D.144 – La Terre ne bouge pas – Partie 3-6

image_pdfimage_print

 

TROISIÈME PARTIE

(6)

Voyons maintenant ce qu’ont a dire de pertinent les prêtres-scientistes d’aujourd’hui.

Carl Sagan (1934-1996) et les autres

« Nos ancêtres adoraient le soleil et ils étaient loin d’être bêtes. Il est sensé de révérer le soleil et les étoiles, parce que nous sommes leurs enfants. » — Carl Sagan

SAGAN (Carl), astrophysicien américain (New York 1934). Spécialiste de planétologie et d’exobiologie, il a joué un rôle majeur dans la mise au point des programmes américains de sondes planétaires. Il est aussi l’auteur d’ouvrages de vulgarisation.

Dictionnaire encyclopédique Larousse, Éditions Larousse 1994, Vol II, p. 1650.

Vous n’êtes pas sans savoir que l’idée de Relativité d’Einstein a continué de fournir les lignes de démarcation de l’astronomie jusqu’à ce jour. Or, de nouveaux concepts avec de drôles de noms sont sortis depuis la mort d’Albert, en 1955, mais sans la moindre mutinerie dans les rangs contre son principe cardinal de Relativité.

Le fait que la Relativité soit un concept insensé, seulement supporté par des mathématiques fumeuses, est connu d’un paquet de gens, comme nous l’avons constaté. Ces gens-là ne sont pas en charge des établissements de l’astronomie et de la physique, toutefois, donc le mythe de la Relativité continue à y être maître. Tout concept extravagant mis de l’avant complimentant la Relativité (et l’Évolutionnisme !) grâce à ses trappes matérialistes est appelé science et immédiatement mis en exergue dans les journaux, sur la liste des best-sellers et mis en ondes à la télévision. Pendant ce temps, la censure sur le point de vue contraire est totale. Son accès au public par l’intermédiaire des médias normaux est pratiquement inexistant. Le bâillon est tenu serré.

Qu’en est-il du camarade Sagan ? Il a souvent fait la manchette à la télévision au fil des ans. Dans un article à son propos intitulé La superstar scientifique, on rapportait que…

« …Sagan était si souvent au Tonight Show que ses étudiants commencèrent à dire : “Voiciiiiii Carl !” quand il entrait dans sa classe, à l’Université Cornell. »[1]

Carl Sagan a vendu des millions de livres et s’est amassée une fortune. Quel était son trip ? L’évolution. « Mais n’était-il pas astronome ou physicien ? » me demanderez-vous. Oui, mais il faisait dans l’extra-terrestre ! La vie dans l’outre espace… à la E.T. ou comme les apparitions à grandes oreilles pointues et gros sourcils que l’on voit dans Star Trek !

Oh, Sagan parlait de quasars, de pulsars, de trous noirs, de naines blanches, de géantes rouges et autres concepts mythologiques du vocabulaire de l’astronome moderne, mais son principal jeu fut de si bien établir une certaine idée que personne ne pourrait la défaire. Et cette idée, c’était l’évolution.

Le lien est simple. Si les gens sont convaincus qu’il y a de la vie partout dans l’univers et qu’on leur dise sans cesse que c’est de la vie qui a évolué, cela renforce grandement l’enseignement que toute vie sur Terre a aussi évolué. Et cela va dans les deux sens. Car si nous croyons que nous avons évolué sur Terre, nous pouvons donc croire aussi que d’autres formes de vie ont évolué dans l’outre espace !

Sagan a fait une grande et brillante carrière en accomplissant ses buts d’expansion et d’instillation du concept évolutionniste dans l’esprit des gens. Selon sa propre estimation, sa grande série télévisée, Cosmos, atteint 150 millions de gens. Ce n’était que pure propagande évolutionniste, comme tout ce qu’il a écrit et promu. De son livre sur l’évolution du cerveau humain à tout son matériel télévisuel, en passant par tout son travail à la NASA, tout le bataclan n’est purement et simplement qu’un blitz d’endoctrinement évolutionniste bien coordonné et à peine déguisé. Bien coordonné ?

Bien sûr ! Avez-vous entendu parler de J. Gould, le biologiste d’Harvard qui est depuis quelques années, maintenant, le principal porte-parole de l’évolutionnisme aux Etats-Unis et dans le monde ? Ni lui ni personne d’autre n’a jamais trouvé de chaînon manquant évolutionniste là où il aurait dû y en avoir un train complet tout au long de la « chaîne de l’évolution » ; donc, Gould vola à Goldschmidt la vieille idée monstrueuse d’une évolution accélérée. Cette idée sauvage et non-scientifique est un refuge de dernier espoir pour une théorie sans mécanisme qui dit qu’un oiseau sortit d’un œuf de reptile, un beau matin, et qu’un amphibien donna naissance à un mammifère et ce genre de chose.

On appelle cela « l’équilibre ponctuel ». Mon œil ! À côté de ce non-sens, Mary Poppins et Blanche-neige représentent de la science pure ! Mais ne vous y trompez pas, « l’équilibre ponctuel » est la raison d’être de l’évolutionnisme d’aujourd’hui. Or, Gould et Sagan étaient de bons amis.

Donc, l’un fait fonctionner la machine de propagande d’un évolutionnisme centré sur la Terre et l’autre fait fonctionner la machine de propagande d’un évolutionnisme centré sur tout ce qui est extérieur à la Terre, dans l’outre espace… ! L’évolution dans l’espace galactique s’est vu octroyer un drôle de nom, comme s’il s’agissait d’une science véritable et qu’elle décrivait quelque chose qui existe. Notez ceci tiré du Science Digest :

« Les spécialités académiques du Dr Sagan sont la chimie et la physique planétaires, mais il s’est également beaucoup impliqué dans la recherche de vie étrangère. Ce domaine, connu sous le nom d’exobiologie, est parfois qualifié de science sans information. Aucune preuve évidente n’a encore été trouvée montrant que la vie existe sur d’autres planètes. Néanmoins, la grande majorité des astronomes sont presque certains que toutes sortes de bestiaux galactiques peuplent l’univers. »[2]

Bon filon ! Une « science » sans information, ni preuve ! Et ils y croient, et ils l’enseignent, et ils le prêchent quand même ! Il n’y a pas un seul enfant âgé de six ans et ayant accès à un téléviseur qui n’ait été soigneusement endoctriné au moyen de dessins animés et autres chevaux de Troie pour gosses afin qu’ils considèrent normal tout un tas d’extra-terrestres exécutant les choses les plus insensées et surnaturelles.

Et ainsi le message évolutionniste est implanté dans l’esprit des enfants de manière subtile par ce blitz de propagande à la Sagan impliquant des « étrangers » (aliens) alors qu’il n’y a pas la moindre preuve d’une quelconque forme de vie ayant évolué dans l’espace. Et nous sommes tous des enfants de six ans, face à ce blitz. Le E.T. de Spielberg en est un bon exemple. Jouant avec un art consommé avec les émotions des gens, ce chef-d’œuvre satanique brisa les records d’entrées au guichet et est devenu un classique parmi un camion plein de films, de livres, d’animations « documentaires », etc., avec le même message… la vie — même la plus intelligente — a évolué dans l’espace en des milliers de formes et d’endroits ! Notez ce qui suit :

« Comme ses collègues dans le domaine, Carl Sagan croit que la vie étrangère est probablement basée sur le carbone, construite de composants similaires à ceux de notre propre corps. »[3]

« …similaires à ceux de notre propre corps… » Il soulignait et renforçait le lien avec la supposée évolution sur Terre grâce à toutes sortes d’exemples imaginaires de l’outre espace. Et c’est un deux-pièces. Notez ce qu’ajoute encore Sagan :

« Les organismes sur Terre font partie de l’aspect stochastique [aléatoire] du processus évolutionniste. Recommencez la Terre à nouveau et laissez les facteurs de hasard opérer, et il est tout probable que vous n’en verrez pas sortir quelque chose qui ressemble à un être humain… Ce sera phénoménalement différent… »[4]

Comme E.T. ! Vous savez, beaucoup de gens feront entorse à toute critique envers l’idée d’un syndrome d’alien. Les gens croient en une vie dans l’espace ! Ils pensent que c’est un fait scientifique ! C’est logique à leurs yeux ; ils se font le raisonnement que, si la vie a évolué sur Terre, elle doit également avoir évolué ailleurs, sous une forme ou une autre ! Il fut un temps où je serais tombé d’accord de tout cœur avec Sagan et ses disciples lorsqu’il disait :

« Le cosmos est tout ce qu’il y a, tout ce qu’il y a jamais eu et tout ce qu’il y aura jamais. C’est l’univers qui nous a faits et nous sommes des créatures du cosmos. »[5]

C’est de la religion sans Dieu, ça, purement et simplement ! Sagan, en tant que l’un des Grands Prêtres de l’establishment scientifique, donna certains avis sur le culte :

« Nos ancêtres adoraient le soleil, et ils étaient loin d’être bêtes. Il est sensé de révérer le soleil et les étoiles, parce que nous sommes leurs enfants. »[6]

Et ces soleils dans l’espace créèrent, non seulement les être humains et les autres formes de vie sur Terre, mais ils ont créé une innombrable multitude d’autres formes de vie sur une infinité d’autres planètes dans d’incalculables galaxies… ! Voilà ! C’est la matière et non pas Dieu qui aurait créé la vie, selon Sagan et les autres. C’est le message se cachant derrière tout le matériel à la E.T. et ce n’est destiné qu’à un but unique : recouvrir et celer pour toujours, bafouer, railler pour l’éternité, discréditer et détruire de façon permanente le récit biblique de la Création et, à partir de là, diffamer le reste des Écritures en général et plus spécialement la Nouvelle Alliance, ou Testament de Jésus-Christ.

Cela nous amène à soulever un point. Il y a bon nombre de scientistes et de laïcs qualifiés, énergiques et qui soutiennent le récit biblique de la Création, ici et ailleurs, qui ont mis sur pied la louable bataille contre l’évolution depuis maintenant quelques années. Ils amenèrent la question du monopole de l’évolution dans les écoles devant la Cour Suprême, en Arkansas et en Louisiane et devant la Cour Suprême des Etats-Unis, dans les années 80. Ils ont forcé les évolutionnistes à revenir sur certains textes de livres, dans un état ou deux.

Le mouvement anti-évolution peut ne pas avoir remporté de victoires majeures, mais vers la fin des années 70 et au début des années 80, et même au-delà jusqu’à la défaite devant la Cour Suprême des Etats-Unis, à la fin des années 80, il y avait un véritable esprit de vainqueur au sein du mouvement qui commençait à attirer l’attention de bien des gens.

Mais le mouvement chancela et, aujourd’hui, on en entend plus parler, du moins de manière à croire qu’il puisse jamais remporter la victoire contre le mythe contre-scientifique de l’évolutionnisme. Pourquoi ? Qu’est-il arrivé ? 80 % de la population américaine favorisait un genre de défi au monopole de l’évolution dans les écoles. De nombreux signes semblaient démontrer que le grand mythe était sur le point de subir une attaque sérieuse. Or, les créationnistes — au lieu de frapper aux portes des Cours suprêmes et avancer vers une enquête fédérale sur l’évolutionnisme et faire reculer les administrations scolaires et les comités de rédaction de bouquins scolaires — en sont réduits à faire circuler leur matériel parmi eux, en essayant d’empêcher l’État de la Californie de faire fermer les portes du seul collège créationniste reconnu des Etats-Unis, et tenter d’obtenir un don pour être sous les feux de la rampe en quelque part. Mais qu’est-il donc arrivé ?

Voilà bien une illustration précise de la situation. S’il y a un exemple de puissant mouvement en faveur de la Vérité prenant forme pour ensuite être battu et soumis, c’est bien le fiasco créationniste que nous venons de décrire. Oh, le mouvement n’est pas mort et ne le sera jamais, c’est sûr, et il possède encore un impact très positif, quoiqu’à un bas niveau, dans de petites poches de résistance dans le monde. En un sens, il est devenu clandestin. Il s’est enfoui pour fourbir ses armes, préparer une attaque ultérieure, changer de stratégie…

Voilà la clé : changer de stratégie ! C’est là où a échoué le mouvement et c’est ce que l’on doit ajuster à la Parole de Dieu avant que Celui-ci ne fasse honneur au mouvement. À cause du compromis ! Le mouvement fut contrôlé par une mentalité de compromission. « Un temps égal » pour une approche à « deux modèles » entre la création et l’évolution dans les écoles. C’était la stratégie principale.

Mais le compromis n’est-il pas une voie démocratique ? Ça chatouille les oreilles, et cela a une résonance « démocratique », mais c’est néanmoins une séduction. Soit que l’évolution s’est réalisée, soit qu’elle ne s’est pas réalisée. Sans piger dans la Bible, ou même la mentionner, des preuves scientifiques, pures et dures, démontrent sans l’ombre d’un doute que l’évolution constitue un mensonge sans aucune preuve pour la soutenir et qu’elle n’est tout simplement pas arrivée. Cependant, il ne s’agit pas de n’attaquer que l’évolutionnisme sans essayer de promouvoir le créationnisme.

La NOUVELLE stratégie n’oublie pas le créationnisme ; bien au contraire, elle garantit son succès ! Si l’évolutionnisme peut être totalement anéanti strictement avec des preuves scientifiques, et cela se peut, alors que reste-t-il pour expliquer l’origine de l’homme et tout le reste, si ce n’est un Créateur Dieu ? Une fois les millions et les milliards d’années évolutionnistes réduites en poussière dans le processus, on ne peut faire autrement que d’assimiler le Créateur Dieu au Créateur de la Bible, n’est-ce pas ?

Donc, ce qui est arrivé, c’est que la mentalité de compromis a mené à une mauvaise stratégie. Les évolutionnistes ont martelé l’idée que les créationnistes ne faisaient qu’essayer d’enseigner la Bible dans les écoles et que cela entrait en violation de la séparation de l’église et de l’état, bla-bla-bla, et ce faisant, les évolutionnistes n’avaient jamais à faire face aux preuves scientifiques qui aurait pu les tuer. Et cette tactique a parfaitement bien marché pour les évolutionnistes.

Les créationnistes sont aussi tombés dans la trappe de la Relativité. En se faisant champions d’un plan de « temps égal/deux modèles » pour l’éducation, ils présentaient comme équitable, bon et juste un plan qui disait, en substance : « Voici deux idées au sujet de l’origine de la vie. Certains disent que la première est vraie, d’autres disent que c’est la deuxième qui est vraie. Aucune ne peut être reprise, vérifiée et prouvée, donc, on ne pourra jamais vraiment savoir la Vérité. Nous croyons que les preuves s’accordent bien avec le modèle de la Création et ils croient qu’elles s’harmonisent avec le modèle de l’Évolution, ainsi nous vous donnerons un temps égal pour choisir entre ces deux “vérités”. Votre choix est relatif à ce que vous préférez, alors choisissez ! » Ou quelque chose du genre…

Et même si cette sorte de compromis semblerait, à première vue, promettre un certain gain en faveur du créationnisme, en réalité, il n’aurait pour seul résultat que d’ensevelir l’idée que la Vérité est l’objectif, la visée, le but de l’apprentissage, spécialement dans les sujets qui concernent la relation de l’homme avec Dieu. À la place, l’approche du « temps égal » insinuera la croyance qu’une « vérité » en regard des origines est aussi valable que « l’autre vérité » ; que, par conséquent, il n’y a pas de Vérité absolue en la matière ; que, en fait, la Vérité n’est relative qu’au fait que l’on prenne la tangente « scientifique » (i.e., évolutionnisme) ou que l’on prenne la tangente « religieuse » (i.e., créationnisme) concernant ce sujet.

Bien sûr, ce que voient les étudiants sur la balance de l’approche du « temps égal », c’est, d’un côté, le poids énorme de l’Établissement de l’éducation (des enseignants jusqu’en haut de l’échelle), le monde séculier (des scientistes jusqu’aux musées et les médias) et, de l’autre côté de la balance, une poignée de bigots bibliques stéréotypés criant au feu de l’enfer sur à peu près n’importe quoi. Ces enfants et ces jeunes gens n’ont pas à réfléchir longtemps pour constater de quel côté la majorité se ralliera. Et il ne faut pas grande jugeote pour voir que même les enfants qui entretiennent certains doutes seront intimidés afin qu’ils se tiennent coi ou deviennent des évolutionnistes théistes par compromission qui seront amenés à dire : « D’accord. Je vais croire que Dieu a tout créé par le moyen d’un quelconque processus d’évolution au cours de milliards d’années, comme disent les scientistes et tout le monde (sauf quelques fêlés de la Bible) et oublions ça ! »

C’est comme ça que ça marche, mes amis. Aucun doute là-dessus. Donc, le mieux qui puisse résulter de l’adoption d’un compromis en regard de cette approche de « temps égal » face à la question des origines est qu’un bon pourcentage — sauf quelques étudiants qui verront la lumière et rejetteront l’évolutionnisme en totalité —ne tomberont pas complètement en amour avec l’évolutionnisme pour devenir athées, mais accepteront un compromis et deviendront des évolutionnistes théistes.

Ça a pour résultat final que le récit biblique de la Création devient un mythe non-scientifique que les gens « éduqués » ne doivent pas croire. Ainsi, Adam et Ève, le Jardin d’Éden, Satan, sa séduction envers Ève, Adam acceptant ce mensonge, la séparation de l’humanité de son Dieu de Vérité et le début de sa servitude sous la main du dieu des mensonges jusqu’à ce que le Dieu de Vérité vienne sur Terre et forge un moyen pour l’homme de revenir à Lui… tout cela doit être chassé de l’esprit des étudiants pour toujours. Et cela peut s’accomplir tout aussi efficacement en faisant qu’une personne croit en Dieu et en l’évolution que cela peut s’accomplir en faisant un athée d’une autre personne.

Parce qu’il est impossible de croire en l’évolution d’une molécule à un homme et croire, en même temps, à la Création de six jours de la Bible et à Adam et Ève en tant que premiers et uniques parents de l’humanité. Les deux croyances s’excluent mutuellement.

Ainsi donc, en résumé, l’approche d’un compromis de temps égal pour présenter Dieu et Sa Création n’est pas adéquate pour amener les gens à réaliser que seule Sa Parole contient la Vérité sur le sujet. Aussi, cette stratégie de compromis ne pourrait obtenir l’aval enthousiaste de Dieu.

La Vérité de Dieu est absolue. Il ne permettra pas que l’on transige avec elle, aussi bien intentionnés et convaincants ses défenseurs soient-ils. Il n’y a jamais eu la moindre parcelle de preuve en faveur de l’évolutionnisme et il n’y en a pas plus aujourd’hui. Zéro ! Rien ! Le néant ! En conséquence, la stratégie contre l’évolutionnisme aurait dû être de concentrer tous les efforts et les ressources à élever le débat à un niveau mondial avec un seul but en tête : exposer scientifiquement toutes les déclarations majeures des évolutionnistes, prouver que l’évolution est une fraude contre-scientifique et la réduire au statut de mythe religieux, ce qu’elle est, d’ailleurs.

La présentation d’une série télévisée de qualité, cinq à dix heures de grande écoute, aurait fait le travail et le ferait encore. Une Enquête du Congrès sur la théorie de l’évolution pourvoirait à ce niveau mondial. Après tout, un gros montant de l’argent de nos taxes soutient directement ou indirectement l’évolutionnisme sur notre continent et il est tout à fait légitime de rechercher une enquête du Congrès sur tout ce que cet argent supporte dans les musées, les bibliothèques, les « merveilles naturelles », et surtout les écoles.

Mais la Cour Suprême n’était-elle pas de niveau mondial ? Cette course était condamnée d’avance. On ne traita jamais du sujet de manière à permettre une exposition systématique du fait que l’évolutionnisme est une fraude anti-scientifique. Tout ce que dit la Cour, c’est que le créationnisme est une religion et ne peut être enseigné dans les écoles parce que cela violerait le Premier Amendement de la Constitution. S’il y avait eu insistance à déterminer si les déclarations de l’évolutionnisme sont scientifiques ou pas, ils auraient vite trouvé que ces déclarations ne sont pas du tout scientifiques et les évolutionnistes aurait pu être dépeints comme étant ceux qui tentaient de faire avaler aux étudiants un système de croyance déguisé en science.

Ils auraient pu alors démontrer aux Etats-Unis et au monde que l’évolutionnisme est la clé de voûte de la religion humaniste que l’on enseigne de la maternelle à l’université en violation du Premier Amendement ! L’Humanisme a été reconnu par la Cour Suprême (Tarasco vs Watkins) comme étant une religion. Le credo mis de l’avant dans le Manifeste humaniste I et le Manifeste humaniste II déclare avec emphase que l’évolutionnisme est la croyance fondamentale de la religion humaniste.

L’Amérique et le monde entier ont été entraînés à croire le dogme principal d’une religion anti-biblique appelée « humanisme » et à la financer avec les gros sous des payeurs de taxe ! Vous parlez d’une séduction !

Mais c’est à peine la moitié de la trame. Pendant que les créationnistes s’affaissent dans le coin du ring, sauvés par la cloche, sérieusement amochés à la tête et au corps, le camp évolutionniste s’en tire admirablement, prêts à étendre ses adversaires pour le compte. En effet, le but est de mettre K.O. l’opposition à l’évolution au même degré que le camp Copernic/Newton/Einstein mit K.O. toute opposition de la part des tenants de l’évidence géocentrique d’une Terre immobile.

Et c’est là qu’entrent en scène Sagan et tous les autres astronomes coperniciens évolutionnistes avec leurs deux chef-d’œuvres de séduction destinés à détruire la crédibilité de la Bible. Si la « science » détruit la crédibilité du compte rendu de la Bible d’une Terre immobile, d’une création de six jours, du déluge de Noé (comme explication divine de tous les fossiles, etc.), alors quelle crédibilité la Bible peut-elle avoir quand elle parle de Jésus né d’une vierge et Fils ressuscité de Dieu ?

Examinons deux ou trois réalités d’importance mondiale que l’on peut remarquer derrière toute cette couverture. La première réalité cachée devrait nous apparaître visiblement, maintenant : l’interdépendance de l’héliocentrisme et de l’évolutionnisme.

Ce n’est pas vraiment compliqué : de Copernic à Einstein et Sagan, l’héliocentrisme a systématiquement, et de manière régulière et spectaculaire, étendu la dimension de l’univers à des distances que l’on mesure aujourd’hui en milliards d’années lumière. Cela a amené à relier la vitesse de la lumière (qui fut acceptée avant Darwin) à ces vastes distances et à conclure qu’il fallut des millions d’années à la lumière pour nous atteindre à partir de ces si lointaines étoiles. L’estimation standard hasardée est de 15 à 20 milliards d’années (quoique certains Russes la recule à 50 milliards).

Et voilà donc le truc ! Les évolutionnistes ont besoin de tous ces milliards d’années pour crédibiliser l’évolution de la façon qu’ils l’expliquent et les astronomes y pourvoient ! Et cela marche également dans l’autre sens ! Parce que les évolutionnistes fournissent aussi aux astronomes des milliards d’années. L’image courante donnée à l’évolution de la Terre, dans les livres modernes, est un chiffre qui sonne très bien et qui se donne un air d’exactitude : 4,6 milliards d’années. C’est par cette voie que l’on présente le Big Bang dans le mythe, voyez-vous ? Celui-ci — « l’œuf cosmique » — était au commencement au centre de l’univers, selon le mythe. Il explosa en morceaux, il y a environ 15 à 20 milliards d’années, et les morceaux et les gaz qui formèrent la Terre, la lune, le soleil, Vénus, etc., furent pris au piège par les forces gravitationnelles quelque 4,6 milliards d’années auparavant, toujours selon cette fable chimérique.

Et les morceaux qui sont censément vieux de 15 à 20 milliards d’années prirent un autre 10 à 15 milliards d’années pour atteindre leur emplacement présent après qu’ils eurent passé comme un éclair près d’où s’est arrêté la Terre. Enfin… c’est ce qu’ils disent. Et cette mitraille s’est si bien éloignée qu’il faut que la lumière voyage à 186 000 milles à la seconde [297 600 km/s] pendant des millions d’années pour nous atteindre. D’accord ? Donc, à partir de la perspective qu’un temps phénoménal est essentiel à la fois à l’évolutionnisme et à l’héliocentrisme, on voit que les deux théories se supportent et vivent l’une de l’autre…

C’est comme ça que ça marche. Ce qui nous amène à la seconde réalité qui est un point sensible, mais évident et que l’on doit traiter avec tout l’amour chrétien possible. Les scientistes créationnistes ne voudront pas toucher à la question de l’héliocentrisme/géocentrisme, même du bout d’une pôle à rideau. D’ailleurs, beaucoup d’entre eux deviennent carrément grincheux devant toute allusion les enjoignant à combattre le copernicisme. En fait, leur attitude démontre très clairement que, sauf une poignée d’exceptions, non seulement croient-ils que le système copernicien d’une Terre qui tourne est scientifiquement prouvé et véritable, mais ils estiment vigoureusement que, si les créationnistes commencent à attaquer le copernicisme, ils vont être la risée de la communauté scientifique, ce qui ferait terriblement mal au mouvement créationniste.

Quelle sorte de mouvement créationniste ça fait-il ?! C’est une blague ! Ils n’ont sans doute pas saisi le lien vital entre les deux théories (hypothèses) concernant leurs millions et leurs milliards d’années… Mais, les pauvres, il est temps pour eux d’oublier leurs objections, de voir la lumière et d’entrer dans l’arène. Leur stratégie a échoué. Celle que Dieu va utiliser pour démasquer et détruire l’évolutionnisme ne comportera aucun compromis ! Aucun faible cri insignifiant et inefficace, au profil bas, en attente, clandestin et plaidant un temps égal pour SA VÉRITÉ n’y fera ! Dieu va ravager tout Babylone (les mensonges de Satan) et Il va prouver que Sa Parole est la Vérité absolue. La reddition sans condition. Pas de compromis. Il va commencer par anéantir le copernicisme et l’einsteinisme ; ensuite, l’évolutionnisme ; puis, toutes les doctrines de démons qui aveuglent les églises chrétiennes d’aujourd’hui. C’est assurément un travail réservé aux 144 000 d’Apocalypse 7 qui aideront la multitude de laodicéens à sortir de Babylone, dans toutes les sphères qu’elle a envahi. Et cela ne prendra pas beaucoup de temps ! En effet, Apocalypse 18 dit clairement que Babylone (la confusion) va s’écrouler si rapidement que les gens en seront étourdis dans le monde entier.

Qu’ont donc à faire les scientistes créationnistes pour voir la lumière ? Eh bien, tout d’abord, ils doivent très bien se rappeler d’être absolument convaincus que la Terre n’est âgée que de six mille ans. (Très peu d’autres personnes croient à cela dans le monde, et ils sont donc déjà la risée du monde réel des scientistes séculiers, etc.). Ils doivent se rappeler qu’ils possèdent les preuves scientifiques inéluctables qui établissent que la Terre n’a que six mille ans et que tous les fossiles et les roches que les évolutionnistes utilisent pour étaler leurs millions et leurs milliards d’années furent déposés et formés par le Déluge mondial du temps de Noé, il y a moins de 4 500 ans.

Et ils peuvent le prouver, c’est certain ! Nous en avons vu les preuves tout au fil des ans. Ce sont des scientistes qualifiés dans tous les domaines, qui sont des créationnistes ayant produit des livres et des vidéos qui détruisent parfaitement la position évolutionniste de millions et de milliards d’années de mutations et de sélections naturelles transformant le néant en toute chose. Les cérationnistes possèdent toutes les bombes de vérité scientifique dont ils ont besoin pour faire exploser l’évolutionnisme en mille morceaux. Point.

Et ce n’est qu’une question de temps avant que Dieu ne coupe les amarres avec toute cette puissance de feu et n’abatte l’Humanisme mondial, l’establishment nouvel-âgiste qui repose carrément sur le mensonge de l’évolution (qui s’assoit, lui, sur le copernicisme !). Mais, en tout premier lieu, ce que doivent voir les créationnistes et où ils doivent s’ajuster rapidement, c’est a) que toute cette attaque maximum contre l’évolutionnisme doit suivre et se mêler à l’attaque maximum contre le copernicisme ; et b) que les créationnistes — à moins qu’ils ne soient charlatans (2 Corinthiens 11:13-15) — doivent tirer l’Épée contre le copernicisme aussitôt que le Saint-Esprit les aura convaincus qu’il s’agit d’une énorme duperie, comme l’évolutionnisme (conviction qui, en toute modestie, devrait leur être donnée au cours de la lecture de ce livre).

Or, qu’est-ce qui pourra persuader les créationnistes honnêtes de se joindre à la bataille contre le copernicisme et diriger leur feu sur cette cible comme moyen détourné qui les mettra offensivement en première ligne d’attaque contre l’évolutionnisme ? Deux choses persuaderont ces honnêtes gens (et nous parlons « d’honnêtes » créationnistes parce que Satan possède des agents-doubles haut placés protégeant sa séduction vitale de l’évolution !).

Premièrement : les créationnistes se sont déjà engagés à soutenir une Terre âgée d’environ 6 000 ans. C’est ce que leurs preuves démontrent et ils peuvent en illustrer la véracité par des preuves scientifiques à elles seules. Mais, que ce soit bien compris, toutes ces attestations prouvent aussi le récit de la Bible au sujet de la Création que l’on retrouve dans la première page de la Genèse. Il n’y a pas moyen d’y échapper et, sauf pour quelques agents doubles évidents infiltrés dans leurs rangs, les créationnistes soutiennent fièrement, correctement, avec ténacité et font la promotion du compte-rendu littéral de la Création de la Genèse. Voilà où conduit la preuve scientifique et où elle démontre de manière logique que le récit biblique de la Création de la Genèse est la Vérité avec un grand V. Magnifique ! Merveilleux ! Plus aucun problème ! La plupart des créationnistes seront d’accord avec cela.

Mais voici le problème que j’aimerais souligner vis-à-vis des créationnistes. La page même qui affirme avec exactitude que Dieu a créé les plantes, les animaux, et l’humanité, dit également que Dieu a créé les cieux, y compris les étoiles, dans la même période de temps (Genèse 1:14-18). Donc, si ce délai dura une semaine au début des 6 000 ans, comme le croient tous les créationnistes littéraux, alors comment se fait-il qu’ils croient en même temps au copernicisme et à l’einsteinisme qui exigent que ces étoiles (et la Terre et tout le reste) soient âgées de milliards d’années ???

Personne ne peut réconcilier ces deux opposés, et personne ne devrait se tracasser à essayer. La lumière d’étoile de Genèse 1 fut créée pour briller au-dessus d’Adam et Ève dès la première semaine où furent créés la Terre et tout ce qui existe dans l’univers. La lumière était là où sont les étoiles et elle se trouvait en même temps dans le Jardin d’Éden où étaient Adam et Ève. Il ne lui fallut pas des centaines, des milliers, des millions d’années pour voyager jusqu’ici. Tout créationniste qui croit à ses propres preuves doit ipso facto s’opposer à l’héliocentrisme copernicien parce que cette théorie n’existe pas et ne peut pas exister sans ces millions et ces milliards d’années. Point à la ligne.

Donc, personne — et certainement pas un scientiste créationniste — ne devrait tenter de réconcilier les preuves scientifiques, ni le créationnisme littéral de la Bible avec le copernicisme, parce que cela ne se fait pas. À la place, les créationnistes devraient réfléchir à la façon de sortir de ce terrain logiquement et scripturairement intenable où ils se sont enfouis en s’opposant activement ou passivement à une attaque contre le copernicisme.

Comment faire ? La première chose qu’ils doivent faire, c’est de lever bien haut la tête, en tant que les guerriers ensanglantés qu’ils sont, dans la grande bataille spirituelle. Ils ont été mis sur la ligne de front de la guerre spirituelle à un endroit où Satan doit prévenir toute percée à tout prix. Toute menace contre sa contrefaçon évolutionniste de la Création de Dieu, telle qu’enregistrée dans Genèse 1, doit être détournée et mise en échec ; Satan ne le sait que trop bien. Car ce front, cette question, cette stratégie pour détruire la crédibilité de la Bible en est venu à s’appuyer sur des siècles d’astucieuse planification surnaturelle. Tous les créationnistes, si grande ou si petite soit leur implication dans la bataille, écouteront sûrement ces paroles bénies : « Cela est bien, bon et fidèle serviteur. » Donc, en premier lieu, que les créationnistes prennent leur arc et lèvent la tête bien haut.

Deuxièmement : La préparation de tous les créationnistes n’a pas été en vain. Pas du tout ! Bien au contraire, la capacité qu’ils se sont maintenant acquise de pouvoir briser les défenses de Satan et dénoncer l’évolutionnisme au monde entier comme étant un mensonge contre-scientifique n’a souffert que d’un contretemps tactique. En se débarrassant des compromis, de la stratégie d’un « temps égal », et en revêtant une mentalité d’abandon sans compromis et inconditionnel (convenant aux champions de la Vérité Absolue de Dieu !), ils peuvent dès lors se préparer à mener l’offensive contre la Babylone de Satan et servir d’instruments dans la mise en œuvre de la victoire totale de la Vérité de Dieu sur la Création et tout ce que cela sous-entend dans la validation de toutes les Écritures.

Troisièmement : Tous les créationnistes, partout dans le Corps de Christ, laïcs ou scientifiques, doivent reconnaître qu’une Terre géocentrique et immuable est une doctrine biblique tout aussi vitale que le créationnisme. En fait, elles sont fondamentalement inséparables ! Et, vu qu’une personne prend fait et cause pour un de ces domaines vitaux de la Vérité biblique, lequel domaine est, à la base, intimement et inséparablement lié à la Création, elle doit aussi prendre fait et cause bibliquement pour cet autre chaînon vital. Pour être conséquents et, donc, crédibles, les créationnistes qui s’élèvent contre l’évolutionnisme doivent également s’élever contre le copernicisme héliocentrique.

En dernier : Que Dieu les conduise ou non à se spécialiser et à s’entraîner dans une ou plusieurs sphères de dénonciation du copernicisme, les créationnistes doivent joindre les mains aux créationnistes anti-coperniciens dont le nombre va bientôt s’accroître de façon spectaculaire, ou — à tout le moins — leur donner leur support passif de peur de révéler leur véritable fonction dans le combat anti-évolution. Car, assurément, ce doit être très clair, à la lumière de ce qui a déjà été démontré (et de ce qui s’en vient) et même de ce qui est évident à tous que a) le copernicisme est une duperie qui dure depuis plus longtemps que l’évolutionnisme et a remporté un plus grand succès ; b) de ce fait — ainsi que de l’autre fait également important que la partie héliocentrique de la bataille n’a donné aucune crainte à Satan depuis des générations et est sans défense — la stratégie des créationnistes (et de tout amoureux de la Bible) devrait être concentrée à percer une brèche contre le mensonge de l’héliocentrisme d’abord et tout de suite après amener l’artillerie lourde anti-évolutionniste ; c) le créationnisme anti-évolution a battu en retraite et ne menacera pas l’empire de Satan sans une nouvelle stratégie.

Le renforcement viendra par ceux qui auront de la joie à voir exposer le mensonge copernicien et qui seront également très en colère et galvanisés à renverser cette idole de fausse science ainsi que la structure humaniste érigée dessus. (L’esprit de crainte qui conseilla le peuple de Dieu de ne pas chercher à dénoncer le copernicisme, de peur qu’ils ne discréditent le créationnisme, est un esprit que Dieu dit ne pas venir de Lui : « Car Dieu ne nous a pas donné un esprit de timidité, mais de force, de charité et de prudence » (2 Timothée 1:7). L’Esprit de Dieu est plutôt l’Esprit d’amour, de puissance et d’intelligence. Voilà l’Esprit que tous les chrétiens — pas juste les créationnistes d’aujourd’hui — auront pendant cette bataille stratégique, car c’est une stratégie sans compromis, sans quartier, destinée à démarrer une réaction en chaîne qui conduira à la dénonciation de toutes les séductions de Satan dans le monde, et qui préparera celui-ci aux temps de la fin, au retour de Jésus-Christ et à l’installation de Son Royaume sur Terre.

Nous nous sommes un peu éloignés du sujet de ce chapitre, mais revenons-y. Il est facile de bifurquer et partir sur une envolée… Le dernier chapitre n’en sera sans doute que plus court.

Si quelqu’un a suscité l’adulation et l’exaltation à un titre presque aussi élevé que Sagan, après Einstein, dans le monde de la science, c’est bien Andreï Dmitrievitch Sakharov, né en 1921 et décédé en décembre 1989, à l’âge de 68 ans, au moment même où le régime communiste qui l’avait harassé toute sa vie, vint à s’écrouler.

Sakharov est mis au rang de…

« …scientiste de classe mondiale … dont l’œuvre fut une prescription de la future direction de la physique. »[7]

Il publia un article, en 1967, qui le rendit célèbre du jour au lendemain. Le Time Magazine, dans une rubrique de 17 pages à son sujet, dit que son fameux article…

« …traitait de la question à savoir pourquoi il y a de la matière dans l’univers. »[8]

Comment Sakharov répondit-il à sa propre question ? Dit-il que Dieu en était le Créateur ? Bien sûr que non, il n’aurait pas eu droit à une seule ligne du Time Magazine. Non, rien d’aussi simple. En fait ses réponses furent calculées de manière à renforcer la cause du Big Bang contre la Bible, comme on peut se l’imaginer, compte rendu de la grande estime qu’on lui accorda de la part de l’establishment scientifique.

Toute cette question de la matière dans l’univers s’avère cruciale en regard du copernicisme et de la relativité. C’est encore sur le tapis. C’est la base de toute idée anti-biblique tout simplement parce que l’on ne peut ignorer sa présence et qu’on doit l’expliquer « scientifiquement » d’une manière qui nie l’interprétation des Écritures. Donc, Sakharov, peu importe son mérite, fait partie d’une longue liste de « scientistes » qui, pour une raison ou une autre, ont contribué à perpétuer l’idée anti-biblique que tout ce qui existe a été créé à partir d’un Big Bang, quelque 20 milliards d’années auparavant. Spécifiquement, Sakharov a, en quelque sorte, rescapé les gars du Big Bang d’un problème qu’ils avaient parce que…

« …le Big Bang aurait dû produire des masses égales de matières et d’anti-matière. »[9]

Cela ne se pouvait pas, semblerait-il, car les conditions sur lesquelles tout le monde tombe d’accord à savoir qu’elles auraient dû être présentes lors d’une situation de Big Bang n’auraient pas fonctionné, parce que :

« …alors que l’univers s’étendait et se refroidissait, il arrêterait de produire des particules, et la matière restante, ainsi que l’anti-matière, se détruiraient l’un l’autre. [Par conséquent] l’univers d’aujourd’hui devrait être vide. »[10]

Nous voyons comment cela pouvait faire exploser la théorie du Big Bang… sans jeu de mots ![11] Apparemment, cela constitua un réel problème au sein de la communauté scientifique pendant un certain temps. (Évidemment, le commun des mortels ne connait rien de ces « problèmes ». S’ils comprenaient ce qui se passe dans ce cercle intime, ils y passeraient tout le monde au goudron et à la plume…)

Mais Sakharov vint à la rescousse. Sa solution —purement mathématique, bien sûr — fut sensationnelle. Voici sa théorie : a) certaines forces opérèrent juste après le Big Bang

« …qui créèrent la matière ou l’anti-matière indépendamment l’une de l’autre, en violation de ce qui avait été … une loi stricte reconnue comme la conservation du nombre baryon… »[12]

  1. b) Sakharov déclara que les particules de matière et les particules d’anti-matière se désintègrent à un taux différent. Ces deux idées, dit-il…

« …ainsi que l’expansion et le refroidissement de l’univers se combinèrent en une chaîne de réactions complexe favorisant légèrement la production de matière … mais ce fut suffisant. Des vestiges de ce qui avait existé alors surgit toutes les formes cristallines et des étoiles étincelantes des galaxies. »[13]

Et nous avons vu que :

« …l’œuvre de Sakharov fut une prescription de la future direction de la physique … [et] à la fin des années 70, les physiciens ne firent essentiellement que retracer les calculs de Sakharov… »[14]

…et ont conclu que dans à peine 10 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 d’années, toute la matière dans l’univers aura disparu et il sera aussi vide qu’un seau avec un trou au milieu.

« Jusqu’ici, [du moins, comme on l’a admis en 1990] il n’y a pas de preuve expérimentale de la désintégration des protons. »[15]

Je le redis : la « science » est merveilleuse ! La matière est dieu et quiconque soutient ce dieu est un grand ponte dans le camp de la « science » ! Personne ne semble se soucier ou se contester le moindrement que des lois de la science testées, véritables et inflexibles soient violées et écartées. Personne ne semble s’inquiéter ou s’objecter un tant soit peu que les fruits d’une imagination tordue et de chiffres inintelligibles soient combinés en « calculs » qui donnent les résultats pour lesquels ils ont été inventés. Personne ne semble s’alarmer ou s’opposer une seconde lorsqu’une idée folle crée simplement le besoin d’une autre idée folle qui dure pendant quelques années et doit être suivie d’une autre idée folle provenant encore de quelque autre génie du jour. Il y a de quoi nous faire dégobiller… !

C’est une réaction que l’on trouverait compréhensible devant les mensonges sans fin diffusés par les soi-disant établissements « éducatifs » et « scientifiques » ! Tout ce qu’ils cherchent à faire, c’est d’enterrer la Vérité pour toujours ! Après tout, qui a besoin de la Vérité ?! Un mensonge n’est-il pas aussi bon que la Vérité si les gens croient que c’est la vérité ? Qui se soucie de savoir si Dieu a créé l’homme et tout le reste, y compris une Terre qui ne tourne pas ? Quelle différence cela fait-il si toutes les écoles dans le monde, de la maternelle aux programmes de doctorat, endoctrinent et initient les enfants à la religion humaniste grâce aux montants d’argent provenant de nos taxes ? Et alors, si tout cet endoctrinement fait qu’ils se moquent de la Bible et de Jésus-Christ encore plus que le faisaient leurs parents, qui s’en soucie, de toute manière ?

Vous, chers amis lecteurs. Vous vous en souciez du fait même que vous avez entrepris la lecture de ce recueil. Je m’en soucie aussi. Et je parierais que — comme le prophète Élie — si nous pouvions voir avec des yeux spirituels, nous apercevrions sept mille anges en ordre de bataille, prêts à entrer en action !

Et, surtout, Dieu S’en soucie, et Il est prêt depuis toujours. Après tout, c’est SON PLAN ! Il désire certainement mettre fin à cette partie de l’histoire pour que nous entrions enfin dans la Réalité éternelle ! Nous sommes donc en majorité, une majorité écrasante ! Mais, sans blague, une personne qui peut voir au-travers de toute cette séduction s’aperçoit que le Dieu Créateur en a plus qu’assez de ceux…

« … qui ont changé la vérité de Dieu en fausseté, et qui ont adoré et servi la créature [ou toute chose créée], en abandonnant le Créateur… » (Romains 1:25).

Adorer la matière, c’est ce que fait l’establishment humaniste mené par la « science ». Cinq minutes de réflexion suffiront à quiconque n’a pas perdu l’esprit qu’il s’avère insensé au-delà de toute parole de dire que la matière s’est créée elle-même, a explosé et s’est transformée en… vous et moi, et les arbres, et un millions d’autres choses !

« Se disant être sages ils sont devenus fous » (Romains 1:22).

Parfaitement approprié ! Et il est fort probable que nous tous, lecteurs comme auteurs, nous nous sommes rendus coupables d’avoir cru et même d’avoir promu tout ce mensonge non-scientifique. Folie humaniste. Nous avons tous été trompés, séduits et coincés par le Diable dans cette histoire de Terre qui tourne ! Nous tous ! Le monde entier ! Pensez-y ! Et la plupart d’entre nous avons été trompés tout aussi à fond par les foutaises évolutionnistes ! Je sais que je l’ai été. Mais Dieu m’a fourni un moyen de me dépêtrer de la toile d’araignée de Satan, comme des milliers d’autres, et Il a le moyen de faire sortir tout ceux qui, dans le monde, peuvent recevoir « l’amour de la vérité » (2 Thessaloniciens 2:10).

Pour certains d’entre vous, le processus est en cours. Mais d’abord, les membres des églises qui proclament que Jésus est leur Fondement vont devoir admettre avoir été séduits et se repentir de leurs péchés en ayant accepté le copernicisme au détriment de la Parole de Dieu. Ensuite, s’ils ont fait des compromis au sujet de la création en six jours et le Déluge du temps de Noé dans la Parole de Dieu en acceptant une forme quelconque de l’évolution mensongère, ils doivent à nouveau reconnaître qu’on les a dupés, puis se repentir et purger leurs rangs de tous ceux qui n’accueilleront pas la Vérité démontrée dans la Parole de Dieu, peu importe le sujet traité. Les chrétiens qui professent que Jésus-Christ est leur Seigneur doivent alors pleinement réaliser que c’est Lui, Jésus, qui a créé cette Terre et tout ce qui y habite, y compris l’homme et la femme, ainsi que tous les corps célestes dans l’univers. Comme nous l’avons vu, les Écritures sont parfaitement claires là-dessus (Colossiens 1:16 ; Éphésiens 3:9 ; Hébreux 1:2, 10 ; Jean 1:3, 10).

En fait, l’heure approche où les chrétiens de toutes les églises qui se disent chrétiennes doivent se repentir de leurs hérésies coperniciennes et darwinistes et adorer Jésus en tant que Créateur autant que Sauveur et Rédempteur. Il y a peu d’espoir, sinon aucun, que les hiérarchies de ces églises où se trouvent encore bon nombre de chrétiens véritables changent leur vision tordue dans ces domaines. Et ce ne sont pas les membres qui feront changer d’avis les pasteurs et les prêtres. Ceux-ci ont beaucoup à perdre et ont été si bien endoctrinés par les hautes sphères du pouvoir qu’il ne restera qu’une solution aux membres du Corps de Christ qui ont reçu l’amour de la Vérité : sortir du milieu d’elles ! Notre Seigneur Dieu travaille directement avec Ses enfants, pas avec les hiérarchies ecclésiastiques, et même Il travaille malgré ces hiérarchies. Les églises, à l’heure actuelle, sont truffées de fausses doctrines et y faire le ménage est inutile. Il faut tout simplement s’en séparer et les laisser composer ce qui sera la Grande Prostituée des temps de la fin. Lorsqu’il n’y aura plus un seul membre du Corps de Christ dans les églises du monde, que seront-elles ? Lisez attentivement le 34e chapitre du livre d’Ézéchiel où Dieu parle des pasteurs des églises modernes ! Il n’y a pas à s’y tromper. Dieu Lui-même va sortir Ses enfants du milieu de la Grande Babylone !

Toute la Parole affronte les églises et débute avec la partie qui détruit le copernicisme suivie de la partie qui détruit l’évolutionnisme. Alors, toutes les fausses doctrines tomberont l’une après l’autre comme dans un jeu de dominos. La Parole de Dieu triomphera de toutes les séductions ! Toutes ! Cela devient sérieux. Et il n’y a aucune façon d’arrêter ce processus. Tout est en place pour que Dieu ouvre le rideau sur la Première Scène du Premier Acte du Drame de la Fin des Temps qu’Il a Lui-même décrit dans l’Apocalypse et ailleurs dans la Bible. La Première Scène sera La Chute de Babylone. Toute fausse doctrine et tout mensonge séduisant qui maintient le monde en esclavage dans la main du père du mensonge sera dénoncé et détruit bibliquement par la Vérité de Dieu annoncée par Ses fidèles témoins et serviteurs.

Il y a des préliminaires à cette chute prochaine. Il y aura des calamités mondiales — presque certainement une catastrophe économique globale entraînant la panique — suivies de l’émergence du « Messie » talmudiste et nouvel âgiste que les descendants du pharisaïsme et toutes les sociétés secrètes espèrent amener le plus rapidement possible au pouvoir du Nouvel Ordre Mondial (N.O.M.). (Voir à cet effet, Les Protocoles des Sages de Sion.)

Il n’y a pas à douter que le N.O.M. constituera probablement la « Bête » (Apocalypse 13:2) que chevauchera la Grande Prostituée (Apocalypse 17:3) : le pouvoir ecclésiastique chevauchant le pouvoir séculier. L’Antichrist (2 Thessaloniciens 2:3-10) sera à la tête de ces pouvoirs et sera conseillé par le Faux Prophète (Apocalypse 13:11) qui poussera tout d’abord les gens à adorer la première Bête et fera que l’Antichrist détruise la Grande Prostituée.

La Bête n’est pas qu’un individu, mais tout un système impérial. L’Antichrist n’est pas la Bête, mais il est à sa tête. Le Faux Prophète n’est pas le pape, mais fera en sorte que l’on adore l’Antichrist en le faisant passer pour le Messie attendu par les kabbalistes et les nouvel-âgistes. Ensuite, le Faux Prophète fera détruire le christianisme, catholicisme en tête, pour instaurer la religion à Mystères descendant directement de l’Ancienne Babylone. La Bible est dans son chemin et il doit l’écarter.

Peut-on connaître ces personnages actuellement ? Ils sont peut-être déjà connus de quelques-uns qui travaillent à l’instauration du N.O.M. et du Plan nouvel-âgiste visant à « secourir » le village global et à sceller la condamnation de la Bible en tant que LA source de la Vérité. Les leaders séduits de ce monde suivront cet « homme de perdition » qui promet un nouveau système mondial unique et utopique. Ces promesses ne sont qu’une couverture pour cacher la stratégie ambitionnant de mettre la Bible sur un même pied d’égalité que les autres écrits « religieux » et ériger une religion « humaniste » mondiale où Jésus ne serait plus qualifié que de bon homme et non de Fils de Dieu incarné, Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

Nous voyons, dans Apocalypse 17:10-17, que le règne du Nouvel Ordre Mondial ne durera que « un peu de temps » avant que l’Agneau de Dieu ne vienne y mettre un terme abrupt. Ce règne de trois ans et demi prend fin à l’arrivée en gloire de Jésus-Christ et de Ses armées, les Élus ressuscités, ce qui débutera la Colère de Dieu.

Les membres du Corps de Christ qui connaissent leur Bible peuvent, par ces références, reconstituer la preuve de la supercherie universelle exposée dans ce livre et commencer à voir où cela va nous mener. Et ils peuvent également commencer à constater que l’heure de cette guerre contre l’Agneau et Sa Parole, qui atteindra son apogée lors de la Chute de Babylone, ainsi que tout ce qui va suivre sera à notre porte lorsqu’ils commenceront à être jugés selon leur acceptation ou leur rejet du copernicisme et de l’évolutionnisme.

Ce sera le dernier chapitre de l’histoire des gouvernements de Satan. Donc, pour y être bien préparés, creusons davantage la question du MONSTRUEUX mensonge du copernicisme pour savoir réellement ce qu’il en est. Examinons une couple de supposées preuves en faveur de l’héliocentrisme et passons-les à la logique stricte.

__________________________________________________________________

[1] Robert F. Moss, La superstar scientifique, Saturday Review, août 1980, p. 25.

[2] Dennis Meredith, La correction “cosmique” et le souhait d’une vie extra-terrestre de Carl Sagan, Science Digest, juin 1979, p. 35.

[3] Ibidem, p. 36.

[4] Ibidem.

[5] Richard A. Baer, jr., Ils enseignent la religion dans les écoles, Christianity Today, 17 février 1984, p. 12.

[6] Bidem, p. 13.

[7] Dennis Overbye, Pourquoi est-il au rang des scientistes de classe mondiale, Time, 14 mai 1990, p. 64.

[8] Ibidem.

[9] Ibidem.

[10] Ibidem, p. 65.

[11] Des rapports se multiplient chaque jours déclarant que la théorie du Big Bang est morte. Il y a même un livre lancé par Eric Lerner intitulé Il n’y a jamais eu de Big Bang. Le Service des Nouvelles Garnett annonce « Le Big Bang est tombé en poussière ». Les mensonges que la fausse science a perpétués sur le monde ont fait leur temps. La Vérité de la Parole de Dieu avance de tous les côtés !

[12] Ibidem.

[13] Ibidem.

[14] Ibidem, p. 64.

[15] Ibidem, p. 65.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , , , ,