T.011 – Un héritage symbolique

image_pdfimage_print

heritage-symbolique

J’ai hérité de ma grand-mère une grande et magnifique poupée. Elle est d’un réalisme saisissant, si bien qu’on pourrait croire en passant qu’il s’agit d’une véritable petite fille. Depuis ma tendre enfance, je l’ai toujours admirée.

Je me souviens quand je prenais l’avion une fois par an pour venir passer les grandes vacances en Allemagne, chez mes grands-parents : elle était là, elle m’attendait et j’étais son sauveur. Elle me paraissait si malheureuse parce que personne à part moi ne savait qu’elle était vivante. J’avais sept ou huit ans ; je croyais vraiment qu’elle était bien plus qu’une poupée ordinaire. J’étais persuadée qu’elle était capable de penser, d’aimer, de pleurer, de comprendre tout ce que je lui disais et de souffrir mon absence. Naturellement, à part moi, personne ne la comprenait. Personne ne l’aimait comme elle avait besoin d’être aimée. Alors, elle se contentait de rester là, assise dans un coin, à attendre passivement que je lui rende visite… Quelle tristesse !

Je lui avais promis, en guise de consolation, qu’un jour nous serions réunies pour de bon. Ma grand-mère me répétait fièrement qu’à sa mort, ce serait moi qui hériterais de la poupée. Je ne souhaitais pas que ma grand-mère meure, mais j’étais tiraillée. Je voulais qu’elle continue à vivre très longtemps. Mais je voulais également que cette poupée, que je convoitais de toute mon âme, soit enfin heureuse et j’étais pourtant persuadée de son malheur. Quel dilemme pour une enfant !

Mon enfance était pour moi si pénible que le mois de juillet, passé chaque année en Allemagne accompagnée de mon frère, était un séjour au paradis. Mes grands-parents étaient riches, ils nous gâtaient et je pouvais échapper ainsi à la réalité qui, toute l’année, était faite de moqueries, de méchancetés et d’incompréhension. Je savais que cette grande maison – en laquelle je voyais un palais somptueux rempli de délices et de beauté, bordé de son jardin d’Eden – n’était à moi que pour un mois. Je savais que la gentillesse des habitants du village, qui me recevaient comme une princesse, était un cadeau inestimable avec une durée de validité limitée. Je savais qu’après les trente jours, il fallait quitter ce paradis pour retourner dans la réalité, loin de la richesse et des politesses. Alors, je profitais de chaque seconde dans mon paradis, de chaque seconde avec la magnifique poupée, sans penser au lendemain, sans penser au retour.

Aujourd’hui, cette poupée si spéciale est là près de moi, sur mon lit. Elle n’est plus magique, elle n’est plus vivante. Mais je l’aime beaucoup. Elle est tout ce qui me reste de ma grand-mère et de son merveilleux palais. Elle est l’accomplissement de ma promesse enfantine : « Un jour, tu seras à moi et tu ne seras plus jamais malheureuse ». Il m’arrive encore quelquefois de lui parler, mais en lui parlant, c’est à la petite fille d’autrefois que je parle. Je serre cette poupée dans mes bras et au travers de cette étreinte, c’est la petite fille d’autrefois que je voudrais serrer… Autrefois haïe, méprisée, rejetée : c’est peut-être moi que je souhaitais sauver quand je lui disais « Un jour, tu seras heureuse ». Ce jour-là est-il arrivé ? Ce jour-là arrivera-t-il ?

Quand j’étais enfant, je savais déjà au fond de moi que le bonheur sur terre n’existe pas, du moins le vrai bonheur sans faille, sans nuage, sans date de péremption. Je savais également que la véritable sécurité sur terre n’était pas accessible, car la séparation, la mort, les blessures étaient une réalité que, dès mon plus jeune âge, je ne pouvais ignorer. Je ne croyais pas en Dieu ; personne ne m’avait dit qu’Il existe, ni qui Il est. Mais Dieu avait mis dès ma conception dans mon cœur la conscience et le désir d’un autre monde plus beau, plus juste, dans lequel règne le vrai bonheur et la parfaite sécurité. Quand je me remémore mes jeux d’enfants – avec le recul de l’adulte que je suis devenue – je décèle l’évidence lumineuse d’un appel divin : l’appel d’appartenir à ce monde à part, de croire en ce Royaume d’amour sans corruption, cet appel qui est devenu ma raison de vivre et de me battre chaque jour.

Je vivais dans un monde imaginaire, seule échappatoire à la réalité de mon enfance, quand je n’étais pas dans le beau paradis de mes grands-parents. Je vivais parmi mes poupées et mes peluches que je voyais continuellement souffrir. Elles étaient emprisonnées dans leur misérable condition : personne ne savait qui elles étaient réellement, elles étaient paralysées dans leur corps immobile, incapable de bouger. Elles avaient besoin de moi ! Chacune avait son nom, son caractère, sa particularité et ses affinités avec ses congénères. Je passais des heures à les aider, à les comprendre, à les aimer. Puis quand je réalisais que j’étais incapable de leur procurer un bonheur continu, ni la véritable sécurité, je leur parlais de ce Royaume merveilleux, dans lequel personne n’est paralysé, personne ne meurt, personne n’est rejeté, et je leur promettais qu’un jour, nous y serions réunis ensembles. Le Seigneur, que je ne connaissais pas encore, avait bel et bien mis en moi la marque de Son appel.

Tout comme la vie a essayé de me détourner de mon héritage, le diable a tenté à maintes reprises de me détourner de mon appel.

Quand ma grand-mère est morte, je n’ai pas hérité de la poupée. Plusieurs mois avant son décès, tandis que je lui rendais visite, ma grand-mère m’annonça froidement que ma poupée – celle qui depuis mon enfance m’était promise – appartiendrait à ma belle-sœur, car, étant une poupée typée asiatique, il fallait que ma belle-sœur asiatique en hérite. Cette nouvelle fut pour moi comme une gifle en plein visage…

Mon grand-père, le seul qui me témoignait véritablement de la tendresse, était mort depuis longtemps. Le paradis allemand de mon enfance avait disparu : de cette maison qui abritait mes plus beaux souvenirs, il ne me restait que quelques photos. Ma grand-mère, qui avait ouvertement préféré mon frère, et qui souvent m’avait humiliée, était au crépuscule de sa vie. Et tout ce qui restait de mon ancien bonheur était cette poupée. Quelle injustice ! Ma belle-sœur n’avait absolument aucune affinité avec l’Allemagne, ni avec aucun de mes rares et précieux souvenirs d’enfance. Pourquoi est-ce elle qui devait soudain hériter de cet inestimable joyau ? Il me fallait donc renoncer à mon héritage. De toute façon, la mort, que ma grand-mère n’avait cesse de prévoir, me semblait si loin et je préférais ne pas y penser.

Quand j’achevai mes études, je pris la décision de quitter l’Allemagne. J’étais retourné y vivre, car l’enfant d’autrefois en moi cherchait à tout prix à s’accrocher à son bonheur de jadis et à cette partie de la terre qui ne l’avait pas fait souffrir. Mais en grandissant, on se rend compte que le malheur est partout, que le monde change en permanence et que ce que l’on cherche n’existe plus. Toutefois, ma décision de ne plus m’accrocher à mes souvenirs idéalisés pour me tourner enfin vers l’avenir m’obligeait à m’éloigner géographiquement de ma grand-mère, ce qui augmenta considérablement sa rancœur. Quelques semaines seulement s’écoulèrent depuis mon départ avant que j’apprenne la triste nouvelle de son décès prématuré : elle avait mis fin à ses jours. Le diable m’accusa, me nargua ; il me traita d’égoïste et d’assassin. Mon esprit fut abattu et troublé, et j’eus beaucoup de mal à me défaire du sentiment de culpabilité.

La poupée fut donnée à ma belle-sœur, cela se produisit alors que je fus en « exil ». Mon retour en France fut une catastrophe : ma famille me rejeta et je me retrouvai plus bas que terre, avec mon enfant. Avant de fuir, je subis une averse d’accusations. On me traita de vampire, de traître, de parasite, de SDF. Personne ne savait qui j’étais réellement, personne hormis mon Sauveur. Jésus me donna la force dans ce cauchemar de ne pas mettre fin à mes jours. Il nous mit à l’abri, ma fille et moi, lorsque la menace de nous jeter dehors me frappa, avec l’ultimatum de trouver un logement dans les 48 heures. Même quand le temps semble trop court et les circonstances impossibles à surmonter, le Seigneur, qui est Maître du temps et des circonstances, n’a pas le bras trop court pour sauver ceux qui n’ont d’autre refuge que d’espérer en Lui.

Mon chat, fidèle témoin dans toutes nos épreuves, fut abandonné dans un refuge par mon propre frère, sans même m’en avertir. Cherchant à le reprendre auprès de moi, je me rendis au refuge la veille de mon exil ; mais ils me traitèrent avec mépris, car – je l’appris plus tard – mon frère les avait appelés en secret pour les prévenir de ma venue, tout en leur racontant des calomnies pour qu’ils ne me laissent pas entrer. Le souvenir de ce jour demeura longtemps comme un poignard dans le cœur : je me revois encore pleurant devant le portail et suppliant, serrant la main de ma fille.

Je n’avais plus rien, j’étais chassée loin de ceux dont je réclamais un peu d’amour, ma propre famille qui semblait ignorer totalement mon identité. Me dépeignant comme un monstre, ils me jugeaient même indigne de garder mon chat ! Pourquoi tout cela ? Que leur avais-je fait ? Quelque chose en moi semblait les insupporter, probablement la vérité dérangeante que je ne suis plus de ce monde. Que je ne suis pas comme eux, que je ne pense pas comme eux, que je ne vis pas comme eux. Ne pas avoir de projet, attendre que Dieu me parle, me montre, m’ouvre une porte : pour eux, c’est inconcevable. Ne pas avoir les mêmes objectifs que tout un chacun dans ce monde, c’est subir son regard et se faire passer pour un fou.

Un mois plus tard, mon Sauveur me rendit justice. Par un concours de circonstances miraculeuses, Il me donna une invitation de la part du refuge à venir reprendre mon chat. Il me donna également le moyen de transport et le chauffeur pour parcourir les 500 km qu’il me fallait traverser de mon lieu d’exil. Le diable semble toujours réussir son entreprise, mais au final, il n’en est pas ainsi ! Les personnes du refuge s’excusèrent, ils me traitèrent avec beaucoup de respect. Je repartis avec mon chat, soulagée d’être à nouveau réunis, car dans la solitude de l’exil, nos animaux constituaient pour ma fille et moi notre petite cellule familiale.

Je reçus également un colis, dont mon frère en fut l’expéditeur. Ce colis contenait Michicco, la précieuse poupée. Ma belle-sœur ne la supportait pas ! Elle lui faisait peur, elle ne pouvait même pas la regarder ! Quel triomphe ! Mon héritage m’est revenu ! Satan ne peut pas voler l’héritage des enfants de Dieu.

Je la regarde, assise sur mon lit, avec son air innocent. Je lui souris, je l’aime. Elle ne me fait pas peur. Bien au contraire, quand je la contemple, mon cœur est rempli de tendresse, de la tendresse de Dieu. Elle est unique au monde, fabriquée à la main en un seul exemplaire, ceci pour me rappeler que, moi aussi, je suis unique pour mon Créateur et que la joie qu’Il éprouve en me contemplant est unique. Elle est précieuse, ceci pour me rappeler que moi aussi, à Ses yeux, je suis précieuse. Tout comme mon chat, elle m’a été restituée, ceci pour me montrer que le voleur n’a aucun pouvoir. Quand le Seigneur décide de donner quelque chose, Lui seul a le droit de décider s’Il veut la reprendre ou non !

Michicco est mon héritage sur terre : ceci préfigure mon héritage à venir. Le Royaume, dont j’avais déjà dans mon enfance l’intuition qu’il existe. Celui dans lequel rien ne peut se perdre ou se corrompre.

Je ne ressens aucune peur. La peur, telle que la ressent ma belle-sœur, m’est parfaitement étrangère, car je connais la Vérité qui affranchit de la peur. Je sais que les fantômes n’existent pas. Quand bien même cette poupée prendrait vie, elle ne pourrait me faire aucun mal, car je l’aime ; et même si – je ne sais pour quelle raison – elle ne répondrait pas à mon affection, elle devrait demander à Dieu la permission de me nuire. Mais au lieu de cela, elle reste là, paisible. Elle parfume ma chambre de l’agréable senteur de l’enfance.

Quand je pense combien les personnes qui ne connaissent pas intimement Jésus-Christ sont soumises à leurs peurs absurdes, à leurs angoisses inconscientes ou conscientes – sans toutefois craindre Celui qu’elles devraient craindre avant tout le reste – cela m’attriste beaucoup. Elles ne peuvent pas jouir de la moindre sécurité. Car la véritable sécurité est l’héritage des enfants de Dieu. Son Amour parfait ôte toutes frayeurs. Sa justice efface toutes les offenses, les miennes et également les blessures produites par les offenses d’autrui.

J’ai pardonné à ma famille. Dieu nous a réunis, mon frère et moi, à l’enterrement d’un parent qui nous était cher. Il fallait que mon frère pleure pour avoir envie de me serrer dans ses bras. Je ne lui avais pas encore pardonné jusque-là, mais Dieu ne pouvait pas me laisser ainsi, rongée par la rancune. La rancœur empêche les plaies de guérir. Le Saint-Esprit me poussa à dire à mon frère « je t’aime vraiment », chose que je ne parvins pas à faire immédiatement. Mais, devant l’Amour qui nous presse, il nous est impossible de résister longtemps. Je pris mon courage à deux mains et je prononçai cette parole qui devait sortir. Et là, le miracle s’accomplit : l’inespéré miracle, improbable et impossible, il me dit « pardon si je t’ai fait souffrir ».

Quand je regarde ma chatte, je ne ressens plus aucune douleur. Je la caresse en riant de la voir si paresseuse et si heureuse ! Le malheur a été effacé !

Quand je regarde Michicco, mon cœur ne se serre plus. Je pardonne à ma grand-mère de ne pas m’avoir aimée comme je l’aurais souhaité, quand j’étais enfant et par la suite. Je lui pardonne son geste, d’avoir voulu me priver de mon héritage, tandis que j’avais ma promesse d’enfant à accomplir. Et je lui pardonne son geste, d’avoir mis fin à ses jours.

La leçon à tirer de cette histoire, c’est de pardonner comme Dieu nous pardonne. Et si nous n’y parvenons pas, Il mettra tout en œuvre pour que nous y arrivions. Sans pardon, Dieu ne peut pas guérir nos blessures.

La leçon à tirer de cette histoire, c’est de faire confiance à notre Sauveur Jésus, quand bien même la terre entière est contre nous. Et c’est de continuer à L’aimer, car en dehors de Son Amour, il n’y a pas de vie possible.

La leçon à tirer de mon histoire, c’est de se pardonner soi-même, de se réconcilier avec l’enfant que nous étions autrefois, aussi laid et repoussant puisse-t-il avoir été dans nos souvenirs, ou dans le souvenir des autres. Car Dieu n’a jamais haï cet enfant ; bien au contraire, Il l’a chéri et continue de le chérir en prenant soin de lui chaque jour, même s’il a grandi.

« Voyez quel amour le Père nous a témoigné, que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Le monde ne nous connaît point, parce qu’il ne l’a point connu » (1 Jean 3:1).

« Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Romains 8:31).

« Vous aurez des afflictions dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jean 16:33).

« Il n’y a point de crainte dans la charité, mais la parfaite charité bannit la crainte ; car la crainte renferme une punition, et celui qui craint n’est pas parfait dans la charité » (1 Jean 4:18).

« Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? – Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois » (Matthieu 18:21-22).

« Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a fait renaître, pour une espérance vivante par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts, pour un HERITAGE incorruptible, sans tache, inaltérable, et réservé dans les cieux pour nous, qui, dans la puissance de Dieu, sommes gardés par la foi, pour le salut, qui est prêt à être manifesté dans les derniers temps » (1 Pierre 1:3-5).

Anne-Gaëlle

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : ,