D.011 – Les Saints Martyrs et les 144 000

image_pdfimage_print

 

Apocalypse 6:9-17 à 7:1-17

Par Joseph Sakala

Veuillez, s’il vous plaît, vous reporter avec moi dans 1 Corinthiens 2, au verset 9, où Paul nous dit que les humains en général ne voient pas et ne comprennent pas les choses que Dieu a préparées pour ceux qu’Il aime. Mais, au verset 10, il nous déclare que Dieu nous les a révélées par l’Esprit, car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Demandons au Saint-Esprit d’éclairer chacun de nous dans notre lecture, pour bien comprendre la profondeur de ce que Jésus veut nous révéler. Qu’Il ouvre notre esprit à Sa Parole, et à Sa Parole seulement. Que Sa révélation soit alors pour nous une manifestation de l’amour de Dieu et non de Sa colère.

Dans cette vision qu’il avait reçue sur l’île de Patmos, Jean regarde alors que Jésus S’apprête à ouvrir le cinquième sceau du parchemin. Apocalypse 6:9 :

« Quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la Parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. »

Vous noterez que Jean ne voit pas tous les chrétiens qui sont morts en Christ. Jésus ne lui en montre qu’une partie, c’est-à-dire ceux qui ont été immolés ou martyrisés à cause de leur témoignage. Et nous allons voir pourquoi. Jean, dans les années 90, voit toute l’histoire future se dérouler devant ses yeux. Et dans cette vision, tout se passe au présent. Cependant, dans cette prophétie, nous sommes rendus dans la tribulation, au cinquième sceau. C’est comme s’il y avait une pause, ici, pour nous montrer les ravages que l’esprit de l’Antichrist avait déjà fait contre certains chrétiens par le passé.

Satan a toujours animé ceux qui s’opposaient à Jésus, en les incitant à tourmenter et même à martyriser Ses serviteurs. Et, tout au long des siècles, plusieurs chrétiens ont dû subir le martyre parce qu’ils refusaient de renier Jésus. Ces ravages ont été déclenchés dès les débuts de l’Église. Mais, plus on en martyrisait, plus les survivants devenaient spirituellement forts, et prenaient la relève pour prêcher la bonne nouvelle du Royaume. C’est ainsi que personne n’a jamais pu mettre fin à cette Église que Jésus avait fondée, tout comme Il l’avait Lui-même prophétisé dans Matthieu 16:18.

Nous n’apprendrons rien de nouveau à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire en vous déclarant que c’est par l’Église catholique que l’on a créé la plus grosse « machine » à persécution. En effet, en 1215, Innocent III organisa l’Inquisition, lors du Concile de Latran. En 1231, Grégoire IX institua formellement le Tribunal inquisitorialInquisitio Haereticae Pravitatis. En 1252, Innocent IV autorisa expressément l’emploi de la torture. Le juif marrane Thomas de Torquemada (1420-1498), dominicain espagnol et grand inquisiteur général pour toute l’Espagne, fut le plus célèbre despote de cette organisation. L’Inquisition aurait massacré de 50 à 100 millions de personnes au fil des siècles. Mais saviez-vous que l’Inquisition existe toujours de nos jours parce qu’elle n’a jamais été abolie ? Son nom a simplement été changé, mais pas sa fonction. En 1908, on lui fit porter le nom de « Saint Office », puis en 1965, elle est devenue la « Congrégation pour la Doctrine de la Foi ». Comme par hasard, le pape actuel, Benoît XVI, avant d’entreprendre son pontificat, était le dirigeant de cette Congrégation inquisitoriale !

À l’heure actuelle, plusieurs personnes dans le monde se tournent vers Jésus et se convertissent au christianisme. Mais ces nouveaux chrétiens sont souvent persécutés et même martyrisés, parce que les gouvernements de ces pays n’acceptent pas le christianisme. En Chine, en Iran, au Pakistan, au Soudan, en Arabie Saoudite, en Indonésie, en Corée du nord, au Nigeria, en Égypte et en Libye, ce n’est pas de tout repos que de parler de Jésus. Ces chrétiens vivent une persécution continuelle dans la crainte d’être dénoncés. Quand ils le sont, plusieurs sont torturés, et même martyrisés. Et nous ne sommes même pas rendus à la grande tribulation finale annoncée dans ce livre.

Ce ne sont pas tant les gouvernements séculiers que les puissances talmudistes influençant les dirigeants de ces pays qui sont les éminents responsables de cette persécution inlassable contre les chrétiens. Partout où cela leur est possible, la Bible et la doctrine véritable sont combattues. La vaste majorité des conflits armés furent carrément des guerres religieuses qui avaient, pour fond de toile principal, l’éradication de ces « hérétiques ». C’était vrai dans les siècles passés et demeure toujours vrai aujourd’hui. On en trouve la raison au cœur même du Talmud que les Juifs vénèrent plus que la Bible. Dans ce livre, de nombreux passages méprisants commandent la mort des chrétiens et l’abolition du culte rendu au Christ-Jésus ! Rien d’étonnant que les Juifs, galvanisés par ces versets sataniques, aient fait la guerre aux enfants de Dieu par tous les moyens que Satan a mis à leur disposition.

La plus grande attaque inquisitoriale est réservée pour la toute fin des temps, où ceux qui se convertiront à Christ seront encore pourchassés avec une grande colère, car il ne restera que peu de temps à Satan. Dans Apocalypse 12:17, nous lisons : « Le dragon s’irrita contre la femme [l’Église], et s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, qui gardent les commandements de Dieu, et qui ont le témoignage de Jésus-Christ. » Également dans Apocalypse 13:7, nous lisons : « Il lui fut aussi donné [à l’Antichrist] de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné puissance sur toute tribu, langue, et nation. »

Dans les derniers temps prophétiques où les quatre chevaliers seront complètement déchaînés, Jésus nous fait voir tous ces martyrs déjà décédés, bien à l’abri sous l’autel de Dieu. Ils sont sous l’autel, car l’autel symbolise le lieu où ils ont été immolés pour Jésus. Ils sont là, attendant la résurrection pour rejoindre Jésus dans les nuages, lors de Son avènement. Mais au verset 10, Jean les entend plaider avec Dieu. C’est comme si leur sang criait vers Dieu.

« Ils crièrent d’une voix forte en disant : “Jusqu’à quand, Maître saint et véritable, tarderas-tu à juger et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ?” »

C’est comme si ces martyrs demandaient à Jésus : « Combien de temps encore, Seigneur, avant que Tu viennes régler le cas de tous ceux qui ont pris plaisir à répandre notre sang parce que nous avons voulu Te demeurer fidèles jusqu’à la mort ? » Regardons la réaction de Jésus cependant, au verset 11 : « Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux ; et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore… »

Pourquoi et dans quel but ?

« … jusqu’à ce que soit complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux. »

Notez cependant, qu’ils ne montent pas au ciel. Ils reçoivent plutôt une robe blanche, symbole de leur assurance de faire partie de la première Résurrection. Il est alors évident, selon ce verset, qu’il va y avoir un dernier martyre pour parachever ce nombre de convertis qui doivent mourir pour Christ.

Sachez que le martyre est toujours le résultat direct d’une bonne évangélisation, où les gens se convertissent à Christ en dépit des conséquences, étant donné qu’une bonne évangélisation dévoile la VÉRITÉ et dénonce le MENSONGE. C’est ce que nous allons saisir : une évangélisation mondiale, en plein milieu de la tribulation, par des serviteurs de Dieu ! Une évangélisation que l’Antichrist n’acceptera pas du tout. Surtout qu’il voudra, à un moment donné, se proclamer lui-même dieu ! Il décrétera alors une persécution machinale contre tous les convertis, en les martyrisant, s’il le faut, s’ils ne renient pas Jésus.

Mais ceux qui vont évangéliser, ne risquent-ils pas d’être martyrisés aussi ? C’est ici l’extraordinaire miracle promis par Christ que très peu de gens semblent avoir perçu. Pourtant, dans Apocalypse 3, au verset 10, Jésus nous a prédit qu’Il va nous garder durant cette période de tentation qui va venir s’abattre sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre. Pas les serviteurs de Dieu. Les habitants de la terre ! Quand Jésus dit qu’Il va nous garder, Le croyons-nous ?

Puisque Ses serviteurs évangéliseront les habitants de la terre, ils devront être protégés d’une façon toute spéciale, afin de pouvoir terminer leur travail. Mais, par leur prédication, ils vont réveiller une foule immense de gens qui étaient, jusque là, soit des « chrétiens d’églises » ― pas vraiment convertis, ou alors convertis, mais assoupis (l’Église de Laodicée) ― soit des non-croyants confortables dans le système actuel du monde (Jésus appelle ces derniers « les habitants de la terre »). Au risque de me répéter, ce terme apparaît six fois dans l’Apocalypse, et à chaque fois, c’est pour identifier des non-croyants. Pour Dieu, c’est quoi au juste, un non-croyant ? Croire que Dieu existe est très bien, mais même les démons le croient et ils tremblent (Jacques 2:19). Être un croyant, c’est croire ce que Dieu dit, et ensuite décider d’orienter la balance de sa vie sur Sa Parole.

Je ne voudrais offusquer personne, mais je me dois de vous faire remarquer qu’il y a une foule de non-croyants AU SEIN MÊME DES ÉGLISES ! Ce sont des gens qui, ayant un esprit naturellement porté vers le « religieux », se sont confortablement installés dans une douce routine de rituels et de doctrines (en grande partie fausses), sans plus se poser de questions. Ils assistent à la messe ou toute autre sorte de réunion hebdomadaire, chantent quelques cantiques, écoutent un sermon et leur obligation envers Dieu est accomplie pour une autre semaine. Croyant que leur salut est ainsi réglé, parce qu’ils mènent une vie « assez bonne » pour se mériter le ciel, ils ne sont plus disposés à entendre parler de questions qui pourraient s’avérer dérangeantes.

C’est de cette tiédeur qu’une grande foule devra être réveillée et qui composera les martyrs des temps de la fin. Jésus les appelle « les ouvriers de la dernière heure ». Ces gens comprendront enfin que : « Ce n’est pas tout homme qui me dit : Seigneur ! Seigneur ! qui entrera dans le Royaume des cieux, mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 7:21). Il faut, non seulement accepter la mort de Jésus comme la rançon de ses péchés, mais il faut vouloir décider de faire la volonté de Dieu au meilleur de sa capacité, car Dieu nous juge au cœur. En acceptant Jésus de cette façon, ces individus risqueront de perdre leur vie. Car, comme tout au long de l’histoire, l’Antichrist détestera aussi, au point de vouloir les tuer, ces chrétiens devenus bouillants pour la cause de Christ.

Voilà pourquoi les anciens martyrs sous l’autel reçoivent une robe blanche, signe qu’ils sont tous déjà vainqueurs et assurés de faire partie du Royaume. Ensuite, ils se font dire de patienter encore un peu, environ trois ans et demi, jusqu’à ce que soit complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères, qui devront être mis à mort, tout comme eux. Notez qu’ils ne sont pas ressuscités, ils continuent à demeurer sous l’autel.

Au verset 12, maintenant. Jean regarde, alors que Jésus ouvre le sixième sceau :

« Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau ; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre comme lorsqu’un figuier, secoué par un vent violent, jette ses figues vertes »

Nous voyons ici une description vive et colorée d’une situation épouvantable et très chaotique. La nature entière sera complètement bouleversée. Dieu commencera à S’impliquer personnellement dans la situation mondiale. Jésus avait très bien décrit un tel événement futur dans Matthieu 24:29.

« Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. »

Cela avait été prophétisé aussi dans l’Ancien Testament. Voici une prophétie donnée par Dieu à Joël : « Devant eux la terre tremble, les cieux sont ébranlés, le soleil et la lune s’obscurcissent, et les étoiles retirent leur éclat … Le soleil sera changé en ténèbres, et la lune en sang, avant que le grand et terrible jour de l’Éternel vienne » (Joël 2:10, 31).

Nous avons ici la prédiction de Jésus et de Joël de ce sixième sceau, et même plus. Les esprits malins, appelés « les puissances des cieux », seront aussi ébranlés, nous déclare Jésus. Il viendra un temps où la nature entière sera bouleversée par un phénomène cosmique où la terre sera peut-être bombardée par une pluie de météorites, donnant l’impression que les étoiles aussi sont en train de tomber sur la terre.

Il est également question d’un grand tremblement de terre qui, fort possiblement, pressera l’éruption de plusieurs nouveaux volcans, peut-être même de ceux qui n’étaient plus actifs depuis longtemps. Vous rappelez-vous du grand nuage noir qu’avait causé l’éruption du Mont St. Helens, dans l’état de Washington, il y a quelques années de cela ? Imaginez, maintenant, quatre, cinq ou dix de ces volcans en éruption en même temps. Le soleil va certainement s’obscurcir et on ne verra plus la lune, le soir. Ajoutez à ceci les raz de marée et tsunamis causés par ce grand tremblement de terre, ainsi que cette pluie de météorites.

Luc ajoute un détail à ces catastrophes. Il nous déclare que plusieurs mourront de crises cardiaques durant cette période :

« Les hommes rendent l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées. » (Luc 21:26).

Jean nous en décrit les conséquences dans Apocalypse 6:14 :

« Le ciel se retira comme un livre qu’on roule… »

On ne pourra même plus voir le ciel étoilé au travers de cette obscurité causée par la fumée des volcans. C’est comme si le ciel s’était retiré !

« …et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places… »

à cause du grand tremblement de terre. Ce sera assez pour causer des crises cardiaques à plusieurs. Au verset 15, Jean voit une prophétie d’Ésaïe en train de s’accomplir. Dans Ésaïe 2:21, le prophète de Dieu nous a déclaré :

« En ce jour, les hommes entreront dans les fentes des rochers et dans les creux des pierres… »

Pour quelle raison ?

« …Pour éviter la terreur de l’Éternel et l’éclat de sa majesté, quand il se lèvera pour effrayer [ou secouer] la terre. »

Au verset 15 d’Apocalypse 6, Jean nous dit la même chose. Regardez :

« Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. 16Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône et devant la colère de l’Agneau. 17Car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ? »

Ils comprendront confusément que les « prophètes de malheur » prédisant l’apocalypse avaient peut-être raison, après tout. Et ils se croiront perdus. Ces individus penseront, comme certains qui se suicident, que la mort va mettre un terme à leurs problèmes, sans qu’ils aient à en subir les conséquences. Mais il est écrit qu’il est donné aux hommes de ne mourir qu’une seule fois, après quoi vient le jugement (Hébreux 9:27). Non, le suicide ne règle absolument rien. Durant cette période de jugement suivant le Millénium, ces gens seront ressuscités et le comprendront, et je suis convaincu qu’ils vont sûrement s’en repentir. Dieu est bon.

Donc, durant la grande tribulation, la catastrophe sera tellement grande, que ça va vraiment prendre une protection divine pour empêcher qu’elle ne frappe Ses serviteurs. Rappelons-nous que nous sommes rendus, ici dans la prophétie, juste avant l’ouverture du septième sceau et le déclenchement des sept trompettes.

Nous arrivons, maintenant, au fameux chapitre 7 qui semble donner l’impression d’être la suite du chapitre 6, parce que les deux premiers mots sont « Après cela ». N’oublions jamais que ceci est une vision dans laquelle certains événements se suivent dans un ordre chronologique. D’autres, cependant, sont insérés par Jésus, selon Sa volonté, même s’ils ont eu lieu avant ! C’est un peu comme dans un film où le directeur décide de reculer dans le temps (un flash-back, si vous préférez), pour nous dévoiler une scène comportant des détails pertinents, pour ensuite revenir au présent où l’histoire continue son cheminement. Donc, ce que Jean nous dit simplement, c’est que Jésus avait décidé de lui faire voir ce qui suit à ce moment-là ! Alors, il dit : « Après cela ».

Pourtant, nous allons voir que cet événement a eu lieu en quelque part dans la grande tribulation. Quand au juste ? Je ne le sais pas, ce n’est pas spécifié. Ce qui est évident, au verset 1, c’est qu’à un moment donné, quatre anges seront postés aux quatre coins de la terre afin de retenir les quatre vents, pour les empêcher de faire des dégâts sur la terre, dans la mer et aux arbres. Ce sont quatre anges de Dieu et non des démons comme nous verrons au 8ème chapitre. Dans Apocalypse 7:2, Jean voit :

« Un autre ange, qui montait du côté du soleil levant, et qui tenait le sceau du Dieu vivant ; il cria d’une voix forte aux quatre anges, à qui il avait été donné de faire du mal à la terre et à la mer, et il dit : 3Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué d’un sceau le front [de qui ? Regardez bien] des serviteurs de notre Dieu. »

Donc, ceux à qui ce livre est destiné ! Vous verrez cela dès le premier verset (Apocalypse 1:1). Des chrétiens ! Ceux que Jésus reconnaît par l’amour qu’ils ont les uns pour les autres. Ceux à qui Il a promis SA protection personnelle. J’aimerais apporter une précision ici. Avez-vous noté l’expression « marqué d’un sceau » dans ce verset ? Ceci veut dire que, durant cette crise des temps de la fin, les humains seront divisés en deux camps. 1) Les serviteurs de Dieu qui seront marqués du sceau de Dieu pour accomplir Son travail durant la grande tribulation ; 2a) ceux qui sont déjà évangélisés mais qui sont devenus tièdes pour toutes sortes de raisons et qui devront, soit devenir bouillant, soit accepter la marque de la bête ; 2b) ceux qui sont parfaitement bien dans le monde et qui accepteront la marque de la Bête sans contester. Donc, ceux qui porteront la marque de Dieu et ceux qui porteront la marque de la Bête. Cette dernière marque sera très bien expliquée plus loin dans ce livre.

Verset 4 :

« Et j’entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués du sceau, cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus [s’il vous plaît, soulignez le mot « toutes » dans vos Bibles !] des fils d’Israël. »

Mais quel est le lien entre les serviteurs de Dieu et ces fils d’Israël ? Soyez très attentifs à ce qui va suivre. La nation d’Israël est très importante pour Dieu, dans Son plan de salut. Jésus Lui-même a déclaré que le salut vient des Juifs (Jean 4:22). Il faut spécifier ici que le salut vient DES Juifs et non PAR les Juifs, le DES soulignant la provenance. Le salut nous vient par Jésus, le seul nom donné sous le soleil par lequel nous devions être sauvés. Jésus était descendant de la tribu de Juda, de qui devait sortir le Messie. « Le sceptre [royauté] ne s’écartera point de Juda, ni le bâton de législateur d’entre ses pieds, jusqu’à ce que vienne le Silo [repos, pacificateur; à Lui [Jésus], l’obéissance des peuples » (Genèse 49:10). Jésus est venu nous apporter le repos et la paix. Le salut (Jésus) nous est ainsi venu des Juifs.

Donc, ce n’est pas par les Juifs eux-mêmes que l’on obtient le salut. Je mentionne ceci parce que la nuance est très importante. Car une multitude de propagateurs de mouvements pseudo-chrétiens et pro-sionistes sont en train d’arracher des fortunes à leurs fidèles pour les donner aux talmudistes d’Israël. Ils font ces choses dans le faux dessein d’accomplir des prophéties qui ont été fort mal interprétées. N’oublions jamais, cependant, que Dieu a fait une alliance avec Abraham, de qui est issue la nation d’Israël par Jacob. Et Dieu lui avait promis que toutes les nations de la terre seraient bénies au travers de sa descendance (Genèse 35:10-12). « Or, les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit : Et à ses postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs ; mais comme d’une seule : Et à ta postérité, qui est Christ » (Galates 3:16). Donc, cette descendance n’est nulle autre que Jésus, le seul par qui le salut passe.

Matthieu 10:5. Regardez ce qui arrive ici. Jésus envoie Ses douze apôtres, douze Judéens, pour aller prêcher la bonne nouvelle du Royaume. Examinez, maintenant, l’instruction précise qu’Il leur avait donnée.

« N’allez pas vers les païens, et n’entrez pas dans les villes des Samaritains ; 6allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël. »

Matthieu 15:24. Je vous donne bien des versets ; notes-les, car il nous faut vérifier toutes choses. Jésus Lui-même, Celui qui a donné Sa vie pour sauver TOUS les humains, déclare ceci :

« Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. »

Sa préoccupation première était pour Israël, ce peuple de qui Jésus était descendant, et qui, au lieu de l‘accueillir, l’ont carrément rejeté. Ses apôtres devaient s’occuper des païens plus tard, comme on peut voir dans le livre des Actes et dans les épîtres de Paul.

Nous avons appris, dès le premier chapitre d’Apocalypse, qu’une bonne partie de ce livre nous est révélée en symboles. Vous avez donc des déclarations littérales, (i.e. selon le sens strict des mots) et vous avez des déclarations symboliques qui veulent dire autre chose. Là où les gens se mêlent, c’est lorsqu’ils essaient de faire passer leur propre interprétation d’un symbole comme étant la vérité. Doit-on mettre notre confiance dans un homme ? « Nullement ! Mais que Dieu soit reconnu véritable, et tout homme menteur, selon qu’il est écrit : Afin que tu sois trouvé juste dans tes paroles, et que tu gagnes ta cause lorsqu’on te juge » (Romains 3:4). Alors, ces gens enseignent le mensonge sans recourir à la Parole de Dieu pour le prouver. Résultat : la confusion ! Et Satan est content, content !

Le Révélateur de ce livre est Jésus ! Et personne d’autre ! Jésus est la Parole de Dieu, la seule. Alors, s’il vous plaît, vérifions toutes choses. Je pense que je ne le répéterai jamais assez souvent : vérifier toutes choses est primordial pour notre vie spirituelle ! Car Satan le séducteur est menteur et demeure le père du mensonge. Il est toujours là et il se plaît énormément à tromper les gens.

Par exemple : les sept Églises, avec leur nom identifié, dans Apocalypse 1:11, sont une déclaration littérale, claire et nette. Elles étaient là, en Turquie, vers la fin du premier siècle. Mais ces sept Églises ont une valeur symbolique, aussi. Le chiffre sept symbolise la plénitude et la perfection dans tout ce que Dieu entreprend. On voit cela tout au long de la Bible. Donc, symboliquement parlant, tout ce que Jésus corrige, dans ces sept Églises, s’applique aussi à toutes les Églises qui se disent chrétiennes. Ses instructions sont alors destinées à toutes les congrégations individuelles, durant tous les siècles de l’existence de l’Église. Et cela va se poursuivre jusqu’à l’avènement glorieux de Christ.

Mais pourquoi Jésus veut-Il corriger Ses serviteurs ? Pour une seule et unique raison. Afin d’amener à la perfection chaque homme et chaque femme de Dieu. Paul l’explique clairement à Timothée en lui déclarant : « Toute l’Écriture est divinement inspirée, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour former à la justice; afin que l’homme de Dieu soit accompli, et propre à toute bonne œuvre » (2 Timothée 3:16-17). Voilà pourquoi nous avons la Parole de Dieu pour nourrir notre esprit dans notre cheminement individuel vers le Royaume. Jésus Lui-même nous a dit : « Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang, a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est véritablement une nourriture, et mon sang est véritablement un breuvage. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang, demeure en moi, et moi en lui » (Jean 6:54-56). Donc, manger le corps de Christ veut littéralement dire se nourrir de Sa Parole. Oui, Jésus S’occupe vraiment de Ses serviteurs.

Continuons maintenant dans Apocalypse 7. Le chiffre cent quarante-quatre mille, avec les douze tribus nommées aux versets 4 à 8, est-il une déclaration « littérale » ? Si nous l’acceptons comme telle, alors il faut également accepter l’exactitude du chiffre cent quarante-quatre mille ainsi que le fait qu’ils ne sont tous que des Juifs. Parce que c’est ce qui est écrit et la Parole de Dieu est véritable. Pas cent quarante-deux mille neuf cent, pas cent quarante-cinq mille trois cent cinquante-huit. Mais cent quarante quatre mille, tous Juifs, sans aucun païen ! C’est littéral, ça ! Sinon, on pourrait insinuer que Jésus aurait pu se tromper. Il y a néanmoins des prédicateurs qui insistent sur l’interprétation littérale de ce chiffre. Je respecte leur droit, mais nous allons, comme d’habitude, vérifier toute chose.

Vous noterez que la tribu de Dan ne s’y trouve pas ! Juste le fait que Jésus ait volontairement enlevé la tribu de Dan, pour y substituer celle de Manassé, devrait nous indiquer qu’il faut plutôt rechercher la valeur symbolique de ces 144 000. Tournez avec moi dans Proverbes 25:2. Regardons ce qui y est écrit :

« La gloire de Dieu, c’est de cacher les choses ; la gloire des rois, c’est de sonder les choses. »

Ne sommes-nous pas destinés à être des rois, un jour, si on se fie à Apocalypse 5:10 ? Jésus aurait-Il caché une vérité dans ce chiffre avec comme but que nous prenions le temps de découvrir sa vraie signification ? Regardons certains symboles au tout début de ce septième chapitre, avant de nous attaquer au chiffre 144 000. Apocalypse 7:1 : « aux quatre coins de la terre » par exemple, symbolise les quatre points cardinaux, et non que la terre soit carrée avec quatre coins. Je n’ai pas besoin de vous convaincre de cela. Nous voyons quatre anges qui retiennent certains événements qui doivent arriver sur la terre. Ils retiennent « les quatre vents de la terre ». Le vent symbolise une grande dévastation par sa puissance destructive. Nous avons tous vu à la télé ce que les ouragans, les tornades et les typhons peuvent faire.

Ces anges, donc, les empêchent, pour un temps, de faire leur ravage « sur la terre, sur la mer et sur les arbres. » La terre, la mer et les arbres sont utilisés ici comme des symboles aussi. Je ne sais pas si vous le saviez. Faites votre propre étude, et vous allez découvrir que le mot « terre » est souvent utilisé dans l’Ancien Testament comme un symbole pour identifier Israël. Car Israël est présenté comme une nation ayant eu de la stabilité, parce qu’elle avait Dieu à sa tête. Ceci est beaucoup moins évident à notre époque, mais nous verrons qu’un jour la situation de la Nation d’Israël sera complètement transformée quand son attitude envers Dieu changera. Revenons néanmoins à la prophétie. La nation était bien structurée et avait jadis une très solide fondation : la terre.

Tandis que la mer dans les Écritures est souvent utilisée pour définir les nations païennes, sans stabilité, car elles ne reconnaissaient pas l’autorité de Dieu. Elles adoraient des idoles et avaient leur propre concept de la justice qui les rendait instables à bien conduire les destinées humaines. L’apôtre Jacques aussi utilise la mer comme un symbole d’instabilité pour définir ceux qui manquent de foi et qui doutent.

« Car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre » (Jacques 1:6).

Les hommes sont, à plusieurs endroits, décrits comme étant des arbres. Dans le tout premier Psaume, on peut lire :

« Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants … 2Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel … 3Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, qui donne son fruit en sa saison. »

Le roi Nébuchadnetsar avait été symbolisé comme étant un grand arbre, peu de temps avant ses sept années de folie. Les arbres sont des symboles d’hommes et de femmes ayant de l’influence et de l’autorité. Ils ressortent parmi la foule, tout comme un grand arbre dans une forêt. Qui n’a pas entendu l’expression : « Il est comme un chêne », en parlant d’un leader solide, ou d’une femme solide ?

Revenons au chapitre 7. Ces quatre anges ressemblent drôlement aux quatre premiers qui vont sonner de la trompette pour déclencher leurs ravages sur la terre, la mer et les arbres, mais ici, ils doivent attendre le temps qu’un groupe d’individus soit marqué du sceau de Dieu. L’ange qui doit les sceller est associé au soleil levant. Ceci fait allusion à une prophétie de Malachie 4:2 où Dieu nous dit :

« Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera le soleil de la justice, et la guérison sera sous ses ailes ; vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d’une étable. »

Vous avez ici une description poétique de l’avènement de Jésus, notre Soleil de la justice, venant avec puissance. Alors, le fait que les serviteurs de Dieu soient marqués, ici, a quelque chose à faire avec l’avènement de Jésus pour bientôt. Paul nous dit que nous avons été scellés pour le jour de la Rédemption par le Saint-Esprit de Dieu (Éphésiens 4:30). La présence du Saint-Esprit en nous est une marque indéniable que nous sommes des enfants de Dieu (Romains 8:16). Le Saint-Esprit est donc le sceau de Dieu. Mais ici, les serviteurs de Dieu, qui ont déjà le Saint-Esprit, reçoivent un autre sceau sur le front. Et nous allons voir pourquoi.

Deuxièmement, si nous acceptons les versets 4 à 8 d’Apocalypse 7 comme une description littérale seulement, nous avons un petit problème ! Au verset 4, 144 000 de toutes les tribus des fils d’Israël ; vous rappelez-vous, je vous ai fait souligner le mot « toutes » ? 144 000 de toutes les tribus des fils d’Israël sont supposés être marqués du sceau de Dieu ? Eh bien, Jésus semble avoir oublié ou avoir rejeté la tribu de Dan, pour y substituer celle de Manassé qui était le fils aîné de Joseph. Nous avons entendu toutes sortes de théories selon lesquelles la tribu de Dan avait été retranchée parce qu’elle s’était prostituée avec les nations païennes.

Je regrette, mais quand les Assyriens ont amené les dix tribus d’Israël en captivité, étaient-elles demeurées fidèles à Dieu ? Lisez leur histoire en commençant avec Jéroboam. Elles ont abandonné Dieu pour se prostituer avec les nations païennes. Les DIX ! Ensuite, les tribus de Juda et de Benjamin auraient dû apprendre leur leçon. Mais non. Après avoir vu ce qui s’est passé avec les dix tribus, Juda et Benjamin ont fait PIRE ! Et Dieu leur a envoyé les Babyloniens pour les amener aussi en captivité ! Cette histoire sur Dan ne tient pas ! Toutes les tribus se sont prostituées avec les nations païennes en tournant le dos au Dieu qui les avaient sorties d’Egypte pour les amener dans la terre promise à Abraham. Voilà ce qui arrive quand certains « érudits » se hasardent à mettre leurs propres interprétations sur les Saintes Écritures. Il nous faut donc chercher la valeur symbolique de ces 144 000 Juifs.

Laissez-moi un peu vous parler du chiffre 12 dans les Écritures. On voit partout dans ce chiffre le signe du peuple de Dieu ou quelque chose associé à lui, que ce soit dans l’ancienne ou la nouvelle alliance. On voit :

  • les 12 tribus d’Israël ;
  • les 12 pains de proposition ;
  • les 12 qui sont allé explorer la Terre promise ;
  • les 12 apôtres ;
  • la Jérusalem Céleste a 12 portes ;
  • et 12 fondements ;
  • sa mesure est de 12 000 stades ;
  • les 24 vieillards (2 fois 12) ;
  • et les 144 000 (12 fois 12 fois 1 000).

Apocalypse 21:12. Observez, ici, en parlant de la Jérusalem Céleste, qu’on peut lire :

« Elle avait une grande et haute muraille. Elle avait douze portes, et sur les portes douze anges, et des noms écrits, ceux des douze tribus des fils d’Israël. »

Dans Ézéchiel 48:30-35, le prophète voit, dans une vision, cette ville sainte, avec ses douze portes. Ici, on voit le nom attribué à chacune des douze portes. Et au verset 32, vous noterez le nom de Dan, sur le côté est, avec Joseph et Benjamin. Manassé n’a aucune porte avec son nom. Mais on a encore un petit problème… Où est la porte pour les païens convertis ? Il n’y a pas de treizième porte ! Vous notez ? Alors comment un païen converti pourrait-il entrer par une de ces portes dans cette Jérusalem céleste, un jour ? C’est simple : en devenant Juif !

Mais de quelle façon ? Pour Dieu, qu’est-ce qu’un véritable Juif, dans la Nouvelle Alliance ? Regardons ensemble la description biblique d’un Juif selon la Nouvelle Alliance.

« Le Juif, » nous dit Paul, « ce n’est pas celui qui en a le dehors ; et la circoncision, ce n’est pas celle qui est visible dans la chair. 29Mais le Juif, c’est celui qui l’est intérieurement ; et la circoncision, c’est celle du cœur [la conversion] ; selon l’Esprit et non selon la lettre. » (Romains 2:28).

Ce qui identifiait un Juif sous l’ancienne alliance physique, c’était la circoncision physique dans sa chair. Ce qui est intéressant à noter ici, c’est que le signe du Juif physique n’était pas évident au premier coup d’œil, car il ne se promenait pas nu, il était habillé ! Il fallait donc le reconnaître par les fruits de sa circoncision, laquelle se manifestait dans ses observances des lois et des ordonnances commandées au circoncis par l’Éternel. C’était des oeuvres de la LOI, et ceux qui refusaient de les observer étaient exclus de la nation d’Israël.

Ce qui identifie le Juif sous la nouvelle alliance spirituelle, c’est la circoncision de son cœur. De même, le Juif spirituel, membre du Corps de Christ, ne se reconnaît pas, lui non plus, au premier regard. Il doit donc démontrer les fruits de sa circoncision du cœur pour en rendre témoignage. C’est ce dont parlait Jacques en tant qu’œuvres de la FOI, dans son épître. Toutes ces œuvres de la foi se résument dans un seul commandement nouveau donné par Christ Lui-même : s’aimer les uns les autres comme Jésus nous a aimés (Jean 13:34).

Alors, autant le Juif de l’Ancienne Alliance se manifestait dans ses œuvres de la LOI, autant le Juif spirituel de la Nouvelle Alliance doit se manifester dans ses œuvres de la FOI. Car « la foi sans les œuvres est morte », nous dit Jacques (Jacques 2:26). Alors, comment peut-on reconnaître le Juif spirituel circoncis de cœur ? C’est Jésus qui établit le critère : « C’est à ceci que TOUS reconnaîtront que vous êtes Mes disciples, SI vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13:35). Voilà le critère principal établi par Jésus, par lequel le monde doit nous reconnaître, et par lequel Dieu nous louange.

Voilà pourquoi, à la fin du verset 29 de Romains 2, Paul nous dit :

« La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu. »

Romains 11. Dans ce chapitre, Israël est comparé à un olivier franc. Regardons maintenant ce que Paul dit aux Romains convertis qui, auparavant, étaient considérés comme étant de l’olivier sauvage ou païen. À partir du verset 11, Paul explique comment les Juifs, qui sont tombés dans l’endurcissement, ont été retranchés de l’olivier franc, émondés, ôtés, et comment ceux de l’olivier sauvage ont été entés sur l’olivier franc, quand ils se sont convertis. Au verset 22, Paul déclare :

« Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : sévérité envers ceux qui sont tombés [Juifs non convertis qui ont été coupés], et bonté de Dieu envers toi [païen converti], si tu demeures ferme dans cette bonté ; autrement, tu seras aussi retranché [comme eux]. »

Tous ceux qui sont entés sur cet olivier franc sont, par le fait même, Juifs spirituels ! Qu’ils soient Juifs ou païens, peu importe. Car, étant convertis, ils sont tous circoncis de cœur, descendants légaux d’Abraham et héritiers selon la promesse qu’il a reçue de Dieu.

Romains 9:6. Regardons ce qui est arrivé à l’Israël physique dans la Nouvelle Alliance.

« Ce n’est point à dire que la parole de Dieu soit demeurée sans effet. Car tous ceux qui descendent d’Israël ne sont pas Israël. »

Wow !

« 7Et bien qu’ils soient la postérité d’Abraham, ils ne sont pas tous ses enfants. »

Mais qu’est-ce qui arrive ? Voici la réponse au verset 8 :

« C’est-à-dire que ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, mais que ce sont les enfants de la promesse [ceux qui se sont convertis] qui sont regardés comme la postérité. »

Réalisez-vous ce que Paul dit, ici ? Il dit aux Juifs que, pour faire partie d’Israël de la Nouvelle Alliance, chaque Juif non converti devra un jour se convertir à Christ. Essayez d’expliquer cela à un Juif (ou à un Israélien) ! Bonne chance ! Selon la Nouvelle Alliance, s’il n’est pas converti à Christ, il ne fait pas partie d’Israël spirituel ! Juif physique, oui, mais classé parmi les habitants de la terre, les non convertis.

Romains 11:23. En parlant de ces Juifs non convertis, Paul dit :

« Eux de même, s’ils ne persistent pas dans l’incrédulité [i.e., s’ils se convertissent], ils seront greffés ; car Dieu est puissant pour les greffer de nouveau. »

Au verset 24, il dit maintenant aux Romains :

« Si toi, tu as été coupé de l’olivier sauvage selon sa nature, et greffé contrairement à ta nature sur l’olivier franc, à plus forte raison eux [les Juifs] seront-ils greffés selon leur nature sur leur propre olivier [quand ils se convertiront !] »

En parlant maintenant de tous ces Juifs spirituels, convertis et circoncis de cœur, devenus enfants de Dieu selon Sa louange, Paul lui-même les appelle… comment ? Israël de Dieu ! Notez la salutation de Paul aux Galates à la fin de son Épître : « Et pour tous ceux qui suivront cette règle, que la paix et la miséricorde soient sur eux, et sur l’Israël de Dieu ! » (Galates 6:16). Un nouveau nom ! Israël de Dieu, les vrais héritiers selon la promesse ! Cet héritage spirituel est un héritage éternel destiné aux ÉLUS de Dieu dans l’immortalité.

Il y a un passage extraordinaire dans Matthieu 10, sur la façon dont les apôtres devaient s’y prendre pour évangéliser. Dans les versets 5 à 15, Jésus les dirige seulement vers la Maison d’Israël. Il leur dit de prêcher que le Royaume est proche. Au verset 8, Jésus leur donne le pouvoir de guérir les malades, de ressusciter les morts, de purifier les lépreux et de chasser les démons. Donc, beaucoup de pouvoir. Ensuite, Jésus leur donne d’autres instructions et les met en garde, car ils ne seront pas bienvenus partout. Peu importe ! Au verset 14 :

« …lorsqu’on ne vous recevra pas et qu’on n’écoutera pas vos paroles [parmi les Israélites], sortez de cette maison ou de cette ville [ne vous obstinez pas avec eux] et secouez la poussière de vos pieds [en voulant dire : n’apportez même pas leur poussière avec vous, je m’en occuperai plus tard]. »

C’est ce que les disciples ont fait ; ils ont obéi à Jésus. Nous arrivons maintenant au verset 21, où Jésus passe par-dessus des siècles, pour nous amener au temps de la fin, vers une évangélisation juste avant Son avènement. Il nous dit que les temps seront durs où…

« …le frère livrera son frère à la mort [pour sauver sa peau], et le père son enfant ; les enfants se soulèveront contre leurs parents, et les feront mourir. »

Signes des temps, vous ne trouvez pas ? Certains enfants semblent avoir un malin plaisir à tuer leurs parents, de nos jours, et pour toutes sortes de raisons farfelues.

« 22Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom… »

Ça s’en vient ; soyons prêts. Se déclarer chrétien sera risqué un jour, à cause de l’Antéchrist.

« … mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. 23Quand on vous persécutera dans une ville, [ne restez pas là] fuyez dans une autre. Je vous le dis en vérité, vous n’aurez pas achevé de parcourir les villes d’Israël, que le Fils de l’homme sera venu. »

Les douze apôtres originaux n’ont jamais accompli cette partie de la prophétie ! Elle est pour les temps de la fin !

Ce chapitre 7 de l’Apocalypse nous indique le moment de cette dernière grande évangélisation. Mais cette fois, pas par les douze apôtres, mais plutôt par 12 fois 12 fois 1 000 serviteurs de Dieu de par le monde entier. Une foule immense de chrétiens, évangélisant durant la tribulation, disant aux gens de sortir de cette Babylone. « Écoutez la voix de ceux qui fuient, qui s’échappent du pays de Babylone [ce système satanique moderne], pour annoncer dans Sion la vengeance de l’Éternel, notre Dieu, la vengeance de son temple [Son Église] » (Jérémie 50:28). « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et vous êtes ce temple » (1 Corinthiens 3:16-17).

Une prédication exhortant les chrétiens encore pris dans les églises du monde d’en sortir, s’ils veulent échapper aux sept derniers fléaux. Alors, si quelqu’un vous dit qu’il fait déjà partie de ces 144 000, de grâce, ne le croyez pas ! À l’heure actuelle, personne n’a encore reçu cette marque. Elle est réservée aux serviteurs de Dieu à un moment crucial de l’histoire, durant la tribulation. Dans ce chapitre 7, ils sont identifiés comme faisant partie des tribus d’Israël, car ils sont tous circoncis de cœur, donc, Juifs spirituels, l’olivier franc. Nonobstant, des serviteurs de Dieu ! Ce sont des commandos spéciaux que Jésus Se choisira pour cette dernière évangélisation, au plus fort de la tribulation. Et ils seront marqués pour une raison toute spéciale, comme nous allons le découvrir.

Apocalypse 9. Dans ce chapitre, nous sommes projetés vers la cinquième trompette où un grand malheur se prépare. Les quatre premières trompettes avaient déjà fait leur ravage. Mais ce qui nous intéresse, ici, c’est le verset 4, où des êtres bizarres vont faire du mal aux hommes. Dieu leur permet de les tourmenter pendant cinq mois, comme vous pouvez voir au verset 5, mais avec une restriction toute spéciale. Regardons maintenant ce verset 4 :

« Il leur fut dit de ne point faire de mal à l’herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui n’avaient pas le sceau de Dieu sur le front. »

Voyez-vous la raison de cette marque ? Pour identifier ceux qu’ils n’ont pas le droit de toucher. Quand Dieu dit : « Tu ne touches pas à mon serviteur », tu ne touches pas à Son serviteur !

Ceux qui évangéliseront, à ce moment-là, vivront la réalisation de cette promesse de Jésus à l’Église de Philadelphie, à ceux qui avaient gardé la parole de la persévérance en Lui. Ils seront protégés par des anges durant cette tribulation. Dans ces derniers temps, Dieu est en train de préparer des chrétiens, dans tous les pays du monde, pour cette évangélisation finale à la grandeur du globe. Et quel sera le résultat de leur enseignement ? Le cœur d’un grand nombre sera touché ! Des millions se convertiront à Jésus, eux qui Lui étaient auparavant indifférents et tièdes. L’Antichrist n’acceptera pas l’exode vers Christ de ces chrétiens qui se mettront à garder les commandements de Dieu, ayant reçu le témoignage de Jésus, comme on voit dans Apocalypse 12:17. Il ira faire la guerre à ce reste en ordonnant une persécution épouvantable contre eux. Pour prouver leur allégeance à Christ, un très grand nombre sera martyrisé. Ils seront les ouvriers de la dernière heure. Ils n’auront œuvré que peu de temps, mais de manière zélée au point de sacrifier leur vie pour Jésus.

C’est alors que le nombre des compagnons de service des premiers martyrs que nous avons vus sera maintenant complet.

Apocalypse 7:9. Jean voit une grande foule que personne ne pouvait compter, remarquez bien :

« …de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue [de partout dans le monde !]. Ils se tenaient devant le trône et devant l’Agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. »

Ils sont clairement identifiés par l’un des vieillards, au verset 14, comme étant :

« Ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. »

Une foule immense, convertie à Christ, durant la tribulation ! Certains eschatologistes prétendent qu’au départ de l’Église dans les nuages pendant sept années, avant la tribulation, l’Esprit de Dieu ne sera plus disponible sur la terre pendant ces sept ans. Pas d’Esprit, pas de grâce ! Aux prédicateurs qui prêchent que la grâce ne sera plus disponible sur la terre durant la grande tribulation, je pose une seule  question : Comment, sans la grâce, cette foule immense pourrait-elle se convertir à Christ ? Les voilà pourtant ressuscités dans cette vision, faisant partie de la première Résurrection et debout en robes blanches, tout comme les premiers martyrs dans (Apocalypse 6:11), et devant le trône de Jésus.

Mes chers amis, parce que ces gens affirment que c’est l’Esprit qui retient l’antichrist d’entrer en action, ils ont aussi besoin de cette fausse conception pour étayer leur assertion que les martyrs des derniers trois ans et demi ne sont pas l’Église ! « Des martyrs, qui sont venus de la grande tribulation, et qui ont lavé leurs robes, et ont blanchi leurs robes dans le sang de l’Agneau » (Apocalypse 7:14), et qui ne sont pas de l’Église ? Quel SACRILÈGE de la part de ces ministres de Satan ! Il devient évident qu’en déclarant que ces martyrs avaient l’Esprit, ils seront donc une partie de l’Église. Ceci voudrait-il dire qu’une partie de l’Église « montera au ciel », avant la tribulation, et une autre partie de l’Église restera sur la terre, pendant la même période ? Pourtant, il n’y a qu’un seul enlèvement prédit dans la Bible ! Cette vérité détruit complètement tout leur enseignement pré-tribulationiste. C’est exactement ce que Jésus fait ici. Voyez-vous pourquoi ce grand martyre est associé aux 144 000, et dans le même chapitre ? Jésus l’a placé au bon endroit !

Jésus a commencé Son Église au jour de la Pentecôte avec une évangélisation exécutée par 120 de Ses serviteurs, 10 fois 12, que tous avaient entendu évangéliser dans leur propre langue maternelle. Ce dernier martyre est très significatif aussi, car durant ces jours terribles de la tribulation, alors que le monde sera au bord de la folie collective, Jésus, dans Son grand amour pour les humains, leur offrira le salut comme unique solution à leur indifférence. Jésus placera Ses deux témoins à Jérusalem, et une multitude de chrétiens se mettront à évangéliser pour Christ dans tous les pays du monde, chacun dans sa langue maternelle. Ceux qui se croyaient riches et disaient qu’ils n’avaient besoin de rien, s’apercevront jusqu’à quel point ils étaient aveugles, pauvres et nus. Un très grand nombre acceptera enfin d’ouvrir la porte à Jésus, qui n’a jamais cessé de frapper.

Cet acte de foi leur coûtera la vie, peut-être, mais Jésus leur donnera sûrement le courage nécessaire de passer au travers. Soyez-en assurés. Car ils auront compris qu’il ne faut pas craindre celui qui ne peut tuer que le corps seulement, mais pas l’âme. Ils croiront Jésus, plutôt, qui a dit : « Ceux que le Père m’a donnés, personne ne les arrachera de ma main. Car je les ressusciterai au dernier jour. » Voilà pourquoi, au verset 10, on les voit crier :

« …d’une voix forte, en disant : Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l’Agneau. 11Et tous les anges se tenaient autour du trône, des vieillards et des quatre êtres vivants, ils se prosternèrent sur leurs face devant le trône, et ils adorèrent Dieu, 12en disant : Amen »

On dit, mes amis, que deux choses sont certaines, dans notre vie : les taxes et la mort. D’abord, vous avez la mort où l’Église catholique vous accorde l’extrême onction. Après cela, vous avez les taxes où nos chers gouvernements nous accordent l’extrême ponction. Mais quand Jésus nous dit qu’Il nous ressuscitera au dernier jour, notre éternité dans la paix et dans l’amour près de Lui est assurée ! Il dressera Sa tente sur nous, nous consolera et essuiera toute larme de nos yeux. Finie, la souffrance humaine, comme vous le verrez dans les versets 15 à 17.

Je ne sais pas combien de nous seront encore vivants, lors de cette tribulation, mais une chose est certaine, les serviteurs de Jésus auront un travail énorme à accomplir durant toute cette souffrance humaine. Ils seront marqués du sceau de Dieu sur le front. Ils recevront un don tout spécial du Saint-Esprit qui fera de chacun d’eux un évangéliste. Exactement comme les cent vingt au jour de la Pentecôte qui, soudainement, en ayant reçu le Saint-Esprit, se sont mis à évangéliser pour Jésus.

Avez-vous déjà pensé à cela ? Ils seront sur la terre, bien protégés, en train d’accomplir ce magnifique travail d’évangélisation, dans cette dernière étape laodicéenne de l’Église ! Ces serviteurs recevront, durant ce travail, une protection toute spéciale promise par Dieu.

Psaume 91. Regardez ce que Dieu nous dit ici, au verset 7 :

« Que mille tombent à ton côté, et dix mille à ta droite, tu ne seras pas atteint. »

Il n’est pas écrit : « Si tu es chanceux, tu as de bonnes chances de t’en sortir. » Dieu est clair ! « Tu ne seras pas atteint. » C’est une affirmation ! Verset 10 :

« Aucun malheur ne t’arrivera, aucun fléau n’approchera de ta tente. »

Nous ne vivons plus dans des tentes, nous vivons dans des maisons. Donc, aucun fléau n’approchera de votre maison. Mais de quelle façon Dieu fera-t-il un tel miracle ?

« Car il ordonnera [remarquez bien] à ses anges de te garder dans toutes tes voies … 14Puisqu’il m’aime, » a dit Jésus, « je le délivrerai ; je le protégerai, puisqu’il connaît mon nom. »

Quand ? « Il m’invoquera et je l’exaucerai ; je serai avec lui dans la détresse [la grande tribulation], je l’en retirerai et le glorifierai [la première résurrection] » (verset 15).

Voyez-vous d’où viendra cette protection spéciale ? Croyons-nous encore aux anges gardiens qui nous gardent même à l’heure actuelle dans toutes nos voies ? Ou bien si cette promesse de Dieu est devenue un petit peu quétaine et gênante, vous savez après tout, on est en l’an 2009… Matthieu 24:30. Et quand le signe de Jésus paraîtra dans le ciel, lors de Son avènement, Jésus enverra Ses anges, au verset 31, pour rassembler tous Ses élus dispersés aux quatre coins de la terre, car le travail sera TERMINÉ !

Lisez les versets 40 à 44 :

« Alors, de deux hommes qui seront dans un champs, l’un sera pris et l’autre laissé ; 41de deux femmes qui moudront à la meule, l’une sera prise et l’autre laissée. 42Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. 43Sachez-le bien, si le maître de la maison savait à quel veille de la nuit le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison. 44C’est pourquoi, vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas. »

Regardons le verset 45 :

« Quel est donc le serviteur fidèle et prudent, que son maître [Jésus] établira sur ses gens, [pour les évangéliser] pour leur donner la nourriture [spirituelle si nécessaire] au temps convenable ? »

On ne parle pas de steak, patate et légume, ici ! On parle d’une nourriture spirituelle au temps convenable, alors que l’Antichrist bannira tout enseignement de la Bible sous peine de mort .

« 46Heureux ce serviteur, que son maître, à son arrivée, trouvera faisant ainsi, » nous dit Jésus. « 47Je vous le dis en vérité, il l’établira sur tous ses biens. »

Et laissez-moi vous dire que Dieu en a, des biens ! L’univers entier Lui appartient, et Dieu veut le partager avec SES enfants immortels.

Revenons maintenant à Apocalypse 7. Oui, heureux ce serviteur que son Maître, à Son arrivée, trouvera faisant ainsi, en exécutant Son travail d’évangélisation. Je vous le dis en vérité, Il l’établira sur tous Ses biens. Alors, voilà pourquoi, au verset 12, tous Ses anges disent :

« La louange, la gloire, la sagesse, l’action de grâces, l’honneur, la puissance et la force, soient à notre Dieu [et Sauveur] au siècles des siècles ! Amen ! »

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , , , , , ,