D.001 – Perspective des événements à venir

image_pdfimage_print

 

Apocalypse 1:1-20

 Par Joseph Sakala

Veuillez ouvrir votre Bible avec moi, s’il vous plaît, dans 1 Corinthiens 2:9. Dans ce verset, Paul nous dit que les humains en général ne voient pas et ne comprennent pas les choses que Dieu a préparées pour ceux qui L’aiment. Mais au verset 10, il nous déclare que « Dieu nous les a révélées par l’Esprit ; car l’Esprit sonde toutes choses, même les profondeurs de Dieu. » Demandons alors au Saint Esprit d’éclairer chacun de nous qui lisons ce message, afin de bien saisir la profondeur de ce qu’Il veut nous révéler, en ouvrant notre esprit à Sa Parole, et à Sa Parole seulement. Que Sa révélation soit pour nous une manifestation de l’amour de Dieu et non de Sa colère.

Quand nous sommes témoins d’un cataclysme, que ce soit un ouragan, une inondation ou un tremblement de terre, nous utilisons souvent l’expression « malheur apocalyptique » pour décrire l’incident. Ce faisant parce que ces événements bouleversent soudainement toutes les priorités qui étaient en place à l’endroit frappé. La raison pour laquelle ces désastres naturels nous effraient, c’est qu’ils sont complètement hors de notre contrôle. Nous n’y pouvons rien et la crainte ressentie nous fait parfois réévaluer les priorités de notre vie.

Voilà le genre de crainte que le livre de l’Apocalypse produit souvent. Certains disent que c’est le livre le plus épouvantable de la Bible, celui qui crée le plus de frayeur dans le cœur du lecteur, car il contient des révélations sur des fléaux, des tremblements de terre, des guerres et des invasions par des créatures mystérieuses, étranges et abominables sur cette terre. Et l’on se demande si l’on pourrait survivre au jugement décrit dans ces pages. Pour les non-initiés, l’Apocalypse est très difficile à comprendre. Mais, une fois lu, ce livre devient impossible à oublier. Ce n’est pas un accident ou une pure coïncidence que ce livre soit le dernier de la Bible. Dieu l’a voulu ainsi, car il assemble de nombreux thèmes que l’on retrouve dans la Bible entière pour les guider vers leur conclusion éventuelle dans le merveilleux Plan de Dieu pour l’humanité.

Il est malheureux que, dans plusieurs congrégations et dans certains ministères, l’interprétation du livre de l’Apocalypse soit basé sur un sensationnalisme spectaculaire, des spéculations extravagantes et toutes sortes de douteuses explications, alors que dans d’autres églises, on traite ce livre avec un étrange mépris et/ou une paresse intellectuelle coupable, sans tenir compte de ce que l’apôtre Paul a dit, dans 1 Thessaloniciens 5:20 : « Ne méprisez point les prophéties »et, dans 1 Corinthiens 14:1 : « …désirez aussi avec ardeur les dons spirituels, mais surtout celui de prophétiser. »

Essayons d’imaginer le livre de la Genèse et celui de l’Apocalypse comme des appuis à chaque extrémité de la Bible, pour tenir tous les autres livres conjointement. Dans la Genèse, nous avons l’histoire du début du péché de l’être humain, tandis que dans l’Apocalypse, nous découvrons la révélation de l’aboutissement de ses conséquences. Dans la Genèse, nous voyons le début de la civilisation et de l’histoire humaine ; dans l’Apocalypse, nous apprenons comment les deux vont se terminer. Dans la Genèse, nous découvrons le début des jugements de Dieu sur l’humanité ; dans l’Apocalypse, nous voyons l’accomplissement de ces jugements. Donc, ces deux livres appartiennent au même ensemble de ce que nous connaissons comme étant le canon de la Bible.

Dans les Saintes Écritures, plusieurs grands thèmes ont leur aboutissement dans ce livre de la Révélation. Alors, il est très important pour le chrétien de comprendre son contenu. Car, au fur et à mesure que nous allons passer au travers, nous allons reconnaître plusieurs de ces grands thèmes de la Bible. Nous allons aussi vérifier dans les livres de l’Ancien Testament, là où les thèmes ont leur origine.

Laissons maintenant ce livre se présenter à nous. Apocalypse 1:1 :

« 1Révélation de Jésus-Christ, qu’il a reçue de Dieu, pour montrer [remarquez bien] à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître par l’envoi de son ange, à Jean son serviteur ; 2Lequel a rapporté la parole de Dieu, et le témoignage de Jésus-Christ, et tout ce qu’il a vu. »

Donc, Jean a attesté tout ce qu’il a vu. Le tout premier mot de ces deux versets nous confirme la nature de ce livre. Révélation vient du grec apocalypsis, qui veut dire « un dévoilement », i.e. révéler ce qui était auparavant obscur. Dans Amos 3:7, il est écrit : « Car le Seigneur, l’Éternel, ne fait rien, qu’il n’ait révélé Son secret à ses serviteurs les prophètes ». Dans l’Ancienne Alliance Dieu utilisait des prophètes pour révéler Ses instructions à Son peuple Israël. Dans la Nouvelle Alliance, Jésus a utilisé des disciples qui sont devenus des apôtres pour aller proclamer Son Évangile sur l’établissement futur du Gouvernement de Dieu sur cette terre entière. Donc, Dieu utilise toujours des humains, que ce soit des prophètes, des apôtres, des pasteurs ou n’importe quel autre de Ses serviteurs pour proclamer Sa Parole à Sa création.

Revenons maintenant au livre de l’Apocalypse. Ce livre contient des mystères, mais dont la signification doit être révélée. Ainsi, tout au long de notre étude, nous allons voir des mystères éclaircis. Par exemple, le mystère du mal et son origine nous sera dévoilé. Nous apprendrons pourquoi le mal persiste sur cette terre et quelle sera sa fin ultime. Tout ceci nous sera révélé par nul autre que Jésus. Le mystère de la piété sera rendu clair, c’est-à-dire, comment un individu peut vivre une vie juste et droite, au milieu d’un monde brisé, dans la confusion spirituelle et plein de malveillance.

Plusieurs autres mystères seront révélés, car c’est ce que Dieu veut ! Voilà pourquoi le livre porte le nom de Révélation. Au verset 3, nous lisons : « Heureux celui qui lit, et ceux qui écoutent les paroles de cette prophétie… » Ce livre est non seulement un livre de révélation, mais aussi un de prophétie, c’est à dire de prédiction. Il dévoile des personnages et des événements qui ne sont pas encore en place sur la scène mondiale à l’heure actuelle. Mais le livre nous parle de ces événements comme étant des choses qui doivent arriver bientôt. Nous allons apprendre à reconnaître les acteurs principaux qui seront les vedettes sataniques à paraître dans les derniers temps, et quels grands événements vont se dérouler qui amèneront l’histoire de la société, comme nous la connaissons présentement, à son terme. Tout ceci sera aussi rendu clair.

Le processus par lequel toute cette connaissance nous est rendue possible est clairement indiqué. Nous le voyons dans la deuxième partie du verset 1 où il est écrit : « qu’il [i.e. Jésus] a fait connaître par l’envoi de son ange, à Jean son serviteur. » Dans les mots a fait connaître, se trouve un sens caché, car le mot grec utilisé devrait être traduit par signifié ou symbolisé, c’est-à-dire, faire connaître par des signes et des symboles. On devrait alors lire que Jésus a signifié ou symbolisé cette révélation à Son serviteur Jean par Son ange. Il est très important pour nous de comprendre que ce livre est écrit en symboles. Pourquoi ? Parce que Dieu veut ainsi nous révéler qu’Il a une autre manière de faire comprendre les instructions divines qu’il veut transmettre à Ses serviteurs, sans nécessairement utiliser un langage conventionnel.

Pourquoi Dieu a-t-Il rédigé le livre de l’Apocalypse de cette manière ? Est-ce pour en cacher la signification à tous ceux qui n’ont pas l’Esprit Saint ? Seuls Ses serviteurs ont l’Esprit qui permet de saisir les symboles qui sont exprimés dans ce livre et ailleurs dans les autres livres de la Bible. Voilà pourquoi cette révélation demeure toujours voilée et mystérieuse aux yeux des « habitants de la terre ». Ce voile est nécessaire pour que les suppôts de Satan ne puissent en faire une imitation et une interprétation qui pourraient tromper les enfants de Dieu. « Car de faux christs et de faux prophètes s’élèveront et feront de grands signes et des prodiges, pour séduire les élus mêmes, s’il était possible » (Matthieu 24:24). Mais ce ne sera pas possible, car l’Apocalypse est un livre dont la clé du code est l’Esprit Saint de Dieu ! Heureux celui qui lit, grâce à l’Esprit, et ceux qui écoutent les paroles de cette prophétie.

Parfois, quand une chose devient difficile à expliquer, on l’exprime en symbole ou en signe. Comme, par exemple, quelqu’un va dire : « La douleur que je ressens est comme un couteau au cœur. » On n’a pas reçu le couteau, mais la douleur a néanmoins le même effet. C’est ce que l’Apocalypse fait. Alors, ce livre contient des bêtes étranges, des scorpions effrayants, ainsi que des animaux et des personnes bizarres. Mais ce sont des symboles pour identifier des objets réels que les serviteurs de Dieu se doivent de découvrir. Rappelons-nous toujours de cela. Il faudra de ce fait être très prudents dans les explications de ce que nous allons voir.

Puisque Jésus en est le Révélateur, Lui seul doit nous guider au travers de Sa Parole pour nous faire discerner où se découvre l’explication de chaque symbole que nous allons voirIl serait donc souhaitable pour chaque converti à Christ de lire toute la Bible avant de s’attaquer à l’Apocalypse. Car si nous commençons par ce livre, nous risquons de devenir bientôt superbement confus. C’est un peu comme entrer au cinéma dans les dix dernières minutes d’un film et tenter de reconstruire l’histoire entière d’après les quelques instants de ce que nous venons de voir. Si, par contre, vous étudiez toute la Bible, vous reconnaîtrez immédiatement plusieurs de ces symboles lorsque vous serez rendus à l’Apocalypse. Alors, laissons Jésusnous guider dans l’étude de ce formidable livre.

D’abord, je vais en surprendre plusieurs en déclarant que l’auteur de ce livre n’est pas Jean, tel que présumé par certains érudits. Ni Jésus, d’ailleurs. Jésus en est le Révélateur. Notez bien ceci. Jean est certainement impliqué dans la rédaction de cette prophétie, mais l’incontestable Auteur du livre est Dieu Lui-même. Relisons de nouveau les paroles au verset 1 : « Révélation de Jésus-Christ, qu’il a reçue de Dieu. » Ce livre a pris naissance au trône même de Dieu, donc Dieu en est l’Auteur. Tout a commencé dans l’Esprit du Père, et fut révélé à Jésus après Son ascension au ciel. Vous souvenez-vous, dans Matthieu 24:36, où Jésus avait déclaré que dans le déroulement des événements des temps de la fin, seul le Père connaissait le jour et l’heure où tout cela se passerait ?

« Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, non pas même les anges du ciel, mais mon Père seul. »

Même le Fils n’était pas au courant lorsqu’Il prononça ces Paroles. Voyez ce que dit Marc 13:32, en parallèle avec le passage précédent : « Pour ce qui est de ce jour et de l’heure, personne ne les connaît, ni les anges qui sont dans le ciel, ni le Fils ; mais seulement le Père. »

Donc, cette connaissance était réservée exclusivement au Père, qui ne l’avait pas encore révélée à Jésus, à ce moment-là. Et Jésus annonçait seulement ce que le Père Lui disait de dire. Vous pouvez voir cela en Jean 8:28, où Jésus a déclaré : « ….Je ne fais rien de moi-même, mais que je dis les choses comme mon Père me les a enseignées. » Jésus glorifié connaît toutes ces choses aujourd’hui, mais pas au moment où Il a prononcé ces paroles dans Matthieu 24. Alors, Jésus reçoit cette révélation de Son Père, et Il la confie à un ange qui vient la présenter à l’apôtre Jean sous forme de symboles. Jésus vient nous révéler ce qui était dans l’Esprit de Dieu, et qui doit éventuellement arriver.

Ce livre est unique, car aucun autre livre de la Bible n’a été écrit ainsi. Imaginez : il vient de Dieu, passe par Jésus, le Fils de Dieu, qui le confie à un ange de Dieu, qui vient le dévoiler à un apôtre de Dieu, Jean, qui devient le secrétaire et qui l’écrit pour les serviteurs de Dieu. Voilà une continuité parfaite par laquelle Dieu Lui-même instruit les futurs Élus de Son Royaume à venir concernant le déroulement des derniers trois ans et demi de cette malheureuse société entièrement séduite et qui dérive lentement vers sa fin. « Pour les incrédules dirigée par le “dieu de ce siècle” qui a aveuglé l’esprit, afin qu’ils ne soient pas éclairés par la lumière du glorieux Évangile de Christ, qui est l’image de Dieu » (2 Corinthiens 4:4).

Remarquez maintenant la bénédiction qui est attachée à ce livre de Révélation. Verset 3 :« Heureux celui qui lit, et ceux qui écoutent les paroles de cette prophétie, et qui gardent [soulignez ce mot-là] les choses qui y sont écrites. » Le mot « heureux » est utilisé ici dans le sens de « guidé vers le bonheur éternel ». Jean nous déclare que, si nous portons attention au livre de l’Apocalypse et si nous prenons à cœur ses instructions, nous serons guidés par Jésus au travers de toute la confusion régnant dans les idées et les philosophies contradictoires qui abondent dans notre société actuelle. La bénédiction promise pour les serviteurs de Jésus, à qui ce livre est destiné, c’est que les instructions de ce livre nous guideront à trouver le chemin qui nous sortira de cette confusionDonc, une protection divine, mais seulement pour ceux qui gardent ou vivent selon les instructions de cette prophétie.

Ce livre n’a pas été écrit pour inquiéter ou effrayer les serviteurs de Dieu, mais plutôt pour les rassurer sur Son amour et sur Sa protection. Progressons au verset 4 : « Jean, aux sept Églises qui sont en Asie. » Jean approchait de la fin de sa vie quand cette vision lui fut donnée, probablement dans les années 94 à 96, selon certains théologiens. La révélation lui fut donnée sous forme d’une lettre adressée à sept Églises que Jésus avait soigneusement choisies et qui étaient établies dans la province romaine d’Asie. Ces Églises sont mentionnées plus loin, et nous aurons l’occasion de les étudier en détails.

Cette province d’Asie, où les sept Églises étaient situées, c’est la Turquie moderne. Poursuivons au verset 4 : « La grâce et la paix vous soient données de la part de celui qui est, et qui était, et qui sera… » Cette partie de la salutation vient de Dieu le Père, l’Éternel, le « je suis ». Il S’identifie donc ainsi : « Je suis celui qui est (toujours présent), Je suis celui qui était (depuis toujours), et Je suis celui qui sera, (éternellement, sans fin) », comme nous le verrons à la fin du livre, lorsque le Père viendra vivre dans la Jérusalem céleste qui sera alors établie sur cette terre.

Regardons ensuite ce qu’Il dit : « …et de la part des sept esprits qui sont devant le trône. » Nous voyons ici le premier symbole utilisé en même temps que le chiffre sept. Qui sont ces sept esprits ? D’abord, le chiffre sept sera le chiffre clé tout au long de ce livre. Il est le symbole de la perfection, de la plénitude et de l’achèvement de tout ce que Dieu entreprend. Allons voir un endroit où ces sept Esprits sont en action, pour accomplir quelque chose.

Ésaïe 11. Nous voyons, au verset 1, qu’il est question ici du Messie Jésus. Notons maintenant, au verset 2, de quelle façon Il sera animé. Comptons ensemble : « L’Esprit de l’Éternel reposera sur lui [1], l’Esprit de sagesse [2], l’Esprit d’intelligence [3], l’Esprit de conseil [4], l’Esprit de force [5], l’Esprit de science [6], et l’Esprit de la crainte de Dieu [7]. »

Revenons dans Apocalypse 1. Donc, ces sept esprits sont le symbole de nul autre que le Saint Esprit dans la plénitude de Son Être, nous dévoilant Sa façon de travailler et d’agir. Notez ceci, s’il vous plaît, car chaque fois que nous verrons une mention de ces sept esprits, cela veut toujours dire la même chose. Verset 5 : « Et de la part de Jésus-Christ, le fidèle témoin, le premier-né d’entre les morts, le Prince des rois de la terre. » Ici, nous avons notre Sauveur clairement identifié. Jésus, la figure centrale du livre, nous est présenté sous trois qualificatifs, ou aspects. Le premier : Il est le fidèle témoin, c’est-à-dire que ce qu’Il dit est vrai. Il n’y a rien de plus consolant pour nous que de savoir qu’on peut toujours compter sur Sa parole, et d’avoir aussi cette assurance que Sa révélation à nous est véridique.

Nous vivons dans un monde d’embrouillement, où nous sommes constamment bombardés par une multitude de philosophies et de mensonges. Les idées véhiculées comme acceptables et courantes sont entièrement opposées au système de valeurs établi par Dieu. Et le monde se pose des questions… ! Qui a raison ? Mais nous, nous avons la Parole du fidèle Témoin, Celui qui ne déclare que la vérité« Je ne fais rien de moi-même, mais que je dis les choses comme mon Père me les a enseignées » (Jean 8:28).

Le deuxième aspect : Il est le premier-né d’entre les morts. Vous avez ici une référence directe à Sa résurrection. Il est le premier à atteindre la gloire dans l’immortalité après avoir été mort. Jésus est présentement celui : « Qui seul possède l’immortalité, qui habite une lumière inaccessible[au ciel], et que nul homme n’a vu, ni ne peut voir » (1 Timothée 6:16). Tous les autres ressuscités de la Bible ont continué à vivre une vie physique pour un temps, suite à quoi ils sont tous morts et attendent la résurrection. Mais pas Jésus ! Il a été glorifié, et c’est dans ce corps glorifié qu’Il vit maintenant au ciel. Pour ce qui est des autres humains : « Or personne n’est monté au ciel, que celui qui est descendu du ciel, savoir, le Fils de l’homme qui est dans le ciel » (Jean 3:13). Et c’est cette même gloire qu’Il promet à tous ceux qui croient en Lui et qui Lui appartiennent. Il leur donnera la vie éternelle, mais Il sera toujours le premier-né dans cette gloire.

Le troisième aspect : Il nous est présenté comme le Prince des rois de la terre. Ne trouvez-vous pas cela encourageant ? Imaginez tous ces leaders puissants, de nos jours, qui croient pouvoir faire tout ce qu’ils désirent. M. Bush raisonne qu’il est l’homme le plus puissant de la terre. Pourtant, à la fin de son mandat de huit ans, il redeviendra un simple citoyen comme avant et sera remplacé par un autre. Un jour, ils seront tous destitués de leurs postes, alors que Jésus régnera sur tous les rois de la terre qu’Il aura Lui-même établis. Mais même à l’heure actuelle, c’est Jésus qui établit les limites dans lesquelles chaque leader doit régner. C’est Lui qui établit les lois sur tous ces chefs, des lois desquelles ils auront à répondre, un jour. Donc, vous avez Jésus qui dit toujours la vérité, qui donne la vie éternelle et qui établit Ses lois.

Maintenant, au verset 6, Il nous dévoile ce qu’Il fait : « À celui qui nous a aimés et qui nous a lavés de nos péchés par son sang, et qui nous a faits rois et sacrificateurs de Dieu son Père ; à lui soient la gloire et la force aux siècles des siècles ! Amen. » Vous avez ici le premier énoncé d’une louange dans ce livre, et cette louange est dirigée vers la grandeur de notre Seigneur Jésus de trois façons. Premièrement, Il nous aime. Remarquez que, dans le texte original, le temps est au présent continu. Il est vrai qu’Il nous a aimés aussi, tellement qu’Il a donné Sa vie pour nous. Mais ayant fait ceci, Il nous aime maintenant. Et c’est sur ce point que Jean veut insister. Tout, dans la vie d’un chrétien, doit être orienté sur l’amour de notre Seigneur Jésus. Il est incontestablement rassurant de savoir dans notre cœur que, malgré nos faiblesses et notre attitude parfois arrogante et même égoïste, Jésus continue de nous aimer. Quelle consolation de savoir cela !

Il est malheureux de voir autant de groupes religieux absolument persuadés que ce Dieu plein d’amour serait venu vivre dans la chair et mourir pour ne sauver que quelques millions de personnes, pour ensuite en détruire des milliards d’autres, simplement parce qu’ils ne partagent pas leur croyance. Quelle compréhension tordue du plan de Dieu pour Sa création ! Quelle mauvaise perception d’un Dieu d’amour ! Heureusement que Jean met beaucoup d’emphase sur le fait que Jésus nous aime.

Deuxièmement, Il nous a délivrés de nos péchés par Son sang. Jésus a brisé les liens qui nous retenaient, en nous libérant de tout ce qui nous limitait dans notre cheminement spirituel, nous délivrant ainsi de toutes ces dépendances qui nous harcelaient avant de venir vers Lui. Pour certains, ce pouvait être la drogue, l’ivrognerie, la violence conjugale, les problèmes sexuels, et j’en passe. Sans Jésus, c’est ce que chacun serait demeuré : pécheur sans retenue et dépendant de ces abus dont chacun était jadis esclave. Mais nous avons été pardonnés, car Son sacrifice nous a libérés.

Troisièmement, Jean nous dit que Jésus a fait de nous des rois, des sacrificateurs pour Dieu Son Père. Sous l’Ancienne Alliance, le travail du sacrificateur était de guérir le sentiment d’aliénation que le peuple ressentait envers Dieu. Le pécheur se sentait étranger devant Dieu, car son comportement le coupait de Sa présence. Le sacrificateur avait de ce fait pour fonction de rapprocher les gens de Dieu. Pour ce faire, il leur expliquait en détail la signification de chaque sacrifice, et ainsi plusieurs revenaient au bercail. Quelle est la leçon ici, pour le chrétien ? Nous avons le même travail aujourd’hui ! Étant la lumière du monde, nous sommes supposés briller dans notre entourage. J’ai bien dit briller, pas crier… Par notre façon de vivre, nous devons dégager ce sentiment de joie, de contentement et d’appartenance à Christ, et faire comprendre aux gens que ce bonheur est aussi disponible présentement à tous ceux qui souffrent et qui, dans leur angoisse, se sentent abandonnés, mais qui voudraient vivre cette joie en venant à Christ.

Si vous envisagez d’évangéliser les gens de votre congrégation, vous perdez votre temps. Vous avez déjà été évangélisés, du moins, je l’espère. L’évangélisation doit se faire à l’extérieur, chez ceux qui ne l’ont pas encore reçue. C’est pour cela que Jésus a fait de nous des sacrificateurs. Avez-vous déjà considéré, en fait, que votre carrière est orientée vers la prêtrise au service de Jésus ? C’est d’ailleurs la prière que les saints adressent à Dieu quand ils Lui disent : « Et tu nous as faits rois et sacrificateurs à notre Dieu ; et nous régnerons sur la terre » (Apocalypse 5:10). Alors, notre Seigneur nous est présenté tel qu’Il est, dans ce qu’Il fait, mais aussi dans ce qu’Il fera dans l’avenir.

Apocalypse 1:7 maintenant : « Voici, il vient sur les nuées, et tout œil le verra… » Ceci est le point de mire de l’Histoire humaine. C’est cet événement divin vers lequel la création entière se dirige. Car un jour, Il apparaîtra exactement comme Il a quitté cette terre. C’est ce que l’ange a dit à ceux qui L’ont vu monter au ciel le jour de l’Ascension.  Actes 1:11 : « Ce Jésus, qui a été enlevé devant vous dans le ciel, reviendra de la même manière que vous l’avez vu monter au ciel. » Tous les versets du Nouveau Testament qui nous parlent de l’avènement de Jésus font tous référence à ceseul avènement. Mais cette fois, Son avènement se fera dans la gloire, où il aura un impact universel. D’abord, tout œil le verra. Jésus Lui-même nous l’a prédit dans Matthieu 24, où Il nous décrit cet événement, ou avènement. Voyons au verset 30 :

« Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, [ce sera une époque épouvantable où]alors aussi toutes les tribus [ou nations] de la terre se lamenteront, en se frappant la poitrine, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel, avec une grande puissance et une grande gloire. 31[C’est à ce moment-là qu’] Il enverra ses anges avec un grand éclat de trompette [comme on peut voir aussi dans 1 Thessaloniciens 4:16-17 et dans 1 Corinthiens 15:51-53], et ils rassembleront [regardez bien] ses élus [pas tout le monde, Ses élus !] des quatre vents, depuis un bout des cieux jusqu’à l’autre bout. »

C’est Jésus qui parle ici. C’est Lui qui nous donne la révélation. Laissons-nous instruire par Lui. Et Lui seul ! Nous verrons, plus loin dans notre étude, pourquoi Ses élus seront dispersés dans les quatre vents, c’est à dire un peu partout sur la terre.

Revenons à Apocalypse 1. Croyez-moi, personne ne va manquer le spectacle de Son avènement. Pas besoin de téléviseur. Il paraîtra partout grâce à cette divinité exclusive et unique qui sera visible sur toute la terre en même temps. Si Christ me dit que tout œil le verra, alors tout œil le verra ! Car Il dit la vérité ; nous avons vu qu’Il est le fidèle Témoin, le seul en qui l’on puisse se fier. Jean nous dit, au verset 7, que même les Juifs le reconnaîtront, même ceux qui l’ont percé. Ceci est une référence à une prophétie dans Zacharie 12:10. Dans la troisième partie du verset, Dieu leur dit :

« …ils regarderont vers moi, celui qu’ils ont percé ; ils en feront le deuil comme on fait le deuil d’un fils unique [le Fils unique de Dieu], et ils pleureront amèrement sur lui, comme on pleure sur un premier-né [le premier-né d’entre les morts]. »

Comme c’est clair ! Zacharie 13:6 : « Et quand on lui dira : Qu’est-ce que ces blessures à tes mains ? Il répondra : C’est dans la maison de mes amis qu’on me les a faites. » Oui, dans la maison de David, les Juifs qui aimaient pourtant Son avènement et qui attendaient de pied ferme l’apparition du Messie, mais qui ne L’ont même pas reconnu, alors qu’Il était parmi eux. Il est venu chez les Siens et les Siens ne L’ont pas reçu (Jean 1:11).

Un des plus grands mystères de l’histoire demeure toujours en place. Après tout ce que Jésus a fait, et après toutes ces preuves qu’Il leur a apportées démontrant qu’Il était vraiment le Messie, en accomplissant toutes les prophéties annonçant Son avènement, ces Juifs Lui ont tourné le dos. C’est pourquoi Paul nous dit, dans Romains 11:7 :

« Ce qu’Israël recherche [le salut par le Messie], il ne l’a point obtenu, mais les élus[ceux qui ont été touchés et se sont  convertis] l’ont obtenu, et les autres ont été endurcis. »

Et dans 2 Corinthiens 3:14, Paul nous dit :

« Mais leurs esprits ont été endurcis jusqu’à présent. Car aujourd’hui ce même voile demeure sur la lecture de l’Ancien Testament, sans être levé, parce qu’il n’est ôté que par Christ. »

Aujourd’hui, on enseigne encore dans le judaïsme que Jésus a été un traître à Sa nation. À de nombreux endroits dans les écrits juifs (Talmud, Kabbale, etc.), on qualifie Jésus d’enfant bâtard, de rebelle et de sorcier. Les Juifs modernes portent donc toujours le voile spirituel qui les empêche de reconnaître leur Sauveur.

Ce n’est que lorsqu’ils reconnaîtront Jésus en tant que leur Messie incontestable que ce voile disparaîtra, et ils se convertiront. Dans Apocalypse 1, la fin du verset 7 : « …et toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine devant lui », comme nous avons vu dans Matthieu 24:30. Mais ceci fait aussi allusion à un grand événement décrit par Paul dans Philippiens 2:10-11, où il nous déclare :

« Afin qu’au nom de Jésus, tout ce qui est dans les cieux, et sur la terre, et sous la terre, fléchisse le genou [c’est le genre de respect que Christ recevra de la part de tous les êtres humains, un jour]11Et que toute langue confesse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. »

Pour ce qui est des Juifs ? Quand ils verront avec quelle puissance Jésus va régler le compte des armées liguées contre Lui à cet endroit nommé Armageddon, les Juifs réaliseront enfin à quel point ils ont été aveuglés. Ils reconnaîtront leur Messie et ils réaliseront alors que Son sacrifice sur la croix était pour chacun d’eux aussi, et ils se lamenteront. Le mur des lamentations à Jérusalem n’est pas là par pure coïncidence.

Nous arrivons maintenant au verset 8, où l’on voit une chose très impressionnante. C’est comme si Dieu prenait une plume et, de Sa propre main, signait ce livre de Son nom. « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin, dit le Seigneur, Celui qui est, et qui était, et qui sera, le Tout-Puissant. » Aucun autre livre de la Bible n’est signé de cette façon. Dieu l’a signé tout en S’identifiant à nous.

Verset 9 : « Moi Jean, votre frère et qui ai part avec vous à la tribulation et au règne, et à la patience de Jésus-Christ, j’étais dans l’île de Patmos, pour la parole de Dieu, et pour le témoignage de Jésus-Christ. » Nous voilà rendus à la partie historique qui raconte l’implication de Jean avec Jésus. Il était prisonnier sur cette petite île de quelque six par neuf kilomètres, près des côtes de Turquie, pour avoir prêché la Parole de Dieu et témoigné pour Jésus.

Verset 10 : « Je fus ravi en esprit, le jour du Seigneur… » Alors qu’il adorait Jésus, il a reçu une vision. Jean n’est pas monté au ciel, comme certains le prétendent. Vous rappelez-vous quand Jésus a dit à la Samaritaine, dans Jean 4:23 : « Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, car le Père demande de tels adorateurs » ? C’est ce que Jean faisait. Durant cette période de méditation et d’adoration de son Sauveur, en esprit, quelque chose lui arrive soudainement : « …et j’entendis derrière moi une grande voix, comme celle d’une trompette. »

Verset 11 : « Qui disait : Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier ; ce que tu vois, écris-le dans un livre et l’envoie aux sept Églises qui sont en Asie, à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie et à Laodicée. » Jean entend Dieu Se présenter à nouveau, mais en lui donnant cette fois l’ordre d’écrire ce qu’il va voir et de l’envoyer à ces sept Églises en Asie.

Au verset 12, Jean fait exactement ce que chacun d’entre nous aurait fait : « Alors je me retournai pour voir d’où venait la voix qui me parlait ; et m’étant retourné, je vis sept chandeliers d’or ; 13Et, au milieu des sept chandeliers quelqu’un de semblable au Fils de l’homme, » Il reconnaît Jésus, debout au milieu des sept chandeliers, tenant sept étoiles dans Sa main, comme on peut voir au verset 16. Voici une deuxième série de sept objets en symboles, mais qui sont immédiatement identifiées à la fin du verset 20. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises. Et les sept chandeliers sont les sept Églises. Nous voyons alors le mot étoile associé à un ange. Ceci nous aide à comprendre à qui Dieu faisait allusion lorsqu’Il dit à Job : « Où étais-tu quand je jetais les fondations de la terre ?… Quand les étoiles du matin poussaient ensemble des cris de joie ? » (Job 38:4, 7). Nous voyons aussi chaque Église symbolisée par un chandelier. Les membres de l’Église ont pour mission d’être la lumière qui brille dans le monde (Matthieu 5:14-15). Alors, au verset 16, Jésus nous dit : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. »

Jésus est « vêtu d’une longue robe, et ceint sur la poitrine d’une ceinture d’or » (verset 13). Dans les versets 14 et 15, nous voyons une vérité nous étant révélée, mais en symboles. Ceci n’est pas ce dont Jésus aura l’air quand nous Le verrons dans Sa gloire, ni lors de Son avènement. Ce sont des symboles qui nous décrivent les rôles qu’Il accomplit en ce moment. Ce n’est pas Son apparence physique, mais plutôt ce qu’Il est, c’est-à-dire, Son caractère ou un aspect de ce caractère qu’Il veut mettre en évidence. La « longue robe » qu’Il porte nous révèle Son rôle en tant que Grand Sacrificateur. Jésus est Souverain Sacrificateur selon l’ordre de Melchisédech (Hébreux 6:20). Cette vision nous est donnée afin de saisir le rôle de Jésus qui Se consacre perpétuellement aux Siens. « Je suis avec vous tous les jours, » a-t-Il dit, « jusqu’à la fin du monde. » Notez le je suis, toujours au présent. On voit cela dans Matthieu 28:20.

Son ministère est caractérisé par ce qui nous est révélé. Il est « ceint sur la poitrine d’une ceinture d’or ». Dans les Écritures, l’or représente la divinité. Donc, cette ceinture nous indique que Jésus est notre Grand Sacrificateur et Il est Dieu, aussi. Nous avons ici une révélation que Dieu et Jésus ne sont pas deux personnes, mais une seule personne se manifestant de façon différente selon Son bon vouloir. « Sa tête et ses cheveux étaient blancs, comme de la laine blanche, comme la neige », comme ayant aussi ces deux vertus de pureté et de sagesse. « …et ses yeux comme une flamme de feu… » Il a le regard vif et perçant, donc, on ne peut rien Lui cacher. Verset 15,« Ses pieds, semblables à un cuivre très fin, étaient embrasés comme par une fournaise, et sa voix était comme la voix des grosses eaux. » Et, dans la deuxième partie du verset 16, « son visage resplendissait comme le soleil dans sa force. » Qu’est-ce que tout cela veut dire ?

Le feu représente le jugement, soit pour purifier ou simplement pour détruire. Nous verrons le côté destructif par le « feu de la géhenne » à la fin de ce livre. Le feu représente donc le jugement, car Jésus S’en vient en Juge capable d’écraser toute opposition à Son règne, avec Ses pieds d’airain. Sa voix puissante est remplie d’autorité comme une grande vague qui s’écrase contre un rocher. Son visage extrêmement brillant symbolise l’intensité de la vérité qui dominera un jour sur cette terre. Je suis convaincu qu’en voyant cette vision, Jean a dû certainement se rappeler de la scène de la transfiguration de Jésus, sur la montagne, alors qu’il était accompagné de Pierre et de Jacques. Là aussi, le visage de Jésus resplendissait comme le soleil, et Ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Vous pouvez lire cela dans Matthieu 17:2.

Vous souvenez-vous d’un incident où, peu de temps avant Son ascension au ciel, Pierre avait demandé à Jésus, en parlant de Jean, « Seigneur, et celui-ci, que lui arrivera-t-il ? » La réponse de Jésus parut étrange, car Il a dit : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? » (Jean 21:21-22). À partir de ce moment, la rumeur courut que Jean ne mourrait pas, parce que Jésus semblait insinuer que Jean demeurerait vivant jusqu’à Sa venue. Jésus S’était-Il trompé ? Jésus a prononcé ces paroles vers l’an 31, alors que Jean était un jeune homme dans la vingtaine. Prisonnier sur Patmos, maintenant, dans les années 90, Jean était le seul survivant de ce groupe original d’apôtres. Nous avons ici, dans l’Apocalypse, l’explication de la déclaration de Jésus à Pierre. Jean est demeuré vivant pour recevoir cette vision de l’avènement de Jésus. Même s’il est mort et fut enterré à Éphèse, selon la tradition, ce cher vieillard a réellement vu l’avènement de Jésus dans cette vision. Non, Jésus ne S’est pas trompé.

Au verset 16, on peut lire : « …une épée aiguë à deux tranchants sortait de sa bouche. » Cette épée à deux tranchants est clairement le symbole de la Parole de Dieu. Reportons-nous ensemble dans Hébreux 4:12, où l’on peut lire : « Car la parole de Dieu est vivante, et efficace, et plus pénétrante qu’aucune épée à deux tranchants, perçant jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles, et jugeant des pensées et des intentions du cœur. » Nous reverrons cette épée en pleine action au chapitre 19 de ce livre !

Les symboles que nous venons de voir nous indiquent clairement les différents rôles que Jésus accomplit tout au long de ce livre. Il est le Souverain Sacrificateur qui S’occupe de ceux qui Lui appartiennent. Il sera notre refuge et notre Protecteur, au travers de cette période de désolation et de jugement qui s’en vient. Il est en charge de tout ce qui se passe, tout en nous révélant la vérité sur tout ce qui va arriver. Donc, les serviteurs de Jésus n’ont rien à craindre.

Nous allons Le voir dans d’autres fonctions, dans ce livre. Comme un Agneau, un Lion, un Cavalier sur un cheval blanc au chapitre 19, et comme l’Époux qui vient réclamer Son épouse. Nous verrons donc les différents ministères auxquels S’emploie Jésus, tout en veillant sur Son peuple. Non, Jésus ne Se repose pas au ciel, Son temps est rempli d’activités visant à aider et à guider les futurs Élus de Son Royaume à venir.

Au verset 17, regardons la réaction de Jean à cette vision : « Or, quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort… » Notez maintenant la réaction de Jésus : « … il mit sa main droite sur lui… »Lisez les Évangiles. Jésus est toujours en train de toucher quelqu’un. Il a touché le lépreux quand Il l’a guéri. Quand Il a ouvert les yeux de l’aveugle, Il a mit Ses mains sur ses yeux. Il passe Son temps à toucher les gens ! Ensuite, Il rassure Jean, en disant : « Ne crains point, » c’est-à-dire, « Je ne suis pas ton ennemi, je suis ton ami ; de quoi as-tu peur ? » « C’est moi qui suis le premier et le dernier, celui qui est vivant ». « C’est moi qui établis les frontières du temps et de l’histoire. Tous doivent vivre dans les limites que j’ai établies. Il n’y a pas de moment où tu puisses avoir besoin de moi et que je ne serai pas disponible pour toi ». Verset 18 : « Et j’ai les clés de l’enfer [hades] et de la mort ». Jésus a plein pouvoir sur la mort, l’ennemi numéro un de la vie, et sur le séjour des morts (hades), où toute activité est terminée (Ecclésiaste 9:10). « Je contrôle les deux, » dit Jésus, « ne crains pas. »

Ensuite, Jésus lui dit : « Écris les choses que tu as vues [i.e., ce que tu viens de voir jusqu’ici dans ce premier chapitre], celles qui sont [i.e., les situations qui existent dans les sept Églises que je vais t’indiquer, et, finalement] celles qui doivent arriver après celles-ci [ceci couvre les chapitres 4 à 22, c’est-à-dire, le reste de ce livre de la Révélation]. » Alors, Jésus Lui-même nous indique les divisions de ce livre. Si nous écoutons Jésus avec soin, nous allons comprendre ce que ce livre veut nous enseigner. Ce livre est toutefois adressé à Ses serviteurs et non au monde entier. Voilà pourquoi il est si mal compris par le monde en général.

Nous arrivons enfin au verset 20 qui, en réalité, devrait appartenir au début du chapitre 2, et qui explique les deux symboles des chandeliers et des étoiles. C’est là que nous allons débuter lors du prochain article de cette série. Alors, le point culminant de ce premier chapitre, c’est de toujours maintenir notre attention sur Jésus, qui est la Figure centrale de ce livre prophétique ainsi que de toute l’Histoire. Il est impossible d’atteindre l’immortalité sans passer par Lui. Le chrétien est appelé à vivre comme s’il voyait Jésus perpétuellement, alors qu’Il est présentement invisible. Notre vie doit être continuellement branchée sur Lui. Il est toujours présent dans notre vie. Jésus est Celui qui vous accompagne au travail le matin. Il est assis à côté de vous lorsque vous conduisez votre auto. Parlez avec Lui ! Racontez-Lui ce que vous avez sur le cœur.

Ceux et celles qui sont à la maison, faites la même chose. Il est là, près de vous. Offrez-Lui votre travail, ce que vous êtes en train de faire. Jésus veille sur vous pendant que vous dormez. N’oubliez pas de Lui dire bonsoir et bonne nuit avant de vous endormir. C’est Lui qui permet que certaines circonstances arrivent dans notre vie. Mais Il est toujours là pour nous donner le courage et la force de passer au travers de tout. Si vous avez un problème de paix intérieure, ou de pardon envers les autres, demandez-Lui de vous aider, de changer ce qu’il faut changer, ainsi que la sagesse de faire assidûment appel à Ses services. Vous verrez que Jésus a les bonnes solutions à tous nos problèmes, et Il est toujours là, disponible pour nous.

Donc, Jean a accompli la tâche qui lui fut donnée. Celle d’orienter toute notre attention sur Jésus afin de mieux Le connaître, et pour mieux comprendre ce qu’Il désire nous enseigner. De nous amener, finalement, à l’aboutissement du Plan de Dieu pour cette humanité qu’Il a créée, qu’Il aime énormément, et qu’Il veut sauver.

Ne trouvez-vous pas bizarre que quasiment tous les sermons que vous entendez un peu partout sur l’Apocalypse, peu importent les différentes dénominations où ils sont prêchés, sont toujours orientés sur la colère de Dieu ? Je crois sincèrement que, dans ces derniers temps, Jésus veut enfin nous faire comprendre que l’Apocalypse est plutôt orienté vers l’amour de Dieu. Pensez à cela un instant. Si Dieu nous aime, pourquoi voudrait-Il nous effrayer ? C’est un non-sens ! La crainte de ce livre tire ses origines du monde qui ne le comprend pas, alors que Dieu l’a donné à Ses serviteurs pour être compris. Il y a une bénédiction attachée à ceux qui voudront bien agir selon Ses instructions. Voilà ce que nous allons découvrir dans les messages de Jésus aux Église

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , , , , ,