D.046 – Le Péché Impardonnable

image_pdfimage_print

 

Par Joseph Sakala

Combien de fois ai-je entendu quelqu’un me dire : « Je crains d’avoir commis le péché impardonnable. » À ces gens, je réponds toujours : « Je crois que non. » Mais ils reviennent avec l’argument suivant : « Je suis chrétien et, lors de mon baptême, j’ai reçu le Saint-Esprit. Je connais alors la différence entre le bien et le mal. Donc, si je pèche, je pèche contre le Saint-Esprit. » À ceci je réponds : « Il est fort probable que non, car le simple fait de pécher n’est PAS pécher contre le Saint-Esprit. »

Pourtant, n’est-il pas écrit, en quelque part, qu’il y a un péché impardonnable par Dieu ? Absolument. Quel est alors le péché que même Dieu ne pardonnera jamais ? Il est PRIMORDIAL que chaque converti EN qui le Saint-Esprit travaille sache quel est le SEUL péché qui pourrait l’empêcher de faire partie du Royaume de Dieu. Allons voir ce que Jésus Lui-même a à nous dire là-dessus.

Matthieu 12:31-32. Les pharisiens venaient tout juste d’accuser Jésus de chasser des démons par Béelzébul, le prince des démons. Au verset 31, Jésus déclare : « C’est pourquoi je vous dis que tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes ; mais le blasphème contre l’Esprit ne leur sera POINT pardonné. » Notez bien maintenant, ce que Jésus ajoute au verset 32 : « Et si quelqu’un a parlé contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais celui qui aura parlé contre le Saint-Esprit n’en obtiendra le pardon, ni dans ce siècle, ni dans celui qui est à venir. »

Mais qui peut commettre ce péché, et comment ? C’est ce que nous allons expliquer en utilisant les Saintes Écritures, et seulement la Parole de Dieu. Ce qui est malheureux, c’est que trop de ministres, de pasteurs et de prêtres se sont donnés l’autorité de déterminer qui a commis ce péché, afin de mieux asservir leurs fidèles par la crainte et la peur. Et pire encore, plusieurs se sont investis du pouvoir de le PARDONNER moyennant, naturellement, certains avantages dont je n’ai pas l’intention de traiter ici.

Un chrétien converti, ayant en lui le Saint-Esprit, peut-il commettre un péché, s’en repentir et être pardonné sans pécher contre le Saint-Esprit ? Certainement ! D’abord, pour mieux comprendre, il faut déterminer ce qui constitue un CHRÉTIEN aux yeux de Dieu. Vous serez peut-être surpris d’apprendre ce qui suit. La définition biblique d’un chrétien ne correspond pas nécessairement à celle du dictionnaire, ou à la conception populaire généralement acceptée dans le soi-disant monde chrétien.

Le Petit Larousse définit « chrétien » ainsi : « Qui appartient à l’une des religions issues de la prédication du Christ. » La Bible répond : « Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils en tremblent » (Jacques 2:19). Trop de religions distribuent des pamphlets vous disant comment « OBTENIR le salut », et comment devenir un chrétien en citant un seul verset : « Crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé » (Actes 16:31).

J’aimerais que vous notiez que ce passage ne dit PAS : « Croyez, et vous êtes déjà sauvé », comme certains semblent croire. Le passage dit plutôt : « Crois…et tu SERAS [futur] sauvé. » Il est vrai que croire au Christ est nécessaire, mais d’autres versets bibliques viennent s’ajouter, nous montrant clairement que ceci n’est PAS suffisant pour être sauvé.

Dans Jean 7:31, on peut lire : « Cependant, plusieurs du peuple crurent en lui…» Mais ces gens étaient-ils convertis au Christ ? Remarquez ce qui est écrit dans Jean 8:30 : « Comme Jésus disait ces choses, plusieurs crurent en lui. » Au verset 31 : « Jésus dit donc aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous DEMEUREZ dans ma parole, vous êtes véritablement MES disciples. » Ces gens ont-ils vraiment cru ce qu’Il enseignait ?

Ils ont cru qu’Il était un enseignant extraordinaire, en tant qu’homme. Ils ont cru dans le personnage, tout comme plusieurs millions de personnes aujourd’hui. Mais ils n’ont pas cru ce qu’Il DISAIT, Son message, SON ÉVANGILE. À ces mêmes personnes qui ont CRU en Lui, Jésus leur dit, au verset 40 : « Mais maintenant, vous cherchez à me faire mourir, moi, un homme qui vous ai dit la vérité, que j’ai apprise de Dieu…» Verset 45 : « Mais parce que je dis la vérité, vous ne me CROYEZ point. »

Il y a une énorme différence entre croire AU CHRIST et CROIRE CHRIST ! Ce qui suit sera extrêmement difficile à accepter, mais c’est vrai. Plusieurs millions de personnes qui se croient chrétiennes demeurent NON converties et séduites, ayant accepté une FAUSSE conversion.

Ceux, cependant, qui ont cru que le sacrifice de Jésus sur la croix était la rançon payée pour LEURS péchés, et qui ont décidé de VIVRE selon Sa Parole, sont véritablement des chrétiens convertis aux yeux de Dieu. Or, la façon de devenir chrétien nous a été donnée par l’apôtre Pierre, le jour même où la véritable Église du Nouveau Testament a pris naissance. Trois choses sont nécessaires : deux par nous, UNE par DIEU.

La première : LA REPENTANCE. La deuxième : LE BAPTÊME (qui est une manifestation extérieure attestant notre FOI en CHRIST comme Sauveur). Ces deux gestes ne nous SAUVENT PAS et ne font PAS de nous des chrétiens. Ce sont des nécessités préalables. La troisième nous SAUVE, car elle vient de Dieu Lui-même. « Et vous recevrez le don du SAINT-ESPRIT » (Actes 2:38). Le Salut est un DON gratuit de Dieu — une nouvelle naissance, mais dans le SAINT-ESPRIT, cette fois.

Considérons cette déclaration de Paul : « Pour vous, vous n’êtes point dans la chair, mais dans l’Esprit, s’il est vrai que l’Esprit de Dieu habite EN vous. Or, si quelqu’un n’a point l’Esprit de Christ, celui-là n’est point à LUI » (Romains 8:9). C’est DIEU qui décide à qui Il donne Son Esprit. Alors je regrette de dire ceci, mais celui en qui Christ ne vit pas, ne peut même PAS se déclarer chrétien, car CHRÉTIEN veut dire « appartenir à Christ ».

Voici donc la définition BIBLIQUE d’un chrétien : CELUI en qui le Saint-Esprit demeure. « Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus des morts HABITE en vous, CELUI qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à VOS corps mortels, PAR son Esprit qui habite EN vous » (Romains 8:11). Ce passage nous démontre clairement que le Salut équivaut à recevoir la VIE ÉTERNELLE ou l’IMMORTALITÉ.

 Il faut absolument avoir le Saint-Esprit EN nous à la FIN de cette vie mortelle, ou EN nous, si nous sommes encore VIVANTS lors de l’avènement de Jésus, afin de faire partie de CETTE résurrection des ÉLUS. Voilà pourquoi Jésus a dit : « Celui qui aura persévéré jusqu’à la fin, SERA sauvé [futur]. » Donc, pour perdre le Saint-Esprit, il faut l’avoir REÇU. Mais l’ayant reçu, si nous péchons CONTRE le Saint-Esprit, il n’y a PAS de pardon possible.

David savait cela, après avoir comploté le meurtre d’Urie, suite à son adultère avec sa femme Bath-Shéba. Voilà pourquoi, dans son cri de désespoir à Dieu, il Lui dit : « Ne me rejette pas loin de ta face, et ne m’ôte pas ton ESPRIT SAINT » (Psaume 51:13). Sans le Saint-Esprit, David n’avait AUCUNE chance de faire partie des élus de la 1ère Résurrection.

À ce stade, il est très important de comprendre que le Saint-Esprit ne peut pas dormir DANS un chrétien. Christ est VIVANT, et Son Esprit EN nous est actif et doit agir. Jésus Lui-même a déclaré : « Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture » (Jean 7:38). Son Esprit EN nous doit irradier vers l’extérieur, dans notre comportement envers les autres, en accomplissant la LOI de Dieu. L’Esprit de Dieu égale l’amour de Dieu, et c’est ce que DIEU est en train de développer dans SES prémices. « Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs, par l’Esprit-Saint qui nous a été DONNÉ » (Romains 5:5). La Loi de Dieu est une Loi spirituelle (Romains 7:14) que la nature humaine ne peut PAS observer. Il faut absolument recevoir l’amour de Dieu par Son Esprit pour l’observer, car « l’amour, est l’accomplissement de la loi » (Romains 13:10).

Alors je répète, c’est DIEU qui décide à qui IL donne Son Esprit. Et Il le donne « à ceux qui LUI obéissent » (Actes 5:32). Jésus nous compare à une vigne où Son Père est le vigneron, et Lui le Cep. Et de ce Cep coule la sève vers les sarments qui, à leur tour, produisent le fruit. Alors, l’Esprit de Dieu passe en nous par le Christ vivant, produisant des fruits spirituels qui accomplissent la LOI de Dieu. Ces œuvres que nous faisons ne sont pas NOS œuvres. Elles sont le résultat de la puissance de Dieu qui agit en nous.

Jésus nous confirme ceci, dans Jean 15:5 : « Je suis le cep, » nous dit Jésus, « et vous les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui JE demeure, porte beaucoup de fruit ; car sans moi, vous ne pouvez RIEN faire. » Si vous voulez reconnaître un vrai chrétien, regardez-le agir. On reconnaît un arbre à son fruit. Un bon arbre produit du BON FRUIT. Ceci est impossible à un arbre pourri.

Verset 6 : « Si quelqu’un ne demeure pas en moi, » nous dit Jésus, « il est jeté dehors comme le sarment, et il sèche ; puis on ramasse les sarments, et on les jette au feu, et ils brûlent. » Combien de ministres ont utilisé ce verset pour effrayer ceux qui voulaient quitter leur congrégation, en les menaçant de brûler en ENFER s’ils partaient. À ces ministres je déclare : « Laissez-les partir, car c’est probablement chez vous qu’ils sèchent. » Un chrétien doit demeurer en JÉSUS-CHRIST.

L’Église appartient à Christ. C’est Jésus qui est la Tête et le Chef de Son Église. Le chrétien doit porter du fruit pour son Dieu, qui lui a donné Son Esprit. Il doit donc être bouillant pour Christ son Chef. Il devient donc dangereux de devenir tiède pour un chrétien converti. La tiédeur rend le chrétien passif. Remarquez que cela peut arriver occasionnellement à n’importe qui, et pour toutes sortes de raisons. Mais l’Esprit est là pour nous faire réagir. Puis, on s’en repent et on continue en s’approchant davantage de Dieu. « C’est par beaucoup d’afflictions qu’il nous faut entrer dans le Royaume de Dieu » (Actes 14:22).

Veuillez noter qu’Il existe seulement DEUX philosophies de vie, et elles sont complètement opposées l’une à l’autre. Vous avez d’abord celle de la nature humaine. C’est une philosophie centrée sur la vanité, l’envie et la cupidité. C’est la voie consistant à prendre : accumuler le plus de biens possible, soit par la compétition, ou par la ruse. Elle est inspirée par Satan.

L’autre voie, c’est la voie divine, une nature que Dieu veut implanter en nous par le Saint-Esprit. Elle est centrée sur Dieu. C’est la voie de l’humilité, de la soumission à Dieu, orientée sur le bien-être des autres. Jésus a dit qu’il y avait plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Donc, c’est la voie consistant à donner, à partager, à servir et à aider. C’est la seule et véritable voie de Dieu.

On pourrait aussi transposer ces deux philosophies pour identifier deux attitudes de l’esprit humain. La première est inspirée par Satan « le prince de la puissance de l’air, cet esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion » (Ephésiens 2:2). C’est une attitude caractérisée par l’égoïsme, la critique pour tout et pour rien, et l’envie de ce que les autres possèdent. Elle rend beaucoup de personnes malheureuses. C’est une attitude charnelle qui « est inimitié [hostile] contre Dieu ; car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu ; et en effet, elle ne le peut [même] pas » (Romains 8:7).

L’autre attitude est celle du chrétien repentant, à cause de la nature DIVINE implantée en lui par le Saint-Esprit. C’est l’Esprit de Christ qui vit en lui. Cette attitude repentante ne donne PAS le salut. Mais elle est exigée par Dieu avant de nous donner Son Esprit qui, LUI, procure le salut. Ensuite, le chrétien doit marcher par LA FOI en Dieu, et en LUI SEUL. Mais qu’est-ce que la REPENTANCE ?

La repentance est un changement complet dans notre esprit et dans notre attitude, un virage à 180 degrés. Au lieu d’être hostile envers Dieu, on veut L’aimer et Lui être soumis. La repentance, c’est se voir vraiment comme on est, pécheur, méritant la mort éternelle, ayant à tout prix besoin du sacrifice de Christ pour expier et effacer nos péchés. Ceci n’est pas facile à faire, car la nature humaine ne VEUT pas, et ne PEUT pas faire cet effort.

Comme Jésus avait raison de dire : « Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire » (Jean 6:44). La nature humaine, d’elle-même, ne recherche PAS Dieu. Paul, homme très converti, avait reconnu la faiblesse de sa nature humaine. « Nous savons que la loi est spirituelle ; mais MOI [Paul] je suis charnel, vendu au péché. Car je n’approuve POINT ce que je FAIS, je ne fais POINT ce que je VEUX, mais je FAIS ce que je HAIS » (Romains 7:14-15).

Paul reconnaissait que la loi est BONNE, mais il reconnaissait aussi ses faiblesses. Au verset 17, il déclare : « Et maintenant, ce n’est plus MOI qui le fais [le mal], mais c’est le PÉCHÉ qui habite en moi. 18Car je sais que le bien n’habite point en moi, c’est-à-dire, dans ma chair, parce que j’ai la VOLONTÉ de faire le bien ; mais je ne parviens PAS à l’accomplir. »

Regardez maintenant ce qu’il déclare au verset 19 : « Car je ne fais PAS le bien que je VEUX ; mais je fais le MAL que je ne veux PAS faire. » Tout découragé, au verset 24, il crie : « Misérable homme que je suis ! QUI me délivrera de ce fardeau de mort ? » La réponse lui vient immédiatement au verset 25 : « Je rends grâces à DIEU par JÉSUS-CHRIST notre Seigneur ! » Seul Dieu pouvait le faire, PAR Jésus. Voilà aussi NOTRE solution.

Les psychiatres et les psychologues, de nos jours, ont cette fausse notion que la nature humaine est fondamentalement bonne, n’ayant que la « possibilité » seulement de faire le mal. Le Dieu Tout-Puissant nous dit exactement le contraire. « Le cœur est trompeur par-dessus tout, et désespérément malin » (Jérémie 17:9). La vanité, dans la nature humaine, voudrait être reconnue comme étant bonne, sans vraiment FAIRE le bien. À la fin de ce verset 9, Dieu pose la question au sujet du cœur : « Qui le connaîtra ? » Certainement pas nos psychologues et nos psychiatres modernes.

Donc, nous voyons clairement que, même avec le Saint-Esprit EN NOUS, il est possible pour le chrétien de pécher. Simplement parce que, lors de notre conversion, la nature humaine ne disparaît pas, elle est toujours là. Mais Dieu nous donne une arme magnifique pour combattre contre elle. Son Esprit combat pour nous, afin que nous puissions développer SA Nature Divine. Paul ne péchait PAS volontairement, MÊME s’il était conscient qu’il péchait. Son intention était de faire le BIEN et d’obéir à Dieu. Il ne péchait pas délibérément, avec hostilité envers Dieu.

Quand il péchait, il venait vers Dieu pour Lui demander PARDON, et le sang de Jésus lavait ses péchés pour le justifier devant Dieu. Grâce à cela, Paul nous dit : « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui marchent, non selon la CHAIR, mais selon l’ESPRIT ; parce que la loi de l’Esprit de vie, qui est EN Jésus-Christ, m’a AFFRANCHI de la loi du péché, et de la mort » (Romains 8:1-2).

Suite à cette déclaration de Paul, bon nombre de personnes prétendent que nous sommes libérés des Dix Commandements. Je regrette, mais la vérité est tout autre. L’apôtre Pierre nous dit que, dans les épîtres de Paul, il y a des « choses parmi lesquelles il en est de difficiles à entendre, que les personnes ignorantes et mal assurées tordent, comme les autres Écritures, à leur propre perdition » (2 Pierre 3:16). Dans Romains 8:2, Paul a déclaré qu’il avait été affranchi (libéré) de la LOI DU PÉCHÉ, et NON des Dix Commandements. C’est quoi la LOI du péché ? C’est  simplement l’autre LOI, dans ses membres — sa NATURE HUMAINE vouée au péché. Paul nous dit, dans Romains 7:23 : « Mais je vois une AUTRE loi dans mes MEMBRES, [sa nature humaine], qui combat contre la LOI de mon ESPRIT, [sa nouvelle nature divine], et qui me rend CAPTIF sous la loi du péché qui est dans mes membres. »

Paul voulait à tout prix OBÉIR à Dieu. « Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur » (Romains 7: 22). Remarquez ce qu’il dit au verset 25 : « Je suis donc assujetti moi-même, par l’esprit [sa nouvelle nature divine], à la loi de Dieu, mais par la chair [sa nature humaine], à la LOI du péché. » Il est vrai que certains écrits de Paul semblent compliqués. Tout ce que Paul voulait nous faire comprendre, c’est que sa nature humaine le rendait captif du péché, et que de lui-même il ne pouvait pas s’en sortir. Mais le Saint-Esprit l’avait libéré de l’esclavage du péché en lui donnant le pouvoir de résister, parce qu’il appartenait à Christ et qu’il pouvait toujours aller devant le trône de Dieu afin de demander pardon pour ses péchés.

Plusieurs faux enseignements soi-disant « chrétiens » sont véhiculés, de nos jours, par ceux qui veulent VENDRE un Salut facile à ceux qui sont prêts à PAYER le prix. Ils prétendent que, parce qu’il est impossible pour l’humain d’être juste et droit, Jésus l’a fait à NOTRE PLACE. Tout ce que VOUS avez à faire, c’est d’y CROIRE et vous êtes DÉJÀ SAUVÉS tout en continuant à vivre comme avant, car la JUSTICE de Christ vous justifie sans AUCUN effort de votre part.

Ces gens APPROUVENT le péché. Vous pouvez faire tout ce qui vous plaît, et Dieu fera SEMBLANT que vous êtes JUSTES en imputant continuellement la justice de CHRIST sur vous. Et on trimbale cette « vérité » à qui veut bien la financer de ses offrandes.

« Car il s’est glissé parmi vous certains hommes, » nous dit Jude, « dont la condamnation est écrite depuis longtemps ; des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution [en débauche], et qui renient Dieu, le seul Dominateur, et Jésus-Christ, notre Seigneur » (Jude v. 4). Christ n’est PAS venu pour abolir la Loi et les Commandements, mais pour les ACCOMPLIR. Et Il nous a donné SON Esprit, afin de devenir Ses IMITATEURS, en observant, NOUS AUSSI, Ses Commandements.

Lors de la conversion, les péchés passés sont effacés. Nous sommes donc réconciliés avec le Père qui nous donne Son Saint-Esprit. Si nous péchons, nous avons un accès direct au Trône de Dieu afin d’implorer Son pardon. Aussi longtemps que l’attitude de notre cœur Lui est soumise, Dieu ne refusera jamais de nous pardonner. Avec une telle attitude, il est IMPOSSIBLE de commettre le Péché Impardonnable, car l’Esprit de Dieu continue de demeurer dans le chrétien.

J’aimerais qu’on comprenne quelque chose de très important, ici. Le Saint-Esprit EN nous fait que nous sommes justifiés. Ceci ne veut PAS dire que NOUS sommes justes, mais plutôt que le Saint-Esprit nous justifie. Et l’Esprit de Dieu EN nous ne nous FORCE PAS à vivre une vie juste. IL ne nous possède PAS comme un démon le ferait, s’il en avait la permission. Le Saint-Esprit nous laisse LIBRE d’agir, parce qu’IL nous a équipé spirituellement pour vivre selon SA voie.

Puisque l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu (1 Corinthiens 2:10), IL ouvre NOTRE esprit afin de comprendre les choses SPIRITUELLES. La voie de Dieu est de vivre selon toute Parole qui sort de SA bouche. Cette Parole nous est donnée dans la Bible. L’homme naturel peut lire la Bible, mais ne pourra jamais comprendre les choses SPIRITUELLES qui s’y trouvent. SEUL l’Esprit de Dieu peut OUVRIR notre esprit à une telle compréhension. Et le nombre d’années de scolarité n’entre même pas en ligne de compte, ici. De grâce, n’essayez surtout pas d’expliquer cela à un non converti. Vous risqueriez de vous faire insulter.

Armés maintenant de toute cette connaissance de ce qu’il faut pour être considérés CHRÉTIENS aux yeux de Dieu, nous pouvons pleinement clarifier ce qu’est le PÉCHÉ IMPARDONNABLE, le péché, selon Jésus, « qui ne sera pas pardonné, NI dans ce siècle, NI dans celui qui est à venir » (Matthieu 12:32). Sachons que SALUT veut dire « naître dans le Royaume de Dieu », être changé d’un corps MORTEL (la chair et le sang) à l’IMMORTALITÉ, un corps glorieux comme celui dont Jésus était revêtu lorsqu’Il a été ressuscité.

Ce changement à l’immortalité arrivera lors de l’avènement de Jésus dans la gloire. Donc, le salut du chrétien dépend du fait que le Saint-Esprit aura vécu EN lui jusqu’à son décès (pour ceux qui sont morts), ou EN lui, s’il est toujours vivant lorsque Christ reviendra. Voilà pourquoi Jésus a insisté en disant que le chrétien devra persévérer jusqu’à la fin pour être sauvé (Matthieu 24:13). Paul avait comparé son combat contre le mal à une course qui achevait. Il savait que sa mort était proche.

Allons voir ce passage, dans 2 Timothée 4:7-8, où il dit au jeune Timothée : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la FOI. 8Au reste, la couronne de justice m’est réservée, le Seigneur, le juste juge me la donnera en ce JOUR LÀ, et non seulement à MOI, mais encore à TOUS CEUX qui auront aimé son avènement. » Le but, donc, de chaque chrétien est d’achever SA course personnelle avec Jésus, dans la FOI, vers la VIE ÉTERNELLE. Tant et aussi longtemps que le Saint-Esprit demeure EN lui, le(la) chrétien(ne) est assuré(e) de faire partie du Royaume.

S’il commet des péchés, le trône de Dieu est toujours là pour le pardon. Ce qui compte pour Dieu, c’est une attitude repentante, et le désir de vivre selon les enseignements de Jésus. Combien de fois Dieu est-il prêt à pardonner ? « Alors Pierre, s’étant approché, dit à Jésus : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui répondit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. » En lui citant 70 fois 7 fois, Jésus lui disait doucement : « Pierre, ne compte PAS les fois, PARDONNE. » Dieu NOUS pardonnerait-Il moins de fois que ce qu’Il NOUS demande de faire ?

Quand une personne se convertit, c’est qu’elle veut changer complètement le but et l’orientation de sa vie. Elle ne veut plus vivre selon la voie du MONDE. Ses yeux se fixent, maintenant, sur le Royaume de Dieu. Ceci devient le BUT premier de SA vie. Si cette personne, après avoir reçu le Saint-Esprit, décidait de revenir dans le monde, à sa vie ancienne, et d’abandonner Dieu, elle serait en DANGER de blasphémer contre le Saint-Esprit. Je ne parle pas d’une situation temporaire où la personne reconnaît son erreur, et revient encore plus repentante vers Dieu. C’est beaucoup plus GRAVE que ça.

Ce n’est pas quelque chose qui se décide soudainement, sur un coup de tête. C’est un processus de longue durée. La personne cesse de prier. Elle cesse d’étudier la Bible. Elle commet des péchés et ne s’en repent plus. Elle se met à vivre exactement de la même façon qu’avant sa conversion. Non seulement elle s’éloigne de Dieu, mais elle manifeste ouvertement son hostilité envers LUI. Elle ne croit plus au Salut, car, selon elle, tout se termine à la mort. Elle cesse de croire que Dieu existe. Elle peut même pousser son arrogance jusqu’à provoquer Dieu en faisant exactement le contraire de ce que la Parole de Dieu enseigne.

L’apôtre Pierre nous met en garde contre cette sorte d’attitude. « En effet si, après avoir fui les souillures du monde, par la CONNAISSANCE du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau, et sont VAINCUS, leur dernière condition, devient PIRE que la première. 21Car il leur eût MIEUX valu de n’avoir POINT connu la voie de la justice, que de se détourner, APRÈS l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné » (2 Pierre 2:20-21).

 On ne parle PLUS, ici, de commettre simplement des péchés et de s’en repentir. On parle plutôt d’une rébellion ouverte contre Dieu Lui-même. Ils blasphèment contre le Dieu d’amour qui leur avait offert le salut en leur donnant SON Esprit, et qu’ils ont décidé de rejeter volontairement. Au verset 22, Pierre ne met pas de gants blancs pour les étiqueter : « Mais il leur est arrivé selon ce proverbe vrai : Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie, après avoir été LAVÉE, s’est VAUTRÉE dans le bourbier. » Tout est prémédité ici, sur une longue période de temps. Comment ramener une telle personne ? Les SAINTES ÉCRITURES nous donnent elles-mêmes la réponse d’une manière très claire.

Hébreux 10:26 : « Car si nous péchons VOLONTAIREMENT, après avoir reçu la CONNAISSANCE de la vérité, il ne reste plus de sacrifices pour les péchés. » Après avoir reçu la connaissance, que le sacrifice de Christ était là pour EFFACER les péchés, et ayant accepté ce sacrifice, SI cette personne rejette ce sacrifice, il ne reste AUCUN AUTRE sacrifice possible pour ELLE. Notez qu’il faut avoir reçu la connaissance de la vérité, i.e., la compréhension de ce qu’on a reçu. Ceci implique une étude personnelle de la Bible, et l’aide du SAINT-ESPRIT qui travaille AVEC cette personne dans son processus de conversion.

C’est un changement de cœur qui s’opère, où la personne prend la décision de s’engager avec son Sauveur pour l’éternité. Cette décision ne se prend pas sous le coup de l’émotion, pour ensuite se refroidir quand la personne se réveille soudainement de son euphorie temporaire. Dieu est en train de Se former des ÉLUS. Un élu, tout COMME dans notre société, est un dirigeant de gouvernement. Les ÉLUS de Dieu seront SES dirigeants dans SON Gouvernement. Dieu ne donnera PAS ces postes à n’importe qui. Il prépare Lui-même Ses prémices, Ses futurs ROIS.

Tous ceux qui ne seront PAS de cette 1ère Résurrection deviendront les NATIONS sur lesquelles les ROIS vont régner. Tout comme dans la société actuelle, « il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. » (Matthieu 22:14). C’est ainsi que Jésus Lui-même S’est exprimé quand IL parlait de CEUX de la 1ère Résurrection. Avez-vous déjà vu un roi sans sujets ? Voyez-vous pourquoi cette 1ère Résurrection est identifiée comme une meilleure résurrection (Hébreux 11:35) ?

Pouvez-vous imaginer quelqu’un qui aurait reçu cette connaissance, qui accepterait de s’engager avec Christ, pour ensuite L’abandonner et se mettre à pécher VOLONTAIREMENT, en rébellion contre LUI ? Soyons logiques. Comment Dieu pourrait-Il l’utiliser dans SON Royaume pour l’éternité ? Même nos gouvernements du monde demandent aux élus politiciens pourris de démissionner ! Combien les éliminer davantage dans le Royaume de Dieu ! Les Saintes Écritures nous le confirment.

Hébreux 6:4 nous déclare : « Car ceux qui ont été une fois illuminés, qui ont GOÛTÉ le DON céleste, qui sont devenus PARTICIPANTS du Saint-Esprit, 5Et qui ont goûté la bonne parole de Dieu, et les PUISSANCES du siècle à venir, 6Et qui sont tombés, il est IMPOSSIBLE de les renouveler ENCORE, pour la repentance, [regardez bien pourquoi] puisqu’ils crucifient pour EUX MÊMES le Fils de Dieu, et l’exposent à l’ignominie. »

« De quel plus grand supplice, pensez-vous que sera jugé digne celui qui foulera aux pieds le Fils de Dieu, et qui tiendra pour PROFANE le SANG de l’ALLIANCE par lequel il avait été SANCTIFIÉ, et qui outragera l’Esprit de la grâce ? » (Hébreux 10:29). Pour cette personne, il ne reste PLUS de sacrifice possible, car elle a rejeté le SEUL sacrifice qui LUI était disponible, et qu’elle avait d’ailleurs auparavant ACCEPTÉ. Il ne lui reste qu’une : « Terrible attente du jugement et un feu ardent, qui doit dévorer les adversaires » (Hébreux 10:27). Au verset 31 : « C’est une chose terrible, que de tomber entre les mains du Dieu vivant. »

Pour résumer, tout péché est pardonnable, même ceux commis par des gens CONVERTIS, s’ils sont disposés à revenir vers leur Sauveur pour implorer SON pardon. Et Dieu pardonnera toujours. Donc, il n’est PAS facile de commettre le péché impardonnable. Celui, cependant, qui décide volontairement de rejeter le SEUL Esprit par lequel il avait l’assurance de participer au Royaume de Dieu, est PERDU. Car, SANS le Saint-Esprit, comment pourrait-il parvenir à se REPENTIR de nouveau ?

Mais Dieu est BON, et IL nous donne tous les atouts pour revenir vers LUI, dans nos moments de faiblesse. Jésus a même inspiré son frère Jacques d’écrire ceci : « Frères, si quelqu’un d’entre vous s’écarte de la vérité, et qu’un autre l’y ramène, 20Qu’il sache que celui qui a ramené un pécheur du sentier de l’égarement, sauvera une âme de la mort, et couvrira une multitude de péchés » (Jacques 5:19-20). Que Dieu, dans Sa grande bonté, nous garde toujours près de Lui, afin de ne jamais même songer à commettre le PÉCHÉ IMPARDONNABLE.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec :