T.002 – Méditation sur le Psaume 145

image_pdfimage_print

bible17

La Parole de Dieu, baume de douceur

sur les cœurs qui souffrent

Méditation du Psaume 145 (v.8-9 et v.13-20)

« L’Eternel est miséricordieux et compatissant » v.8

Miséricordieux est un mot que j’entends souvent, mais que veut dire ce mot au juste ? Je regarde la définition de miséricorde : « la grâce, le pardon accordé à ceux qu’on pourrait punir », mais aussi « sentiment par lequel la misère d’autrui touche le cœur ». Cela me trouble… Non seulement je suis pardonnée pour mes fautes, mais de même le Dieu éternel éprouve ce noble sentiment pour moi, son cœur est profondément touché par ma misérable souffrance, quelle qu’elle soit. Il est compatissant envers tous et je voudrais à mon tour éprouver de la compassion, même et surtout pour ceux dont je désapprouve la conduite et qui me causent du tort. Mais quand je suis offensée, qui parle la première, la compassion ou la colère ?

« lent à la colère et grand en bonté » v.8

Le Dieu éternel n’est pas impulsif ni colérique. Il est doux et calme. Il attend avant de manifester sa colère, il prévient. Il avertit ceux qu’Il aime, afin de leur donner une autre chance. Oui, sa bonté surpasse sa colère. Je devrais en faire autant… Mais où est ma bonté ? Quelque part enfouie sous ma colère ? Enterrée sous les décombres de mes déceptions et de mes douleurs ? Oh Seigneur, que Ta bonté pénètre sous ces décombres et s’imprègne dans tout mon être, et j’aurai la victoire sur la colère et la frustration !

« l’Eternel est bon envers tous » v.9

Bon envers tous ! Même envers mes ennemis ! Ce que je souhaite, c’est de faire preuve de bonté de manière impartiale. C’est humainement impossible. Je pourrais soupirer éternellement devant un tel idéal… Quand bien même je flagellerais mon âme et lui infligerais toute sorte de discipline, mon cœur continuerait à s’incliner vers ses préférences naturelles et ses jugements superficiels. Quelle misère ! Mais pourtant, l’Eternel Dieu aime tous les humains, même ceux qui sont dur à aimer, même moi…

« et ses compassions sont sur toutes ses œuvres » v.9

Toutes ses œuvres ont droit à ses compassions… Toutes ses œuvres ont droit à sa Tendresse. Toute sa création a droit à son Amour ! Ce que je souhaite, c’est d’en prendre soin et de prodiguer à toutes les œuvres du Créateur cette tendresse qu’Il éprouva, lorsqu’Il façonna les êtres vivants – quelque soit leur petitesse – car rien n’est trop petit pour être aimé de Dieu.

« Ton règne est un règne de tous les siècles » v.13

Quel roi sur la terre peut prétendre à un tel règne ? Si je sers un roi, même s’il me traite bien, même si je suis sa favorite, je peux toujours trembler en moi-même, à la pensée que ce roi que je sers soit vaincu un jour et qu’un autre roi prenne sa place. Qu’adviendrait-il de moi ? Qu’adviendrait-il de mes privilèges ? Mais si le roi que je sers est supérieur à tous les autres rois, si son règne est éternel, si sa fidélité est sans égale sur la terre, il n’y a rien en moi qui tremble. C’est cette sécurité que je recherche.

« et ta domination dure dans tous les âges » v.13

Mon cœur de mère se serre à chaque fois que j’entends des enfants se rebeller contre les parents qui les ont portés, nourris, protégés. Ma consolation dans ces temps de troubles, je la trouve en Dieu : c’est que toutes les générations sont soumises à la suprématie de son Autorité de Père et de Roi. Cette Autorité qu’Il exerce semble souvent bafouée, et pourtant, toutes les générations durant les siècles qui s’écoulent sous son regard devront un jour se courber devant Lui.

« L’Eternel soutient tous ceux qui sont près de tomber » v.14

Avant de tomber, mon Père me retient par sa main qui me saisit. Il sait par avance quand je pose mon pied maladroit sur un obstacle glissant. Mais c’est à moi de m’accrocher à Lui, et de m’appuyer sur Lui, s’il m’arrive après avoir trébuché de boiter un peu… Si je lâche sa main, si je ne m’appuie pas sur Lui, je tomberai bel et bien ! Si une personne me fait tomber ou m’entraîne dans sa chute, c’est la main de cette personne que je devrais lâcher, et non celle de mon Dieu. Parfois il faut choisir, c’est ce que le monde a du mal à comprendre.

« et il redresse tous ceux qui sont courbés » v. 14

L’Eternel Dieu me redresse. Je suis courbée par la fatigue, par le découragement, par les multiples déceptions que je subis tout au long de ma vie. Je suis courbée par la douleur des plaies de mon cœur qui se remettent à saigner parfois. Courbée par la tristesse, la honte, le désespoir. Et la vie me courbe davantage avec toutes sortes de petits fardeaux qui viennent s’ajouter sournoisement. Mais le Dieu éternel me redresse. Il n’a pas créé l’Homme pour marcher courbé. Il lui a donné une colonne vertébrale généralement droite, afin qu’en marchant, l’Homme regarde devant lui et admire la beauté du chemin qu’il parcourt. S’il est courbé, il ne peut voir que ses pieds et il peut se perdre. L’Eternel Dieu redresse le corps ; Il relève la tête de ses enfants bien-aimés, afin qu’ils lèvent les yeux vers le ciel où tout est possible, et d’où vient le secours.

« Les yeux de tous s’attendent à toi » v.15

S’attendre à quelque chose, c’est espérer avec force et conviction. L’espérance que produit cette attente doit provenir de Dieu seul, car Lui seul est en mesure de ne pas nous décevoir ! C’est pourquoi l’Homme, du fond de sa misère – quand les épreuves lui font toucher le fond – tombe à genoux et, débarrassé de toutes ses fausses promesses qui l’ont déçu, il crie à l’Eternel. Et à ce stade, ce n’est plus quelque chose qu’on attend, mais quelqu’un : Celui qui s’appelle « Dieu sauve » et « Dieu avec nous ».

« et tu leur donnes leur nourriture en son temps » v.15

L’Eternel Dieu pourvoit aux besoins des siens selon sa perception de la nécessité : en son temps. C’est inutile de stocker des montagnes de provisions, d’acheter des choses qui « serviront plus tard ». Il est probable que tout ce que nous nous évertuons à emmagasiner ne servira jamais. Il peut se passer tant de choses entretemps ! Pourquoi ne pas vivre comme le peuple hébreu qui ramassait chaque jour sa manne ? Pourquoi vouloir toujours plus ? Et à celui qui s’inquiète de ne rien recevoir aujourd’hui, je connais cette inquiétude car je traverse souvent ce genre d’épreuve. Mais je me réveille chaque matin avec cette promesse : « en son temps ».

« tu ouvres ta main, et tu rassasies à souhait tout ce qui vit » v.16

Il Lui suffit d’ouvrir sa main, tout se trouve à l’intérieur ! Non, mon âme, je n’irai pas chercher ailleurs ! Je parle à mon âme entêtée : ne comprend-elle donc pas ? Dieu ne saurait-il pas satisfaire pleinement le besoin de mon corps qu’il a créé ? Allons plus loin : « rassasier à souhait » pourrait être une satisfaction bien supérieure que celle de manger à sa faim. Pour ceux qui n’ont que la peau sur les os, la satiété du ventre est leur rêve et c’est un beau rêve. Pour ceux dont la vie est un désert sans amour, une prison sans justice, cette promesse représente la satiété spirituelle. C’est dans la main de notre Dieu qu’est l’Amour. C’est dans ses mains percées qu’est la Justice. Tais-toi, mon âme ! Et laisse ton Créateur te rassasier…

« L’Eternel est juste dans toutes ses voies » v.17

Quelques soient les apparences, l’Eternel Dieu est juste. Tous ses plans, toutes ses décisions sont justes. Quand bien même l’humanité entière crie contre son Créateur et lui impute la responsabilité pour l’état de ce monde malade, Dieu demeure juste. Beaucoup de choses sur terre sont injustes, mais l’injustice provient des Hommes, pas de Dieu. Il nous arrive à tous de nous mettre en colère, mais ne nous mettons pas en colère contre Dieu ! Car Lui-même, soleil de Justice, est descendu dans les ténèbres du monde pour porter sur lui le poids de l’injustice dans toute son intensité. Alors rien ne sert de l’accuser. Et rien ne sert non plus de porter sur mes épaules fragiles l’injustice de ce monde – ou ma propre injustice – et de me courber sous ce fardeau universel. Je dois faire confiance à mon Dieu, qui est au-dessus de chaque situation dans ce monde et qui est capable de transformer le mal en bien. C’est sur le plus atroce fumier qu’Il peut faire pousser les plus belles fleurs !

« et plein de bonté dans toutes ses œuvres » v.17

Dans tout ce qu’Il fait, il y a la marque de sa bonté. Cette marque n’est pas toujours visible, c’est pourquoi certains s’écrient « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? », et d’autres « Où est donc ton Dieu ? ». Mais avec les yeux de la foi, il est possible de distinguer cette marque, même dans les endroits les plus sombres et les évènements les plus affligeants. Il est généralement plus aisé de la voir quand les mois et les années ont passé. Avec du recul et une vision plus globale de notre vie, nous comprenons le sens des épreuves passées et nous nous inclinons devant la bonté de Celui qui les a permises.

« L’Eternel est près de tous ceux qui l’invoquent » v. 18

Quelle grâce infinie ! Le Dieu de l’univers qui a dit à Moïse « Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob », le Créateur du ciel et de la terre qui dit de Lui-même « JE SUIS CELUI QUI SUIS » est près de moi qui l’invoque…

« de tous ceux qui l’invoquent en vérité » v.18

Cela est une promesse, un fait établi parfaitement suffisant pour bannir la croyance ou le sentiment qu’il faille quelque chose de plus que de l’invoquer pour avoir droit personnellement à sa présence. Pas besoin d’image pieuse, ni de belle représentation du Christ, ni de crucifix, ni d’emblème,  ni de lieu particulier, ni de prêtre ! Seule la foi dans le sacrifice expiatoire de Jésus-Christ est nécessaire pour être assez agréable à ses yeux et digne d’être son hôte.

Mais il y a d’après ce verset deux manières différentes d’invoquer Dieu : en vérité, ou bien pas en vérité… De quelle manière l’invoquons-nous ? Est-ce avec la simplicité d’un cœur authentique ? Sommes-nous habité par une foi vivante et enfantine, comme un enfant qui croit tout ce que lui dit son père ? Est-ce en accord avec la Vérité de Dieu qui est la Bible ? Ou bien est-ce que nous l’invoquons comme bon nous semble, par des moyens artificiels ou sous la lumière des projecteurs, afin de s’attirer sa faveur ? L’invoquons-nous avec un cœur sincère ou un cœur double ? Cherchons-nous le Royaume de Dieu ou cherchons-nous à plaire aux hommes et à satisfaire des attentes humaines ? Pour ma part, au milieu de la nuit, c’est la Lumière que je cherche et au milieu du froid, c’est la chaleur. Et au milieu de ce monde, je cherche son Amour, sans lequel je ne peux pas vivre.

« Il accomplit le souhait de ceux qui le craignent » v.19

Si mon âme craint l’Eternel Dieu, si elle connait sa Force et sa Puissance, si elle entend ses avertissements, si elle a un profond respect pour son Créateur et une gratitude réelle pour son Rédempteur, mes désirs ne pourront pas être en contradiction avec le cœur de Dieu. En demeurant dans cette sainte crainte, je n’aurai qu’un souhait : celui de Lui demeurer fidèle, en demeurant dans son Amour et en vivant de Sa Parole.

« Il entend leur cri, et les délivre » v.19

Oui, je peux crier « au secours » à Dieu ! Je peux pousser des cris de détresse ! Je peux hurler de douleur devant Dieu ! Il n’y a pas de honte. Beaucoup de générations ont appris et transmis à leurs enfants qu’il ne fallait pas pleurer, ni se plaindre, ni crier, mais qu’il fallait toujours se contenir et serrer les dents, parce que ça ne se fait pas de manifester de la faiblesse : surtout quand on est un homme ou quand on appartient à une certaine classe de la société. Mais Dieu n’a jamais interdit de pleurer ni de crier. Il n’a certes pas besoin que l’on élève la voix pour entendre, mais pour intervenir, Il a besoin d’un appel à l’aide sincère qui se fiche des conventions humaines. Si j’ai des problèmes et que je fais appel à Dieu, Il entend mes cris et Il va me délivrer : Il connait déjà la manière par laquelle Il procèdera.

« L’Eternel garde tous ceux qui l’aiment » v.20

Le Dieu éternel sait qui l’aime ou non. Il sonde les cœurs. Dans une radiographie, on peut voir ce qu’il y a dans le corps humain. J’imagine une machine spéciale qui fasse des photos de l’intérieur du cœur humain. Il y aurait des couleurs différentes : rose pour l’amour, blanc pour la foi, noir pour la haine, bleu pour la tristesse, vert pour l’espoir, gris pour la peur… Ca donnerait une image avec des taches colorées en proportions différentes. Pour Dieu, il n’y a pas besoin de machine. Il connait chaque cœur et il perçoit des centaines de nuances différentes, car il connait tous les sentiments, toutes les pensées humaines. On ne peut pas berner Dieu. S’il voit que je l’aime, que je l’aime vraiment, alors Il me garde. Il peut décider de me garder avant même que je l’aime, car Il sait de toute évidence qu’un jour, mon cœur répondra à son Amour. Tant que je continuerai à L’aimer, je resterai en sécurité, sous sa Protection personnelle. Qui ne rêve pas d’avoir un bodyguard attitré, qui serait dévoué en permanence à veiller sur la sécurité de son client ? Certains dépensent des sommes faramineuses dans des systèmes de sécurité, alors qu’il suffit d’aimer Dieu, de croire Sa Parole et de Lui faire confiance.

Voilà de quoi affermir nos cœurs !

Loué soit le Dieu de David qui lui a inspiré ce psaume ! Loué soit l’Esprit de Dieu qui agit encore aujourd’hui dans ceux et celles qui cherchent dans les Saintes Ecritures leur consolation.

Soyez bénis,

Anne-Gaëlle

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , ,