D.177 – Séminaire financier et d’Évangélisation – Partie 14

image_pdfimage_print

 

par Guy Richer

LA solution

Le Gouvernement Mondial est un fait que nous devons accepter. La terre est en plein « virage global ».

Tout au long de ce séminaire, j’ai partagé avec vous de nombreuses connaissances concernant la réalité de ce monde dans lequel nous vivons. Il est certain que cette réalité, que l’on pourrait encore beaucoup décrire et dénoncer, s’avère, en en prenant conscience, un véritable « choc ». Je me doute bien que la plupart d’entre vous n’aviez que très peu entendu parler ou très peu lu concernant toutes les facettes de cette vaste conspiration qui envahit presque totalement la terre.

Les valeurs sont faussées. Nos vies sont de plus en plus réduites. C’est une course perpétuelle vers l’assouvissement des sens, une chasse aux coquilles vides. Et dans toute cette recherche sans véritable but, cette quête de l’éphémère, nous nous retrouvons, sans savoir vraiment comment, en route vers l’abattoir, exactement là où le Nouvel Ordre Mondial veut nous voir.

Point n’est besoin d’être philosophe pour déterminer la cause de cette révolution dans les valeurs. Tout a commencé lorsqu’on nous a convaincus que l’humanité n’a aucun destin, car elle est enfermée dans le cycle d’une existence absurde. Nous avons accepté l’idée selon laquelle nous sommes piégés sans aucune raison sur un malheureux tas de boue et que la terre n’est qu’un mausolée dans un univers sans but. En un mot, la création ne fut qu’un accident et l’humanité est sans direction.

Perspective plutôt pessimiste, n’est-ce pas ?

Le deuxième volet est encore plus sombre. Si le destin de l’homme est inexistant, son devoir n’est inscrit nulle part. Sans destin, l’homme ne possède ni direction, ni directive. En effet, si l’homme n’a aucun destin, qui décide ce qui est bien ou mal ? Qui dira qu’un homme ne doit pas quitter sa femme et ses enfants ? Qui dira que l’on n’a pas le droit de se faire avorter ? Ou de vivre en concubinage ? Ou de passer sur le corps d’autrui pour obtenir une promotion. S’il n’existe aucun absolu, aucun principe, aucune éthique, aucun critère, tous les points de vue se valent. La vie se réduit à attendre les fins de semaine, à toucher ses chèques de paie et à rechercher des sensations fortes.

Le résultat est catastrophique.

Selon Jean-Paul Sartre, « l’existentialiste est très embarrassé par le fait que Dieu n’existe pas, car dans ce cas disparaît en même temps toute possibilité de découvrir des valeurs dans un ciel intelligible… Si Dieu n’existe pas, tout est permis, et l’homme est livré à lui-même, car il ne peut s’appuyer sur rien, ni en lui-même, ni en dehors de lui-même. »

Enfin, si l’homme n’a ni destin, ni devoir, il s’en suit de façon logique qu’il ne possède aucune valeur. Si l’homme n’a aucun avenir, il ne vaut pas grand-chose, pas plus en tout cas qu’un arbre ou un rocher. Il n’y a aucune différence. Si l’homme n’a aucune raison d’exister, il n’a aucune valeur. À la rigueur, n’ayant aucune valeur, il peut tuer et être tué… !

Nous connaissons les résultats de cette manière de voir.

Rien ne va plus : nous nous sentons inutiles et dénués de valeur. Nous paniquons intérieurement, tout en jouant la comédie devant autrui. Nous inventons de faux systèmes de valeurs : nous considérons quelqu’un comme ayant de la valeur s’il est beau, ou s’il est productif, ou s’il est doué pour le sport, ou si son nom est précédé par le titre « Docteur » ou suivi par la mention « Docteur en philosophie », ou s’il gagne un salaire important ou s’il conduit une voiture de luxe.

En réalité la valeur d’une personne se mesure aujourd’hui à deux critères : son apparence et sa performance.

Cette façon de voir s’avère très dure pour les personnes handicapées, laides ou peu instruites, les personnes âgées, les enfants dans le sein de leur mère. Que valent-ils ? Rien du tout !

Comprenez-moi bien : ce système de valeurs est celui de l’homme !

Tout ce que vous avez appris aujourd’hui est vérifié et vérifiable.

Mes amis, si vous mettez vos espoirs dans l’homme, vous êtes condamnés et vous êtes morts !!

C’est l’homme contre l’homme.

Alors, est-ce que l’homme, comme l’avance la philosophie athéiste, aurait « inventé Dieu » pour éviter de vivre sans valeur ? La religion est-elle l’opium du peuple ? Est-ce une série de balises dont s’est dotée l’humanité pour bâtir une société plus ou moins équilibrée ? Est-ce le moyen que les grands de ce monde ont trouvé pour éviter la dislocation sociale ?

Le Gouvernement Mondial n’est pas un projet futur, il existe déjà !

Ils n’attendent que le bon moment pour le révéler, et soyez certains qu’ils vont le faire. Ils n’auront pas besoin de votre avis ! Ils n’auront rien à faire de vos protestations ou de vos manifestations. Ce gouvernement est une chose certaine, puisqu’ils ont pris tous les moyens pour y arriver, car ils ont tous les pouvoirs.

Quand je vous ai dit qu’ils vont faire de l’Amérique une vaste zone faunique, un gigantesque jardin pour nourrir ce qui va rester comme population du globe, c’est-à-dire, ce qu’ils considèrent comme étant « l’élite », ne vous attendez pas à ce que nous soyons relocalisés quelque part ailleurs sur la terre.

Leur plan dicte que nous soyons éliminés ! Vous devez vous réveiller et accepter que ce génocide est déjà commencé !

Vous avez vu tous les moyens qu’ils ont à leur disposition. Ils contrôlent tout ! C’est un plan qu’ils ont établi depuis des millénaires, ils l’ont suivi intégralement, ils vont nous amener très bientôt vers la Troisième Guerre Mondiale et, si vous espérez qu’ils vont renoncer maintenant, alors qu’ils sont sur le point de concrétiser leur but, vous faites complètement fausse route ! Il s’agira d’un gouvernement totalitaire et sachez qu’en comparaison avec eux,         les nazis font figure d’enfants de cœur !

Naître, souffrir, mourir !

Trois mots qui résument, à eux seuls, l’histoire des hommes.

Naître ! C’est tout le mystère de la vie. Pourquoi sommes-nous nés Européens, ou Africains, ou Asiatiques, ou Américains ou Canadiens ? Pourquoi sommes-nous nés dans tel milieu, de tels parents ? Fallait-il qu’il en fût ainsi ? Assurément, mais cela n’explique rien. Les uns sont riches, les autres pauvres, les uns sont en bonne santé et les autres sont malades. Les uns sont adulés, les autres méprisés. Les uns se marient, ont des enfants, les autres sont condamnés à demeurer seuls toute la vie.

Pourquoi ? Qu’est-ce que la vie ? A-t-elle un sens ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Mystère !

Souffrir ! Second mystère. Pourquoi la souffrance ? Cette souffrance qui revêt tant de formes ! Qui, un jour ou l’autre, posera sa rude main sur notre épaule pour nous dire :

« OK, à nous deux maintenant, c’est ton tour ! »

Souffrance physique torturant le malade sur son lit d’hôpital, souffrance morale souvent plus difficile à supporter… Notre corps est ainsi fait qu’il ne peut pas endurer une souffrance illimitée, tandis que notre âme est un abîme sans fond. Elle peut être broyée par des deuils, des défections, des vilenies, des méchancetés.

Souffrances intérieures qu’engendrent le remords, le mécontentement de soi, le sentiment de son péché. De telles souffrances rendent parfois la vie si intolérable que celui qui les subit pense irrésistiblement au suicide.

La science ou la philosophie n’ont rien à nous dire à ce sujet ; leurs essais d’explication n’apportent aucun baume à nos blessures.

Mourir ! Troisième mystère. Nous sommes faits pour la vie. Son chant claironne en nous. Telle un souffle puissant, une aile ouverte, elle nous paraît un paradis, qui s’étend devant nous. Et voici qu’il faut quitter des êtres chers qui s’en vont, fermer des yeux, sceller un cercueil, fleurir une tombe, demeurer seul, à côté d’une place vide !

Où sont nos morts ? Que font-ils ? Et quand notre tour viendra, quand il faudra fermer à jamais les yeux à la lumière… dire adieu à tout ce qu’on a aimé. Quand il faudra rencontrer Dieu, que ferons-nous ?

Où serons-nous ?

Naître, souffrir, mourir ! Voir tomber, comme au compte-gouttes, un peu de bonheur dans un océan de malheur, telle est la part de millions d’humains. Pensons à tous ceux qui peuplent les hôpitaux et les asiles, aux populations affamées du Tiers-monde, à ceux qui s’entassent dans les bidonvilles, à ceux qui sont encore parqués dans des camps de concentration ou des goulags, aux enfants sans foyer, aux victimes de l’occupation et de la guerre !

Naître, souffrir, mourir ! Ne pas savoir ce qui nous attend après la mort !

Quelle tragédie !

C’est la tragédie de chacun, c’est la nôtre ! Pourquoi ? Nous sentons bien que ce n’est pas normal. Qu’il doit y avoir un « tricheur » quelque part qui a brouillé les cartes, car nous sommes faits pour la vie, le bonheur, l’éternité, et non pour la souffrance et pour la mort.

Mais alors ? Et la liberté dans tout ça ? Sommes-nous libres ??

Nous ne le sommes pas davantage à l’égard de nous-mêmes. Un combat se livre en nous, terrible ! Nous choisissons de faire le bien et nous faisons le mal. Nous voudrions triompher de nos instincts et nous y sommes asservis. Une voix crie en nous, accusatrice : celle de la conscience.

Oh ! je sais fort bien que, dans notre société dépravée et abrutissante, beaucoup prétendent qu’il faut arracher le battant de cette cloche d’alarme pour la réduire au silence. On prêche le mariage libre, la liberté sexuelle totale ; voire l’usage « modéré » de la drogue.

Mais où cela va-t-il nous conduire ?

Cette fausse liberté se paie très cher, croyez-moi ! Ceux et celles qui suivent un tel chemin se rendent rapidement compte qu’une fois engagés, il est très difficile, pour ne pas dire impossible, de revenir en arrière. À moins d’un miracle ! Un esclavage conduit infailliblement à un autre esclavage. On n’en sort plus…

Non, la vraie liberté n’est pas là !

Elle est ailleurs. Où donc ?

Il y a dans la nature des lois établies que nous ne pouvons enfreindre impunément. Le feu brûle ; l’absence d’oxygène asphyxie ; une privation prolongée de nourriture entraîne la mort. La liberté ? C’est de ne pas être obligé de se jeter dans le feu ; c’est de pouvoir respirer, d’être à même de se nourrir. Cela, chacun le comprend. Ce que nous comprenons moins, c’est qu’il existe, à côté des lois physiques de la nature, d’autres lois, des lois morales, qui sont tout aussi importantes que les premières. Ces lois ont été établies par Dieu, pour notre sécurité et notre bonheur. Qui les enfreint se nuit à lui-même ; il se perd aussi sûrement que se perdrait un cosmonaute qui, sur la lune, ôterait son réservoir d’oxygène. On ne fait pas le mal impunément.

La vraie liberté consiste à pouvoir choisir le bien et repousser le mal. L’homme n’est pas libre dans la mesure où il ne dépend de rien ni de personne ; il est libre dans l’exacte mesure où il peut, volontairement et sans contrainte aucune, choisir ce qui est indispensable à son bonheur.

Or le bonheur réel, non pas le bonheur illusoire ou l’euphorie, mais le bonheur réel de l’homme, ne peut exister que par une réintégration dans l’ordre établi par Dieu. Il est dans un contact retrouvé avec Dieu, source de toute vie et de tout bonheur vrai.

Pour trouver le bonheur, l’homme doit d’abord savoir pourquoi il existe et vers quelle fin il tend. Or, seul son Créateur peut lui fournir les réponses réelles et véritables à ces questions. Mais encore faut-il que l’homme vienne à croire qu’il a un Créateur et qu’il n’est pas le fruit d’une évolution aveugle…

Tant que nous n’accepterons pas d’être gouvernés par Dieu, nous serons dominés par des tyrans !

Ces tyrans qui sont en nous, que nous ne connaissons que trop, et qui s’appellent : égoïsme, orgueil, convoitise, méchanceté. Ils nous asservissent, ils nous meurtrissent, ils nous écrasent et nous sommes impuissants à leur résister.

Impuissants surtout devant celui qui est derrière toute la scène de l’humanité. Comme nous l’avons déjà mentionné, l’esprit qui est derrière toute la conspiration mondiale, le père du mal, du mensonge, de toute la misère, la racine de tous les maux, le maître du monde : c’est Satan le diable ! L’homme est rendu si loin dans le mal, si éloigné de l’amour du prochain, si meurtrier, si adultère, si voleur, si menteur, si cruel et sans scrupules qu’il est inhumain qu’il le soit à ce point, seulement par lui-même.

Je crois deviner votre petit sourire moqueur :

— Le diable ? Allons donc ! Il y a longtemps qu’on n’y croit plus !

Mais cela fait son jeu, vous savez ?

— Oui, oui, mais… j’y croirai seulement si je le rencontre !

Mes amis, comment peut-on rencontrer quelqu’un quand on marche dans la même direction ?

La plus habile ruse du diable consiste à faire croire aux hommes qu’il n’existe pas. Il peut ainsi travailler tranquille ; nul ne se doute que c’est lui qui tire les ficelles et qui empêtre l’humanité aussi facilement qu’une araignée sa proie. Ce ne sont pas les bonnes volontés qui manquent ; on fait d’immenses efforts pour la paix ; mais aucun n’aboutit, parce que chacun veut la plus grosse part du gâteau et qu’on ne peut l’avoir qu’à la condition de l’arracher de force à l’autre. D’où les disputes, les revendications, les refus, les révolutions, les guerres.

La Bible appelle le diable le meurtrier et le menteur. Toute haine a sa source en lui et toute tromperie procède de lui.

Si aujourd’hui, maintenant, vous n’acceptez pas d’effectuer un virage majeur, le plus important de votre vie, alors vous allez demeurer dans votre statut de condamné.

À quoi pourrais-je comparer l’histoire de l’humanité ?

Je crois que je pourrais la comparer à un énorme entonnoir où tous les êtres humains, en faisant abstraction de la race, des moeurs, des coutumes, des croyances, des non-croyances, des religions, de l’athéisme, de l’éducation, de l’ignorance ou de quelle que soit la condition de vie dans laquelle ils se trouvent, auront tôt ou tard et de façon sûre et certaine à prendre la décision la plus importante de leur vie.

Mes chers amis, je vais maintenant vous donner la clé de la délivrance, de la complète sécurité, pour que vous gardiez la vie dans ces temps extrêmement difficiles qui s’abattent sur nous tous.

Mais cela demande une ouverture de cœur et d’esprit.

Je vous dis tout de suite que, si vous rejetez ou banalisez ce qui va suivre, vous demeurerez sans aucune protection ! Une sentence de mort continuera de peser sur vous alors que vous éloignerez le seul et unique moyen d’être sauvés.

Fondamentalement, la seule raison pour laquelle l’être humain a été créé, la seule raison de notre passage sur la terre dans la chair est de prendre la décision si oui ou non, nous accepterons de vivre dans le Royaume de Dieu ! Notre Créateur nous a créés pour que nous accédions à l’éternité !

Tout le reste est accessoire !

Dieu, dans Son plein droit de Créateur, exige que toutes Ses créatures humaines, depuis le premier homme, aient obligatoirement à faire ce choix, sans aucune exception et de manière parfaitement éclairée !

Tout le malheur de l’homme vient de ce qu’il est séparé de Dieu. Dès le début de son histoire, il a perdu le contact spirituel avec son Créateur et chaque génération s’avance peu à peu vers une nuit morale où le souvenir et la conscience de Dieu auront été totalement rejetés. L’homme appartient à une race déchue, perdue, qui fait d’elle son propre centre dans un terrible aveuglement. De plus, chaque personne ajoute le poids de sa propre culpabilité : chacun a fait le mal en péchant contre ses semblables et contre Dieu qui lui a donné une conscience :

« Vos iniquités ont fait séparation entre vous et votre Dieu et vos péchés ont fait

qu’Il a caché de vous Sa face pour ne pas écouter. »

(Esaie 59:2)

La manipulation du peuple est tellement énorme, tellement globale, que la quasi-totalité des gens agissent dans leurs vies par habitude, par tradition, par convention, mais surtout par ignorance !

Il y a beaucoup trop de choses que vous avez acceptées dans votre quotidien, que vous prenez pour acquises ou comme allant de soi, sans même vous poser de questions, à savoir :

  • – Pourquoi ?
  • – Comment ?
  • – De qui cela vient-il ?
  • – D’où cela origine-t-il ?
  • – Cela est-il vraiment bon pour moi, pour ma famille ?
  • – Suis-je vraiment obligé de subir certaines contraintes ?
  • – Et comment sont-elles entrées dans ma vie ?

Dieu a dit :

« Mon peuple est détruit, faute de connaissance. »

(Osée 4:6)

Mais aussi :

« Dieu veut que tous les hommes soient sauvés,

et qu’ils viennent à la connaissance de la vérité. »

(I Timothée 2:4)

Beaucoup de connaissances vous ont été données ici, dans cette série d’articles. Plus que vous ne vous attendiez, sans doute.

Ce séminaire a été aussi une incitation à des remises en question, à des prises de décision et surtout à faire naître en vous un ardent désir de partir en quête de la vérité dans tout ce qui compose votre vie personnelle et la société qui nous entoure. Cela doit devenir pour chacun de vous un véritable « devoir » de commencer, aujourd’hui-même, à prendre tous les moyens possibles pour rechercher ce qui est vrai et éliminer ce qui est faux.

Chacun de vous avez énormément de valeur et méritez tous les efforts pour que ce « processus » s’enclenche vers une prise en charge et un engagement envers vous-mêmes.

Merveilleusement, il est réconfortant de savoir que cet « assainissement » de votre vie va vous apporter une multitude de très bonnes choses, une remise en ordre des plus bénéfiques et de nouvelles valeurs et priorités qui vous amèneront vers un avenir insoupçonné et ayant un véritable sens.

Ma meilleure suggestion pour établir votre point de départ est, premièrement, un changement d’attitude personnel.

Décidez, maintenant, de rejeter les fausses excuses et les faux-fuyants. En réalisant l’urgence de votre situation, par honnêteté envers vous-même, vous savez maintenant que ce travail doit devenir très important et même prioritaire dans votre vie. Il y a, sans aucun doute, plusieurs choses et activités qui peuvent être éliminées dans votre quotidien, afin de disposer de ce temps pour vos nouvelles lectures et recherches.

Je vous suggère aussi, fortement, que le livre de base de votre documentation soit le même que le mien. C’est le livre par excellence au point de vue : historique, scientifique, moral, dénonciateur et garant des meilleurs principes pour une vie saine et heureuse.

Vous pouvez étudier la Bible comme la Parole de Dieu s’adressant directement à vous. Quand nous lisons la Bible, Dieu Lui-même nous parle !

Il ne s’agit ici en aucune façon d’une incitation quelconque à promouvoir une religion ou une congrégation, quelles qu’elles soient !

Il s’agit plutôt de laisser se créer et se bâtir un lien avec Dieu, notre Créateur, dans une relation personnelle pour chacun de vous, grâce à une parfaite ouverture de cœur et d’esprit. Il pourra alors vous enseigner et vous éduquer dans tous les aspects de votre vie et vous apporter LA solution à tout ce qui vous concerne.

La Parole de Dieu doit être lue avec respect et humilité. De votre démarche et de votre début de la lecture de la Bible, Dieu dit :

« Voici sur qui je porterai mes regards : sur celui qui souffre et qui a l’esprit abattu,

sur celui qui craint ma Parole. »

(Esaie 66:2)

En plus de la lecture de la Bible, vous serez certainement appelé à des recherches qui prendront une multitude de formes.

Lectures variées, Internet, conférences, séminaires, documents vidéos, échanges personnels, etc.

Comprenez qu’en ayant comme guide de base la Parole de Dieu, vous vous connectez alors directement avec l’Être le plus puissant de l’univers.

Par Sa Parole, la Bible, vous pourrez prendre connaissance de toute la véritable histoire de l’humanité : passée, présente et future. Elle nous révèle aussi la vérité sur les temps que nous vivons présentement. La Bible est très précise dans ses prophéties. Vous apprendrez aussi ce qui est dit sur le Nouvel Ordre Mondial, jusqu’où Dieu va tolérer que l’homme aille dans le péché et surtout, comment Il va intervenir.

Mes amis, avec tout ce que vous avez appris jusqu’ici, vous comprenez de plus en plus que ce temps est près comme jamais.

J’aimerais maintenant vous citer deux derniers versets bibliques qui m’ont fortement aiguillonné afin de me mettre en marche dans mon cheminement, vers cette épuration de ma vie :

« Que dirons-nous donc à ces choses ?

Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? »

(Romains 8:30)

Mais de l’autre côté de la médaille…

« C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant »

(Hébreux 10:31)

Si j’ai pu rédiger et collationner ces informations pour vous présenter ces choses, c’est bien parce que je vis ce que je dis.

Bien sûr, ce n’est pas toujours une rigolade ou un chemin parsemé de pétales de roses que de m’obstiner à aller à contre-courant du troupeau afin de m’éloigner de l’abattoir !

Mais, grâce à Dieu, maintenant ma vie repose sur un Rocher, elle a un sens, je sais d’où je viens, où je suis et surtout où je vais.

Je n’ai rien à craindre du Nouvel Ordre Mondial.

Je n’ai rien à craindre des hommes.

Je suis bien, je suis heureux, je suis en paix, car Celui à qui appartient ma vie a promis de me protéger et de me garder sous Ses ailes dans les temps difficiles qui viennent sur l’humanité.

Si j’ai mis toute ma confiance et ma foi en Lui, c’est parce qu’Il est Dieu, c’est parce qu’Il n’est pas un homme. C’est aussi parce qu’Il n’a jamais manqué à Sa parole, elle est La Vérité.

Avec Lui, j’ai enfin la certitude que je ne serai jamais trahi.

Dieu a un Plan pour l’humanité. Non, ce Plan ne concorde pas avec les objectifs du Nouvel Ordre Mondial. Le Plan de Dieu est parfait. Heureusement pour nous !

Il s’agit maintenant pour chacun de nous de nous demander quelle sera la suite de notre vie. De savoir où sera notre place, à chacun de nous personnellement, dans le Plan de Dieu.

Aujourd’hui, j’ai planté des graines, mais, voudrez-vous les arroser pour que Dieu puisse les faire pousser ?

Si dans votre cœur vous avez déjà décidé de ne rien croire de ce que je vous ai présenté, c’est votre droit et rien ne vous y oblige.

Nous verrons dans le futur ce qu’il en sera.

Mais pour ceux qui se mettront dès aujourd’hui au travail et qui verront arriver les évènements prédits, ils se réjouiront grandement d’avoir ouvert leur vie à l’intelligence et d’avoir grandi par ces efforts et ce travail.

En parlant de Ses prophéties, Jésus-Christ a dit que « ces paroles sont certaines et véritables ».

Que l’on y croie ou non, la Parole de Dieu va s’accomplir dans toute Sa puissance et dans toute Son intégralité.

Le Plan de Dieu nous dit clairement qu’effectivement il y aura bientôt un gouvernement mondial qui ne sera jamais détruit.

Mais ce Royaume sera le sien, là où il n’y aura jamais plus de conspiration, de manipulation et d’injustice puisque le mal sera complètement détruit.

Que Dieu garde chacun de vous tous dans le cheminement de votre vie en direction de « l’entonnoir » de l’humanité qui, lui, conduit dans une seule direction : le Royaume de Dieu.

 

[Quelques semaines après avoir terminé la rédaction de son séminaire, l’auteur, Guy Richer, l’exposa à deux reprises à des parents et amis qu’il avait invités chez lui pour l’occasion. Il est décédé, à peine quelques jours après la seconde présentation, le 25 juin 2004, sur le lac Mistassinni, au Québec, lors d’un voyage de pêche, dans la nature et la paix. Un ouragan souleva ce grand lac et fit périr Guy et son compagnon de pêche.

Nous pouvons attester qu’il était habité d’une grande paix, qu’il a combattu le bon combat et qu’il a remporté la couronne de gloire que nul ne pourra lui ravir. Son Seigneur la lui remettra, lors de Son Retour, alors qu’Il ressuscitera Guy et tous les Élus. Puis, Guy vivra avec son Dieu d’éternité en éternité.]

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,