D.009 – Grande percée vers une solution merveilleuse

image_pdfimage_print

 

Apocalypse 5:1-14

Par Joseph Sakala

Dans le quatrième chapitre de l’Apocalypse, nous avons vu Jean qui, dans une vision, s’est retrouvé en présence du trône de Dieu au ciel. Il vit aussi la cour céleste avec les vingt-quatre vieillards et les quatre animaux. Dans ce cinquième chapitre, la scène se passe toujours au ciel, mais le thème de l’adoration change. Il passe de l’adoration du Créateur à l’adoration du Rédempteur.

C’est un devoir et un privilège pour nous d’adorer le Créateur pour tout ce qu’Il a fait pour nous, pour tout ce qu’Il nous a donné. Nous savons que la vie, nos talents et nos dons viennent de Sa puissance créatrice, mais le plus grand thème, dans les Écritures, demeurera toujours la Rédemption. Elle est absolument indispensable pour former éventuellement la Famille Divine immortelle. Subséquemment,  la Rédemption demeurera perpétuellement le thème primordial des Écritures pour nous dévoiler l’amour infini de Dieu pour Sa création. Le véritable chrétien devrait  méditer constamment sur cette grande réalité.

Dans Apocalypse 5:1, le regard de Jean se porte de nouveau vers le trône où il voit un objet étrange qu’il se met à nous décrire. « Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône, un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux. 2Je vis aussi un ange puissant, qui criait d’une voix forte : Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en délier les sceaux ? » Ce n’est pas que ce parchemin (ou livre) était difficile à ouvrir ; n’importe qui aurait pu le faire. Ce qui semblait impossible, c’était de trouver quelqu’un qui soit digne de le faire. Nous allons apprendre ce que ce mot digne veut dire dans ce contexte. Il est tout à fait naturel pour nous de nous poser des questions, ici. Que représente ce parchemin ? Pourquoi est-il scellé ? Pourquoi est-il écrit en dedans et en dehors — chose qui se faisait très rarement ? Qui est digne de l’ouvrir ? Quelles sont les qualités requises chez celui qui peut l’ouvrir ?

Ce parchemin était roulé avec sept sceaux placés à des endroits précis de telle façon que, en brisant un sceau, on ne pouvait lire que ce qui était dévoilé jusqu’au prochain sceau, mais pas plus loin. L’ouverture de ces sceaux se fait sur plusieurs chapitres, en commençant avec le chapitre 6. C’est alors que nous allons découvrir la signification des événements majeurs qui doivent avoir lieu sur cette terre. Il est important de noter ici que nous allons découvrir une dualité à plusieurs endroits dans cette prophétie. Par exemple, nous verrons des famines, des tremblements de terre, des bruits de guerre suivis de guerres, sans oublier la grande séduction satanique dans l’enseignement biblique.

Tous ces évènements ont eu lieu sur la terre même avant que Jean ait terminé de rédiger l’Apocalypse de Jésus-Christ. Plusieurs choses décrites dans les sceaux se sont aussi produites depuis la rédaction de ce livre de Révélation, donnant l’impression qu’une bonne partie de cette prophétie est déjà accomplie. Sachez, chers amis, que, tout au long des Écritures, nous découvrons des prophéties où il y a eu un premier accomplissement, pour annoncer aux rebelles qu’il y aurait plus tard une seconde manifestation, mais d’une intensité beaucoup supérieure à l’originale. Donc, le fait que plusieurs de ces évènements se soient déjà produits, nous prouve simplement la puissance de Dieu dans l’accomplissement de Ses prédictions. Mais le livre de l’Apocalypse est une description détaillée de tous ces évènements réunis ensemble, durant une période de trois ans et demi, avec une intensité telle que, si Jésus ne revenait pas pour y mettre un terme, aucun être humain ne pourrait survivre à cette hécatombe.

« Car alors il y aura une grande affliction, telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et telle qu’il n’y en aura jamais [une autre pareille]. Que si ces jours-là n’avaient pas été abrégés, aucune chair n’eût échappé ; mais à cause des élus ils [ces jours] seront abrégés » (Matthieu 24:21-22). Nous voyons une intensité épouvantable, dans cette description de la grande tribulation faite par Jésus à Ses disciples. Jésus revient Lui-même quelques soixante années plus tard, pour nous donner une description très détaillée de cette même courte période dans Sa Révélation à Jean.

Il faut absolument nous rappeler de cela dans notre étude de ce livre. Les gens qui prêchent que l’Apocalypse est terminée ou presque, parce que nous sommes témoins d’un très grand nombre de catastrophes depuis quelques années, détournent l’attention de la population, afin de leur voiler cette série de malheurs qui va prendre le monde complètement au dépourvu, quand les sceaux des temps de la fin seront vraiment déclenchés. Mais Dieu nous explique ces choses avec une grande précision. Donc, l’ouverture du parchemin se poursuit dans les chapitres 7, 8 et 9, et ce n’est qu’au chapitre 10 que nous allons voir le parchemin complètement ouvert ou déroulé.

Là, son septième ou dernier sceau nous annoncera les sept trompettes qui, soit dit en passant, n’ont pas encore sonné, et nous en donnera la signification. Les catastrophes passées, et celles que nous voyons présentement dans différents endroits du monde, ne sont qu’un préambule au déclenchement, dans les temps de la fin,de ces mêmes catastrophes, mais cette fois avec une accentuation jamais connue auparavant. Certains chrétiens se demandent, et avec raison, si Dieu va permettre que nous entendions littéralement ces trompettes. Gardons toujours à l’esprit que cette scène se passe au ciel, devant le trône de Dieu.

Le déclenchement des trompettes se fait par un ange « qui remplit un encensoir avec du feu de l’autel, et le jette sur la terre » (Apocalypse 8:5). Nous voyons par la suite une description éclatante de ce que chaque trompette doit produire comme malheur aux habitants de la terre. Ce qui devient important pour les serviteurs de Christ, ce n’est pas tant d’entendre littéralement la trompette que de savoir reconnaître la trompette, par la manifestation de son malheur. Cette reconnaissance des SIGNES indiquera aussi aux élus que l’arrivée de Jésus ne tardera pas et devrait sûrement leur donner le courage nécessaire de persévérer jusqu’à la fin de cette tribulation.

Ce n’est qu’au chapitre 10, au verset 7, que nous apprenons la raison d’être de ce parchemin. Dans Apocalypse 10:7, Jean se fait dire : « 6…qu’il n’y aurait plus de temps, 7Mais qu’aux jours où le septième ange ferait entendre sa voix, quand il sonnerait de la trompette, le mystère de Dieu s’accomplirait, comme il l’avait déclaré à ses serviteurs, les prophètes. » Voilà sa raison d’être ! Mais quel est ce Mystère que très peu de religions comprennent ? Apocalypse 11:15 : « Or, le septième ange sonna de la trompette, et de grandes voix se firent entendre dans le ciel, qui disaient : Les royaumes du monde sont soumis à notre Seigneur et à Son Christ, et il règnera aux siècles des siècles ». Le véritable mystère de Dieu s’accomplira au moment où Jésus viendra prendre possession de tous les royaumes des hommes de la terre, afin d’y installer le Royaume de Dieu.

Ceci demeure toujours un mystère pour toutes les religions qui prêchent à leurs membres qu’ils peuvent monter au ciel, alors que la pure vérité biblique nous dit que c’est Jésus qui revient sur la terre ! Combien de pasteurs et de curés ont lu les paroles suivantes de Jésus à leur congrégation durant un sermon : « Heureux les débonnaires ; car ils hériteront de la terre » (Matthieu 5:5). Il n’est pas écrit qu’ils hériteront du CIEL, mais bien de la TERRE. On cite la Parole de Dieu, et on prêche exactement le contraire. Les prières des Saints montent jusqu’au trône de Dieu, qui nous confirme une promesse extraordinaire. « Tu nous a faits Rois et Sacrificateurs à notre Dieu ; et nous [les Saints] régneront sur la TERRE » (Apocalypse 5:10).

Le Royaume de Dieu sera alors établi sur cette terre. Dans les Évangiles, Matthieu utilise l’expression « Royaume des Cieux » pour l’identifier, alors que les autres Évangélistes utilisent l’expression « Royaume de Dieu ». Il n’y a pas de contradiction ici, car les deux termes nous indiquent la provenance de ce Royaume (le ciel), ainsi que son appartenance (à Dieu). L’endroit où ce Royaume sera situé est très bien établi par plusieurs autres versets cités par Jésus, et abondamment répétés par Ses disciples dans leur prédication. Aucun verset dans la Bible, ne donne l’espérance à l’homme de pouvoir monter au ciel.

Donc, pour toutes ces religions, ce parchemin demeure un livre mystérieux, qu’on pourrait vraiment intituler Le Mystère de Dieu ! Parce que, en établissant Son Royaume sur cette terre, Jésus répondra enfin à toutes ces questions que les hommes se posent depuis des siècles et auxquelles ils n’ont trouvé aucune réponse ! Par exemple : pourquoi sommes-nous incapables de régler les grands problèmes de l’humanité ? Nous entendons continuellement parler des grands progrès de la technologie, des sciences, de la médecine, et surtout des communications depuis la création des ordinateurs et de l’Internet. Et l’on se donne des tapes dans le dos en disant : « Nous sommes tout près d’atteindre la perfection pour solutionner tous nos problèmes. » Mais quand nous prenons le temps d’analyser l’histoire, nous découvrons que les gros problèmes, avec lesquels nous sommes présentement aux prises chaque jour, sont exactement les mêmes avec lesquels les hommes et les femmes luttent depuis les temps anciens.

Le problème des guerres s’intensifie, les conflits entre êtres humains augmentent, les mariages éclatent comme jamais auparavant dans l’histoire, le crime, la méchanceté et les préjugés, ont toujours existé et existent encore davantage aujourd’hui, malgré toute cette nouvelle technologie des communications. Reculez aussi loin que vous voulez dans l’histoire et vous verrez que personne n’a jamais apporté une solution à aucun de ces problèmes. On dirait même qu’ils s’en vont en s’accroissant. Pourquoi sommes-nous incapables de solutionner ces problèmes de nos jours ? Ce parchemin nous offre de répondre à ces questions sérieuses en nous expliquant nettement pourquoi toutes ces choses existent. Mais ce parchemin nous ouvrira la porte également vers une solution merveilleuse !

Regardons la situation mondiale en général. Ça n’a aucun sens, à nos yeux. On ne peut pas comprendre comment l’homme peut se plaire à détruire son semblable avec autant de brutalité. Et l’on se dit, tout découragé : « Qu’est-ce qui se passe ? Quand Dieu viendra-t-Il effectuer le rangement dans toute cette confusion humaine ? Quand viendra-t-Il remplir Sa promesse de nous amener à une époque où les êtres humains pourront enfin vivre sans guerre, sans bain de sang, sans persécution, sans haine et sans préjugés ? Un temps où la tristesse et la mort n’existeront plus ? Où les larmes seront séchées et ne couleront plus jamais ? Comment Dieu va-t-Il S’y prendre ? » Les hommes ont toujours rêvé d’un monde en paix, d’une sorte d’utopie, mais jamais personne n’a pu apporter une solution efficace pour nous y amener. Pourtant, c’est la question à laquelle ce parchemin va répondre.

J’ai lu un article dans une revue où l’auteur donnait sa version d’un monde parfait. En tête de sa liste : Aucune tâche ménagère. Vous aurez deviné que l’auteure était une dame… Mais continuons sa liste extrêmement intéressante : Fini la drogue ; Des mariages réussis avec plus de temps à consacrer aux familles ; Une bonne éducation pour tous ; De l’eau claire et aucune pollution dans l’air ; Des autos vraiment conçues pour les familles ; Bonne santé pour tous ; Le bonheur parfait sans guerre ; et finalement, Un milieu de travail amical, style familial au sens où il n’y aura aucun préjugé.

Pour cette dame, ce serait un Monde parfait. Mais c’est exactement ce même rêve que les hommes espèrent réaliser par la science et la technologie ! Pourtant, ce parchemin nous révèle la façon dont Dieu va S’y prendre pour vraiment faire de ce rêve une réalité ! En y établissant Son Royaume, avec Christ et Ses élus en charge, pour régler enfin tous les problèmes que les hommes ont créés, sans ne jamais pouvoir les résoudre. Sans compter ceux qu’ils sont en train de créer secrètement pour nous amener au bord de la destruction totale de l’humanité, si Dieu n’intervenait pas pour couper court à cette période de barbarie et d’horreur.

Ce parchemin, nous dit Jean, était « écrit en dedans et en dehors. » Sachez que les anciens écrivaient rarement sur les deux côtés d’un parchemin parce que, normalement, un côté seulement était lisse pour recevoir l’écriture, tandis que l’autre côté était rude. Quand l’on écrivait sur les deux côtés, c’était pour indiquer que le message était complet et profusément tragique. Alors, ce parchemin nous donne une indication de l’étendue de ce qui sera révélé au fur et à mesure que les sceaux seront brisés. Ce sera un compte-rendu d’événements complexes et très sérieux. Le fait qu’il soit déjà écrit et dans la main droite de Dieu nous indique qu’il n’y a aucune manière de changer quoi que ce soit de ce qui est écrit dedans. Il représente une affirmation écrite par Dieu sur des circonstances certaines et impossibles à changer.

Ceci nous amène à penser un peu à ce que Pilate avait déclaré après avoir fait poser son inscription sur la croix, si vous vous souvenez : « Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit » (Jean 19:22). Et à cause de son autorité, personne ne pouvait changer son inscription. Mais vous allez me dire : « Et si le monde se convertissait subitement ? » Mes amis, il va falloir enlever nos lunettes roses ! Regardons ce qui se passe seulement depuis l’an 2000, avec les guerres insensées en Iraq et en Afghanistan et les attaques terroristes soutenues et sans retenue dans plusieurs pays du monde présentement. Examinons la présente crise économique actuelle causée par la cupidité des banquiers et les compagnies d’assurance avec leurs faillites internationales se chiffrant dans les centaines de milliards de dollars à cause de l’avidité flagrante des dirigeants que le monde entier tenait pour honnêtes. Sans compter les fraudes pyramidales qui fonctionnent depuis plusieurs années et qui ont éclaté subitement en 2008 pour laver les investisseurs de toutes leurs épargnes accumulées durant des années. Nous avançons lentement et sûrement vers une dépression pire qu’en 1929. C’est beau de rêver en couleur, mais le monde ne se dirige pas, mais vraiment pas, dans la bonne direction !

Dans Apocalypse 5:2, Jean entend cette invitation lancée à l’univers entier par cet ange puissant qui dit : « Qui est digne d’ouvrir le livre, et d’en délier les sceaux ? » En d’autres mots : « S’il y en a un, qu’il s’avance ! » Saviez-vous que c’est précisément cette même question qui est devenue la base même de la politique ? N’est-ce pas ce que nous demandons avant chaque élection ? « Qui sera digne de nous représenter ? Qui parmi ces candidats est le plus qualifié pour nous apporter les solutions aux problèmes qui nous harcèlent depuis des siècles ? Lequel est assez intelligent, lequel a les valeurs morales requises ? Qui est digne ? »

Au travers des siècles, il y en a eu plusieurs qui se sont portés volontaires. Le roi Nébuchadnetsar, de l’ancien empire babylonien, a prétendu être capable. Il s’en est même vanté. « N’est-ce pas ici la grande Babylone, que j’ai bâtie pour être la demeure royale, par la puissance de ma force et pour la gloire de ma magnificence ? » (Daniel 4:30). Il en était convaincu, du moins c’est ce qu’il croyait. Mais quelques années plus tard, son empire fut renversé par les Mèdes et les Perses. Alexandre le Grand aussi croyait avoir accompli son but, mais à l’âge de trente-deux ans, il pleurait parce qu’il ne lui restait plus d’empires à conquérir… pauvre homme ! Dans son grand  découragement, il a sombré dans l’ivrognerie et la débauche, et il est mort très jeune. En quelques années, son empire original a aussi pris fin, et ses généraux l’ont séparé en quatre. Puis, Jules César a mené les légions de Rome sur tous les territoires connus de l’Europe, avec l’espoir d’établir un monde romain où la paix [la Pax romana] serait toujours en évidence. Éventuellement, ce royaume aussi est tombé aux mains des armées barbares du nord. Charlemagne l’a tenté en France. Napoléon aussi. Hitler, en son temps, croyait être le messie qui accomplirait et établirait un Reich de paix de mille années sous le règne allemand. Où, selon vous, a-t-il pu prendre une telle idée d’un Reich de paix de mille ans ? N’est-ce pas biblique, ça, un peu ?

Pourtant, tous ces hommes ont échoué d’une façon pathétiquement triste. Car aucun n’était digne ! Jean nous dit la même chose dans Apocalypse 5:3 « Et nul, ni dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne pouvait ouvrir le livre, ni le regarder. » Même les hommes de paix connus pour leur grande sagesse, tels que George Washington, Abraham Lincoln, Gandhi et autres, n’ont pas réussi à nous amener la paix mondiale. Il n’est donc pas surprenant de voir la réaction de Jean au verset 4 : « Et moi, je pleurai beaucoup, de ce que personne n’avait été trouvé digne d’ouvrir le livre, ni de le lire, ni de le regarder. » Pauvre homme, il pleurait à chaudes larmes de voir que personne n’était qualifié, non seulement de l’ouvrir, mais même de le regarder !

Jetons un coup d’œil autour de nous. Aucun leader, aujourd’hui, n’a la moindre idée à savoir comment résoudre les problèmes qui s’accumulent, divisent l’humanité, et qui empêchent les individus de « s’aimer les uns les autres ». Non seulement n’ont-ils pas de solutions aux difficultés, mais dans la majorité des cas, ils travaillent à perpétuer ces problèmes. Ce sont des hommes tellement orgueilleux, qu’ils agissent en véritables dictateurs, surtout dans les pays que nous considérons encore comme des démocraties. Ces dirigeants sont devenus insensibles aux misères des peuples qui les ont pourtant élus pour bien les diriger. Ce sont des aveugles qui s’entourent de conseillers sourds, ne visant qu’à introduire leur Nouvel Ordre Mondial, qui asservira bientôt le monde entier dans une dictature jamais connue auparavant dans l’histoire de l’humanité.

Mais surprise ! Jean apprend soudainement que le problème est déjà résolu ! Verset 5 : « Et l’un des Anciens me dit : Ne pleure point ; voici, le lion, qui est de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et en délier les sept sceaux. » Le « lion de la tribu de Juda » et « le rejeton de David » sont deux titres juifs. Ils font référence aux prophéties de l’Ancien Testament qui prédisaient qu’un descendant de la tribu de Juda, et de la famille de David, régnerait un jour sur la terre entière pour apporter une solution à ses problèmes ! « Le sceptre [royauté] ne s’écartera point de Juda, ni le bâton de législateur d’entre ses pieds, jusqu’à ce que vienne le Silo [repos, pacificateur] ; à Lui, l’obéissance des peuples ! » (Genèse 49:10). « En ce jour-là le rejeton d’Isaï [père de David], sera comme un étendard dressé pour les peuples ; les nations se tourneront vers Lui, et Sa demeure sera glorieuse. » (Ésaïe 11:10).

Jésus, lors de Son retour, est destiné à être le Roi des rois de toutesles nations de la terre. Lorsque Jésus fut crucifié Ponce Pilate avait inscrit ces paroles au sommet de la croix sur laquelle Jésus-Christ fut supplicié : « Iesus Nazarenus rex Iudaeorum ». Il s’agit vous le savez bien, de la langue maternelle de Ponce Pilate.  Or, tout latiniste vous confirmera que la traduction correcte du latin « Iesus Nazarenus rex Iudaeorum », nous donne : « Jésus le Nazarénien, chef souverain des Judéens ». Il n’y a pas le moindre désaccord sur ce sujet parmi tous les spécialistes. Il faut néanmoins comprendre que c’est par esprit de dérision, que Ponce Pilate avait donné l’ordre de rédiger une telle inscription. Sur le point d’autoriser la crucifixion de notre Seigneur, Ponce Pilate voulut également se moquer de Lui.

Ponce Pilate savait pertinemment bien que Jésus-Christ avait été dénoncé, bafoué, puis renié par les dirigeants de la Judée qui, par la suite, tordirent même le chronique de Sa résurrection. Lorsque Marie de Magdala et l’autre Marie vinrent pour voir le sépulcre, un ange leur annonça que Jésus était ressuscité. Alors, elles sortirent promptement du sépulcre, avec crainte et avec une grande joie, et elles coururent l’annoncer à Ses disciples.

Mais examinons bien ce qui s’ensuit : « Quand elles furent parties, quelques-uns de ceux de la garde vinrent à la ville et rapportèrent aux principaux sacrificateurs tout ce qui était arrivé. Alors ils s’assemblèrent avec les anciens, et après qu’ils eurent délibéré, ils donnèrent une bonne somme d’argent aux soldats, et ils leur dirent : Dites : Ses disciples sont venus de nuit, et ont dérobé son corps pendant que nous dormions. Et si cela vient à la connaissance du gouverneur, nous le gagnerons et nous vous tirerons de peine. Et les soldats, ayant pris l’argent, firent selon qu’ils avaient été instruits; et ce bruit a couru parmi les Juifs jusqu’à aujourd’hui » (Matthieu 28:11-15).

Nous savons également bien que le « chef souverain » des Judéens, à l’époque où cette inscription fut placée sur la croix, n’était autre que Ponce Pilate lui-même ! Alors, il ne faut pas lire dans cette inscription ironique que Ponce Pilate raisonnait réellement que Jésus-Christ était « le chef souverain des Judéens » qui devait le remplacer. Une pareille interprétation est absolument inconcevable. La Bible nous indique cependant clairement que Jésus, par la résurrection, triompherait de la mort ! Voilà ce qui enrage Ses ennemis encore de nos jours. Peu importe, car lors de Son second avènement Jésus sera le Souverain Chef de la terre entière.

Dire que, de nos jours, certains professeurs de théologie (pas de simples théologiens, mais les professeurs qui enseignent à ceux qui veulent devenir théologiens !) nous affirment que la résurrection de Jésus n’est pas vraie et n’a jamais eu lieue ! Sa résurrection n’existe que dans l’esprit de Ses fidèles ! Elle n’est que spirituelle ! Voilà ce que l’on enseigne sur Jésus dans les universités du monde, à l’heure actuelle ! Et pour ce qui est de Sa divinité, oubliez ça, nous disent ces « experts » bardés de leurs doctorats ! Pendant ce temps, Satan travaille avec acharnement à inciter les gens à s’engager dans toutes sortes de religions afin de se retrouver et découvrir leur vrai potentiel humain. Jadis, Satan avait déclaré ceci à Eve : « Mais Dieu sait qu’au jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal » (Genèse 3:5). Vous avez ici la nouvelle orientation religieuse fortement suggérée aux nouveaux disciples qui aspirent à la divinité.

Cet enseignement, dont les origines ont pris naissance dans le jardin d’Éden, fut ensuite propagé par le Talmud babylonien anti-chrétien. De nos jours, c’est le Nouvel Âge qui en a pris la relève, et il s’est infiltré partout. On nous dit qu’en effet Dieu travaillait avec Jésus, mais qu’Il était seulement habité du Saint-Esprit comme vous et moi pouvons l’être ! Voilà la nouvelle connaissance théologique véhiculée par cette nouvelle élite ! Ces hommes affirment avec certitude que même les Évangiles n’ont pas été écrits par ceux dont ils portent le nom ! C’est fort, ça ! Selon eux, ce sont des disciples qui les auraient écrits après la destruction du temple qui a eu lieu en l’an 70 ! À croire, d’après eux, que Dieu aurait perdu le contrôle de Ses Écritures, au contraire de ce qu’Il avait promis. Heureusement que certains chrétiens furent doués d’une mémoire phénoménale, pour se souvenir exactement de tout ce que Jésus avait prêché, et ainsi ces disciples ont pu préserver ce qui constitue présentement les quatre Évangiles dans le Nouveau Testament. Et dire que le monde est en admiration devant toute cette « sagesse » purement humaine…

Les Saintes Écritures nous disent que le Messie allait être Celui qui triompherait de la mort par la résurrection. Il serait le Sauveur de l’humanité, et Celui qui viendrait établir le Royaume de Dieu sur cette terre. N’est-ce pas ce que nous avons vu, tantôt, à propos de la septième trompette qui sonnera ? Mais quand Jean se tourne pour voir ce lion conquérant de la tribu de Juda, il voit un pauvre Agneau immolé, au verset 6 : « Et je regardai, et voici au milieu du trône et des quatre animaux, et au milieu des Anciens, un Agneau était là comme immolé ; il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu, envoyés par toute la terre. » Donc, il s’attend à voir un lion, mais voit plutôt un Agneau avec toutes Ses blessures mortelles. Saviez-vous que ces blessures sont toujours visibles sur le corps glorifié de Jésus ? Et elles le seront pour l’éternité comme le signe incontestable identifiant notre Rédempteur ressuscité ! Vous souvenez-vous comment Il avait montré Ses blessures à Thomas pour le convaincre qu’Il était vraiment ressuscité ? (Jean 20:27). Je ne sais pas si les gens qui nient la résurrection de Christ étudient la Bible, ou si seulement ils l’enseignent selon leur propre interprétation sans l’étudier.

Mais dans ces deux symboles — le Lion de Juda et l’Agneau immolé — Jean voit l’union de deux thèmes qui traversent la Bible entière, dans les deux Testaments, l’Ancien et le Nouveau. Le lion est le symbole de la majesté, de la puissance, de la royauté et de l’autorité. Le lion est conquérant, tandis que l’agneau se soumet. Le lion rugit, l’agneau meurt. Ces deux symboles nous identifient alors Jésus comme Celui qui a vaincu par la soumission. Ces symboles font aussi le lien entre les promesses de Dieu à Israël et l’appel au salut par Son Église. Tout au long de la Bible, Dieu a promis toutes sortes de bénédictions à Israël, en commençant avec Abraham, à qui il dit : « Je te ferai devenir une grande nation, et je te bénirai, et je rendrai ton nom grand, et tu seras une bénédiction … et toutes les familles de la terre seront bénies en toi » (Genèse 12:2-3).

Toutes les promesses faites aux nations de la terre devaient passer par Abraham au travers d’Isaac et Jacob, qui est devenu Israël. Et ces promesses, physiques comme spirituelles, sont toujours là, mais en attente, pour le moment. Nous semblons oublier qu’avant de bénir spirituellement (salut), Dieu commence d’abord par bénir physiquement. Selon la promesse de Dieu à Abram, il n’y a pas de bénédiction physique possible pour les autres nations tant et aussi longtemps qu’Israël ne recevra pas sa bénédiction physique qui, jusqu’à ce jour, n’a pas encore été réalisée. Toutefois, suite à son endurcissement, Dieu a ouvert la porte du salut aux païens aussi.

Ce que Dieu prépare depuis la fondation de l’Église par Jésus, ce sont les prémices de Son Royaume à venir, Ses élus. Parmi ces prémices élues, se trouvent des Hébreux et des Gentils qui se sont convertis à Christ. Pas à toutes sortes de dieux mais à Christ, et j’insiste là-dessus. Car « il n’y a de salut en aucun autre ; car sous le ciel il n’y a pas un autre nom, qui ait été donné aux hommes, par lequel nous devons être sauvés » (Actes 4:12). Ne cherchez pas un autre Sauveur que Jésus. Ceux qui refusent de croire cela devront un jour l’apprendre. Pour le moment, beaucoup sont appelés au salut, mais peu sont ÉLUS pour régner avec Christ.

Ce n’est qu’après l’avènement de Jésus que toutes les Nations sur lesquelles les élus vont régner seront enseignées dans la vérité divine. Durant le millénium, ces nations, composées d’Hébreux comme de Gentils, seront faites d’êtres physiques et seront bénies physiquement. Ces bénédictions ne seront pas à l’image de ce qui se passe aujourd’hui où moins de 10 % des humains contrôlent 80 % des richesses terrestres, mais plutôt un temps où les bénédictions seront distribuées également. C’est durant cette période que la connaissance de Dieu remplira la terre, comme l’eau remplit le fond des mers. Dans une pareille atmosphère de bénédictions physiques, avec Satan et ses démons scellés dans l’abîme pendant mille années, l’enseignement de la Parole de Dieu sera bien reçu et les gens se convertiront en très grand nombre. La récolte sera assurément volumineuse dans l’Église de Christ.

Dans Romains 11:25, regardons comment Paul nous explique ceci clairement, en s’adressant aux chrétiens romains convertis, mais anciens païens. « Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne soyez pas sages à vos propres yeux ; c’est qu’une partie d’Israël est tombée dans l’endurcissement, jusqu’à ce que toute la multitude des Gentils soit entrée dans l’Église. 26Et ainsi tout Israël sera sauvé. » Il est question ici de salut, par l’Église de Christ, vers l’immortalité où, pour le moment, « beaucoup sont appelés mais peu sont Élus, » nous dit Jésus, dans Matthieu 22:14. Donc, cette multitude de Gentils qui doit entrer dans l’Église est un évènement futur, qui va surprendre le monde entier. Revenons cependant aux Juifs.

Les Juifs, lors du premier avènement de leur Messie, ont rejeté Jésus comme Sauveur. « Il est venu chez les siens ; et les siens ne l’ont point reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné le droit d’être faits enfants de Dieu, savoir, à ceux qui croient en son nom, qui ne sont point nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu » (Jean 1:11-13). Alors, Dieu a ouvert la porte du salut aux païens au travers de l’Église que Jésus est venu fonder. Dans Romains 11:15, en parlant d’Israël, Paul dit : « Car si leur rejet [temporaire] a été la réconciliation du monde, que sera leur rappel, sinon une résurrection des morts ? » Lors de leur conversion, l’immortalité leur sera aussi assurée, comme à tous les Gentils, et ils réaliseront enfin que la seule façon de faire partie du Royaume de Dieu sera par une conversion à Christ.

Au fur et à mesure que ce parchemin sera ouvert, Jésus, descendant d’Abraham par qui toutes les familles de la terre seront bénies, nous révélera le processus par lequel Dieu va sauver l’humanité, afin qu’au travers de l’Eglise, toutes les nations de la terre reçoivent leur bénédiction spirituelle aussi, exactement comme les prophètes l’avaient prédit. Ce que Jean va voir dans cette vision, c’est la restauration finale d’Israël, pas comme une nation physique, mais cette fois comme une nation glorifiée, convertie et devenue immortelle, à laquelle seront entés ou greffés tous les individus des autres nations de la terre qui se convertiront à Christ. Cette nation spirituelle est déjà en formation par l’Église que Christ est venu fonder, et elle porte le nom : « Israël de Dieu » (Galates 6:16). Au retour de Jésus, de cette Israël de Dieu sortiront, dans la Première Résurrection, les Élus éternels et immortels qui dirigeront toutes ces nations. Nous allons y revenir avec beaucoup plus de détails vers la fin de ce livre de l’Apocalypse.

En tant que Lion de Juda, Jésus va régner sur toute la terre avec une verge de fer. Il va falloir un jour, et une fois pour toutes, mettre fin à toute cette ânerie monstre que l’on appelle la guerre ! Les hommes disent : « Si tu veux avoir la paix, prépare la guerre ! » Regardez ce qui est écrit dans Psaume 2:4 : « Celui qui est assis dans les cieux s’en rira… » De quoi ?Et bien justement de ces hommes qui disent « si tu veux avoir la paix, prépare la guerre » ! « Le Seigneur se moquera d’eux. » Dieu les regarde calmement et Il rit. Verset 1 : « Pourquoi ce tumulte parmi les nations ? Et pourquoi les peuples projettent-ils des choses vaines ? 2Les rois de la terre se sont levés, et les princes se sont concertés ensemble contre l’Éternel et contre son Oint. » Sont-ils bloqués entre les oreilles ? Pourquoi ne peuvent-ils pas comprendre ? Verset 6 : « Et moi, dira-t-il, j’ai sacré mon roi, sur Sion, ma montagne sainte. » Et, en S’adressant à Son Oint, Jésus, au verset 9 : « Tu les briseras avec un sceptre de fer, tu les mettras en pièces comme un vase de potier. » Voilà, mes chers amis, comment la guerre, sur cette terre, sera finalement abolie. C’est à Jérusalem, sur la colline nommée Sion, que Jésus va régner comme le Lion de Juda. Et les orgueilleux seront humiliés.

Mais pour les faibles et les humbles ayant besoin de Son secours, Jésus a aussi prouvé qu’Il était le Sauveur. Alors, ce Lion est aussi un Agneau ! L’Agneau de Dieu est rempli de miséricorde et de grâce pour ceux qui veulent obéir. À ces individus : « Jésus leur dit : Je suis la résurrection et la vie ; celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. Et quiconque vit et croit en moi, ne mourra jamais » (Jean 11:25-26). « Je suis le chemin, la vérité et la vie ; personne ne vient au Père que par moi » (Jean 14:6). Il y a donc une éternité glorieuse dans l’immortalité offerte gratuitement aux serviteurs de Jésus. Mais pour ceux qui veulent demeurer rebelles et qui voudront le défier, attention : l’Agneau est aussi un Lion !

Apocalypse 5:6, dans la deuxième partie du verset, Jean note que l’Agneau a sept cornes. Dans les Écritures, les cornes sont des symboles de puissance et d’autorité. Le chiffre sept, ici, représente la plénitude ou la toute-puissance de Christ. Suite à Sa mort pour nous, Jésus pouvait avec assurance certifier : « Toute puissance m’a été donnée dans le ciel et sur la terre » (Matthieu 28:18). C’est pour cela que Jésus peut sauver parfaitement tous ceux qui s’approchent de Dieu par Lui, car, étant toujours vivant, Il peut intercéder en leur faveur. C’est ce que l’on voit dans Hébreux 7:25.

Cet Agneau a également sept yeux, identifiés comme les sept esprits de Dieu. Ces sept esprits ont été expliqués dès le premier message, si vous vous souvenez, comme étant le symbole du Saint-Esprit dans toute Sa plénitude et Sa façon de fonctionner. Nous avons utilisé Ésaïe 11:2 pour l’expliquer. Nous savons que Jésus avait le Saint-Esprit sans limite. Jean nous le dit dans Jean 3:34. Les yeux nous indiquent alors l’intelligence, la vision et le discernement de Jésus ; et « sept yeux » égale plénitude, donc, on ne peut rien Lui cacher, Il voit tout. Seul Jésus possède cette connaissance et cette compréhension parfaite de tous les évènements majeurs qui ont eu lieu sur cette terre durant toute l’histoire humaine.

Sachant cela, nous pouvons mieux comprendre, maintenant, ce que Jean a déclaré dans Jean 2:25, quand il a dit que Jésus « n’avait pas besoin qu’on lui rendit témoignage d’aucun homme, car il savait de lui-même ce qui était dans l’homme. » Jésus voit directement au cœur, alors Il comprend parfaitement ce qui se passe dans chaque être humain. En tant que ses serviteurs nous n’avons pas à craindre d’aller vers Lui dans nos moments de tristesse et de souffrance. « Car nous n’avons pas un souverain Sacrificateur qui ne puisse compatir à nos infirmités, au contraire, il a été éprouvé en toutes choses, comme nous, mais sans péché. Allons donc avec confiance au trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans le temps convenable » (Hébreux 4:15-16).

Revenons présentement dans Apocalypse 5:7 : « Et il vint, et prit le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône. » Seul Jésus était digne de prendre ce parchemin. Lui seul connaît la solution à tous les problèmes que ce livre va nous dévoiler. Lui seul connaît parfaitement l’humanité, pour être digne d’ouvrir les sceaux. Regardons maintenant ce qui se passe au verset 8 : « Et quand il eut pris le livre, les quatre animaux et les vingt-quatre Anciens se prosternèrent devant l’Agneau, ayant chacun des harpes et des coupes d’or pleines de parfums, lesquels sont les prières des Saints. 9Et ils chantaient un cantique nouveau, disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu nous as rachetés à Dieu par ton sang, de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation, 10Et tu nous as faits rois et sacrificateurs à notre Dieu ; et nous régnerons sur la terre. »

Quelle belle louange à Jésus ! Pour un instant, imaginez les quatre animaux et les vingt-quatre Anciens qui observent le déroulement de l’histoire humaine depuis ses débuts. Chacun tient une harpe et des coupes de parfums qui symbolisent les prières des Saints qui sont d’une fragrance agréable aux narines de Dieu. Et l’Agneau immolé, Jésus, est au centre de leur adoration. La harpe, dans les Écritures, symbolise la musique de la création entière, pas juste la musique pour les êtres humains, mais la création entière. On peut voir à plusieurs endroits dans la Bible que les créatures vivantes ne seront pas les seules à adorer Dieu pour Son amour et Sa Rédemption. La création entière, i.e., les rochers, les arbres, les montagnes, les collines, les mers et les rivières, tout ce qui existe Lui rendra gloire ! Il y a beaucoup de références à cela, surtout dans les Psaumes.

Tout comme les cordes d’une harpe vibrent en harmonie au toucher des mains expertes d’un artiste doué, ainsi la création entière vibrera un jour dans cette adoration harmonieuse de Dieu, et ainsi chaque élément de cette création accomplira le but pour lequel Dieu l’avait créé. Les Anciens présentent aussi à Jésus les prières des Saints. C’est intéressant de constater que ces anges nous observent et ils voient que nous, qui sommes sauvés, nous continuons, par nos prières, à contribuer au travail de la Rédemption. Nous ne pouvons pas poser le fondement, car Jésus l’a déjà parfaitement posé, mais nous participons, par nos prières et les œuvres que Dieu a préparées pour nous, à son application directe sur d’autres gens qui ne sont pas encore convertis.

Dans 1 Timothée 2:1, Paul nous exhorte : « …avant toute chose, qu’on fasse des requêtes, des prières, des supplications et des actions de grâces pour tous les hommes. » Pourquoi ? Parce que notre Sauveur : « veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » (v. 4). Voilà ce que les prières peuvent faire. Si nous nous soucions du salut des autres, qui ne sont pas encore convertis, et que nous prions pour eux, nous rendons possible l’application de ce travail de Rédemption dans le cœur de ces personnes. Cela devrait nous encourager à penser aux autres dans nos prières, car la prière est toute-puissante aux yeux de Dieu. Ceux et celles qui font partie d’un ministère de prière, vous ne réalisez pas jusqu’à quel point vous êtes importants, car vous faites partie de ce programme de Dieu pour la Rédemption de l’humanité. Il faut prier régulièrement, mais surtout pour les autres.

Dans Apocalypse 5:9, Jean nous dit que les Anciens entendent un cantique nouveau dans les prières de ces Saints. Imaginez que ces anges sont en train d’entendre chanter un cantique à Christ, pour exprimer une sensation qu’ils n’ont jamais ressentie. Ce cantique est nouveau pour ces anges, car ils n’ont jamais connu la Rédemption, n’ayant  jamais été convertis. Il serait bon de nous rappeler ici, que les anges ont été créés esprits et non physiques. Après leur création, ils n’avaient qu’un choix à faire pour compléter leur caractère. Soit d’obéir ou de désobéir à Dieu. Ceux qui ont choisi d’obéir sont toujours identifiés comme des anges de Dieu. On peut les voir dans Daniel 7:10, soit qu’ils servent Dieu, ou ils se tiennent près de Dieu en attendant Ses instructions.

Ceux qui ont désobéi et qui ont suivi Satan dans sa rébellion contre Dieu, sont devenus des démons qui attendent toujours le jour de leur jugement. Oh, ces démons croient toujours que Dieu existe, et ils en tremblent (Jacques 2:19) ! Saviez-vous qu’il existe, aujourd’hui, au moins une église « chrétienne » où chaque membre se fait baptiser dans le but de vivre une vie exemplaire aux yeux de Dieu, afin de sauver un ange déchu de son jugement éternel ? Pourtant Jésus nous a dit qu’il y a un « feu éternel, préparé au diable et à SES ANGES » (Matthieu 25:41). Si seulement ces « chrétiens » voilés pouvaient comprendre comment « Satan est celui qui séduit tout le monde »,particulièrement les religions de ce monde. (Apocalypse 12:9). Je doute malgré cela que ce soit pour bientôt, car cette dénomination est extrêmement riche et très juste à ses yeux.

Mais revenons aux anges de Dieu. N’ayant jamais eu à se convertir, ils sont donc obligés d’apprendre comment le processus de la grâce de Dieu est appliqué sur des pécheurs humains. Ils doivent surveiller l’application de cette merveilleuse transformation chez des hommes et des femmes qui, avant leur conversion, étaient rebelles, défiant Dieu en toute chose et n’accomplissant que leur propre volonté. Et là, ils voient Dieu les appeler, leur pardonner, et les réconcilier avec Lui par le sacrifice de Jésus pour les sauver.

Voilà le cantique nouveau qu’ils doivent apprendre en observant les Saints. Alors, pourquoi toute cette réjouissance au ciel ? À cause de la mort de Jésus et le miracle que Sa mort a pu produire. Ça semble bizarre de dire une chose pareille, car les anges connaissaient Son enseignement. Ils étaient au courant de Sa vie pleine de compassion pour les autres. Ils ont souvent vu Ses miracles et la puissance qui accompagnait Son enseignement. Maintenant, apprenant pourquoi Il est mort, ils comprennent aussi le pourquoi de cette merveilleuse louange rendue à Jésus-Christ de la part des saints, ce cantique nouveau.

Quand nous chantons des louanges à Dieu pour notre salut, il est fort possible que les anges ferment les ailes en signe d’humilité, car ils n’ont jamais connu ni la joie, ni cette sensation que le salut nous a fait ressentir lors de notre baptême. Avons-nous déjà pris le temps de méditer là-dessus ? Ce qui impressionne ces anges, c’est que la Parole de Dieu a consenti à s’humilier et S’est faite Agneau, pour être immolée et ainsi, par Son sang, Elle a racheté des hommes et des femmes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation, afin de régner, un jour dans Son Royaume. C’est d’ailleurs ce que nous apprenons dans l’exhortation de Paul quand il nous déclare : « Ayez en vous les mêmes sentiments que Jésus-Christ, lequel étant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à saisir [à s’accrocher] d’être égal à Dieu ; mais il s’est dépouillé lui-même [de Sa toute-puissance], ayant [temporairement] pris la forme de serviteur, devenant semblable aux hommes ; et, revêtu de la figure d’homme, il s’est abaissé lui-même, en se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix » (Philippiens 2:5-8). Seul un Dieu d’amour pouvait consentir à une chose pareille.

Un chrétien ne devrait jamais prendre la Pâque sans méditer sur les paroles de 1 Pierre 1:18. Regardez ce que Pierre nous exprime : « Sachant que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, non par des choses périssables, comme l’argent et l’or, 19Mais par un précieux sang, comme d’un Agneau sans défaut et sans tache, 20Christ, destiné déjà avant la création du monde, et manifesté dans les derniers temps à cause de vous. » Et tout cela pour faire de nous un Royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu afin de régner un jour sur cette terre.

Nous, qui méritions la mort, avons reçu la vie au prix du sang de Jésus. Voilà pourquoi ce nouveau cantique. Le vieux cantique que ces anges chantaient glorifiait la création de Dieu. Ce nouveau cantique glorifie Son plan de Rédemption. Jésus nous a sortis de la boue pour nous installer sur le Roc. Par Sa mort sur la croix, Il a effacé notre indignité afin de nous couvrir de Sa dignité et de Son amour. Et à ceux qui sont prêts à persévérer jusqu’à la fin Jésus dit ceci : « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et suis assis avec mon Père sur son trône » (Apocalypse 3:21).

Dans Apocalypse 5:11, voilà pourquoi, dans toute cette joie au ciel, nous en voyons d’autres se joindre à la fête ! Jean nous déclare : « Puis je regardai, et j’entendis la voix de plusieurs anges autour du trône et des animaux et des Anciens ; et leur nombre était de plusieurs millions. » C’était toute une réjouissance ! Verset 12 : « Ils disaient à haute voix : L’Agneau qui a été immolé, est digne de recevoir puissance, et richesse, et sagesse, et force, et honneur, et gloire, et louange. » Sept belles confirmations de Sa dignité ! Verset 13 : « J’entendis aussi toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, et sous la terre, et dans la mer, et toutes les choses qui y sont, qui disaient : À celui qui est assis sur le trône, et à l’Agneau soient la louange, et l’honneur, et la gloire, et la force aux siècles des siècles. »

Vous remarquerez que c’est le même scénario qui est présenté par Paul au sujet de l’Agneau immolé, dans sa lettre aux Philippiens (2:5-11), quand il leur dit : « …que Jésus-Christ, 6Lequel étant en forme de Dieu, n’a pas regardé comme une proie à saisir d’être égal à Dieu ; 7Mais il s’est dépouillé lui-même… » de la puissance qu’Il possédait. Pas de Sa divinité, mais bien de Sa toute-puissance ! Nous n’avons pas été sauvés par un simple homme, nous sommes sauvés par Dieu qui S’est fait homme. Dieu dans la chair ! La Parole de Dieu S’est dépouillée de Sa toute-puissance pour prendre « la forme de serviteur, devenant semblable aux hommes, » sans puissance, « 8Et, revêtu de la figure d’homme, il s’est abaissé lui-même, en se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. » Mais, parce qu’Il a été obéissant jusqu’à la mort, « 9C’est pourquoi aussi, Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom. » Il est le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs, « 10Afin qu’au nom de Jésus, tout ce qui est dans les cieux, et sur la terre, et sous la terre, fléchisse le genou, 11Et que toute langue confesse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » Dieu glorifié dans une chair humaine.Comme c’est clair !

Avant Son ascension au ciel, Jésus n’a pas été obligé de convaincre Ses apôtres de Sa divinité. Tous savaient qu’Il était Dieu dans la chair ! Thomas le Lui avait confirmé quand il a dit « Mon Seigneur et mon Dieu ! » (Jean 20:28) lorsqu’il a vu les trous dans Ses mains et Ses pieds, confirmant ainsi Sa résurrection, et Sa victoire sur la mort. Alors, quand Jésus leur a dit que tout pouvoir Lui avait été donné au ciel et sur la terre (Matthieu 28:18), Il a simplement confirmé qu’Il avait repris tout le pouvoir qu’Il possédait avant de venir sur cette terre, alors que la Parole de Dieu existait en forme de Dieu, égal à Dieu depuis l’éternité. C’est cela que Paul nous explique dans Philippiens 2:6-11.

Quel est donc le plan de Dieu ? Simplement d’amener l’humanité entière au salut et à l’adoration de son Rédempteur, Jésus ! Aussi fondamental que cela. Par malheur, la grande majorité des êtres humains ne paraissent pas vouloir comprendre que vivre dans des illusions ne peut pas procurer le bonheur. C’est essentiellement pour cette raison que la troisième division de l’Apocalypse devra s’accomplir, afin de ramener l’humanité hors de ses illusions et vers la réalité de Dieu. Les sept sceaux vont clairement nous décrire le processus qui sera utilisé.

Il n’y a que deux voies disponibles pour chaque être humain. Soit de dire : « Je suis dieu et je veux faire ma volonté », et Dieu sait s’ils sont nombreux ceux qui pensent ainsi de nos jours ; à celui-là, Jésus répondra : « Que ta volonté soit faite. » Ce sont ceux qui devront passer par la tribulation et que Jésus appelle « les habitants de la terre ». Inscrivez cette expression, car elle apparaît six fois dans l’Apocalypse, et chaque fois pour identifier les rebelles, qui devront apprendre qu’on ne pourra pas passer l’éternité à ne faire que sa propre volonté. Cela ne marche pas et ne pourra jamais marcher !

Ensuite, vous avez ceux qui ont choisi la voie de Dieu, ceux qui ont dit : « J’accepte Ton sacrifice de Rédemption, Seigneur ! Merci de m’avoir réconcilié avec le Père. Merci pour ce bonheur de faire partie de Ton Royaume ! » Ces serviteurs de Christ seront divinement protégés au travers de cette même tribulation. Ces convertis seront également parmi les Élus du Royaume au retour de Jésus.

Il y a une chose qui demeure certaine : toute cette confusion cessera, un jour, grâce à Jésus qui tient la clé de la solution humaine dans Sa main. C’est pour cette raison que Lui seul était digne d’ouvrir les sept sceaux de ce parchemin. Seul Jésus connaît la solution à tous ces problèmes, que cette multitude de faux messies ont créés au fil des siècles, tout en s’imaginant pouvoir régler les problèmes du monde. Tous ces hommes ont lamentablement échoué dans leur futilité à établir un gouvernement mondial dans la paix. Et le dernier essai à imposer le Nouvel Ordre Mondial que les puissants de ce monde tenteront de nous faire avaler sera le plus grand échec de toutes leurs créations diaboliques, car il ne subsistera que trois ans et demi. « Et dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit ; et ce royaume ne passera point à un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement » (Daniel 2:44).

Donc, Jésus Lui-même ouvrira les sceaux, pour nous dévoiler le contenu entier de ce qu’Il viendra Lui-même corriger et solutionner lors de Son retour, si bien prédit par Son serviteur Daniel. À cette merveilleuse nouvelle, au verset 14 d’Apocalypse 5, tout heureux, les quatre animaux disent : « Amen, » c’est-à-dire, enfin il en sera ainsi ! « Et les vingt-quatre Anciens se prosternèrent et adorèrent celui qui vit aux siècles des siècles. »

Quand nous méditons sur la croix de Jésus et sur le corps mourant de Celui qui a souffert pour nos péchés, alors que Lui était sans péché, comment ne pas Lui rendre gloire avec un cœur ému et contrit ! Car, indignes que nous étions, grâce à Son sacrifice, Jésus nous a couverts de Son amour, de Sa dignité, de Sa fidélité, mais surtout de Sa Rédemption.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , , , , ,