D.071 – Dévoilement des faussetés pré-tribulationistes – Partie 1

image_pdfimage_print

 

 Par Larry Simmons

 Tiré de l’article Unmasking Pre-Trib Fallacies

Traduction de Roch Richer

C’est avec joie que M. Larry Simmons, webmaster du site Larry Simmons Ministries nous a accordé le droit de faire la traduction de ses exposés bibliques. Ayant vu tout le bénéfice que nos frères et sœurs de langue française pourraient en retirer, nous vous offrons ces articles au propos plein de pertinence. Que Dieu fasse que vous en profitiez grandement.

CHAPITRE UN

Au siècle dernier, il y eut deux Guerres Mondiales dévastatrices. Mais un conflit se pointe à l’horizon qui les fera paraître insignifiantes, en comparaison. La prochaine guerre ne se limitera pas à la terre ; elle atteindra littéralement les cieux. Là, Michel et ses anges feront la guerre à Satan et ses sbires. Ensuite, ils chasseront le diable et ses démons des cieux en les précipitant sur terre. « Malheur à vous, habitants de la terre et de la mer, car le diable est descendu vers vous en grande fureur, sachant qu’il n’a que peu de temps » (Apocalypse 12:12).

Suite à cette éviction humiliante des cieux, Satan aura pour premier geste de persécuter la « femme qui avait accouché d’un fils » (v. 13). Nous interprétons ceci comme étant Israël et le peuple juif. Cette persécution n’aura toutefois pas de succès, car le Seigneur délivrera miraculeusement la femme. Enragé de cela, Satan s’aventurera à « faire la guerre contre les autres qui sont de la semence de la femme, qui gardent les commandements de Dieu, et qui ont le témoignage de Jésus-Christ » (Apocalypse 12:17).[1]

Dans le cadre de ce programme de persécution, Satan donne le pouvoir à un homme pour qu’il règne sur la terre entière. C’est la « bête » d’Apocalypse 13, mieux connue sous le nom d’Antéchrist [ou Antichrist]. Étant donné que cet homme ira dans le sens des activités inspirées par Satan, qu’il possédera un grand pouvoir et qu’il opérera des signes et des prodiges mensongers, les nations seront impuissantes à lui résister. Pour cette raison, elles abandonneront promptement entre ses mains toute autorité : « …ils adorèrent aussi la bête, en disant : qui est semblable à la bête, et qui pourra combattre contre elle ? » (Apocalypse 13:4). En fait, tout le monde va l’adorer — c’est-à-dire, tout le monde sauf ceux dont le nom est inscrit dans le livre de vie de l’Agneau. Malheureusement, cet Antichrist va utiliser le pouvoir qu’il aura reçu pour persécuter ceux qui ne l’adoreront pas ! « Et il lui fut donné [à la bête] de faire la guerre aux Saints, et de les vaincre. Il lui fut aussi donné puissance sur toute Tribu, Langue et nation » (Apocalypse 13:7).

Si une chose doit capter l’attention de la génération actuelle des croyants, c’est bien la perspective qu’il y aura une persécution de par Satan et son Antichrist. À propos du sérieux de ce péril, le Seigneur a dit : « Si quelqu’un a des oreilles, qu’il écoute » (Apocalypse 13:9). Pourtant, nombreux sont-ils dans les églises à ne porter aucun égard à ce message. Aucun doute que cela est en grande partie dû à la croyance répandue que l’Église sera enlevée avant que l’antichrist n’entre en fonction. Nous voulons parler de la doctrine de l’enlèvement pré-tribulationiste (pré-trib). Selon cette doctrine, le Seigneur va d’abord revenir secrètement dans le but d’enlever Son Église avant les tribulations. Puis, sept ans plus tard, à la fin des tribulations, Il viendra ouvertement pour juger le monde. Or, si cette doctrine est véritable, les chrétiens n’ont pas à se soucier des tribulations, car, en fin de compte, ils n’y seront pas ! Et s’ils ne sont pas sur terre, il s’en suit automatiquement qu’ils n’ont rien à gagner à se préparer en vue des afflictions à venir prophétisées pour ces jours-là.

Mais, pour l’intérêt de l’argumentaire, nous vous demandons de considérer les conséquences pour une multitude de croyants pré-tribs si l’on démontre que cette théorie est fausse. Quelle sera leur réaction lorsque l’Antichrist commencera à « faire la guerre aux saints et à les vaincre » ? Seront-ils parmi ceux qui auront « vaincu la bête » ? Seront-ils dans les rangs de ceux qui n’auront pas adoré le diable « à cause du sang de l’Agneau et des paroles de leur témoignage » et du fait qu’ils n’auront pas aimé leur vie même jusqu’à mourir ?

Considérant ce qui est en jeu, il est d’une importance cruciale que les fondements bibliques de l’enlèvement pré-tribulationiste soient examinés soigneusement et en profondeur. Si la théorie s’avère et que l’Église est, de ce fait, exclue des tribulations, alors, fort bien. Nous louerons tous Dieu dans les cieux pendant que les événements des tribulations se dérouleront sur terre. Mais si ce n’est pas le cas, si la théorie de l’enlèvement pré-trib est fausse, il nous est impératif de suivre un cours différent de celui emprunté aujourd’hui. Si l’on attend des chrétiens qu’ils demeurent fidèles en face de la persécution mondiale, il nous reste beaucoup à faire. L’attitude vis-à-vis de la souffrance doit changer. Les croyants doivent être formés pour endurer les épreuves des tribulations comme de bons soldats de Christ. Nous devons recevoir l’instruction sur la façon que le Seigneur veut nous voir vaincre Satan et son antichrist. En ayant ces éléments en tête, commençons l’examen de la doctrine de l’enlèvement pré-tribulationiste.

Quatorze raisons de croire en un enlèvement pré-tribulationiste

Il y a quelques années, un éminent écrivain chrétien, nommé Tim LaHaye, s’alarma en voyant qu’un important contingent d’amis et de ministres avaient récemment déserté le camp pré-trib. Ça l’incita à s’embarquer dans ce qu’il a lui-même qualifié de « plus grand projet de recherche » de sa vie. Il lut des milliers de pages, visita nombre de bibliothèques et écrivit à des centaines de personnes aux Etats-Unis et ailleurs. Naturellement, il examina aussi chaque verset biblique en rapport avec ce sujet. Se basant sur ses recherches, M. LaHaye arrangea tous ses arguments pré-tribulationistes en une série de 14 raisons majeures pour lesquelles, selon son opinion, tout le monde devrait être pré-tribbeurs.

Pour mener à bien notre examen, nous prendrons pour acquis que, depuis les presque deux siècles qu’existe la position pré-trib, ses adeptes ont eu tout le temps voulu pour développer leurs arguments. En outre, nous présumerons que les 14 raisons compilées par LaHaye représentent de manière adéquate tous les arguments pré-tribs connus. (En d’autres termes, nous lui accorderons de ne pas avoir négligé quoi que ce soit.) Ceci dit, notre plan est simple : nous allons évaluer le concept de l’enlèvement pré-trib en nous basant sur les mérites de ces 14 raisons. S’ils sont valides, nous pourrons assumer que l’enlèvement prét-trib est une véritable doctrine biblique. Mais si, au contraire, les mérites de ces raisons ne sont pas valides, il s’en suivra vraisemblablement que l’enlèvement pré-trib n’est pas biblique, signifiant qu’il ne tient aucun rôle dans le Plan du Seigneur. « Car le Seigneur, l’Éternel, ne fait rien, qu’il n’ait révélé son secret à ses serviteurs les prophètes » (Amos 3:7).

Mais d’abord, le seul argument pré-trib que vous n’entendrez jamais

Avant que nous ne débutions, permettez-moi d’attirer votre attention sur un argument significatif qui ne fait pas partie de la liste. En effet, vous ne verrez nulle part dans les 14 raisons que l’on fasse appel à un verset de la Bible qui déclare de manière bien spécifique que le Seigneur va revenir avant les tribulations. Pourquoi ? Parce que ce verset n’existe pas ! D’ailleurs, LaHaye reconnaît librement l’absence de tout passage explicitement pré-tribulationiste.[2] (Cependant, il professe que toutes les positions opposées partagent la même faiblesse. Cette déclaration sera considérée dans son entier dans un chapitre ultérieur.) Pour avoir idée de ce qu’il est rare qu’une doctrine biblique majeure soit établie sans un enseignement explicite des Écritures, tenez compte du conseil de la sommité en pré-tribulationisme, John Walvoord. Dans ses écrits, il condamne vertement la promotion de toute doctrine qui ne soit pas clairement enseignée dans les Écritures. Il qualifie pareille pratique « d’exégèse désespérée ».[3] Désespérée ou pas, l’absence d’un texte définitif force pourtant les pré-tribbeurs à s’engager dans cette pratique.

Comment l’absence d’un texte pré-trib explicite peut-il influer sur notre enquête ? Cela nous démontre d’abord le standard par lequel ont été édifiés les 14 arguments. Ces arguments, ou raisons, ne nous sont pas offerts pour confirmer des preuves directes : ils nous sont offerts à la place de preuves directes. En plus, ces arguments sont les seules « preuves » que nous présentent les pré-tribbeurs. Donc, de toute évidence, s’ils ne peuvent résister à une minutieuse investigation, alors de même tout le concept de l’enlèvement pré-tribulationiste. Pour ces raisons, nous croyons que la demande de preuves doit être exigeante. Cela en tête, commençons notre analyse des 14 arguments pré-tribulationistes majeurs.

RAISON #1 d’être un pré-tribulationiste

« Le point de vue pré-tribulationiste constitue la vision la plus logique des Écritures au sujet du Second Avènement, lorsque ces passages sont pris dans leur sens véritable et littéral, à chaque fois que c’est possible. »[4]

Argument pré-trib : le point de vue pré-trib fournit l’agencement le plus logique.

Les pré-tribbeurs prétendent qu’aucun passage de la Bible ne souligne l’ordre des événements des temps de la fin. Donc, à l’image d’un casse-tête, les détails doivent être rassemblés à partir de passages variés. Ils sont convaincus que leur position fournit l’agencement le plus logique de tous les passages concernant le Second Avènement.

Notre réponse : Cette déclaration n’est vraie que si vous ne prenez en compte que certaines hypothèses pré-tribs. Pour bien illustrer cela, veuillez considérer le statut d’un groupe particulier de personnes mentionnées dans la Bible. Malgré de terribles persécutions, ils « gardent les commandements de Dieu, et ont le témoignage de Jésus » (Apocalypse 12:17). À partir de cette description, la majorité des gens présument raisonnablement qu’il s’agit de membres du Corps de Christ, l’Église. (Si ça marche comme un canard et que ça cancane comme un canard, ce doit être un canard !) Cette conclusion, toutefois, représente un problème de taille pour les pré-tribulationistes. Pourquoi ? Parce qu’ils soutiennent que l’Église a été enlevée dès Apocalypse 4:1. Or, on ne mentionne pas ce groupe de croyants avant le Chapitre 12. ! Ce qui veut dire que les pré-tribbeurs se voient forcés de faire un choix pénible. Soit que 1) ils acceptent que l’Église n’est pas enlevée avant le chapitre 12 — ce qui signifie qu’elle passe au travers d’une bonne partie des tribulations, ou 2) ils trouvent une façon quelconque d’exclure ces croyants de l’Église. Ai-je besoin de vous dire qu’ils optent pour le dernier choix ?

Comment accomplissent-ils cette « exclusion » ? Au moyen d’une hypothèse pré-tribulationiste très « créative ». Bien que la foi de ces croyants soit véritable, ils supposent qu’il y a encore une chose qu’ils n’ont pas : le Saint-Esprit ne les habite pas ! Hal Lindsay écrit ceci : « Il [le Saint-Esprit] aura le même rapport avec ces croyants qu’Il avait pendant l’Ancien Testament. Il régénérera l’esprit humain de ceux qui accepteront le Messie. Mais Il n’habitera et ne donnera puissance qu’à ceux que Dieu aura choisis pour remplir un service spécial. »[5]

Voilà, mes amis, la solution pré-trib ! On allègue simplement que ceux qui viennent à la foi pendant les tribulations n’auront pas le Saint-Esprit en eux ! Cela signifie qu’ils ne peuvent censément faire partie de l’Église puisque, selon Romains 8:9, ceux qui n’ont pas l’Esprit de Christ ne Lui appartiennent pas. Donc, là où la lecture véritable d’Apocalypse 12:17 peut torpiller le système pré-trib entier, grâce à cette hypothèse créative, le passage « fauteur de trouble » s’accorde maintenant aux croyances pré-tribs.

Bien sûr, il y a une faiblesse flagrante dans cette explication — elle n’est tout simplement pas biblique ! En aucun endroit dans les Écritures, il n’est suggéré que le Saint-Esprit opérera de manière différente durant les tribulations, ou du fait que les gens seront régénérés d’une façon différente qu’ils ne le sont maintenant.

[N. du T. : Il est à noter également que si on les associe aux croyants de l’Ancien Testament, il faut tenir compte du fait indéniable que ceux-ci étaient habités par le Saint-Esprit (Genèse 41:38 ; Nombres 27:18 ; 1 Rois 22:24 ; 2 Chroniques 24:20 ; Psaume 51:13 ; Ézéchiel 2:2 ; Daniel 4:8 ; Michée 3:8).]

Toute l’explication s’avère une fausseté de logique connue sous le nom de petito principii, que l’on traduit par le terme « pétition de principe ».[6] On l’appelle ainsi parce que l’on suppose d’avance comme vraie la chose même que l’on tente de prouver. Et, quoique sans valeur comme argument, cela illustre bien le genre de raisonnement que doivent utiliser les pré-tribs pour établir leur point de vue en tant qu’agencement « le plus logique » de tous les passages sur le Second Avènement.

Argument pré-trib : le point de vue pré-trib est basé sur une approche littérale des Écritures.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les pré-tribbeurs ont grande confiance en la véracité de leurs interprétations. Une grande part de cette confiance est attribuable à leur assurance d’avoir une approche littérale des Écritures. Cette approche est parfois appelée la Règle d’Or de l’interprétation biblique. Cela revient à dire ceci : « Lorsque le sens véritable des Écritures a du bon sens, n’en cherchez pas un autre, mais prenez chaque mot dans sa signification première et littérale, à moins que les faits du contexte immédiat indiquent clairement autre chose. »[7] D’après l’opinion de LaHaye, prendre les Écritures au pied de la lettre conduira naturellement à une compréhension pré-trib des prophéties bibliques.[8]

Notre réponse : Cela revient à insinuer que l’approche littérale n’est, ni plus ni moins, que l’apanage exclusif du camp pré-trib. À au moins dix reprises, dans son livre, LaHaye donne à entendre que ceux qui s’opposent au pré-tribulationisme agissent ainsi parce qu’ils ont abandonné l’approche littérale. Maintes et maintes fois, les pré-tribbeurs ont accusé leurs opposants de « spiritualisation ». Walvoord va même jusqu’à statuer que « la spiritualisation des Écritures va de pair avec la dénégation de l’enlèvement pré-tribulationiste ».[9] Malheureusement, cette accusation a été soulevée si souvent qu’il n’y a plus aucun débat significatif concernant les passages sur le Second Avènement.

Il semble que le but de cet appel au littéralisme n’est pas tant de défendre la position pré-trib que d’attaquer ceux qui s’y opposent. Cette accusation récurrente de spiritualisation portée par les pré-tribbeurs nous rappelle une question du Seigneur dans Son Sermon sur la Montagne : « Et pourquoi regardes-tu la paille dans l’œil de ton frère, tandis que tu ne vois pas la poutre dans ton œil ? » (Matthieu 7:3). Nous disons cela parce que, en examinant les passages prophétiques, nous constatons que c’est le camp pré-trib qui s’engage continuellement dans la spiritualisation. Prenez, par exemple, le traitement que l’on fait d’Apocalypse 4:1. C’est évidemment le verset où les pré-tribbeurs prétendent qu’arrive l’enlèvement. LaHaye admet franchement que la lecture simple, franche et nette de ce passage ne suppose nullement l’enseignement d’un enlèvement pré-tribulationiste ; pourtant, cela ne le dissuade en rien de le déclarer comme tel quand même. Il écrit : « L’enlèvement de l’Église n’est pas démontré de façon explicite dans Apocalypse 4, mais il y apparaît définitivement de manière chronologique, à la fin de l’ère de l’Église et avant les tribulations » (italiques ajoutées).[10]

En d’autres termes, même si ce passage ne fait aucune mention de l’enlèvement, ne fait aucune mention des tribulations et ne fait aucune mention de l’Église, LaHaye n’a aucun scrupule à y voir ces trois items. Mes amis, si cela n’équivaut pas à spiritualiser la lecture claire des Écritures, rien ne le fera !

Les pré-tribbeurs sont prompts à se faire les champions de l’approche littérale d’interprétation. Généralement, c’est la manière la plus profitable de comprendre la prophétie. Nous accordons, dans la plupart des cas, aux pré-tribbeurs de chercher à interpréter littéralement les Écritures. Mais quant aux passages ayant trait au Second Avènement, on peine à trouver un exemple où l’on emploie une lecture véritable des versets en question. Au fur et à mesure que les 14 arguments seront examinés, il apparaîtra clairement que l’approche des pré-tribbeurs est tout sauf littérale.

Conclusion

Dans l’analyse des arguments pré-tribulationistes, nous appliquerons l’approche des Béréens. Cela veut dire que notre unique standard, c’est les Écritures. Donc, voici la question : Est-ce que la Bible enseigne ou soutient cet argument particulier ? Pour être juste, la Raison #1 ne fut jamais destinée à être un argument scripturaire ; il n’est donc pas possible de l’évaluer sur la base de passages spécifiques de la Bible. Mais pouvons-nous dire que le point de vue pré-trib s’en tient à la signification littérale et véritable des Écritures partout où cela est possible ? Franchement, ça n’a pas été le cas dans les passages étudiés jusqu’ici. Finalement, est-ce que les pré-tribulationistes ont prouvé que leur vision des choses soit l’agencement le plus logique pour tous les versets parlant du Second Avènement ? Jusqu’à date, nous n’avons aucune preuve que ce soit le cas. Ainsi donc, à ce point-ci de notre enquête, la Raison #1 d’être pré-tribulationiste ne peut être considérée que comme une affirmation gratuite et sans substance.

________________________________________________________

[1] N. du T. : À Moisson des Élus, nous croyons à une autre interprétation de ce passage. La bataille ayant eu lieu entre les bons anges et les démons s’est déroulé juste après la création de la terre, entre les deux premiers versets du premier chapitre de la Genèse (voyez notre article D.186 Dieu aurait-Il créé Satan ?). Quant à la femme qui enfanta d’un fils, ainsi qu’au reste de sa postérité, vous aurez avantage à consulter D.016 La femme et le serpent.

[2] Tim LaHaye, No Fear of the Storm, p. 188.

[3] John Walvoord, The Rapture Question, p. 72.

[4] Tim LaHaye, No Fear of the Storm, p. 219.

[5] Hal Lindsay, There’s a New World Coming, p.122.

[6] Raisonnement vicieux qui consiste à tenir pour vrai ce qui fait l’objet même de la question [Petit Larousse Illustré, 1988].

[7] Tim LaHaye, No Fear of the Storm, p. 240.

[8] Ibidem, p. 220.

[9] John Walvoord, The Rapture Question, p. 72.

[10] Tim LaHaye, Apocalypse, p. 76.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Tagués avec : , , ,