit que le salaire du péché, c’est la mort éternelle. Le salaire qui nous intéresse, nous, c’est celui qui sera destiné aux saints, aux élus. Au retour de Jésus, Il ne viendra pas nous récompenser selon notre œuvre. Ce sera abondamment plus grandiose que l’on ne pense. Le salaire de Jésus sera d’amplifier les dons qu’Il nous a donnés. Il viendra les multiplier par mille ou, qui sait, par un million, afin que nous puissions les utiliser au maximum durant l’éternité. Voilà ce que cette rétribution, ou salaire, veut dire.

Verset 13 : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. » Qu’est-ce que Jésus pourrait ajouter ici pour nous faire comprendre que Lui et le Père sont un ? Dans sa première épître, Jean nous déclare ceci : « Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, la Parole, et le Saint-Esprit, et ces trois-là sont un » (1 Jean 5:7). Notez qu’il n’est pas écrit le Père, le Fils et le Saint-Esprit, comme s’il s’agissait de trois personnes distinctes, mais plutôt le Père, la Parole et le Saint-Esprit, trois manifestations du même Dieu. Et ces trois-là sont UN. C’est la Parole de Dieu qui est venue vivre dans la chair humaine.

Donc, Jésus n’est nul autre que la manifestation physique de la Parole même de Dieu, du Dieu Tout-Puissant, dans un corps qu’Il a Lui-même engendré par Son Esprit et qui est né d’une vierge appelée Marie ! Voilà pourquoi « Jésus est l’image [visible] du Dieu invisible, le premier-né de toutes les créatures » (Colossiens 1:15). Jésus/l’homme ne disait que ce que le Père Lui dictait. C’est ce que nous voyons dans Jean 12:49. Jésus/l’homme ne parlait jamais de Son propre chef. Quant Il ouvrait la bouche, c’est Dieu le Père qui parlait. L’on voit cela dans Jean 14:10, 24. Imaginez un instant que Dieu, sur le plan humain, dans la chair humaine, Se faisait appeler « Fils de l’homme ». Tandis que sur le plan divin, Jésus et le Père étaient le même ! La Parole de Dieu, « en forme de Dieu, égal à Dieu » (Philippiens 2:6). Le Tout-Puissant dans une chair humaine !

Voulez-vous une preuve ? Allons voir Ésaïe 9, s’il vous plaît. Nous avons, ici, une prophétie nous annonçant la naissance future du Messie, Jésus. Ésaïe est aussi inspiré de nous donner les titres qu’Il détiendra, des titres précis pour identifier Qui Il sera. Verset 5 : « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et l’empire [ou gouvernement, si vous voulez] est mis sur son épaule… » Voici maintenant Ses multiples titres : « …on l’appellera l’Admirable, le Conseiller, le Dieu fort, le Père d’éternité, le Prince de paix. » On parle de Jésus, ici ! Celui qui S’identifie dans l’Apocalypse 22:13 comme l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Trois titres qui veulent dire la même chose.

Avec la naissance de Jésus, il y a eu une transition, ou un transfert, si vous voulez, de la Parole de Dieu, existant auparavant à l’état d’Esprit, dans cet homme/Jésus, maintenant, qui a été engendré par l’Esprit même du Père. Dans Philippiens 2:6, Paul nous le confirme en nous expliquant que Jésus, « étant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à saisir [ou quelque chose à laquelle on s’accroche] d’être égal à Dieu. » La Parole de Dieu était égale à Dieu, car elle faisait partie de Lui ! Tout comme ma parole fait partie de moi et votre parole fait partie de vous. Et comme Dieu a toujours existé, Sa Parole a toujours existé aussi ! Nous voyons ceci si facilement développé dans Jean 1:1 et, pourtant, la majorité des enseignants refusent de croire, ou sont simplement voilés à cette compréhension.

Regardons ce qui est rédigé dans Jean 1:1 : « Au commencement était la Parole [de Dieu]… » Notez que la Parole est mentionnée premièrement, donnant quasiment l’impression d’exister avant Dieu. Mais cela n’est pas le cas. « Au commencement était la Parole, la Parole était avec Dieu, » car elle faisait partie de Lui. Ce qui fait partie de Dieu est Dieu, donc « …et la Parole était Dieu. 2Elle [la Parole] était au commencement avec Dieu [l’évidence même.] 3Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » Donc, vous avez ici une preuve qu’il n’y a pas d’autre Créateur que Dieu. L’évolution n’a aucune place dans la création de Dieu. C’est Dieu qui parlait et ce qu’Il commandait se faisait par la puissance de Son Esprit.

Dans Hébreux 11:3, on peut lire : « Par la foi, nous savons que le monde a été fait par [qui ?] la parole de Dieu… » Pas l’évolution ! « …de sorte que les choses qui se voient, n’ont pas été faites de choses visibles, » mais plutôt par la puissance invisible de l’Esprit de Dieu. Dans Psaume 33:6, nous pouvons lire : « Les cieux ont été faits par la parole de l’Éternel, et toute leur armée [i.e., les galaxies] par le souffle de sa bouche. » Regardons comment, au verset 9 : « Car il parle, et la chose existe ; il commande, et elle paraît. » Donc, l’Esprit invisible a créé des choses visibles. Ceci est confirmé dans Genèse 1:1 « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre ».

Mais lisez vous-mêmes le récit de la recréation de la terre, suite à la guerre où Lucifer voulait s’emparer du trône de Dieu dans le ciel, et qui était devenue informe et vide (v. 2). Prenez le temps d’étudiez vous-mêmes les versets 3 à 31 pour découvrir vous-même avec quelle simplicité Dieu peut renouveler ce qu’il avait déjà créé. Tout ce renouvellement de la terre est résumé dans un seul verset inspiré à David dans Psaume 104:30 : « Envoies-tu Ton Esprit ? Ils sont créés, et tu renouvelles la face de la terre ». Dans à peine six jours, Dieu a tout renouvelé ce qui était devenu vide et informe.

Revenons dans Jean 1. Ce n’est qu’au verset 14 que nous voyons cet extraordinaire miracle se produire où « la Parole de Dieu a été faite chair, et a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité. » Jean déclare que « nous, » en parlant de ceux qui ont eu un contact avec Jésus lors de Son passage sur la terre, « avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. » Alors, Jésus devient, non seulement le Fils unique engendré par Dieu Lui-même, mais aussi le Sauveur de la Nouvelle Alliance, car Jésus veut dire Sauveur. Jésus est le seul nom sous le soleil par lequel nous pouvons être sauvés. Tous les autres messies sont des imposteurs ! J’espère que je me fais clair !

Dans Sa dernière prière au Père, juste avant Son arrestation, Jésus Lui dit ceci : « Je t’ai glorifié sur la terre ; j’ai achevé l’ouvrage que tu m’avais donné à faire. 5Et maintenant, glorifie-moi, Père, auprès de toi, de la gloire que j’avais auprès de toi, avant que le monde fut » (Jean 17:4-5). Par une résurrection, la Parole de Dieu vivrait désormais dans un corps glorifié et retournerait au Père qui L’avait envoyée. C’est arrivé quand Jésus eut achevé l’ouvrage que le Père Lui avait donné à faire, en versant Son sang afin de réconcilier tous ceux qui accepteraient Son sacrifice avec le Père qui les avait tous créés.

Revenons maintenant dans Apocalypse 22. Ici, dans les années 90, Jésus, existant de nouveau en forme de Dieu dans un corps glorifié, à qui tout pouvoir fut donné par le Père au ciel et sur la terre, fait une déclaration pleine d’autorité, au verset 13. Jésus, Fils unique engendré par Dieu, étant aussi la Parole de Dieu, S’identifie comme le premier et le dernier, le commencement et la fin, et même le premier-né d’entre les morts, comme on peut lire dans Apocalypse 1:5, étant premier en toutes choses.

Verset 14, maintenant. Encore une fois, Jésus nous confirme qu’il n’y a que deux destinées possibles pour l’homme : « Heureux ceux qui observent ses commandements, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville ! » Jésus avait promis aux vainqueurs dans Son message à Éphèse de pouvoir manger de l’arbre de vie. Ici, au verset 14, ce privilège est accordé à tous ceux qui observent Ses commandements. Donc, les vainqueurs qui pourront entrer par les portes de le Nouvelle Jérusalem. Il y a ici une exhortation renouvelée par Jésus pour Ses serviteurs de ne jamais abandonner, mais, malgré les obstacles, de « persévérer jusqu’à la fin ».

Dans Son grand amour, Jésus nous rappelle que ce que nous croyons, jour après jour, est en train de façonner, non seulement notre vie, mais notre éternité aussi. Il nous exhorte à garder notre robe blanche, afin de pouvoir entrer éternellement par les portes de cette merveilleuse Jérusalem, car le comportement de ceux qui sont mentionnés au verset 15 ne pourra jamais leur donner accès à cette ville sainte.

Verset 15 : « Mais dehors seront les impudiques, les empoisonneurs, les fornicateurs, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge. » Notez que Jésus ne parle pas de quelqu’un qui pourrait mentir, mais qui s’en repent ; Il parle de ceux qui aiment et pratiquent le mensonge comme mode de vie. Ceux qui connaissent en partie les Saintes Écritures et qui préfèrent s’associer à des groupes qui rejettent la Parole de Dieu deviennent coupables d’une fornication spirituelle dont il faut se repentir.

Dieu aime tous les humains, mais n’affectionnera jamais la prostitution, le lesbianisme, la bestialité ou l’homosexualité. Dieu les appelle abominations. Il S’oppose aux pratiques des enchanteurs, comme la magie, les tarots, le ouija, les horoscopes, la nécromancie, la cartomancie ou toute autre méthode pour prédire l’avenir. Ce sont des pratiques qui empoisonnent l’esprit d’un humain. L’impudicité, c’est-à-dire, la fornication, soit physique ou spirituelle, n’est pas plus acceptée. L’idolâtrie, où l’on adore quelque chose d’autre que le vrai Dieu, non plus. Le dernier item mentionné par Jésus est le mensonge, car c’est l’outil principal utilisé par Satan depuis toujours pour tenter de contrer le Plan de Dieu. Satan est le père du mensonge. Le mensonge peut détruire en cinq minutes une réputation qui a pris une vie entière à bâtir.

Chacune de ces pratiques que nous venons de voir est fondée sur un manque flagrant d’amour pour son prochain. Ce sont des outils dont Satan s’est servi depuis le tout début de la création pour détruire les humains. Voilà pourquoi Jésus ne permettra jamais ces sortes d’activités dans Son gouvernement. Elles seront toujours une abomination à Ses yeux. Alors, dans cette ville sainte : « Il n’y entrera rien de souillé, ni personne qui s’adonne à l’abomination et au mensonge, mais ceux-là seuls qui sont écrits dans le livre de vie de l’Agneau » (Apocalypse 21:27).

Apocalypse 22 :16 : « Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous rendre témoignage de ces choses dans les Églises. » Jésus nous confirme ici exactement ce qu’Il a déclaré aux tout premiers versets de ce livre, savoir que cette Apocalypse était destinée à Ses serviteurs dans Ses Églises, ou là où Ses enfants se réunissent, et non aux habitants de la terre qui refusent d’obéir à la Parole de Dieu. Jésus termine ce verset 16 en nous disant : « Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin. » Il a utilisé cette même expression dans Apocalypse 2:28, dans Son évaluation de l’Église de Thyatire. L’étoile brillante du matin n’est nulle autre que le soleil qui se lève chaque matin pour remplacer l’obscurité de la nuit par sa lumière. Jésus S’identifie subséquemment comme la « Lumière du monde ».

Il y a une belle prophétie sur Jésus, dans Malachie 4:2, où le soleil est utilisé comme symbole. Allons voir ce passage où Dieu dit : « Mais pour vous, qui craignez mon nom, se lèvera le soleil de justice, et la santé sera dans ses rayons, et vous sortirez et bondirez comme les veaux d’une étable. » Jésus va revenir, un jour, avec puissance et une grande gloire. Il sera comme le soleil qui apparaît dans la noirceur et viendra éclairer un monde qui, jusque là, était complètement dans les ténèbres. Notez aussi que la santé sera dans les rayons de ce soleil de justice. Nous avons ici une extraordinaire description poétique de l’immortalité dont jouiront les Élus de la Première Résurrection. Une santé éternelle !

Dans Apocalypse 22:16, Jésus nous dit : « Je suis l’étoile brillante du matin. » Tout comme le soleil qui nous fournit une multitude de choses, pour notre survie physique, Jésus est notre Soleil qui nous fournit tout ce dont nous avons besoin pour notre survie spirituelle aussi. Mais cette immortalité et cette santé éternelle seront également disponibles aux autres qui formeront les nations de ce magnifique Royaume. « Et les nations qui auront été sauvées, marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire et leur honneur. Ses portes ne se fermeront point chaque jour, car il n’y aura point de nuit. On y apportera la gloire et l’honneur des nations » (Apocalypse 21:24-26).

Avez-vous remarqué, dans la conclusion de ce livre de l’Apocalypse, combien de fois Jésus nous promet qu’Il va venir bientôt ? Cette expression est une véritable clé destinée aux serviteurs de Jésus pour nous garder fermes dans la foi. Elle nous ouvre également la compréhension que les jugements sur le monde décrits dans ces pages couvrent une période d’environ trois ans et demi. Alors, dans ce contexte, le retour de Jésus est vraiment proche ! Les gens du monde disent : « Ça ne se peut pas ! Ces paroles ont été écrites vers la fin du premier siècle. Jean s’est sûrement trompé. Jésus doit venir bientôt et voilà, presque deux mille ans se sont écoulés et Jésus n’est toujours pas venu ! » Voilà une preuve évidente, selon eux, que ce livre contient des erreurs. C’est ainsi que les moqueurs ont toujours ridiculisé ce livre.

Il est intéressant de voir comme la Bible même nous met en garde contre ces moqueurs. Jésus a inspiré l’apôtre Pierre de l’écrire dans sa deuxième épître afin que Ses serviteurs soient bien avertis. « Sachant tout d’abord ceci, qu’aux derniers jours il viendra des moqueurs, qui se conduiront selon leurs convoitises, 4Et diront : Où est la promesse de son avènement ? Car depuis que nos pères sont morts, toutes choses demeurent comme depuis le commencement de la création » (2 Pierre 3:3-4). Pour ces gens, je suis convaincu que, lorsque Christ reviendra, Il viendra incontestablement comme un voleur, soudainement et à l’improviste.

Mais, si nous gardons en mémoire la période de temps que cette prophétie couvre, avant Sa réapparition, Jésus viendra sûrement bientôt ! Si nous sommes encore vivants, ayant appris à reconnaître les signes décrits dans ce livre, pour nous, Jésus ne viendra pas comme un voleur ! « Et alors ils verront venir le Fils de l’homme sur une nuée, avec une grande puissance et une grande gloire. Or quand ces choses commenceront d’arriver, regardez en haut, et levez la tête, parce que votre délivrance approche ». (Luc 21:27-28). Les Élus au contraire, l’attendrons plutôt à bras ouverts, debout, la tête levée vers le ciel, car notre délivrance sera non seulement proche, elle sera arrivée !

Pour ce qui est de ceux qui sont morts et qui appartiennent à Christ, entre le temps de leur décès et leur résurrection, ils auront l’impression qu’il s’est à peine écoulé une seconde ! Donc, pour chacun d’eux, Jésus viendra sûrement bientôt ! N’oublions surtout pas que ce livre fait le lien entre le temps alloué par Dieu au monde, séduit par Satan et dirigé par les habitants de la terre, et l’éternité qui sera dirigée par Dieu et les serviteurs de Jésus.

Apocalypse 22:17 : « L’Esprit et l’Épouse disent : Viens. Que celui qui l’entend, dise aussi : Viens. Que celui qui a soif, vienne ; et que celui qui voudra de l’eau vive, en reçoive gratuitement. » Quelle belle invocation lancée, cette fois par l’Esprit de Dieu Lui-même et par les Élus de Dieu, c’est-à-dire, l’Épouse, à Jésus de venir au plus vite. Mais regardons la deuxième partie de cette invocation, où Jésus lance un appel au salut à quiconque se laissera toucher par ce livre et qui désirera ardemment se tourner vers Christ. L’eau vive, ou le Saint-Esprit, lui est offerte gratuitement. Dieu veut que tout le monde se convertisse et parvienne au salut. C’était Son but dès la création de l’humanité de voir un jour chaque humain à Son image et à Sa ressemblance, et dans Son Royaume.

Avant de terminer, cependant, Jésus nous lance un dernier avertissement au verset 18 : « Je proteste à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre que si quelqu’un y ajoute, Dieu fera tomber sur lui les plaies écrites dans ce livre ; 19Et si quelqu’un retranche des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part du livre de vie, et de la sainte cité, et des choses qui sont écrites dans ce livre. » « Ne changez absolument rien, » nous dit Jésus, « car ce livre contient la vérité de Dieu. »

Notez que Jésus S’adresse à ceux qui entendent les paroles de cette prophétie. Il est donc question de ceux qui prétendent avoir été vivement touchés au cœur par ce livre, et qui se mettent à tordre volontairement la Parole de Dieu. De quelle façon ? En ajoutant leurs idées personnelles et leurs doctrines, afin de changer le message réel que Dieu voulait nous passer. Ou bien en retranchant des passages pour leur propre gain ! Jésus parle de ceux qui voudraient agir avec mesquinerie envers la Parole de Dieu, pour satisfaire leur cupidité, en dominant sur les gens honnêtes qui ne cherchent qu’à vouloir plaire à Dieu.

Ces deux versets nous montrent que Jésus sera très sévère envers ces gens. « N’y ajoutez rien, » nous dit Jésus, « et ne retranchez rien, car ce sont les Paroles mêmes du Père. » Il est vrai que ce livre est écrit en symboles et requiert une certaine interprétation. Mais cette interprétation ne devrait jamais être celle d’un homme, « car la prophétie n’a point été apportée autrefois par la volonté humaine ; mais les saints hommes de Dieu, étant poussés par le Saint-Esprit, ont parlé » (2 Pierre 1:21). Nous avons découvert, tout au long de ce livre que chaque symbole avait son explication cachée en quelque part dans les Saintes Écritures. Et ceux que nous n’avons pas pu expliquer demeurent toujours cachés dans la Bible. C’est simplement que nous ne les avons pas encore trouvés. Un jour, poussés par le Saint-Esprit, nous les trouverons.

En attendant, toutefois, nous ne prétendons pas tout connaître au risque d’enlever certains passages clés, ou pire encore, d’ajouter notre propre interprétation et/ou ce que Dieu n’a pas voulu nous révéler. Cependant, il ne faudra jamais sacrifier un symbole au prix de son sens littéral seulement. Il ne faudrait pas, par ignorance, détruire ce que Dieu veut nous révéler, en n’acceptant que le côté littéral de ce livre, sans vouloir en comprendre les symboles spirituels. Il faut découvrir les deux, car c’est ainsi que Dieu nous a donné cette prophétie !

La compréhension nous est donnée par le Saint-Esprit. « Car il nous donne loi sur loi, règle sur règle, [vérité sur vérité], un peu ici, un peu là » (Ésaïe 28:10). Il serait alors prétentieux de notre part de vous déclarer que nous avons déjà toute la connaissance. Ce serait l’ultime manifestation de notre orgueil de tenir mordicus à seulement ce que nous possédons déjà, en fermant notre esprit à toute nouvelle compréhension, même si elle est appuyée par des versets appropriés. C’est ce qui arrive trop souvent de nos jours avec certains prédicateurs qui ne veulent absolument pas démordre de leur connaissance actuelle. Leur esprit semble complètement fermé à tout ce qui ne vient pas d’eux. Nous avons opté pour la révision et l’ajout d’une toute nouvelle compréhension venant de Dieu dans les 28 messages de cette série, afin que vous puissiez mieux saisir ce que Dieu veut nous offrir dans ces derniers temps.

Dieu n’est pas impressionné par ceux qui Lui disent : « Mon idée est faite, ne me mélange pas avec des preuves ! » Le vrai chrétien doit avoir soif de la vérité. Jésus aime ceux qui Lui disent : « Mon esprit, Seigneur, est ouvert à toi, instruis-moi par ta Parole. » Car la vraie liberté commence là où l’ignorance finit. La vérité nous rend libre, tandis que l’ignorance devient la mère de toutes les traditions. Aux pharisiens, extrêmement axés sur la multitude de traditions qu’ils imposaient au peuple : « Jésus leur répondit : Et vous pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu par votre tradition ? » (Matthieu 15:3). Leur reprochant leur manque d’amour flagrant au profit de leur cupidité dans les versets 4 et 5, Jésus leur confirme, au verset 6 : « Et ainsi vous avez anéanti le commandement de Dieu par votre tradition ». L’argent, pour eux, valait plus que l’amour envers leur prochain.

Cette attitude est de plus en plus répandue dans les églises aujourd’hui, où les pasteurs qui « prêchent l’amour », le font pour mieux s’approprier les dîmes de leurs fidèles. Ils mettent tellement d’emphase sur les dîmes, qu’on dirait que, dans leurs congrégations, le Salut passe par les dîmes. À ces pasteurs, Jésus déclare : « Hypocrites ! Ésaïe a bien prophétisé à votre sujet, lorsqu’il a dit : Ce peuple s’approche de moi de la bouche et m’honore des lèvres : mais leur cœur est bien éloigné de moi » (Matthieu 15:7-8). Dans leurs assemblées, tout est superficiel, plein de chants et de manifestations émotionnelles. Soyez sur vos gardes face à de tels pasteurs et surveillez leur comportement surtout après leur prédication, et comme nous dit Jésus, « vous les reconnaîtrez à leurs fruits ».

Les vrais serviteurs de Dieu veulent faire Sa volonté, se laissant guider par le Saint-Esprit, tout en se nourrissant de la Parole de Dieu. C’est seulement cette Parole de vérité qui peut réellement nous libérer de toutes ces traditions créées par des hommes sous l’inspiration de l’adversaire. Des traditions multiples qui plaisent à leur congrégation et que les religions modernes ont malheureusement adoptées comme doctrines. Un jour cependant, toute cette Babylone religieuse sera anéantie complètement, alors que la vérité de Dieu subsistera éternellement.

Ceux qui ont consacré leur vie à Jésus et qui possèdent cette honnêteté sainte, poussée par l’obéissance à Dieu, ne pourront jamais faire partie de ceux à qui Jésus S’adresse dans Apocalypse 22:18-19. Au contraire, ils auront éternellement accès à l’arbre de la vie, c’est-à-dire, à l’immortalité. Ils auront aussi la ville sainte comme résidence permanente.

À ceux-là, au verset 20, Jésus déclare : « Celui qui rend témoignage de ces choses, dit : Oui, je viens bientôt. » Ce à quoi nous répondons : « Amen ! Oui, Seigneur Jésus, viens ! » Et l’apôtre Jean ferme le livre en disant aux serviteurs de Jésus : « 21La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous ! Amen. »

Qu’il en soit ainsi !

Dans la vie de chaque chrétien, il y a trois choses qui devraient animer notre comportement : la spiritualité, la théologie et la religion. La spiritualité, c’est ce que nous croyons. La théologie, c’est ce que nous comprenons. Et la religion, c’est ce que nous faisons.

Lisez vous-mêmes Jacques 1:27, où il est écrit : « La religion pure et sans tache devant Dieu notre Père, c’est de visiter les orphelins et les veuves dans leur tribulation, et de se conserver pur de la souillure du monde. » L’ensemble de ces trois éléments devrait nous amener à reconnaître finalement que la seule marque qui nous identifie comme étant de véritables chrétiens, c’est l’amour que nous manifestons envers les autres ! Voilà ce que Jésus est venu nous apporter en vivant dans la chair et sur quoi Il a fondé Sa Nouvelle Alliance. Car, un jour, toutes ces prophéties prendront fin, les langues cesseront aussi, car nous parlerons tous une nouvelle langue unique basée sur la Parole de Dieu, où tout le monde se comprendra. Des lèvres pures, comme on peut voir dans Sophonie 3:9. La connaissance contemporaine disparaîtra aussi et sera entièrement remplacée par une nouvelle connaissance, venant directement de Jésus.

La seule chose qui ne cessera jamais, c’est l’amour que nous aurons les uns pour les autres. C’est la seule chose de tout ce que nous possédons que nous apporterons dans l’éternité ! L’amour que nous aurons développé durant notre cheminement vers le Royaume de Dieu. La Marque de Dieu !

…et c’est ce que je vous souhaite à tous !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , , , ,