D.116 – Conspiration de l’Antichrist – Partie 12

image_pdfimage_print

 

Dans l’antre du diable

Douzième partie

62. L’Israël de Dieu

De nombreux pasteurs ignorants, qui se sont fait laver le cerveau dans des séminaires contrôlés par des Jésuites et des Juifs talmudiques clandestins, croient qu’il est important que les États-Unis et que tous les chrétiens soutiennent Israël. Pour justifier leur position, ils citent avec autorité les versets de Genèse 12:2-3 : « Et je te ferai devenir une grande nation, et je te bénirai, et je rendrai ton nom grand, et tu seras une bénédiction. 3Et je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi » (Genèse 12:2-3, VO). Ce passage, cependant, ne se réfère nullement à l’Israël physique. Jésus n’a jamais hésité à maudire les Juifs (Jean 8:39-47 ; Matthieu 15:1-9 ; 23:23-33). En fait, Dieu appelle plutôt la Jérusalem terrestre « Sodome et Égypte ». Voir Apocalypse 11:8.

Plusieurs croient que toutes les références parlant d’Israël, dans la Bible, se rapportent à l’Israël selon la chair et que les passages qui se réfèrent à des événements que l’on croit encore à venir, sont des prophéties se rapportant à Israël selon la chair. C’est tout simplement une fausse doctrine ! Toutes les prophéties référant à des bénédictions d’ordre général envers l’Israël selon la chair, et qui n’ont pas été accomplies, ne seront jamais accomplies parce que ces promesses étaient conditionnelles et fondées sur l’obéissance d’Israël. Israël physique se rebella contre Dieu et a dès lors été coupé de l’arbre de vie. Dieu a sauvé un reste de l’Israël physique pour être enté à nouveau sur l’arbre, mais leur greffe se fait sur le même pied que tous les autres, par la grâce de Dieu au moyen de la foi en Jésus-Christ. Beaucoup de chrétiens citent le chapitre 11 de Romains pour prouver un futur renouvellement de bénédictions pour Israël physique et ce, en dehors de l’Église. Examinons cette section des Écritures.

« Que si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi qui étais un olivier sauvage, as été enté en leur place, et fait participant de la racine et de la graisse de l’olivier ; 18Ne te glorifie pas contre les branches ; car si tu te glorifies, ce n’est pas toi qui portes la racine, mais c’est la racine qui te porte. 19Mais tu diras : les branches ont été retranchées, afin que j’y fusse enté. 20C’est bien dit, elles ont été retranchées à cause de leur incrédulité, et tu es debout par la foi : ne t’élève donc point par orgueil, mais crains. 21Car si Dieu n’a point épargné les branches naturelles, prends garde qu’il ne t’épargne point aussi. 22Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : la sévérité sur ceux qui sont tombés ; et la bonté envers toi, si tu persévères en sa bonté : car autrement tu seras aussi coupé. 23Et eux-mêmes aussi, s’ils ne persistent point dans leur incrédulité, ils seront entés : car Dieu est puissant pour les enter de nouveau. 24Car si tu as été coupé de l’olivier qui de sa nature était sauvage, et as été enté contre la nature sur l’olivier franc, combien plus ceux qui le sont selon la nature, seront-ils entés sur leur propre olivier ? 25Car mes frères, je ne veux pas que vous ignoriez ce mystère, afin que vous ne vous en fassiez pas accroire, c’est qu’il est arrivé de l’endurcissement en Israël dans une partie, jusqu’à ce que la plénitude des Gentils soit entrée ; 26Et ainsi tout Israël sera sauvé ; selon ce qui est écrit : le Libérateur viendra de Sion, et il détournera de Jacob les infidélités ; 27Et c’est là l’alliance que je ferai avec eux, lorsque j’ôterai leurs péchés. 28Ils sont certes ennemis par rapport à l’Evangile, à cause de vous ; mais ils sont bien-aimés eu égard à l’élection, à cause des pères. 29Car les dons et la vocation de Dieu sont sans repentance. 30Or comme vous avez été vous-mêmes autrefois rebelles à Dieu, et que maintenant vous avez obtenu miséricorde par la rébellion de ceux-ci. 31Ceux-ci tout de même sont maintenant devenus rebelles, afin qu’ils obtiennent aussi miséricorde par la miséricorde qui vous a été faite. 32Car Dieu les a tous renfermés sous la rébellion, afin de faire miséricorde à tous. 33Ô profondeur des richesses et de la sagesse et de la connaissance de Dieu ! que ses jugements sont incompréhensibles, et ses voies impossibles à trouver ! » (Romains 11:17-33, VM).

Ce passage ne dit rien de la régénérescence de l’Israël physique. Il déclare simplement que le salut ne provient que par la greffe à l’olivier de vie et qu’un reste de l’Israël physique a été choisi par Dieu pour le salut. Il ne dit rien à propos d’un quelconque renouveau futur de l’Israël selon la chair sans être greffé à l’Église de Dieu. Certains adoptent comme position que l’Israël physique sera regreffé à l’olivier franc en tant que nation charnelle. Ce n’est pas possible. Le Royaume de Dieu n’est pas de la chair mais de l’Esprit. « Voici donc ce que je dis, mes frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent point hériter le Royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite point l’incorruptibilité » (1 Corinthiens 15:50, VM). Lorsqu’un Juif est greffé à Christ, il devient une partie de l’Israël spirituel, l’Église. « Toutefois il ne se peut pas faire que la parole de Dieu soit anéantie ; mais tous ceux qui sont d’Israël, ne sont pas pourtant Israël. 7Car pour être de la semence d’Abraham ils ne sont pas tous ses enfants ; mais, c’est en Isaac qu’on doit considérer sa postérité. 8C’est-à-dire, que ce ne sont pas ceux qui sont enfants de la chair, qui sont enfants de Dieu ; mais que ce sont les enfants de la promesse, qui sont réputés pour semence » (Romains 9:6-8, VM). Il n’y a plus de distinction entre le Juif et le Gentil, tous un en Christ. « Parce qu’il n’y a point de différence du Juif et du Grec ; car il y a un même Seigneur de tous, qui est riche envers tous ceux qui l’invoquent » (Romains 10:12, VM). « En qui il n’y a ni Grec, ni Juif, ni Circoncision, ni Prépuce, ni Barbare, ni Scythe, ni esclave, ni libre ; mais Christ y est tout, et en tous … 28Où il n’y a ni Juif ni Grec ; où il n’y a ni esclave ni libre ; où il n’y a ni mâle ni femelle ; car vous êtes tous un en Jésus-Christ » (Colossiens 3:11 ; 4:28, VM).

Plusieurs affirment que le passage de Romains 11 qui dit « qu’il est arrivé de l’endurcissement en Israël dans une partie, jusqu’à ce que la plénitude des Gentils soit entrée, » indique qu’il y aura une dispensation juive en quelque part dans le futur, et que dès lors la dispensation des chrétiens prendra fin. C’est une fausse doctrine. Le thème de l’Évangile, c’est qu’il n’y aura pas de fin au Royaume de Christ, ou à Son peuple, l’Église (2 Pierre 1:11). Lorsque la plénitude des Gentils sera entrée, alors viendra la fin du monde (1 Corinthiens 15:23-24). Dieu ne déclare pas que les Juifs seront sauvés en masse après que la plénitude des Gentils soit entrée. Il affirme simplement que les Juifs seront en partie endurcis jusqu’à ce que le monde prenne fin. Dieu a choisi un reste des Juifs pour faire partie des Élus, à chaque génération, non pas dans une seule génération pendant une ère post-chrétienne.

[N.d.T. : Ne laissons pas de préciser ici qu’une bonne compréhension des diverses Résurrections est essentielle pour bien saisir le Plan global de Dieu. Si les Juifs ne seront pas appelés en masse à faire partie de la 1e Résurrection, ils seront toutefois certainement de la 2e Résurrection où ils reconnaîtront leur Sauveur, Celui qu’ils ont transpercés sans se rendre compte de ce qu’ils faisaient. À ce propos, nous vous invitons à lire nos articles sur les Résurrections.]

Le plan de Dieu est d’établir le terrestre, puis le spirituel. « Or ce qui est spirituel, n’est pas le premier : mais ce qui est animal ; et puis ce qui est spirituel. 47Le premier homme étant de la terre, est tiré de la poussière ; mais le second homme savoir le Seigneur, est du Ciel. 48Tel qu’est celui qui est tiré de la poussière, tels aussi sont ceux qui sont tirés de la poussière ; et tel qu’est le céleste, tels aussi sont les célestes » (1 Corinthiens 15:46-48, VM). Dieu ne renversera pas le cours des choses pour rétablir le royaume terrestre d’Israël à la place de Son Royaume spirituel d’Israël. C’est contraire au plan qu’Il a révélé. L’Israël physique était destiné par Dieu à servir d’exemple à l’Église : « Or ces choses ont été des exemples pour vous, afin que nous ne convoitions point des choses mauvaises, comme eux-mêmes les ont convoitées » (1 Corinthiens 10:6, VM). Ce n’est pas la circoncision de la chair qui compte, mais celle du cœur : « En qui aussi vous êtes circoncis d’une Circoncision faite sans main, qui consiste à dépouiller le corps des péchés de la chair, ce qui est la Circoncision de Christ » (Colossiens 2:11, VM).

Il ne voudrait pas que nous retournions aux faibles et misérables éléments de la loi de l’ancienne alliance sous l’Israël physique. Voir Galates 4:9-11. Enseigner pareille chose, c’est déclarer d’une façon blasphématoire que le sacrifice de Christ était imparfait et insuffisant et que, par conséquent, on a besoin de ré-instituer les sacrifices d’animaux. La loi de l’ancienne alliance devait agir comme un pédagogue jusqu’à la promesse du Christ. Dieu n’aurait aucune raison de restaurer quelque chose qui était destiné à n’avoir lieu que jusqu’à ce qu’Il offre Son propre corps en un sacrifice parfait. En Christ, il n’y a plus ni Juif ni Gentil, car tous sont un par la foi en Christ. Il ne va pas nous rediviser à nouveau en Juifs et en Gentils. Son Église est Son corps qui ne peut être divisé (1 Corinthiens 1:13). Car un royaume divisé contre lui-même ne peut subsister (Marc 3:24). La semence de la promesse faite à Abraham, c’est Christ et ceux qui ont la foi de Christ, Son Église, et non pas l’Israël physique.

« Or avant que la foi vînt, nous étions gardés sous la Loi, étant renfermés sous l’attente de la foi qui devait être révélée. 24La Loi a donc été notre Pédagogue pour nous amener à Christ, afin que nous soyons justifiés par la foi. 25Mais la foi étant venue, nous ne sommes plus sous le Pédagogue. 26Parce que vous êtes tous enfants de Dieu par la foi en Jésus-Christ. 27Car vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ ; 28Où il n’y a ni Juif ni Grec ; où il n’y a ni esclave ni libre ; où il n’y a ni mâle ni femelle ; car vous êtes tous un en Jésus-Christ. 29Or si vous êtes de Christ, vous êtes donc la semence d’Abraham, et héritiers selon la promesse » (Galates 3:23-29, VM).

Un Juif qui croit en Jésus comme étant le Christ devient une nouvelle créature. Il n’est plus un Juif selon la chair. Il devient un Juif spirituel, un chrétien. « Car en Jésus-Christ ni la Circoncision, ni le prépuce n’ont aucune efficace, mais la nouvelle créature » (Galates 6:15, VM).

La Bible dit clairement que l’ancienne alliance faite avec Israël physique est disparue, étant remplacée par la nouvelle alliance de la foi en Jésus-Christ. « En disant une nouvelle alliance, il envieillit la première : or, ce qui devient vieux et ancien, est près d’être aboli » (Hébreux 8:13, VM). Pourquoi Dieu réinstallerait-Il quelque chose dont Il a dit qu’elle serait abolie et en laquelle Il ne prenait point plaisir ? « Tu n’as point pris plaisir aux holocaustes, ni à l’oblation pour le péché » (Hébreux 10:6, VM).

L’Israël physique est symbolisé par le figuier. Ce figuier ne portera plus jamais de fruit.

« Et voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s’il y trouverait quelque chose, mais y étant venu, il n’y trouva rien que des feuilles ; car ce n’était pas la saison des figues. 14Et Jésus prenant la parole dit au figuier : que jamais personne ne mange de fruit de toi. Et ses Disciples l’entendirent … 20Et le matin comme ils passaient auprès du figuier, ils virent qu’il était devenu sec jusqu’à la racine. 21Et Pierre s’étant souvenu de ce qui s’était passé, dit à Jésus : Maître, voici, le figuier que tu as maudit, est tout sec » (Marc 11:13-14, 20-21, VM).

Alors qu’Israël spirituel est symbolisé par l’olivier. « Mes frères, un figuier peut-il produire des olives ? ou une vigne des figues ? de même aucune fontaine ne peut jeter de l’eau salée et de l’eau douce » (Jacques 3:12, VM). La réponse à la question de Jacques est non ! Israël physique ne portera jamais de fruit spirituel pour Dieu. Le fruit spirituel ne provient que du plant d’olivier spirituel, l’Église.

Les bénédictions de Dieu ne sont pas versées sur la semence physique d’Abraham, mais plutôt sur sa semence spirituelle. Quelle est la semence d’Abraham ? Jésus est la semence d’Abraham. « Or les promesses ont été faites à Abraham, et à sa semence ; il n’est pas dit, et aux semences, comme s’il avait parlé de plusieurs, mais comme parlant d’une seule, et à sa semence : qui est Christ » (Galates 3:16, VM).

Tous ceux qui croient en Jésus sont héritiers de la promesse faite à Abraham (Galates 3:23-29). C’est par la foi en Christ que l’on devient la semence spirituelle d’Abraham. L’obéissance à Dieu est le résultat du salut, non sa cause. Tout comme Abraham qui crut Dieu, ce qui lui fut imputé à justice, de même tous ceux qui croient Dieu, cela leur sera aussi imputé à justice.

« Comme Abraham a cru à Dieu, et il lui a été imputé à justice ; 7Sachez aussi que ceux qui sont de la foi, sont enfants d’Abraham. 8Aussi l’Ecriture prévoyant que Dieu justifierait les Gentils par la foi, a auparavant évangélisé à Abraham, en lui disant : toutes les nations seront bénies en toi. 9C’est pourquoi ceux qui sont de la foi, sont bénis avec le fidèle Abraham » (Galates 3:6-9, VM).

Un vrai Juif, c’est la semence spirituelle d’Abraham, non la semence physique. « Car celui-là n’est point Juif, qui ne l’est qu’au-dehors, et celle-là n’est point la véritable Circoncision, qui est faite par dehors en la chair. 29Mais celui-là est Juif, qui l’est au-dedans ; et la véritable Circoncision est celle qui est du cœur en esprit, et non pas dans la lettre ; et la louange de ce Juif n’est point des hommes, mais de Dieu » (Romains 2:28-29, VM). « Toutefois il ne se peut pas faire que la parole de Dieu soit anéantie ; mais tous ceux qui sont d’Israël, ne sont pas pourtant Israël. 7Car pour être de la semence d’Abraham ils ne sont pas tous ses enfants ; mais, c’est en Isaac qu’on doit considérer sa postérité. 8C’est-à-dire, que ce ne sont pas ceux qui sont enfants de la chair, qui sont enfants de Dieu ; mais que ce sont les enfants de la promesse, qui sont réputés pour semence » (Romains 9:6-8, VM).

Les bénédictions éternelles d’Abraham rejaillissent sur tous ceux qui croient en Jésus-Christ. Le Royaume de Dieu est un Royaume spirituel, pas un royaume physique. Ses enfants sont des enfants spirituels, pas des enfants physiques. Dans le Royaume de Dieu, il n’y a aucune distinction entre Juif et Gentil. « Où il n’y a ni Juif ni Grec ; où il n’y a ni esclave ni libre ; où il n’y a ni mâle ni femelle ; car vous êtes tous un en Jésus-Christ. 29Or si vous êtes de Christ, vous êtes donc la semence d’Abraham, et héritiers selon la promesse » (Galates 3:28-29, VM).

L’Israël physique de l’Ancien Testament fut un prototype temporel de l’Israël spirituel du Nouveau Testament, i.e., l’Église.

« Mais Dieu n’a point pris plaisir en plusieurs d’eux ; car ils ont été accablés au désert. 6Or ces choses ont été des exemples pour vous, afin que nous ne convoitions point des choses mauvaises, comme eux-mêmes les ont convoitées » (1 Corinthiens 10:5-6, VM).

« Or toutes ces choses leur arrivaient en exemple, et elles sont écrites pour notre instruction, comme étant ceux auxquels les derniers temps sont parvenus » (1 Corinthiens 10:11, VM).

Donc, les prophéties regardant Israël ont des accomplissements à la fois temporels et spirituels. Le livre de R. B. Yerby, The Once and Futur Israel (Israël d’autrefois et Israël futur), explique clairement la distinction entre l’Israël temporel et l’Israël éternel. Premièrement, il y a l’accomplissement temporel physique et ensuite vient l’accomplissement spirituel (1 Corinthiens 15:46).

« Les Écritures nous enseignent que dans tous les rapports de Dieu avec l’humanité, depuis l’époque d’Adam, nous pouvons discerner le même principe divin à l’œuvre, c’est-à-dire, « d’abord le naturel, ensuite le spirituel » (1 Corinthiens 15:45-46). Dieu a progressivement révélé ses desseins à travers, d’abord, Ses rapports avec l’Israël naturel puis, deuxièmement et finalement, Ses rapports avec l’Israël spirituel. (Il n’y a aucun fondement scripturaire sur lequel baser l’idée régressive que les rapports de Dieu seront de nouveau centrés exclusivement sur l’Israël naturel à une quelconque époque à venir.)

« Parce que les relations de Dieu suivent une séquence traitant d’abord avec le naturel et ensuite avec le spirituel, il est facile de voir et de comprendre que la même progression s’applique à Son peuple et à Ses promesses. Le peuple physique de l’Israël naturel de l’Ancien Testament a joui de l’accomplissement naturel des promesses lui étant faites, et il a vu les promesses devenir invalides suite à son péché et à son incrédulité. De la même manière, le peuple spirituel de l’Israël du Nouveau Testament, les disciples de Jésus-Christ, a reçu, reçoit et recevra tous les accomplissements spirituels des promesses.

*   *   *

« [Dans Galates 4:21-31] comme dans de nombreux autres passages du Nouveau Testament, Paul battit habilement ses adversaires à leur propre jeu. Il amena les Galates insensés, qui désiraient suivre la loi (Galates 4:21), au plus fort de la Loi de l’Ancien Testament, dans Genèse, le premier livre de Moïse, pour prouver une vérité spirituelle grâce à des types naturels. L’Église primitive reconnut le besoin d’avoir une autorité spirituelle pour soutenir ses doctrines (pour elle, bien sûr, les Écritures étaient ce que nous appelons aujourd’hui l’Ancien Testament) et, donc, sous l’inspiration du Saint-Esprit, l’on citait librement l’Ancien Testament.

« Dans le quatrième chapitre aux Galates, comme ailleurs, Paul prouve son point au moyen de la compréhension supérieure que Dieu lui avait accordée concernant la véritable signification des Écritures de l’Ancien Testament. Il dit que l’histoire des deux fils d’Abraham était bien plus qu’une simple partie saillante de l’histoire du peuple juif. C’était, dit-il, une allégorie (Gal. 4:24), c’est-à-dire, une histoire dans laquelle les gens et les événements étaient des symboles ou des types représentant une plus grande vérité encore (Gal. 4:24).

« L’allégorie parle de deux femmes et leurs deux fils dont le père était Abraham. Agar, la servante et mère d’Ismaël qui “naquit selon la chair” (Gal. 4:23), représentait la Jérusalem naturelle. Sarah, la femme libre et la mère d’Isaac, l’enfant de la promesse (Gal. 4:23, 28), représentait l’Église qui est la Jérusalem céleste. L’enfant de la Jérusalem naturelle est en esclavage (Gal. 4:25), comme toux ceux qui ne sont pas sauvés, mais les enfants de l’Église, la Jérusalem céleste, sont libres (Gal. 4:26). Ceux qui sont esclaves, qui ne sont pas nés de nouveau, ne sont que “nés selon la chair” (Gal. 4:29) et ne peuvent pas être le peuple de Dieu. Par conséquent, les Écritures “chassent” (Gal. 4:30) la Jérusalem naturelle et ses enfants selon la chair, et identifient les héritiers comme les croyants en Christ qui sont les enfants de la promesse (Gal. 4:30).

*   *   *

« Paul était constamment en chicane avec les Juifs parce que ses interprétations spirituelles des Écritures de l’Ancien Testament contrariaient continuellement leur interprétation charnelle. Notre pharisien d’autrefois était arrivé à voir clairement que « les choses visibles ne sont que pour un temps, mais les invisibles sont éternelles » (2 Corinthiens 4:18), mais ses anciens collègues ne pouvaient pas croire que leurs institutions si grandement vantées puissent s’avérer “près d’être abolies” (Héb. 8:13).

*   *   *

« Parce que le Seigneur Jésus « a souffert la croix, ayant méprisé la honte » (Héb. 12:2), Israël spirituel entend une voix meilleure que les voix entendues par Israël naturel (Héb. 11:2), et nous avons, entre autres choses, un meilleur souverain Sacrificateur (Héb. 4:15), un meilleur sacerdoce (Héb. 5:6), une meilleure espérance (Héb. 7:19), une meilleure alliance (Héb. 8:10), un meilleur tabernacle (Héb. 9:11), un meilleur autel (Héb. 13:10), un meilleur sacrifice (Héb. 9:14), un meilleur pays (Héb. 11:16), et une meilleure cité (Héb. 12:22). »[1]

Beaucoup croient que plusieurs des prophéties de l’Ancien Testament regardant l’Israël naturel n’ont pas été accomplies et, donc, qu’il doit y avoir une période post-chrétienne durant laquelle elles seront accomplies. Examinons ces prophéties de l’Ancien Testament. Dans Genèse 12:2, Dieu dit à Abraham : « Et je te ferai devenir une grande nation, et je te bénirai, et je rendrai ton nom grand, et tu seras une bénédiction » (VO). Abraham n’assista pas à l’accomplissement de cette prophétie. Elle fut en partie remplie par l’Israël naturel. « Et Dieu parla à Israël dans les visions de la nuit, et il dit : Jacob, Jacob ! Et il répondit : Me voici. 3Puis il dit : Je suis Dieu, le Dieu de ton père. Ne crains point de descendre en Égypte ; car je t’y ferai devenir une grande nation » (Genèse 46:2-3, VO). Après 400 ans de captivité, Dieu suscita Moïse qui fit sortir Israël de l’esclavage des Égyptiens pour qu’il devienne une grande nation, comme Dieu l’avait promis. Voir Josué 8 à 12 ; 1 Chroniques 17:21.

« Vous les garderez donc et vous les pratiquerez ; car ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, qui, entendant tous ces statuts, diront : Cette grande nation est le seul peuple sage et intelligent ! 7Car quelle est la grande nation qui ait ses dieux près d’elle, comme nous avons l’Éternel notre Dieu, toutes les fois que nous l’invoquons ? 8Et quelle est la grande nation qui ait des statuts et des lois justes, comme toute cette loi que je mets aujourd’hui devant vous ? » (Deutéronome 4:6-8, VO).

Néanmoins, il devait pourtant y avoir un accomplissement spirituel de la promesse qu’il sortirait une grande nation d’Abraham. L’Église s’avérait l’accomplissement spirituel de la promesse faite à Abraham.

« Mais vous êtes la race élue, la Sacrificature royale, la nation sainte, le peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière ; 10Vous qui autrefois n’étiez point son peuple, mais qui maintenant êtes le peuple de Dieu ; vous qui n’aviez point obtenu miséricorde, mais qui maintenant avez obtenu miséricorde » (1 Pierre 2:9-10, VM).

À trois occasions, Dieu promit à Abraham que ses descendants seraient trop nombreux pour être comptés.

« Et je ferai que ta postérité sera comme la poussière de la terre ; que si quelqu’un peut compter la poussière de la terre, ta postérité aussi sera comptée » (Genèse 13:16, VO).

« Puis il le mena dehors et lui dit : Regarde vers le ciel, et compte les étoiles, si tu peux les compter. Et il lui dit : Ainsi sera ta postérité » (Genèse 15:5, VO).

« Je te bénirai certainement, et je multiplierai ta postérité comme les étoiles des cieux, et comme le sable qui est sur le bord de la mer ; et ta postérité possédera la porte de ses ennemis » (Genèse 22:17, VO).

Cette promesse fut-elle en partie accomplie par l’Israël temporel ? Oui ! Nous avons la preuve du témoignage de Moïse, Salomon et Paul aux Hébreux, inspirés par Dieu.

« Maintenant, Éternel Dieu ! que ta parole à David, mon père, soit ferme ; car tu m’as établi roi sur un peuple nombreux comme la poussière de la terre » (2 Chroniques 1:9, VO).

« L’Éternel votre Dieu vous a multipliés, et vous voici, aujourd’hui, nombreux comme les étoiles du ciel » (Deutéronome 1:10, VO).

« C’est pourquoi d’un seul, et qui même était amorti, sont nés des gens qui égalent en nombre les étoiles du ciel, et le sable qui est sur le rivage de la mer, lequel ne se peut nombrer » (Hébreux 11:12, VM).

« Juda et Israël étaient comme le sable qui est sur le bord de la mer, tant ils étaient en grand nombre ; ils mangeaient, buvaient et se réjouissaient » (1 Rois 4:20, VO).

Il devait y avoir, cependant, un futur accomplissement spirituel de cette promesse, et ce, par l’Église. La semence d’Abraham est la semence spirituelle. La nation devant surgir de lui ne devait pas être seulement une nation bâtie sur l’Israël selon la chair. Il devait y avoir un accomplissement meilleur de la promesse, par la foi.

« C’est donc par la foi, afin que ce soit par la grâce, et afin que la promesse soit assurée à toute la semence ; non seulement à celle qui est de la Loi, mais aussi à celle qui est de la foi d’Abraham, qui est le père de nous tous » (Romains 4:16, VM).

Dans Genèse 17:5, Dieu a dit à Abraham qu’il serait père de plusieurs nations.

« Et l’on ne t’appellera plus Abram (père élevé), mais ton nom sera Abraham (père d’une multitude) ; car je t’établis père d’une multitude de nations » (Genèse 17:5, VO).

« Selon qu’il est écrit : je t’ai établi père de plusieurs nations, devant Dieu, en qui il a cru ; lequel fait vivre les morts, et qui appelle les choses qui ne sont point, comme si elles étaient » (Romains 4:17, VM).

Comme Abraham qui crut aux promesses de Dieu et que Celui-ci le lui imputa à justice, ainsi en est-il de ceux qui ont la foi d’Abraham : ils sont la semence spirituelle d’Abraham. L’Église de Dieu est la grande nation spirituelle promise.

« Et Abraham ayant espéré contre espérance, crut qu’il deviendrait le père de plusieurs nations, selon ce qui lui avait été dit : ainsi sera ta postérité » (Romains 4:18, VM).

Ceux qui croient en Christ sont la semence d’Abraham et les innombrables enfants que Dieu lui a promis. Vint donc d’abord l’accomplissement temporel naturel de la promesse par l’Israël naturel, ensuite vint l’accomplissement spirituel éternel par l’Église de Christ.

« Or si vous êtes de Christ, vous êtes donc la semence d’Abraham, et héritiers selon la promesse » (Galates 3:29, VM).

Dieu a promis le pays de Canaan à Abraham et à sa descendance en pas moins de quatre occasions différentes : Genèse 12:7 ; 13:14-15 ; 15:7, 18 et 17:8. Bon nombre disent que la promesse d’un pays n’a pas été accomplie. Ce n’est pas vrai. Dieu a déclaré clairement que tout le pays qu’Il avait promis à Israël physique lui fut donné.

« L’Éternel donna donc à Israël tout le pays qu’il avait juré de donner à leurs pères. Ils le possédèrent, et y habitèrent. 44Et l’Éternel leur donna du repos de tous côtés, selon tout ce qu’il avait juré à leurs pères ; et il n’y eut aucun de tous leurs ennemis qui subsistât devant eux ; l’Éternel livra tous leurs ennemis entre leurs mains. 45Il ne tomba pas un seul mot de toutes les bonnes paroles que l’Éternel avait dites à la maison d’Israël ; toutes s’accomplirent » (Josué 21:43-45, VO).

Il y en a pour proclamer que le pays qu’occupa Israël ne s’étendait pas de l’Égypte au fleuve de l’Euphrate, tel que Dieu l’avait promis dans Genèse 15:18, et que, par conséquent, il doit y avoir un accomplissement futur de cette promesse. Cette proclamation n’est tout simplement pas vraie. Salomon, roi d’Israël, régna du fleuve Euphrate jusqu’à l’Égypte. « Et Salomon dominait sur tous les royaumes, depuis le fleuve jusqu’au pays des Philistins et à la frontière d’Égypte ; ils apportaient des présents, et furent assujettis à Salomon tout le temps de sa vie » (1 Rois 4:21, VO). Est-ce que le fleuve mentionné dans ce verset 21 est l’Euphrate ? Oui ! Au verset 24, nous lisons que Salomon dominait sur Thiphsach. Thiphsach était située sur l’Euphrate, en Mésopotamie. « Car il dominait sur tous les pays de ce côté-ci du fleuve, depuis Thiphsach jusqu’à Gaza, sur tous les rois de ce côté-ci du fleuve ; et il avait la paix avec tous ses alentours, de tous côtés » (1 Rois 4:24, VO).

Plusieurs essaient d’induire les enfants de Dieu en erreur en affirmant que, parce que Genèse 17:7-9 déclare que le pays de Canaan devait être la possession perpétuelle d’Israël, il est donc dans le plan de Dieu que l’Israël naturel regagne la possession de ce pays. Regardons le passage ensemble.

« Et j’établirai mon alliance entre moi et toi, et ta postérité après toi, d’âge en âge, pour être une alliance éternelle ; afin que je sois ton Dieu, et celui de ta postérité après toi. 8Et je donnerai, à toi et à ta postérité après toi, le pays où tu séjournes, tout le pays de Canaan, en possession perpétuelle ; et je serai leur Dieu. 9Puis Dieu dit à Abraham : Mais toi, tu garderas mon alliance, toi et ta postérité après toi, d’âge en âge » (Genèse 17:7-9, VO).

Remarquez qu’il s’agit d’une alliance éternelle. Cette alliance éternelle est la Nouvelle Alliance de Christ, qui est accomplie en Christ. C’est une alliance spirituelle. Le pays promis est une contrée céleste qui sera « éternelle ». Dieu Lui-même en a révélé la véracité à ceux qui ont des oreilles pour entendre et des yeux pour voir.

« Par la foi Abraham étant appelé, obéit, pour aller en la terre, qu’il devait recevoir en héritage, et il partit sans savoir où il allait. 9Par la foi il demeura comme étranger en la terre, qui lui avait été promise, comme si elle ne lui eût point appartenu, demeurant sous des tentes avec Isaac et Jacob, qui étaient héritiers avec lui de la même promesse. 10Car il attendait la cité qui a des fondements, et de laquelle Dieu est l’architecte, et le fondateur. 11Par la foi aussi Sara reçut la vertu de concevoir un enfant, et elle enfanta hors d’âge, parce qu’elle fut persuadée que celui qui le lui avait promis, était fidèle. 12C’est pourquoi d’un seul, et qui même était amorti, sont nés des gens qui égalent en nombre les étoiles du ciel, et le sable qui est sur le rivage de la mer, lequel ne se peut nombrer. 13Tous ceux-ci sont morts en la foi, sans avoir reçu les choses dont ils avaient eu les promesses, mais ils les ont vues de loin, crues, et saluées, et ils ont fait profession qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. 14Car ceux qui tiennent ces discours montrent clairement qu’ils cherchent encore leur pays. 15Et certes, s’ils eussent rappelé dans leur souvenir celui dont ils étaient sortis, ils avaient du temps pour y retourner. 16Mais ils en désiraient un meilleur, c’est-à-dire, le céleste ; c’est pourquoi Dieu ne prend point à honte d’être appelé leur Dieu, parce qu’il leur avait préparé une Cité » (Hébreux 11:8-16, VM).

Notez que ces pèlerins de Dieu sont morts dans la foi, n’ayant pas reçu les promesses sur terre. L’alliance éternelle de Dieu est spirituelle, le pays est éternel et céleste, pas temporel sur terre. Car le pays terrestre de Canaan ne pouvait évidemment pas être une possession éternelle pour l’Israël physique, parce que la terre sera un jour détruite et remplacée par un nouveau ciel et une nouvelle terre. « En attendant, et en hâtant par vos désirs la venue du jour de Dieu, par lequel les cieux étant enflammés seront dissous, et les éléments se fondront par l’ardeur du feu. 13Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux, et une nouvelle terre, où la justice habite » (2 Pierre 3:12-13, VM). « Puis je vis un nouveau Ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus » (Apocalypse 21:1, VM).

[N.d.T. : Il y a cependant plusieurs passages qui indiquent que la race élue de Dieu, l’Église, une fois ressuscitée à la 1e Résurrection, régnera avec le Christ, sur terre, pendant mille ans, après quoi il y aura la 2e Résurrection. Une lecture attentive d’Apocalypse 20 est nécessaire pour bien saisir ce fait.]

Dieu fit une alliance conditionnelle avec Israël, celle qu’on appelle l’alliance mosaïque. Les bénédictions étaient conditionnelles à l’obéissance d’Israël. Or, celui-ci viola l’alliance et, donc, les bénédictions ne furent pas répandues sur l’Israël physique.

« Maintenant donc, si vous obéissez à ma voix et si vous gardez mon alliance, vous serez aussi, d’entre tous les peuples, mon plus précieux joyau, car toute la terre est à moi. 6Et vous me serez un royaume de sacrificateurs, et une nation sainte. Voilà les paroles que tu diras aux enfants d’Israël. 7Et Moïse vint et appela les anciens du peuple, et mit devant eux toutes ces paroles que l’Éternel lui avait commandées. 8Et tout le peuple ensemble répondit et dit : Nous ferons tout ce que l’Éternel a dit. Et Moïse rapporta à l’Éternel les paroles du peuple » (Exode 19:5-8, VO).

Ils n’avaient pas sitôt donné leur accord d’obéir à Dieu qu’ils tombèrent immédiatement dans l’idolâtrie.

« Disant à Aaron : fais-nous des dieux qui aillent devant nous ; car nous ne savons point ce qui est arrivé à ce Moïse qui nous a amenés hors du pays d’Egypte. 41Ils firent donc en ces jours-là un veau, et ils offrirent des sacrifices à l’idole, et se réjouirent dans les oeuvres de leurs mains. 42C’est pourquoi aussi Dieu se détourna d’eux, et les abandonna à servir l’armée du ciel, ainsi qu’il est écrit au Livre des Prophètes : maison d’Israël, m’avez-vous offert des sacrifices et des oblations pendant quarante ans au désert ? 43Mais vous avez porté le tabernacle de Moloc, et l’étoile de votre dieu Remphan ; qui sont des figures que vous avez faites pour les adorer ; c’est pourquoi je vous transporterai au delà de Babylone » (Actes 7:40-43, VM).

L’histoire d’Israël en est une de continuels péchés entremêlés de périodes de repentir, jusqu’à ce que Dieu en ait finalement terminé de lui, selon son plan prédestiné. Il y a un Israël spirituel, l’Égise, vers lequel dérivent les bénédictions. Le vrai Israël de Dieu est et a toujours été l’Église. L’Église contient les enfants de la promesse. « Or pour nous, mes frères, nous sommes enfants de la promesse, ainsi qu’Isaac » (Galates 4:28, VM). L’Église est l’Israël de Dieu. « Car en Jésus-Christ ni la Circoncision, ni le prépuce n’ont aucune efficace, mais la nouvelle créature. 16Et à l’égard de tous ceux qui marcheront selon cette règle, que la paix et la miséricorde soient sur eux, et sur l’Israël de Dieu » (Galates 6:15-16, VM). L’Église est le Temple de Dieu. « Ne savez-vous pas que vous êtes le Temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Corinthiens 3:16, VM). L’Église est la nation sainte de Dieu héritant des promesses faites par Dieu dans Exode 19:5-8 : « Mais vous êtes la race élue, la Sacrificature royale, la nation sainte, le peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière » (1 Pierre 2:9, VM).

Dieu n’a pas de plan de salut pour l’Israël physique qui soit différent du plan de salut conçu pour les Gentils. Pour tous, le salut s’acquiert par la grâce au moyen de la foi en Jésus-Christ. Il n’y a qu’un corps de Christ, Son Israël spirituel, composé de Gentils et d’un reste d’Israël physique.

« Lors, dis-je, que nous étions morts en nos fautes, il nous a vivifiés ensemble avec Christ, par la grâce duquel vous êtes sauvés. 6Et il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes en Jésus-Christ ; 7Afin qu’il montrât dans les siècles à venir les immenses richesses de sa grâce par sa bonté envers nous par Jésus-Christ. 8Car vous êtes sauvés par la grâce, par la foi ; et cela ne vient point de vous, c’est le don de Dieu. 9Non point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. 10Car nous sommes son ouvrage, étant créés en Jésus-Christ pour les bonnes oeuvres, que Dieu a préparées afin que nous marchions en elles. 11C’est pourquoi souvenez-vous que vous qui étiez autrefois Gentils en la chair, et qui étiez appelés Prépuce, par celle qui est appelée la Circoncision, faite de main en la chair, 12Etiez en ce temps-là hors de Christ, n’ayant rien de commun avec la République d’Israël, étant étrangers des alliances de la promesse, n’ayant point d’espérance, et étant sans Dieu, au monde. 13Mais maintenant par Jésus-Christ, vous qui étiez autrefois loin, êtes approchés par le sang de Christ. 14Car il est notre paix, qui des deux en a fait un, ayant rompu la clôture de la paroi mitoyenne ; 15Ayant aboli en sa chair l’inimitié, savoir la Loi des commandements qui consiste en ordonnances ; afin qu’il créât les deux en soi-même pour être un homme nouveau, en faisant la paix ; 16Et qu’il réunît les uns et les autres pour former un corps devant Dieu, par la croix, ayant détruit en elle l’inimitié. 17Et étant venu il a évangélisé la paix à vous qui étiez loin, et à ceux qui étaient près. 18Car nous avons par lui les uns et les autres accès auprès du Père en un même Esprit. 19Vous n’êtes donc plus des étrangers ni des gens de dehors ; mais les concitoyens des Saints, et les domestiques de Dieu. 20Etant édifiés sur le fondement des Apôtres, et des prophètes, et Jésus-Christ lui-même étant la maîtresse pierre du coin ; 21En qui tout l’édifice posé et ajusté ensemble, s’élève pour être un Temple saint au Seigneur. 22En qui vous êtes édifiés ensemble, pour être un Tabernacle de Dieu en esprit » (Éphésiens 2:5-22, VM).

Christ n’a d’aucune façon doté les Juifs d’un plan exclusif. Il a déclaré que l’évangile devait être prêché à « toutes les nations » (Luc 24:47). La seule différence pour les Juifs était que la prédication de l’évangile devait partir de Jérusalem. Elle devait commencer avec les Juifs, mais cela ne signifie pas qu’elle doive se terminer par les Juifs dans une ère post-chrétienne quelconque. L’Ancien Testament possède des prophéties de l’Église de Dieu consistant en croyants juifs et gentils (Amos 9:11-12 ; Osée 1:10 ; 2:23). Les prophéties de l’Ancien Testament, en ce qui a trait au salut, et des Juifs et des Gentils, sont expliquées dans Actes 15:13-17 ; 26:22-23 ; Romains 9:23-26 et 1 Pierre 2:10.

Les rédacteurs du Nouveau Testament, étant inspirés par Dieu, comprenaient parfaitement que l’Église est l’Israël de Dieu et qu’elle est l’objet des promesses faites à Israël par Dieu dans l’Ancien Testament.[2]

 Paul a dit que les croyants sont :

« Enfants de Dieu » (Romains 8:16).

« Les domestiques de Dieu » (Éphésiens 2:19).

« Enfants d’Abraham » (Galates 3:7).

« La semence d’Abraham » (Galates 3:29).

« Les enfants de la promesse » (Romains 9:8 ; Galates 4:28).

« Un peuple qui lui appartienne » (Tite 2:14).

« Élus de Dieu » (Colossiens 3:12).

« Héritiers de Dieu » (Romains 8:17).

« Héritiers selon la promesse » (Galates 3:29).

« Le Temple de Dieu » (1 Corinthiens 3:16).

« La Circoncision » (Philippiens 3:3).

« L’Israël de Dieu » (Galates 6:16).

 Pierre a dit que les croyants sont :

« La race élue » (1 Pierre 2:9).

« La Sacrificature royale » (1 Pierre 2:9).

« La nation sainte » (1 Pierre 2:9).

« Le peuple acquis » (1 Pierre 2:9).

 Jacques a dit que les croyants sont :

« Héritiers du Royaume » (Jacques 2:5).

 Jean a dit que les croyants sont :

« Enfants de Dieu » (Jean 1:12).

« Rois et Sacrificateurs à Dieu » (Apocalypse 1:6).

« La nouvelle Jérusalem » (Apocalypse 3:12).

« La sainte Cité » (Apocalypse 21:2).

 La lettre aux Hébreux dit que les croyants sont :

« Le peuple de Dieu » (Hébreux 4:9).

« La montagne de Sion » (Hébreux 12:22).

« La Cité du Dieu vivant » (Hébreux 12:22).

« La Jérusalem céleste » (Hébreux 12:22).

Les Juifs sont nos ennemis parce qu’ils sont antichrist (Romains 11:28). Les Juifs haïssent Christ et les chrétiens. Nous, cependant, nous devons les aimer et prier pour eux. « Mais à vous qui m’entendez, je vous dis : aimez vos ennemis ; faites du bien à ceux qui vous haïssent. 28Bénissez ceux qui vous maudissent, et priez pour ceux qui vous courent sus » (Luc 6:27-28, VM). Dieu a choisi un reste de Juifs pour le salut [des Élus]. Nous devons prêcher l’évangile au monde perdu, y compris les Juifs. Toutefois, nous ne devrions pas penser qu’un Juif est, dans le plan de Dieu, d’une quelconque manière différent d’un catholique, d’un musulman, d’un hindou, d’un bouddhiste, d’un sataniste ou tout autre disciple d’une des religions païennes de Satan.

Pour tous, le salut s’obtient par la grâce de Dieu, au moyen de la foi en Jésus-Christ. Si un Juif se repent de sa religion antichrist et croit en Jésus-Christ, alors il est sauvé. Une fois sauvé, un Juif ne continuera pas plus ses pratiques talmudiques qu’un catholique ne continuera ses pratiques catholiques ou un sataniste ses pratiques satanistes une fois qu’ils seront sauvés. Tous les croyants en Christ deviennent Juifs spirituels, c’est-à-dire, chrétiens.

Aimer nos ennemis ne veut pas dire que nous devions trouver des excuses aux pratiques païennes des Juifs, des catholiques, des musulmans ou autres païens. Nous sommes plutôt appelés par Dieu à les réprouver. « Et ne prenez aucune part aux œuvres infructueuses des ténèbres, mais bien plutôt condamnez-les » (Éphésiens 5:11, VO).

63. Le gouvernement mondial du Vatican

Que nous réserve l’avenir ? L’Allemagne nazie et la Croatie oustachi n’étaient que des coups d’essai avant l’inquisition mondiale des chrétiens qui n’adoreront pas la bête de Rome (Apocalypse 13). L’ancien prêtre jésuite, Malachi Martin, qui était un associé proche du cardinal Augustine Bea et du pape Jean XXIII, a déclaré que : « Le pape est entouré d’hommes en habits ecclésiastiques qui ne possèdent pas la foi catholique ; ils oeuvrent avec des fondations, des organisations non-gouvernementales, des gouvernements, des académies et autres agences pour susciter le nouvel ordre mondial [un gouvernement unique] (…) L’Église catholique possède son propre corps diplomatique d’ambassadeurs postés chez les plus grandes nations industrialisées du monde. Il y a plus de 180 nations qui ont envoyé leurs propres ambassadeurs au Vatican. Aucune autre église ne commande une telle attention. Ceux qui oeuvrent en vue du nouvel ordre mondial doivent prendre le contrôle de cette organisation unique. Le processus par lequel ils tentent d’accomplir cela est décrit dans [mon livre,] Windswept House (La maison balayée par le vent). Dans le livre, je déclare : “L’Église est un élément sine qua non (incontournable) de l’avènement du nouvel ordre mondial” ».[3] Apparemment, Malachi Martin se référerait aux Juifs talmudiques sionistes qui se sont infiltrés dans l’Église catholique romaine et la contrôlent de nos jours.

Malachi Martin fit la déclaration précédente dans une interview avec le catholique romain John McManus, président de la Société John Birch et éditeur de The New American. La John Birch Society (JBS) est un organisme patriotique qui a beaucoup fait pour éveiller les gens face à la conspiration mondiale. Toutefois, la JBS a pour politique d’éviter toute question religieuse confessionnelle. Par conséquent, elle ne met pas à découvert (parce qu’elle ne le peut pas) le Vatican et les Jésuites comme la force étant derrière les organisations de façade travaillant à un nouvel ordre mondial.

Malachi Martin affirme qu’il n’est plus un Jésuite. Il a censément abdiqué ses vœux jésuitiques et vit en personne laïque avec l’approbation canonique. Martin ne s’écarte guère de Rome, il a encore l’autorité de dire la messe catholique en privé. Il n’y a pas de doute que Malachi Martin n’aurait pas reçu la permission de révéler les informations mentionnées plus haut sans l’approbation du Vatican et des Jésuites. Puisqu’il est de plus en plus évident que le Vatican est intimement impliqué dans l’aménagement d’un gouvernement mondial unique, il utilise Martin pour faire pivoter le gouvernement mondial unique autour du rôle du Vatican. Martin fait le portrait d’une Église catholique venant à peine d’être infiltrée et employée par des personnes méchantes avec des plans infâmes, et que cette infiltration peut être corrigée. En fait, l’Église catholique elle-même est infâme et méchante, et œuvre depuis ses débuts vers un gouvernement mondial unique avec le pape (l’antichrist) à sa tête.

Lorsqu’il était prêtre Jésuite, Alberto Rivera reçut des instructions secrètes du cardinal Augustine Bea et du Général Jésuite Pedro Arupe. Il consulta également de nombreux documents secrets du Vatican.[4] Ces instructions et ces documents révélèrent que le Vatican est le système nerveux et la tête d’un grand nombre d’organisations conspiratrices érigées par le Vatican ayant pour fonction de servir de paravent en offrant une paroi protectrice et secrète à Rome alors qu’elle travaille à un nouvel ordre mondial.

Ces organisations comprennent les Illuminati, le Conseil des Relations Étrangères (CFR), le Club de Rome, l’Opus Dei, la Franc-maçonnerie, le mouvement du Nouvel Âge, les Banquiers Internationaux (banques centrales) et la Maffia. Les Jésuites se sont infiltrés et contrôlent les médias, les gouvernements et leurs services de renseignements, toutes les religions majeures du monde, y compris les dénominations protestantes et l’Islam, les organisations terroristes, incluant l’Armée de la République d’Irlande (IRA). Les Jésuites sont le bras droit du Vatican et contrôlent directement les activités de ces organisations pour qu’elles oeuvrent en vue d’un gouvernement mondial unique.[5]

L’Église catholique a depuis longtemps établi comme position que le pape doit être le dirigeant du monde.

« Quiconque cherche à échapper à l’autorité du Vicaire de Christ (…) altère de ce fait l’autorité du Christ lui-même. Le roi des Rois nous a établis sur terre comme ses représentants universels et nous a conféré tout pouvoir, en donnant au Prince des apôtres et à nous le pouvoir de lier et de délier sur terre, non seulement tous les hommes quels qu’il soient, mais aussi toutes choses quelles qu’elles soient (…) Le pouvoir du gouvernement temporel ne peut s’exercer en dehors de l’église, puisqu’il n’y a pas de pouvoir constitué par Dieu en dehors d’elle. » [Pape Innocent IV, Eger Cui Leva, 1246 après J.C.][6]

Même les organismes caritatifs catholiques sont des devantures qui oeuvrent pour un gouvernement mondial en minant la Constitution américaine et la moralité du pays. Bien que le Vatican présente une façade publique de justice, il pourvoit en fonds des organismes anti-chrétiens qui travaillent à saper la Constitution américaine et les libertés religieuses. Par exemple, la Campagne Catholique pour le Développement de l’Humanité (CCHD) donna des millions de dollars en aide à de nombreuses organisations radicales de gauche. Le CCHD a été fondé en 1970 en tant que programme anti-pauvreté des évêques catholiques. En 1977, le CCHD subventionna les organismes suivants, qui tous endossèrent la marche pour l’avortement « Lutte pour le Droit » tenue en 1996, à San Francisco, par l’Organisation Nationale des Femmes (NOW) : l’Association des Organismes Communautaires pour une Réforme Maintenant (ACORN) [310 000 $ reçus du CCHD], la Défense des Femmes Immigrantes Asiatiques [20 000 $ reçus du CCHD], le Centre pour l’Organisation du Tiers-monde (CTWO) [25 000 $ reçus du CCHD], l’Association Progressiste Chinoise [30 000 $ reçus du CCHD] et le Centre Santa Clara pour la Sécurité et la Santé Professionnelles [30 000 $ reçus du CCHD].[7] L’ACORN était co-parrain du congrès de février 1996 de la Fondation de la Majorité Féministe qui défend les droits à l’avortement. Le CTWO soutient les lois sur le mariage homosexuel. Le CTWO, en retour, sponsorise le WAGE (Action Gagnante de l’Égalité des Sexes), qui critique avec acharnement ceux qui, comme les chrétiens, soutiennent le noyau familial traditionnel et les valeurs chrétiennes.

Le CCHD subventionne indirectement de nombreuses organisations fantoches radicales communistes et de gauche en pourvoyant aux fonds de coalition de groupes soi-disant caritatifs.[8] Par exemple, en 1997, le CCHD accorda une aide aux Ministères du Grand Birmingham, qui, à son tour, subventionna une autre coalition, Alabama Arise (L’Alabama se lève). Les membres d’Alabama Arise comprennent le AFL-CIO et l’Union des Libertés Civiles Américaines (ACLU).[9] Le CCHD accorda aussi une aide au Projet de Coalition des Chômeurs de Philadelphie pour JOBS ; cette coalition inclut le AFSCME local, l’AFL-CIO de la Pennsylvanie, le chapitre d’état du NOW, et le Projet de Loi des Femmes (WLP).[10] Le NOW est un défenseur agressif de l’avortement et de droits spéciaux pour les sodomites. Le NOW soutient l’avortement de fœtus presque à terme et s’oppose à toute restriction vis-à-vis l’avortement, y compris l’avis aux parents. Le WLP est un pourvoyeur de services légaux à Philadelphie qui défend les droits parentaux des lesbiennes et des homosexuels ainsi que les « mariages » homosexuels. L’ACLU est le principal opposant à la liberté de religion dans les écoles et s’oppose aux restrictions sur l’avortement.

Plusieurs apporteront peut-être comme argument que les évêques ont dû commettre quelques erreurs. L’évidence nous suggère toutefois que la tendance anti-américaine gauchiste des octrois du CCHD est connue et préméditée. Ces dix dernières années, le Centre de Recherche Capital a publicisé à qui voulait l’entendre la tendance radicale gauchiste des octrois du CCHD, mais le CCHD n’a rien fait pour amoindrir son support à la gauche radicale anti-chrétienne.[11]

En 1998, le CCHD a réagi aux critiques en proposant des changements dans sa ligne directrice. La nouvelle ligne directrice fut adoptée, et elle interdit spécifiquement au CCHD d’accorder des octrois aux organisations qui « promeuvent ou soutiennent l’avortement, l’euthanasie, la peine de mort ou tout autre affront à la vie et la dignité humaines. »[12] Il semblerait que la nouvelle ligne directrice n’était que des vœux pieux, destinés à apaiser les catholiques conservateurs. En fait, il n’y a eu aucun changement significatif dans l’aide accordée par le CCHD. Il engouffre encore de l’argent dans les organisations communistes radicales de gauche pro-avortement.

Par exemple, non seulement le CCHD ne coupa-t-il pas son aide financière à l’ACORN, en 1999-2000, mais il a accru ses fonds de 18 % dans 17 états et chapitres de l’ACORN pour atteindre 517 000 $.[13] Le CCHD a aussi continué de financer le Projet Chômage de Philadelphie durant 1999-2000. La coalition de projets « Campagne d’Emplois » comprend une branche de l’ACORN, les AFSCME locaux, les AFL-CIO de la Pennsylvanie et de Philadelphie, le chapitre d’état du NOW, et le Projet de Loi des Femmes, tous supportant les droits à l’avortement.[14] En outre, le CCHD continue à apporter son support financier perpétuel aux affiliés de la Fondation des Régions Industrielles (IAF). L’IAF a été fondé par Saul Alinsky, auteur de Rules for Radicals (Règles pour les Radicaux), bible des groupements protestataires politiques de l’aile gauche.[15] Le CCHD exécute les politiques non-américaines et anti-chrétiennes officielles, mais voilées, de l’Église catholiques romaine. Suzanne Belongia, directrice du CCHD à Winona, au Minnesota, tentant de prendre la défense du CCHD, souligna que le pape Jean-Paul II endossa officiellement le CCHD quand il visita Washington, D.C., au début de son pontificat.[16]

Les renseignements glanés sur les octrois du CCHD nous donnent un léger aperçu du loup sous l’habit de brebis. Le politicien Huey Long a dit un jour : « Si vous avez une réputation de lève-tôt, vous pouvez dormir jusqu’à midi ».[17] Devant public, l’Église catholique est contre l’avortement et pour les valeurs familiales traditionnelles ; alors qu’en arrière-scène, l’Église de Rome supporte financièrement les groupes pro-avortement et anti-chrétiens. Le CCHD révèle en l’Église catholique romaine une organisation politique au machiavélisme consommé.

64. La marque de la Bête

Le monde est-il près d’un gouvernement mondial qui mandaterait le culte du pape comme étant Dieu sur terre ? Je ne le sais pas, mais la marque de la bête est déjà évidente. Notez bien que, dans le passage suivant, le nombre de la bête est le nombre de son nom et ce nombre égale six cent soixante-six. On ne doit pas simplement rechercher trois 6 de suite, le nombre de la bête est le chiffre « six cent soixante-six ». Cela veut dire que le nom de la bête doit avoir un total de six cent soixante-six. Le nom officiel du pape écrit en latin classique est Vicarivs Filii Dei (Vicaire du Fils de Dieu). La somme des chiffres romains dans le titre du pape totalise exactement 666. Prenez note que, dans le latin classique, il y a un V juste avant le S dans vicarius, au lieu du U. Cela est dû à ce qu’il n’y a que 23 lettres dans l’alphabet latin classique qui ne possède pas de lettres U, J et W, comme dans l’alphabet français.[18] On emploie le V dans le latin classique lorsqu’on a besoin du son U.[19] Les valeurs des chiffres romains sont : D = 500, C = 100, L = 50, V = 5, I = 1. La valeur des chiffres romains retrouvés dans le titre latin du pape additionnée ensemble égale 666. V (utilisé deux fois, 5 x 2 = 10) + C (100) + I (utilisé six fois, 1 x 6 = 6) + L (50) + D (500) = 666. La Bible dit qu’aucun homme ne sera en mesure d’acheter ou de vendre sans la marque de la bête ou de son nom ou le nombre de son nom.

« Et il lui fut permis de donner une âme à l’image de la bête, afin que même l’image de la bête parlât, et qu’elle fît que tous ceux qui n’auraient point adoré l’image de la bête, fussent mis à mort. 16Et elle faisait que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, prenaient une marque en leur main droite, ou en leurs fronts ; 17Et qu’aucun ne pouvait acheter, ni vendre, s’il n’avait la marque ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom. 18Ici est la sagesse : que celui qui a de l’intelligence, compte le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six » (Apocalypse 13:15-18, VM).

L’omniprésent symbole du Code de Produit Universel (CPU) contient le nombre 666 dissimulé à l’intérieur même des lignes du symbole. Le CPU ci-après est typique des CPU les plus communs vus sur la nourriture des marchés d’aujourd’hui. Le CPU a deux séries de chiffres, Chaque série a des codes informatiques distincts qui sont représentés par deux lignes parallèles par chiffre. Dans la deuxième série de codes, le chiffre 6 est représenté par deux minces lignes parallèles égales ( || ). Remarquez qu’il y a trois doubles lignes dans le symbole CPU qui n’ont pas de chiffres arabes pour les identifier. Une série de lignes est au milieu et il y a deux autres séries, une à chaque bout. Ces trois séries de lignes représentent ensemble le nombre 666. Les chiffres qui apparaissent à l’un des bouts du symbole CPU correspondent aux codes en doubles lignes qui sont à l’intérieur des codes de doubles lignes du 6 de la fin ; dans le symbole CPU ci-après, il y a « 0 » et « 1 ». Regardez n’importe quel produit dans votre maison et vous allez voir les mêmes codes cachés du nombre 666.

0 1

6                           6                          6

Pourquoi est-ce que les seules lignes qui ne possèdent pas de chiffres arabes les identifiant sont les lignes qui, mises ensemble, se lisent 666 ? Parce que le symbole CPU fait partie du plan élaboré pour contrôler le commerce du monde. La nourriture du monde est marquée du nombre de la bête. C’est un code caché afin de ne pas alarmer les masses endormies. La Bible dit qu’un jour, les gens seront marqués d’un code similaire dans leur main droite ou dans leur front, et que refuser de recevoir la marque les rendra incapables d’acheter ou de vendre quoi que ce soit. Le CPU d’aujourd’hui n’est qu’une partie du schéma ; le 666 caché dans le CPU est vraisemblablement destiné à s’ajuster au 666 qui se trouvera dans la main droite ou le front des gens. S’il n’y a pas concordance, alors l’achat ne pourra se faire. La Bible ne déclare pas que la marque sera sur le front des gens ou sur leur main droite, mais dans leur main droite ou dans leur front. On a déjà développé des implants de bio-puces qui sont capables d’emmagasiner plusieurs mégabits d’information équivalant à des milliers de pages de renseignement.[20] Les bio-puces seraient implantées sous la peau et, dès lors, la personne pourrait être retracée et identifiée partout dans le monde.

Une fois que les gouvernements du monde auront installé une carte d’identité obligatoire, ce ne sera plus qu’une question de temps avant que la commodité d’une puce implantée soit acceptée. En sommes-nous proches ? La Carte d’Assurance-santé proposée par le Président Clinton a été fabriquée par Drexler Technology Corporation, à Mountain View, en Californie, et s’avérait, en fait, une carte d’emmagasinage informatique capable de stocker 2 000 pages de renseignements, y compris les empreintes digitales, les empreintes vocales et des photographies.[21]

Dans la Bible, Dieu explique les conséquences du culte rendu à la bête ainsi que l’acceptation de la marque :

« Et un troisième Ange suivit ceux-là, disant à haute voix : Si quelqu’un adore la bête et son image, et qu’il en prenne la marque sur son front, ou en sa main, 10Celui-là aussi boira du vin de la colère de Dieu, du vin pur versé dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté de feu et de soufre devant les saints Anges, et devant l’Agneau. 11Et la fumée de leur tourment montera aux siècles des siècles, et ceux-là n’auront nul repos ni jour ni nuit qui adorent la bête et son image, et quiconque prend la marque de son nom » (Apocalypse 14:9-11, VM).

65. « Sortez du milieu d’elle, mon peuple »

Ceux des Élus de Dieu qui se trouvent encore dans l’Église catholique romaine [ou tout autre église apostate] ont l’ordre de Dieu de sortir de cette grande église prostituée.

« Puis j’entendis une autre voix du ciel, qui disait : Sortez de Babylone mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous ne receviez point de ses plaies. 5Car ses péchés sont montés jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités. 6Rendez-lui ainsi qu’elle vous a fait, et payez-lui au double selon ses œuvres ; et dans la même coupe où elle vous a versé à boire, versez-lui-en au double. 7Autant qu’elle s’est glorifiée, et qu’elle a été dans les délices, donnez-lui autant de tourment et d’affliction ; car elle dit en son cœur : je siège en Reine, je ne suis point veuve, et je ne verrai point de deuil. 8C’est pourquoi ses plaies, qui sont la mort, le deuil, et la famine, viendront en un même jour, et elle sera entièrement brûlée au feu ; car le Seigneur Dieu qui la jugera, est puissant » (Apocalypse 18:4-8, VM).

[N. du T. : Pour Mission : Moisson des Élus, la Grande Babylone comprend davantage que l’Église catholique, même si celle-ci est en avant-scène sur le plan mondial. Toutes les religions institutionnalisées et hiérarchisées sont infectées du même mal purulent et dissimulent à leurs ouailles les vérités de Dieu cachées dans Sa Parole. Nous ne pouvons qu’exhorter chaleureusement les lecteurs à étudier scrupuleusement les Écritures et à comparer les enseignements de leur congrégation, de leur confession ou dénomination avec la Parole de Dieu. On se rendra vite compte que, dans les assemblées religieuses, on enseigne que très imparfaitement la saine doctrine et que les altérations peuvent aller très loin.

_______________________________________________________________

[1] R. B. Yerby, The Once and Futur Israel, p. 73-75 (1977).

[2] Ibidem, p. 47.

[3] The New American, The Catholic Church in Crisis, p. 40, 9 juin 1997.

[4] Alberto Rivera, Four Horsemen, Chick Publications, p. 6, 1985 ; Alberto Rivera, The Godfathers, Chick Publications, p. 12, 1982.

[5] Alberto Rivera, Four Horsemen, Chick Publications, p. 20, 1985

[6] John W. Robbins, Ecclesiastical Megalomania, p. 122-123 (1999).

[7] Patrick Reilly, Assessing the Catholic Campaign for Human Development, Human Events, 20 novembre 1998.

[8] Ibidem

[9] Ibidem.

[10] Ibidem.

[11] Ibidem.

[12] Fatheryn Jean Lopez, Catholic Campaign for Human Development : Still Entranced by Leftist Activism, Despite Growing Unrest, Human Events, 10 novembre 2000.

[13] Ibidem.

[14] Ibidem..

[15] Ibidem.

[16] Ibidem.

[17] Kerri Houston et Patricia Fava, All Gore, America in the Balance, p. 59 (2000).

[18] D. P. Simpson, Cassel’s Latin Dictionary, p. 621, 1968.

[19] Encyclopédie Collier, volume 1, p. 592-96 (1991).

[20] Texe Marrs, Prject L.U.C.I.D., Living Truth Publishers, 1996 (citant Antony Sutton, “Why Clinton Wants Universal Health Care”, Phoenix Letter, Vol. 13, No 10, octobre 1994).

[21] Ibidem, p. 88, 1996 (citant Antony Sutton, “Why Clinton Wants Universal Health Care”, Phoenix Letter, Vol. 13, No 10, octobre 1994).

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , ,