D.026 – Nouveaux cieux et nouvelle terre

image_pdfimage_print

 

Apocalypse 21:1-10

Par Joseph Sakala

Nous avons vu, lors du message précédent, la patience exercée par Dieu, et surtout jusqu’où Il est prêt à étendre Sa grâce, en voulant que tous les humains arrivent à la repentance. Mais Dieu nous a également créés libres de choisir, soit de Lui obéir volontairement et d’hériter de la vie éternelle, remplie d’innombrables promesses dans le bonheur, ou bien de refuser tout cela en Lui demeurant rebelle, ce qui entraînera une mort éternelle. Et ce choix appartient toujours à l’individu. Nous ne croyons pas qu’il soit biblique de parler d’un salut inconditionnel préétabli par Dieu pour chacun de nous sans aucune participation quelconque de la part de l’individu impliqué. Il est incompatible avec l’amour de Dieu (avec quoi tous les chrétiens se disent d’accord) que ce Dieu d’amour puisse décider d’avance qui sera sauvé et qui sera irrémédiablement perdu, comme le prône le calvinisme.

Où serait alors la liberté que Dieu a donnée à chaque individu de choisir ? À quoi donc servirait la conversion de celui qui serait déjà prédestiné par Dieu à être perdu avant même de naître ? Dieu ferait-Il acception de personnes dans Son choix de salut ? Il serait bon de souligner ici qu’une importante fausse doctrine circule parmi les Juifs talmudistes qui prônent que tous les Juifs sont déjà sauvés dès leur naissance, simplement parce qu’ils sont Juifs. Donc, un salut par la race. Cette doctrine fut reprise dans certains cercles « chrétiens » aussi par quelques télévangélistes, dont Billy Graham qui l’a déjà mentionnée dans une interview. Pas besoin de préciser que ces Juifs talmudistes ne croient absolument pas au salut par le sacrifice de Jésus-Christ sur la croix. Sa mort et Son sang versé n’ont aucune valeur à leurs yeux. Ils attendent toujours leur Messie !

Même dans les débuts de l’Église, certains premiers chrétiens (tous des Juifs convertis) crûrent que le salut n’était destiné qu’aux Juifs. Pourtant, Pierre fut poussé par l’Esprit de Dieu d’aller rencontrer Corneille, un militaire païen et centurion romain. Voyant le cœur repentant de cet homme et de sa famille : « Pierre, prenant la parole, dit : En vérité, je reconnais que Dieu n’a point égard à l’apparence des personnes ; mais qu’en toute nation, celui qui Le craint et qui s’adonne à la justice, lui est agréable » (Actes 10:34-35). Donc, pour être agréable à Dieu, il faut avoir cette crainte ou respect profond pour Lui, ce qui pousse cet individu à vouloir faire Sa volonté. La race n’a aucun rapport ici, car Dieu regarde au cœur d’une personne.

Paul a aussi dû intervenir auprès de certains chrétiens qui, après leur conversion, se mirent à refuser d’obéir à leurs patrons sous prétexte qu’ils répondaient à Dieu seulement. Alors, en donnant des instructions à ces Éphésiens sur la façon de servir leurs maîtres, Paul ne s’est pas gêné pour corriger aussi ceux-ci, en leur disant comment traiter leurs employés. « Et vous, maîtres, agissez de même envers eux [vos serviteurs], et laissez [de côté] les menaces, sachant que vous avez, comme eux, un Maître dans le ciel, et que, devant lui, il n’y a point d’acception de personnes » (Éphésiens 6:9). Cette attitude de rébellion contre l’autorité qui existait au premier siècle fait partie de la nature humaine, qui de nos jours demeure exactement la même qu’au tout début de la création. Donc l’humain, créé libre, a sûrement un rôle à jouer dans ce salut que Dieu offre gratuitement à ceux qui veulent faire Sa volonté, librement et volontairement.

Même si Dieu veut sauver tout le monde, certains rebelles Lui résisteront jusqu’à la fin. Donc, au verset 15 du chapitre 20 de l’Apocalypse, nous voyons que leur nom ne sera pas trouvé écrit dans le Livre de vie. Par conséquent, ils seront détruits dans cet étang de feu appelé « la géhenne » ou la seconde mort. Pas une vie éternelle dans la souffrance, mais bien une seconde mort de laquelle aucune résurrection n’est possible. Cette mort, dont il est question ici, est littérale et vise la destruction du corps à l’état physique. Elle constituera la séparation finale entre ceux qui sont inscrits dans le Livre de Vie et ceux dont le nom n’est pas inscrit.

Nous arrivons maintenant au chapitre 21, au verset 1, qui commence par les paroles suivantes : « Je vis ensuite un ciel nouveau et une terre nouvelle ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. » En lisant ceci, nous avons nettement l’impression qu’entre le verset 15 du chapitre 20 et ce premier verset du chapitre 21, il manque plusieurs détails très importants pour nous dévoiler comment la terre et l’hémisphère qui l’entoure, appelée le ciel, sont disparus pour faire place à un ciel et une terre complètement renouvelés. Le livre de l’Apocalypse ne nous fournit  pas ces détails. Il faut donc aller ailleurs dans les Écritures pour découvrir ce qui doit se passer sur cette terre un jour.

D’abord, Jésus Lui-même nous a déclaré, dans Matthieu 10:28 : « Et ne craignez point ceux qui ôtent la vie du corps, et qui ne peuvent faire mourir l’âme ; mais craignez plutôt celui qui peut faire périr et l’âme et le corps dans la géhenne. » Ceux qui croient toujours dans l’immortalité de l’âme, doivent sûrement se poser la question à savoir comment Dieu pourra faire cela. Pourtant, ce que Jésus a déclaré ici est très simple à comprendre. Il faisait allusion à une personne qui en tue une autre. Alors, elle enlève la vie de son corps. Mais Dieu a le pouvoir de ressusciter ce mort, redonnant ainsi la vie à cet individu (âme). Mais quand Dieu anéantira les méchants dans ce feu de la géhenne, Il fera périr le corps et fera aussi disparaître l’individu. C’est une seconde mort, de laquelle il ne sera jamais ressuscité. Nous en avons vu l’accomplissement dans Apocalypse 20:15.

Mais l’apôtre Pierre fut inspiré de nous parler d’un jour où la terre sera purifiée et les cieux passeront avec fracas. Allons dans 2 Pierre 3:10, s’il vous plaît, et regardons ensemble ce que Pierre nous déclare : « Or, le jour du Seigneur viendra comme un larron dans la nuit… » Il n’est pas question de l’avènement de Jésus, ici. Nous sommes rendus bien au-delà de Son retour. Nous avons vu Son avènement à la septième trompette, si vous vous souvenez, ainsi que la Première Résurrection des morts. Et les Élus qui étaient vivants, lors de cette résurrection, furent changés en un clin d’œil et tous sont montés à Sa rencontre dans les nuages. Nous avons ensuite vu le système babylonien mondial détruit complètement par les sept derniers fléaux de la colère de Dieu. Nous avons vu le Royaume de Jésus établi ici-bas pendant mille ans, où ceux de la Première Résurrection ont régné sur les survivants de la grande tribulation afin de les instruire dans la voie divine vers leur salut.

Nous avons vu aussi la Deuxième Résurrection où tous ceux qui ne furent pas de la Première Résurrection ont enfin eu leur chance de parvenir au salut par l’instruction reçue des Élus. Et, finalement, nous avons vu la destruction des rebelles dans le feu de la géhenne, ou seconde mort. Nous sommes maintenant rendus au moment où la Jérusalem céleste doit descendre sur cette terre, et où Dieu le Père Lui-même viendra vivre parmi les Siens. Mais avant de venir, la terre devra être purifiée afin de Le recevoir. Nous sommes donc rendus à ce « jour du Seigneur ». Le fait que ce jour viendra comme un voleur est un symbolisme nous dévoilant que les événements prophétisés vont se précipiter brusquement et avec une rapidité ahurissante. Exactement comme un voleur qui entre subitement par effraction sans donner d’avertissement.

Revenons maintenant à ce verset 10 de 2 Pierre 3. Subséquemment, le jour du Seigneur viendra comme un voleur, sans avertissement et qu’est-ce qui va arriver ? « …en ce temps-là les cieux passeront avec fracas, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre, avec les œuvres qui sont en elle, sera entièrement brûlée. » La terre sera purifiée par le feu ! Verset 11 : « Puis donc que toutes ces choses doivent se dissoudre, quels ne devez-vous pas être par la sainteté de votre conduite et votre piété, 12Attendant, et hâtant la venue [de quoi ?] du jour de Dieu [le Père], dans lequel les cieux enflammés seront dissous, et les éléments embrasés se fondront ? » Notez qu’il n’est pas question ici du jour de l’avènement du Seigneur Jésus, mais bien du jour préparant l’avènement de Dieu le Père sur cette terre !

Nous sommes rendus à une époque unique dans l’histoire de l’univers, une période prophétisée par Jean le Baptiste. Jean invitait les gens au baptême en leur disant : « Produisez donc des fruits convenables à la repentance » (Matthieu 3:8). Il annonçait ainsi l’apparition du Messie qui aurait le pouvoir de baptiser de deux manières. Dans Matthieu 3:11, Jean déclare : « Pour moi, je vous baptise d’eau, en vue de la repentance, mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de lui porter les souliers ; c’est Lui qui vous baptisera du Saint-Esprit et de feu ». Il est donc question de deux sortes de baptême. Le baptême d’eau en vue de la repentance où le Saint-Esprit est gratuitement donné au converti. Mais Jésus a aussi le pouvoir de baptiser avec le feu. Ce baptême, le feu par opposition à l’eau, est réservé exclusivement aux rebelles, qui demeureront non repentants jusqu’à la toute fin.

En parlant de Jésus, Jean a dit ceci, au verset 12 : « Il a son van dans les mains, et il nettoiera parfaitement son aire, et amassera son froment dans le grenier ; mais il brûlera la paille au feu qui ne s’éteint point ». Le langage utilisé ici est tellement simple qu’un enfant de dix ans pourrait facilement le comprendre, mais ce symbolisme, si clair soit-il, semble pourtant complètement échapper à plusieurs érudits bibliques. Tous les érudits sont d’accord pour dire que le froment amassé dans le grenier représente tous ceux qui feront partie du Royaume de Dieu. Mais brûler une paille au feu qui ne s’éteint point devient tout un problème, car si le feu se s’éteint point, donc la paille devra alors brûler éternellement. Voyons, vous allez me dire, tout le monde sait qu’une paille ne peut pas brûler sans jamais se consumer ; elle devient de la cendre.

C’est curieux, mais c’est exactement ce que Dieu nous dit au sujet de tous les rebelles qui seront jetés dans le feu de la géhenne ! « Car voici le jour vient, ardent comme un four ; tous les orgueilleux et tous ceux qui commettent la méchanceté, seront comme du chaume [paille], et ce jour qui vient les embrasera, a dit l’Éternel des armées, et ne leur laissera ni racine ni rameau 3Et vous foulerez les méchants, car ils seront comme de la cendre sous la plante de vos pieds, au jour que JE prépare, a dit l’Éternel des armées » (Malachie 4:1, 3). Avez-vous déjà remarqué que ceux qui prêchent une souffrance et une torture éternelle dans un feu qui brûle, mais ne consume pas, n’utilisent jamais ces versets et d’autres aussi, qui nous dévoilent clairement le sort des incorrigibles ?

La pierre d’achoppement demeure toujours cette fameuse expression « un feu qui ne s’éteint point ». Ce feu allumé par Dieu sera comme un feu ardent d’une chaleur épouvantable. Mais encore plus, aucune puissance physique ne pourra l’éteindre. Seul Dieu possède ce pouvoir ! Donc, ce sera un feu qui ne s’éteint point, ou « que personne ne pourra éteindre ». Mais ce feu est-il destiné par Dieu à brûler éternellement ? J’espère que non, car alors la Jérusalem céleste viendrait s’installer sur une terre en flammes et dans un état de combustion continuelle. Pourtant ce n’est pas ce que l’Apocalypse va nous révéler. Donc, cette purification de la terre doit se faire avant d’accueillir Dieu le Père Lui-même !

Avez-vous remarqué les expressions utilisées par Pierre, comme fracas, les « éléments qui se dissoudront », « les cieux enflammés », et les « éléments embrasés » qui se fondront, tellement la chaleur sera élevée ? Et, finalement, comment la terre avec les œuvres des hommes qu’elle renferme sera consumée, ou brûlée ? Tout ce que les hommes ont touché et souillé durant l’histoire de l’humanité sera purifié par le feu, même l’air pollué qui entoure cette planète sera purifié par ce feu que Dieu va Lui-même allumer et que personne ne pourra éteindre. Avez-vous déjà songé à savoir comment Dieu pourrait s’y prendre pour allumer un tel feu ? Pourtant, les ingrédients existent déjà, car c’est Dieu qui les a créés et ils sont toujours en place. Tout ce que cela prendra, c’est un petit miracle de la part de Dieu.

Laissez-moi vous proposer un scénario. Remarquez que je n’en fais pas un absolu ni une doctrine, parce que je n’ai pas d’autres versets bibliques pour le prouver. Je ne fais que le proposer en me basant sur les termes utilisés par Pierre dans ces quelques versets que nous avons lu. Quand Dieu a créé la vie sur cette terre, Il a aussi créé l’eau, car la vie ne peut pas exister sans l’eau. Jusqu’ici, je ne vous apprends rien. Mais saviez-vous qu’au fil des siècles, les hommes de science ont découvert, en 1985, qu’il existait 109 éléments à l’état naturel qui sont à l’origine de tout ce qui existe dans l’univers ? Il est fort possible que ces hommes de science aient découvert d’autres éléments depuis 1985, car nous sommes constamment épatés par de nouvelles découvertes scientifiques. Dieu les avait déjà créés depuis longtemps, mais les hommes les découvrent de plus en plus.

Tout ce qui compose l’univers est formé de ces éléments de base, soit à l’état naturel simple, ou soit par une combinaison de deux ou plusieurs de ces éléments. Vous pouvez même les trouver dans votre dictionnaire sous la rubrique Eléments. Vous avez, par exemple l’hydrogène, le carbone, l’azote, l’hélium et l’oxygène, pour n’en nommer que quelques-uns. Mais l’eau n’est pas parmi ces 109 éléments. Pour créer l’eau, Dieu a combiné deux éléments de base. Vous avez d’abord l’hydrogène, identifié par un H, qui est un gaz très inflammable et qui, à l’état naturel, dégage une flamme bleue pâle, donc très chaude quand elle est allumée. Ensuite, vous avez l’oxygène, identifié par un O, et que nous respirons pour vivre.

Subséquemment, Dieu a soudé deux molécules d’hydrogène avec une molécule d’oxygène et cela vous donne de l’eau (H2O). Vous voyez comme c’est facile pour Dieu. Et cette eau recouvre 7/10de la surface du globe terrestre. Il y en a partout, sous forme d’océans, de glaciers, de mers, de lacs, de rivières, de ruisseaux et d’immenses nappes souterraines (nappes aquifères ou phréatiques).

Revenons maintenant au feu. Pour faire un feu, il vous faut trois ingrédients : une matière combustible, de l’oxygène et une étincelle pour allumer cette matière combustible. Poursuivons. Imaginons que le moment précis du « Jour du Seigneur » pour purifier la terre est maintenant arrivé. L’atmosphère est tendue et on sent que quelque chose d’épouvantable va se produire. La Parole de Dieu se fait entendre et commande aux deux éléments qui composent l’eau, sur toute la terre, de se dissoudre. L’oxygène et l’hydrogène sont maintenant séparés. Soudainement, il y a des claquements dans le ciel, comme lorsque deux fronts atmosphériques se rencontrent l’été pour provoquer des orages électriques.

Au même moment, les éclairs se déchaînent avec fracas et allument tout cet hydrogène en suspension. L’immense quantité d’oxygène, également en suspension, alimente simultanément ce feu devenu tellement intense qu’il dégage une flamme bleu clair et une chaleur insoutenable. Ce qui était auparavant un énorme bassin d’eau est subitement devenu une terre entièrement en flammes. Un étang de feu ! Vous avez ici le feu de la géhenne, si souvent mentionné dans les Saintes Écritures, qui dévorera les rebelles dans cette seconde mort, de laquelle il n’y aura pas de résurrection possible.

La chaleur sera si intense que tous les métaux fondront, les rochers se liquéfieront et toutes les œuvres des hommes seront consumées. Et il n’y aura personne pour éteindre le feu. Dieu le laissera brûler tant qu’il y aura de quoi à consumer. Lorsque tout sera brûlé, le feu s’éteindra tout seul, faute de matière combustible, et la terre entière sera purifiée ainsi que l’atmosphère qui l’entoure. À ce stade nous avons le droit de nous poser des questions sur un évènement expliqué auparavant, où Satan et ses démons furent précipités, à la fin du Millenium, dans le même feu qui avait été allumé pour la Bête et le Faux Prophète lors de l’avènement de Christ, mille années auparavant.

Notez comment cet incident est bien placé dans l’Apocalypse, juste avant la Deuxième Résurrection et le jugement du Grand Trône Blanc. Donc, à ce stade, le règne de Satan est fini à tout jamais pour l’éternité. Ce feu demeurera cependant allumé pendant toute cette période de jugement du Grand Trône Blanc, et servira de témoignage évident de la futilité de l’œuvre de Satan durant toute l’histoire humaine jusqu’à cette période de temps. Ce feu deviendra aussi un témoignage à tous les ressuscités sur le châtiment qui sera réservé aux rebelles qui résisteront à Dieu jusqu’à la fin. C’est alors que le feu communément appelé « feu de la géhenne » engloutira la terre entière, et en plus de causer « la seconde mort » aux rebelles toujours à l’état physique et combustible, aura comme fonction de purifier la terre aussi, en « consumant toutes les œuvres des hommes » (2 Pierre 3:10). Et quand tout sera consumé, le feu s’éteindra tout seul, faute de matériaux combustibles.

Si le feu de la géhenne finit par s’éteindre, où seront donc tourmentés pour l’éternité le diable et ses démons ? Allons voir de nouveau Apocalypse 20:10. « Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète ; et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles ». Nous avons déjà établi dans le message précédent que le « ils » dans « ils seront tourmentés », s’applique à Satan et ses démons et non à la Bête et au Faux Prophète. Ces deux-là seront entièrement brûlés et réduits en cendre depuis mille ans. Certains sont cependant portés à croire que ce verset dit que ce feu va brûler « aux siècles des siècles ». On peut tourner ce verset dans tous les sens qu’on veut, mais il ne dit pas que le feu va brûler « aux siècles des siècles ». Le tourment de Satan et ses démons OUI, mais pas le feu. Le feu de la géhenne ne viendra que s’ajouter à ce feu, et toute la terre deviendra alors un immense brasier. Quand tout sera consumé, le feu que Dieu n’éteindra pas, s’éteindra tout seul faute de combustible, et la terre entière sera purifiée et préparée pour recevoir la Jérusalem céleste.

Mais où seront alors « tourmentés aux siècles des siècles » le diable et sa cohorte, les véritables instigateurs de tous les malheurs que la terre a connus ? Sûrement pas sur cette terre purifiée, qui recevra la Cité Sainte qui descendra du ciel ! Nous ne pouvons pas citer un grand nombre de versets ici pour identifier cet « endroit de tourment » avec précision. C’est comme si Dieu se réservait le privilège de nous annoncer cette vérité en détail quand cette connaissance nous sera vraiment utile. Il est une chose certaine, cependant, que Dieu ne viendra pas établir Son Quartier Général de l’univers sur une terre purifiée, avec Satan et ses démons toujours dans les parages. Ceci nous pouvons l’affirmer avec certitude.

« Il n’y entrera rien de souillé, ni personne qui s’adonne à l’abomination et au mensonge » (Apocalypse 21:27). Nous avons ici une description claire et précise de Satan et de ses démons. D’abord ils sont tous souillés. La plus grande abomination que Satan ait pu faire, ce fut de s’attaquer au trône même de Dieu afin de tenter de s’élever au-dessus de Dieu (Ésaïe 14:12-14). Pour ce qui est du mensonge, Jésus l’attribue directement à Satan comme le qualificatif par lequel il est reconnaissable. « Lorsqu’il dit le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur, et le père du mensonge » (Jean 8:44). Alors, Apocalypse 21:27 décrit, non seulement ceux qui ne pourront jamais entrer dans la Cité Sainte, mais ce verset décrit surtout Satan et ses démons, les grands responsables de cette tragédie humaine épouvantable. Ils devront donc endurer leur « tourment aux siècles des siècles » ailleurs.

Néanmoins, il y a un petit passage qui pourrait nous suggérer un début de réponse. Il se trouve dans l’Épître de Jude, un des frères de Jésus. Jude donne des avertissements aux chrétiens au sujet des faux docteurs, leurs caractères, ainsi que le jugement que Dieu leur réserve. En parlant de ces faux docteurs, Jude est inspiré d’écrire : « Ce sont des vagues furieuses de la mer, rejetant l’écume de leurs impuretés ; des astres errants auxquels l’obscurité des ténèbres est réservée pour l’éternité » (Jude 13). Tout en parlant des faux docteurs, Jude, dans ce verset, semble étrangement nous décrire l’œuvre du diable lui-même et ses démons, comme une mer rejetant l’écume de leurs impuretés. « Et que Dieu retient par des chaînes éternelles dans les ténèbres, pour le jugement du grand jour, les anges qui n’ont pas gardé leur puissance, mais qui ont quitté leur propre demeure » (verset 6).

Suivre Lucifer dans cette tentative de conquête du ciel fit de ces anges des démons, et scella par le fait même leur jugement éternel. Mais encore plus, Jude nous indique le châtiment éternel qui leur est réservé dans l’obscurité des ténèbres, où ils seront « tourmentés aux siècles des siècles », n’ayant plus personne à séduire durant l’éternité. Est-ce possible qu’il serait question ici de cet endroit si intriguant dans l’univers que les hommes de science appellent « le trou noir », et dont la densité est telle qu’aucune lumière, même un laser, ne peut y pénétrer ? Sans en avoir la certitude biblique, c’est quand même une possibilité sur laquelle on peut se permettre de méditer.

Revenons maintenant à cette terre renouvelée qui doit accueillir la Ville Sainte et Dieu le Père Lui-même. Dans 2 Pierre 3:13, l’apôtre nous dit : « Or, nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habite. » C’est exactement ici que nous sommes rendus, dans Apocalypse 21:1. Tous les jugements de Dieu sont passés ; les rebelles sont détruits ; et la terre est maintenant purifiée pour témoigner d’un spectacle merveilleux.

Revenons dans Apocalypse 21:1 : « Je vis ensuite un ciel nouveau [entièrement dépollué] et une terre nouvelle [complètement purifiée] ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, [et remarquez bien, maintenant] et la mer n’était plus. » Complètement consumée ! Ce qui reste est une nouvelle terre sur laquelle des êtres immortels seulement attendent avec anticipation l’arrivée de la nouvelle Jérusalem ! Voilà enfin le précieux moment de l’accomplissement de ce que tous les chrétiens ont demandé à Dieu durant tous les siècles : « Que Ta volonté soit faite sur la terre, comme elle se fait au ciel ! » Et le quartier général d’où nous allons travailler avec Jésus, s’en vient s’installer sur cette terre, qui deviendra le centre de Son univers !

Verset 2 : « Et moi Jean je vis la sainte cité, la nouvelle Jérusalem, qui descendait du ciel d’auprès de Dieu, préparée comme une nouvelle mariée qui s’est ornée pour son époux. » Jean compare la beauté de cette ville à une épouse qui, le jour de ses noces, s’organise pour être extrêmement belle pour son mari. J’aimerais spécifier ici que cette Jérusalem céleste qui descend du ciel n’est pas l’Église ! Les pré-tribulationistes prêchent que cette Jérusalem céleste représente l’Église, enlevée au ciel avant la grande tribulation et qui redescend maintenant au-delà de mille années plus tard. D’abord et avant tout, établissons une chose très clairement. L’Église n’est jamais montée au ciel ! Le plus haut qu’elle doit monter, c’est dans les nuées à la rencontre de Jésus, pour L’accueillir lors de Son avènement. Elle a par la suite régné sur la terre avec Christ pendant les mille ans de paix (Apocalypse 20:6).

Revenons à cette vision fantastique que Jean commence à nous décrire. Apocalypse 21:3 : « Et j’entendis une grande voix du ciel, qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes, et il habitera avec eux ; ils seront son peuple, et Dieu sera lui-même avec eux, il sera leur Dieu. » Il y a trois choses très intéressantes signalées dans ce verset. Premièrement, notez que le tabernacle de Dieu sera avec les hommes. Alors que nous sommes encore physiques, nous sommes déjà considérés comme étant des citoyens de cette Jérusalem, mais en esprit seulement, grâce au Saint-Esprit qui vit en nous. Parce que, pour le moment, la ville sainte est encore au ciel et nous sommes ici-bas. Tandis qu’ici, nous voyons cette nouvelle Jérusalem venir s’installer littéralement sur la terre avec nous. Donc, ce ne sont pas les humains qui montent au ciel, c’est Dieu Lui-même qui descend et qui vient faire Sa demeure sur la terre ! Essayez d’expliquer cela à certains groupes religieux… !!!

Deuxièmement, Dieu habitera avec nous, et nous serons Son peuple. Encore une fois, dans notre état actuel, Dieu vit en nous, par Son Esprit. Mais dans ce verset, nous voyons l’accomplissement d’une prophétie donnée par l’apôtre Jean : « Bien-aimés, nous sommes à présent enfants de Dieu, et ce que nous serons [futur] n’a pas encore été manifesté » (1 Jean 3:2). Il parle ici de notre condition physique actuelle. Malgré cela, cependant, nous sommes déjà considérés comme étant des enfants de Dieu. Regardons maintenant la deuxième partie du verset : « …mais nous savons que quand il sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. »

Donc, lorsque nous serons immortels, nous serons semblables à Lui, tout comme Jésus lorsqu’Il est ressuscité glorieux et immortel. Alors, Dieu ne vivra pas en nous seulement, par Son Esprit, Il vivra avec nous, tout comme un bon Père qui côtoie Ses enfants. À l’état immortel, nous pourrons alors voir Dieu tel qu’Il est, ce qui est impossible à l’état physique dans lequel nous sommes présentement. Essayez d’imaginer un instant cette intimité fantastique que nous partagerons avec Lui !

Finalement, nous voyons pourquoi Dieu Lui-même sera avec nous, car nous serons littéralement Son peuple et, par conséquent, nous pourrons Le voir exactement tel qu’Il est. Le fait que Dieu vienne habiter sur la terre nous indique aussi que la terre deviendra le Quartier Général de l’univers. Le Règne de Jésus ne se limitera plus à la terre seulement, mais s’étendra pour couvrir l’univers entier. Et la nouvelle Jérusalem que Jean nous décrit sera la ville capitale de ce vaste univers — univers que nous allons changer et améliorer durant l’éternité avec Jésus.

Les Élus de la Première Résurrection seront établis comme rois sur ceux qui formeront les nations et qui viendront s’ajouter à la famille de Dieu, d’abord durant le Millenium et lors de la Deuxième Résurrection. Voilà pourquoi Paul appelle cette Première Résurrection « une meilleure résurrection », dans Hébreux 11:35. Jésus Lui-même fait des promesses extraordinaires à ceux de cette Première Résurrection. Apocalypse 3:12 : « Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu. » Une colonne, comme on peut voir dans 1 Rois 7:21, symbolise la force et la permanence, « …et il n’en sortira plus, » nous dit Jésus. Nous ne serons jamais exclus de ce temple. « …j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu… » C’est un signe d’appartenance nous identifiant comme étant Ses propres enfants. « …et le nom de la cité de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem, qui descend du ciel, d’auprès de mon Dieu… » Voilà où nous en sommes rendus au chapitre 21 de l’Apocalypse.

Mais regardez la toute fin du verset 12, ici : « …et mon nom nouveau. » Non seulement Jésus écrira sur nous le nom de la cité de notre Dieu, de la nouvelle Jérusalem, mais aussi le nom nouveau de Jésus. Dans l’Ancien Testament, nous voyons Dieu S’attribuer plusieurs noms pour nous expliquer ce qu’Il est et ce qu’Il fait. Par exemple, vous avez Yahwe-Yireh, le Dieu qui pourvoit à tous nos besoins, ou Yahwe-Rophekah, le Dieu qui guérit, ou El-Shadaï, le Dieu Tout-Puissant, pour n’en nommer que trois.

Dans Apocalypse 3:12, Jésus nous parle de Son nom nouveau, un nom que nous ne connaissons pas encore. Mais le fait que ce nom Lui sera attribué plus tard, au moment où cette Jérusalem viendra s’établir ici-bas, semblerait nous indiquer que ce nom sera directement lié à une nouvelle fonction, fort possiblement à l’administration de l’univers entier. Avoir ce nom nouveau écrit sur nous, nous assure de faire partie de Son équipe régnante. Pour implanter cette vérité dans notre esprit, Il nous la confirme en nous déclarant, au verset 21 du chapitre 3 : « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et suis assis avec mon Père sur son trône. »

Quand Dieu a créé l’homme « l’Éternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Éden, pour le cultiver et pour le garder » (Genèse 2:15). Donc, l’homme devait prendre soin de ce que Dieu lui confiait. Mais, suite à sa rébellion contre son Créateur, non seulement a-t-il été chassé du jardin, mais Dieu dit à Adam : « tu mangeras le pain à la sueur de ton visage ; jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris » (Genèse 3:19). Inspirés maintenant par Satan, nos premiers parents ont négligé de faire tout ce que Dieu leur avait commandé, et nous voyons aujourd’hui les conséquences de toute leur connaissance dans ce qui est bien et mal.

Nous pouvons alors constater le bousillage sur la terre et le ciel immédiat qui l’entoure. Mais pour ce qui est du reste de l’univers, même les hommes de science, avec leurs magnifiques télescopes, ne peuvent que spéculer sur la condition exacte de l’univers. Je ne peux pas l’affirmer avec certitude, n’ayant pas les versets pour le prouver, mais les Saintes Écritures nous disent cependant, que la terre entière deviendra comme un jardin d’Éden un jour pour accueillir ceux de la Deuxième Résurrection. Car : « Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel : Au jour où je vous purifierai de toutes vos iniquités, je ferai que vos villes soient habitées, et les lieux ruinés rebâtis. La terre désolée sera cultivée, tandis qu’elle était déserte aux yeux de tous les passants. Et ils diront : Cette terre désolée est devenue comme un jardin d’Éden ; ces villes désolées, désertes et ruinées, sont fortifiées et habitées » (Ezéchiel 36:33-35).

Notre travail éternel pourrait donc se situer au niveau du maintien de la beauté originelle de ce que Dieu avait créé pour Ses enfants au tout début de Sa création de l’univers. L’utilisation par Dieu de l’expression « Je vais créer de nouveaux cieux », pourrait alors signifier que Dieu nous confiera la responsabilité, sous les dispositions de Jésus, d’améliorer progressivement toutes ces galaxies avec leurs étoiles et les planètes qui les entourent. Dieu a créé l’univers une fois, lorsque Son but initial était de Se former une Famille, avec qui Il partagerait cette création. Nous ne chômerons pas dans cette Famille divine en nous prélassant sur des nuages jouant de la harpe, comme certains semblent le croire. Notre travail, en effet, sera d’entretenir ce que Dieu a créé dans une beauté inimaginable durant l’éternité.

Avant la venue du Père sur cette terre, Jésus devra amener toute chose en soumission à Lui-même. « Et après que toutes choses Lui auront été assujetties, alors aussi le Fils sera assujetti à Celui qui lui a assujetti toutes choses, afin que Dieu soit TOUT en TOUS » (1 Corinthiens 15:28). Alors, quand Dieu S’exprime au futur et dit : « JE », ce je inclut toute Sa Famille. Donc, nous aurons un travail continuel qui durera éternellement et dont on ne se lassera jamais ! Si vous avez, à l’occasion, un moment d’ennui, laissez courir votre imagination pour découvrir les moyens que vous utiliserez un jour pour développer un équilibre et une beauté jamais connue dans tout ce que vous toucherez. Oui ! Rêvez à ces choses ! Vous ne vous ennuierez plus jamais.

La ville sainte est comparée à une épouse. Nous avons deux symboles, ici. La ville est un symbole de communauté, tandis que l’épouse symbolise l’intimité. Même en tant qu’humains, notre ville est la communauté où nous sommes en sécurité, malgré que, de nos jours, cette sécurité se soit beaucoup effritée. Pour ce qui est de notre épouse, elle devrait toujours représenter ce qui est le plus intime dans notre vie. De ce fait, nous avons ici un magnifique portrait illustrant les Enfants de Dieu, immortels, et vivant en communauté avec Dieu. Une communauté remplie d’énergie sans limites, prête à répondre à chaque opportunité pour améliorer, changer et embellir tout ce qui se présentera sur notre chemin. Et tout cela dans une intimité parfaite avec Jésus, ainsi que les uns avec les autres.

Revenons dans Apocalypse 21:4 : « Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus. Il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni travail ; car les premières choses sont passées. » Le symbolisme utilisé ici par Dieu est simplement fantastique ! Ce sera un temps de « plus jamais » ! Plus jamais de mort, car tous seront immortels ! Plus jamais de peine, car tous oeuvreront ensemble dans l’amour ! Plus jamais d’adieu, car la famille de Dieu ne sera jamais divisée ! Plus jamais de souffrance, car nous aurons un corps glorifié comme celui de Jésus, qui ne connaîtra plus jamais la souffrance physique ! Plus jamais de larmes, car les Enfants de Dieu travailleront ensemble dans la joie et en harmonie ! Finalement plus jamais de méchanceté, car il ne nous viendra même plus à l’esprit de faire du mal !

Étant immortels, toutes ces choses, faisant partie de notre passé sous la séduction de Satan,disparaîtront maintenant à tout jamais ! Quand on y pense, c’est tellement magnifique qu’on a peine à y croire. Mais Jean nous rassure au verset 5, en nous déclarant : « Et celui qui est assis sur le trône, dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Puis il me dit : Écris ; car ces paroles sont véritables et certaines. 6Il me dit aussi : C’en est fait. » Donc, il est impossible que cela ne se produise pas ! « C’est fait » est un absolu ! Puisque Dieu en a résolu ainsi, c’est aussi vrai que le soleil se lève chaque matin, même si nous ne le voyons pas à l’occasion à cause des nuages.

Verset 6 : « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. » C’est comme si Dieu mettait une parenthèse sur tout ce que nous appelons « temps ». « Je suis le commencement et la fin, avec un sous-entendu que tout ce qui se trouve entre les deux vient de moi aussi. » Ce sont de telles paroles de vérité qui nous garantissent que, tant et aussi longtemps que nous demeurerons près de Dieu, nous n’avons à nous préoccuper de rien. Dieu est en charge ; Il est toujours là pour nous, surtout pendant que nous sommes encore dans ce corps fragile et sans puissance aucune.

Regardons maintenant la deuxième partie du verset 6 : « Je donnerai gratuitement de la source d’eau vive à celui qui a soif. 7Celui qui vaincra, héritera toutes choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils. » Après nous avoir donné cette extraordinaire nouvelle de Sa venue sur terre dans cette merveilleuse Jérusalem céleste, Dieu nous rappelle encore une fois, comment Il est toujours prêt à accueillir celui qui a soif de Son Esprit au point de vouloir devenir littéralement un Fils immortel de Dieu. Ne trouvez-vous pas merveilleux de vous faire dire pareille chose ? Cette ville sainte sera la demeure éternelle des enfants de Son Royaume. La seule chose requise par Dieu pour y parvenir, nous rappelle Jésus, c’est d’avoir soif de la vérité. Et cette vérité nous est offerte gratuitement en plus !

Vous savez, ni la richesse, ni la gloire, ni la renommée, ni les plaisirs du monde, rien sur cette terre ne peut étancher notre soif comme cette source d’eau vive. Les autres choses ne sont que temporaires, dans un monde axé sur le gain, la compétition, la cupidité et le pouvoir. Voilà pourquoi les gens riches, le jet-set, et ceux qui ne sont branchés que sur le matériel, recherchent toujours quelque chose de plus. Ils ne sont ni comblés, ni satisfaits, même s’ils semblent vraiment posséder tout ce qu’il faut pour être heureux. S’ils sont vraiment comblés, pourquoi sont-ils alors malheureux, aux prises avec tant de divorces, de problèmes de drogue, d’alcoolisme et même de suicide ? Simplement parce que leur vie n’a aucune profondeur. Tout n’est que façade pour impressionner les autres.

À la télévision, on a posé la question suivante à une dame du jet-set : « Quelle fut la raison principale de votre divorce ? » Sa réponse amusante fut spontanée : « C’est que, dans notre couple, nous étions tous les deux en amour avec lui ! » Un couple fondé sur une attitude égoïste ne peut pas fonctionner. Jésus nous dit qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Pourtant, Dieu leur offre gratuitement de satisfaire cette soif de bonheur, en se tournant vers Sa Parole, car cette vérité est arrosée d’une multitude de bénédictions. Mais ces bénédictions sont destinées aux vainqueurs qui hériteront toutes ces choses.

L’apôtre Pierre aussi nous parle de cet « héritage incorruptible, sans tache, inaltérable, et réservé dans les cieux pour nous » (1 Pierre 1:4). Cependant, cet héritage n’est destiné seulement qu’à nous qui serons changés par Sa grâce et qui « sommes gardés par la foi, pour le salut. » Nous faisons partie de Ses fils et de Ses filles que le Prince de notre salut a bien voulu conduire à la gloire, comme Il nous dit dans Hébreux 2:10. Et comme si Jésus voulait implanter un dernier avertissement dans notre esprit, Il nous rappelle, au verset 8 d’Apocalypse 21, quel genre de personne ne sera jamais admis dans Son Royaume.

Regardez bien ce qui est écrit : « Mais, pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les fornicateurs, les empoisonneurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part est dans l’étang ardent de feu et de soufre ; ceci est la seconde mort. » Tout au long de ce livre, nous avons vu que c’est précisément ce que Jésus veut nous éviter. Il veut que tous se repentent de leurs péchés et parviennent au salut. Jésus n’éprouve aucun plaisir à voir quelqu’un condamné à cette seconde mort de laquelle il n’y aura aucune résurrection possible.

Alors, ces choses qu’Il énumère sont des activités dont les gens refuseront de se repentir et par lesquelles ces individus se jugeront eux-mêmes. Vous noterez qu’elles reflètent trois attitudes d’un cœur d’homme complètement déchaîné dans le mal. D’abord, il y a les lâches. N’oublions pas que nous parlons ici de personnes complètement tordues. Ce sont des gens qui, à cause de leur manque de courage et de compassion, se permettent de commettre des actes de cruauté envers leurs semblables sans ressentir le moindre scrupule. Dans leur for intérieur, ce sont des gens peureux et des poltrons, mais ils font ces actes de bassesse dans l’espoir de ne pas se faire prendre ou d’être punis. Et même quand ils se font ramasser, ils ne manifestent aucun remord ni aucun repentir. Leur méchanceté devient le centre de leur univers.

Le côté spirituel associé à cette lâcheté est connu sous le nom de « péché impardonnable ». C’est un processus qui s’installe chez celui qui décide de lâcher volontairement cet engagement envers Christ qu’il avait pourtant si désiré à un certain moment dans sa vie. Mais, après un certain temps, pour des raisons que seul Dieu et cette personne connaissent, plusieurs attitudes commencent à se manifester et qui pourraient finir par amener un individu à commettre le seul péché que Dieu ne peut pas pardonner. Voici quelques-unes de ces attitudes :

  • Rejeter la définition biblique et divine de ce qui est bien et ce qui est mal. Il commet ainsi le même péché de rejet d’une vérité divine qu’Adam et Eve, mais cette fois après avoir reçu le Saint-Esprit. Donc, après avoir mangé de l’arbre de Vie, il préfère retourner librement à l’arbre de sa propre connaissance du bien et du mal. Avec le temps, cette attitude amène l’individu à rejeter volontairement le sacrifice de Christ, le seul offert par Dieu, par lequel ses péchés ont été pardonnés et effacés, et qui lui avait ouvert l’accès à l’arbre de Vie et l’immortalité.
  • Refuser systématiquement de pardonner aux autres, car le cœur commence à s’endurcir face à la miséricorde démontrée envers tous ceux qu’il aimait auparavant.
  • Refuser de demander pardon, sous prétexte qu’il a toujours raison et que ce sont les autres qui ont toujours tort.
  • Refuser d’admettre qu’il a péché et, par le fait même, refuser de s’en repentir. S’approcher du Trône de Dieu pour recevoir Sa miséricorde n’est plus nécessaire pour lui.
  • S’opposer d’une manière obstinée à Dieu Lui-même, n’ayant plus besoin de Dieu dans sa vie pour être sauvé. Il devient ainsi son propre dieu.
  • Tous ces éléments finissent éventuellement par convaincre l’individu qu’il n’a plus besoin du Saint-Esprit, donc il décide de le rejeter volontairement.

Rappelons-nous toujours que ce qui est mentionné plus haut est devenu le comportement de quelqu’un qui s’est déjà converti à Dieu et qui, lentement et progressivement, commence à agir de cette façon contre son Créateur. Donc, le péché impardonnable se résume à un endurcissement systématique et délibéré du cœur, avec le refus d’écouter tout ce que Dieu dit. Ce processus de rébellion sera aussi présent dans l’attitude de ces individus dans plusieurs autres comportements.

Prenons comme exemple les incrédules. Ce sont des gens qui ont déjà connu la vérité et qui reconnaissaient la véracité des promesses de Dieu. Mais, suite à des circonstances que seuls Dieu et eux-mêmes connaissent, au lieu de se tourner vers Dieu pour obtenir de l’aide, ils se mettent à accuser Dieu pour tous leurs malheurs ! L’amertume s’installe lentement dans leur cœur et ils décident de devenir maîtres de leur vie à 100 %. Non seulement rejettent-ils Dieu, mais ils n’acceptent plus aucune autorité sur leurs agissements. Ils mettent même en doute la véracité de la Parole de Dieu. En devenant sceptiques, non seulement refusent-ils de croire, mais ils vont jusqu’à traiter Dieu de menteur.

La troisième attitude est celle des abominables, des empoisonneurs de l’esprit des gens, qui se plaisent à provoquer l’aversion contre Dieu dans leur entourage, par des comportements détestables et exécrables. Ils sont tellement vaniteux qu’ils s’élèvent au-dessus de Dieu, étant capables d’actes d’une répulsion inimaginable. Sans aucun remord, ils peuvent commettre des choses d’une répugnance extrême, défiant Dieu de les en empêcher. Ces gens sont souvent doués d’un charisme extraordinaire, mais cela ne les empêchera pas d’être cruels, meurtriers, fornicateurs, manipulateurs, empoisonneurs d’esprits, idolâtres et surtout menteurs par excellence.

Les gens qui possèdent ces trois attitudes sont rendus tellement loin dans leur méchanceté qu’ils n’ont plus aucune intention de se repentir de leurs actes. Ils sont rendus à un point où il est impossible de les convaincre qu’il y a un Dieu toujours prêt à leur pardonner, si seulement ils voulaient se repentir de leurs péchés en revenant à lui. Pourtant, pendant un certain temps ils avaient beaucoup de facilité à venir vers Dieu pour implorer Sa miséricorde. Mais le cœur, avec les années, est devenu désespérément tordu au point de rejeter Dieu complètement. Vous remarquerez le point commun à tous ces gens qui rejettent Dieu. Leur orgueil. Il est devenu démesuré au point qu’ils ne tolèrent plus de devoir se plier aux instructions simples et salutaires de Dieu. Ils veulent plutôt tout décider dans leur vie et que tout ce qui les concerne vienne d’eux-mêmes et de personne d’autre, fût-Il Dieu.

Dieu avait vraiment raison quand Il a déclaré que, laissé à lui-même, « le cœur est trompeur par-dessus tout, et désespérément malin » (Jérémie 17:9). Seul Dieu pourrait changer le comportement de ces individus. Mais ils refusent ! Alors, ces gens renient complètement Jésus, ainsi que la rançon qu’Il a payée pour eux. Ils rejettent, par le fait même, le Saint-Esprit aussi qui aurait pu les guider pour les amener à la repentance. En reniant Jésus devant les hommes, Jésus n’a plus le choix que de les renier devant Son Père. En rejetant carrément le Saint-Esprit, ces individus commettent aussi le seul péché que Dieu ne peut pas pardonner, car, sans le Saint-Esprit, il serait impossible de travailler avec une telle personne durant l’éternité.

J’aimerais apporter une clarification ici sur le péché contre le Saint-Esprit, aussi appelé le péché impardonnable. Rappelons-nous toujours que le Royaume de Dieu sera composé d’Élus et de Nations dirigées par les Élus. Précisons que les Élus sont ceux de la Première Résurrection seulement. Ce sont les prémices, appelés par Dieu, alors que Satan était toujours « le dieu de ce siècle » qui séduisait le monde entier. Malgré cette séduction, plusieurs gens ont consenti à donner leur vie à Dieu. À ceux-là, Dieu a donné Son Esprit et leur nom fut inscrit dans le Livre de Vie. Si après avoir reçu le Saint-Esprit cette personne commet volontairement le péché impardonnable, tel qu’expliqué plus haut, Dieu efface son nom du Livre de Vie et cette personne est réservée pour le feu de la géhenne.

Ceux qui formeront les Nations sont ceux qui se convertiront soit durant le Millénium, ou soit lors de la Deuxième Résurrection, alors que Satan et ses démons n’y seront plus pour les séduire. Ce sera un temps où le Saint-Esprit sera avec chaque individu sans être en eux. Chacun aura donc un choix libre à faire ; suivre Dieu ou refuser. Oui ou non ! Et il n’y aura plus des milliers de religions différentes pour semer la confusion dans leur choix. Ceux qui se convertiront recevront le Saint-Esprit et seront alors inscrits dans le Livre de Vie. Par contre, ceux qui refuseront le Saint-Esprit en défiant Dieu jusqu’à la fin ne seront tout simplement pas inscrits dans le Livre de Vie. Leur rébellion continuelle les empêchera d’y être inscrits, et leur décision sera l’équivalent de pécher contre le Saint-Esprit. La Bible est extrêmement claire pour identifier ceux qui seront destinés au feu de la géhenne. « Et quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le Livre de Vie, fut jeté dans l’étang de feu » (Apocalypse 20:15). Qu’ils soient effacés ou simplement pas inscrits, ils ne seront donc pas écrits dans le Livre de Vie.

Pour ceux-là, Jésus nous dit, dans Apocalypse 21:8 : « leur part est dans l’étang ardent de feu et de soufre ; ceci est la seconde mort. » Pas brûlés vivants pendant l’éternité ! Non, ils meurent pour l’éternité ! Seconde mort ne veut pas dire seconde vie ! Comment Dieu pourrait-il être plus clair ? Les trois attitudes énumérées par Jésus et qui peuvent amener un individu à commettre le péché impardonnable ne sont pas placées ici par pur hasard. N’oublions jamais que ce livre est adressé aux serviteurs de Dieu et non au monde ! Alors, Jésus les a écrites expressément pour nous indiquer, jusqu’à la toute fin de ce livre, qu’il faut demeurer branchés sur Lui et sur personne d’autre. Il faut également persévérer jusqu’à la fin. Malheur à celui qui rejette la grâce de Dieu, car rien d’impur ne sera associé à Dieu dans cette ville sainte.

Donc, ces huit versets nous ont dévoilé la raison d’être de cette nouvelle Jérusalem. À partir du verset 9, Jean reçoit une autre vision. « Alors l’un des sept anges, qui avaient eu les sept coupes pleines des sept dernières plaies, vint à moi, et me parla en disant : Viens, je te montrerai la nouvelle mariée ; l’épouse de l’Agneau. 10Et il me transporta en esprit [donc, dans une vision] sur une grande et haute montagne, et il me montra la grande cité, la sainte Jérusalem qui descendait du ciel venant de Dieu, 11Avec la gloire de Dieu. » Jean va maintenant voir cette nouvelle Jérusalem décrite dans un langage symbolique de toute beauté dans cette merveilleuse vision.

C’est ce que nous allons étudier ensemble dans le prochain message. Nous verrons aussi l’accomplissement de cette prophétie de Paul, dans 1 Corinthiens 15:26. Jésus ayant détruit tous les ennemis, « l’ennemi qui sera détruit le dernier, c’est la mort 28Et après que toutes choses lui auront été assujetties, [Jésus remettra alors le Royaume à Dieu le Père, comme on peut voir au verset 24] alors aussi le Fils même sera assujetti à celui qui lui aura assujetti toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous. » Voilà une description simplifiée de la Famille Divine : Dieu en tous éternellement.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , , , , , ,