D.015 – Les deux témoins

image_pdfimage_print

 

Apocalypse 11:1-19

Par Joseph Sakala

Jusqu’ici, nous avons assisté à l’ouverture des sept sceaux de ce livre de l’Apocalypse. Nous avons également reçu l’explication de six des sept trompettes annonçant les jugements de Dieu contre ceux qui décideront de Lui demeurer rebelles jusqu’au bout.

Nous arrivons maintenant à une scène plus intime, car l’événement majeur va se concentrer sur deux personnalités en chair et en os qui vont entrer en scène dans les trois dernières années et demie avant l’avènement de Jésus. Nous allons également en apprendre davantage sur la façon dont le Plan de Dieu va se dérouler et qui seront Ses deux personnes choisies.

Tout comme le chapitre 10, ce 11ième chapitre nous sert aussi d’interlude, ou d’intermission, si vous voulez, entre la sixième et la septième trompette. Ici, l’apôtre Jean reçoit l’ordre d’exécuter un nouveau travail. Si vous vous souvenez, dans le dernier message, vers la fin du chapitre 10, Jean avait reçu le petit livre prophétique qu’il devait manger. Jean l’a mangé, et ce geste de sa part symbolisait qu’il devenait impliqué personnellement dans le programme de Dieu des temps de la fin. Dès ce moment, Jean ne devait plus être un observateur des évènements, comme avant, mais il devait maintenant participer ouvertement à l’évangélisation du monde entier.

Apocalypse 11:1 : « Alors on me donna un roseau semblable à une verge ; et l’ange se présenta, et me dit : Lève-toi, et mesure le temple de Dieu, et l’autel et ceux qui y adorent. 2Mais laisse le parvis extérieur du temple, et ne le mesure point ; car il a été donné aux Gentils ; et ils fouleront aux pieds la sainte cité, pendant quarante-deux mois. » Notez bien ici que, malgré que ce passage soit inséré dans l’Apocalypse entre la sixième et la septième trompette, il parle clairement d’une période de quarante-deux mois ou la durée prédite de la grande tribulation.

Le fait de mesurer un endroit précis est formellement une action d’une grande importance pour Dieu. Dans les prophéties d’Ézéchiel, de Zacharie et ici, dans l’Apocalypse, nous voyons Dieu qui veut prendre la mesure d’un endroit spécifique. Ce geste est un signe que cette chose a une très grande valeur pour Dieu dans Son plan. Il réclame cet objet mesuré comme une propriété personnelle qu’Il veut utiliser, soit pour une bénédiction, soit pour exécuter un jugement.

Vous remarquerez que nous, les humains, nous faisons la même chose. Si nous voulons délimiter la frontière de notre terrain, que faisons-nous ? Nous faisons venir un arpenteur professionnel pour établir les périmètres de notre propriété. Nous voyons Dieu faire la même chose avec Jean. Il lui donne une verge et Dieu lui dit de mesurer trois choses : le temple de Dieu, l’autel et même ceux qui y adorent. Spirituellement parlant, que représente CE temple ? Paul nous dit clairement : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Corinthiens 3:16). Donc, ceux qui forment le Corps de Christ sont ceux en qui l’Esprit de Dieu habite. Dieu prend bien soin de prendre la mesure de ces individus très précieux à Ses yeux. Au moment où nous sommes rendus ici dans la prophétie, Dieu a une œuvre toute spéciale préparée pour les vivants dans le Corps de Christ. Pour plus de détails, lisez notre message sur les 144 000.

Ensuite, Dieu dit à Jean de mesurer l’autel. L’autel symbolise tous ceux qui ont offert leur vie à Dieu au service de Christ. Puisque l’autel représente un lieu de sacrifice, il décrit donc tous ceux qui, au moment de cet évènement prophétique, sont déjà morts, mais qui font aussi partie du Corps de Christ. Ils sont toutefois dans leurs cercueils, attendant leur résurrection lors du retour de Jésus dans la gloire. Finalement, Dieu dit à Jean de mesurer ceux qui y adorent. Notez le temps présent utilisé par Dieu. Pour Lui, cette expression inclut, au moment prophétique de cette déclaration, ceux qui sont morts, ceux qui seront vivants et que Dieu utilisera pour évangéliser durant cette période de trois ans et demi, ainsi que ceux qui se convertiront (futur) pendant cette grande tribulation. Donc, c’est l’ensemble intégral des prémices de Son Royaume à venir qui représente pour Dieu « ceux qui y adorent ». Subséquemment, tous ceux qui deviendront les Élus de la première Résurrection, un évènement toujours présent pour Dieu.

Mais Dieu lui dit de ne pas mesurer le parvis extérieur du temple, car il a été donné aux Gentils qui vont fouler la cité sainte (Jérusalem). Ceci nous indique clairement que les non convertis, qui ne font pas partie du temple des élus, seront jugés ou mesurés plus tard. Mais littéralement parlant, il s’agit aussi ici d’un temple physique et non spirituel, car l’extérieur de ce temple sera foulé par les païens pendant quarante-deux mois. Au début de ce livre, nous avons vu un temple au ciel, dans lequel chacune des prémices doit devenir une colonne, si elle persévère jusqu’à la fin (Apocalypse 3:12). C’est le même temple que Moïse a vu dans une vision sur le mont Sinaï et dont Dieu lui avait donné ordre d’en faire une copie exacte. Mais ce temple au ciel est aussi symbolique de la vraie demeure de Dieu présentement.

À la fin de ce livre, il sera nettement évident que la vraie demeure de Dieu est dans le chrétien converti. Les croyants sont le temple de Dieu ! Paul nous le confirme dans 1 Corinthiens 6:19 : « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit, qui est en vous, et qui vous a été donné de Dieu… » Paul termine le verset en disant : « …et que vous n’êtes point à vous-mêmes ? 20Car vous avez été achetés à un grand prix ; glorifiez donc Dieu en votre corps et en votre esprit, qui appartiennent à Dieu. » Les Enfants de Dieu doivent alors devenir l’ultime demeure de Dieu, où Il vivra éternellement.

Ce temple au ciel symbolise l’énorme dignité que Dieu a résolu de conférer à la race humaine qu’Il avait décidé de créer pour Se faire une famille à Son image et à Sa ressemblance. Alors, tous les convertis de Sa création deviendront un jour la demeure permanente de Dieu. Mais ce temple céleste, aussi symbolique soit-il de ce que nous serons un jour, est représenté aussi dans ce temple physique sur la terre. Le fait qu’il soit utilisé dans la ville sainte nous indique qu’il sera érigé, un jour, à proximité de Jérusalem. Nous savons tous qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas de temple à Jérusalem.

Le dernier temple fut entièrement détruit en l’an 70 par le général Titus, fils de l’empereur Vespasien, après avoir assiégé la ville avec ses armées romaines. Le siège fut d’une intensité telle qu’aucune nourriture n’était disponible du dehors aux habitants tenus en otages. Au bout d’un certain temps, pour survivre, les pauvres gens ont dû pratiquer le cannibalisme. Je ne sais pas combien de temps le siège a duré, mais quand la résistance du peuple a virevolté en découragement, l’armée romaine, ayant démoli leur système de défense, avait envahi la ville, saccagé les bâtiments et détruit le temple qui n’a jamais été rebâti jusqu’à ce jour.

Présentement, il y a deux bâtiments sur le Mont Moriyya, le lieu du temple. Le premier est la mosquée islamique Al-Aksa. L’autre, le plus proéminent, se nomme le Dôme du Rocher. C’est le bâtiment avec la coupole dorée et aux murs bleus qui demeure le centre d’attraction dans presque tous les documentaires sur Jérusalem. Ces deux bâtiments constituent un véritable problème dans la reconstruction du temple juif. Depuis 1967, alors que les Juifs avaient reconquis la vieille citée de Jérusalem, les musulmans ont reçu comme permission spéciale le contrôle absolu de toute adoration sur ce mont. Aucun Juif ou chrétien ne peut y adorer, sauf les musulmans. Toute contravention à cette directive sera immédiatement corrigée par les gardiens islamiques toujours présents et qui vous feront descendre de cet endroit sacré sans trop de cérémonie, ça, je vous l’assure.

Pour l’islam, c’est le troisième emplacement le plus sacré de leur croyance. Le deuxième étant à Médine et le premier à La Mecque, le lieu même de la naissance de Mahomet. Ce Dôme du Rocher demeure un obstacle à tout effort pour construire un temple juif. Je suis convaincu que la plupart des Juifs, en Terre sainte ou ailleurs, seraient très heureux de voir le Dôme du Rocher démantelé un jour. Depuis bon nombre d’années, cependant, un ingénieur juif, du nom de Asher Kauffman, a fait d’énormes recherches pour localiser l’endroit véritable où était situé l’ancien temple qui fut détruit en l’an 70. Cet homme a découvert, et a réussi à démontrer à la satisfaction de plusieurs de ses collègues, que l’ancien temple n’avait pas été érigé sur l’endroit où se trouve présentement le Dôme du Rocher. Qu’en réalité, le temple fut construit au nord de la Coupole, sur un terrain ouvert et libre, occupé aujourd’hui par un petit oratoire appelé la Coupole des Esprits.

Si ce M. Kauffman a raison, et il semblerait y avoir assez d’évidence pour le confirmer, il serait alors possible de bâtir le temple juif sur la montagne de Moriyya sans toucher aux deux autres bâtiments. Je mentionne cela parce que cette information devient subitement très pertinente au verset 2. Si le temple est bâti au nord de cette coupole, le parvis extérieur va alors inclure le Dôme du Rocher ! Plusieurs érudits, sur cette révélation, sont d’accord pour dire que le parvis extérieur, qui sera foulé par les nations, coïnciderait avec l’emplacement de ce Dôme. Donc, le contrôle de ce parvis sera entre les mains de ces non-Juifs pendant les quarante-deux mois.

La construction de ce temple est devenue une fascination quasi fanatique pour plusieurs organisations juives en Terre sainte ainsi que dans le monde entier. L’argent est déjà disponible et en attente. Dans les années 1990, on a même eu droit à un beau documentaire télévisé démontrant les pierres de ce temple toutes bien taillées et numérotées, soigneusement entreposées dans des hangars protégés, en préparation évidente pour une construction éventuelle et très rapide de cet édifice historique tant attendu. Plusieurs jeunes hommes sont dès lors particulièrement entraînés pour devenir les éventuels rabbins et prêtres sacrificateurs du temple. Ils apprennent tous les rituels ancestraux d’adoration. De grandes couturières spécialisées leur préparent des vêtements dans l’exercice de leurs fonctions sacrées, tous minutieusement brodés, qu’ils étaleront dans les cérémonies officielles.

Soyez assurés que cette entreprise de construction, une fois entamée, se fera hâtivement et le temple sera promptement fonctionnel. Il y a même des ranchers, aux États-Unis, qui font actuellement l’élevage de bovins roux destinés exclusivement aux sacrifices ! Voilà pourquoi les yeux du monde entier sont constamment tournés vers ce Mont Moriyya, à Jérusalem.

Les deux premiers versets d’Apocalypse 11 nous indiquent que Dieu Lui-même surveille cet événement historique. Il demande à Jean de mesurer le temple et l’autel. C’est comme s’Il nous disait : « Cet endroit est à Moi et J’ai sûrement l’intention de l’utiliser ! » C’est un signe de droit de propriété pour un usage distinct dans ces temps de la fin.

Dans les versets 3 à 14, le zoom de notre caméra se fixe maintenant sur deux personnes importantes, mais qui entrent en scène sans cérémonie, sans tambour ni trompette. Au verset 3, Jésus déclare : « Et je donnerai à mes deux témoins de prophétiser, vêtus de sacs, durant mille deux cent soixante jours. 4Ce sont les deux oliviers, et les deux chandeliers, qui se tiennent en présence du Seigneur de la terre. » Étudiez les Écritures et vous verrez, à plusieurs endroits, une proclamation que Dieu ne Se laisse jamais sans témoins. Vous noterez également que la période de temps de prophétiser est fixée à mille deux cent soixante jours ou trois ans et demi. Ils prêcheront alors durant toute la grande tribulation, mais Jésus n’en parle qu’ici uniquement, soit entre la sixième et la septième trompette.

Tout au long de l’Ancien Testament, Dieu a utilisé des prophètes pour témoigner contre Son peuple qui ne cessait de transgresser Ses lois malgré les nombreux avertissements apportés par ces prophètes. Ensuite, Jésus est venu comme le plus grand Témoin du Père, mais aussi pour leur offrir le salut gratuitement si seulement ce peuple voulait obéir. Encore une fois, ce peuple s’est tourné contre son Dieu. Après l’ascension de Jésus au ciel, Ses apôtres ont pris la relève pour continuer Son merveilleux témoignage. Et cette attestation s’est ainsi poursuivie tout au long des siècles par Ses serviteurs, sans interruption. Car Jésus Lui-même avait prédit : « ..sur cette pierre [en parlant de Lui-même] je bâtirai Mon Église, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle » (Matthieu 16:18). Cette Église fondée sur Christ ne devait pas vivre un seul instant durant toute son histoire sans avoir au moins un converti sur la terre pour témoigner en faveur de Jésus.

Ici, au beau milieu de la plus grande apostasie que le monde n’ait jamais vue, Dieu Se réserve ces deux témoins pour évangéliser pendant la même période de temps que les Gentils fouleront l’extérieur du temple. Lorsque les serviteurs de Dieu évangéliseront dans tous les pays, sous la protection divine durant cette tribulation, Jésus place Ses deux témoins à Jérusalem, au vu de tous, pour dénoncer le Faux Prophète Antichrist.

Remarquez leurs vêtements : ils sont revêtus de sacs. C’était le costume traditionnel des prophètes de l’Ancien Testament, quand Dieu les envoyait pour annoncer un jugement contre Israël. Ici, ils sont vêtus de sacs aussi. Il est vraiment intéressant de se rappeler que le vêtement de sac des prophètes, et ici des deux Témoins, est assurément un signe d’humilité profonde voulue par Dieu. Lorsqu’un Israélite voulait s’humilier devant Dieu, il se débarrassait de ses beaux vêtements et portait un grossier sac de toile. Donc, par ce procédé, Dieu veut sans doute démarquer nettement Ses serviteurs de ceux de Satan, croulant sous leurs richesses, des diamants plein les doigts, et roulant en Mercedes pour se rendre à leurs studios de télévision, afin de combler les gens au moyen des émissions lénifiantes que ceux-ci désirent regarder et entendre.

Le contraste que les deux Témoins offriront sera certainement frappant dès le premier abord ! Surtout que dans cette situation leur ministère sera de dénoncer les illusions, les mensonges et cette propagande humaniste, déguisée en vérité, provenant de cet homme de péché durant ces derniers jours. Jésus nous a parlé de ce temple, ainsi que de cet Antichrist dans Matthieu 24:15. Il nous avait annoncé que la fin serait proche lorsqu’on verrait l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint. Dans les deux temples physiques précédents, il y avait un endroit appelé lieu saint.

Le lieu saint, c’est le Saint des saints du temple, là où se trouve le Siège de la miséricorde et où seul le souverain sacrificateur pouvait entrer, une seule fois par année, le jour des Expiations. Cette abomination de la désolation, prédite par Daniel, est la description d’une action spécifique qui sera commise à un moment précis dans l’histoire par cet homme de péché. Dans 2 Thessaloniciens 2:4, Paul nous parle de cet homme qui : « s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu, ou qu’on adore, jusqu’à s’asseoir comme dieu dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même dieu. » 

Alors, nous voyons Jésus et Paul entièrement d’accord sur le fait qu’un temple sera bâti sur ce mont Moriyya et qui sera, pendant très peu de temps, occupé par cet Antéchrist. Je suis convaincu qu’au moment où cet énergumène osera s’asseoir sur le Siège de la miséricorde, tout en se proclamant dieu, les heures, sinon les minutes de son règne seront bien comptées et sa fin sera très proche ! Il est très important de noter que le souverain sacrificateur entrait dans le Saint des Saints le jour de la Fête des expiations, quatre jours avant la Fête des Tabernacles qui symbolisait le Millenium et la paix sur la terre entière. Il devient donc évident que, lorsque l’Antichrist imposteur ira s’asseoir sur le siège de la miséricorde, symbole du trône futur de Jésus, c’est alors que tout le système de Satan s’écroulera comme un château de cartes.

Ce que cet individu voudra accomplir, c’est d’élever l’homme à l’infini où il devient son propre dieu ! Nous voyons déjà cela enseigné dans plusieurs croyances courantes. Le Nouvel Âge, par exemple, extrêmement populaire, prêche ouvertement que l’homme est dieu. Ceci nous ramène assurément à la promesse originale faite par Satan à Eve, qu’en mangeant du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, elle aussi deviendrait dieu. Cette contrefaçon de la vérité persiste encore davantage aujourd’hui, et elle est fortement enseignée aux disciples de cette pensée. Alors, tout ce qui fait le bonheur du croyant lui est permis car, étant dieu, le péché n’existe plus, puisque Dieu ne peut pas pécher contre Lui-même ! Donc, le processus est déjà en branle et très populaire, pour ouvrir la porte toute grande à cette religion très appréciée de ses adeptes des derniers jours.

Alors, au moment où cet Antichrist fera sa proclamation sur sa propre divinité, en s’assoyant sur le trône de la miséricorde pour le confirmer, son geste sera mondialement applaudi. Tout ceci à cause du travail fantastique accompli par les démons qui brouilleront l’esprit des gens pour croire un tel mensonge pendant la période de cinq mois que nous avons vue décrite au chapitre 9, dans les versets 5 et 10. Mais les deux témoins attesteront de Christ durant ces mêmes trois ans et demi. Jésus, dans Matthieu 24:21, nous a parlé de cette période de détresse qui sera si grande qu’il n’y en a pas eu de pareille depuis le commencement du monde et heureusement il n’y en aura jamais une autre, grâce à l’avènement de Jésus.

Donc, lorsque ces deux témoins entreront en scène pour prophétiser, il ne restera plus que trois ans et demi avant l’avènement de Christ, et la fin de tout ce système avarié. Mais qui seront-ils ? Sauf Dieu et Jésus, personne ne connaît leurs noms. De grâce, oublions tous ces spéculateurs qui, à plusieurs moments de l’histoire, et encore davantage aujourd’hui, se sont déjà attribué le rôle d’être un de ces deux témoins, ainsi que cette mission étonnante qu’ils doivent accomplir. Nous avons, toutefois, des indices au sujet de leur personnalité. D’abord, Jésus nous dit qu’ils sont deux oliviers et deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre.

Zacharie nous aide à identifier ces deux symboles, car il les a utilisés aussi. Au chapitre 4, aux versets 2 et 3, on voit deux oliviers qui déversent leur huile dans un vase au-dessus d’un chandelier en or, comme un témoignage à Israël du temps de Zorobabel. En rapport avec cette attestation, nous voyons, au verset 6, la Parole de l’Éternel citée à Zorobabel : « Ce n’est point par la puissance, ni par force, mais par mon Esprit, a dit l’Éternel des armées. » Ce même symbolisme est utilisé par Jésus dans l’Apocalypse pour nous décrire deux hommes qui seront comme des chandeliers pour éclairer la terre qui aura sombré dans des ténèbres spirituelles profondes. Ils ne seront pas puissants ni forts, mais seront alimentés par l’Esprit de Dieu Lui-même, car l’huile d’olive symbolise le Saint-Esprit.

Il sera impossible d’éteindre leur témoignage pendant ces trois années et demie. Personne ne pourra les éliminer tant et aussi longtemps que leur travail ne sera pas terminé. Ils seront sous la protection directe de Dieu. Au verset 5, dans Apocalypse 11, regardez ce qui est écrit : « Et si quelqu’un veut leur faire du mal, il sortira de leur bouche un feu qui dévorera leurs ennemis ; car si quelqu’un veut leur faire du mal, il faut qu’il périsse de cette manière. » Il est extrêmement difficile pour le commun des mortels de croire ceci, car en aucun moment dans l’histoire de l’humanité on a vu du feu sortir de la bouche d’un homme sans avoir eu recours à des effets spéciaux. Mais ceci sera une situation unique qui ne se reproduira plus jamais. Donc, les deux Témoins auront, pendant trois ans et demi, le pouvoir d’être de véritables lance-flammes humains !

Voilà la puissance même du Saint-Esprit en action, ici. Cet indice nous rappelle fortement le ministère d’Élie. Dans 2 Rois 1:9-12, le roi Achazia envoya un chef avec cinquante hommes, à deux reprises, pour capturer Élie. Deux fois le feu est descendu du ciel pour consumer, et le chef et ses cinquante soldats ! Quand Dieu dit : « Tu ne touches pas ! », alors, « tu ne touches pas à Mon serviteur ! » Vous noterez cependant que le feu était descendu du ciel, directement de Dieu, et non sorti de la bouche d’Élie.

Peu importe, car nous avons une forte indication, ici, que nos deux témoins à Jérusalem vont témoigner par cette même puissance d’Élie, mais avec ce pouvoir extraordinaire ajouté par Dieu. Dans Apocalypse 11:6 : « Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, afin qu’il ne pleuve point, pendant qu’ils prophétiseront… » Élie aussi avait reçu ce pouvoir d’empêcher la pluie de tomber sur Israël pendant trois ans et demi. Ce n’est que lorsqu’il eut prié que Dieu envoya la pluie de nouveau. Je ne sais pas combien de fois ils devront utiliser ce pouvoir, et s’il durera trois ans et demi pour convaincre leurs ennemis, mais il est évident qu’ils l’auront à leur disposition.

Regardons maintenant la deuxième partie du verset 6 : « ils ont aussi le pouvoir de changer les eaux en sang, et de frapper la terre de toutes sortes de plaies, toutes les fois qu’ils le voudront. » Ce pouvoir nous fait penser incontestablement à qui ? À Moïse, du temps où Dieu avait résolu de sortir Son peuple d’Égypte des griffes de Pharaon. Dans Matthieu 17:1, on voit Jésus monté sur une haute montagne avec Pierre, Jacques et Jean. Au verset 2, Il est transfiguré devant eux, et Ses trois apôtres Le voient dans toute Sa gloire, brillant comme le soleil dans toute sa splendeur. Verset 3 : « En même temps, Moïse et Élie leur apparurent, qui s’entretenaient avec lui. » Jésus dialoguait ici avec deux de Ses témoins fidèles, qui avaient reçu certains pouvoirs pour accomplir le travail que Dieu leur avait confié.

Donc, pour ce qui est du pouvoir de changer les eaux en sang, et de frapper la terre de toute espèce de plaies, cela nous ramène automatiquement à Moïse. Celui-ci avait reçu ces pouvoirs lors de sa mission visant à sortir son peuple, Israël, de l’esclavage qu’il endurait en Égypte. Par conséquent, la puissance et l’autorité de Moïse aussi s’ajoutent à ces deux témoins des temps de la fin. Cette scène de la transfiguration était alors une vision de l’avènement de Jésus dans la gloire. Mais c’était aussi un portrait pour identifier le caractère des deux témoins qui prépareront Son retour. Et ils le feront dans la puissance d’Élie et de Moïse avec le pouvoir de Dieu à leur portée. Un pouvoir qu’ils devront utiliser avec beaucoup de sagesse.

Qui seront-ils ? On ne le sait pas, car Jésus ne nous dévoile pas leurs noms ! Mais si nous sommes encore vivants, nous le saurons assurément en temps et lieu. Ils ne seront sûrement pas nommés par une dénomination religieuse quelconque ! Mais ils seront, toutefois, deux serviteurs de Dieu, garanti, placés à Jérusalem par Jésus Lui-même, trois ans et demi avant Son retour ! Alors, si quelqu’un se présente à vous, aujourd’hui, disant qu’il est un des deux témoins, envoyez le au Palais de Justice de Montréal où on a, en tout temps, besoin de plusieurs témoins !

Apocalypse 11:7 : « Et quand ils auront accompli leur témoignage, la bête qui monte de l’abîme, leur fera la guerre, et les vaincra, et les tuera. » Voici la conclusion de la mission de ces deux témoins annoncée d’avance depuis près de vingt siècles déjà. Imaginez, pendant trois ans et demi, on essaie de se débarrasser de ces deux individus encombrants, sans réussir. Car ceux qui tenteront de le faire seront tués par le feu qui sort de leur bouche. Mais voilà que leur témoignage est achevé et quelqu’un s’approche pour les frapper. Les témoins ouvrent la bouche et… pas de feu ! Plus aucun pouvoir ! Absolument rien !

On avertit aussitôt l’Antichrist qui s’empresse d’envoyer un peloton spécial de tireurs d’élite pour les attaquer et les assassiner. Il ne sera pas question de les faire souffrir. On les tuera très rapidement de peur que leur pouvoir ne leur soit restauré. Paul nous dit que cet homme de péché sera possédé par Satan lui-même. Alors, dans sa joie diabolique, cet antichrist réalisera soudainement qu’il vient de tuer les deux serviteurs de Dieu que personne ne pouvait toucher auparavant. Il sera sûrement enflé d’orgueil. Il est fort possible que ce soit à ce moment précis qu’il osera s’élever dans le temple devant le peuple, au-dessus de Dieu ! Et, dans son élan de perversion sacrilège, c’est fort possible qu’à ce moment il ira s’asseoir sur le trône de la miséricorde, dans le Saint des saints du temple, se proclamant lui-même dieu ! Nous aurons plus de détails sur cet homme au chapitre 13.

Mais les deux témoins, qui furent constamment une épine dans son côté, ne sont plus. Ils avaient prêché au monde entier la vérité sur le programme de Dieu pour l’humanité. Ils avaient continuellement dénoncé cet Antéchrist et Faux Prophète qui séduisait le monde à croire ses mensonges. Cela devait certainement enrager cet être incorrigible. Mais, enfin, ses deux plus grands ennemis sont morts ! Fini, leur pouvoir de tuer les gens par le feu, ou de les faire souffrir par les plaies qu’ils leur envoyaient.

Ce sera sûrement un temps de grandes réjouissances. Verset 8 : « Et leurs cadavres seront sur la place [publique] de la grande cité, qui est appelée spirituellement Sodome et Égypte, où notre Seigneur a été crucifié. » La ville est appelée Sodome, à cause de son état avancé de corruption, et Égypte, à cause de sa persécution contre ceux qui se convertiront à Jésus durant cette tribulation. Mais elle est aussi clairement identifiée comme la ville où le Seigneur a été crucifié. Jérusalem la corrompue ! Celle qui a tué les prophètes, les apôtres et même le Messie ! Celle qui produit aujourd’hui la dernière exécution de la Religion à Mystères de Babylone et qui adore Satan au mur de ses lamentations !

Verset 9 : « Et les gens de divers peuples, et de diverses tribus, langues et nations, verront leurs cadavres pendant trois jours et demi, et ne permettront pas que leurs cadavres soient mis dans des sépulcres. » Il n’est pas question de les enterrer ! On va les laisser sur la place publique entourés de nombreuses caméras de télévision braquées sur eux, afin d’assurer les peuples, les tribus, les langues et les nations qu’ils sont bel et bien morts.

Verset 10 : « Et les habitants de la terre se réjouiront à leur sujet, et s’abandonneront à la joie, et s’enverront des présents les uns aux autres [pourquoi ? Pour fêter la mort des deux témoins], parce que ces deux prophètes auront torturé les habitants de la terre. » Remarquez vers qui ces tourments seront dirigés : en aucun cas vers les serviteurs de Jésus. Les tourments auront été dirigés vers les habitants de la terre ! La mort des deux témoins deviendra alors l’objet d’une très grande réjouissance pour ces rebelles.

Avez-vous déjà remarqué comment les gens du monde, lorsqu’ils achèvent quelque chose qui fait leur bonheur, font souvent un fête ? Peu importe que la chose soit bonne ou mauvaise. Vous savez, même les criminels se font une grande célébration après un vol de banque bien réussi. C’est leur seule façon de festoyer ! C’est ce qui va arriver à Jérusalem, alors qu’on fêtera la mort de ces deux témoins de Jésus pendant trois jours et demi. Ne trouvez-vous pas ironique que la haine du monde contre la cause de Christ se révélera dans un temps d’allégresse où les gens se donneront des cadeaux les uns aux autres, comme à Noël ? Pour quelle raison ? Parce que l’on aura réussi à tuer deux témoins fidèles à Jésus qui ont dénoncé leurs pratiques pécheresses.

Mais Dieu a toujours le dernier mot ! Verset 11 : « Mais après ces trois jours et demi, l’Esprit de vie envoyé de Dieu entra en eux, et ils se relevèrent sur leurs pieds, et une grande crainte saisit ceux qui les virent. » Tout comme leur Seigneur, bien avant eux, ces deux témoins auront le privilège de passer par la même expérience que Lui et au même endroit. Ils seront tués d’une manière cruelle, tout comme Jésus, mais au bout de trois jours et demi, un jour pour chaque année de leur témoignage, ils seront soudainement ressuscités immortels ! Il me semble de voir la scène. Je vous garantis qu’une foule de gens se dégriseront très vite.

Le verset 12, maintenant : « Et ils entendirent une grande voix du ciel, qui leur disait : Montez ici ; et ils montèrent au ciel dans une nuée, et leurs ennemis les virent. » Cette scène sera complètement différente du moment où Jean entendit une voix venant du ciel et qui lui dit : « Monte ici » (Apoc. 4:1). Jean n’est pas monté vers le ciel, il fut ravi en esprit seulement (verset 2). Jean a eu une vision, tandis qu’ici les deux témoins monteront vers un nuage et leurs ennemis les verront monter. La terreur va s’emparer de leurs adversaires. Imaginez les mâchoires qui tombent soudainement au nombril, les genoux qui se mettent à claquer sans arrêt et les vessies qui se vident brusquement ! Tout le monde sera abasourdi par ce spectacle unique qu’ils percevront. Qui pourra s’opposer à un Dieu qui ressuscite ?

Vous souvenez-vous quand Jésus a dit, dans Matthieu 10:28, « ne craignez point ceux qui ôtent la vie du corps » ? Même la mort ne peut pas contrer le plan de Dieu. La merveilleuse vérité enseignée ici, c’est qu’il ne faut pas craindre la mort. Nous allons tous mourir, un jour, sauf les élus qui seront encore vivants lors de l’avènement de Jésus. Ceux-là, nous dit Paul, seront changés en un instant, en un clin d’œil. Alors, peu importe si nous mourons, nous serons ressuscités et nous monterons vers Jésus dans les nuées en même temps qu’eux.

Cet enlèvement à la rencontre de Jésus, tant prophétisé, va se produire au même moment où les deux témoins reçoivent l’ordre de monter, car Paul nous dit clairement, dans 1 Thessaloniciens 4:15, que personne ne va en devancer un autre ! « Car nous vous déclarons ceci par la parole du Seigneur, que nous les vivants qui serons restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne précéderons point ceux qui sont morts. » Et c’est alors que nous serons tous ensemble pour toujours avec notre Seigneur, comme on peut le voir au verset 17 : « Ensuite, nous les vivants qui serons restés, nous serons enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur, dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. »

Soit que la Bible dit vrai ou elle se contredit. Si elle se contredit, nous n’avons plus d’espoir. Pourtant il y a quelqu’un qui a osé dire ceci : « Je suis Dieu, et il n’y en a point d’autres ; je suis Dieu, et il n’y en a point comme moi. J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, et longtemps d’avance ce qui n’est pas fait encore ; je dis : Mon dessein tiendra, et j’exécuterai toute ma volonté » (Ésaïe 46:9-10). C’est ce même Dieu : « Qui dissipe les présages des menteurs, et rends insensés les devins ; qui fais retourner les sages en arrière, et change leur science en folie ; qui confirme la parole de MON serviteur, et accomplis le conseil de MES envoyés » (Ésaïe 44:25-26).

Paul était un véritable serviteur de Christ, et il a été utilisé par Dieu pour déclarer plusieurs évènements prophétiques, dont le majeur était de nous décrire l’enlèvement des prémices de Son Royaume lors du retour de Jésus. Donc, tout notre espoir réside dans la véracité de la Parole de Dieu qui confirme et accomplit la parole de Ses serviteurs. Paul nous déclare que tout se fera dans le seul et unique enlèvement des élus de Dieu vers Christ. Il n’y en aura pas d’autre ! Je vous déclare ceci avec assurance, même si cela déplaît à ceux qui prêchent d’aller en quelque part pendant sept ans avant même le début de la tribulation. Cette croyance purement humaine est en nette contradiction avec la Parole de Dieu. Que doit faire le véritable converti lorsqu’il est en face de deux déclarations contradictoires sur le même sujet biblique ? Paul nous donne la réponse dans Romains 3:4 : « que Dieu soit reconnu véritable, et tout homme menteur ». 

Nous avons donc le droit de nous demander que feront-ils ces « chers chrétiens » pendant sept ans, bien à l’abri de tout et emmaillotés dans leur « justice parfaite » ? D’abord ils pourront observer, pendant les premiers trois ans et demi, les préparatifs de la mise en place, avec la bénédiction des Nations Unies, du Nouvel Ordre Mondial pour suborner tous les habitants de la terre. Pendant les trois dernières années et demie, ils assisteront à la grande tribulation où ces deux puissances feront une œuvre magnifique de destruction sous la tutelle directe de Satan.

Ils verront aussi 144 000 serviteurs de Dieu, marqués du sceau de Dieu dans le front, évangéliser pour Christ sur la terre durant cette tribulation. Des serviteurs protégés par des anges même contre la puissance des démons qui auront la permission de brouiller l’esprit de tous ceux qui n’auront pas le sceau de Dieu sur le front (Apocalypse 9:4). Finalement, ils auront le bonheur de voir une multitude d’individus se convertir à Christ durant cette tribulation, grâce à l’évangélisation des 144 000, alors qu’ils se baladeront en toute « sécurité » sur leurs nuages. Mais ils verront un grand nombre de cette multitude martyrisés aussi par les pelotons d’exécutions du Faux Prophète, parce qu’ils « ont lavé leurs robes, et ont blanchi leurs robes dans le sang de l’Agneau » (Apocalypse 7:14). Ces derniers seront donc de la première Résurrection.

En regardant cette tragédie du haut de leur perchoir, harpes en main pour glorifier Dieu, ces soi-disant « enlevés » secoueront sans doute leur tête comme ceux qui regardaient Jésus crucifié et souffrant, et diront en toute humilité : « Dommage, dommage », en se frappant la poitrine. En exprimant ce geste de solidarité « chrétienne » ils accompliront le commandement de Jésus dans leur cœur parfait, quand Il avait déclaré : « C’est à ceci que tous reconnaîtront que vous êtes Mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jean 13:35). Mais comme ces « justes » seront déjà partis depuis sept ans, les 144 000 ainsi que ces martyrs convertis dans la tribulation devront attendre un 2ème enlèvement en tant que phase deux de la première Résurrection.

Quelle belle supercherie, sermonnée doucereusement du haut de la chaire par ces faux ministres qui, pour mieux s’enrichir, prêchent ces mensonges à des gens honnêtes qui ne demandent pas mieux que de servir et de faire la volonté de Dieu ! N’ayez crainte, cependant, car Dieu prendra soin des Siens qui ont mis leur foi en Jésus. Et c’est ce même Dieu : « Qui dissipe les présages des menteurs, et rends insensés les devins ; qui fais retourner les sages [du monde] en arrière, et change leur science en folie » (Ésaïe 44:25). Dieu le fera en terminant simplement les augures de ces menteurs et en rendant insensées les déclarations de ces prophètes astrologues.

Revenons toutefois à notre texte où les deux témoins, morts et étalés sur la place publique pendant trois jours et demi, ressuscitent soudainement et se lèvent debout devant tous ceux qui les observaient. Imaginez la terreur qui va s’emparer de ceux qui seront observateurs de ce spectacle. Car c’est à ce moment précis que le règne des hommes sur la terre cessera et sera bientôt remplacé par le Royaume de Dieu. Je dis bientôt, car il reste encore un détail à régler, les sept derniers fléaux de la colère de Dieu. Continuons néanmoins avec les évènements qui marqueront la résurrection des deux témoins.

Apocalypse 11:13 : « À cette même heure il se fit un grand tremblement de terre ; et la dixième partie de la ville tomba, et sept mille hommes furent tués par le tremblement de terre… » Il y aura un immense tremblement de terre à Jérusalem pour souligner l’avènement de Jésus, exactement comme lors de Sa crucifixion, la terre avait tremblé, comme on peut voir dans Matthieu 27:51, ainsi que lors de Sa résurrection, dans Matthieu 28:2. Remarquez que cet événement est centralisé à Jérusalem ; la dixième partie de la ville s’écroule et sept mille hommes meurent dans cette catastrophe. Regardons maintenant la fin du verset 13 : « …et les autres furent effrayés et donnèrent gloire au Dieu du ciel. » Pour la première fois dans ce livre, nous voyons que, suite à cet événement ahurissant, les survivants de ce tremblement de terre donneront gloire au Dieu du ciel. Les Juifs commenceront enfin à se tourner vers leur Dieu.

Le verset 14 reprend exactement là où la sixième trompette avait fini pour enchaîner, maintenant, avec la septième : « Le second malheur est passé ; voici le troisième malheur [i.e., la septième trompette] qui viendra bientôt. » Ce 11ième chapitre, avec les deux témoins, est donc très exceptionnellement bien placé dans le fil des événements pour nous amener au retour de Jésus, signalé par ce tremblement de terre.

Très peu d’érudits bibliques osent nier que ce tremblement de terre puisse arriver. Sachez que la plus grande faille terrestre se situe à l’est de Jérusalem. Elle passe par la Vallée du Jourdain, sous la Mer Morte, pour se diriger en Afrique, tout près des lacs Victoria et Nyassa. C’est la ligne où le continent africain se bute contre l’Asie. Nous sommes tous familiers avec le phénomène du mouvement des continents, causé tout au long des siècles par le déplacement des plaques tectoniques sur lesquelles les continents reposent. On peut donc facilement remémorer comment ces événements, depuis longtemps prophétisés, pourront arriver avec l’exactitude décrite dans les Saintes Écritures.

Il n’y a pas de bris dans l’histoire, ici. Et nous voyons immédiatement la septième trompette sonner. Verset 15 : « Or, le septième ange sonna de la trompette, et de grandes voix se firent entendre dans le ciel, qui disaient : Les royaumes du monde sont soumis à notre Seigneur et à son Christ, et il règnera aux siècles des siècles. » C’est à ce moment précis que le gouvernement mondial de la terre sera arraché aux hommes et tombera entre les mains de Jésus ! Regardons la réaction au ciel, au verset 16 : « Et les vingt-quatre Anciens, qui sont assis sur leurs trônes devant Dieu, se prosternèrent sur leurs faces, et adorèrent Dieu, 17En disant : Nous te rendons grâces, Seigneur Dieu Tout-Puissant, qui es, et qui étais, et qui seras… » Avez-vous remarqué qu’il n’est pas écrit «  et qui dois venir » ? Pourquoi ? Simplement parce qu’Il sera pour toujours !

À ce moment précis de la prophétie, Il est déjà arrivé et le royaume du monde sera rendu à Jésus pour l’éternité ! Et tout ceci arrive quand ? 1 Thessaloniciens 4:15 : « Car nous vous déclarons ceci par la parole du Seigneur, que nous les vivants qui seront restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne précéderons point ceux qui sont morts ; 16Car le Seigneur lui-même descendra du ciel, à un signal donné, avec une voix d’archange et au son d’une trompette de Dieu ; et les morts qui sont en Christ [incluant les deux témoins !] ressusciteront premièrement ; 17Ensuite, nous les vivants qui serons restés [sur la terre], nous serons enlevés avec eux [tous ensemble, en même temps] sur des nuées, à la rencontre du Seigneur, dans les airs [pas au ciel ! Jésus descend, nous, nous montons, dans les airs, où sont les nuages !], et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » À partir de ce moment, il n’y aura plus de séparation possible entre nous et Jésus. Le fait de monter vers Lui dans les airs est notre assurance évidente que nous serons les Élus de Son Royaume.

Tournez maintenant à 1 Corinthiens 15:51. Ici, Paul nous parle du même événement, mais avec un peu plus de détails : « Voici, je vous dis un mystère… » Un mystère, oui, mais un mystère expliqué n’est plus un mystère ! Regardez ce que Paul nous dit : « …nous ne mourrons pas tous, mais nous serons tous changés, 52En un moment, en un clin d’œil, à la dernière trompette… »,la septième, où Jésus vient prendre possession de Son règne, comme nous venons de le voir, « …car la trompette sonnera, et les morts [en Christ] ressusciteront incorruptibles [i.e., immortels], et nous serons changés [immortels aussi]. »

Je crois qu’il serait bon ici de signaler aux lecteurs un enseignement des pré-tribulationistes, où on proclame que l’apôtre Paul ne pouvait pas parler de la septième trompette, parce que l’Apocalypse de Jean n’était pas  écrite à son époque. Sachez que les meilleures hérésies véhiculées depuis bon nombre d’années sont souvent les formes vivantes d’une religion. Paul prophétisait sur l’enlèvement en spécifiant la dernière trompette, et ce sans en connaître le nombre. Notez cependant que Paul a été inspiré d’écrire que l’enlèvement se ferait à la dernière trompette, et non sept ans avant la première. Ces enseignants doivent assurément prendre leur auditoire pour des imbéciles ! Ils ne comprennent vraiment pas l’opération du Saint-Esprit chez les rédacteurs bibliques.

Combien de symboles avons-nous vus dans le livre de l’Apocalypse qui trouvent leur explication chez les prophètes de l’Ancien Testament, alors que Jean n’était même pas né ? Se servir d’une chronologie humaine pour restreindre la révélation divine, est tout simplement irresponsable et honteux. Ces hommes dénigrent l’omniscience de Dieu dans Sa Parole ! Lorsque Dieu a inspiré Paul de parler de la dernière trompette, ne savait-Il pas déjà qu’Il allait en donner les détails dans l’Apocalypse qu’Il dévoilerait à l’apôtre Jean ? L’auteur de l’Épître aux Hébreux, lui aussi bien avant l’Apocalypse, a osé écrire ceci : « Dieu ayant autrefois parlé à nos pères, à plusieurs reprises et en diverses manières, par les prophètes, nous a parlé en ces derniers temps par Son Fils… » (Hébreux 1:1-2). Alors, par qui furent prononcées les dernières paroles de ce que nous appelons le canon de la Bible ? Apocalypse 1:1 : « Révélation de JÉSUS-CHRIST, qu’Il a reçue de Dieu ». Alors, selon les pré-tribulationistes comment, sans l’inspiration divine, l’auteur du livre aux Hébreux aurait-il pu deviner que Dieu dans les derniers temps nous parlerait par Son Fils ?

Encore une fois, vous avez ici la preuve évidente que : « Quand le pilier principal d’une doctrine est fondé sur un mensonge, la vérité devient alors son plus grand ennemi ». Mais dans les Saintes Écritures, nous avons devant les yeux la preuve biblique que l’enlèvement des chrétiens, les élus de Christ, ne sera pas pour la protection. Cela n’a jamais été son but dans le plan de Dieu ! Notre protection sera assurée sur cette terre, comme Jésus l’a promise à l’Église de Philadelphie. Le seul et unique but de l’enlèvement, c’est pour nous réunir à Jésus lors de Son avènement pour venir établir Son Royaume ici-bas à la fin de la tribulation ! « C’est pourquoi consolez-vous les uns les autres par ces paroles, » nous dit Paul, dans 1 Thessaloniciens 4:18.

Regardons la fin d’Apocalypse 11:17 où les vingt-quatre Anciens Lui rendent grâce « …de ce que tu as pris en main ta grande puissance, et de ce que tu es entré dans ton règne. » Tout ce qui va se passer sur la terre, à partir d’ici, se passe sous le règne de Jésus. Tous Ses élus de la première Résurrection seront, soit ressuscités, ou bien changés en un clin d’œil en êtres immortels. Tous seront prêts à recevoir leur poste dans Son Royaume. Donc, les sept fléaux qui s’en viennent ne pourront plus nous toucher, ni nous affecter d’aucune manière. Ils sont réservés exclusivement à ceux qui ont décidé de demeurer dans leur rébellion contre Dieu jusqu’à la toute fin. Ce seront ceux que le livre appelle « les habitants de la terre ».

C’est à partir d’ici que commencera le déversement de la Colère de l’Éternel. Cette colère n’étant pas destinée à Ses serviteurs, il est tout à fait normal que Dieu l’ait planifiée après la Première Résurrection. Jusqu’à la toute fin de la tribulation, Dieu plaide avec les Laodicéens (chrétiens devenus tièdes), en leur disant : « Sortez du milieu d’elle [de cette Babylone] Mon peuple ; de peur que, participant à ses péchés, vous n’ayez aussi part à ses plaies » (Apocalypse 18:4). Dieu veut plutôt voir Ses enfants éternels participer à répandre les terribles jugements qui vont tomber sur la grande Babylone : « Traitez-la, nous dit le Seigneur, comme elle vous a traités, rendez-lui au double ce qu’elle vous a fait. Dans la même coupe où elle vous a versé, versez-lui au double » (Apocalypse 18:6).

Regardons maintenant le verset 18 : « Les nations se sont irritées ; mais ta colère est venue, ainsi que le temps [de faire trois choses. D’abord] de juger les morts [nous verrons ce jugement des morts dans la deuxième Résurrection. Le temps est venu aussi] de récompenser tes serviteurs les prophètes, et les saints, et ceux qui craignent ton nom, petits et grands [i.e., les immortels de cette première Résurrection. Et finalement] de perdre [par des fléaux] ceux qui perdent la terre » comme on verra un peu plus loin dans Apocalypse 15.

À cette prière des vingt-quatre vieillards, qui englobe ces trois grandes demandes, la réaction au ciel est immédiate. Verset 19 : « Et le temple de Dieu s’ouvrit dans le ciel, et l’arche de son alliance parut dans son temple ; et [sur la terre] il y eut des éclairs, et des voix, et des tonnerres, et un tremblement de terre, et une grosse grêle. »

Nous avons vu cela arriver deux fois auparavant. Remarquez, cependant, l’augmentation dans l’intensité, car cette fois une forte grêle s’ajoute aux jugements. Il est quasiment impensable qu’avec tout ce qui est arrivé jusqu’ici, les rebelles du monde continueront de se buter contre la venue de Jésus pour éliminer le désordre complet que les humains ont créé sur cette terre. C’est comme si, au travers de toute cette souffrance, le monde semblera n’avoir absolument rien compris, et que ces sept derniers fléaux seront indispensables pour entraîner l’humanité rebelle sur ses genoux. Mais cette colère de Dieu sera nécessaire, et quand elle sera terminée, Jésus fera entrer l’humanité entière, malgré elle, dans un gouvernement de paix. Quel privilège pour nous de savoir qu’il y aura vraiment mille années de paix sur cette terre !

Et surtout de savoir comment tout se terminera : un temps merveilleux où, sous le règne millénaire de Jésus, la justice sera la caractéristique de l’époque. Imaginez une distribution équitable de la nourriture aux survivants de cette affreuse catastrophe et une population mondiale en santé. Le trafic de la drogue cessera abruptement d’exister. Les cliniques d’avortement : fermées ! Le divorce sera chose du passé. Les familles vivront en harmonie dans la joie. Aucune guerre, nulle part, sur la terre entière. Les crimes, sous toutes leurs formes, réduits à zéro. Aucune société secrète ne sera tolérée, car tout s’effectuera ouvertement, à la face du Seigneur, qui dirigera Son gouvernement mondial, avec des élus établis éternellement par Jésus ! Notre Seigneur nous avait jeté un peu de lumière sur le fonctionnement administratif divin de Son Royaume, lorsqu’Il nous a raconté la parabole des talents.

Regardons comment Jésus nous décrit Sa façon de récompenser l’effort de chacun de Ses serviteurs. « Et il lui dit : C’est bien, bon serviteur, parce que tu as été fidèle en peu de choses, tu auras le gouvernement de dix villes. Et le second vint et il dit : Seigneur, ton marc a produit cinq autres marcs. Et il [Jésus] dit aussi à celui-ci : Et toi, commande à cinq villes » (Luc 19:17-19). Le mot clé dans ce passage est FIDÉLITÉ, même si c’est en peu de choses. Ces villes feront certainement partie des récompenses que Jésus apportera avec lui quand Il nous a déclaré : « Je viens bientôt, et j’ai Mon salaire avec moi, pour rendre à chacun selon que ses oeuvres auront été » (Apocalypse 22:12). Il n’est pas question de SALUT ici, mais plutôt de récompenser les oeuvres de chacun déjà sauvé, par un merveilleux poste dans Son gouvernement.

La vérité sera enfin parfaitement enseignée dans les écoles, car dans le monde dirigé par Satan, elle ne l’a jamais été. Un monde sans chômage, dans lequel les gens travailleront pour accomplir des projets intéressants qu’ils aimeront assurément. Une société dans laquelle on ne verra plus des fraudes monumentales dans les corporations, perpétrées par leurs propres dirigeants, causées par la jalousie et la convoitise, alimentées par un appétit insatiable du pouvoir. Un monde dans lequel la fidélité, l’honnêteté, le courage et l’amour manifestés les uns envers les autres seront la norme principale dans cette société. Et, finalement, une période où, n’ayant aucune cause à plaider ou de situation malhonnête à rectifier, bon nombre de politiciens et d’avocats devront se trouver un emploi honnête… !

Ce sera un temps merveilleux où : « Le loup habitera avec l’agneau, et le léopard gîtera avec le chevreau ; le veau, le lion et le bétail qu’on engraisse seront ensemble, [dans le même champ], et un enfant les conduira », tellement leur nature sera devenue douce et docile (Ésaïe 11:6). « On ne fera point de mal, et on ne détruira point, sur toute ma montagne sainte ; car la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme le fond de la mer des eaux qui le couvrent » (v. 9). Essayez un petit instant d’imaginer une période de mille ans de paix divine, où il ne se fera ni tort ni dommage nulle part dans ce gouvernement, car la terre entière sera remplie de la connaissance de Dieu.

S’il vous plaît, ne perdons jamais la vision de ces choses. Encourageons-nous plutôt les uns les autres, car cette gloire à venir sera réalité, un jour. Que notre Dieu d’amour nous fasse vivre cette réalité le plus tôt possible.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , , , , ,