D.055 – Les Mystiques, les Maçons et le Séminaire théologique de Dallas

image_pdfimage_print

 

Par James Whisler

Traduction de The Mystics, The Masons and Dallas Theological Seminary

Traduit par Roch Richer

Je voudrais d’abord apporter à l’attention du lecteur que les religions à Mystères, incluant la franc-maçonnerie, utilisent le symbolisme comme forme de communication. La compréhension cachée des symboles était, et est encore, une partie nécessaire de l’initiation au sein des Mystères. Cela se perpétue depuis des milliers d’années et existe toujours aujourd’hui, quoique la masse des gens ne l’ait jamais remarqué. La Bible de Référence des Maîtres Maçonniques affirme : « La franc-maçonnerie se définit comme un système particulier de moralité, voilé par les allégories et illustré de symboles. »[1]

Le très honoré franc-maçon et luciférien du 33e degré, Albert Pike, écrivit :

« La maçonnerie, comme toute religion, tout mystère, hermétisme et alchimie, cache ses secrets aux yeux de tous, excepté des Adeptes et des Sages, ou Élus, et utilise de fausses explications et de mauvaises interprétations de ses symboles pour induire en erreur ceux qui ne méritent que d’être trompés, pour cacher la Vérité, qu’elle appelle lumière, et la garder hors de leur portée. »[2]

Le Séminaire théologique de Dallas (STD) n’est pas étranger à ce symbolisme. J’ai contacté le STD à propos de son logo et j’ai demandé ce qu’il symbolisait (voir l’illustration à l’adresse Internet ci-haut). Voici la réponse fidèlement reproduite :

« Le logo du Séminaire de Dallas présente une flamme en trois parties symbolisant le Père, le Fils et le Saint-Esprit, illuminant les Écritures démontrées en deux parties indiquant les deux Testaments. Merci de votre demande.

Keith Yates

Directeur artistique

Séminaire de Dallas »

Je ne pense pas que le Seigneur désire que nous symbolisions la trinité par l’art. Actes 17:29 dit : « Étant donc de la race de Dieu, nous ne devons pas croire que la divinité soit semblable à de l’or, ou à de l’argent, ou à de la pierre taillées par l’art et l’industrie des hommes. » En étudiant le STD, cependant, j’en suis venu à la conclusion qu’il signifie quelque chose de bien différent. Gardez à l’esprit que Satan a une trinité de contrefaçon.

Logo : Dallas Theological Seminary

Les flammes représentent l’initiation et la compréhension des Mystères ;
les livres représentent les anciens manuscrits d’Alexandrie.

Je crois, et je vais tenter de le prouver, que la flamme représente l’illumination des anciennes religions à Mystères, pour les initiés seulement, et que les livres représentent les anciens manuscrits empoisonnés d’Alexandrie, également écrits par des initiés. Toutes les versions bibliques modernes sont basées sur ces manuscrits et, sans elles, les dispensationalistes ne pourraient pas enseigner leurs doctrines. J’espère que le lecteur ne sautera pas hâtivement aux conclusions, mais voudra bien laisser les évidences parler par elles-mêmes.

La flamme triple, symbole populaire parmi les Lucifériens et adeptes modernes du Nouvel Âge, (symbolisant une trinité) est attribuée aux occultistes et rose-croix de Saint-Germain ayant vécu il y a environ trois siècles.

Flamme Triple

« La flamme du Christ à l’intérieur du cœur personnifie les mêmes qualités d’amour, de sagesse et de puissance qui se manifestent dans le cœur de Dieu Tout-Puissant, dans le cœur de la Présence de Je Suis en vous, et dans le cœur de votre Égo-Christ. Directement au sein de votre propre temple corporel, il y a trois aigrettes de feu de l’Esprit Saint — des pulsations rose, jaune et bleu de flamme vivante. Donc, la Trinité céleste s’exprime dans le monde sous forme matérielle. Et les énergies du Père (bleu), du Fils (jaune) et du Saint-Esprit (rose) resplendissent dans le cœur de l’homme. Correspondant également à la trinité du corps, de l’esprit et de l’âme, la flamme triple supplée aux besoins de l’homme d’une puissance qui dirige le corps (la foi et la bonne volonté du dessein divin) ; de sagesse pour nourrir l’esprit (l’illumination et le bon usage de la connaissance de la Loi) ; et de l’amour pour accomplir la destinée de l’âme dans la manifestation extérieure de la conscience (une compassion juste et miséricordieuse qui est toujours récompensée par l’accomplissement créatif individuel). »

(L’illustration et le commentaire qui précèdent sont tirés d’un site nouvel âgiste appelé The Summit Lighthouse.)

 

La région de Dallas est sacrée pour les franc-maçons à cause de sa localisation. Elle est près du 33e parallèle et du 33e degré de latitude. Les Maçons révèrent le nombre 33. (Lucifer s’appropria 33 % des anges lorsqu’il quitta les cieux ; il y a 33 degrés d’initiation au Rite écossais de la franc-maçonnerie ; le nombre 33 s’intègre à leur géométrie sacrée.) Le temple fondateur maçonnique du Rite écossais en Amérique est situé à Charleston, en Caroline du Sud, qui est sur le 33e degré de latitude. Les initiés aux Mystères croient pouvoir harnacher les énergies spirituelles et recevoir une bénédiction occulte sur leurs travaux en les transportant sur leurs terrains sacrés. Est-ce une coïncidence si Tim LaHaye a érigé son Centre de recherches sur l’enlèvement pré-tribulationiste à Washington, D.C., cité dessinée par les franc-maçons avec des rues formant les symboles maçonniques ? LaHaye logeait dans une piazza sur une rue nommée Pierre-Charles-L’enfant, le maçon ayant dessiné la ville. Cette rue forme une des jambes du compas maçonnique dans une région que les lucifériens croient investie de puissantes énergies occultes. Autre coïncidence, LaHaye déménagea son Centre de recherches dans la région de Dallas. Ne croyez-vous pas qu’il reçoit un genre de bénédiction spirituelle sur les ventes de ses derniers livres ? Pensez-vous que ces bénédictions viennent de Dieu ?

Couverture du livre The Power of the Cross (Le pouvoir de la croix)

Sur la couverture de son récent livre, The Power of the Cross (Le pouvoir de la croix), 1999, une croix oblique croise une couronne (voir illustration sur site Internet donné plus haut). C’est le même symbole maçonnique, vieux de plusieurs centaines d’années, que l’on peut voir sur un site officiel des Chevaliers Templiers à l’adresse suivante : http://www.korrnet.org/f&am/kt.htm. Certaines personnes pourraient le prendre pour un symbole chrétien, mais l’auteur maçonnique Ray Denslow révèle sa véritable signification :

« L’on peut dire que la Croix et la Couronne sont confinés presque exclusivement aux degrés historiques en maçonnerie, comme on en voit l’exemple dans les divers ordres de chevalerie des rites de York et d’Écosse. En Gaule, nous retrouvons la croix comme ancien symbole solaire quand ses bras et ses angles étaient égaux ; aux Phéniciens, elle était un instrument de sacrifice à leur dieu Baal ; et aux Égyptiens, la crux ansata leur servait de symbole de la vie éternelle. »

[Ray V. Denslow, Portraits maçonniques, Transactions des Loges de recherche du Missouri,

vol. 29, p. 7 — l’emphase est dans le texte original.]

Albert Pike, autorité maçonnique, parla aussi de la signification de ce symbole dans son livre Morals and Dogma, en expliquant qu’il avait également une connotation sexuelle.[3] (Pourquoi ce symbole se retrouve-t-il sur la couverture d’un livre « chrétien » ?)

(Merci à Gary et Lisa de Liberty to the Captives pour m’avoir alerté de ce qui suit à propos de la bible de LaHaye.)

La couverture de la Bible d'Étude Prophétique de LaHaye

Voici la couverture de la Bible d’Étude Prophétique de LaHaye. La liste des éditeurs et des contributeurs de ce projet se lit comme un Qui-fait-Quoi du mouvement dispensationnaliste, incluant les Ice, Hindson, Van Impe, Walvoord, etc. Il n’est pas difficile de percevoir quel message on essaie de mettre de l’avant.

Ce symbole est l’hexagramme, le plus répugnant et le plus inique de tous les symboles occultes. On l’utilise pour conjurer les démons ou pour placer un sortilège sur quelqu’un. Non seulement se sont-ils arrangés pour le placer en couverture, mais ils l’ont inséré à plusieurs reprises à l’intérieur.

[Il est fort révélateur que les Juifs talmudistes aient adopté ce symbole-là pour personnaliser leur pays d’Israël !]

Voici le compas et l’équerre maçonniques qui, entre autres choses, symbolisent l’homme et la femme en relation sexuelle. Vous remarquerez que le ‘A’ dans le symbole de l’Alpha et Oméga placé sur le livre a été modifié pour ressembler au symbole maçonnique. La grande lettre grecque alpha ressemble très exactement à la lettre capital ‘A’, mais pas de la manière dont ils l’ont disposée ici.

La piazza Dealey, nommée en l’honneur de George Bannerman Dealey, franc-maçon du 33e degré, fut le site du premier temple maçonnique à Dallas ; évidemment, les Dealey y furent associés.[4] George employa son journal, le Dallas Morning News, et ses contacts dans l’industrie du papier, pour promouvoir C. I. Scofield et ses enseignements, et pour cacher de l’information qui eut embarrassé ce dernier. C’est une procédure standard d’opération chez les puissants cachés derrière la scène, et cela arrive tous les jours. Les lucifériens placent leur monde à des positions clés dans les médias et sont ainsi en mesure de promouvoir leurs hommes dans des postes clés en politique et dans la religion, et qui mettent de l’avant certaines politiques et doctrines afin de diriger l’opinion publique. L’illuministe et magnat de la presse, William Randolph Hearst, utilisa ses ressources pour introduire dans le monde le franc-maçon du 33e degré, Billy Graham.[5] Le recherchiste biographique Canfield rédigea ce qui suit en relation avec la mort de Scofield :

« Le dimanche, 27 novembre 1921, fut consacré au service commémoratif en l’honneur de Scofield, à la Première Église de Dallas. Le Dallas Morning News, le jour suivant, octroya cinq colonnes, en page 7, pour rapporter l’affaire. En examinant le reportage de cette journée-là, on a l’impression que certains tributs rendus suintaient l’eau de rose sirupeuse, à tel point qu’on pouvait se demander s’il s’y trouvât quelque vérité. »[6]

Un des étudiants de Scofield, le Dr W. Irving Carroll, fit son panégyrique à ses funérailles. En regard de l’œuvre de Scofield, il déclara ceci :

« Il fut le plus grand présentateur de la Bible de sa génération et personne ne l’égala, de toutes les générations, en clarté ou en concision de pensée. Je dis ceci, non pas par flatterie excessive face à la vie d’un homme, mais simplement en reconnaissance d’un fait avéré. Je dis encore qu’aucun homme n’eut une pénétration aussi profonde des vérités révélées dans les Écritures, ni une compréhension plus large. »[7]

Mais Scofield fut-il le plus grand présentateur biblique de sa génération ? Savait-il vraiment de quoi il parlait ? Une fois encore, Canfield allume un peu nos lanternes. Dans l’analyse d’une déclaration faite par Scofield à l’effet que Charles Finney et Charles Spurgeon prêchaient la même doctrine, Canfield remarque : « Sa déclaration disant que Spurgeon et Finney prêchaient la même doctrine est incorrecte. La vision des deux hommes en était si éloignée que toute réconciliation s’avérait impossible. Cet énoncé offre plutôt une autre suggestion : la connaissance de Scofield était superficielle et l’expression de sa vision des choses s’adaptait aux occasions et aux congrégations. »[8] Après avoir lu l’excellente biographie de Canfield concernant Scofield et en découvrant tous les scandales que ses associés l’aidèrent à couvrir, je serais plutôt enclin à dire qu’il ne fut rien d’autre qu’un homme de paille employé à promouvoir un faux enseignement [le pré-tribulationisme, le dispensationalisme, etc.].

Selon toute possibilité, le principal élan au mouvement dispensationaliste fut donné par la Bible de Références Scofield. On suggère même que le dispensationalisme serait mort n’eût été de l’introduction opportune de cette Bible de Références. Lors de la préparation de la rédaction de sa bible, Scofield ressentit l’étrange besoin de voyager en Grande-Bretagne pour ses « recherches ». Ce qu’il fit, en réalité, c’est d’aller chercher des instructions chez les controversés érudits B. F. Westcott et F. J. A. Hort. Il y a de nombreuses preuves documentées à l’effet que ces deux érudits bibliques étaient profondément impliqués dans des sociétés occultes secrètes et des religions à Mystères, incluant le catholicisme romain. Scofield reconnut gracieusement l’aide de Hort et Westcott dans son introduction de l’édition 1909 de sa Bible de Références Scofield. Ces deux hommes sont responsables de la traduction des manuscrits (Sinaiticus et Vaticanus) corrompus d’Alexandrie en une bible qu’ils nommèrent Version Révisée, en 1881.

Scofield voulait utiliser la Version Révisée pour sa Bible de Références, mais, dans le climat de l’époque, la King James Version était beaucoup plus populaire et respectée (oh, le temps qu’il y ait changement !), or, il savait que son œuvre de références ne se vendrait pas aussi bien si couplée à la Version Révisée. Mais la King James Version est grandement incompatible avec les doctrines dispensationalistes. Afin de corriger ce problème, il inséra des annotations à des endroits cruciaux, là où la KJV était en désaccord avec la Version Révisée et les manuscrits d’Alexandrie. Chaque annotation « corrigeait » le texte de la KJV pour se conformer aux manuscrits corrompus.

Le Séminaire théologique de Dallas a hérité de son mépris pour la King James Version. Un soigneux examen du STD montre que la seule Bible King James qu’ils tolèrent est celle que le Dr Scofield a frelatée. Ils ont depuis lors sorti les nouvelles Bibles de Références Scofield comme la New International Version (NIV) de 1984, la New American Standard Bible (NASB) de 1988, et la New King James Version (NKJV) de 1989. L’Énoncé de doctrines du STD, que chaque faculté doit réaffirmer à chaque année, contient tous les éléments de base du dispensationalisme (un enlèvement pré-tribulationiste, une séparation entre Israël et l’Église, etc.). En conséquence, on enseigne automatiquement ces doctrines à chaque étudiant qui assiste, tout comme leur mépris de la KJV. Ainsi donc, la majorité des livres et des produits qu’ils ont conçus incluent ces mêmes enseignements hérétiques. Voici l’Article 2 de leur Énoncé de doctrines. Notez que la première phrase est remarquablement similaire à 1 Jean 5:7 dans la KJV, mais ils refusent d’utiliser ce verset — qui est probablement le meilleur verset dans toute la Bible pour pourfendre la trinité — parce qu’il ne se trouve pas dans leurs versions bibliques corrompues.

ÉNONCÉ DE LA MISSION ET DES DOCTRINES DU SÉMINAIRE THÉOLOGIQUE DE DALLAS

Article 2 : La divinité de Dieu

« Nous croyons que Dieu existe de toute éternité en trois Personnes — le Père, le Fils et le Saint-Esprit — et que ces trois sont un en Dieu, ont précisément la même nature, les mêmes attributs, les mêmes perfections, et sont dignes du même hommage, de la même confiance et de la même obéissance (Matthieu 28:18-19 ; Marc 12:29 ; Jean 1:14 ; Actes 5:3-4 ; 2 Corinthiens 13:14 ; Hébreux 1:1-3 ; Apocalypse 1:4-6). »

Daniel B. Wallace, professeur associé aux Études du Nouveau Testament, au STD, a écrit quelques articles attaquant la KJV et défendant Westcott, Hort, les nouvelles versions bibliques et les manuscrits d’où elles proviennent. J’ai trouvé ses arguments, comme ceux de plusieurs autres qui partagent son point de vue, largement superficiels et radicalement malhonnêtes. Regardons ensemble certaines de ses déclarations :

« Jusqu’à date, une poignée seulement de manuscrits grecs ont été découverts contenant la formule trinitaire dans 1 Jean 5:7-8, bien qu’aucun ne remonte à au-delà du seizième siècle. »[9]

Une réfutation plus véridique et spécifique de James Melton :

« 1 Jean 5:7 se trouve aussi dans le Codex Ravianus et dans les marges de 88 et 629. On le trouve également dans les manuscrits en Vieux Latin r et Speculum. Il fut cité par Cyprien autour de l’an 250 ap. J.-C., et deux évêques espagnols le citèrent au quatrième siècle (Priscillkian et Idacius Clarus). Plusieurs rédacteurs africains le citèrent au cinquième siècle, et Cassiodorus le cite au sixième siècle, en Italie. »[10]

Le Dr Wallace semble avoir un double standard. D’un côté, pour semer le doute envers les manuscrits grecs derrière la Bible King James, il attaque son auteur Érasme :

« …le texte grec sur lequel se base la Bible King James est manifestement inférieur en certains endroits. L’homme qui édita ce texte était un humaniste nommé Érasme. Il fut poussé à le mettre sous presse aussitôt que possible puisque a) aucune édition du Nouveau Testament grec n’avait été produite, et b) il avait entendu dire que quelques moines étaient sur le point d’éditer leur propre édition du Nouveau Testament grec, et il était engagé dans une course pour les battre de vitesse. Conséquemment, son édition fut qualifiée de volume le plus pauvrement édité de toute la littérature ! »[11]

Pourtant, d’un autre côté, quand il est question de ses héros derrière ses versions bibliques préférées, il affirme :

« Depuis que le texte de Westcott et Hort, et la Version Révisée ont été publiés, une contre-attaque vitriolique est survenue de la part des cercles de la KJV. Nous ne sommes pas intéressés, ici, à débattre de la question de la traduction anglaise ; notre souci se situe au niveau du fondement textuel, les manuscrits derrière la traduction. L’attaque a revêtu plusieurs formes, incluant le dénie des points majeurs de W & H. le dénigrement de ces premiers manuscrits et le dénigrement des érudits qui les ont adoptés. »[12]

Il y a de nombreux autres arguments faussés dans les essais du professeur Wallace et que j’aimerais réfuter lorsque j’en trouverai le temps. Il suffit de dire que Daniel B. Wallace n’est qu’un des nombreux loups en vêtements de brebis que l’on retrouve au Séminaire théologique de Dallas. Certains de ses anciens élèves et membres de la faculté comprennent :

Chuck Swindoll – auteur et président actuel

Le Dr Tony Evans – auteur, fondateur du Collège biblique Oak Cliff

J. Dwight Pentecost – auteur de Things to Come (Les choses à venir) et autres ouvrages théologiques et eschatologiques

Hal Lindsey – auteur de The Late Great Planet Earth (La dernière grande planète Terre) et autres ouvrages sur la fin des temps

J. Vernon McGee – hôte de l’émission de radio Thru the Bible (Au travers de la Bible), décédé

Jim Rayburn – fondateur de Young Life, décédé

Charles C. Ryrie – auteur, a compilé la Bible d’Étude Ryrie NIV

Ken Taylor – traducteur de la Living Bible

John Walvoord – ancien président, auteur de quelques bouquins théologiques et eschatologiques

Joseph Stowell – président de l’Institut biblique Moody

Leurs propres statistiques publiées vantent leur pouvoir et leur influence dans le monde chrétien. Lisez plutôt :

Des 9 000 anciens étudiants et plus servant dans le ministère de par le monde entier :

— 96 servent en tant que présidents d’école

— 31 sont doyens d’école

— 427 sont membres de faculté d’écoles bibliques, de collèges et de séminaires

— 2 502 sont pasteurs ou assistants-pasteurs

— 508 sont missionnaires autour du globe

— 832 sont membres du personnel d’organisations ecclésiastiques parallèles

— 380 se sont retirés du ministère à temps plein

Les anciens étudiants du STD occupent un ministère dans tous les 50 états des USA et dans 90 pays de par le monde. Ils servent dans 62 différentes confessions, ont établi 27 séminaires et instituts bibliques internationaux, et ils ont écrit des milliers d’ouvrages et d’articles.

Si vous êtes dispensationaliste, les chances sont bonnes pour que vous ayez été influencé directement ou indirectement par cette institution. Vous ne me croyez pas ? Fouillez dans votre propre bibliothèque pour trouver leur matériel et demandez ensuite à votre pasteur si vous pouvez vérifier dans la sienne. Les livres de Hal Lindsey, à eux seuls, se sont vendus à plus de 36 millions de copies. Beaucoup de pasteurs ont ses livres dans leurs étagères de bouquins de référence sur l’eschatologie. Dave MacPherson apporte, dans son livre The Three R’s : Rapture, Revisionism and Robbery (Les trois R : l’enlèvement, le révisionisme et le vol), l’information à l’effet que Hal Lindsey a plagié les écrits d’un de ses professeurs pour élaborer son livre Late Great Planet Earth. Et Texe Marrs soutient qu’il [Lindsey], comme plusieurs rédacteurs « chrétiens », emploie des écrivains fantômes. Donc, quand il ne vole pas le travail, il l’achète. Cela vous intéresse-t-il de savoir que Lindsey, ce champion de « l’enlèvement à tout moment » entretient une planque/bunker pleine de nourriture et d’approvisionnement ? Et qu’en est-il des liens catholiques de Linsey ? Les Ministères de Discernement Biblique disent ceci :

« Lindsey s’est même mis à fréquenter les catholiques romains : John Gizzy est régulièrement invité comme commentateur à l’émission de radio de Lindsey. Lindsey l’appelle « M. le Conservateur » et frère-en-Christ. Vers la fin de 1994, Gizzy tint la ligne ouverte de l’émission durant trois semaines pendant que Hal était en vacances en Italie. Gizzy est catholique romain. »[13]

Aucun de ces écrivains pré-tribulationistes n’y manque. Je vous l’assure. Les ventes de livres prophétiques pré-tribulationistes sont une affaire lucrative. Demandez à Tim LaHaye concernant sa série à succès Left Behind. Il était si excité par les « bonnes nouvelles du dispensationalisme » qu’il enleva le Pape et Mère Teresa dans les deux premiers livres respectifs de la série. Est-ce un endossement non officiel envers le catholicisme romain de la part d’un « protestant » ? Quant à ce qui a trait à Jack Van Impe, qui fait la promotion du Pape et du catholicisme romain… est-ce que la signification du mot « protestant » a changé ? Elle a empiré. Mac Pherson a relevé une confession, faite par John Walvoord dans son édition du livre The Rapture Question (La question de l’enlèvement), disant que l’enlèvement pré-tribulationiste n’est pas explicitement enseigné dans la Bible ![14] C’est ce que je craignais : il vous faut une compréhension « illuminée » des Saintes Écritures pour découvrir ces « vérités » et les révéler aux autres. Pensez-vous honnêtement que ces hommes croient à ce qu’ils enseignent et écrivent dans leurs livres ? Ces doctrines sont destinées à nourrir les masses, pas les initiés !

« TROMPER (définition) : Un symbole de discrétion, de silence et de ténèbres dans lequel les Mystères de notre art peuvent être préservés du regard non consacré du profane. » [Dr Albert Mackey, franc-maçon du 33e degré, historien maçonnique renommé du XIXe siècle, tiré de l’Encyclopédie de la Franc-maçonnerie].

Les écoles à Mystères chrétiens furent créées à partir de la croyance qu’il existait des mystères occultes cachés dans le christianisme. La religion chrétienne standard, croyaient-ils, devait préoccuper le commun du peuple, pendant que les « Mystères chrétiens » étaient destinés aux éclairés. En relation avec ses débuts, les auteurs Baigent, Lincoln et Leigh ont écrit :

« Selon l’enseignement ésotérique, Ormus était le nom d’un sage mystique égyptien, un adepte gnostique d’Alexandrie (…) En 46 ap. J.-C., lui et six de ses disciples se sont soi-disant convertis à une certaine forme de christianisme (…) De cette conversion, on dit qu’une nouvelle secte, un nouvel ordre, est né qui fusionna les dogmes du christianisme primitif avec les enseignements d’autres écoles encore plus anciennes. »[15]

Ce genre de mélange du sacré et du profane n’est pas mort avec Ormus. Environ deux cents ans plus tard, à Alexandrie, en Égypte, Origène et Clément produisirent leurs manuscrits d’Alexandrie, desquels les bibles catholiques et toutes les versions modernes sont dérivées. C’est pourquoi l’Église catholique romaine et beaucoup d’institutions « protestantes », comme le Séminaire théologique de Dallas, vénèrent ces hommes. Le STD possède un périodique du nom de Bibliotheca sacra (Bibliothèque sacrée) qui, je crois, a été nommée ainsi en l’honneur de la fameuse bibliothèque mondiale gnostique qui existait à Alexandrie, en Égypte. L’Encyclopédie Encarta de Microsoft dit d’Origène : « Il était platoniste et s’efforça de combiner la philosophie grecque à la religion chrétienne. » Platon était initié aux Mystères.

Quelques occultistes éminents ont écrit des bouquins sur le sujet des Mystères chrétiens en tant que branche légitime de l’occultisme. Il y a, par exemple, Esoteric Christianity or Lesser Mysteries (Christianisme ésotérique ou les moindres mystères) et Cabalistic Keys to the Lord’s Prayer (Les clés cabalistiques de la prière du Seigneur), par Manly P. Hall. Il y a des écoles modernes chrétiennes à Mystères qui opèrent au grand jour, comme l’Église de Christ du Saint Calice, à Seattle, dans l’État de Washington ; et il y a des initiés aux Mystères qui opèrent des écoles chrétiennes aux doctrines infectées. Je crois que le Séminaire théologique de Dallas cadre parfaitement dans cette dernière catégorie.

Le christianisme est teinté de naïveté quand vient le moment de reconnaître la profondeur avec laquelle ces prêtres de Babylone ont infiltré l’Église. Les Écritures nous donnent cet avertissement, dans 2 Corinthiens 11:14-15 :

« 14Et cela n’est pas étonnant, car Satan lui-même se déguise en ange de lumière. 15Il n’est donc pas surprenant que ses ministres se déguisent aussi en ministres de justice ; mais leur fin sera selon leurs œuvres. »

Alice Bailey, ancienne tête dirigeante de la Société théosophique luciférienne, fit cette déclaration, à partir de leur perspective :

« Nul doute que l’œuvre à faire pour familiariser le public en général à la nature de ces Mystères est primordiale à cette époque-ci. Ces Mystères seront restaurés dans leur expression externe par le médium de l’Église et de la Fraternité maçonnique (…) Quand Celui qui est Grand viendra avec ses disciples et ses initiés, nous aurons (…) la restauration des Mystères et leur présentation exotérique. »[16]

Afin d’éviter le risque que cela ne se remarque pas, je soulignerai que Alice Bailey était une luciférienne très éminente qui fut largement impliquée dans les plans qui sont utilisés pour amener l’Antéchrist, et elle admet ici qu’ils emploieront l’église chrétienne pour arriver à cette fin. Je crois que l’une des principales façons est par le dispensationalisme. Donc, que dirai-je ? Est-ce que les doctrines dispensationalistes sont les Mystères mêmes ou, à tout le moins, l’expression exotérique de ces Mystères sataniques ? Non, ni l’un ni l’autre. Ces enseignements ne sont qu’un outil, un gros hameçon utilisé pour attirer l’Église peu soupçonneuse vers l’abîme. J’imagine facilement que la plus grande excitation ressentie par ces lucifériens arrive lorsqu’ils fusionnent leurs esprits et, qu’au moyen de l’enseignement du dispensationalisme, ils tentent de tromper les élus. Je vous démontre, dans mes articles Le dispensationalisme et la Bible King James et Bill Clinton : le leurre antichrist, comment je crois qu’ils visent à appliquer ces doctrines dans le but d’oindre « Celui qui est Grand » et restaurer les Mystères.

Une autre des tactiques qu’ils emploient, et que je crois nécessaire de vous entretenir, consiste à s’opposer publiquement ou à se distancier publiquement de ceux avec qui ils ont des alliances secrètes. Ce stratagème a été si souvent utilisé qu’on penserait que nous aurions dû piger la manœuvre. Le lecteur doit se rappeler comment l’élite bancaire s’est opposée avec véhémence et en public à l’Acte de 1913 sur la Réserve Fédérale, une loi que, en définitive, elle avait écrite pour se donner le pouvoir sur le système monétaire de la nation. Gary Kah nous fournit un autre exemple approprié de ce genre de tactique, dans The New World Religion (La nouvelle religion mondiale) :

« L’Ordre médiéval des Chevaliers Templiers (…) devait resurgir en 1717 en tant qu’ordre de la Franc-maçonnerie. La Loge maçonnique représentait le début d’un réveil occulte dans la société occidentale. Bien qu’enracinée dans le catholicisme, la franc-maçonnerie fut publiquement désignée comme la grande rivale de Rome. Cette perception allait permettre à l’Ordre de pénétrer dans les cercles protestants — le but ultime demeurant de ramener les “brebis perdues” sous l’autorité du Vatican. »[17]

Revoyons cette dynamique par un exemple situé un peu plus près de nous. Ci-après, vous avez un extrait d’article à la défense de la franc-maçonnerie, écrit par le pasteur Gary Leazer, franc-maçon et ancien membre de comité du Conseil de Mission nord-américain de la Convention baptiste du sud :

« Je vous présente ce que je crois être la raison fondamentale de cette attaque contre la fraternité à ce moment-ci de l’histoire.

« FONDAMENTALISME DISPENSATIONALISTE

« Un genre particulier de théologie appelée fondamentalisme dispensationaliste constitue la force directionnelle de tous les critiques protestants évangéliques contre la fraternité. Le dispensationalisme trouve son origine au début des années 1800, grâce à Margaret McDonald et John Nelson Darby qui commencèrent à enseigner que le mal allait bientôt prendre le contrôle du monde sous la gouverne de l’Antéchrist, qui est la Bête dans le livre de l’Apocalypse et qui combattra le Christ dans la bataille finale d’Armageddon. Cette théologie particulière recruta ses principaux disciples chez les chrétiens ruraux et moins éduqués, jusqu’au milieu des années 1960 où sa popularité s’accrût parmi le flot principal des chrétiens plus instruits chez les églises indépendantes et ensuite les baptistes du sud. »[18]

Bien que M. Leazer continue de décrier les enseignements dispensationalistes, y incluant des citations relativement mielleuses et sans importance de Hal Lindsey, il ne donne pas le moindre exemple d’un quelconque dispensationalisme condamnant la franc-maçonnerie. Quels sont les titres de livres écrits par Lindsey, Walvoord, Ryrie, Van Impe, LaHaye, Scofield ou autres héros du dispensationalisme où l’on expose les dangers de la franc-maçonnerie ? Je ne puis en voir aucun. Alors, où est la justification de ces déclarations ? Je soutiens que ces affirmations furent mises de l’avant dans le but de distancier publiquement la franc-maçonnerie du dispensationalisme et lancer les enquêteurs sur une fausse piste. M. Leazer semble également déterminé, dans cet article, à nous convaincre que la franc-maçonnerie et le christianisme sont compatibles. Peut-être n’a-t-il pas lu l’auteur maçonnique très respecté, Albert Pike, qui statue : « …la Maçonnerie est identique aux Mystères anciens… »[19]

L’occultiste et franc-maçon, Foster Bailey, se montre d’accord avec Pike quand il écrit ceci :

« L’étude des réalités spirituelles que l’on trouve en maçonnerie révèle que nous avons perpétué et activé de manière croissante les principes essentiels des anciennes Écoles à Mystères qui ont existé dès les tout premiers temps. »[20]

L’auteur maçonnique, Lynn F. Perkins, dans Masonry in the New Age (La maçonnerie dans le Nouvel Âge), partage des sentiments similaires :

« La Maçonnerie spéculative moderne est fondée sur la Sagesse ancienne des dites “Écoles à Mystères” que l’on reconnaît avoir existé en ancienne Égypte, en Perse, aux Indes, au Tibet, en Palestine, en Asie mineure, en Grèce et en Italie. »[21]

Le président actuel du STD, Chuck Swindoll, a rédigé un livre intitulé Strike the Original match (Frotter l’allumette originelle), avec l’illustration d’une torche en couverture frontale. La torche et le feu sont deux symboles très importants dans les religions à Mystères. Nemrod, à qui on fait l’honneur d’être le premier maçon, institua l’adoration du feu quand il créa les Mystères de Babylone. Dès lors, le feu est devenu un symbole universel dans les Mystères. Dans ces Écoles à Mystères, les dirigeants étaient appelés hierophantes (révélateurs des choses saintes) et dadouchos (porteurs de torche). Il y a même une maison d’édition maçonnique appelée The Torch Press. L’occultiste Edouard Schure fait ce commentaire-ci, concernant Lucifer et sa torche enflammée :

« Lucifer, ayant regagné son étoile et sa couronne, rassemblera ses légions en vue d’une nouvelle œuvre de création. Attirés par sa torche enflammée, les esprits célestes descendront (…) et il enverra ces messagers des sphères inconnues à la terre. Alors, la torche de Lucifer fera un signal “des cieux jusqu’à la terre” et le (…) Christ (du Nouvel Âge) répondra “de la terre jusqu’aux cieux” ! »[22]

Le maçon occultiste Manly P. Hall, définissant la torche, déclare :

« …les torches représentent les arts et les sciences occultes, les doctrines et les dogmes par la lumière desquels la Vérité est rendue visible. »[23]

Un autre livre écrit par Swindoll porte le titre de Three Steps Forward Two Steps Back (Trois pas en avant, deux pas en arrière). Le maçon Albert Mackey a écrit ceci, en parlant de la signification symbolique des « trois pas » :

« Dans la maçonnerie, il y a ce qu’on appelle les “trois pas symboliques”. Les trois grands pas mènent symboliquement de cette vie-ci à la source de toute connaissance (…) Il doit être évident à tout Maître maçon, sans explication supplémentaire, que les trois pas s’amorcent dans les ténèbres vers un endroit de lumière, que ce soit au figuré ou réellement, au-dessus d’un cercueil, symbole de mort, pour enseigner symboliquement le passage des ténèbres et de l’ignorance de cette vie-ci par la mort, vers la lumière et la connaissance de la vie éternelle. Et ceci, dès les temps les plus reculés, fut le véritable symbolisme des pas. » [Tiré de l’Encyclopédie de la Franc-maçonnerie, par Albert Mackey.]

 Un livre de Swindoll à propos du Saint-Esprit.

Voici un livre de Swindoll à propos du Saint-Esprit. Pourquoi utilise-t-on une plume pour représenter le Saint-Esprit ?

Toutefois, dans les Mystères égyptiens…

En art, on exhibait la plume dans des scènes du Hall de Ma’at. C’est dans ce hall que l’on jugeait du mérite du défunt à entrer dans l’après-vie. Le siège de l’âme du défunt, son cœur,  était mis en balance contre la plume de Ma’at. Si le cœur était libre des impuretés du péché et, ainsi, plus léger que la plume, la personne défunte pouvait entrer dans la vie éternelle. On y illustrait aussi d’autres dieux portant une plume et faisant partie du tribunal surveillant le poids du cœur.

Les enseignements occultes des Mystères égyptiens se sont insinués chez les Promise Keepers qui focalisent sur le culte et l’initiation phallique. Dans un subtil étalage d’arrogance maçonnique, les dirigeants des PK tinrent une « assemblée sacrée » estimée à plus de 500 000 hommes, le 4 octobre 1997, et ils ont fait prier ces hommes à genou sept fois en direction du Monument de Washington. Comme bon nombre le savent déjà, ce monument représente le pénis d’Osiris dans les Mystères. Cela donne tout son sens au fait que Chuck Swindoll soutienne si fortement le mouvement en y faisant quelques apparitions lors de leurs rallies… !

[1] Master Reference Bible KJV, Heirloom Publishers, distribué par McCoy Publishing and Masonic Supply Co., p.26.

[2] Albert Pike, Morals and Dogma of the Ancient and Accepted Scottish Rites of Freemasonry, L. H. Jenkins Inc., 1971, p. 104-105.

[3] Albert Pike, Morals and Dogma of the Ancient and Accepted Scottish Rites of Freemasonry, L. H. Jenkins Inc., 1871, p. 771.

[4] David Icke, The Biggest Secret (Le plus grand secret), Bridge of Love Publications, Scottsdale, 1999, p. 407.

[5] Fritz Springmeier, Bloodlines of the Illuminati (Directives sanglantes des Illuminati), Ambassador House Westminster, CO, 1999, p. 417.

[6] Canfield, op. cit., p. 303.

[7] The Dallas Morning News, 28 novembre 1921, p. 7.

[8] Canfield, op. cit., p. 136.

[9] Daniel B.Wallace, ph.d., Why I Do Not Think The King James Bible Is The Best Translation Available Today (Pourquoi je ne crois pas que la Bible du Roi Jacques soit la meilleure traduction disponible aujourd’hui), site Internet : http://www.bible.org/index.htm

[10] James Melton, Fighting Back! A Handy Reference For King James Bible Believers (Contre-attaque ! Une référence utile pour ceux qui croient à la Bible King James), 1997, site Internet : http://www.av1611.org/kjv/fight.html

[11] Daniel B.Wallace, ph.d., Why I Do Not Think The King James Bible Is The Best Translation Available Today (Pourquoi je ne crois pas que la Bible du Roi Jacques soit la meilleure traduction disponible aujourd’hui).

[12] Daniel B.Wallace, ph.d., The Conspiracy Behind the New Bible Translations (La conspiration derrière les nouvelles traductions bibliques), disponible sur : http://www.bible.org/index.htm  

[13] Tiré d’un article sur le site Internet de Biblical Discernment Ministries : http://rapidnet/jbeard/bdm/exposes/lindsey  

[14] Dave MacPherson, The Rapture Plot (Le complot de l’enlèvement), Millenium Publishing, Simpsonville, SC, 1995, p.40.

[15] Michael Baigent, Richard Leigh et Henry Lincoln, Holy Blood, Holy Grall (Sang sacré, Saint Graal), Dell Publishing, New York, 1983, pp. 122-123.

[16] Alice A. Bailey, The Externalisation of the Hierarchy (L’externalisation de la Hiérarchie), Lucis Pub. Co. N.Y., 1957, p. 514.

[17] Gary Hé Kah, The New World Religion (La nouvelle religion mondiale), Hope Intel Publishing Inc., Indiana, 1998, pp. 251-252.

[18] Présenté lors de la Grande Journée Maçonnique, à Vancouver, le 16 octobre 1999, par le frère Gary Leazer, article du Centre d’information maçonnique, Silver Springs, Maryland, au : http://www.bc=freemasonry.com/Writings/gmd99/threat.html  

[19] Albert Pike, Morals and Dogma of the Ancient and Accepted Scottish Rite of Freemasonry (Moralité et dogme de l’ancien Rite écossais accepté de la franc-maçonnerie), Richmond, VA, L. H. Jenkins, inc., 1871, (1917 printing), p. 624.

[20] Foster Bailey, The Spirit of Masonry (L’esprit de la maçonnerie), Lucis Press, Ltd, London, England, 1957, p. 57, tel que cité par David L. Carrico, in The Egyptian-Masonic-Satanic Connection (Le lien égypto-maçonnico-satanique), Emmissary Publications, Clackamas, 1994, p. 14.

[21] Lynn F. Perkins, Masonry in the New Age (La maçonnerie dans le Nouvel Âge), CSA Press, 1971, p. 34, cité dans The Egyptian-Masonic-Satanic Connection, p. 17.

[22] Texe Marrs, Mystery Mark of the New Age (La marque mystère du Nouvel Âge), Crossway Books, Westminster, IL., 1988, p.240.

[23] Manly P. Hall, Freemasonry of the Ancient Egyptians to Wich is Added an Interpretation of the Crata Repoa Initiation Rite (Franc-maçonnerie des anciens Égyptiens à laquelle est ajoutée une interprétation du rite d’initiation de la Crata Repoa), The Philosopher’s Press, Los Angeles, CA, 1937, p. 122, tel que cité par le Dr Cathy Burns, Masonic and Occult Symbols Illustrated (Symboles maçonniques et occultes illustrés), Sharing, Mont-Carmel, PA, 1998, p. 261.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , , ,