D.150 – La Terre ne bouge pas – Partie 6

image_pdfimage_print

 

SIXIÈME PARTIE

L’éloquent Zodiaque

Tiré du Dictionnaire Larousse, éd. 1988
« LE ZODIAQUE — Où que se tienne le soleil dans le ciel, il cache certaines constellations d’étoiles par sa lumière. Pendant que la Terre tourne autour du soleil durant l’année, le soleil semble se déplacer vers l’est, à contre-courant des constellations en fond de toile. Les planètes et la lune semblent aussi se déplacer graduellement dans le ciel, en passant devant les mêmes constellations. »

Vous savez, il règne une grande confusion en ce qui a trait au Zodiaque. On a dit à tout le monde que l’Astrologie n’est pas scientifique, que ce n’est que de la superstition (ET C’EST VRAI !), mais, en même temps que l’on apprend cela, on apprend aussi que le Zodiaque est essentiel à l’astrologie (c’est également vrai), et si l’on a dans l’idée de rejeter l’astrologie, on rejettera aussi le Zodiaque.

C’est là qu’on commet une grave erreur et elle est directement reliée au fait que la Terre tourne ou ne tourne pas. Établissons d’abord certaines choses et nous verrons ensuite la connexion. Premièrement, la Bible ne condamne pas le Zodiaque. En fait, le Zodiaque est une Bible dans le ciel, lorsqu’utilisé tel que l’a entendu Dieu. Le problème y est le même que quand il est question des autres Vérités de Dieu, c’est-à-dire que Satan a imaginé une contrefaçon du réel et a trompé le monde de telle sorte que, soit que les gens jettent le bébé (le Zodiaque) avec l’eau du bain (l’astrologie), soit qu’ils croient à l’horoscope astrologique frelaté qui n’est qu’un paquet de mensonge d’un bout à l’autre.

Où la Bible parle-t-elle du Zodiaque ? Lisez ceci :

« …Job parle du Zodiaque comme étant la manière dont les étoiles se déplacent dans le ciel (Job 38:32). Et Job parle de Son témoin dans le ciel (Job 16:19). Job 9:9 parle d’Orion, de la Grande Ourse et des Pléiades. Ils sont encore mentionnés dans Job 38:31. Job parle du dragon ou serpent dans le ciel, dans Job 26:13. Ils font tous partie des signes du Zodiaque et, puisque Job dit clairement qu’ils sont la création de Dieu, ils ne peuvent être mauvais. Le premier but de Dieu en faisant les étoiles, dans Genèse 1:14, fut d’en faire des “signes”. »[1]

On se rappellera de cette partie des Écritures. Il y a également le Psaume 50:6 qui dit :

« Les cieux aussi annonceront sa justice : parce que Dieu est le juge… »

Dans Psaume 97:6 :

« Les cieux annoncent sa justice, et tous les peuples voient sa gloire. »

Le mot hébreu traduit par « annoncent » est nagad qui signifie « déclarer… faire ressortir avec assurance… manifester… expliquer… interpréter pleinement… mettre de l’avant… parler avec sûreté… dire… ». Donc, l’auteur que nous avons cité est en terrain sûr lorsqu’il avance :

« Cela signifie que, d’une certaine façon, les cieux déclarent l’Évangile … Ainsi, il est clair que les signes du Zodiaque peuvent être utilisés d’une manière chrétienne, fondée sur la Bible. »[2]

Mais l’astrologie est une toute autre paire de manches…

« L’astrologie prêche que les planètes ont leur propre conscience … L’astrologie, en définitive, enseigne que le système solaire possède une super-conscience qui opère sans Dieu… »[3]

En d’autres termes, l’astrologie enseigne que notre destin, notre sort, sont déterminés par la position du soleil, de la lune, des planètes et des étoiles ; et que ces sphères sont dans différentes parties du Zodiaque avec diverse étoiles en toile de fond durant les mois variés de l’année ; et que ces différentes localités s’appellent des « maisons » et qu’elles portent des noms comme « Bélier, Taureau, Gémeaux, etc. ».

Par exemple : récemment, un de ces magazines de supermarché qu’on appelle « feuilles de chou » exhibait une « Carte des étoiles » sur une pleine page couleur avec un relevé du mois d’août. Tous les douze « signes » étaient présentés de façon élaborée avec des illustrations à l’appui, des dates et des signes astrologiques. Août montrait une tête de lion, les dates allaient du 23 juillet au 22 août et le tout sous-titré du mot LION. En-dessous, il y avait ce message surnaturel :

« De bonnes opportunités de travail peuvent vous arriver. Des problèmes que vous croyiez morts et enterrés reviennent vous hanter. Évitez les arguments à propos de l’argent. Vous serez peut-être forcé de changer ou de remettre des plans pour la fin de semaine. »[4]

On se demande combien de gens croient à ce genre de chose… Or, de récents sondages Gallup démontrèrent que plus de 32 millions d’Américains répondirent « oui » à la question suivante :

« Les planètes dirigent-elles nos vies ? »[5]

La même source…

« …estime que 1 200 journaux quotidiens sur 1 750 tiennent une rubrique astrologique. »[6]

C’est au-delà de 80 % des journaux ! Ça en fait une GROSSE religion ! Mais avant que quelqu’un s’écrie que toute la chose est un parfait non-sens, laissez-moi vous rappeler que c’est un non-sens seulement parce que ça a été tordu et brassé jusqu’à ce que ça devienne une rusée contrefaçon des signes réels que Dieu a mis dans le Zodiaque.

La Bible dit que Dieu a mis certains signes réels dans le ciel pour donner au monde un message venant de Sa part, mais ces signes ont été transformés en horoscope plein d’animaux afin de bloquer le message et accrocher les gens à la contrefaçon. Or, la Bible est remplie d’avertissements contre tout le fourbi horoscopique. D’où confusion.

Allons-y étape par étape. Premièrement : nous avons vu que la Bible enseigne qu’il y a des signes dans le ciel où Dieu les a mis, et que ces signes déclarent Sa justice et Sa gloire. Deuxièmement : tout le fourbi horoscopique est une contrefaçon de Satan des signes réels de Dieu, et des millions de personnes s’accrochent à plus ou moins de degré à cette contrefaçon.

Troisièmement : La Bible condamne tout genre d’horoscope. Comme vous le savez, la Bible enseigne que Dieu a détruit la Tour de Babel. Eh bien, cette tour était…

« …une ziggourat ou tour astrologique sur le toit de laquelle des prêtres pouvaient diriger l’observation et l’adoration du soleil, de la lune et des planètes. »[7]

Voilà à quoi servait la Tour de Babel ! Et il y a de nombreux endroits dans l’Ancien Testament qui montrent que…

« …le culte astrologique rivalisait avec le culte à YHWH (Jéhovah) dans le cœur du peuple. [En fait :] …la condamnation finale d’Israël fut reliée directement à la participation du peuple au culte astrologique des planètes. »[8]

Nous voyons, dans 1 Rois 12:26-29, que l’on donna à deux veaux d’or le titre de dieux. Nous pouvons voir qu’Israël…

« …s’inclina devant toute l’armée des étoiles. »[9]

Nous voyons qu’un des rois de Juda érigea des images au bœuf Taurus et au bélier Aries, dans 2 Chroniques 11:15 et Lévitique 17:7, ces dieux n’étant rien d’autres que des démons. Dans 2 Rois 23:4-7, on parle de ceux qui…

« …brûlaient de l’encens à Baal, au soleil, à la lune, aux constellations et à toute l’armée des cieux. »[10]

En outre, le culte à « Remphan » (la planète Saturne) est condamné dans le Nouveau Testament : « Mais vous avez porté le tabernacle de Moloc, et l’étoile de votre dieu Remphan ; qui sont des figures que vous avez faites pour les adorer ; c’est pourquoi je vous transporterai au-delà de Babylone » (Actes 7:43). Actes 19:23-41 traite d’une énorme émeute soulevée contre l’apôtre Paul par les adorateurs de la déesse lunaire Diane. Nous pourrions montrer pendant des heures où la Bible condamne le culte aux étoiles, à Vénus, au soleil, à la lune, etc.. On ne peut avoir aucun doute à ce sujet.

Pourtant, la Bible enseigne aussi en même temps qu’il y a un message dans le ciel pour l’humanité et que Dieu l’y a mis pour Se déclarer Lui-même au monde et qu’il soit employé comme signe. En fait, nous pouvons davantage apprécier le message de Dieu dans le ciel une fois que nous réalisons que ce message n’est ni plus ni moins que l’Évangile dans les étoiles. Un merveilleux livre portant ce titre fut écrit par un astronome danois, nommé Seiss, il y a quelque cent ans et, je vais vous dire, on ne peut lire ce livre sans constater que l’Évangile est écrit dans les étoiles !

Il y a donc réellement un grand message pour les gens dans le Zodiaque, en plus de certains signes utiles et pratiques. Disons que cela clôt notre quatrièmement.

Cinquièmement : la chose suivante qu’une personne doit comprendre concernant cette religion horoscopique séductrice et contrefaite est franchement retorse, mais, l’un dans l’autre, ce n’est pas si difficile à comprendre… Je parle de la connexion copernicienne, bien entendu.

En réalité, il s’agit, en quelque sorte, d’une affaire passablement bancale et à double tranchant ayant débuté avec le fait que le fourbi horoscopique fut entièrement fondé sur la croyance que la Terre est immobile au centre de l’univers et que tout le reste tourne autour. Mais c’est ce qu’enseigne la Bible, me direz-vous ! C’est parfaitement exact. Et c’est en partie ce qui rend l’affaire un peu ardue… Pensez-y. À cause de Copernic, de Kepler, de Newton, d’Einstein, etc., le monde entier ne crut plus que la Terre est immobile au centre de l’univers avec tout le reste qui tourne autour, n’est-ce pas ?

Or, voici : la « science » moderne peut dire — et tous les gens éduqués sont d’accord — que le fourbi horoscopique n’est qu’un superstitieux non-sens parce qu’il était (et est encore en grande partie) basé sur une Terre immobile. Mais, puisque tout le bataclan horoscopique est mauvais, cela n’a-t-il pas un bon effet sur le copernicisme ? Mes amis, lorsque quelque chose de mauvais produit un bon effet, il serait sage de fouiller les broussailles pour voir si Satan n’y aurait pas manigancé un de ses trucs…

Rappelez-vous que nous avons établi que :

—    « …les signes du Zodiaque peuvent être utilisés d’une manière chrétienne, fondée sur la Bible »[11] ;

—    le bazar horoscopique n’est qu’une distorsion des vrais messages et des signes du Zodiaque de Dieu ;

—    l’ancien système de lecture des étoiles antérieur à Copernic était basé sur une Terre immobile.

Mais jadis, avant les distorsions, il y avait un système de messages et de signes dans le ciel qui provenait de Dieu, précédant et corroborant la Bible. Vous me voyez venir ? Une Terre immobile et le véritable message du Zodiaque céleste sont reliés ensemble de manière inséparable. Nous ne pouvons lire le vrai message à moins que la Terre ne bouge pas !

Cependant, n’oublions pas que l’ancien mauvais système de l’horoscope était également fondé sur une Terre immobile. Nous pouvons dire que le mauvais fourbi horoscopique constitue encore une grosse affaire, de nos jours, même si personne ne croit plus que la Terre est immobile. Ne voyons-nous pas que ce système particulier de mensonges est une affaire lucrative, peu importe que la Terre tourne ou pas ? Il semblerait, en effet, mais, en toute équité envers les faits, nous devons souligner que la plus grande partie du bataclan horoscopique est encore fondée sur une Terre qui ne bouge pas !

Mais, parce que l’ancien système horoscopique était abominable et mauvais, cela ne veut pas dire que l’idée d’une Terre immobile était mauvaise ! Car, voyez-vous, le dessein surnaturel caché derrière l’ancien système d’horoscope était d’embrouiller et d’étouffer le message de Dieu écrit dans les cieux, lequel était aussi fondé sur une Terre fixe ! Il m’apparaît donc que la véritable lutte se fait entre le vrai et le faux messages du Zodiaque, à savoir, si la Terre tourne ou pas.

Nous voyons donc que cette affaire d’horoscope est à la fois fausse et anti-biblique. Mais nous constatons également que le Zodiaque en lui-même est un phénomène réel et ne doit pas être rejeté parce que les horoscopes basés sur lui sont à rejeter. Arrêtons-nous ici pour développer une meilleure compréhension de ce qu’est réellement le Zodiaque. Notons l’explication que voici tirée d’un article du Science Digest :

« …Le Zodiaque est une mince ceinture d’étoiles fixes d’un bout à l’autre du ciel et au-travers duquel nous voyons sillonner le soleil, la lune et les planètes … Ces corps célestes traversent toujours les cieux à l’intérieur des limites du Zodiaque. »[12] (emphase ajoutée)

Et nous pouvons lire ailleurs que la ceinture du Zodiaque est d’un largeur de 18 degrés ou un dixième d’une parfaite hémisphère d’un horizon à l’autre. Donc, le soleil, la lune et les cinq « étoiles vagabondes », i.e., les planètes Mercure, Vénus, Mars, Saturne et Jupiter, se déplacent à l’intérieur de la ceinture zodiacale et n’en sortent pas. Au deuxième siècle, les Grecs…

« …organisèrent mathématiquement le zodiaque en calculant ses douze segments, ou signes, en arcs de 30 degrés chacun. Les douze arcs correspondaient à 12 constellations. Puisque la plupart furent représentés par des animaux, les Grecs appelèrent la zone zodiacus kikles, “cercle des animaux”. »[13]

C’est de là que nous provient le Lion, le Taureau, le Poisson et le reste. Mais le problème, c’est que ce Zodiaque, que l’on vint à nommer « Zodiaque de Ptolémée »…

« …est, en réalité, basé sur des constellations qui ne sont que des illusions d’optique. Un regard au travers d’un télescope nous démontre que des constellations comme celle du Lion, ou du Poisson, ou encore du Sagittaire, n’existent pas en réalité. »[14]

Alors, quand des lignes sont tracées d’une étoile à l’autre pour former un lion, ou un taureau, ou un poisson, ce n’est que pure imagination ! Et qui plus est, les signes imaginés, desquels les astrologues tirent leur lecture des horoscopes, sont en dehors de la plaque par une signe entier ! Cavendish explique :

« Le 21 mars de chaque année, les astrologues disent que le soleil est dans le Bélier. En réalité, le soleil n’est pas dans la constellation du Bélier … mais dans la constellation du Poisson. De nos jours, lorsqu’un astrologue dit que le soleil est dans tel signe du Zodiaque, il est en réalité dans le signe précédent. »[15]

Voilà qui semble défaire le dernier nœud de l’ancienne rigolade horoscopique, non ? C’est déjà se tromper assez que de croire et suivre vraiment des instructions quotidiennes inventées sur votre vie en se fondant sur votre date de naissance et l’emplacement des planètes, du soleil et de la lune, alors, quelle poisse ça peut être que de compter sur un tel guide et de tels conseils pour vous apercevoir que les instructions que l’on donne au sujet de votre vie appartiennent, en réalité, à des gens qui sont nés sous le signe qui vous précède !

Ce n’est pas pour rien que Dieu posa comme premier commandement : « Tu n’auras point d’autres dieux devant ma face » ! Dans son livre, L’horoscope et les chrétiens, Morley conclut justement :

« L’astrologie a toujours été, et est encore, une branche de la magie noire … [Par conséquent], il n’y a aucune place à l’astrologie dans la vie d’un chrétien. »[16]

Donc, encore une fois, ce sont les constellations du « cercle des animaux » et les horoscopes astrologiques basés sur eux qui s’avèrent totalement imaginaires et farfelus. Le Zodiaque, lui, est réel. Le soleil, la lune et les « étoiles vagabondes » se déplacent de façon parfaitement précise et variée à l’intérieur de ses étroites limites. De plus, les mouvements et les positions ont une double fonction ordonnée par Dieu, c’est-à-dire…

« Les cieux racontent la gloire du Dieu Fort, et l’étendue donne à connaître l’ouvrage de ses mains [et] … servent de signes pour les saisons, et pour les jours, et pour les années » (Psaume 19:1 ; Genèse 1:14).

Maintenant, veuillez noter comment tout cela se rapporte à la question de la Terre-qui-tourne : les astrologues (comme les théologiens chrétiens) ont essayé de marcher selon deux croyances mutuellement exclusives à savoir si la Terre tourne ou non. Jadis, quand tout le monde croyait que la Terre ne tourne pas, les astrologues acceptèrent ce concept et s’arrangèrent pour fonder leurs horoscopes magiques sataniquement inspirés sur les événements de la ceinture du Zodiaque.

Mais l’Église chrétienne du Nouveau Testament s’opposa à tout le fourbi horoscopique dès le début. Or, cela changea au fil des siècles. Durant les 16e et 17e siècles, alors que surgissait le copernicisme, un paquet de gens des églises catholiques et protestantes tâtèrent de l’horoscope. Par exemple, Kepler lui-même dressa des horoscopes pour la royauté. Et nous lisons des choses comme ce qui suit, concernant cette période :

« L’astrologue Galilée dressa, en 1609, un horoscope pour le Duc de Toscane qui indiquait que le Duc allait jouir d’une longue vie. Le Duc décéda deux semaines plus tard. »[17]

Néanmoins, la pratique visant à dresser ou à tenir compte des horoscopes ne fut jamais compatible avec les enseignements de la Bible. Donc, l’Église chrétienne, fondée sur les Écritures — qui professaient une Terre immobile — enseignait également que les activités reliées aux horoscopes étaient mauvaises. Mais voyez ce qui arriva : après Copernic, les églises commencèrent, lentement mais sûrement, à abandonner l’enseignement d’une Terre immobile… ce qui envoya une grosse torpille s’écraser contre la Bible, faisant éclater la moitié de son hélice et plier sérieusement la colonne de direction. Elle ne coula pas (elle ne peut pas être coulée !), mais elle subit de sérieux dommages. Elle prit l’eau, façon de parler, et donna de la bande.

En fait, aux yeux des églises et du christianisme, la Bible ne fut plus considérée comme l’illustration parfaite de la puissance de Dieu. Elle fut plutôt assommée, titubante et même estropiée au point où la confiance en son pouvoir triomphant commença à vaciller et à s’éroder au point que les requins s’assemblèrent autour, les dents longues.

Et, durant ce temps, Satan préparait sa « torpille de l’évolution » qui visait à frapper en plein centre de la coque la Bible estropiée ! Maintenant, remarquez ce qui arriva pendant que tout cela se produisait : non seulement la Bible fut-elle torpillée avec succès par le copernicisme, mais devinez ce qui le fut avec elle…

Tout le bataclan horoscopique ! Parce qu’il était aussi basé sur une Terre immobile ! Mais regardez attentivement et vous verrez un parfait exemple de la manière par laquelle s’y prend Satan en utilisant une double séduction pour arriver à ses fins. Peut-être cela ne vous apparaît-il pas très clair et que vous auriez tendance à croire que Satan s’est plutôt coupé le cou en tirant le tapis de sous sa puissante séduction des horoscopes lorsqu’il promut sa tricherie copernicienne.

Mais n’oubliez pas que nous avons affaire à M. Le Retors lui-même. Il possède un paquet de trucs, mais un seul et unique but : séduire le monde entier pour qu’il croit que la Bible est fausse, qu’elle contient des erreurs, qu’elle est faillible et, qu’ainsi, on ne puisse s’y fier pour connaître la Vérité au sujet de Jésus, la vie éternelle, sur rien, en fait.

Par conséquent, laquelle des deux séductions pensez-vous que le Diable voulait voir faire le plus de chemin : le copernicisme ou le fourbi horoscopique ?

Le copernicisme, bien sûr ! Il frappait en plein la Bible, comme le reconnurent à l’époque Martin Luther et tous les autres amants de la Bible. En plus, c’était une nouvelle frappe, l’autre ayant eu cours pendant toute l’histoire antérieure. Et elle était puissante. Elle occasionna le genre de dommages des plus difficiles à réparer, parce qu’elle fit quatre choses :

  1. Le copernicisme se déguisa en Vérité ;
  2. Il défia et, selon les apparences, mit K.O. l’autre prétendant à la Vérité, c’est-à-dire, la Bible ;
  3. Il ne tira le tapis sous les pieds du commerce des horoscopes que de manière théorique, parce que ces horoscopes étaient bâtis sur des prémisses géocentriques (et continuent à l’être en grande mesure). Le copernicisme put néanmoins s’accorder le crédit d’être objectif et l’ennemi rationnel des superstitions basées sur le surnaturel. Cette position s’accrut et s’étendit à la quatrième réalisation, la plus mortelle, c’est-à-dire…
  4. Il assimila l’indéfectible foi dans les enseignements de la Bible sur tous sujets à une mentalité superstitieuse, émotive et illogique. En retour, on mit ceci en contraste avec l’approche objective, rationnelle et impartiale d’une personne à l’esprit scientifique.

…un appel à « l’orgueil intellectuel » pur et simple. De la façon la plus astucieuse, le Diable, l’Adversaire, le Dragon, Satan, présenta à l’humanité, par le moyen du copernicisme, le nouveau dieu qu’il avait fondu et pomponné pour ressembler à la vérité avec un grand « V », la nouvelle idole vers laquelle l’homme, dans sa vanité, allait se tourner pour répondre à tous ses besoins, i.e., le remplacement de la Bible en tant que source de vérité, j’ai nommé : la « Science » !

Évidemment, il s’agissait d’une FAUSSE science, pas de la VRAIE science, parce qu’il n’y a pas de vérité en Satan, et aucune ne peut provenir de lui. Tout — la moindre petite chose que Satan veut que le monde croie — est contre la Bible et s’avère une séduction. Absolument tout. Mais, en particulier, cette séduction héliocentrique basée sur une Fausse Science est son plus grand chef-d’œuvre. C’est la perversion suprême de la Vérité dans une longue carrière d’habiles contrefaçons fabriquées surnaturellement face aux Vérités de Dieu.

Nous avons déjà rencontré l’avertissement biblique à propos de la fausse science. 1 Timothée 6:20-21 dit :

« …garde le dépôt ; en fuyant les disputes vaines et profanes, et les contradictions d’une science faussement ainsi nommée. 21De laquelle quelques-uns faisant profession, se sont DÉTOURNÉS de la foi… »

« Fuir » est un terme plutôt fort ! Et nous devons nous rappeler constamment de l’avertissement fondamental de Dieu : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. » Cela comprend le dieu de la Fausse Science !

En tous les cas, toute la question revient à se demander qu’est-ce qui est Vérité et qu’est-ce qui est séduction. Car Dieu a dit qu’Il ne peut mentir, alors que Satan ne peut dire la Vérité. Il a dit que Sa Parole est Vérité et que tout ce qui la contredit est mensonge.

Et Sa Parole proclame que la Terre ne tourne pas, donc, si nous croyons que Sa Parole est la Vérité sur tous les sujets, incluant celui-ci, alors la Terre ne bouge pas. Point final.

Mais Satan sait tout cela et son travail consiste à refiler à l’humanité toutes les séductions possibles et imaginables pour amoindrir, affaiblir et même ôter la Bible comme étant la source unique de Vérité sur tous les sujets.

Voilà pourquoi le Diable était prêt à sacrifier la séduction horoscopique afin d’établir la séduction copernicienne. Il savait que, non seulement la séduction coperniciste allait-elle donner un dur coup à la crédibilité de la Bible, mais qu’elle préparerait le terrain à la grande séduction de l’évolutionnisme et, en fin de compte, le couronnement de la « science » comme étant la source de vérité au lieu de la Bible.

En plus, la séduction des horoscopes n’est pas morte. Non seulement est-elle bien vivante, mais elle s’accroît, comme nous pouvons le constater. Les astrologues n’ont eu qu’à changer un peu leurs trucs ici et là et des centaines de millions de gens dans le monde se tournent encore vers ce fouillis pour se guider au lieu de se tourner vers la Bible qui leur dit de ne pas toucher à ça.

Donc, en plus d’aller encore bon train avec sa séduction horoscopique, le Diable obtient tout le millage gratuit possible en se posant comme l’ennemi de sa propre séduction des horoscopes et en devenant le champion de la « science » qui dédaigne pareilles superstitions ! Le fripon a réponse à tout !

Mais il possédait une autre carte dans sa manche concernant la séduction d’une Terre qui tourne… Vous vous souvenez que j’ai mis l’emphase sur le fait que le fouillis horoscopique était du toc, mais que le Zodiaque est bien réel. En voici la raison : le Zodiaque, tout là-haut, est un fait astronomique qu’on ne peut ignorer. Astronomique, pas astrologique. C’est également un fait biblique. Ce qui vient confirmer la Bible quand elle dit que la Terre ne tourne pas ! Regardez bien ceci : la même Bible qui dit que la Terre ne bouge pas met aussi de l’avant un Zodiaque rempli de « signes » que l’homme doit lire, dont il doit bénéficier et qui déclare la gloire de Dieu.

Donc, voici : le Zodiaque et les signes sont des éléments réels que personne, ni même la « science » moderne, ne peut nier et ils fonctionnent parce qu’on les voit à partir d’une Terre fixe !! Ils ne fonctionneraient pas si la Terre tournait sur un axe et orbitait autour du soleil ! Comment le pourraient-ils, en effet ? Si la Terre tournait à environ mille MPH [1 600 km/h] et filait autour du soleil à plus de soixante-six mille MPH [105 600 km/h] et voguait autour de la galaxie à un demi-million de MPH [800 000 km/h], comme le racontent tous les livres, ce serait toute une autre histoire au sein de la ceinture zodiacale que si nous nous tenons immobiles.

Certaines personnes au sein du monde de la « science » argumenteront que tout ce qui se déplace à l’intérieur de la ceinture zodiacale le ferait de la même façon si la Terre tournait sur un axe et orbitait autour du soleil que ce qu’il en est avec une Terre qui ne bouge pas. Mais c’est un non-sens ! Tout le monde qui y réfléchit un instant sait que l’ensemble des mouvements précis des corps célestes au sein de la ceinture zodiacale n’apparaîtraient pas, et ne pourraient pas apparaître, à partir d’une Terre qui tourne à 30 fois la vitesse d’une balle de carabine dans une direction, et 250 fois la vitesse d’une balle de carabine dans une autre direction, de la même manière qu’une Terre qui demeure absolument immobile ! Soyons sérieux ! La chorégraphie réelle qui a lieu à l’intérieur du Zodiaque doit s’accorder soit avec le modèle d’une Terre parfaitement fixe ou le modèle copernicien. Ça ne peut pas être avec les deux !

Et voici l’argument décisif, le truc caché sous un autre truc qui a si ingénieusement été mené à bien dans toute l’affaire : en établissant la « science » comme l’ennemi de l’astrologie, la porte a effectivement été fermée à toute investigation scientifique réelle à propos du fonctionnement du Zodiaque. Une telle recherche révélerait certainement une multitude de faits concernant les occultations d’étoiles et les boucles orbitales inversées, comme celle de Mars (voir Illustration XX), etc., qui ne pourraient pas cadrer dans le modèle copernicien.

Illustration XX – Parcours de Mars près de l’opposition favorable de 1956.

Le dieu/fausse « science » de Satan affirme que les signes d’horoscope sont de pures balivernes, et c’est le cas ! Mais du même souffle, il en ressort comme message qu’il n’y a pas de signes dans le Zodiaque et que quiconque y cherche des signes est tout aussi superstitieux que ceux qui croient aux horoscopes. Ce qui revient à dire que l’establishment scientifique brosse le même tableau des signes de Dieu dans le Zodiaque que pour le fourbi horoscopique… ! Et cette stratégie a très bien marché pendant longtemps — en appelant de l’orgueil intellectuel de l’homme, car, assurément, certains signes que Dieu a mis dans le mouvement complexe des corps célestes, tels que les éclipses que nous avons vues, y sont spécifiquement pour prouver que la Terre est immobile. Néanmoins, le Drame grandiose de Dieu, étalé dans la Bible de A à Z, en est au « Y » et l’on prépare le monde pour l’Acte final et ses dernières Scènes.

À la vitesse où la dénonciation et la destruction des contrefaçons héliocentriques de Satan se produit parmi ceux qui aiment et suivent la Vérité, quel qu’en soit le prix, le Diable joue ses dernières cartes, exactement de la manière que l’avait prédit Dieu. Une fois que le mal s’est trouvé en Lucifer, il s’est transformé en Satan, personnification de tous les maux qu’ont dû vivre les hommes dans toute l’histoire et, donc, le registre de tout ce que ces maux engendrent sera complet dans tous les détails pour ceux qui, sur la Nouvelle Terre éternelle, l’étudieront et l’abhorreront comme Dieu le fait. C’est ce que l’on voit clairement dans les trois derniers versets du dernier chapitre du livre du prophète Ésaïe, passage qui est destiné à jouer un rôle important dans la destruction des puissantes fausses doctrines au sujet des cieux et de l’étang de feu.

« Car comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je m’en vais faire, seront établis devant moi, dit l’Eternel ; ainsi sera établie votre postérité, et votre nom. 23Et il arrivera que depuis une nouvelle lune jusqu’à l’autre, et d’un Sabbat à l’autre, toute chair viendra se prosterner devant ma face, a dit l’Eternel. 24Et ils sortiront dehors, et verront les corps morts des hommes qui auront péché contre moi ; car leur ver ne mourra point, et leur feu ne sera point éteint ; et ils seront méprisés de tout le monde » (Ésaïe 66:22-24).

Le Zodiaque constitue des signes de Dieu et tous les trucs de Satan n’auront rien changé à ce fait. Comme également ses séductions ne pourront changer le fait que tous les calculs basés sur la lune et les étoiles, et qui ont toujours fonctionné, et fonctionnent encore, sont toujours fondés sur une Terre immobile ! Ils sont fondés sur une Terre immobile parce qu’il doit en être ainsi pour qu’ils marchent. La navigation, les éclipses, les semailles, les récoltes, et le reste… toutes ces choses fonctionnent et sont réelles, et elles sont toutes basées sur une Terre qui ne bouge pas. Prenez, par exemple, la « pleine lune de l’équinoxe d’automne » : voilà un des nombreux phénomènes réels constituant un signe évident que Dieu a mis dans le ciel, non seulement pour aider lors de la moisson d’automne, mais aussi pour démontrer clairement qu’Il est la raison du soin et de l’amour infini qu’Il a disposé dans Sa création.

La pleine lune de l’équinoxe d’automne est un fait réel fort intéressant. Habituellement, la lune apparaît 50 minutes plus tard à chaque période de 24 heures. Toutefois, comme nous pouvons le lire ici :

« …Le retardement de temps varie beaucoup. À l’automne, le lever lunaire peut survenir seulement 22 minutes plus tard à chaque nuit, alors qu’il peut arriver 80 minutes plus tard lors du printemps. »[18]

Une heure de différence ! Très intéressant ! Un signe intégré pour aider les fermiers, de toute évidence ! Et il y en a aussi pour les chasseurs, comme nous le voyons :

« La pleine lune de l’équinoxe d’automne arrive en septembre, en début de saison, quand le soleil est en Balance et la lune en Bélier. La lune des chasseurs est la pleine lune qui suit celle de l’équinoxe d’automne… »[19]

« … quand le soleil est en Balance et la lune en Bélier… » Le soleil et la lune sont à des endroits bien spécifiques dans le Zodiaque lorsque ces choses arrivent. Ce sont purement et simplement des signes de Dieu. Oubliez les stupides noms d’horoscopes et rappelez-vous seulement que ce sont des signes qui fonctionnent pour l’homme tel que le stipule la Bible. Puis, rappelez-vous aussi que la même Bible, dans la même page, dit que la Terre a été créée trois jours avant que ne soit créé le soleil. La Terre ne tournait manifestement pas autour du soleil, parce qu’il n’y avait pas de soleil pour tourner autour les trois premiers jours ! Mais il y avait de la lumière le premier jour ! Il y avait de la lumière avant qu’il n’y ait un soleil et il y avait une Terre fixe, immobile, avant qu’il n’y ait un soleil (ou une lune, ou des étoiles) !

En d’autres termes, le Zodiaque (et les cieux en dehors de cette bande étroite) ne furent pas créés avant le quatrième jour de la semaine de la création, d’après la Bible, pas avant que la lumière ne soit créée, et le système atmosphérique, et que l’eau et la terre ne soient séparés, et que ne soient créés l’herbe et les arbres avec leurs semences reproductrices en eux…

…et ensuite, le soleil, la lune et les étoiles furent créés autour de la Terre, le Centre de la Création de Dieu où devait être aussi créé l’homme, le sixième jour, à l’image de Dieu, Père et Jésus pré-incarné ; cette Terre immobile où ce même Jésus/Dieu naîtrait d’une femme, vaincrait la mort et paverait le chemin à tous les hommes pour qu’ils vainquent aussi la mort et vivent éternellement sur une Nouvelle Terre ; une Nouvelle Terre libre de la présence de Satan et située exactement là où l’ancienne Terre se tient aujourd’hui : au Centre de l’Univers !

On dirait, d’après tout cela, que les étoiles sont plus proches que ce qu’on nous enseigne, n’est-ce pas ? Toutes ces distances calculées en zillions d’années-lumière ne sont pas basés sur des faits ; ce n’est qu’un exemple de plus pour montrer que tout ce qui peut être tordu pour supporter le copernicisme le sera sans coup férir. Comme les parallaxes !

Voici la définition du Larousse : « Parallaxe : Déplacement de la position apparente d’un corps, dû à un changement de position de l’observateur… »

« Déplacement » ? Que dit encore Larousse ? « Déplacer : Changer quelque chose, quelqu’un de place, le mettre ailleurs… » Donc, l’on traite ici d’un fait qui nous dit que, lorsque nous regardons un objet à distance, comme une étoile, à partir d’un lieu ou d’un point, il nous apparaîtra situé à un certain endroit. Mais lorsque nous observons le même objet distant à partir d’un autre lieu ou d’un autre point, il semblera avoir bougé, bien qu’il n’ait pas bougé du tout. Voilà pour ce qui est de la parallaxe.

Maintenant, appliquons cette définition à un exemple concret. Déterminons la distance séparant Alpha du Centaure de la Terre et du soleil et voyons comme la différence peut être grande, même avec cette étoile qui est la plus proche. Notez ceci :

« En regardant l’étoile Alpha du Centaure à partir d’une Terre faisant le tour du soleil, les mesures de parallaxe et la trigonométrie nous assureront que les deux sont distantes de 1,3 parsecs[20] , ou un peu plus de 4,2 années-lumière. Mais si on l’observe à partir d’une Terre dont le soleil fait le tour, la distance ne devient plus que d’un vingt-cinquième de cette somme. Or, les deux valeurs ne peuvent être vraies… »[21] (emphase ajoutée)

Voilà qui est très intéressant… Ce que ça implique, c’est que les étoiles pourraient être beaucoup plus près que ce qu’on nous a endoctrinés à croire ! BEAUCOUP PLUS PRÈS ! Notez encore ceci :

« …dans l’estimation copernicienne, nous observons les étoiles là où elles étaient, il y a quatre années-lumière et plus. Selon la conviction géocentrique, nous regardons le dôme étoilé à la position qu’il avait, il y a près de deux mois. Ou moins si le voyage de la lumière la ralentit ! »[22]

C’est une différence ÉNORME ! De milliers d’années-lumière à la vitesse de 186 282 milles à la seconde [298 051,2 km/s] à deux mois à la même vitesse ! L’étendue des étoiles s’étale sur combien si l’on calcule en se fondant sur une Terre fixe ? Van der Kamp nous le dit :

« …un simple calcul trigonométrique nous donne le rayon du Stellatum, i.e., l’étendue dans laquelle les étoiles ont été placées. Il s’avère que ce rayon est d’environ 58,1 jours-lumière, i.e., un vingtième de parsec. »[23]

Cela fait près de deux trillions de kilomètres, ce qui est un loooong bout de chemin, mais, au moins, c’est un chiffre que l’on peut encore saisir. En tout cas, c’est ce qui contiendrait tout le dôme étoilé, incluant la ceinture zodiacale. Comprendre cela nous aide, car un des plus gros problèmes que l’on puisse avoir à croire à une Terre fixe vient de ce que l’on est incapable de se figurer que les étoiles puissent faire le tour de la Terre à chaque jour si elles sont aussi éloignées que ce que l’on nous a dit. Mais avec le facteur parallaxe dans l’équation… plus de problème.

Cela nous aide, en plus, à comprendre le motif caché derrière cette dissimulation du facteur parallaxe. En outre, une autre chose entre en ligne de compte, ici, et que l’on utilise de façon fort trompeuse, c’est toute cette affaire de vitesse de la lumière et, selon Einstein, de ce qu’elle serait la vitesse la plus élevée possible dans l’univers.

Frère Albert n’était pas très flexible sur cette idée. Comme le déclare sans ménagement Nordenson :

« En regard du fait que l’absolu de la vélocité de la lumière constitue le fondement de l’idée de la Théorie de la Relativité d’Einstein, il serait plus juste de l’appeler Théorie de l’Absolu d’Einstein. »[24]

Donc, dans le fond, la Théorie de la Relativité d’Einstein ne peut exister sans la vitesse absolue de la lumière ! Chose étrange, n’est-ce pas, qu’un chrétien qui prend la Création de Dieu, telle qu’exposée dans la Bible, comme Vérité Absolue, se voit dire par un « scientiste » qu’il ne peut faire ça, car ce n’est pas scientifique. Pourtant, Einstein, et l’establishment scientifique après lui, put déclarer que la vitesse de la lumière était une vérité absolue et que c’est scientifique ! Bizarre… Mais, bien entendu, l’establishment scientifique s’est enfermé dans la Théorie de la Relativité d’Einstein, car elle y voyait un moyen d’échapper pour toujours au spectre de la Terre immobile de la Bible, et ainsi, la Vérité Absolue devient ce qu’on veut ! Lisez ce que dit encore Nordenson :

« …Non seulement la Théorie de la Relativité d’Einstein est-elle une des fantaisies les plus sensationnelles, mais elle est aussi une des incohérences logiques les plus sérieuses de l’histoire de la science. »[25]

Mais n’y avait-il pas quelque chose d’autre « d’incohérent » concernant l’idée d’Einstein de la vitesse absolue de la lumière et que nous avons touché à un autre endroit ? Est-ce qu’on n’y démontrait pas comment toute cette théorisation sauvage faisait partie d’une séduction bien coordonnée pour faire de l’univers un espace si vaste que la Terre ne pouvait en être le centre ?

Tout cela est incohérent, comme l’ont découvert Nordenson et un paquet d’autres dont nous avons déjà parlé. Le concept de la vitesse de la lumière comme constituant la limite de vélocité dans l’univers a affaire avec la détermination de…

« …toutes les mesures de temps, de l’appellation de la mesure du temps et même de la mesure de l’espace… »[26]

En d’autres mots, notre conception moderne des distances et des milliers d’années-lumière est entièrement reliée aux théories d’Einstein sur la lumière. Et il a établi ses propres règles, ses propres définitions des choses (comme nous l’avons vu), tel que la simultanéité des événements, et ses propres mathématiques pour soutenir ses théories. Prenez en considération cette distorsion classique de la raison et vous verrez comme tout l’enseignement moderne au sujet du temps et de la distance dans l’espace n’est, de toute évidence, bâti que sur le sable :

« Un signal lumineux est lancé du point A, à 12h00 [Illustration XXI] ; il est ensuite réfléchi et retourne au point A 10 minutes après 12h00. À quelle heure a-t-il atteint le point B ? Selon Einstein, ce ne peut être déterminé par l’expérience ; nous ne pouvons l’établir que par définition. Nous pouvons, par exemple, l’enregistrer comme étant arrivé à 12h05, mais nous pouvons croire aussi que cela puisse être arrivé à 12h02 ou 12h08 … on peut choisir tout chiffre à l’intérieur de la limite de temps comprise entre 12h00 et 12h10… »[27]

Illustration XXI

C’est de cette manière qu’Einstein contourna les résultats sur le trajet de la lumière que produisit l’expérience Michelson-Morley. Mais la lumière pourrait avoir quitté le point B une seconde après 12h00 et s’accorder encore avec la définition de la théorie. Ou un millième de seconde après le point B ! Et c’est la même « pensée » qui nous donne ces distances spatiales incompréhensibles. Bien que la « pensée » relativiste ait pénétré dans pratiquement tout ce qu’on a fait passer pour de l’enseignement et de l’éducation, dans le dernier siècle, les plus grands fans d’Einstein doivent agréer cette déclaration de Reichenbach :

« Ses suppositions [d’Einstein] ne peuvent se justifier d’une façon purement logique… »[28]

Si quelque chose n’est pas logique, c’est qu’elle doit être illogique, n’est-ce pas ? Ce qui n’est pas logique EST illogique ! Voici ce que veut dire illogique : « déraisonnable, sans raison, irrationnel, insensé, sans substance, invalide, fautif, NON-SCIENTIFIQUE, intenable, auto-contradictoire, qui s’annule lui-même, sans fondement… »

Quels mots merveilleux ! Ils décrivent de belle façon tout ce qui est relié à la vision copernicienne et einsteinienne ! « Déraisonnable, auto-contradictoire, sans fondement, non-scientifique… » J’aime bien !

Or, il y a encore un autre exemple classique d’illogisme que je voudrais amener ici pour nous aider à bien saisir que les distances dans l’espace ont été étirées au-delà de toute compréhension pour une unique raison : rendre impossible à croire que la Terre se tient immobile au centre de l’univers, parce que, si l’univers est aussi infiniment gros que ce qu’on nous dit, il ne peut tourner autour de la Terre chaque jour et seule l’idée copernicienne est possible. C’est le but de la séduction, car, voyez-vous, cela signifie que la Bible est irrémédiablement fausse et ce, pour toujours ; et c’est le dessein réel derrière le but visé.

Laissons encore un peu de côté ce que tout ceci a à voir avec la question du Zodiaque et faisons un retour en arrière sur les idées d’Einstein concernant la vitesse de la lumière. Admettons que la lumière a une vitesse et qu’elle est de 186 282 milles à la seconde [298 051,2 km/s] comme nous l’assurent tous les bouquins. Maintenant, imaginez-vous dans un train tirant dix chars et qui se met à aller toujours plus vite dans l’espace, alors que vous vous trouvez dans le dixième char. En fin de compte, le train vient à atteindre une vitesse de 186 281,999999 milles à la seconde. Ensuite, vous tentez de courir vers la tête du train aussi vite que vous pouvez. Vous en concluez que vous allez plus vite que la supposée vitesse de la lumière ? Faux, dit Einstein ! Rien ne peut aller plus vite que ça. Donc, à quelle vitesse allez-vous ? Juste aussi vite que vous courrez… Mais vous allez déjà à 186 281,999999 milles par seconde… Ça ne fait rien, quand vous allez à la vitesse qui vous mettrait à égalité avec la vitesse de la lumière, vous serez tout aussi éloigné de cette vitesse « luminique » que vous le seriez si le train allait à 20 km/h et que vous y étiez assis à lire la page des sports. La théorie de la relativité d’Einstein prétend ceci :

« …pour tout système de référence se déplaçant uniformément, la vélocité de la lumière est égale dans toutes les directions… »[29]

Autrement dit, peut importe à quelle vitesse l’on va ou dans quelle direction, on sera toujours aussi éloigné de la vitesse de la lumière que si l’on est dans son salon à regarder Star Trek. Très logique, n’est-ce pas ? Et voici une autre petite chose de la même espèce, de la part de notre mathématicien athée/philosophe sur les livres duquel l’on a bossé pendant des heures dans notre jeunesse. Remarquez sa déclaration en deux parties, dont la première est totalement logique et que « tout le monde sait » :

« Tout le monde sait que si vous êtes dans un ascenseur, vous atteindrez le sommet plus rapidement si vous grimpez dedans que si vous y demeurez immobile… »[30]

Puis, notez comment il attache cette déclaration logique avec ce que personne n’oserait arguer comme une absurdité exigée par le Mythe Einstein :

« …Mais si l’ascenseur se déplace à la vitesse de la lumière, vous atteindrez le sommet exactement au même moment, que vous grimpiez dedans ou que vous y demeuriez immobile. »[31]

Ce qui signifie que, si quelqu’un montait dans l’ascenseur et tirait un coup de fusil direct vers le haut, la balle ne quitterait même pas la chambre d’explosion ou le barillet ! En fait, en y regardant de plus près, cette personne ne pourrait même pas lever le canon ou son bras, car cela impliquerait un mouvement dépassant la vitesse de la lumière… C’est ce qu’exige la théorie !

Il crève les yeux que si les distances séparant les étoiles, en dedans ou en dehors de la ceinture zodiacale, sont déterminées par ce genre de tournure d’esprit (couplée avec le facteur de parallaxe !), alors ce qu’on nous dit à propos des distances n’a rien à voir avec la réalité. Les « sciences » astronomiques (comme les « sciences » biologiques) sont un pays imaginaire où les hypothèses absurdes, insensées et impossibles ont été mises en place, couche après couche, depuis si longtemps que la raison pour laquelle elles existent est enterrée et oubliée.

Mais, oubliée ou pas, la raison en a été d’effacer la Vérité d’une Terre immobile (ainsi que la création de l’homme et tout le reste en six jours), telle qu’établie par la Bible et, ainsi, miner sa véracité sur tout ce qu’elle enseigne à propos de Jésus et n’importe quoi d’autre. Comment expliquer autrement cette grande séduction ? Il ne saurait y avoir une autre raison !

Illustration XXII – Cette gravure du 17e siècle démontre que, à partir de la Terre, le soleil, la lune et les planètes semblent orbiter sur le même plan que le Zodiaque.

Cette gravure du 17e siècle démontre que, à partir de la Terre, le soleil, la lune et les planètes semblent orbiter sur le même plan que le Zodiaque.

Il s’agit de la manière que l’on représentait le Stellatum et le Zodiaque avant que la fraude copernicienne ne prenne le pouvoir. Sauf pour les nécessaires divergences d’échelle, cela nous donne encore une bonne compréhension de l’univers géocentrique. Et si nous mettons de côté le tas de balivernes que sont les horoscopes, nous pouvons apprécier comme le Zodiaque peut être d’une importance vitale et révélatrice pour ce qui est de déterminer ce que font les signes de Dieu dans cette fabuleuse ceinture de corps constamment en mouvement. Y a-t-Il mis l’histoire de l’Évangile ? Seiss et d’autres ont bien expliqué qu’Il l’a fait et que nous pouvons le voir si nous faisons abstraction du taureau, du poisson, du lion, du scorpion, etc. de contrefaçon du Diable. Nous serions alors en position de déceler les vrais signes que Dieu a installés dans Sa création stellaire… et qui seront sûrement reconstruits dans les Nouveaux Cieux (et la Nouvelle Terre) qu’Il a préparés pour ceux qui L’aiment.

Après avoir vu de long en large le Complot copernicien, qui peut douter qu’il y ait des preuves absolues, irréfutables et indiscutables d’une Terre stationnaire se trouvant au centre du mouvement complexe des corps célestes au sein du Zodiaque ? Après tout, la seule chose que l’on ait à prouver, c’est dans quelle direction se déplace la lune ! En se rappelant que les télescopes ont des miroirs qui inversent et renversent toutes les images, est-ce que tout le poids de la technologie moderne ne pourrait pas déterminer si la lune va vers l’est ou vers l’ouest ?

Elle allait vers l’ouest pour Brahe et, pendant des milliers d’années avant lui, elle allait vers l’ouest. Les lectures fantastiquement précises du Zodiaque à Stonehenge ont reposé, pendant des centaines d’années, sur une lune allant en direction ouest, ce qui voulait dire une Terre immobile. Personne n’a jamais pu donner la moindre preuve d’aucune sorte, sauf par les mythématiques, qu’elle allait en direction est. Vous pouvez mettre en banque qu’il n’y a pas de preuve que la lune va vers l’est.

Donc, en plus de tous les nombreux autres vices que nous avons vus — les ombres écliptiques, les cartes météos, les bombes qui tombent sur les cheminées, le repositionnement satellite, etc. — il y a au moins un autre super vice de la séduction qui attend qu’on le découvre dans le Zodiaque. Et, puisqu’il n’y a rien de plus facile à étudier dans le ciel que la lune, je recommanderais que l’on se concentre sur elle et, en particulier, dans quelle direction elle fait le tour de la Terre. Nous appelons tous les honnêtes astronomes, amateurs ou professionnels. Retroussez-vous les manches, crachez-vous dans les mains, pointez vos télescopes sur la lune dans le Zodiaque et trouvez le plus grand des défauts dans le système contrefait copernicien, le SIGNE QUE DIEU A MIS LÀ POUR CE BUT PRÉCIS, lequel nous avons raté pendant toutes ces années ; la preuve que la lune tourne vers l’ouest au-dessus de la Terre, comme le monde entier l’a vu depuis la Création !

_____________________________________________________________________

[1] Walter Lang, Board & Friends Newsletter, cité du Bulletin de la Société tychonienne, printemps 1990, Minn., MN, No 53, pp. 30-31.

[2] Ibidem, p. 31.

[3] John D. Jess, Les planètes dirigent-elles nos vies ?, Book Fellowship International, North Syracuse, N. Y.), p. 5.

[4] Laurie Brady, Étoiles, 08/08/89, p. 36.

[5] John D. Jess, Les planètes dirigent-elles nos vies ?, Book Fellowship International, North Syracuse, N. Y.), p. 1.

[6] Ibidem, p. 2.

[7] Robert A. Morley, L’horoscope et les chrétiens, (Éditions de la Maison Bethany, Minn., MN, 1981), p. 8.

[8] Ibidem.

[9] Ibidem.

[10] Ibidem, p. 9.

[11] Walter Lang, Board & Friends Newsletter, cité du Bulletin de la Société tychonienne, printemps 1990, Minn., MN, No 53, p. 31.

[12] J. Allen Hynek, Le cercle des animaux, Science Digest, janvier 1983, p. 40.

[13] Ibidem.

[14] Morley, L’horoscope et les chrétiens, p. 36.

[15] Ibidem, pp. 36-37.

[16] Ibidem, p. 55.

[17] Morley, Horoscope, p. 19.

[18] Franklin M. Branley, La lune : satellite naturel de la Terre, (Thomas Y. Crowell Co., 1960), p. 23.

[19] Ibidem, p. 25.

[20] Unité de mesure de distance qui vaut 3,26 années-lumière.

[21] Walter van der Kamp, De laboris solis, (14813, Harris Rd, Pitt Meadows, B.C. Canada, V3Y 1Z1, c. 1989), p. 19.

[22] Ibidem, p. 102.

[23] Ibidem, p. 101.

[24] Harald Nordenson, Relativité, temps et réalité, (George Allen Ltée, Londres, 1969), p. 102.

[25] Ibidem, p. 198.

[26] Hans Reichenbach, De Copernic à Einstein, (N.Y. : Dover Publications, 1980), p. 67.

[27] Ibidem, pp. 61-62.

[28] Ibidem, p. 94.

[29] Ibidem, p. 57.

[30] Ronald W. Clark, Einstein : sa vie et son époque, (World Publishing Co., N.Y. & Cleveland, 1971), p. 87.

[31] Ibidem.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , , , ,